Nucléaire : Radiographie syndicale…

    Sur fond de concurrence débridée, les opérateurs du secteur nucléaire se livrent à un combat fratricide, au détriment des salariés et des usagers. Et de certains principes sociaux et démocratiques.

    Analyse.
    Le nucléaire français, et ses acteurs EDF et Areva, entre autres, sont actuellement au cœur d’une singulière tourmente.

    Le 4 novembre, était reclassé de niveau 1 en 21 un incident survenu en septembre à Flamanville, où un salarié sous-traitant recevait 5 mSievert, soit un quart de la dose annuelle autorisée, lors d’un contrôle de soudure. Deux autres accidents de niveau 2 sont survenus depuis le début de l’année. En mars, lors de la réception de matière fissile sur le site Melox2 d’Areva à Marcoule (Gard). Et la sous-évaluation de résidus de plutonium par le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) à Cadarache (Bouches- du-Rhône), rendue publique début octobre. D’autres mauvaises nouvelles concernent Areva, après la remise en cause par trois autorités de surveillance – finlandaise, britannique et française – du niveau de sûreté du système contrôle-commande de l’EPR3, qui ne serait pas suffisamment indépendant du système de sauvegarde. En octobre également, Areva et EDF ont été accusées d’entreposer secrètement en Russie des déchets nucléaires4. Et, à quelques jours d’intervalle, RTE (Réseau de transport d’électricité) annonçait la nécessité d’importer de l’électricité, pour cause de disponibilité du parc nucléaire d’EDF ” en très net retrait ” par rapport à l’hiver précédent.

    suite article :http://www.gaucherepublicaine.org/lutter-contre-le-neo-liberalisme/nucleaire-radiographie-syndicale/1280

      Laisser un commentaire

      Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.