La CFDT approuve, sous conditions, la hausse de la durée de cotisation…

    Les militants ont voté à 59 % l’allongement de la durée de cotisation, sous condition notamment de compensation de la pénibilité.

    François Chérèque peut pousser un ouf de soulagement. A l’heure de son débat interne sur la réforme des retraites, la CFDT a tangué mais n’a pas basculé.

    Hier, les 1.520 syndiqués réunis à Tours ont finalement suivi la direction confédérale en acceptant, par 59 % des voix et après des discussions houleuses, de défendre le principe d’une nouvelle hausse de la durée de cotisation sous conditions, notamment en termes de compensation de la pénibilité. 

    Le syndicat « interco » (fonctionnaires territoriaux) de Seine-Maritime, porte-parole des partisans d’une position plus contestataire, a en vain argué que « la CFDT n’a pas à donner un chèque en blanc au gouvernement », puis brandi le spectre de 2003 en jugeant que la centrale « aura encore une fois du mal à expliquer cette position aux militants et aux salariés ». 

    Mais Jean-Louis Malys, le négociateur retraites, a su faire vibrer la corde réformiste : « La CFDT ne serait plus tout à fait la CFDT si elle se contentait de s’en tenir au refus » de toucher à la retraite à 60 ans. 

    Il s’agit de « dépasser la contestation pour faire des propositions », a-t-il rappelé, reprenant l’argumentaire de François Chérèque. Avec 41 % d’opposants, la marge est réduite, mais l’essentiel est assuré pour la direction. 

    Un rejet aurait constitué une rupture délicate à gérer par rapport à la logique défendue depuis 2003. 

    François Chérèque a insisté sur le fait que ce vote ne changeait en rien l’opposition de la CFDT au projet gouvernemental : « Aucune négociation n’est envisageable tant qu’on touche aux 60 ans ; les conditions ne sont pas du tout réunies. » 

    Le vote du congrès maintient selon lui la CFDT dans une « démarche cohérente » et la place dans « une posture offensive ». 

    D’autant que les militants ont aussi adopté, plus largement, les deux autres motions retraite : taxation des revenus du capital et du patrimoine, et rapprochement à terme des régimes privé et public. 

    Ce dernier point constitue même, selon François Chérèque, « le vote le plus important de la journée » car « les militants ont prouvé qu’ils se retrouvent tous derrière l’idée que le système actuel est obsolète ».

    Un projet alternatif réaliste…

    suite article : http://www.lesechos.fr/info/france/020597387894-la-cfdt-approuve-sous-conditions-la-hausse-de-la-duree-de-cotisation.htm 

    et vous , vous en pensez quoi ?

      Laisser un commentaire

      Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.