Bien-être et efficacité au travail… (extrait Rapport LACHMANN)

    10 propositions pour améliorer la santé

    psychologique au travail

    Avant propos

    Le 5 novembre 2009, le Premier ministre nous a demandé de lui proposer des mesures pour améliorer les conditions de santé psychologique au travail. Le présent rapport est le fruit de nos travaux, qui se sont déroulés du 15 novembre 2009 au 15 février 2010. Il ne s’agit pas d’un rapport d’experts mais de « praticiens »

    Les dix propositions qui suivent, centrées sur l’entreprise privée, sont le reflet de nos expériences respectives, des nombreuses auditions que nous avons menées, mais aussi d’une conviction commune, celle que le sujet de la santé au travail réconcilie le social et l’économique.

    Investir dans la santé au travail est d’abord une obligation sur le plan humain : de plus, ce n’est pas une charge, c’est un atout pour la performance.

    Parce que social, santé, organisation et management sont indissociables,

    Le vrai enjeu est le bien-être des salariés et leur valorisation comme principale ressource de l’entreprise.

    En France, la fierté du travail bien fait occupe une place importante.

    Le métier n’est pas qu’une source de rémunération : il est partie prenante de l’épanouissement personnel, de l’intégration et du lien social. Ce lien essentiel avec le travail place l’entreprise au coeur des solutions.

    En France, les consultations pour risque psychosocial sont devenues en 2007 la première cause de consultation pour pathologie professionnelle

    Dans notre perspective de praticiens, nous retenons en particulier :

    – la fréquence accrue des réorganisations, restructurations et changements de périmètre des entreprises,

    – la peur du chômage et l’incertitude sur l’avenir,

    – l’accélération et l’augmentation des exigences des clients

    – l’utilisation parfois à mauvais escient des nouvelles technologies, qui « cannibalise » les relations humaines :

    En une génération, on est passé d’un collectif de travail physiquement réuni à une communauté d’individus connectés mais isolés et éloignés les uns des autres ;

    Dans ce contexte, il nous paraît indispensable de repenser des modes de management, d’organisation et de vie sociale dans l’entreprise qui permettent de créer un nouvel équilibre, intégrant la performance tant sociale qu’économique.

    Si l’entreprise ne fait pas toujours partie du problème, elle fait toujours partie des solutions.

    Parce qu’ils sont la manifestation d’une question plus large, celle de la place dans l’entreprise des hommes qui la composent, nous sommes convaincus que les sujets de santé psychologique au travail doivent être portés au plus haut niveau . Si les hommes constituent la ressource stratégique majeure, il faut que les dirigeants s’en préoccupent au même titre que les enjeux économiques : ce sont les salariés qui font la performance de l’entreprise. Mais le management ne constitue pas le seul acteur. L’implication des partenaires sociaux doit être renforcée, à travers les instances représentatives.

    Les dix propositions que nous formulons s’adressent aux pouvoirs publics, aux partenaires sociaux et surtout aux entreprises. Certaines sont des recommandations de bonnes pratiques, d’autres explorent des modifications normatives de la politique de santé au travail.

    Liste des propositions

    1. L’implication de la direction générale et de son conseil d’administration est indispensable.

    L’évaluation de la performance doit intégrer le facteur humain, et donc la santé des salariés.

    2. La santé des salariés est d’abord l’affaire des managers, elle ne s’externalise pas.

    Les managers de proximité sont les premiers acteurs de santé.

    3. Donner aux salariés les moyens de se réaliser dans le travail.

    Restaurer des espaces de discussion et d’autonomie dans le travail.

    4. Impliquer les partenaires sociaux dans la construction des conditions de santé.

    Le dialogue social, dans l’entreprise et en dehors, est une priorité.

    5. La mesure induit les comportements.

    Mesurer les conditions de santé et sécurité au travail est une condition du développement du bien-être en entreprise.

    6. Préparer et former les managers au rôle de manager.

    Affirmer et concrétiser la responsabilité du manager vis-à-vis des équipes et des hommes.

    7. Ne pas réduire le collectif de travail à une addition d’individus.

    Valoriser la performance collective pour rendre les organisations de travail plus motivantes et plus efficientes.

    8. Anticiper et prendre en compte l’impact humain des changements.

    Tout projet de réorganisation ou de restructuration doit mesurer l’impact et la faisabilité humaine du changement.

    9. La santé au travail ne se limite pas aux frontières de l’entreprise.

    L’entreprise a un impact humain sur son environnement, en particulier sur ses fournisseurs.

    10. Ne pas laisser le salarié seul face à ses problèmes.

    Accompagner les salariés en difficulté.

    Propositions

    Il s’agit pour les entreprises d’une démarche à la fois sociale et économique : car la santé des salariés est une source incontestable d’efficacité dans le travail, et donc de performance individuelle et collective.. D’autre part, le travail, effectué dans des conditions adéquates, est facteur de santé et de réalisation personnelle.

    Les dix propositions qui suivent déclinent dans les différents aspects de la vie en entreprise l’idée selon laquelle la valeur d’une structure est celle des hommes qui la composent

    Conclusion

    Toutes ces recommandations ont pour objectif de développer davantage de bienêtre et d’efficacité au travail, par une meilleure prise en compte des sujets de santé au sein de l’entreprise.

    Face à la complexité de ces problèmes, il faut néanmoins rester humbles et réintroduire du bon sens, voire du sens, dans la conduite des hommes.

    C’est en comprenant bien et en agissant le plus possible en amont que l’on préviendra au mieux les risques psychosociaux et que l’on développera dans un même mouvement bien-être au travail et efficacité.

    L’intégralité de cette contribution est disponible sur le site www.travailler-mieux.gouv.fr.

    et vous , vous en pensez quoi ?

      1 comment for “Bien-être et efficacité au travail… (extrait Rapport LACHMANN)

      1. nat
        5 mars 2010 at 20h55

        je pense qu'un salarié heureux est un salariée productif.les patrons auraient tous à gagner de bichonner leurs employés!!!!!!!mais malheureusement nous ne sommes plus vu comme des individus mais comme des pions!!!!!il faudrait que le système économique s'écroule pour que ce soit possible…..

      Laisser un commentaire

      Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.