Pas de pitié pour les salariés usés  !…

    À la suite du Medef, qui avait fait capoter des négociations en 2008, le gouvernement s’oppose à la revendication, de simple justice, d’un droit au départ anticipé pour les salariés ayant été astreints à des travaux pénibles. 
    Selon le système envisagé, seuls les travailleurs déjà malades seraient éligibles.

    C’est l’une des injustices les plus insupportables  : le travail contribue à priver les ouvriers de plusieurs années de vie de retraite.

    Leur espérance de vie est inférieure de 6,5 ans à celle des cadres.
    L’écart est encore plus grand si l’on prend en compte l’espérance de vie en bonne santé  : à l’âge de trente-cinq ans, les ouvriers ont en moyenne vingt-quatre ans à vivre sans incapacité, contre trente-quatre ans pour les cadres.
    Même s’il n’est pas seul en cause, personne n’ose nier la lourde responsabilité du travail, de ses pénibilités multiples, aux effets à court mais aussi à long terme.
    En 2003, cherchant à se montrer équitable au moment où il imposait un allongement de la durée de cotisation, le gouvernement Raffarin avait demandé aux partenaires sociaux de négocier des modalités de prise en compte de la pénibilité pour la retraite.
    Sans résultat, le Medef ayant fait capoter les pourparlers en 2008.
    La patate chaude retombe maintenant dans les mains du politique.

    suite article : http://www.humanite.fr/article2767300,2767300

    et vous , vous en pensez quoi ?

      Laisser un commentaire

      Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.