Nanotechnologies : les syndicalistes danois redoutent une réédition du scandale de l’amiante…

    La centrale syndicale danoise LO vient de demander la création d’un centre national sur la nanosécurité et l’application du principe de précaution pour les nanotechnologies. Elle considère qu’il y a trop d’inconnues encore sur les risques que présentent les nanomatériaux pour la santé des travailleurs, alors que leur utilisation dans l’industrie explose au Danemark.

    Selon le département santé-sécurité de l’Institut syndical européen (European Trade Union Institute – ETUI) créé par la Confédération européenne des syndicats (CES), un rapport de 2007 avait déjà constaté la nécessité de mener enfin des recherches sur cette question.

    L’alerte lancée par le syndicat s’appuie sur l’avis d’experts. Le directeur du Centre de recherche danois sur l’environnement du travail (NFA) a déclaré dans le journal de LO qu’« on peut, sur la base de fondements scientifiques, tracer un parallèle entre l’expansion des nanoproduits et le scandale de l’amiante ».
    On sait déjà, explique-t-il, que des animaux de laboratoire exposés à des nanotubes de carbone ont développé un cancer de la plèvre. Précisément l’une des maladies développée par les travailleurs exposés à l’amiante.
    Le directeur du NFA a également souligné que « l’ignorance est tellement grande dans ce domaine, qu’il n’existe même pas une méthode scientifique commune pour évaluer la dangerosité des nanoproduits ».

    Le dirigeant du syndicat danois a exprimé sa crainte de voir répétées les erreurs commises dans le scandale de l’amiante : il a fallu, dit-il, attendre qu’il y ait « des cadavres sur la table » pour interdire son utilisation, rapporte le site de l’ETUI.

    source : http://www.viva.presse.fr/Nanotechnologies-les-syndicalistes_13802.html

    et vous , vous en pensez quoi ?

      Laisser un commentaire

      Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.