Le grand malaise des classes moyennes…

    Nous avons lu sur le site www.leparisien.fr cet article très intéressant de Mr REYNIE directeur général de FONDAPOL sur le malaise grandissant des classes moyennes …

    Extraits de presse :

    Un Français sur deux estime en faire partie. Entre les cités HLM et les quartiers chics, à mi-chemin de l’ouvrier et du notable, la classe moyenne, ce sont ces millions d’employés, de cadres, de commerçants, de fonctionnaires qui travaillent pour s’offrir un pavillon, mettre leurs enfants dans une bonne école et partir en vacances en famille…

    Une catégorie qui s’estime oubliée du système de solidarité

    Le malaise est palpable. Se défiant des institutions, se vivant comme les oubliés du système de solidarité, sceptiques sur la capacité de l’Etat à répondre à leurs inquiétudes, les classes moyennes ont le moral en berne…

    A défaut, l’angoisse d’une partie des classes moyennes pourrait venir nourrir le vote des extrêmes. L’un des enjeux de l’élection présidentielle de 2012 est là…

    Lire l’article : http://www.leparisien.fr/economie/le-grand-malaise-des-classes-moyennes-18-11-2010-1155165.ph

    «  Les vérités que l’on aime le moins à entendre sont souvent celles qu’on a le plus besoin de savoir  »

    Si le battement d’aile d’un papillon peut modifier le climat ALORS un petit clic sur un mulot peut réorienter des choix politiques … Participez à la vie de ce blog commentez les articles pour réussir ensemble …

    Ainsi va la vie dans notre pays où les colères et injustices qui existent, demeurent bien profondément enfouies devant nos dirigeants. Jusqu’à quand ?

    (Ici nous respectons la loi sur les droits d’auteur et le travail de la presse et des journalistes professionnels)

    Et vous qu’en pensez vous ?

      Laisser un commentaire

      Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.