Nucléaire Français : Houston on a un problème…

    A l’issue d’une réunion du Conseil de politique nucléaire présidée par Nicolas Sarkozy, le gouvernement a publié hier une version de synthèse du rapport Roussely d’une vingtaine de pages. Remise le 11 mai au président de la République, la version initiale avait été classée secret défense par l’Elysée, compte tenu des éléments consacrés au nucléaire militaire.

    Le nucléaire français va mal, à l’intèrieur comme à l’extèrieur. Cette déduction vient suite à plusieurs évènement survenus ces derniers mois, comme le rapport Roussely sur l’avenir de la filière française du nucléaire civil enfin rendu public, sous forme de synthèse, le Haut Comité pour la transparence et l’information sur la sécurité nucléaire qui remet son avis sur la gestion des matières et déchets radioactifs, ou encore le Président de la république annonçant que EDF sera le chef de file du nucléaire français à l’exportation associé à AREVA, au moment où EDF reconnaît deux nouvelles années de retard pour l’EPR de Flamanville.

    « Rappelons que cela fait 20 ans que ni EDF, ni AREVA n’ont construit un réacteur de A à Z et que les compétences se sont estompées. Tous les intervenants doivent réapprendre à faire. En fait, ces 2 réacteurs sont des chantiers-écoles comme il en existe dans tout le secteur de la formation professionnelle, mais on n’a pas osé nous les présenter ainsi ! », a déclaré Maryse Arditi, pilote du réseau Risques industriels de FNE.

    En effet, il faut savoir qu’un premier élément commun réside dans les déboires graves des deux chantiers des réacteurs EPR, celui d’AREVA en Finlande et celui d’EDF à Flamanville. Et c’est dans ces conditions que FNE rappelle sa demande de moratoire sur Penly 3, le temps que Flamanville soit terminé et expérimenté, peut on lire dans un communiqué de presse.

    Pour FNE, les exportations sont menacées. Depuis plusieurs années, EDF exporte le  courant et AREVA exporte les réacteurs. Selon le rapport Roussely, nos réacteurs vont durer non pas 40 ans, mais 50 ans, voire 60 ans, ce qui n’est pas sans soulever des questions fondamentales sur la sûreté, comme l’illustre l’état de santé de Fessenheim, centrale de seulement 40 ans.

    Le rapport déduit à cet effet que la seule activité possible pour le nucléaire civil français est à l’exportation. L’EPR est inadapté pour des pays sans compétences fortes en nucléaire.

    Lire la suite : http://www.actualites-news-environnement.com/23977-Nucleaire-Francais-Houston-on-a-probleme.html

    et vous qu’en pensez vous ?

      Laisser un commentaire

      Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.