Essais nucléaires…

    «J’ai servi de cobaye»

    Le 13février 1960, la France procédait à son premier essai nucléaire en Algérie. Le Costarmoricain Armand Jolivet a vécu les troisième et quatrième tirs.

    Il en garde d’importantes séquelles physiques.

    «On est face contre terre. Il y a d’abord un énorme éclair comme la foudre, un gros boum et puis un immense souffle capable d’envoyer un homme à terre». Armand Jolivet s’en souvient comme si c’était hier. Pourtant, cinquante années ont passé. L’explosion d’une bombe nucléaire, ça ne s’oublie pas comme ça.
    En 1960, le Breton, aujourd’hui installé à L’Hermitage-Lorge (22), a tout juste 20 ans.
    Il effectue son service militaire en Algérie. Armand Jolivet est sous-officier spécialisé dans le transport.
    D’abord affecté au nord du pays, il file vite vers le Sahara où se déroulent les essais nucléaires.

    Deux explosions à 16km du point zéro

    «On m’a dit: ?vous allez dans le sud. Vous aurez une bonne paie, moins d’opérations et du soleil?. En fait, j’ai été volontaire désigné d’office», raconte-t-il laconiquement. Armand Jolivet rejoint la base d’Hamoudia… à 16km de l’endroit des explosions. Le point zéro. Pour le soleil, l’armée n’a pas menti. Il fait entre 60 et 85ºCen pleine journée. Armand est responsable du parc de véhicules et chargé de transporter le matériel mais aussi le personnel civil et militaire au point zéro. D’octobre1960 à juillet1961, il multiplie les missions sur place.

    Sans réelle protection. «Normalement, on devait porter une combinaison, des bottes, des lunettes et des masques. Mais il y avait une paire de lunettes pour dix et il faisait trop chaud.» Du coup, la combinaison est souvent ouverte ou remplacée par un simple tee-shirt. Les bottes laissent place à des espadrilles.

    Armand décrit des scènes identiques lors des troisième et quatrième explosions qu’il a vécues à 16km de là. Gerboise rouge le 27décembre 1960 et Gerboise verte le 25avril 1961. Militaires et civils n’ont alors pas conscience du danger. «On ne nous a jamais dit qu’il y avait un risque de contamination. Pourtant des gens savaient puisqu’avant il y avait eu Hiroshima et Nagasaki. Je pense qu’on a servi de cobayes. On a testé le matériel… et les bonshommes».

    suite article : http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/bretagne/essais-nucleaires-j-ai-servi-de-cobaye-14-02-2010-783670.php


    SANTE : Retour sur les essais nucléaires français …


    « L’effet des radiations ionisantes sur la santé humaine » est le thème du 4e forum régional sud dont les travaux ont été lancés ce samedi à la Maison de la culture d’Adrar à l’occasion du 50e anniversaire de l’explosion de la bombe nucléaire française à Reggane, la Gerboise bleue.

    Pas moins de 25 spécialistes en cancérologie, des juristes et des associations de lutte contre le cancer, ainsi que des témoins qui ont travaillé dans la base de Hamoudia à Reggane, des moujahidines et des représentants de la société civile, ont pris part à cette rencontre organisée par la société algérienne d’ontologie et l’association de lutte contre le cancer en collaboration avec le laboratoire de recherche de l’université d’Alger.

    Dans son allocution d’ouverture le professeur Bouzid Kamel a demandé l’aide des services sanitaires pour préparer un dossier médical qui met en relation direct les maladies dont sont victimes les habitants du Grand Sud surtout à Adrar et à Tamanrasset et les essais nucléaires de Reggane et Tamanrasset.

    Le nombre d’essais est de 17 dont 04 aériens et 13 souterrains.

    suite article : http://sante-plus.org/breve169.html

    et vous , vous en pensez quoi ?

      1 comments for “Essais nucléaires…

      1. 14 février 2010 at 16h25

        A t on des statistiques des origines sociales (à l'époque des faits) des jeunes gens envoyés en service militaire en Algérie comme à Tahiti pour tester la bombe?Thèse à vérifier: envoi des jeunes de classes populaires ouvrières, histoire d'être tranquille niveau plainte judiciaireQuid des enfants de militaires potentiellement irradiés? Y'a t il eu des stats, je n'ose parler de suivi médicalEt quid des populations civiles sur les lieux ou aux environs des tests?Cdt,Cpolitic

      Laisser un commentaire

      Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.