EDF renoue avec une politique de forte hausse tarifaire…

    L’ancien PDG d’EDF, Pierre Gadonneix, n’avait pas été reconduit, en novembre 2009, pour avoir dit une vérité qui dérangeait alors le président de la République, Nicolas Sarkozy : les tarifs de l’électricité devaient fortement augmenter dans les années à venir pour financer les investissements nécessaires à la modernisation du système électrique. La réalité a rattrapé les pouvoirs publics, qui ont discrètement annoncé la plus forte hausse des tarifs des particuliers depuis 2003.

    Après cinq années d’augmentations proches de l’inflation, la Commission de régulation de l’énergie (CRE), le « gendarme » du secteur, a en effet donné un avis favorable aux propositions du gouvernement. La hausse moyenne des tarifs réglementés sera de 3,4 %. La facture des 27,5 millions de clients au tarif bleu (résidentiel) augmentera de 3 % en moyenne à compter du 15 août (pour 1,7 % d’inflation sur douze mois). Le ministère de l’écologie et de l’énergie a prévenu que l’effort serait limité à 48 euros par an pour 90 % des ménages ; mais près de 3 millions de foyers auront des hausses plus importantes. Les prix pour les entreprises grimperont de 4 % à 5,5 %.

    Les augmentations différenciées sont censées refléter la consommation réelle des clients entre le jour et la nuit, l’été et l’hiver, les heures creuses et les heures de pointe. EDF veut faire payer plus cher le courant consommé en période de pointe, où il est obligé de l’acheter à prix d’or sur le marché, le parc nucléaire étant mal adapté à ces pics de consommation. Chez EDF, on préfère parler d’« équité » entre les clients, qui paieront ce qu’ils consomment réellement. Mais la tarification est si complexe que l’arrêté publié au Journal officiel du 13 août compte 22 pages !

    LES CENTRALES VIEILLISSENT

    Ce mouvement de hausse ne peut que se confirmer dans les prochaines années, préviennent les dirigeants d’EDF et de nombreux experts de l’énergie. Les prix ont progressé dans les années 1970-1980, au moment où la France s’équipait de centrales nucléaires (58 réacteurs). Puis les clients ont bénéficié d’un parc de production jeune et en phase d’amortissement. « Les tarifs ont baissé de 30 % hors inflation entre 1985 et 2005 », affirme un responsable de la direction commerce d’EDF.

    Depuis cinq ans, l’heure est venue de réinvestir et « les tarifs doivent refléter les coûts », répètent ses dirigeants. Le parc de centrales, qui a 25 ans d’âge moyen, vieillit et la durée d’exploitation des réacteurs doit être prolongée au-delà de 40 ans. Une modernisation dont EDF a chiffré le coût à plus de 30 milliards d’euros pour dix ans d’exploitation supplémentaires. Il est aussi urgent de moderniser un réseau de distribution (moyenne et basse tension) vétuste, et d’enterrer des lignes pour les protéger de tempêtes. Entre 2008 et 2009, les investissements d’EDF dans l’Hexagone sont passés de 5,2 à 7,2 milliards ; ils atteindront 8 milliards en 2010.

    Au milieu des années 2000, la crainte d’un « black-out » liée à l’insuffisance des moyens de production était vive. Elle s’est estompée. « La sécurité d’alimentation devrait être assurée jusqu’en 2013 », indique le Réseau de transport d’électricité (RTE), la filiale d’EDF gestionnaire des lignes à haute tension et garante du bon fonctionnement du système. Le solaire se développe rapidement et, fin 2009, onze centrales au gaz étaient en construction, en projet ou mises en service par EDF, GDF Suez, E.ON France, Poweo et le suisse Atel.

    Cela justifie-t-il des hausses de tarifs très supérieures à l’évolution de l’indice des prix ?

    lire la suite : http://www.lemonde.fr/economie/article/2010/08/18/edf-renoue-avec-une-politique-de-forte-hausse-tarifaire_1400114_3234.html

    et vous qu’en pensez vous ?

      1 comments for “EDF renoue avec une politique de forte hausse tarifaire…

      1. Franck
        18 août 2010 at 16h59

        Si aussi on arretait de vouloir fournir de l’energie a tous les « creve la dalle » du monde avec nos tunes… On est pas capable de fournir de facon sure la france en energie, que deja on veut en plus envoyer de l’energie aux pays d’afrique du nord… la guerre d’algerie ne nous a pas servi de lecons? Qui va payer pour ca? surement pas les pays beneficiaires de la manne energetique, mais bien les abonnés francais, qui comme d’eternels moutons, ne piperont pas un bellement et se contenteront de payer…

      Laisser un commentaire

      Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.