Essais nucléaires : « 50 ans après, on ne sait toujours rien »…

    Le 13 février 1960, la France testait son premier essai nucléaire à Reggane (Algérie).
    D’autres suivront, dont celui, raté, de Tamanraset.
    Deux Chambonnaires, militaires à l’époque, témoignent

    Témoins des essais nucléaires, atmosphériques et souterrains, dans le sud de l’Algérie Aimé Monchovet et Marcel Terrier, deux Chambonnaires, se souviennent, 50 ans après.

    Tous deux ont adhéré, il y a quelques années, à l’association des vétérans des essais nucléaires. Leur combat : que l’Etat reconnaisse les terribles répercussions sur la santé des militaires dont beaucoup ont développé des cancers.

    Aimé Monchovet avait 20 ans, en juillet 1959 :

    « On pensait qu’à Réggane, on serait tranquilles ».

    En janvier 1960, les hommes du 11e régiment de génie saharien apprennent qu’un essai nucléaire atmosphérique – « trois ou quatre fois plus fort qu’Hiroshima » – va avoir lieu.

    « On ne se rendait pas compte du danger ».

    L’arrivée de 200 cercueils, en décembre 1959, aurait pu leur mettre la puce à l’oreille !

    Le 13 février 1960, civils et militaires sont rassemblés. L’essai, baptisé Gerboise bleu, va avoir lieu, à 50 km de là. « On avait un compteur geiger autour du cou ; on s’est assis et on s’est couvert les yeux avec nos avant-bras » se souvient Aimé Monchovet.

    Le champignon nucléaire est apparu suivi d’une grande explosion et un immense souffle. Et puis, plus rien. Silence. « Huit jours plus tard, on a repris nos compteurs et on ne nous en a jamais reparlé ».

    210 essais nucléaires entre 1960 et 1996

    suite article : http://www.leprogres.fr/fr/france-monde/article/2701508,192/Essais-nucleaires-50-ans-apres-on-ne-sait-toujours-rien.html

    et vous , vous en pensez quoi ?

      2 comments for “Essais nucléaires : « 50 ans après, on ne sait toujours rien »…

      1. Marquès
        7 mars 2021 at 10h32

        J’étais cuisinier SHRM au CEA. Présent le 1er mai 1962. Grosses préparations, brochettes, desserts etc.… et puis en short et petit tee-shirt assistant au spectacle gratuit offert par Béryl. Le rapatriement vers la base vie. Retour le lendemain pour enterrer tout ce qui était radioactif. Douches au teepol. une dizaine dans la journée. Retour à Toulouse ou la Dépêche écrivait: la France dément avoir procédé à des essais nucléaires. J’ai 85 ans et peu de séquelles. Dessus des mains tachées et parfois boursouflées. La dentition a souffert aussi. Quel superbe spectacle nous avons eu
        Le voyage Alger-In Amguel dura 7 heures en Nord Atlas avec la présence de M. Carcopino (responsable du CEA Algérie) je crois.

      2. 13 février 2010 at 13h38

        Qui nous dit que l'on nous dit la vérité sur les centrales,quand on voit ce qui c'est passé en Algérie? L'info n'est peut-être pas tout à fait transparente!

      Laisser un commentaire

      Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.