Sûreté nucléaire et radioprotection : l’ASN dresse un bilan  »assez satisfaisant »…

Si l’Autorité de sûreté nucléaire, qui a présenté son rapport annuel mercredi, juge la situation française en matière de sûreté nucléaire et de radioprotection assez satisfaisante en 2009, elle souligne plusieurs sujets de préoccupation.

L’Autorité de sûreté nucléaire juge la situation française  »assez satisfaisante », après avoir réalisé, en 2009, 2.112 inspections d’installations nucléaires de base (INB), des activités de transport de matières radioactives, des activités mettant en œuvre des rayonnements ionisants, des organismes et laboratoires qu’elle a agréés et des activités liées aux équipements sous pression.

L’ASN a présenté le 8 avril son rapport annuel à l’Office parlementaire des choix scientifiques et technologiques.

Installations nucléaires : situation satisfaisante mais…

Malgré deux incidents de niveau 2 (sur l’échelle INES qui en compte 7) liés à la  »criticité », dans l’usine Melox à Marcoule le 3 mars et dans l’atelier de technologie du plutonium à Cadarache en juin, l’ASN juge la situation globale des installations nucléaires  »assez satisfaisante ».

Sur les 19 sites gérés par EDF, l’Autorité de sûreté pointe néanmoins dans son rapport quatres mauvais élèves : Saint-Alban (sur l’ensemble des aspects), Chinon et Flamanville (en matière de sûreté nucléaire, notamment de rigueur d’exploitation) et Belleville-sur-Loire (en matière d’environnement).

En revanche, cinq sites se distingueraient de manière positive : Golfech, Bugey, Gravelines, Penly et Civaux.

Cependant, si des progrès dans la rigueur d’exploitation ont été observés sur certains sites en 2009, l’ASN estime qu’EDF doit améliorer la qualité et la profondeur des analyses de retour d’expérience d’exploitation réalisés.

L’Autorité de sûreté épingle notamment l’énergéticien qui  »n’a pas suffisamment anticipé certaines problématiques qui le conduisent aujourd’hui à devoir réaliser des opérations de maintenance corrective délicates et de grande ampleur sur les générateurs de vapeur, afin d’en assurer la sûreté ».

Des défauts de qualité ont d’ailleurs été observés sur certaines opérations de maintenance,  »la qualité des analyses de risques réalisées pour préparer les opérations de maintenance et leur appropriation par les intervenants doivent être améliorées ».

L’ASN note également  »une dégradation de la surveillance sur le terrain des activités réalisées par des entreprises prestataires et considère que cette surveillance doit être rapidement améliorée et renforcée ».

Enfin, dans le domaine de la protection de l’environnement, la situation en 2009 a  »régressé », notamment en ce qui concerne les rejets non radioactifs :  »un nombre significativement plus important d’écarts a été constaté par rapport aux années précédentes », notamment à Tricastin.

Jean-Christophe Niel, directeur général de l’ASN, s’est d’ailleurs dit inquiet de la situation de ce site, à la suite du report de certains projets de traitement des effluents et des déchets.

  • Une situation hétérogène et une pénurie de professionnels…

suite article : http://www.actu-environnement.com/ae/news/surete-nucleaire-radioprotection-bilan-2009_10000.php4

et vous , vous en pensez quoi ?

1 comment for “Sûreté nucléaire et radioprotection : l’ASN dresse un bilan  »assez satisfaisant »…

  1. 8 avril 2010 at 22 h 46 min

    Les ASN demandent une surveillance renforcée sur les travailleurs prestataires,erreur de cible!La surveillance renforcée devrait être sur les employeurs de ces forçats du nucléaire, qui eux s'enrichissent d'avantage sous toutes les formes que l'on connait au mépris de la sureté et de la sécurité dont on responsabilise à des niveaux de plus en plus bas dans l'échelle hiérarchique, au point de faire culpabiliser le salarier dit de base.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.