Quand le mensonge prend l’ascenseur, la vérité prend l’escalier et elle finit toujours par arriver.

Respirez, soufflez : nous allons tenter de vous donner quelques éléments de compréhension sur la sanction disciplinaire de notre collègue afin de toujours vous faire, votre propre avis.

«Licenciement pour faute lourde»

Nous avons tous été très choqué par la déclaration du chargé de com d’Orano sur cette affaire, le mardi soir à la radio locale Radio France-Bleu (clic sur l’image et sélectionne le journal en question).

Dire que notre collègue est dangereux et qu’il a commis un geste suicidaire a du mal à passer pour toutes celles et ceux qui aux quotidiens portent un masque, pour se protéger  des nombreux risques auxquels nous sommes exposés quotidiennement !!!

Vous voulez en faire un exemple disciplinaire pour tous les autres salariés !!!

Vous vous trompez encore sur ces maux qui nous rongent toutes et tous aujourd’hui.Peut-être devriez vous faire notre travail (démantèlement-assainissement) quelques temps «chiche ?» et ainsi vous vous éviteriez de dire des énormités sur nos métiers que vous ne connaissez pas, mais, qui vous garantissent à vous et à bien d’autre encore,votre salaire au seul prix de notre sueur.

Certaines choses nous interrogent : Comment la direction,management intermédiaire peuvent dire ne pas être au courant de ce problème de santé (asthme) puisqu’il leur faudra attendre la troisième fois soit 15 jours après le premier signalement pour envoyer notre collègue au service médical du site ! Il y a juste Madame,Monsieur deux fois de trop à nos yeux et c’est INACCEPTABLE …alors pourquoi tant de passivité ? pourquoi ???

Le syndicat Sud Énergie à fait un démenti le lendemain matin sur cette accusation mensongère et diffamante pour notre collègue 

Lorsqu’on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage !

Il y a des manquements graves dans cette organisation du travail MAIS ce qui nous choque surtout nous les techniciens du terrain c’est le non respect par la hiérarchie de consigne «strict-hyper strict même» dans pareil situation : un salarié en danger + une suspicion de contamination interne, alors à qui la faute maintenant ? 

Nous le redisons , la sécurité et la sûreté nucléaire sont des biens communs et il est de fait impossible pour nous de cautionner des intérêts privés aux détriments de l’intérêt général des salariés que nous représentons ici.

Lorsqu’un salarié sous-traitant est bafouée,c’est l’ensemble des salariés qui le sont !     

Nous avons appris que le Directeur de Orano D&S serait présent mardi sur le site 

alors si vous avez des idées,contactez nous  😉  

Notre association vit principalement grâce aux forces vives que représentent ses adhérents et ses membres.La cotisation est un acte majeur de la vie associative,car elle est pour nous un moyen capital de mettre concrètement nos idées en pratique et vous invitons à adhérer directement en ligne.«Paiements PayPal Sécurisés» 

😉BANZAÏ 😉

♡☺ Grâce à votre adhésion/don nous pouvons avoir de l’ambition pour l’ensemble des petites mains invisibles de cette industrie  ♡☺

 

 

 

 

1 comment for “Quand le mensonge prend l’ascenseur, la vérité prend l’escalier et elle finit toujours par arriver.

  1. aieaie
    3 juin 2019 at 7 h 30 min

    en cas de dysfonctionnement du masque ou système autonome ou autres dispositifs similaires, la consigne n’est elle pas de retirer le masque/dispositif/… plutôt que de mourrir asphixié ?

    n’y a t’il pas des précédents avec des tenues étanches ventilées ou muru ?

    en agissant de la sorte, la faute grave/lourde n’est elle pas à incomber à ceux qui l’ont déclarée ? concernant l’asthme, n’y a t’il pas de restriction-s prévues par la médecine du travail ???

    ne serait il pas plus que temps de mettre un terme à ces pratiques graves et lourdes comme le fameux truc tombé sur la dalle de penly ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.