Projet de loi #VotreEnergie #transitionénergétique

Le projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte va permettre à la France de contribuer plus efficacement à la lutte contre le dérèglement climatique et de renforcer son indépendance énergétique en équilibrant mieux ses différentes sources d’approvisionnement.

 
Qu’est-ce que la transition energétique ? par FranceEcologieEnergie

Porté par Ségolène Royal, est examiné par l’Assemblée nationale en commission spéciale du 24 au 26 septembre, il sera discuté en séance publique dès le 1er octobre. Suivez les débats en direct ! Toutes les auditions. Onglet à gauche «Débat national transition énergétique»

Ci-dessous les membres de la commission spéciale . Il y a forcement cher(e)s collègues salariés « précaires issus de la sous-traitance » des parlementaires que vous connaissez .

2014-09-26_04h18_09Construit en trois grandes parties, déclinées en 8 titre et 64 articles, il pose les grands objectifs de la transition énergétique française.

Les grands chapitres du projet de loi

Partie 1 : Priorité aux économies d’énergie (art.1 à art 22)

Partie 2 : Diversifier notre mix énergétique (art.23 à art.34)

  • Titre 6 : Renforcer la sûreté nucléaire et l’information des citoyens (art. 31 à art. 34)

Partie 3 : Agir ensemble, simplifier, mieux réguler (art.35 à art.64)

Ameliorer
Les salariés précaires sous-traitants de l’industrie nucléaire seront-ils les grands oubliés de ce projet de loi ?
N’oublions jamais que :
La Commission d’Enquête sur les coûts passer, présent et futur de la filière Nucléaire préconise dans son rapport remis au Gouvernement 05/06/2014 : la création d’une convention collective propre aux métiers du nucléaire « page 73 du rapport ».

Cette préconisation n’est pas prise en compte actuellement POURQUOI ?

Qui, des représentant(e)s à l’A-N aura l’audace de déposer un ou plusieurs amendement(s) à notre sujet ?

Quelle grande Organisation Syndicale mettra toute son énergie pour mettre un terme au dumping social qui nous est soumis ?

Il nous/vous appartient de participer au débat, afin de voir intégrer dans cette ambitieuse loi, la mise en application d’un statut unique pour les salariés « précaires issus de la sous-traitance ».

alan-kay-citation

21 comments for “Projet de loi #VotreEnergie #transitionénergétique

  1. Sentinelle
    8 octobre 2014 at 16 h 44 min

    La contribution de l’Association MZC à la future Loi sur la transition énergétique .


    Clic sur l’image pour l’agrandir

    Clic sur l’image pour l’agrandir

  2. Amendement 1791
    7 octobre 2014 at 17 h 06 min

    • webmaster MZC
      8 octobre 2014 at 0 h 21 min

      5.000 à 10.000 cancers par an auraient une cause professionnelle

      Cette évaluation de l’Institut de veille sanitaire, révélée par le mensuel « Santé & travail », est au moins trois fois supérieure aux cancers professionnels reconnus par la Sécurité sociale.

      Le scandale de l’amiante a fait prendre conscience des dangers de l’exposition des salariés à des substances cancérogènes. C’est devenue un sujet de santé publique et médiatique. On aurait donc pu penser que cela provoquerait un sursaut de prévention et partant une nette baisse des risques. Sur ce plan, les résultats de la dernière enquête Sumer sur les risques professionnels réalisée par la Dares et la Direction générale du travail (DGT) publiés en septembre 2013 avaient montré qu’entre 2003 et 2010, la proportion de salariés exposés à au moins un produit chimique cancérogène avait diminué, passant de 13 % à 10 % sur le secteur concurrentiel et les hôpitaux publics. Une bonne nouvelle, même si l’évolution des effectifs en valeur absolue en relativisait l’ampleur puisque le nombre de salariés concernés n’avait que peu diminué en sept ans, passant de près de 2,4 millions à 2,2 millions.

      Silice, benzène, amiante

      En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/economie-france/social/0203834246235-5000-a-10000-cancers-par-an-auraient-une-cause-professionnelle-1050538.php?V6Jbu04ljbOMIuo5.99

  3. Webmaster MZC
    4 octobre 2014 at 10 h 19 min

    Nous serons présent Vendredi 10 octobre à Valence pour la conférence-débats « Nucléaire et territoire »

    Programme et détails des tables rondes
    * 9h00 : Accueil des participants
    * 9h30 à 10h15 : Ouverture de la journée
    par Didier GUILLAUME, Président du Conseil général et Sénateur de la Drôme, Pierre-Franck CHEVET, Président de l’ASN
    * 10h30 à 12h15 : Première session de tables rondes
    – Table n°1 – Le contrôle continu des installations nucléaires
    Table n°2 – La réévaluation de sûreté en France, à la lumière du retour d’expérience de Fukushima * MZC
    – Table n°3 – Nucléaire et environnement
    * 12h00 à 13h30 : Déjeuner
    * 13h45 à 15h15 : Deuxième session de tables rondes
    – Table n°4 – Risques et territoires (gestion de crise)
    Table n°5 – L’information du public et la culture du risque * MZC
    * 15h30 à 16h45 : Synthèse des ateliers
    * 16h45 à 17h00 : Conclusion et clôture de la conférence
    par Gérard CHAUMONTET, Vice-président du Conseil général de la Drôme, Président de la CLI FBFC, Jean-Christophe NIEL, Directeur général de l’ASN

    Détails des tables rondes

    Table n°1 – Le contrôle continu des installations nucléaires

    Animation : Daniel GENIEZ (Directeur Général Adjoint, Conseil Général de Vaucluse)
    Intervenants :
    Matthieu MANGION – Chef de la division de Lyon, ASN
    Eric PLUCHE – Directeur Sûreté Sécurité Environnement, AREVA Tricastin
    Sarah BASKEVITCH – Chef de la mission Sûreté-Qualité du CNPE EDF du Tricastin
    Serge MARTIN – Délégué syndical CGT, membre de la CLI de Saint-Alban
    Robert COTTA – Vice-président du Conseil général ,de l’Ardèche, Maire de Cruas, membre de la CLI de Cruas-Meysse

    * Table n°2 – La réévaluation de sûreté en France, à la lumière du retour d’expérience de Fukushima * MZC

    Animation : Gérard CHAUMONTET (Vice-président du Conseil général de la Drôme, président de la CLI FBFC)
    Intervenants :
    Pierre-Franck CHEVET – Président de l’ASN
    Thierry CHARLES – Directeur Général Adjoint chargé de la sûreté nucléaire. IRSN
    Dominique MINIERE – Directeur Délégué de la Direction Production Ingénierie du groupe, EDF
    Michèle RIVASI – Députée européenne

    Table n°3 – Nucléaire et environnement

    Animation : Yves LHEUREUX (Chargé de mission, ANCCLI)
    Intervenants :
    Catherine MERCAT – AREVA Tricastin
    Roland DESBORDES – Président de la CRIIRAD, membre de CLI
    Jean-Christophe GARIEL, Directeur de l’environnement, IRSN
    Brigitte VITRY – Responsable du service environnement et santé, Agence Régionale de Santé Rhône-Alpes – Délégation Départementale de la Drôme
    Richard ESCOFFIER – Adjoint au chef de division de Lyon, ASN
    Anne-Marie RÈME-PIC – Vice-présidente du Conseil général de la Drôme, membre de la CLIGEET

    Table n°4 – Risques et territoires (gestion de crise)

    Animation : Alain KERHARO (Directeur Général Adjoint, Conseil général de la Drôme)
    Intervenants :
    David ANTOINE – Chef du SID-PC, Préfecture de la Drôme
    Jean-Christophe NIEL – Directeur général, ASN
    Colonel Stéphane JACQUES – Chef d’Etat-major adjoint et chef de la Division anticipation des crises et préparation, Préfecture de zone de défense et de sécurité Sud-Est
    Jean-Michel CATELINOIS – Maire de Saint-Paul-Trois-Châteaux, membre de la CLIGEET
    Michel CHAINTREUIL – Chef de la mission Sûreté-Qualité du CNPE EDF de Cruas-Meysse

    * Table n°5 – L’information du public et la culture du risque * MZC

    Animation : Antoine REBOUL (journaliste à Enviscope)
    Intervenants :
    Alain DELMESTRE – Directeur général adjoint, ASN
    Jean-Claude DELALONDE – Président de l’ANCCLI
    Gérard CHAUMONTET – Vice-président du Conseil général de la Drôme, Président de la CLI FBFC
    Sylvie RICHARD – Directeur du CNPE EDF du Tricastin
    Alain BOURNAT – Délégué syndical CGT, membre de la CLI du Bugey
    Yannick ROUSSELET – Chargé de campagne nucléaire, Greenpeace

    – See more at: http://newsletters.ladrome.fr/nucleaire-et-territoires/conference-debats.html#sthash.rMXmU8Uq.bVKEwazz.dpuf

  4. Redaction MZC
    3 octobre 2014 at 6 h 08 min

    VIDEO. Les mineurs grévistes de 1948 sur le point d’être indemnisés

    A l’automne 1948, plusieurs milliers de mineurs des sites du Nord-Pas-de-Calais avaient cessé le travail pour protester contre des décrets qui prévoyaient la baisse de leur rémunération. Beaucoup avaient été poursuivis en justice et condamnés

    Après plus de 60 ans de combat, ils obtiennent enfin satisfaction. Trente-et-un anciens mineurs du Nord Pas-de-Calais devraient bientôt être indemnisés par l’Etat français. La décision est d’ores et déjà inscrite dans le budget 2015. L’Etat reconnaît enfin le préjudice subi par ces mineurs durant les grandes grèves de 1948. Durant près de deux mois, ils avaient cessé le travail, notamment pour réclamer le maintien de leur salaire.

    3 000 mineurs avaient été licenciés…

    http://www.francetvinfo.fr/economie/greve/video-les-mineurs-grevistes-de-1948-dans-le-nord-vont-enfin-etre-indemnises_708559.html

    Démantèlement d’installations nucléaires : un projet unique présenté à Saint-Étienne

    Alors que les débats sur le projet de loi sur la transition énergétique, destiné à réduire la dépendance notamment au nucléaire, ont débuté mercredi à l’Assemblée Nationale, un projet unique en France a été présenté à Saint-Étienne. Un projet de plate-forme de démantèlement avec une toute nouvelle machine impressionnante.

    C’est Onet Technologies, entreprise leader qui travaille dans le démantèlement de sites nucléaires, qui est l’acteur de ce projet en partenariat avec le CEA (commissariat d’Energie Atomique). Elle a présenté mercredi devant une petite centaine de personnes, de futurs clients, une nouvelle machine de plus de 20 mètres de haut et qui pèse 30 tonnes. Une machine d’une grande précision qui devrait permettre d’accéder à des endroits inaccessibles pour l’homme sur des sites nucléaires pour démanteler les installations.

    Un projet mené avec le savoir-faire ligérien….

    http://www.francebleu.fr/infos/demantelement-nucleaire-machine/demantelement-d-installations-nucleaires-un-projet-unique-presente-saint-etienne-1819312

    QUEL RÔLE DOIT TENIR UN DÉLÉGUÉ SYNDICALISTE DEVANT LA SOUFFRANCE AU TRAVAIL ?

    Yves CLOT, psychologue et auteur du livre: « la souffrance au travail peut elle devenir supportable », a dans son ensemble une bonne vision quant à la mise en place vitale d’un collectif dans le travail pour contrer cette société de consumérisme qui est basé sur l’individualisme….

    Ambroise Croizat, ministre des travailleurs comme l’aimait à le dire les français, déclare le 10 octobre 1946: « que chaque entreprise aura un médecin associé à un service médical qui sera chargé de veiller à la santé et l’hygiène du salarié. »Par manque de moyens et de medecins du travail, il renvoie les salariés aux organisation syndicales qui au fil de temps a mis en places de commissions travail- santé pour faire les propositions les plus adaptées à la situation.

    Au jour d’aujourd’hui, tout le programme du CNR est remis en cause en profondeur par le gouvernement actuel qui a perdu son côté social. Une vraie casse de notre protection sociale au détriment de ces travailleurs qui se retrouvent encore plus abandonnées…

    http://blogs.mediapart.fr/blog/fatiha-mameche/021014/quel-role-doit-tenir-un-delegue-syndicaliste-devant-la-souffrance-au-travail

  5. Sylver
    2 octobre 2014 at 20 h 56 min

    Les arguments des députés sur le nucléaire passés au crible

    Sans surprise, les débats sur la loi transition énergétique se sont concentrés mercredi 1er octobre à l’Assemblée nationale sur le nucléaire.

    « Le gouvernement veut sortir du nucléaire ».

    FAUX. Au grand dam des écologistes – qui ont pour la forme déposé un amendement prônant le « 0 % de nucléaire en 2040 » – le gouvernement a choisi une position médiane. Le projet de loi sur la transition énergétique prévoit de faire passer la part de l’atome de 75 % à 50 % dans la production d’électricité en France.

    « On n’y arrivera pas en dix ans ».

    VRAI. Le projet de loi fixe l’échéance à 2025, un délai considéré comme beaucoup trop court par de nombreux députés de l’opposition. De fait, tenir cette échéance impliquerait de fermer une vingtaine de réacteurs en dix ans, ce qui semble peu probable à la plupart des observateurs.

    http://www.la-croix.com/Actualite/France/Les-arguments-des-deputes-sur-le-nucleaire-passes-au-crible-2014-10-02-1215453

  6. Camélito
    2 octobre 2014 at 20 h 45 min

    Procès dit de la CCAS: un jugement politique

    Communiqué FNME CGTdu 02 octobre 2014

    Ce mercredi 1er octobre la 11ème Chambre du Tribunal de Paris a rendu son jugement dans l’affaire dite de la « CCAS ».

    Même si certaines motivations du jugement sont contestables, il n’en demeure pas moins que sur plusieurs points du dossier le tribunal a prononcé de nombreuses relaxes partielles ou totales pour l’ensemble des prévenus.

    S’agissant de la FNME, elle a été relaxée dans le dossier de l’emploi mis à disposition auprès de la confédération et également pour l’emploi pour lequel un protocole d’accord a été signé avec la CCAS pour régulariser la situation.

    Bien que le Juge d’Instruction ait reproché à la Fédération d’avoir utilisé le travail d’un pigiste de la CCAS, le tribunal a considéré qu’il n’y avait aucune charge et a prononcé une relaxe générale notamment pour la FNME-CGT, la CGT et la NVO.

    La seule condamnation retenue par le tribunal à l’encontre de la FNME concerne l’emploi successif mis à la disposition des administrateurs CGT de la CCAS.

    Celle ci est condamnée à 20 000 € d’amende pour recel d’abus de confiance.

    La FNME réaffirme que cet emploi faisait partie des moyens mis à disposition des élus de toutes les fédérations syndicales pour assurer leur mandat. La faute de la FNME serait donc de les avoir fait travailler dans ses locaux dans un souci de proximité et d’efficacité.

    S’agissant enfin du dossier de la Fête de l’Humanité, le tribunal a totalement relaxé les 3 anciens directeurs d’IFOREP.

    Pour l’ensemble des faits que le tribunal a jugé délictueux, celui ci a prononcé des peines de prison avec sursis pour les personnes physiques ainsi que des amendes pour les personnes morales.

    Il est également à noter que le tribunal a jugé irrecevable les parties civiles CFE-CGC, CFDT, FO, SUD et GDF-SUEZ.

    On est bien loin d’un système de financement occulte organisé par la CGT que le juge instructeur a tenté de démontrer pendant 10 ans.

    Pour autant, la FNME considère que ces condamnations ne sont pas justifiées.

    Elle réaffirme toute sa confiance et apporte tout son soutien aux camarades condamnés.

    Il est évident pour la FNME que ce sont une nouvelle fois les moyens d’exercice du syndicalisme qui sont attaqués.

    Les motivations du jugement font 180 pages, la FNME se laisse le temps de l’analyse et de la discussion avec les camarades concernés pour prendre la décision de faire appel ou non, sachant qu’elle a 10 jours pour le faire

  7. webmaster MZC
    1 octobre 2014 at 5 h 51 min

    Transition énergétique, la bataille de l’emploi

    Les députés entament mercredi 1er octobre l’examen du projet de loi visant réduire la dépendance de la France aux énergies fossiles.

    Les gains et pertes d’emplois tiendront une large place dans les débats. La bataille des chiffres a commencé…

    Faire baisser la part du nucléaire

    Sans surprise, le cas de la filière nucléaire suscite les débats les plus enflammés, y compris sur les bancs de l’assemblée nationale. Le projet de loi souhaite en effet faire baisser la part du nucléaire de 75 à 50 % dans la production d’électricité d’ici à 2025. « Maintenir cet objectif dans ce laps de temps nécessitera forcément de fermer des centrales », assure le spécialiste de l’énergie Alain Grandjean.

    Des pertes d’emplois qui ne seront pas intégralement compensées par les activités de démantèlement. Dans son étude publiée en 2013, l’Ademe estime à 50 000 les pertes d’emplois dans la filière nucléaire si la part du nucléaire devait passer à 25 % de la consommation électrique en 2050 (ce qui n’est pas l’objectif du gouvernement). Des pertes plus que compensées, selon l’Ademe, par les 250 000 emplois créés dans le même temps dans les énergies renouvelables…

    http://www.la-croix.com/Actualite/France/Transition-energetique-la-bataille-de-l-emploi-2014-09-30-1214220

  8. Redaction MZC
    29 septembre 2014 at 19 h 48 min

    LTE : 3 questions à Denis Baupin

    Alors que la commission spéciale qui examinait le projet de loi transition énergétique a terminé son travail samedi dans la soirée, Denis Baupin revient sur les 4 jours (et 3 nuits) d’élaboration législative….

    Qu’attendez-vous du passage en séance ?

    Si le texte a été significativement amélioré en commission, il demeure perfectible : les écologistes agiront notamment pour que la loi affirme un objectif de réduction des consommations en 2030, pour que le développement des énergies renouvelables soit encore plus facilité et soutenu, pour que la mobilité sobre et renouvelable soit développée, pour que les travailleurs sous traitants de l’industrie nucléaire soient protégés, et surtout pour que les financements soient au rendez-vous (via le tiers financement, la sécurisation du financement du démantèlement des réacteurs nucléaires, un meilleur fléchage du livret développement durable, ou encore des investissements des fonds de retraite).
    Le travail est donc loin d’être fini. L’ensemble des députés écologistes seront mobilisés….

    http://www.ecolodepute-e-s.fr/2014/09/29/lte-3-questions-%C3%A0-denis-baupin/

  9. cops
    29 septembre 2014 at 19 h 21 min

    Succession à EDF : l’exécutif se donne un délai

    La ministre de l’Energie Ségolène Royal a renvoyé dimanche la nomination du futur PDG d’EDF après le débat sur le projet de loi de transition énergétique.

    http://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/0203812775482-succession-a-edf-lexecutif-se-donne-un-delai-1047401.php?CuplZs5mCqRyRqQQ.01#xtor=CS1-31

  10. Géraldine
    29 septembre 2014 at 0 h 18 min

    Disparition du débat sur le nucléaire (ONG)

    Quatre associations, dont Greenpeace et France nature environnement (FNE), ont dénoncé aujourd’hui une disparition du « débat pluraliste » qui avait lieu depuis plus de 30 ans sur les sites nucléaires de la Manche, département le plus nucléaire de France.

    Elles ont annoncé ce jour dans un communiqué commun qu’elles ne participeraient plus aux commissions locales d’informations (CLI), organisées plusieurs fois par an pour chacun des trois sites nucléaires du département: la centrale nucléaire EDF de Flamanville, où un réacteur EPR est en construction, l’usine Areva de Beaumont-Hague, site qui concentre le plus de matière radioactive en Europe, et le Centre de stockage Manche (CSM) à Digulleville, le plus ancien de France, soupçonné de fuir.

    Ces CLIS, dont celle de Beaumont-Hague créée en 1981 et devenue « une référence nationale », étaient « des laboratoires du débat contradictoire (…) Ce n’est, malheureusement, plus le cas », affirment les associations. Outre de Greenpeace et Crepan-FNE, il s’agit du Crilan, association de l’ex-eurodéputé Vert Didier Anger, et de l’Acro (Association pour le contrôle de la radioactivité dans l’ouest), un des deux laboratoires associatifs de mesure de radioactivité en France avec le Criirad.

    Depuis novembre 2013, déjà les associations avaient suspendu leur participation aux CLI. Elles conditionnaient leur retour à l’introduction, dans le règlement intérieur, de deux phrases pour préciser notamment que « les publications de la CLI se doivent de traduire la pluralité des points de vue de ses membres ».

    Mais le bureau et l’AG des CLI ont décidé « à la majorité de ne pas céder au chantage », a indiqué à l’AFP le président des Clis de la Manche le conseiller général DVD Michel Laurent. Les associations annoncent désormais en conséquence un « retrait définitif ».

    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2014/09/25/97002-20140925FILWWW00357-disparition-du-debat-sur-le-nucleaire-selon-ong.php

  11. Franck
    29 septembre 2014 at 0 h 07 min

    Nucléaire: Royal ne sait pas encore si c’est Fessenheim qui fermera

    Paris – La ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, n’a pas tranché dimanche sur l’avenir de la centrale de Fessenheim, que François Hollande avait promis de fermer fin 2016, indiquant qu’elle ne savait pas encore quels réacteurs seraient fermés dans le cadre de la transition énergétique.

    Normalement c’est Fessenheim que l’on ferme, a-t-elle déclaré lors du Grand Rendez-vous Europe 1/Le Monde/I-Télé, alors que le projet de loi sur la transition énergétique arrive mercredi devant l’Assemblée nationale. Mais à la question est-ce qu’on dit toujours qu’on va la fermer ?, Mme Royal a répondu : je ne sais pas encore.

    Il faudra en effet lorsque Flamanville va ouvrir, en 2016, fermer deux réacteurs, a encore dit Mme Royal.

    Le choix des réacteurs qui vont fermer ne relève pas du domaine de la loi, a souligné la ministre. C’est le plafonnement de la capacité énergétique qui est prévu dans la loi, 63,2 gigawatts, qui va permettre, lorsque de nouveaux réacteurs vont être mis en activité, d’en fermer d’autres, a-t-elle poursuivi.

    On monte en puissance sur les énergies renouvelables, on économise l’énergie (…). Par définition la part stable de l’énergie nucléaire baisse, a-t-elle expliqué.

    Le projet de loi sur la transition énergétique prévoit notamment une réduction de la consommation énergétique finale de 50% en 2050 (par rapport à 2012), ainsi qu’une réduction de la part du nucléaire dans la consommation finale d’électricité de 50% à horizon 2025 (contre 75% aujourd’hui).

    Le cas de la doyenne alsacienne de Fessenheim n’est pas abordé.

    http://www.romandie.com/news/Nucleaire-Royal-ne-sait-pas-encore-si-cest-Fessenheim-qui/521985.rom

  12. Sylver
    28 septembre 2014 at 23 h 55 min

    Le délit de harcèlement moral

    Conformément à l’article 222-33-2 du Code pénal, « le fait de harceler autrui par des propos ou comportements répétés ayant pour objet ou pour effet une dégradation des conditions de travail susceptible de porter atteinte à ses droits et à sa dignité, d’altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel, est puni de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 € d’amende ».

    Il appartient aux juges de vérifier que toutes les conditions sont remplies pour pouvoir reconnaitre l’existence du délit de harcèlement moral.

    Quelques exemples de reconnaissance et de rejet:
    Retrouver les textes sur Légifrance

    Cass.crim., n° 13-80.902 du 2 septembre 2014 :

    Cass.crim., n° 13-83.298, n° 13-80.902 et n° 13-83.486 du 2 septembre 2014

    Cass.crim. n° 13-86.473 du 3 septembre 2014

    Cass.crim n° 13-86.473 du 3 septembre 2014

    Cass. crim., n° 13-83.298 du 2 septembre 2014

    Cass. crim., n° 13-83.486 du 2 septembre 2014

    Cass. crim., n° 13-80.902 du 2 septembre 2014

    Cass. crim., n° 13-86.473 du 3 septembre 2014

    Cass. crim., n° 13-83.298 du 2 septembre 2014

    Cass. crim., n° 13-83.486 du 2 septembre 2014

  13. kids
    28 septembre 2014 at 23 h 45 min

    Erreur de la tour de contrôle, un avion survole la zone du Tricastin

    Quand cet avion Cessna arrivant de Suisse a atteri à l’aéroport d’Avignon Provence ce samedi en début d’après-midi, c’est la police qui constituait le comité d’accueil. Le pilote a été sommé de s’expliquer sur le survol d’une zone interdite, en l’occurrence la centrale nucléaire de Tricastin. Mais l’appareil, un Cessna qui effectuait un vol privé, était parfaitement en règle, et après enquête confiée à la section de recherches de Villacoublay, il s’est avéré que l’erreur venait de la tour de contrôle, à Avignon, qui l’avait mal aiguillé. Le pilote a pu repartir.

    http://www.ledauphine.com/vaucluse/2014/09/27/erreur-de-la-tour-de-controle-un-avion-survole-la-zone-du-tricastin

  14. Redaction MZC
    28 septembre 2014 at 9 h 47 min

    La commission spéciale sur la future #LTE s’est tenue samedi 27/09/2014. Nous remercions chaleureusement les parlementaires qui ont animés le débat et porter haut nos préoccupations.

    Le titre 6 avec ses art 31 à 34 a retenu toute notre attention .

    Les masques tombent et nous constatons que les + 80% d’activités sous-traitées par les divers donneurs d’ordres aujourd’hui soulèvent énormément de questions.

    Nous le redisons : La sureté nucléaire repose en parti, sur « l’outil de production-la machine » à laquelle il n’est plus possible aujourd’hui Madame ROYAL d’écarter les hommes et les femmes qui interviennent aux quotidiens sur les installations du CEA/EDF/AREVA/ANDRA/IRSN.

    Puisque vous reconnaissez nos spécialités, notre expertise, nous vous demandons Madame de prendre en compte les préconisations faites par la C-E.
    Toutes les Organisations Syndicales auditionnés lors de cette enquête vantent l’intérêt de fonder un STATUT UNIQUE pour les salariés issus de la sous-traitance.

    Le cahier des charges élaboré en 2012 sous l’ancien gouvernement n’a pas sa place aujourd’hui. Il cadre simplement l’aspect économique-juridique à l’entreprise repreneuse du contrat, cela n’est pas suffisant Madame !

    Ce cahier des charges est contesté par divers représentants syndicaux (membre de l’Association) des 5 plus grandes entreprises sous-traitantes qui se partagent le marché national de LOGISTIQUE NUCLÉAIRE en « Exploitation – Maintenance – Démantèlement »

    Nous attendons du gouvernement et plus particulièrement de vous Madame la Ministre un signe fort pour l’ensemble des salariés que nous représentons. ( santé-pénibilité-retraite-rémunération…)

    Ce gouvernement auquel vous participez Madame la Ministre doit au nom de l’intérêt général de la nation mettre un terme au dumping social et la brutalité des dommages collatéraux qu’il occasionne .

    L’Association MZC est un acteur jeune de la société civile et nous savons l’importance que vous leur accordez dans le débat .

    http://videos.assemblee-nationale.fr/commissions.transition-energetique-commission-speciale

  15. Sellig
    27 septembre 2014 at 18 h 58 min

     » Le nucléaire recrute toute l’année  »

    Devant eux, entreprises, agences d’intérim, organismes de formation… Avec l’espoir pour tous de décrocher un des 87 emplois à pourvoir…

    * EDF attire beaucoup mais recrute peu in situ. Le stand d’EDF n’a pas désempli de la journée. Mais aucune embauche n’aura été scellée lors du forum. Au mieux, un premier contact aura été pris. « Nous avons un mode de recrutement interne très précis. Nous sommes là pour présenter nos métiers et démystifier le nucléaire », explique Jacques Fillin, consultant RH pour la centrale de Chinon.

    * « Pas que de la main-d’œuvre qualifiée ». Robinetiers, soudeurs, agents logistiques, techniciens de radio-protection… Les métiers qui recrutent ne manquent pas. Et contrairement à certaines idées reçues, « le nucléaire n’embauche pas que de la main-d’œuvre qualifiée », assure Florence Grandin. La preuve ? Les prestataires restent intéressés par « les petites mains ». « C’est le genre de profil très prisé. Ce sont eux qui préparent les chantiers notamment », explique Florence Grandin….

    http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Actualite/Economie-social/n/Contenus/Articles/2014/09/26/Le-nucleaire-recrute-toute-l-annee-2059634

  16. Sentinelle26
    27 septembre 2014 at 11 h 01 min


    • Sentinelle26
      27 septembre 2014 at 18 h 13 min

  17. Redaction MZC
    27 septembre 2014 at 7 h 49 min

    L’Association MZC souhaite à tous les parlementaires et Madame la Ministre une très bonne journée de travail à l’Assemblée Nationale

    On s’approche doucement mais sûrement des Art 31 à art 34 et c’est bien de l’avenir des salariés précaires sous-traitants de l’industrie nucléaire qu’il s’agit cet fois-ci en ce 27 Septembre 2014 !

    Alors écrivez SVP Mesdames Messieurs les parlementaires aujourd’hui dans le marbre l’histoire commune à chacun de nous (salariés) et celle de tous nos concitoyens sur l’avenir de la filière nucléaire dans notre cher pays.

  18. Deglingos
    26 septembre 2014 at 6 h 21 min

    La gauche française s’est, de tout temps, nourrie des intermédiations, notamment syndicales. Elle subit la crise d’identité et de représentativité que la transformation sociologique du travail mais aussi que le discrédit exercé de 2007 à 2012 par Nicolas Sarkozy ont provoquée au sein de ces intermédiations. Leur délitement participe-t-il substantiellement à la crise de la démocratie ?

    Les syndicats sont à l’image de ce qu’est devenue une partie de la société : recroquevillés sur leurs acquis, enfermés dans leur corporatisme, inaptes à se réformer. Capables d’exercer du chantage et de prendre en otage, ils dévoient la vocation originelle de leur action. Bien sûr cette érosion des médiations intermédiaires ne profite pas à la démocratie.

    Mais ce dont celle-ci souffre en premier lieu c’est l’extinction des grandes causes. Et face à ce constat, plusieurs courants s’opposent. La génération de Aron, Lefort ou Furet estimait que le politique ne devait pas être attaqué car c’est lui qui doit protéger la démocratie. D’autres, à l’instar de l’historien Marcel Gauchet, considèrent que les mouvements sociaux constituent un obstacle à la démocratie – ils épousent en cela la doctrine de John Rawls qui, à la fin du XXe siècle, jugeait que les mouvements sociaux entravaient l’accomplissement de la justice et que le contenu de la politique devait être vidé de toute substance sociale. À mes yeux, c’est une erreur. Car la justice, et donc la démocratie et la politique, au contraire, ne peuvent que résulter de l’action des mouvements sociaux qui est orientée vers la défense des droits fondamentaux….

  19. Sellig
    26 septembre 2014 at 5 h 55 min

    Aujourd’hui près de 40 000 salariés de la sous-­traitance interviennent sur des installations nucléaires en France (dont plus de 20 % d’intérimaires) au côté de 60 000 agents (EDF, AREVA, CEA, et ANDRA).
    Ces travailleurs prestataires sont exposés à 80 % des risques professionnels (rayonnement ionisants, produits chimiques, risques classiques et de trajet) et disposent souvent de garanties sociales parmi les plus basses du salariat….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *