Privatisation EDF… ! La France dans le noir social ?

14-06-19-royal-hollandeLe gouvernement se cache derrière une loi dite « transition énergétique » pour privatiser le nucléaire et toute autre source d’énergie, et cela, afin d’externaliser sa responsabilité passée, présente et future. Augmenter la rentabilité des groupes privés, sa seule motivation.

Il la fait tout d’abord voter au parlement en fixant plusieurs objectifs prioritaires:

* La privatisation des barrages hydrauliques,

* la fermeture de 19 tranches nucléaires,

Sous-entendu, la casse du statut EDF qui dérange tant le MEDEF.

Les prédateurs sont nombreux à attendre le morceau de cadavre de notre modèle social, abandonné lâchement par nos dirigeants.

1052784_nucleaire-la-filiere-francaise-a-geometrie-variable-web-tete-0203852370822

Comment comptent-ils y arriver ?

La première urgence! Changer les Boss à la tête des entreprises de l’énergie.

Le plus remarquable bouleversement se passe chez EDF, mais d’autres ont connu le même destin (AREVA, SUEZ et TOTAL, la vie  aidant parfois). Bizarre, très bizarre !!!

P1D2639013G_px_640_Oursel-BONGérard-Mestrallet-GDF-SUEZ-CAC40-TRADING-2.0-FORMATION-BOURSETOTALLes nouvelles machines à broyer le social auraient déjà sur leurs bureaux, la nouvelle feuille de route pour mener à bien la casse de la notion de service public de l’énergie.

L’état étudie la vente d’actions EDF.

« Le dossier attend Jean-Bernard Lévy sur son nouveau bureau de président d’EDF. Selon nos informations, l’Etat étudie une nouvelle ouverture du capital de l’électricien, après en avoir déjà cédé 15 % en 2005.

Mercredi 16 octobre, Emmanuel Macron, le ministre de l’économie, a indiqué que le gouvernement comptait céder « de 5 à 10 milliards d’euros d’actifs » dans les dix-huit prochains mois. Or, « vendre du EDF est le seul moyen d’atteindre cet objectif , assure un familier du dossier. »….

http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/10/16/l-etat-etudie-la-vente-d-actions-edf_4506923_3234.html

medicine_moneyTout semble prêt dans l’énergie, au même titre que pour les autoroutes, à tout abandonner dans l’énergie pour assouvir l’appétit sans limite de la finance de casser les statuts sociaux, afin d’accroire ces bénéfices.

Il est vrai que ces modèles sociaux (ex: statut EDF,CNR…), donnent des envies à d’autres, et cela est dangereux pour le cancer de l’argent des chefs d’entreprise qui sont tous organsinés par le MEDEF.

NVO_3405_03L’actualité d’aujourd’hui des sous-traitants du nucléaire proche de l’esclavage, ne sera que la règle commune de tous les travailleurs de l’énergie si nous les laissons faire. Il n’y aura plus de sous-traitants une fois les statuts éclatés, puisque nous serons tous managés par des groupes privés.

Le grand rêve du MEDEF,  COPSAR et de la droite, offert sur un plateau doré par un gouvernement de Groite !!! Quelle honte ! Ce qu’explique la mort annoncéE du PS avec la perte de 800 000 adhérents dans les derniers mois.

C’est pour ces raisons que les syndicats de l’énergie (CGT,FO,CFDT,CFE-CGC) appellent tous les salariés de l’énergie à combattre la démolition de nos emplois et de notre industrie au service du publique.

Appel de la Fédération Mines énergie de la CGT

Transition énergétique : grève le 4 novembre des IEG

Loi Transition Énergétique, éviter la privatisation, le dépeçage de notre secteur industriel et au bout, la remise en cause de notre Statut !

  • Quelles conséquences pour les salariés de l’hydraulique avec la privatisation des barrages au sein des Sociétés d’Economies Mixtes avec 34 % maximum de parts de l’Etat et des collectivités locales ?
  • Quelles conséquences pour les salariés du Thermique Nucléaire et du Thermique à Flamme avec la fermeture annoncée de 19 tranches nucléaires et la fin des tranches thermiques ?

transition_energetique

La CFDT doute du calendrier de la transition énergétique

Jean-François Renucci, secrétaire général de la Fédération Chimie-Energie de la CFDT, prône une révision des objectifs et des délais.


La transition énergétique, « je ne pense pas que… par Europe1fr

Communiqué de la Fédération Nationale de l’Energie et des Mines FO

FO Énergie et Mines appelle à un mouvement de grève dans les Industries Électriques et Gazières le 4 novembre 2014

….Cela suffit !

Face à la gravité de la situation, FO Énergie et Mines décide d’écrire à l’ensemble des autres fédérations et les invite à une intersyndicale pour organiser une riposte commune.

Nous demandons au gouvernement de se ressaisir et de cesser de brader le patrimoine national.

Le Gouvernement aurait tort de sous-estimer le ras-le-bol qui monte face à ces attaques contre le service public.

http://www.force-ouvriere.fr/fo-energie-et-mines-appelle-a-un-mouvement-de-greve-dans-les

Si nous prenons tous conscience de ce qui nous attend, l’énergie française risque de connaitre sa première journée noire.

MZC appelle tous les salariés de l’énergie (prestataires et agents) à rejoindre l’action du 4 novembre 2014. La fermeture annoncée par le gouvernement, des 19 tranches nucléaires imputeront les emplois de tous les salariés, y compris des salariés sous-traitants.

99999

Le gouvernement à déjà tout prévu ! Il est aujourd’hui en difficulté pour trouver de la main d’œuvre pour travailler dans les réacteurs.

Les intérimaires et les CDD ne peuvent pas rentrer sur un bon nombre de zones nucléaires dites à fort débit de dose. Les agents EDF font surtout de la surveillance et n’interviennent plus dans la maintenance.

Demain, une fois le statut EDF et les CDI éclatés, nous serons tous égaux et surtout, il n’y aura plus d’interdits ou restrictions. Quelle aubaine pour renouveler la viande à REM.

img_bandeau_accord_nucleaire

http://www.fnme-cgt.fr/dossier_actu/010714_accord_co_salaries_nucleaire/pdf/fnme_accord_nucleaire.pdf

Les patrons ne sont pas les seuls à anticiper le futur !

La CGT vous a aussi depuis des mois, averti de son projet social. Et pour cause ! Nous allons très vite apprécier cette anticipation au vu de ce que le gouvernement et le MEDEF nous préparent avec la loi sur la transition énergétique.

Nous avons reçu l’information que la CGT réunit tous les responsables syndicaux des donneurs d’ordre et prestataires de l’industrie nucléaire ( EDF, AREVA, CEA, ANDRA, …) le 11 décembre 2014 à Montreuil, pour mettre en place les modalités d’une bataille commune et partagée, pour l’obtenir.

MZC vous informe qu’il faut que vous preniez contact avec vous représentants CGT afin de les informer qu’il faut qu’ils prennent contact avec les syndicats des donneurs d’ordre et avec leurs DSC, pour que le maximum d’entreprises soient représentées à cette réunion.

La CGT a certainement déjà distribué le projet sous forme de livre sur votre site. Si ce n’est pas le cas, aidez-la à le faire très rapidement. C’est urgent.

Il y a urgence de faire. N’attendons pas que les autres le fassent, faisons-le ensemble.

bus-bleu MZC

MZC à le plaisir de vous annoncé quelle s’associe à cette dynamique sociale. Elle vous tiendra informés au fil du temps de ce que nous considérons comme un nouveau souffle social dans le nucléaire

lepeupleadupouvoirEnsemble! nous avons déjà gagné.

Bise à vous toutes et tous ! MZC vous remercie de l’intérêt que vous portez à votre/notre site qui connait un progression constante en nombre de visites. Ce site vous appartient, renseignez-vous au travers de vos commentaires pour savoir comment rejoindre et renforcer notre jeune association.

30 comments for “Privatisation EDF… ! La France dans le noir social ?

  1. Thorez
    24 mai 2016 at 10 h 08 min

    Nous sommes trompés depuis le début, de toute façon. Moi, jeune travailleuse, je trime sur mes trente-cinq heures de tortures hebdomadaires à faire un travail aliénant, sans espoir d’augmentation avant longtemps.
    Parce que, on ne nous le dit pas, et on nous fait croire à autre chose, mais l’alienation moderne, c’est les écrans. Nous sommes attachés par nos patrons à des écrans, des écrans en permanence, tout le temps et toujours, et qui nous abrutissent jusqu’à ce que nous devenions esclaves totaux.
    Le matin, l’écran de la télévision, puis l’écran du téléphone, puis l’écran de l’ordinateur sur lequel nous travaillons (les jeunes sont enchaînés aux écrans, et ce de leur plein gré), puis l’écran du smart^phone et de la télévision encore.

    La télévision nous inflige (et vous inflige à VOUS, oui, VOUS QUI ME LISEZ) des idées perverses et grégaires. VOus croyez être libre de pensée et vous libérer par vos instincts rebelles, à abattre les patron comme s’ils étaient les idoles modernes. Ce ne sont que des marionnettes illusoires qui supportent toutes vos frustrations et vos rancoeurs de petits bourgeois mal étriqués.

    Vous n’êtes plus capables de vous contenter de ce que vous avez, de retourner à la vérité d’un lien humain et incarné. Vous n’êtes plus que des objets sociaux qui évoluez pour défendre vos ridicules privilèges de consommateurs modernes, suivant ainsi la même logique de déchéance que ceux que vous condamnez.

    Sortez de chez vous, cassez votre télévision à grands coups de batte, éteignez tous vos écrans, je vous le dis ce sera votre seule et ultime voie de libération.

    http://www.fournisseur-energie.com/

  2. didier f
    24 janvier 2015 at 23 h 07 min

    Déclaration CGT en CE du CNPE de Cruas Meysse du 08 Janvier 2014

    Quel avenir pour l’entreprise et son personnel ?

    Monsieur Le Président du CE de Cruas Meysse.

    L’avenir de l’entreprise, de ses salariés et du modèle sur lequel EDF a été bâtie sont plus que menacés devant le dépeçage inscrit dans le projet de loi dite de transition énergétique !

    Depuis dix ans, les gouvernements successifs s’attachent à démanteler l’entreprise devenue EDF SA, séparée de GDF par sa vente à SUEZ.

    Pour cela, il a fallu dans un premier temps séparer les unités, (méthode ayant fait ses preuves aux PTT, devenu France Télécom, la Poste, La Banque Postale…) :

    EDF France a été divisée en :

    – ERDF – GRDF – RTE – EDF SA divisée elle-même.

    Une fois les salariés séparés, filialisés, il est prévu maintenant la vente à la découpe :

    Vente de RTE pour 1,6 Milliards.

    Vente des actifs financiers d’ERDF et GRDF.

    Vente des concessions hydrauliques à des acheteurs étrangers pour 5 à 10 Milliards et 25% de prélèvements sur le chiffre d’affaire pour l’état.

    Fermetures d’unités de production thermique telles qu’ARAMON, Insupportable, alors qu’ARAMON occupe une place spécifique dans notre mission à assurer le réseau électrique, notamment en compensation des baisses de KD à prévoir sur nos 4 sites de la vallée du Rhône.

    Les fonds de pension rachètent des unités telles que Toul et Pont sur Sambre à POWEO, Pont sur Sambre dont le site avait été gracieusement mis à disposition par …EDF.

    Les sites de production thermiques et nucléaires fermés vont-ils être eux aussi donnés à la « concurrence libre et non faussée ? »

    Des cadeaux pour nourrir la concurrence et leur générer des profits :

    Loi NOME de fourniture de 25% de l’énergie Nucléaire à prix coutant pour générer des bénéfices aux « concurrents ».

    Vente de capacités de production pour fournir de l’énergie à bas coût sans investissement à la concurrence.

    Au nom de la Transition énergétique et de la loi du marché, les aberrations industrielles et économiques sont devenues courantes.

    L’ouverture des concessions hydrauliques, la mise en cocon de Centrales, des stockages gaz et de terminaux méthaniers, la disparition organisée de l’opérateur commun de distribution, les fermetures de Centrales thermiques classiques ou nucléaires sont organisées avec une vision à court terme souvent dogmatique voire avec des ambitions mercantiles de la part des entreprises qui espèrent des tarifs à la hausse pour les maintenir en vie. Le gaz a augmenté de plus de 80%, l’électricité de plus de 21% entre 2004 et 2014 !

    Pour la CGT, cela suffit, il faut tirer le bilan de cette déréglementation de toute urgence car les erreurs commises depuis 10 ans ont usé les salariés et sont en passe de ruiner les clients et l’industrie française.
    Tous les Directeurs d’Unité de la DPN avaient écrit un soutien aux salariés et une protestation contre la fermeture, aberrante et toujours d’actualité, de Fessenheim.
    Et aujourd’hui ? Quel avenir pour notre entreprise si notre Direction Nationale se contente, tête baissée, de fermer les moyens de production Classique et Nucléaire et de laisser brader les concessions hydrauliques au privé ?

    Qu’en est- il des risques de perte de la source froide comme cela s’est déjà passé deux fois depuis la privatisation de la CNR ?
    Allez vous, en tant que responsable d’Exploitation, accepter que le personnel et vous-même aient une épée de Damoclès permanente du fait du projet de fermeture de sites tel qu’affiché avec la fermeture programmée de dix neuf tranches en dix ans ?
    Allez-vous accepter la remise en cause du Grand Carénage et la rénovation nécessaire des installations de Cruas, du fait de l’inconnu de sa date de fermeture ?
    Qui payera le démantèlement, vu la pauvreté du provisionnement par rapport aux exigences actuelles ?

    Pour la CGT il est inacceptable de continuer à faire subir une baisse du pouvoir d’achat au personnel du fait de l’augmentation du SNB inférieure à l’inflation, alors que les exigences et les contraintes augmentent et que l’entreprise dégage des bénéfices confortables pour les actionnaires.

    Allez-vous, de même, cautionner la perte des moyens de fonctionnement du CHSCT du site ?

    Monsieur Le Président, nous espérons que vous soutiendrez, dans les formes qui vous le permettent, le mouvement revendicatif du 29 janvier à l’appel des Organisations Syndicales CGT et FO ainsi que la CFE CGC, comme en témoigne la communication faite chez nos collègues de BUGEY ; ceci afin de donner un signe fort pour refuser l’absurde du démantèlement d’EDF alors que l’entreprise doit, aujourd’hui plus que jamais, servir le citoyen et non une politique libérale. Le personnel est attaché à son outil de travail et au contrat social et moral qui le lie à EDF et à la Nation, il saura le monter le 29 Janvier.

    La CGT propose de reprendre la main sur l’avenir énergétique de la France et de l’Europe en rendant à la puissance publique, aux citoyens et salariés le choix de leur avenir par la création du Pôle Public de l’Energie.

  3. THYS
    8 novembre 2014 at 17 h 31 min

    Deux nouveaux survols de sites nucléaires par des drones

    Deux nouveaux survols d’installations nucléaires par des drones non identifiés ont été signalés, vendredi 7 novembre, à Saint-Alban, dans l’Isère, et à Marcoule, dans le Gard. Au total, au moins dix-huit vols suspects ont eu lieu au-dessus ou aux abords d’installations nucléaires françaises depuis le début du mois d’octobre.

    A Marcoule, l’engin a survolé le site dans la nuit de jeudi à vendredi. Les responsables du site, qui refusent de confirmer ce survol, ont été entendus et une plainte a été déposée, mais les enquêteurs n’ont trouvé aucune trace du drone ni de la ou des personnes qui l’auraient télécommandé.

    Le site comporte un établissement de recherches du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) sur le combustible, des chantiers de démantèlement du CEA ainsi que le site Melox, une usine de fabrication de combustible d’Areva. Environ cinq mille personnes y travaillent quotidiennement.

    Lire le décryptage : Quelles menaces les drones font-ils peser sur les centrales nucléaires ?

    http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/11/07/le-site-nucleaire-de-marcoule-survole-par-un-drone_4520207_3244.html

  4. Margo
    8 novembre 2014 at 1 h 38 min

    Inquiétant : un expert en énergie nucléaire se demande si les drones ne sont pas en train de cartographier les centrales…

    en vue d’identifier leur transformateur et de les attaquer simultanément pour faire tomber le réseau électrique français et européen. Selon lui, la production de ces transformateurs peut prendre des mois voire des années. Une telle attaque terroriste mettrait à terre notre économie pour longtemps…

    http://www.ndf.fr/poing-de-vue/05-11-2014/inquietant-un-expert-en-energie-nucleaire-se-demandent-si-les-drones-ne-sont-pas-en-train-de-cartographier-les-centrales

  5. Ma zone contrôlée Fb
    7 novembre 2014 at 19 h 33 min

    L’Association MZC a l’immense plaisir de vous faire savoir la parution du livre de Thierry GADAULT auteur  » EDF la bombe à retardement « 
    L’auteur reprend à plusieurs reprise l’existence de notre site internet http://www.ma-zone-controlee.com/ et les revendications que l’Association MZC porte pour l’ensemble des salariés sous-traitants de l’industrie nucléaire .

    Il y évoque également le soutien de la fédération CGT à notre Association…mais déplore comme nous, l’absence d’adhésion des autres organisations Syndicales FO – CFDT à notre cause pour l’obtention  » d’un statut unique pour l’ensemble des salariés de cette industrie « 

    Nous vous invitons à lire son livre afin de mieux comprendre toutes et tous cette situation à laquelle nous devons rapidement mettre un terme avant qu’il ne soit trop tard.

    Bonne lecture
    Cdt Webmaster MZC

    Association MZC
    http://ma-zone-controlee.com/
    Changeons,réinventons,partageons le temps de travail.

  6. l'entourage
    7 novembre 2014 at 18 h 34 min

    DÉBAT SUR LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

    32 députés présents sur 577 traitent et condamnent l’hydroélectricité publique au profit d’actionnaires privés dans la nuit, c’est la nouvelle démocratie?

    Encore un cadeau que nous allons payer au travers des factures d’électricité.

    L’état est en train de brader les barrages Français payés par les Français.

    Il s’apprête à livrer la production hydraulique aux spéculateurs privés, ce qui va faire grimper le prix de l’électricité comme c’est déjà le cas pour le gaz déjà en grande partie privatisé.

    La pétition est toujours d’actualité, sa signature ne coute rien et peut être une simple pierre à l’édifice qui permet de dire son opposition à ce holdup.

    http://www.petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=P2014N46821

  7. Redaction MZC
    7 novembre 2014 at 17 h 56 min

    Ma zone contrôlée

    L’Association MZC a l’immense plaisir de vous annoncer la parution du livre de Thierry GADAULT auteur d  » EDF la bombe à retardement  »

    Il reprend à plusieurs reprises l’existence de notre site internet http://www.ma-zone-controlee.com/ et les revendications que nous portons pour l’ensemble des salariés sous-traitants de l’industrie nucléaire.

    Il évoque le soutien de la fédération CGT … mais déplore tout comme nous, l’absence des autres organisations Syndicales FO – CFDT à notre cause (l’obtention d’un statut unique pour l’ensemble des salariés de cette industrie).

    Nous vous invitons à lire son livre afin de mieux comprendre cette situation à laquelle nous devons rapidement mettre un terme, avant qu’il ne soit trop tard.

    Bonne lecture
    Cdt Webmaster MZC

    Association MZC
    http://ma-zone-controlee.com/
    Changeons, réinventons et partageons le temps de travail

  8. Sylver
    4 novembre 2014 at 23 h 11 min

    Les fermetures d’usines nucléaires annoncées dans la loi de la transition énergétique ne concernent pas que les agents EDF. Comme dans tout système ou toute crise, ce sont les plus faibles qui font partie des premières lignes de victimes. Devinez qui sont les plus faibles et plus fragiles dans le nucléaire? Les sous-traitants bien sûr! En cas de fermeture des 19 sites annoncées, ce sont des milliers d’emplois de prestataires qui vont sauter en premier, parce que c’est facile et pas cher. Il suffit juste de prendre conscience de ce fait sans faire beaucoup d’effort, alors que tout le monde s’en tape!

    Putain, où sont les syndicats qui doivent nous défendre?

    • ICT
      5 novembre 2014 at 10 h 47 min

      Je suis à la fédération de la construction et je travaille comme mécano dans le nucléaire depuis 11 ans. Ou est le rapport entre mon métier et ma fédération?
      Résultat, la fédé de la construction je ne l’ai jamais vue et le syndicat sur le site me dit qu’il n’a pas les prérogatives pour m’organiser et me défendre sur place. Cherchez l’erreur. Ok, ok, les patrons esclavagistes du nucléaire ont encore des beaux jours devant eux. Ce sont encore les patrons qui ont raison avec cette organisation syndicale adaptée aux années 70.

  9. djibril
    4 novembre 2014 at 21 h 19 min

    Ain. L’alarme se déclenche à la centrale nucléaire du Bugey après un dégagement de fumée

    Pas moins de dix-sept camions de pompiers ont convergé lundi matin peu après 8 heures vers la centrale nucléaire de Bugey suite au déclenchement d’une alarme et à un dégagement de fumée dans le bâtiment auxiliaire nucléaire du réacteur numéro 2, en cours de redémarrage.

    Le bâtiment a dû être évacué temporairement, les personnels regagnant leur poste de travail vers 10 heures. L’incident a été provoqué par le contact entre un tuyau et un câble électrique

    http://www.leprogres.fr/ain/2014/11/03/l-alarme-se-declenche-la-centrale-nucleaire-du-bugey-apres-un-degagement-de-fumee

  10. Ma zone contrôlée Fb
    4 novembre 2014 at 18 h 45 min

  11. Sellig
    4 novembre 2014 at 18 h 11 min

    L’affaire du logement de Lepaon (CGT) , révélateur du malaise syndical

    Thierry Lepaon, secrétaire général de la CGT, va devoir s’expliquer sur « l’affaire » de son appartement devant les instances de son syndicat. Au-delà de son aspect factuel, cette « affaire » est révélatrice du malaise grandissant vécu par les syndicats français dans le climat politique actuel…

    Les syndicats touchés par la désillusion générale

    La dernière enquête Opinionway de janvier 2014 sur le degré de confiance dans lesdits « corps intermédiaires » est à cet égard sans appel. Certes, la confiance dans les partis politiques est au plus bas (11%), mais elle n’est guère meilleure pour les syndicats (28%). Comme le soulignait la dernière note de conjoncture sociale réalisée par l’association Entreprise & Personnel, « au fur et à mesure de l’enlisement dans la crise, les corps intermédiaires perdent toujours un peu plus en légitimité ».

    Dans cette période de désillusion générale, les Français mettent tout le monde dans le même sac: politiques, patronat, syndicats. Ils sont considérés comme portant tous une part de responsabilité dans l’absence de résultats économiques du fait de la confusion des rôles.

    Il est vrai que le patronat et les syndicats sont également créateurs de normes. Ce sont eux qui signent les grands accords interprofessionnels – réforme du marché du travail en janvier 2013, réforme de la formation professionnelle en décembre de la même année -, ensuite repris par la loi.
    Exacerbation du sentiment qu’ils défendent le public, pas le privé

    Ce sont également eux qui gèrent les grandes institutions comme l’assurance chômage ou les retraites complémentaires. Ils sont donc considérés comme responsables devant l’opinion publique des résultats économique de ces organismes… Or, ils ne sont pas brillants, accumulant les milliards d’euros de déficit.

    Et l’image de marque des syndicats ne risquent pas de s’améliorer dans les semaines qui viennent avec les élections de représentativité syndicale dans la fonction publique organisées le 4 décembre prochain. Ce jour-là, pour la première fois, les 5 millions de fonctionnaires des trois fonctions publiques (Etat, territoriale et hospitalière) sont appelés à élire en même temps leurs représentants syndicaux.

    L’heure est donc à la compétition entre les centrales.Au risque d’encore exacerber le sentiment que les syndicats « ne représentent que les fonctionnaires et pas le privé ». C’est dans ce contexte de déception générale qu’intervient « l’affaire » de l’appartement de fonction de Thierry Lepaon. Après les affaires Thévenoud, Cahuzac, Bygmalion, etc. Elle vient renforcer le sentiment que, décidément, « tous pourris »

    http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20141103trib0a63b5452/l-affaire-du-logement-de-lepaon-cgt-revelateur-du-malaise-syndical.html

  12. webmaster MZC
    4 novembre 2014 at 6 h 22 min

  13. l'abeille sociale
    3 novembre 2014 at 21 h 47 min

    La CGT communique

    Pierre Gattaz s’attaque maintenant au code international du travail !

    La semaine dernière, le président du Medef a demandé au gouvernement français de « sortir de la convention 158 de l’Organisation internationale du travail ».

    Celle-ci, ratifiée par la France en 1989 oblige les employeurs à justifier les motifs du licenciement. En reprenant le vieil adage patronal selon lequel « les licenciements d’aujourd’hui feront les emplois de demain », Pierre Gattaz invite en fait le gouvernement français à suivre les pas du gouvernement de l’ultra-libéral Fernando Henrique Cardoso au Brésil qui fut le seul pays à ce jour à sortir de cette convention, en 1996.

    La CGT relève que le Président Cardoso est celui qui a le plus violemment privatisé et dérégulé l’économie brésilienne, jusqu’à servir de référence à Jeffrey Sachs, père de la thérapie de choc et des plans d’ajustement structurel en Europe de l’Est dans les années 90. Son bilan sur le front de l’emploi est le plus mauvais qu’ait connu le Brésil. Un modèle pour Gattaz, mais une démonstration de l’inefficacité des propositions du Medef !

    Par cette nouvelle provocation, Pierre Gattaz cherche à régler ses comptes avec l’OIT qui, en novembre 2007 avait contraint le gouvernement de l’époque à sacrifier le Contrat Nouvelles Embauches, qui violait l’article 4 de la convention 158, justement sur cette question de la justification des motifs du licenciement.

    Comme l’a relevé Bernard Thibault, membre travailleur du Conseil d’Administration du Bureau International du Travail, « le Medef prend désormais pour cible le code international du travail, en écho du patronat mondial qui s’attaque frontalement à l’OIT et à ses normes depuis plus de deux ans ».

    La CGT condamne la position du Président du Medef qui insulte les engagements internationaux de la France.

    Le patronat cherche à lever les derniers obstacles à la mise en concurrence des salariés entre eux en sacrifiant leurs droits les plus élémentaires et en les livrant à l’arbitraire et à l’injustice. Elle s’opposera résolument aux tentatives du Medef de s’attaquer aux normes et régulations du travail, en France comme au plan international.

    Au moment où le chômage et la précarité des salariés est au plus haut ce ne sont certainement pas les fantasmes du Medef qui nous servirons à sortir de la crise.

    Montreuil, le 3 novembre 2014

    • noëlle
      3 novembre 2014 at 22 h 18 min

      Pierre Gattaz aura certainement sa place dans le conseil d’administration d’EDF puisque l’ancienne présidente du MEDEF, Laurence Parisot y à fait une entrée fracassante avec les récentes nominations.

  14. Martine
    3 novembre 2014 at 20 h 43 min

    Vidéo: Dans Bourdin Direct -RMC
    Invité: Bruno Comby, ingénieur en génie nucléaire à l’Ecole nationale supérieure de techniques avancées de Paris

    C’est très chaud!! Est-ce possible! L’Europe dans le noir.

    Survols de drones: faut-il renforcer la sécurité des centrales nucléaires?

    http://rmc.bfmtv.com/point-de-vue/survols-de-drones-faut-il-renforcer-la-securite-des-centrales-nucleaires-641310.html

  15. PEGINKO
    3 novembre 2014 at 18 h 28 min

    Le survol de sites nucléaires par des drones vire au casse-tête

    De nouvelles incursions ont eu lieu ce week-end. Matignon affirme qu’il n’y a pas eu d’«ordre de tirer» sur ces engins.
    Publicité

    En l’espace d’un mois, treize des dix-neuf centrales nucléaires françaises ont été survolées par des drones. Vendredi soir, cinq complexes l’ont été entre 19 heures et minuit, de la Seine-Maritime au Haut-Rhin. Et samedi soir, suite à une alerte, un hélicoptère de la gendarmerie aurait tourné pendant près d’une heure avant de se poser sur le site de la centrale de Cruas (Ardèche).

    Quelques heures auparavant, plusieurs réunions ont eu lieu entre les ministères concernés (Intérieur, Écologie, Défense et Justice), dont une à Matignon. Le Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN), dépendant du premier ministre, a assuré dimanche que le gouvernement «mobilise» tous les moyens pour «identifier les responsables» des survols et pour y «mettre un terme».

    Officiellement, à la gendarmerie nationale, on refuse de dire si l’ordre a été ou non donné de tirer. Pour expliquer ce mutisme, une source évoque «le bazar» qui règne à propos de la gestion de l’affaire: «Politiquement, c’est la déstabilisation à cause de la simultanéité des survols. D’où la minimisation.» Les forces de l’ordre s’inquiètent: aujourd’hui, ce sont de petits drones, mais demain?

    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/11/02/01016-20141102ARTFIG00202-le-survol-de-sites-nucleaires-par-des-drones-vire-au-casse-tete.php

  16. webmaster MZC
    3 novembre 2014 at 5 h 13 min

    Retards croissants et problèmes de qualité dans les opérations de maintenance de ses réacteurs nucléaires, l’électricien EDF est actuellement débordé par des travaux qu’il a pourtant lui-même décidés, s’inquiète le président de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN). 🙁

  17. kids
    2 novembre 2014 at 23 h 09 min

    L’Économie et les Finances reposent sur un banquier, l’Écologie, le Développement durable et l’Énergie sont sur son charme.
    Je crois qu’ont est dans la merde. C’est grave docteur?

  18. l'abeille sociale
    2 novembre 2014 at 19 h 50 min

    La CGT du CNPE CRUAS MEYSSE communique:

    Gréve le mardi 04 novembre 2014 au CNPE CRUAS-MEYSSE contre le démantèlement d’EDF SA au nom de la transition énergétique.

    Communiqué de presse du syndicat CGT de Cruas/Meysse

    2 novembre 2014

    Bonjour,

    Le 04 Novembre aura lieu un mouvement de Gréve au CNPE de Cruas-Meysse, comme dans toute la France, afin de protester contre une nouvelle privatisation de pans entier d’activité d’EDF, dissimulée dans la loi de transition énergétique, qui conduirait à une nouvelle augmentation des tarifs, à la perte de la péréquation tarifaire et à des risques majorés dans le Nucléaire.

    En effet, le gouvernement envisage, a travers la loi de transition énergétique de:
    – Vendre les concessions hydrauliques actuellement attribuée à EDF.
    – Régionaliser la distribution du gaz et de l’électricité en vendant les actifs des sociétés ERDF, GRDF, RTE.
    – Diminuer la part du nucléaire à 50% en dix ans, soit la fermeture de 19 tranches nucléaires.

    1 – Les conséquences de la vente des concessions hydrauliques ne peuvent conduire qu’a un renchérissement de la facture d’électricité, comme cela a été le cas pour les concessions d’autoroute avec le tarif des péages.

    La production hydraulique est la seule énergie renouvelable à bas coût disponible pour fournir les pointes de consommation, les autres moyens de production, hormis les turbines à gaz très couteuses, produisent en continu et ne peuvent varier leur puissance rapidement.

    Elle représente 15% de la production française.

    Cette énergie peu coûteuse sera facturée au plus haut prix si elle est privatisée ( retour sur investissement rapide oblige) sur le marché spot au prix des pointes de consommation, d’où une augmentation des tarifs globaux pour le citoyen consommateur qui a pourtant payé la construction des barrages avec sa facture!

    Cette privatisation risque également de limiter les moyens en eau et donc le refroidissement des centrales Nucléaires bâties sur les cours d’eau, dont celle de Cruas-Meysse !

    L’impact sur la production électrique risque également d’être fort en fragilisant le réseau, ce qui amènera des risques de coupures d’électricité.
    En quoi la vente des concessions hydrauliques correspond elle à un objectif de transition énergétique?

    L’état veut vendre ici les « bijoux de famille » français alors qu’elle peut vendre les actifs d’EDF à l’étranger, également payés par le consommateur français!

    C’est la double peine!

    La France serait la seule en Europe à vendre ses moyens de production hydrauliques !

    2 – La limitation de la production nucléaire française à 50% et la fermeture de 19 réacteurs est une aberration alors que l’on annonce que la production sera insuffisante dés l’hiver 2015 !

    Le danger immédiat qui nous menace est la production de CO2, or le nucléaire n’en produit pas ou peu!

    Par quoi comptons nous remplacer cette énergie décarbonée?

    Certainement pas avec la production électrique fuel ou charbon que la loi de transition énergétique veut limiter car riche en CO2.

    L’annonce de fermeture risque de limiter les investissements nécessaires au maintien au plus haut niveau de Sureté et sécurité du nucléaire, sans parler des conséquences sociales et du chômage que provoquerait la fermeture de 19 tranches de production nucléaires en dix ans, notamment en Ardèche, dans cette période de crise !

    3 – La régionalisation des distributeurs d’énergie va conduire à la fin du tarif unique de l’énergie sur l’ensemble du territoire !
    Au détriment forcément des territoires ruraux comme le notre qui devront payer encore plus cher leur énergie !

    La loi de transition énergétique est détournée de son objectif pour dissimuler une libéralisation de l’énergie et un retour à un système énergétique déstructuré équivalent à celui d’avant 1946, notre pays comptait 200 entreprises de production, dont de nombreux barrages, 100 entreprises de transport d’énergie, 1150 entreprises privées de distribution et 250 régies locales, état qui avait conduit à la nationalisation pour rendre fiable la production et la distribution énergétique en France !

    • Patricia
      3 novembre 2014 at 0 h 59 min

      Au moins c’est clair. Merci.

  19. Sylver
    2 novembre 2014 at 17 h 54 min

    C’est merveilleux:

    * Trop dosés = licenciement
    * Pas content des conditions de travail = licenciement
    * t’es malade = licenciement
    * T’es enceinte = licenciement
    * Trop vieux = licenciement
    * T’as fait grève = licenciement
    * tu ne veux pas travailler pour 2€/h = licenciement

    Le patron du Medef veut que les patrons licencient sans se justifier

    Le président du Medef Pierre Gattaz a suggéré jeudi que la France sorte de la convention 158 de l’Organisation internationale du travail (OIT) qui oblige à justifier un licenciement.

    http://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/le-patron-du-medef-veut-que-les-patrons-licencient-sans-se-justifier_1617353.html#h0h8XGBFpiXc91CO.01

  20. vero
    2 novembre 2014 at 12 h 14 min

    Voici la vérité. Les mêmes qui échappent à toute imposition sur les bénéfices colossales de leurs entreprises, disent que nous sommes trop payés. Ce sont eux, avec le soutien du gouvernement de Groite, qui sont les fossoyeurs du social de par tout et surtout dans le nucléaire. Le statut EDF les dérange? Qu’ils viennent le chercher à tête découverte sans se cacher derrière le gouvernement et ces lois MEDEFISTES.

    Comment Pierre Gattaz (président du MEDEF) se sucre sur l’argent public

    En quelques années, Radiall, l’entreprise dirigée par le patron des patrons, a réduit à néant, ou presque, sa contribution fiscale en France, tout en bénéficiant des crédits et en multipliant les dividendes.

    De quoi susciter une vraie bronca, loin du faux bras de fer avec le gouvernement.

    François Hollande tend la main et le patronat arrache le bras. Les épisodes se suivent et se ressemblent. À une semaine de la conférence sociale, le Medef rassemble toutes les autres organisations patronales pour exiger, en plus des 35 milliards d’euros de cadeaux sociaux et fiscaux baptisés « pacte de responsabilité »,

    http://www.humanite.fr/comment-pierre-gattaz-se-sucre-sur-largent-public-546073

  21. Paul
    2 novembre 2014 at 11 h 52 min

    La machine à broyer est en route!

    Le Smic et le prix de notre travail coûtent trop cher. Nous voilà sur la route de la Grèce, de l’Espagne et du Portugal.

    Pendant ce temps, les riches n’ont jamais été aussi riches et les pauvres aussi pauvres.

    Pour Macron, qui a gagné 900 000€ en 4 mois, les Français sont trop payés. Comme l’a préconisé par ordre chronologique : Goldman Sachs , JPMorgan , Le FMI , Moscovici et dernièrement le MEDEF.

    http://srv497.fr.nf/macron-les-francais-sont-trop-payes/

  22. Sentinelle26
    2 novembre 2014 at 11 h 03 min

  23. Redaction MZC
    2 novembre 2014 at 8 h 07 min

    Médecin du travail bientôt remplacé par le généraliste ?


    Le travail pourrait-il tomber malade ? C’est en tout cas ce que certains craignent suite à l’annonce faite par François Hollande le 30 octobre 2014 sur le rôle du « médecin du travail ». A l’occasion de la présentation de 50 nouvelles mesures destinées à simplifier l’activité des entreprises, premier bilan d’étape du grand chantier lancé en avril 2014, il a indiqué que « la visite médicale obligatoire n’est réalisée que dans 15% des cas » et « peut relever de la formalité impossible » du fait d’un manque d’effectifs médicaux ou de contrats courts. Dans ce cas, « Mieux vaut limiter et cibler », a-t-il ajouté. Rappelons que cette visite doit en principe être réalisée tous les deux ans mais les services de médecine du travail étant totalement engorgés (selon l’atlas de l’ordre des médecins, la France ne compte que 1 530 médecins du travail, avec une moyenne d’âge élevée), elle pourrait dorénavant être confiée au médecin traitant.

    Une démarche collective nécessaire…

    http://emploi.handicap.fr/art-medecine-travail-entreprise-890-7282.php

    La pauvreté des enfants progresse dans les pays riches

    Dans son dernier rapport titré « Les enfants de la récession » publié le 28 octobre, l’Unicef alerte sur l’augmentation de la précarité chez les jeunes de moins de 25 ans dans les pays de l’OCDE. Le nombre d’enfants pauvres a augmenté de 2,6 millions entre 2008 et 2012 dans les pays riches, dont 440 000 enfants pauvres supplémentaires pour la France.

    Les causes de la recrudescence de la pauvreté sont à chercher dans la crise, le chômage qu’elle engendre et la réduction des budgets alloués aux programmes sociaux et à l’éducation. Tous les pays ne sont pas concernés au même niveau, et les plus touchés sont l’Irlande, la Croatie, la Lettonie, la Grèce et l’Islande…

    🙁 La France n’est pas épargnée par la pauvreté des enfants

    La France compte 2,7 millions enfants pauvres – 440 000 en plus depuis 2008. « Ces chiffres sont sans doute sous-évalués puisqu’ils ne prennent pas en compte les enfants mal-logés et sans-papiers. Il y a certainement plus de 3 millions d’enfants pauvres en France », estime François Duchamp, chargé de mission enfance en France à l’Unicef…

    – See more at: http://www.goodplanet.info/actualite/2014/10/29/pauvrete-des-enfants/#sthash.gFAui2Xb.dpuf

  24. xavier
    1 novembre 2014 at 22 h 20 min

    IlS prolifèrent comme les clowns!

    De nouveaux survols suspects de centrales nucléaires par des drones

    Ce 31 octobre, on apprenait deux nouveaux survols auprès de la gendarmerie et d’EDF. Les centrales nucléaires de Penly (Seine-Maritime) et de Golfech (Tarn-et-Garonne) ont, elles, été survolées jeudi soir par des drones, a-t-on appris vendredi auprès de la gendarmerie et d’EDF, confirmant une information d’i-Télé. Le survol a été détecté par les gendarmes chargés de la protection des centrales et par des employés». Comme dans les cas précédents, la société EDF entend porter plainte, a-t-elle affirmé.

    Sur ces deux derniers survols, les enquêteurs hier ne manquaient pas de s’interroger sur un éventuel mimétisme. avec les survols précédents. Un peu, disaient-il à l’image du phénomène de clowns qui agressent les passants. «On ne parlait de rien, le phénomène n’existait que dans le Nord, les medias s’en sont emparés, il y a désormais des clowns partout dans l’Hexagone». Certes. Sauf que la manipulation d’un drône au dessus d’une centrale est peut-être moins aisée que l’achat d’un costume de clown pour faire le malin dans les rues de sa commune..

    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/10/30/01016-20141030ARTFIG00356-survol-suspect-de-centrales-nucleaires-par-des-drones.php

  25. SHADE
    1 novembre 2014 at 19 h 29 min

    Mix électrique: la CFDT défend l’objectif de 60% de nucléaire en 2030

    Optimiser la fin de vie des centrales nucléaires

    Le syndicat souligne qu’il faut un moindre recours au pétrole et une meilleure valorisation du gaz pour remplacer charbon et fuel dans les centrales. Pour le nucléaire, la CFDT demande  » une optimisation de la fin de vie des centrales nucléaires avec un critère non négociable de sécurité et de sûreté, mais sans référence à leur seul âge « . La réduction de la part du nucléaire dans la production d’électricité à 60% à horizon 2030, semble plus atteignable que le scénario à 50 % en 2025. Un tel délai est nécessaire pour négocier et gérer les transitions industrielles, technologiques et professionnelles des salariés des sites et des salariés des sous-traitants.

    http://www.enviscope.com/energie/cfdt-transition-energetique-nucleaire/14258

  26. Nathan
    1 novembre 2014 at 19 h 14 min

    Hécatombe à la tête des champions français.

    La disparition tragique de Christophe de Margerie, PDG de Total, est intervenue quelques heures à peine après une autre annonce de taille dans le domaine de l’énergie. Lundi soir, Luc Oursel, PDG du spécialiste du nucléaire Areva, annonçait son départ imminent pour des raisons de santé.
    Proglio: « décision sage » ou « leurre »?

    La semaine précédente, le gouvernement entérinait le départ d’Henri Proglio, bientôt remplacé à la tête d’EDF par Jean-Bernard Lévy. Et pour compléter le tout, GDF-Suez prépare également la succession de son PDG, Gérard Mestrallet, qui pourrait laisser la main à Isabelle Kocher d’ici début 2016. Une liste déjà longue à laquelle on pourrait aussi ajouter Alstom, démembré cet été et qui a vu sa branche énergie (centrales électriques, turbines, gestion de réseaux, etc.) rachetée par l’Américain General Electric.
    Total, EDF, Areva : le secteur de l’énergie perd ses capitaines

    Une valse des dirigeants en pleine transition énergétique.

    Cette succession d’évènements est d’autant plus inédite qu’elle intervient alors que les parlementaires ont adopté la loi de transition énergétique. Un texte qui va profondément les impacter puisque cette réforme prévoit de réduire par deux la consommation énergétique de la France d’ici 2050, de réduire la part du nucléaire dans notre électricité de 75% aujourd’hui à 50% en 2025, mais aussi augmenter la part des énergies renouvelables.

    http://www.europe1.fr/economie/le-secteur-francais-de-l-energie-prive-de-ses-capitaines-2266109

  27. Matias
    1 novembre 2014 at 18 h 16 min

    Il est certain qu’il y aura des dérives… ce n’est plus qu’une formalité de vous mettre à la porte !

    4 mai 2013, la loi sur « la sécurisation de l’emploi » a été votée au Sénat, par 169 voix contre 33. La fin du CDI et tout le monde s’en moque… Pas une manifestation dans la rue, nada ! Pas le moindre sénateur interpelé non plus… Les moutons ne voient pas l’abattoir que l’on construit devant la bergerie.

    Le CDI vous préservait des licenciements sauf en cas de « cause sérieuse et réelle ». En clair, à moins d’une faute grave ou d’une inaptitude au travail, la seule chose que pouvait tenter votre patron était de vous pousser au suicide comme chez France Télécom…

    Aujourd’hui, le boss pourra vous virer pour avoir refusé de changer de poste, pour avoir refusé de changer de lieu de travail, y compris de l’autre coté de l’Hexagone… Ou simplement s’il vous juge « incompétent » !

    Le CDI prévoyait l’impossibilité de baisser votre rémunération sans votre accord. Le boss pouvait demander. Certains ont essayé… 
Grâce à notre Sénat, refuser une baisse de salaire (jusqu’au SMIC) devient un motif valable pour vous faire pointer à Pôle emploi (article 18 de l’accord national interprofessionnel – ANI).

    Finalement, c’est quoi cette… chose ? 
Rien de moins que la mise au pas en matière de droit du travail et la destruction d’un acquis vieux de 20 ans.
 C’est l’échine courbée jusqu’à la brisure de vertèbres devant l’ultra-libéralisme. Un grand jour pour le MEDEF.

    Comme d’habitude, les travailleurs ont été trahis par plusieurs syndicats (CFDT, CFE-CGC, CFTC) puisque cette loi n’est que la retranscription de l’ANI signé entre lesdits syndicats et le patronat le 11 janvier 2013. FO et la CGT l’ont refusé, encore heureux…

    Puisque certains s’y opposent, qu’ils nous organisent pour ne pas que l’ont sombre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.