Notre rapport avec l’énergie

Dernière minute – La lettre de Monsieur François Hollande a lire à la fin de cet  article (bas de page)

Voici une petite synthèse de vos divers témoignages sur notre/votre site

Dite-nous ce que vous en pensez

Votre avis nous intéresse

« Sous-traitance nucléaire »

Des femmes et les hommes pressurisés par une logique du gain au détriment de la sécurité et de la sûreté !

 

Raison de notre existence, conventions collectives, grands déplacement, salaires, organisation du travail, moyens techniques, encadrement, réseaux d’influence, conséquences pour les Hommes et pour l’industrie…

Les raisons de notre existence

Cette catégorie de personnel effectue les travaux réalisés jadis, par les salariés EDF. Cette organisation a connu une progression de 80% depuis l’origine du nucléaire civil et a pour but :

  • Éclater le statut EDF à long terme,
  • Externaliser et de diluer les risques et les responsabilités d’EDF,
  • Baisser le coût du travail,
  • Affaiblir l’organisation des salarié(e)s (syndicats),
  • Diviser les salariés dans un même périmètre d’activité,
  • Abolir l’article 4 du statut EDF,
  • Servir de variable d’ajustement
  • Servir d’amortisseur social,

Nos conventions collectives afférentes

  • Elles sont nombreuses pour un salariat qui réalise les mêmes travaux (SYNTEC, Métallurgie, Nettoyage, Construction, Commerce,…)
  • Elles sont inadaptées à la principale activité de ces entreprises (production électrique),
  • Elles sont volatiles en fonction des volontés de grands groupes qui utilisent les fusions absorptions, ventes, conventions de prêt de personnel, etc.
  • Elles sont inapplicables, ce qui occasionne une valse permanente d’accords d’entreprise afin de supprimer les articles néfastes pour les directions avides de gros bénéfices financiers.
  • Elles sont mises en place pour diviser le salariat en rendant impossible les convergences salariales

Les Grands Déplacements

  • Utilisation des véhicules personnels dans les déplacements professionnels, parcourant en moyenne 45 000 kms/an remboursés 0,33 € environ.
  • Les GD sont utilisés comme moyen de pression sur les salarié(e)s qui se révoltent des conditions de vie, de travail et de salaire,
  • Unes des principales causes de l’éclatement familial et social suite aux longues absences (entre 5 et 8 semaines).
  • Montants accordés très insuffisants pour faire face aux dépenses engendrées par les missions professionnelles. 70€/jour en moyenne pour couvrir l’hôtel,  deux repas, petit déjeuner, petit déplacement entre la chambre et le site nucléaire parfois distants de +40kms, téléphone, …
  • Accumulation de la fatigue physique et morale, les repos étant utilisés pour le trajet de retour au domicile.
  • Nombreux accidents de trajet non pris en compte par les assurances, à cause de l’utilisation de véhicules privés pour une utilisation professionnelle.
  • Une des causes souvent citées dans les nombreuses émissions,

Nos salaires

  • Quasiment pas de progression,
  • Souvent n’atteignant pas le SMIC. Ex : chez Polinorsud, groupe AREVA ou environ 20% des salariés sont en dessous du SMIC pour prendre de la dose.
  • Accords d’entreprise dépouillant les acquis sociaux et réglementaires,
  • Baisse des salaires allant jusqu’à 20% lors des changements de prestataires sur les marchés pour une continuité dans la même activité,
  • Grosse différence entre les salariés du donneur d’ordre (EDF, AREVA,…) et les salariés sous-traitant qui prennent +81% des doses de cette industrie, qui réalisent +80% des activités et qui sont victimes de la majorité des accidents du travail (souvent non déclarés).

L’organisation du travail

  • Accroissement des interfaces avec des potentielles d’incompréhension et risques accrus de perte en ligne des informations,
  • Perte des compétences, celles-ci n’appartenant pas à l’entreprise principale, fort Turnover (environ 30%/an).
  • Affaiblissement syndicales chez le donneur d’ordre. Disparition syndicale chez les sous-traitants avec les pertes de marchés. Diminution des prérogatives des CHSCT. Éloignement des élus sous-traitants suite à la dispersion des marchés.
  • Dépassements horaires avec l’impossibilité de contrôle du donneur d’ordre.
  • Différence dans les exigences de formation entre les salariés EDF et sous-traitants : temps nécessaire pour les formations de base chez un sous-traitant (2 à 3 semaines) et 4 à 6 mois pour un agent statutaire.
  • Difficultés de suivi de l’ensemble des activités avec un manque significatif flagrant de personnel statutaire formé.
  • Différences de traitement et de reconnaissances entre les différentes catégories de personnel. Relationnel affaibli et parfois très critique.
  • Augmentation des coûts, un salarié prestataire revenant plus cher à court-terme qu’un agent statutaire.
  • Les grands groupes utilisent les différentes filiales de la sous-traitance ce qui rend la visibilité des interventions encore plus trouble.
  • Utilisation massive de CDD et INTERIM,

Les moyens techniques et humains

  • Manque d’investissement des sous-traitants sur le matériel à cause de la faible visibilité des marchés à venir.
  • Matériel des donneurs d’ordre en bon état malgré les litiges pour les réparations entre le donneur d’ordre et  les entreprises utilisatrices sur les réparations ou nouvelles évolutions,
  • Manque de ressources humaines avec le changement des contrats commerciaux  avec le passage en obligations de résultat à la place des contrats en dépense contrôlée,
  • La sous-traitance devient peu attractive suite aux conditions de vie et de travail,
  • Le fort turnover affaiblit les ressources des entreprises intervenantes,
  • La forte pression et le manque de reconnaissance des entreprises n’encouragent pas le retour des salariés dans le nucléaire,
  • Les nombreux conflits souvent médiatisés et les diverses émissions télévisées sur les conditions de vie et de travail favorisent la désertification des salariés,
  • Le système d’apartheid utilisé sur les sites nucléaire (interdiction d’accès aux restaurants de site, aux centres de vacances, aux contrôles médicaux,….) donnent une mauvaise image aux salariés du privé et les fatiguent psychologiquement et les font fuir ,
  • La peur des conséquences radiologiques et toxiques (produits CMR) sur l’organisme sont aujourd’hui plus connues des intervenants et ne les encouragent pas à rester.

L’Encadrement :

  • Souvent très jeune et forcement sans une réelle expérience,
  • Sur exploités en rendement et en temps de travail avec les heures supplémentaires non payées, nombreux dépassement horaires, manque de moyens techniques et humains pour faire réaliser les activités,…
  • Bonnes conditions en déplacement (voiture de fonction, hôtel, repas remboursés, téléphone d’entreprise)
  • Salaires moyens,
  • Souvent en difficulté et délaissés par le haut de la pyramide des entreprises en cas de difficulté,
  • Contrats précaire (objectif), gros turnover avec des conséquences psychologiques (sentiment d’échec)
  • Forte pression de la direction pour obtenir des objectifs difficiles à atteindre,
  • Absence de reconnaissance remontant du terrain,

Réseaux d’influence

  • Hommes politiques (anciens et actuels), industriels, cadres supérieurs du nucléaire civil et militaire, syndicalistes (anciens et actuels), fonds de pension, anciens cadres EDF ayant créé des micros entreprises à forte valeur ajoutée pour travailler en sous-traitance, cadres EDF ayant des parts directes ou indirectes dans les entreprises privées, entreprises d’expertise et de formations spécifiques, ….

Conséquences de la sous-traitance pour les Hommes et pour l’industrie

  • Dilutions des maladies professionnelles induites dans la population suite au fort turnoveur des salariés de la sous-traitance,
  • Fin du suivi médical spécifique des anciens salariés de la sous-traitance,
  • Un moins bon suivi des installations, qui peut avoir des conséquences sur la sureté nucléaire,
  • Un manque accru du suivi des opérations de maintenance au vu de son grand nombre,
  • Un manque de formation des principaux acteur de la sûreté,
  • Un coût plus élevé suite aux gros bénéfices des intermédiaires au détriment du social,
  • Une moins bonne maintenance sur les installations avec des salariés en manque de formation,
  • Une transparence très réduite de la part des sous-traitants réalisant 80% des activités par peur de divulguer et de perdre l’emploi,
  • Des salariés méprisés, fatigués, et en manque de repères sociaux ,
  • Éclatement des syndicats des donneurs d’ordre et de la sous-traitance,
  • Affaiblissement des CHSCT,
  • De nombreux documentaires sur la radio, télévision et presse écrite,
  • De nombreux conflits sociaux de sous-traitants, souvent médiatisés,
  • Mauvaise image du nucléaire en général, remise en cause de cette industrie et monté signifiante de l’anti nucléaire,
  • Une relation avec l’accident majeur de Fukushima ou TEPCO se servait dans un taux équivalent de sous-traitance (80%).

Page n° 2

Dernière page

La lettre dans son intégralité en pdf ici → francois-hollande-repond-a-annie-lobe-et-presente-sa-politique-energetique-et-sa-position-sur-le-nucleaire

Source : http://www.santepublique-editions.fr

(Ici nous respectons la loi sur les droits d’auteur et le travail de la presse et des journalistes professionnels)

Et vous…qu’en pensez vous ? 

Tous à vos claviers !

Nos amitiés aux uns, nôtres respects aux autres, bises à toutes et tous

178 comments for “Notre rapport avec l’énergie

  1. hollowman of ardeche
    22 octobre 2012 at 12 h 03 min

    hello

    de mémoire il a été dit que le site deviendrait une assoc à but non lucratif sous la loi de 1901, etc…
    alors à nos planches à dessins et recherchons un sigle qui nous servira de point de ralliement,de reconnaissance, et d’afficher un nombre d’adhérent(e)s en conséquence lors de mouvements de contestation ou pas !

    c’est une suggestion, si d’autres en ont partageons-les et qui sait une d’entre-elles sortira du lot

    bonne recherche, à bientot

  2. hollowman of ardeche
    21 octobre 2012 at 17 h 16 min

    hello le monde

    en regardant des vidéos sur les differents conflits des salarié(e)s et quelque soit le secteur d’activité, il en ressort un écœurement du à cette politique-financière qui ronge notre gagne-pain !
    il serait bien de leur montrer de quel bois on se chauffe, la SOLIDARITÉ
    c’est la base de tout,
    certain(e)s d’entre nous sont à bout, les traites de la maison, de la voiture, du frigo à remplir, des gosses à nourrir, etc…

    tout le monde a le droit d’avoir un niveau de vie acceptable pour mieux subvenir aux besoins du noyau familial, et aussi une couverture santé à la hauteur des risques pris dans notre secteur d’activité

    pour nous faire écouter, il faudra qu’ils se débouchent les oreilles, et règlent l’angle de vue pour enfin qu’ils comprennent que nous ne sommes plus les mêmes et que nous avons le droit d’avoir du RESPECT

    dans le cas contraire les médias , les tentes, les barbecues et les feux de palettes vont commencer à fleurir devant les grilles de tous les sites

    syndicalement votre

  3. La taupe
    20 octobre 2012 at 15 h 48 min

    Une seule chose peut nous convenir !
    Une réglementation commune de haut niveau choisie par les salariés prestataires, pour tous les salariés du nucléaire.

    Pourquoi tant de choses alors que c’est très clair dans nos têtes.

    • martine
      20 octobre 2012 at 21 h 46 min

      Si tout le monde continue à ignorer notre avis de tempête fera des dégâts partout ou elle passera.

      Coup de mistral annoncé dans les prochains jours sur paris et gros silence sur la date.

      • 21 octobre 2012 at 1 h 02 min

        Oui Martine je peux te dire qu’il y a une réel prise de conscience, coté esclave, mais aussi coté citoyen, le débat auquel j’ai participer l’a encore bien démontré.
        Dans la salle il y avait les services des Renseignements Généraux, l’État suit notre affaire et nous restons évidemment à sa disposition .
        Les citoyens ont étaient stupéfiés de ce qui se passe, ils se posent de réel questions de sécurité et de sûreté !!!

        Le 4 page de CRUAS a été distribuer, avec la feuille adhésion de santé sous traitance, chaque personne est ressortie avec tous les éléments, plusieurs même sont prêt a descendre avec nous sur PARIS

        Prochainement une grande radio national va nous contacter, il va falloir qu’on se réunisse tous sur une place d’une ville avec prise de parole micro devant chaque préfecture.
        ON ne peut plus rester sans rien dire, encore hier pas coucher avant 4 h du matin, les angoisses de ma contamination interne.

        N’oubliez pas :
        VENDREDI 26/10 TRIBUNAL DE ROUEN 14h, ENDEL PASSE AU TRIBUNAL POUR TROUBLE ANXIÉTÉ (dossier Dominique Samson) , S’IL LE FAUT NOUS DÉPOSERONS TOUS ENSEMBLE UN DOSSIER.

        Des groupes musicaux sont en contact pour concert, ainsi que diverses associations

        Il ne faut surtout pas que ce cahier social sorte, de plus en plus de citoyens sont au courant que nous sommes les esclaves, nomades…futurs malades

        Nous n’en voulons pas de cahier des charge sociales , s’il est mis se sera avec la complicité de plusieurs organisations syndical, nous devons surveiller qui va le signer.

        On lâche rien
        Fini la souffrance qui a pousser certain au suicide chez nous sous silence.

  4. Balbon
    19 octobre 2012 at 9 h 06 min

    EDF doit supprimer la sous-traitance, respecter le code du travail, assurer aux personnels les temps de repos nécessaires, mettre en œuvre un rigoureux suivi sanitaire des salariés de la filière nucléaire, qu’ils soient permanents ou intervenant sur des opérations de maintenance.
    EDF doit retrouver la place définie par le gouvernement provisoire, à la Libération.

    L’État doit reprendre, sans faiblesse, la maîtrise de la filière nucléaire pour le bien des Hommes et de la sûreté.

  5. pour la liberté
    19 octobre 2012 at 9 h 01 min

    On est dans une mine de charbon chinoise ?
    Une mine de cuivre sud américaine ?

    Non. On est en France, où, paraît-il, il y a un droit du travail.
    Mais EDF peut mieux faire : importer quelques milliers d’esclaves du tiers-monde. Et ça coûtera encore moins cher. Merci EDF

    Que font les syndicats de l’énergie ?

    • lucien
      19 octobre 2012 at 11 h 18 min

      Justement, ils n’ont plus d’énergie sociale et ils remettent aux directions le soin de l’élaboration des avantages sociaux des salariés de la sous-traitance.

      C’est le monde à l’envers !
      On crois rêver !!!
      Marcel PAUL, reviens, ils sont tous devenus fous et sans repaires politiques.

      Ou sont les syndicats de mes 20 ans avec les valeurs qu’étaient les nôtres

  6. XXX
    18 octobre 2012 at 23 h 55 min
    • ensemble
      19 octobre 2012 at 0 h 43 min

      La preuve que sur ce site, nous ne racontons pas de conneries sur la sous-traitance du nucléaire et l’organisation du travail.

      Voila pourquoi nous avons les boule et que nous devons monter sur paris devant nos syndicats de l’énergie.

      Parce qu’ils refusent d’ouvrir les oreilles quand on leur parle et qu’ils gardent les yeux fermés pour ne pas voir ce qui s’y passe.

      Si rien ne change, nous nous donnerons rendez-vous devant les grilles très bientôt.

      • 19 octobre 2012 at 0 h 56 min

        J’espère que ce n’est pas du cahier antisocial, sinon il faut faire démenti au plus vite, il faut préciser que les esclaves du nucléaire n’en veulent pas de ce torchon négocié par des actionnaires véreux devant un bon repas gastronomique; Si c’est de celui-ci qu’on parle, faut agir vite.

        De toute façon, demain dans le débat public, je dénonce ce cahier mafieux et ignoble qui légalise la sous-traitance esclavagiste, le travail du dimanche et la précarité en général.
        Si certains l’estiment social, ils doivent commencer à l’appliquer à eux mêmes et on verra après pour la sous-traitance.

  7. Tendance vraie
    18 octobre 2012 at 20 h 31 min

    C’est étonnant, seuls les syndicats de l’énergie semblent ignorer les effets de la sous-traitance sur les hommes et sur les installations nucléaires pour le plus grand bonheur des patrons esclavagistes de l’atome.

    La date pour la montée à paris commence à sortir du sac.

    Restons vigilants pour la suite.

    On lâche RIEN.

    S’ils nous écoutent ça va, s’ils nous ignorent, ils assumeront.

    • 18 octobre 2012 at 21 h 18 min

      Ce soir, j’ai eu une invitation pour un débat public dans l’aine.
      IL SERA DIFFUSER EN PREMIÈRE PARTIE DU FILM RAS NUCLÉAIRE.
      LE 19 OCTOBRE A 20H.
      l’association santé » sous traitance sera représenter, ainsi que le site ma ZONE contrôlé va mal,
      EH oui il y a du monde qui veut savoir ce qui se passe derrière ce bleu azur.
      photo seront prise en présence de la presse.
      ON lâche rien.
      AVEC OU SANS EUX ON DOIT Y ALLER SUR CETTE RECONNAISSANCE IL EST GRAND TEMPS D’ABOLIR L’ESCLAVAGISME DANS LEURS BARBELÉES.

      MARCEL PAUL pardonne nous.

  8. la Vie
    18 octobre 2012 at 19 h 44 min

    La vie demain – Tragédie ou harmonie ?

    Jusqu’à quand la sous-traitance ?

    J’ai pour ma part entendu en 1987 Patrick Baudry à une conférence sur la catastrophe Challenger (explosion de la navette US) parlait de la sous-traitance comme cause première à celle-ci…. Et l’on continue….

    Terrible démonstration des conséquences de la sous-traitance sur le grand arrêt Total Gonfreville (FNIC CGT/ASSOCIATION HENRI PEZERAT)

    http://www.humanite.fr/fil-rouge/terrible-demonstration-des-consequences-de-la-sous-traitance-sur-le-grand-arret-total-gonfreville-fnic-cgtassociation-

    La sous-traitance du travail et des risques comme cause organisationnelle d’accident industriel

    http://www.asso-henri-pezerat.org/la-sous-traitance-comme-cause-organisationnelle-daccident-industriel/

    Les difficiles conditions de travail des sous-traitants du nucléaire…

    http://www.journaldelenvironnement.net/article/les-difficiles-conditions-de-travail-des-sous-traitants-du-nucleaire,25127

    Nucléaire : les parlementaires inquiets du recours massif à la sous-traitance

    http://www.usinenouvelle.com/article/nucleaire-les-parlementaires-inquiets-du-recours-massif-a-la-sous-traitance.N154963

  9. le furet
    18 octobre 2012 at 19 h 40 min

    Nucléaire : les parlementaires inquiets du recours massif à la sous-traitance

    http://www.usinenouvelle.com/article/nucleaire-les-parlementaires-inquiets-du-recours-massif-a-la-sous-traitance.N154963

    Le 01 juillet 2011 par Ludovic Dupin
    Les rapporteurs de la mission parlementaire sur la sûreté nucléaire appellent le gouvernement à prendre en main la question de la sous-traitance en France. Jusqu’à 8 niveaux ont été observés sur le terrain.

    A mi parcours de leur travail, les membres de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) publient leur rapport provisoire sur « la sécurité nucléaire, la place de la filière et son avenir ». De ces trois thèmes, c’est le premier « la sécurité » qui est principalement abordé dans le rapport provisoire de 126 pages publié jeudi 30 juin.

    En premier lieu, les rapporteurs, le député PS Christian Bataille (Nord) et le sénateur UMP Bruno Sido (Haute-Marne), manifestent une forte inquiétude sur la sous-traitance dans le nucléaire. Sur certains chantiers, jusqu’à huit niveaux de sous-traitance ont été observées. Le rapport préconise que l’appel à la sous-traitance soit limité aux seules opérations qui nécessitent des compétences spécifiques qu’EDF ou Areva ne possède pas.

    Un fonds abondé par les exploitants nucléaires

    De plus, leur travail pointe du doigt une réglementation européenne sur les appels d’offres trop rigides qui favorise le critère du prix sur celui de la qualité. Une méthode inadaptée au nucléaire. Les rapporteurs appellent le gouvernement a travaillé sur une étude juridique pour restreindre le recours à la sous-traitance. Ce travail sera intégré dans le rapport final de l’OPECST, publié fin 2011.

    En sus, les rapporteurs demandent également la création d’un fonds abondé par les exploitants nucléaires dédié à la recherche universitaire sur les risques naturels, de repenser et renforcer le budget de l’Autorité de Sûreté nucléaire (ASN) et des commissions locales d’informations (CLI), de faire des exercice de crises plus longs et plus complets incluant la gestion post-accidentelle, de rendre transparent les coûts supportés par les exploitants au nom de la sûreté et de rendre cohérentes les règles de sûreté en Europe au-delà des questions de souveraineté.

  10. Sellig
    18 octobre 2012 at 18 h 07 min

    Risques nucléaires et risques technologiques, une même problématique ?

    La filière nucléaire peut-elle apprendre de la filière technologique, et inversement ? Il semble que oui, même si les deux types de risques ont été traités de façon cloisonnée pendant 50 ans.

    « Que peuvent apprendre les filières nucléaires et technologiques l’une de l’autre ? ». C’est l’une des questions qu’avaient à débattre les participants à la 5e édition des Assises des risques technologiques, qui s’est tenue le 11 octobre à Douai (Nord). Bien que les problématiques soient traitées de façon très différentes depuis des dizaines d’années, des convergences semblent exister, révélées en partie par la catastrophe nucléaire de Fukushima…

    « Un accident nucléaire serait une catastrophe nationale »

    Pourtant, les spécificités du monde nucléaire restent bien réelles. Les risques chimiques et pétrochimiques ont une cinétique violente, de faible durée et sur un périmètre limité (700 à 900 m), analyse Laurent Michel. Le risque nucléaire est au contraire de longue durée et neutralise des territoires sur une grande ampleur.

    « Un accident nucléaire serait une catastrophe nationale qui coûterait des centaines de milliards d’euros », avertit Jacques Repussard. En cas d’accident avec rejets radiologiques, le territoire impacté correspond tout de suite à une portion de territoire de l’ordre du département. C’est pourquoi la doctrine française ne se donne pas le droit à un accident nucléaire…

    http://www.actu-environnement.com/ae/news/risques-technologiques-nucleaires-synergies-Fukushima-Assises-Douai-16839.php4

    Fukushima: Un «exosquelette» pour aider les travailleurs du nucléaire

    Des chercheurs japonais ont présenté jeudi un exosquelette qui permettrait de pouvoir travailler dans des zones hautement irradiées sans souffrir du poids des équipements, comme à la centrale accidentée de Fukushima.
    Ces scientifiques ont dévoilé une version améliorée de l’exosquelette HAL (pour Hybrid Assistive Limb – soit Membres Hybrides d’Assistance), qui pourrait être utilisée par les travailleurs en train de démanteler la centrale de Fukushima Daiichi dans le nord-est du Japon. «Hal» – peut-être un clin d’oeil au film culte 2001 l’Odyssée de l’espace de Stanley Kubrik puisque c’était le nom de l’ordinateur central et rebelle – est équipé de capteurs qui savent «lire» les signaux électriques envoyés par le cerveau de son porteur.
    Ainsi lorsque ce dernier commence à bouger une jambe, la machine collée à son corps actionne le mécanisme d’assistance couplé à ce membre, qui a dès lors beaucoup moins d’effort à fournir.
    Une veste de 60kg aussi légère qu’une plume…

    http://www.20minutes.fr/ledirect/1025124/fukushima-exosquelette-aider-travailleurs-nucleaire

    Gravelines: des incidents à la centrale

    C’est un inquiétant record qui a été battu par la centrale nucléaire de Gravelines. Le nombre d’événements significatifs de sûreté (ESS) a atteint le nombre de cinquante depuis janvier, révèle le quotidien régional La Voix du Nord. Un chiffre qui a interpellé le président de la commission locale d’information (CLI) de la centrale nucléaire et le maire de Gravelines, Bertrand Ringot, qui ont demandé des explications au nouveau directeur du site…

    http://www.europe1.fr/France/Gravelines-des-incidents-a-la-centrale-1279383/

  11. sylvie
    18 octobre 2012 at 0 h 18 min

    La base est 1000 fois plus forte et plus puissante que ceux qui signent des accords contre l’avis des salariés.
    Ils nous ont oublié,
    il est bon de le leur rappeler.

  12. Alerte rouge
    18 octobre 2012 at 0 h 14 min

    Les secousses les syndicats doivent commencer.

    VOS COMPORTEMENTS sont inadmissibles dans NOTRE organisation

    NOUS NE LÂCHERONS RIEN ! on y sera

  13. Tindra
    17 octobre 2012 at 22 h 36 min

    Si je me suis engagé, comme beaucoup de mes camarades dans le syndicalisme, le vrai et pas celui des patrons, c’est pour défendre les salariés et surtout les plus précaires comme ceux de la sous-traitance du nucléaire.

    Me dire qu’il ne faut rien faire pour les salariés de la sous-traitance du nucléaire pour ne pas salir cette industrie, à été pour moi un choc émotionnel énorme.

    Entendre qu’il valait mieux avoir voté pour Sarko, parce qu’il était pour le nucléaire relève d’une provocation immense pour nous et pour nos valeurs de syndicalistes.

    Non, je ne suis pas d’accord, Sarko n’aime pas le nucléaire des hommes qui le font vivre, il n’aime que le nucléaire du fric.

    Je suis d’accord avec vous tous. S’ils continuent à nous oublier en passant des accord avec les patrons au détriment des salariés de la sous-traitance, je serais devant las grilles de notre centrale syndicale pour tirer la sonnette d’alarme chez nous. Seul ou accompagné de 100, 200, 300 ou 400 salariés, j’y serait.

    Il faut que tous le sachent qu’il y a des salariés qui souffrent à l’intérieur des barbelés du nucléaire et qu’ils sont oubliés par tous depuis 30 ans.

    Le nucléaire oui, mais pas comme ça, et surtout pas dans le silence syndical.

    Messieurs les décideurs syndicaux, ne faites pas à notre place. Vous n’avez pas le droit de nous voler notre parole parce que vous ne vivez pas nos vies de sous-traitants bafoués et maltraités.

    Nous ne sommes pas contre les syndicats, nous sommes contre les syndicalistes bien placés qui veulent nous arracher la langue.

    Puisque vous ne voulez pas nous entendre, puisque vous ne nous entendez pas, nous parlerons aux médiats devant nos grilles.

    • Nero
      17 octobre 2012 at 23 h 54 min

      Les syndicats doivent leurs origines dans la défense des salariés dans les champs de leurs activités. Donc, si les syndicats vont dans le sens des salariés, il faut les soutenir, s’ils vont contre leurs intérêts , ceux-ci doivent pouvoir le dire haut et fort à l’intérieur des organisations.

      Ce qui n’est pas normal, c’est que les salariés concernés ne soient pas entendus par leurs fédérations.

      Vous avez plus que raison d’agir ainsi.
      Je suis avec vous.

  14. Sellig
    17 octobre 2012 at 20 h 32 min

    Cancers professionnels: une reconnaissance difficile

    Pour faire reconnaître une maladie professionnelle, mieux vaut s’armer de patience, surtout s’il s’agit d’un cancer professionnel ! C’est le parcours du combattant. Voici quelques conseils, suite à l’émission « Allô docteurs », consacrée à ce sujet et diffusée sur France 5, le 17 octobre 2012.

    Une petite définition : « Une maladie professionnelle est la conséquence de l’exposition, plus ou moins prolongée, à un risque qui existe lors de l’exercice habituel de la profession ». Pour être reconnue comme maladie professionnelle, la pathologie doit figurer dans l’un des 117 tableaux de la Sécurité sociale. Sur ces 117 tableaux, à peine une quinzaine concerne les cas de cancer professionnel. C’est à la victime d’apporter la preuve de son exposition et de faire constater dans un certain délai sa maladie par un médecin.

    Faire reconnaître son cancer comme maladie professionnelle…

    http://www.allodocteurs.fr/actualite-sante-maladie-professionnelle-la-reconnaissance-d-un-cancer-professionnel-8444.asp?1=1

    Suicides : ce n’est pas le travail qui tue mais la gouvernance

    Alors que demain débute la semaine de la qualité de vie au travail, la mise en demeure par l’État de l’usine Areva La Hague pour cause de taux de suicides anormalement élevé relance le débat autour de la souffrance au travail. Pointée du doigt : les heures supplémentaires. Mais les cas de suicides à La Poste et chez France Telecom ont montré que la pénibilité physique et psychique tient essentiellement à un mode de gouvernance qui détruit le sens du travail.

    Aujourd’hui Areva La Hague. Hier La Poste. Avant-hier France Télécom. Les cas de suicides au travail se suivent …et se ressemblent. Hélas. Devant l’ampleur des « maladies du travail », toutes les institutions sont secouées : entreprises, État, institutions, chercheurs et experts. Et, face aux dégâts engendrés se multiplient dans l’urgence les fausses solutions qui risquent de virer au « despotisme compassionnel », sans rien résoudre sur le fond, estime le psychologue du travail Yves Clot. Selon le titulaire de la chaire en psychologie et sociologie du travail au Cnam et auteur de « Le travail à Cœur, pour en finir avec les risques psycho-sociaux », la négation des conflits autour de la qualité du travail au sein de l’entreprise menace le collectif et empoisonne la vie des organisations.
    Le plaisir du « travail bien fait » est la meilleure prévention contre le « stress » : il n’y a pas de « bien-être », sans « bien faire »…

    http://www.latribune.fr/blogs/mieux-dans-mon-job/20121017trib000725502/suicides-ce-n-est-pas-le-travail-qui-tue-mais-la-gouvernance.html

  15. hollowman of ardeche
    17 octobre 2012 at 19 h 40 min

    Ne pas les oublié(e)s, ces ouvrier(e)s qui aussi subissent des pressions qui les pousseraient à cette expectative effroyable

    « L’état de la santé mentale des salariés se dégrade de façon accélérée depuis deux ans », selon le rapport 2011 du chef de la santé du site. « Les éléments présentés démontrent l’importance de la charge mentale et physique pour certains salariés qui génèrent des risques pour leur santé et leur sécurité et des risques pour la sûreté des installations », écrit Mme Lesdos

    paragraphe de cet article
    http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/10/15/nucleaire-taux-de-suicides-eleve-a-la-hague-areva-mis-en-demeure_1775792_3234.html

  16. 123 partez
    17 octobre 2012 at 12 h 17 min

    Arrêtez de critiquer les fédérations et confédérations syndicales,comptez vous avant de faire quelques chose ce n’est pas 100 personnes devant un syndicat qui feront avancer.

    • 17 octobre 2012 at 20 h 47 min

      Il n’y a aucune critique, simplement le ressentie.
      Être 1 ou 100 personnes, ce n’est pas le chiffres qui compte, simplement un constat alarmant de salariés dans la merde et que personne écoute.

      • enfonçons la précarité
        17 octobre 2012 at 22 h 22 min

        Collaboration de classe contre le syndicalisme de classe.

        La trahison c’est lorsqu’on s’est engagé sur un objectif et qu’on l’abandonne en cours de route. Informons la presse .
        Ils sont dans le camps de nos ennemis avec leurs costumes et cravates. Nous n’arrivons plus à faire la différence entre les patrons et ceux qui sont sensés nous défendre et qui ne le font pas ou plus.

    • verne
      17 octobre 2012 at 21 h 36 min

      Est-ce que quand on dit ce que l’on ressent, ça peut être considéré comme une critique ou c’est un constat.
      Nous voilà orphelins et souillés par des syndicats qui ne veulent pas de nous et de nos emmerdes. Pour eux, nous sommes tous des esclaves et ils on vendu notre âme au diable pour sauver leur cul et leur portefeuille.

      Regarde les magouilles sur le cahier des charges et c’est pas fini avec eux.

      Ont-ils beaucoup à perdre s’il ne passe pas ou alors beaucoup à gagner s’il passe en l’état.
      Contenter le patronat dans un dossier comme celui de la sous-traitance peut rapporter gros.

      Comment pouvons-nous bien les considéré après ça.
      Il faut être sourd et aveugle pour ne pas comprendre qu’ils nous lâche depuis longtemps.

    • nodack
      18 octobre 2012 at 0 h 17 min

      Ne compte pas les hommes,
      mesure notre détermination à dire stop,
      ça suffit.

  17. miguel
    17 octobre 2012 at 9 h 24 min

    Nous subissons la misère! Ils vont la subir avec nous maintenant.
    Il faut leur faire tomber la foudre devant leurs sièges syndicaux.
    Pas de pardon pour celui qui vend la misère humaine à prix d’or.
    Déjà donné sur Tricastin lors du conflit de PNS.

  18. xav 74
    17 octobre 2012 at 5 h 15 min

    C’est anormal pour un syndicat ou des syndicats dignes de ce nom de se comporter de la sorte avec ceux qui les font vivre.
    A moins qu’il aient d’autre sources de revenus que nous ignorons.
    Je serais avec vous a Paris devant leurs portes pour crier à l’injustice sociale.

    • 17 octobre 2012 at 10 h 57 min

      Un secrétaire général d’une grande confédération va partir,profitons pour dire a son successeur ATTENTION VOUS AVEZ RÉVEILLÉE NOS CONSCIENCES, maintenant il va falloir nous remettre en sommeil.

      Plus de ce qui c’est passé sur Triscatin ,on achète pas un mouvement avec un chèque, on l’achète avec ces tripes et des vrais convictions.

      Je suis partant pour m’enchainer et jeter des tract dans les rues.

      ON TRINQUE / ALORS ILS TRINQUENT sauf que pour nous, c’est par la souffrance alors que certains c’est avec du caviar et du foie gras.

      Nous ne voulons plus être la vache a lait dans le nucléaire

  19. alerte rouge
    17 octobre 2012 at 0 h 16 min

    Je contacte le journal « le monde » jeudi pour dénoncer les magouilles et que que dire du comportement de certains?

  20. louis
    16 octobre 2012 at 23 h 35 min

    C’est quoi ce bordel ?
    Voilà des salariés syndiqués, prêts à aller foutre le bazar devant les fédérations pour se faire entendre.
    Ou les salariés sont devenus fous, ou les fédés ont un problème.
    Du jamais vu mes camarades.
    Pourquoi pas parler en interne avant d’aller jusqu’à la confrontation dans la rue.

    • Sylver
      17 octobre 2012 at 0 h 30 min

      D’après les commentaires, parce que la coupe est pleine ou alors, je n’ai rien compris.
      A force de prendre les salariés pour des bourricots ils deviennent têtus comme des ânes.
      Va comprendre quelque chose.

      • 17 octobre 2012 at 1 h 08 min

        Il faut vivre ce que nous vivons pour le comprendre.
        Mes nuits sont très agitées.

  21. 123 partez
    16 octobre 2012 at 23 h 10 min

    En voyant tous ces commentaires disant de monter à Paris devant les syndicats me me font doucement rire, car je pense que vous ne serez pas nombreux devant ceux-ci,si vous le faites un jour de semaine,les gens ne voudront pas perdre une journée,si c’est un week-end c’est pour la famille ou prendre des ronds au travail et puis qui financera le transport.
    Rêvez bien tous, au lieu de critiquez les syndicats ,faites une mise au point avec ceux-ci et ensemble on gagnera

  22. labeillesociale
    16 octobre 2012 at 21 h 37 min

    La sous-traitance du nucléaire n’existe que par le compromis entre les grandes fédérations syndicales et le patronat.

    Disons que la direction d’EDF à élaboré le squelette et les fédérations de l’énergie apportent la chair.

    La régénération des tissus étant apporté par le renouvellement des salariés et des accords complices entre les deux parties.

    Pour en finir, les rayons nucléaires nous apportant le cancer de l’argent.

    Les uns, nous vendent et les autre nous exploitent et nous, nous subissons.

    Cette forme d’exploitation et de complicité entre les centrales syndicales de l’énergie et le patronat atomique ne pourra connaitre sa disparition que si les victimes se réveillent au nom de la dignité.

    Il nous reste à savoir quels sont les avantages et motivations des syndicats dans cette machine infernal. Est-ce des détachements, des défraiements personnels, des actions, des fonds syndicaux,… ou un mix de tout cela ?

    Nous ne le saurons jamais, sauf si certains d’entre nous ont déjà quelques preuves tangibles et indiscutables ?

    Après avoir été longtemps opposé à la démarche de monter devant les centrales syndicales pour crier notre colère et notre amertume, je commence tout juste à me dire que c’est certainement la solution de déblocage pour une prise de conscience syndicale collective.

    Je reste conscient des répercussions sur nos organisations et nos vies de militants engagés que nous sommes et c’est seulement cela qui me freine encore un peu.

    Il ne faudrait pas casser le rêve de tous ceux qui se sont battus comme des lions avec des vrais valeurs qui nous animent, mais trop c’est trop et je crois qu’ils vont trop, trop loin dans les effets de leurs convergences industrielles et politiques.

    Pour l’instant, je reste convaincu que nous ne sommes pas tous pourris et que des vrais valeurs existent encore parmi nous et parmi beaucoup de hauts dirigeants; pas tous, ok, pas tous. A voir!

    Je suis d’accord avec vous, il faut en finir avec ces convenances et nous devrons sûrement y aller au charbon.

    Je reste autant déçu que vous, mais j’ai encore un petit espoir syndical et humain basé sur les valeurs d’un syndicalisme sain et propre sans corruption aucune dans ce monde brutes.

    Un grand merci à tous les secrétaires généraux des sites nucléaires, ainsi que tous ceux qui nous ont aidé dans nos différents combats et encore pardon pour l’image que nous allons donner du syndicalisme pourri, que vous ne méritez pas, si cette idée d’aller devant nos Fd se concrétise.

    Quelle image ! des dizaines, voir des centaines de salariés de la sous-traitance, enchaînes aux grilles des confédérations en combinaisons blanches, badges syndicaux, alors qu’ils ont cotisé chez elles depuis de longues années.

    Dommage d’être obligés d’en arriver là pour s’apercevoir qu’elles sont aller trop loin avec nos vies et avec celles de nos familles.

    Un régal pour les médiats ! Un échec pour nous tous.

    Vous n’avez pas voulu nous écouter, maintenant vous allez nous entendre !

    • VIAGRA
      16 octobre 2012 at 22 h 26 min

      Enfin de l’action, la vraie pour finir avec les esclaves dans les centrales nucléaires.
      Il faut qu’ils répondent vite, le froid va vite arriver et puis, ça se passe sur paris.

      • bougre
        16 octobre 2012 at 22 h 30 min

        D’accord, je fais passer le mot sur mon site.
        Ça va faire du bruit.

    • Verne
      16 octobre 2012 at 22 h 31 min

      Ho merde, ça vient de faire tilt dans ma tête.
      Merde, j’ai mal au c-l.
      Va pour paris devant le syndicat.

    • Carte noire
      16 octobre 2012 at 23 h 02 min

      Après des semaines et des mois d’hésitation, il suffit d’une seconde de détermination, d’une fraction de seconde de courage, pour qu’à l’intention succède enfin l’acte libérateur.

    • 16 octobre 2012 at 23 h 16 min

      Demandons à ceux qui ont fait de les PGAC avec leurs magouilles.
      Voila de quoi donner aux médias.
      N’oublions pas l’Élysée ensuite.
      GO

  23. Sellig
    16 octobre 2012 at 19 h 05 min

    COMMUNIQUE DE PRESSE
    Transparency International France appelle à une protection globale des lanceurs d’alerte éthique

    Paris, le 15 octobre 2012
    Le retard français en matière de protection des lanceurs d’alerte éthique
    L’alerte éthique est le geste accompli par un individu, témoin, dans son activité professionnelle, d’actes illicites ou dangereux pour autrui et qui par civisme, décide d’alerter les autorités ayant le pouvoir d’y mettre fin.
    Dans la pratique, l’alerte éthique expose trop fréquemment ceux qui en sont à l’origine à des représailles pouvant prendre des formes multiples (licenciement abusif, sanctions, placard ou harcèlement, etc.)

    Prévue dans le cadre de plusieurs conventions internationales et présente dans plus de 50 pays, la protection des lanceurs d’alerte éthique n’existait pas en France jusqu’à la loi du 13 novembre 2007 relative à la lutte contre la corruption.
    Cette loi a instauré une protection des lanceurs d’alerte dans le secteur privé ainsi que des salariés des établissements publics industriels et commerciaux, dès lors que l’alerte a été effectuée de bonne foi…

    http://www.transparence-france.org/e_upload/pdf/cp_alerte_ethique_151012f.pdf

    • dany le rouge
      16 octobre 2012 at 21 h 06 min

      Là sa devient du grand n’importe quoi,
      des salariés du nucléaire pas contents qu’iraient manifester devant les confédérations syndicales.

      Je rappel tout de même que chaque syndicat dans une entreprise détient une entière indépendance.

      Maintenant si certaines entreprises n’arrivent pas à un statut social intéressant, il n’appartient pas aux salariés de ces entreprises de rejeter constamment la faute de leurs échec sur les patrons, les fédés, les syndicats et j’en passe…

      UNE SOLUTION A NOTRE PROBLÈME: changer d’air.

      • Bolboy
        16 octobre 2012 at 22 h 17 min

        Changer d’air ? Pour aller où ?

        Recommencer une nouvelle vie syndicale pour s’apercevoir que nous sommes à nouveau tombés dans un traquenard ?

        Non merci, mon capitaine.

  24. pardon
    16 octobre 2012 at 9 h 52 min

    Bonne idée, le rassemblement devant les fédération ou confédérations.
    De toute façon nos devons intervenir sur tous les points de blocage et ils en font certainement partie de l’organisation des contraintes sur la sous-traitance.

    Externaliser les contraintes en ayant tous les avantages peut convenir à beaucoup de monde.

    • pour la liberté
      16 octobre 2012 at 13 h 54 min

      Oui, je pense que la clefs de voute de notre état dans la sous-traitance est dans les fédérations des différents syndicats.
      Je suis d’accord pour mettre un coup d’effet médiatique devant nos organisations syndicales pour qu’enfin tous le sachent ou sont les origines de notre merdier.

    • enfonçons la précarité
      16 octobre 2012 at 14 h 30 min

      Externaliser les contraintes en ayant tous les avantages peut convenir à beaucoup de monde ! Une réalité dans ce monde de faux culs.
      Oui, pour un effet médiatique devant le syndicat qui a un comportement ignoble envers les sous traitants du nucléaire.
      Manger a la table des patrons EDF en décidant de la politique industrielle de la sous-traitance est honte, alors qu’ils représentent notre fédération! Sous sommes écœurés de tels agissements contraires à nos pratiques, à nos origines et à nos valeurs syndicales.
      Ça va péter chez nous s’ils continuent à nous ignorer et à décider à notre place en fonction de leurs besoins et de leurs avantages personnelles.

    • la louve
      16 octobre 2012 at 16 h 03 min

      OUIIIIIII, allons-y devant nos grands frères pour avoir la position définitive de nos organisations syndicales respectives.
      Tous en blanc avec les banderoles

  25. Sellig
    16 octobre 2012 at 6 h 35 min

    Cattenom : nouvel incident sur deux réacteurs de la centrale nucléaire

    Alors que la sécurité de la centrale nucléaire de Cattenom (Moselle) est épinglée par l’Union européenne, un nouvel incident s’est produit cette nuit. Les réacteurs 3 et 4 sont à l’arrêt jusqu’à nouvel ordre…

    Un réacteur fonctionnel sur quatre …

    http://www.loractu.fr/thionville/2381-cattenom-nouvel-incident-sur-deux-reacteurs-de-la-centrale-nucleaire.html

    La France mise sur l’énergie atomique à l’export

    Le Conseil de politique nucléaire confirme les choix énergétiques de François Hollande pendant la campagne présidentielle.

    Le délai peut surprendre. Il a fallu plus de quinze jours à l’Élysée pour publier le communiqué consécutif au Conseil de politique nucléaire (CPN) qui s’était tenu le 28 septembre, le premier à avoir été présidé par François Hollande. Créé en 2008 par Nicolas Sarkozy, cet organisme stratégique rassemble les principaux acteurs de la filière nucléaire…

    http://www.lefigaro.fr/environnement/2012/10/15/01029-20121015ARTFIG00672-la-france-mise-sur-l-energie-atomique-a-l-export.php

    Sortie du nucléaire : la facture enfle en Allemagne

    L’inflation du coût de l’électricité provoque un vif débat au sein de la coalition gouvernementale.

    L’euphorie de la «révolution énergétique» sera retombée en dix-huit mois outre-Rhin. Largement saluée en Allemagne, la sortie du nucléaire décidée par Angela Merkel au printemps 2011, dans la foulée de la catastrophe de Fukushima, est en train de virer au casse-tête politique. L’explosion des coûts liée à l’abandon de l’énergie atomique provoque un scepticisme croissant et pourrait coûter très cher à la chancelière en pleine année électorale alors que les critiques fusent contre son plan de conversion aux énergies vertes…

    http://www.lefigaro.fr/environnement/2012/10/15/01029-20121015ARTFIG00654-sortie-du-nucleaire-la-facture-enfle-en-allemagne.php

  26. Transparence nucléaire
    16 octobre 2012 at 1 h 04 min

    Encore une très bonne journée en termes de visiteurs, puisque plus de 14 000 visiteurs nous ont rendu visite aujourd’hui.

    Merci à vous tous pour votre fidélité confirmée depuis le début de notre aventure.

    Faites passer le message que votre/notre site internet existe et que des salariés de la sous-traitance s’expriment en toute transparence tous les jours pour témoigner de notre vie de chiens galeux et d’esclaves du nucléaire français.

    Vous n’avez pas fini d’être surpris de notre totale transparence!!!

    Des vraies confidences……… sont attendues dans les prochains jours à la grande surprise de certains.

    Bonne journée à toutes et à tous.

    • hollowman of ardeche
      16 octobre 2012 at 6 h 29 min

      salut
      ok, pour écrire ce que l’on a sur le cœur, qui nous ulcère
      il n’y a pas que les conditions malsaines de travail, les cadences, les horaires, les arrangements de chantiers faits à certains et pas autres…
      quand on commence à lire un dossier, on voit de belles et grosses bourdes de la part de la personne qui le rédige
      au fait ! va-t-elle sur le lieu de l’exécution pour voir ce qu’elle écrit est cohérent…de visu pour en être certain(e) ! on peu en douter
      dans ma branche, la soudure et tuyauterie, les collegues qui exécutent les travaux me racontent ce qu’ils voient et c’est sidérant de savoir que la plus part de l’ensemble de la tuyauterie ressemble plus à une passoire tellement les conduites sont devenues poreuses et bien sur que toutes ces conduites ont une fonction bien particulière, le fluide qui  » ronge l’intérieur du tuyau, la présence de couches de sable «  qui en bouchent certaines, et l’épaisseur nominale ressemble de plus en plus à de la feuille à cigarette, etc…

      brrrrrrrrrrr, un frisson dans le dos ! en relatant ça !

      allez, courage à toutes et tous
      et je suis d’accord pour ce grand et beau rassemblement sur la capitale !

      syndicalement votre

  27. Sellig
    15 octobre 2012 at 19 h 47 min

    Taux de suicide élevé à Areva La Hague: l’Etat met en demeure la direction

    L’Etat a mis en demeure l’usine Areva de la Hague de mettre en place un plan d’action après avoir notamment relevé un « taux de fréquence des suicides » des salariés du site « trois fois supérieur à la moyenne de la Manche »…

    http://basse-normandie.france3.fr/2012/10/15/taux-de-suicide-eleve-areva-la-hague-l-etat-met-en-demeure-la-direction-120995.html

    Front syndical uni contre la fermeture de Fessenheim

    Cela faisait longtemps qu’elles ne s’étaient pas retrouvées. Il a fallu l’annonce du président de la République, François Hollande, le 14 septembre, à l’occasion de la conférence environnementale, de la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim avant la fin 2016, pour que les fédérations de l’énergie des cinq syndicats dits « représentatifs », CGT, CFDT, FO, CFTC et CFE-CGC, fassent front commun…

    http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/10/15/front-syndical-uni-contre-la-fermeture-de-fessenheim_1775811_3244.html

    La très faible disponibilité du parc nucléaire booste le charbon en France

    Pour le 4ème mois consécutif, la disponibilité des centrales nucléaires françaises s’est située en août à un niveau très bas, selon les statistiques du ministère de l’énergie. Bilan : un recours record aux centrales à charbon…

    http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/20121015trib000724890/la-tres-faible-disponibilite-du-parc-nucleaire-booste-le-charbon-en-france.html

    Les irradiés des essais nucléaires font le point.

    Ce matin, à Lormont, l’association qui regroupe les victimes des essais nucléaires en Algérie et en Polynésie française, a réuni l’ensemble de ses adhérents. Question : où en sont les indemnisations ?…

    http://aquitaine.france3.fr/2012/10/15/les-victimes-des-essais-nucleaires-en-algerie-font-le-point-120823.html

  28. Balbon
    15 octobre 2012 at 11 h 31 min

    Nous ne pourrons gagner notre dignité qu’avec une détermination sans faille du plus grand nombre d’entre nous.

    Regardez la photo en haut de l’article:

    Des salariés de la sous-traitance nucléaire à Paris dans une des plus grandes artères de la capital.

    Imaginez que nous puissions réaliser la même opération avec un chiffre 100 fois supérieur, avec d’autres banderoles en intersyndicale et en présence des médias nationaux ?

    Effectivement, d’autres formes d’externalisation de notre situation existent. Parlons-en, entre nous, ceux qui subissent ces situations indignes.

    Le nucléaire OK, mais pas celui du fric au détriment des hommes et de la sûreté des installations nucléaires.

    S’ils l’aiment autant le nucléaire, ils devraient nous entendre et nous comprendre.

    On ne lâche rien !

    • 15 octobre 2012 at 13 h 36 min

      OK qui veut suivre ?
      moi je suis partant un week -end, avec banderoles et prise de rendez-vous a l’Élysée ! plantons nos tentes, emmenons nos doléances.

      Ensuite à eux d’assumer leurs responsabilités en cas de pépin, faute de ne pas nous avoir entendu
      Bien sur le point presse, meeting, musique,….

      ALORS ON FONCE ?

    • pour la liberté
      15 octobre 2012 at 14 h 03 min

      Très bonne idée, nous allons parler entre nous dans une de nos prochaines réunions en inter-syndicale.

      L’idée de Daniel de le faire le week-end me parait très bien.
      Pas de perte de salaire et donc chacun peut faire un effort pour l’aide des billets ou du carburant.

      Pour être le plus visible possible, il faudrait se faire accompagner de la famille.

      Les combinaisons blanches sont plus que souhaitables ce jour là.

      Trouvons une date et commençons à en parler autour de nous.

      Il faut faire mouche.

      On lâche rien

      • Julliven
        15 octobre 2012 at 14 h 33 min

        Un bus par site reste plus que réalisable si nous arrivons à nous mettre d’accord en intersyndicale.

        18 sites X 56 personnes = 1008 personnes sur la plus belle avenue du monde, ça peut avoir de la gueule.

        Alors on le fait ou pas ?

        Il faut en parler entre nous et faire passer le message à tous les sites.

    • Margo
      15 octobre 2012 at 15 h 40 min

      Au vu des écrits de Monsieur François hollande, il ne sera pas en désaccord avec nous sur le sujet de la sous-traitance.

      Donnons à notre Président de la République, l’occasion de passer de la parole aux actes sur cette question essentielle pour la sûreté de l’industrie nucléaire.

      Je vois mal un mauvais accueil pour les salariés, après sa position sur l’organisation du travail dans le nucléaire.

      Tentons d’organiser cette journée et faisons le point dans quelques jours.

      • 15 octobre 2012 at 17 h 00 min

        OUI, et il ne pourra que remonter dans les sondages.
        Par-contre, c’est mieux d’y aller sans étiquette syndicale. La parole d’un sous-traitant en témoignera plus.

        Moi, je suis partant , il faut se positionner une fois pour toute.
        Quand, avec qui, quel action, point presse, accompagnateurs élus, citoyens,….

      • 15 octobre 2012 at 17 h 24 min

        De toute façon François Hollande l’a écrit, il doit maintenant s’engager. Ce jour là, nous devrons marquer un instant fort. N’oublions pas que nous avons perdus des camarades. Il faut leurs rendre un hommage avec un recueillement et une plaque commémorative.

        Il faudrait associer des personnalités comme Monique SENE, Annie Thebaut MONNY, ALlain de HALLEUX, l’association santé sous traitance en évitant certains syndicalistes qui ne sont pas dans notre bataille.

        J’en ai marre. Moi le 13, je suis a Paris et je lance un débat, une conférence, …, et tous cela a ma charge. je suis motivé et je ne veux plus continuer a souffrir et tentent préserver l’intégrité de nos installations nucléaires.

        Faite moi signe pour votre réunion dans le sud.
        Je demande juste l’hébergement.

        A maintenant le vrai changement pour les sous-traitants du nucléaire.

    • Sylver
      15 octobre 2012 at 19 h 48 min

      Daniel, je suis désolé, mais je ne suis pas trop d’accord avec toi.

      Si nous voulons avoir une chance de réussir un rassemblement digne de ce nom, nous devons l’élargir à un maximum de personnes (élus, politiques, personnalités, syndicalistes, non syndicalistes, associations, personnalités, partis politiques etc), bref, à tous ceux qui voudront être présents pour nous aider sans récupération.

      Comme tu sembles le dire, les syndicalistes sont tous des pourris !

      Arrête, notre vérité est loin de ça et tu le sais bien.

      Moi, je vois tous les jours des salariés élus sur le terrain qui se battent comme des lions pour défendre les salariés du nucléaire et cela, dans les rangs des syndicats d’EDF, D’AREVA, Du CEA, du privé, ….

      Nous sommes sur ce site pour tenter rassembler les salariés et non pour les séparer comme tu sembles le dire.

      Ensemble et en inter-syndicale, nous pourrons gagner…seuls, nous avons déjà perdu.

      • 15 octobre 2012 at 21 h 22 min

        Bonsoir,SYLVER.

        Quand je parle de syndicaliste, c’est ceux,qui nous ont menti depuis tant d’année avec le statut. Je me suis rendus compte que avant tout, c’était le leurs qu’ils voulaient protéger.

        Nous avons servi de cobayes.
        Il n’y a pas longtemps, si nous n’étions pas intervenus sur ce fameux cahier des charges social, il serait aujourd’hui en place avec leur complicité.

        C’est de ces syndicalistes embourgeoisés que je parle, parce qu’ils ne connaissent pas le fait de finir la fin du mois a la bougie, qui connaissent pas le fait d’avoir faim, qui ne connaissent pas le fait d’avoir recueillies une famille de 5 personnes en plus de la mienne parce qu’elle a été expulsée de sa maison, qui ne connaissent pas le fait que leurs enfants leurs disent « papa, pourquoi tu te tapes la tête contre les murs quand tu rentre du travail », qui ne connaissent pas le fait de ne pas pouvoir partir en vacances, qui ne connaissent pas le fait de vivre avec 1400 euros par mois et d’avoir de l’aide au secours populaire, qui ne connaissent pas le fait que l’hiver va venir et je ne vais pas pouvoir me chauffer, qui ne connaissent pas le fait de dormir dans une voiture en déplacement, qui ne connaissent pas le fait de coucher a 3 dans une chambre de formule 1 en déplacement, qui ne connaissent pas le fait que je prends 12 cachets par jour à cause du nucléaire, qui ne connaissent pas le fait que je suis un militant formé par des parents réfugiés politiques, qui ne connaissent pas le fait quand leur dise en pleine réunion « CASSE TOI,va t’en » (Seul sarko l’avait dit avant elle), qui ne connaissent pas le fait que j’étais là pour les soutenir, qui ne connaissent pas les vraies valeurs du militantisme, le vrai.

        C’est de cela que je parle, sinon je ne serais pas dans l’action car je suis aussi un vrai syndicaliste.

        C’est des militants de salon que je me méfie, pas des vrais.

        Sinon j’invite tous les vrais à rentrer dans l’action en nous respectant.

        Qui connaît mieux les problèmes d’un sous-traitants ? Ce sont les sous-traitants.

        Voilà, s’il veulent nous aider c’est avec plaisir et cela doit venir du COEUR et non pas par obligation ou par magouille politique.

        Cela fait 25 ans que je l’attend,j’en ai marre de souffrir.

        Cette souffrance, ils ne la connaissent pas. Nous oui mais pas eux ou alors pas très bien.

    • Sylver
      15 octobre 2012 at 23 h 58 min

      Salut Daniel, avec ton témoignage, tu viens de donner un vrai sens à l’existence de notre site. Je t’assure que ton témoignage me touche vraiment parce qu’il est plein de soufrane et de réalisme, en tout cas, c’est ta réalité, celle que tu vis tous les jours dans le nucléaire des sous-traitants.

      Il faut que tu saches que je suis de tout coeur avec toi et que ma réalité est aussi complexe que celle que tu viens d’exprimer.

      A t’entendre parler, c’est devant nos fédérations que nous devons manifester pour qu’ils nous entendent et nous comprennent enfin.

      Il faut voir ! et il ne faut rien s’interdire pour que notre cause, ta cause de 25 ans soit entendue.

      Je m’excuse au nom de l’organisation syndicale qu’a osé te dire « CASSE TOI, VA-T-EN », parce quelle que soit la raison, on ne doit pas avoir le droit de se parler comme cela entre nous.

      Je te comprends mieux, mais reconnait que même en haut, il y a des gars bien, même très bien et j’en connais beaucoup. Il ne faut pas tous les mettre dans le même panier, ils ne le méritent pas.

      Bonsoir mon ami et grosse bise à tes enfants et à toute ta famille.

      Ensemble, tous ensemble, nous avons déjà gagné.

      • 16 octobre 2012 at 2 h 21 min

        MERCI SYLVER, Oui j’en connais de très bon la haut, mais c’est DES très bon DES VRAIS se sont ces camarades qui nous soutiennent a tous moment et à n’importe qu’elle heure de la nuit pour un appel au secours.
        Pour un peu de réconfort, quand tu as des personnes qui sont a la rue.
        MAIS CELA je les respectent, souvent se sont des anciens de terrain.
        Souvent ce sont ceux qu’on retrouve dans les manifs, souvent se sont font les UL,et non pas ceux qui n’ose Même pas se déplacer, alors qu’un car leurs ai fournis exemple la manif contre le traité EUROPÉEN.
        8 HEURES EN MOINS SUR MA PAYE ?
        J’en suis fière, d’avoir été, et pourtant je sais que cela va être dur a la fin du mois déjà 1200 euros de découvert;
        Oui je ne suis pas actionnaire comme ces faux syndicaliste qui prêche les pouvoirs publics et qui sont actionnaires par obligation,et reprennent des actions D’EDF SA comprend tu.
        IL est grand TEMPS D’AGIR DE nos propres moyens.
        Nous allons bien voir qui sera de notre coté, non je n’en veux pas au syndicat, simplement DES brebis qui se syndique pour avoir des NR.
        SI ILS LE VEULENT ILS ONT LES MOYENS DE PRÉPARER UNE CONFÉRENCE DE PRESSE, je ne parle pas pour notre statut, simplement pour dénoncer ce que leurs actionnaires nous font subir.
        L’action la plus radical c’est d’aller a l’Élysée enchainer, bâillonner, tous ensembles, en distribuant sur notre passages des tracts, voir a en jeter dans tous PARIS.
        LES invisibles ne veulent plus rester invisibles, une marche silencieuse sur PARIS, tenus par un cordons de fil barbelés avec ces esclaves a l’intérieur, voila ce qu’il faut montrer comme images.
        tous cela dans le calme évidement , avec un haut parleur scandant des chants d’esclaves, des photos de Fukushima, Tchernobyl.

        Le NUCLÉAIRE N’EST PAS UNE CHOCOLATERIE elle n’as pas d’odeur, mais elle nous ruine notre santé.
        Penser vous qu’il normal que je fasse des cauchemar, penser vous qu’il est normal que je souffre

        Et pourtant j’aime mon travail car je sais que derrière cette face cacher,il y a une solidarité que je nomme RÉSISTANCE.

  29. Olivier St
    14 octobre 2012 at 21 h 35 min

    A vous de juger, à vous de voir !

    Je ne me plierai pas.
    Je ne m’en irai pas en silence.
    Je ne me soumettrai pas.
    Je ne me retournerai pas.
    Je ne me conformerai pas.
    Je ne me coucherai pas.
    Je ne me tairai pas.

    Le courage c’est de chercher la vérité et de la dire au autres.

  30. l'abeille'sociale
    14 octobre 2012 at 20 h 52 min

    Calmez-vous mes amis, vous allez finir par fâcher François SORIN et ces amis.

    Rappelez-vous quand il a dit sur France inter « nous n’avons aucun décès à déplorer en france à cause du nucléaire, les salariés du nucléaire ne prennent pas plus de dose que ceux qu’habitent dans un plateau granitique, les sous-traitants du nucléaire vont avoir un cahier des charges social négocié avec les syndicats, bla bla bla ».

    Moi je lui propose de passer des vacances gratuites avec sa famille au bord de la piscine d’un Bâtiment réacteur de son choix, l’été prochain.

    • 14 octobre 2012 at 21 h 09 min

      A t-il envoyé un petit mot d’excuse pour le cancer de notre camarade Christian, décédé comme tant d’autres à cause du nucléaire.

      Encore un qui participe a la souffrance des sous-traitants, as-tu mis les pieds dans un BR pour décontaminer à quatre pattes la piscine bleu azur ?
      Jamais ! alors François, ne parle pas de ce que tu ne sais pas.

  31. hollowman of ardeche
    14 octobre 2012 at 15 h 13 min

    En réfléchissant un peu, le Japon a reçu une leçon, les 2 bombes atomiques et leurs effets non négligeables qui perdurent à l’heure d’aujourd’hui, mais là aussi c’est le black-out !

    Depuis leur catastrophe, on nous assène avec les retours d’expériences…bon d’accord, d’autres catastrophes nous ont appris beaucoup pour ne pas reproduire les mêmes erreurs…alors pourquoi dans le nucléaire, j’ai l’impression qu’un « JE M’EN FOUTISME » gangrène toute la filière et que depuis peu, ce sont les salaries de la sous-traitance qui réveillent ce manquement à cette priorité et de la manière la plus radicale, révéler aux citoyens, aux élus, aux médias…

    Une forte probabilité existe qu’un jour nous serons touchés par un accident nucléaire majeur ou une guerre thermonucléaire !

    Alors ne nous arrêtons pas et continuons ce combat qui n’est pas une perte de temps, mais qui pourrait nous apporter une certaine reconnaissance, il faut que le citoyen lambda sache et sans fioriture.

    syndicalement votre

    http://www.rtl.fr/actualites/international/article/fukushima-tepco-passe-aux-aveux-et-revele-un-manque-de-securite-autour-de-sa-centrale-7753425703

    • Kaie
      14 octobre 2012 at 18 h 52 min

      ça s’appelle « lobby du nucléaire » et être prêt à tout pour que le nucléaire de la maltraitante continue et on sen fou des hommes qui le font tourner.

      Chut, il ne faut rien dire par crainte de salir le nucléaire qui rapporte un million par réacteur et par jour.

      Aujourd’hui, pour être pro-nucléaire il faut en vivre grassement de cette industrie aux détriment de la sûreté, des hommes et de la transparence.

      Fait gaffe, ils sont nombreux chez EDF, dans les syndicats, dans le monde politique, chez les vieux bâtisseurs, ETC.
      Mais, seraient-ils capables d’assumer notre condition sans rien dire ?
      Nous ne saurons jamais, parce qu’ils ne connaissent la détresse des salariés qu’au travers du site ma zone contrôlée.

      Facile pour tous ces « pro-nucléaires » de l’être quand on ne subit aucune contrainte.
      Trop facile dans ce cas, leur cas, d’être le porte parole, « de la bonne parole » du nucléaire.

      Pour les syndicalistes qui nous disent de nous taire, je trouve qu’ils se sont trompés d’engagement, ils devraient devenir « VRP » chez EDF ou AREVA.
      Là au moins, ils seraient à leur place.

      • 14 octobre 2012 at 19 h 51 min

        Kaie, tu t’exprimes avec tes tripes, toi tu a une conscience en t’exprimant de la sorte.

        On peut dire que tous ces sous-traitants, on tous une semence qu’ils veulent préserver en s’exprimant de la sorte. Garder la vie, ne pas la gâcher, l’humanité ne peut être préservée que par ces hommes et ces femmes qui détiennent les vrais semences et non pas celles de MONSANTO, pas celles de ceux qui dirigent cette industrie mafieuse.

        Tu sais, ce site sera la seule trace qui restera dans l’humanité, des femmes des hommes qui ont osé dénoncer ces conditions, les gouvernement semblent être complices, l’argent va finir par tuer toutes ces semences, mais il en restera une qui restera toujours au fond de notre cœur, le devoir d’alerter le peuple de tous ces dangers du fric.

        Je suis un syndicaliste militant, le vrai et pas celui qui bouffe du caviar en disant qu’il y a de famine et qu’il faut agir.

        Le matin en me réveillant, je me dit je suis propre et le soir en embrassant mes enfants et en leurs souhaitant de beaux rêves, je me dit que j’ai fait ma part des choses et s’il faut un jour s’immoler devant une centrale pour que sa change, je suis prêt a le faire.

        Ceux qui lisent nos doléances, exprimez-vous sur ce blog, aidez-nous, aidez-vous.

        la piscine N°4 de FUSKISCHIMA risque de s’écrouler, ce que nous avons connus, ce n’est rien au vu de la CATASTROPHE à venir.

        Réveillez vos consciences puisque la télé vous endort.
        La réalité, la vraie, vous l’avez en direct sur ce site. Qu’attendez-vous ?

        Je suis une petite semence qui a besoin de voir le jour de mes/vos enfants sans MONSANTO. Des ingénieurs ont prouvé qu’ils nous mentent.

        Rentrer dans l’action et n’hésitez pas a venir a notre rencontre.

      • 15 octobre 2012 at 8 h 43 min

        Les « Tchernobyl » sous-marins

        http://atomicsarchives.chez.com/tcherno_sous_marin.html

        C’est comme dans les centrales, personnes en parle et pourtant, il y a bien des choses a dire!

    • Fais Mon Boulot
      14 octobre 2012 at 21 h 07 min

      MAIS POURQUOI PERSONNE NE PREND AU SÉRIEUX NOS AVERTISSEMENTS…

      EDF et nos PATRONS Retraités d’EDF « NE PENSENT QU’A L’ARGENT »…

      Nos centrales Nucléaires sont dans un « PITEUX ÉTAT » et les seules personnes qui essayent de maintenir un semblant de « sécurité » avec les moyens qu’ils disposent, sont « ignorés et exploités »

      AU SECOURS…HELP…
      Y AS T’IL UNE PERSONNE du gouvernement ou du haut de la pyramide QUI NOUS ENTENDRA ENFIN ????

      MESSIEURS LES « GRANDS » LES « RICHES » AVEZ VOUS UNE « CONSCIENCE » ?
      Au delà de celle du fric.

  32. fusion
    14 octobre 2012 at 14 h 45 min

    EDF atomise le travail dans ses centrales
    « Les salariés du nucléaire sont au bord de l’explosion.
    Zones d’ombre

    L’Autorité de Sûreté Nucléaire reproche aussi à l’électricien de dissimuler ces dépassements d’horaires. Ils n’apparaissent pas sur les fiches de paie. « Une situation qui pourrait, selon l’ASN, relever du délit de travail illégal » , passible de… 3 ans d’emprisonnement ! En centrale ?

    http://www.cgt-dieppe.fr/categorie-11882502.html

    • martine
      14 octobre 2012 at 15 h 28 min

      Que dire alors des horaires des sous-traitants ?
      Pas un seul mot sur la sous-traitance dans la lettre de la ASN et pourtant !!!

      Ah, c’est vrai, nous avons le droit d’être surexploités !!!
      Merci l’ASN de fermer les yeux sur la sous-traitance nucléaire.

      Il serait curieux de savoir où commence l’investigation de la police du nucléaire et quel est son objectif.

      En mettant le projecteur sur les cadres EDF, leur permet de faire oublier le plus gros enjeux de la sûreté nucléaire « la sous-traitance ».

      C’est vrai, les loups ne se mange pas entre-eux. Pauvre France !

      Ils ont les mêmes origines.

      • 15 octobre 2012 at 8 h 56 min

        Fissures fatales ?

        ON PARLE DE SURCOUT ET DE TEMPS PERDUS.

        Qui sont les antinucléaires. EUX ou nous qui cherchons a vous protéger.
        Malgré la sortie récente, sur les écrans français, du «Syndrome chinois», le film catastrophe dans une centrale nucléaire, le souvenir de l’accident de Three Miles Island commençait à s’estomper. Et voilà que l’on apprend qu’il existe des fissures dans certaines parties vitales des centrales nucléaires françaises.

        Les premières fissures ont été découvertes il y a plus d’un an, par un ouvrier de l’usine Framatome à Chatou-sur-Saône, dans la plaque d’acier qui forme la base du générateur de vapeur. A travers cette plaque passent les quelque 3400 tubes du circuit primaire, véhiculant l’eau radioactive provenant du coeur, dont la chaleur vaporise l’eau du circuit secondaire qui fait alors tourner la turbine. L’étanchéité de cette plaque est donc essentielle à la sécurité puisqu’une fissure à ce niveau permet à la radioactivité de fuir vers l’extérieur par le circuit secondaire. Cette plaque d’acier est protégée de la corrosion par la soudure d’une couche d’alliage, l’iconel. Craignant d’avoir raté sa soudure, l’ouvrier de Framatome avait enlevé la couche d’iconel pour recommencer. C’est alors qu’il découvrit que l’acier était zébré de fissures longues et profondes de quelque six millimètres. D’où provenaient-elles ? Du choc infligé au métal par l’opération de soudure. Mais alors ne fallait-il pas craindre que, sous leur belle protection d’iconel, d’autres plaques, sur d’autres générateurs de vapeur, ne soient-elles aussi fissurées ? Des contrôles sont faits. D’autres fissures sont découvertes.

        Et au printemps dernier on en détecte de nouvelles, dans une partie encore plus sensible du réacteur : dans les tubulures qui assurent la jonction entre le circuit primaire et le coeur du réacteur, et qui, de surcroît, supportent, en suspension, les 400 tonnes du réacteur lui-même. Là, c’est une couche d’acier inoxydable qui est appliquée par soudure. Et là encore, c’est la soudure qui provoque les fissures.

        Contrôles, réunions, échanges de notes entre Framatome et les services de sûreté du Ministère de l’industrie et du CEA : les syndicats finissent par avoir vent de l’affaire. lis s’en émeuvent d’autant plus qu’à Tricastin, à Gravelines, à Dampierre, trois réacteurs achevés n’attendent plus que leur chargement en combustible pour démarrer. Seront-ils mis en route malgré l’existence possible de fissures ? Le 21 septembre, la CFDT pose publiquement la question au ministre de l’Industrie. Du coup, la CGT fait connaître la lettre qu’elle avait discrètement adressée quelques jours plus tôt à la direction d’EDF.

        Le ministre André Giraud, et la direction d’EDF ne nient pas l’existence de fissures, mais affirment qu’il s’agit de « défauts superficiels qui ne présentent pas de risque pour l’exploitation ». Les syndicalistes estiment, eux, que l’on connaît mal l’évolution de ces fissures dans le temps. Surtout, ils soulignent que, dans les tubulures particulièrement « elles fragilisent une partie essentielle du réacteur nucléaire qui, de ce fait, ne pourrait peut-être pas résister à un accident dont la cause se situerait ailleurs ». Or la conception actuelle des centrales nucléaires exclut totalement l’hypothèse d’une rupture de la cuve. Cet accident a été [estimé] si improbable qu’aucune parade n’a été prévue.

        Le risque de fissures concerne une vingtaine de réacteurs de 900 mégawatts, les uns en cours de construction, les autres déjà installés sur leur site. Ce qui n’empêche pas le ministre de l’industrie de donner l’ordre début octobre de commencer le chargement des centrales de Gravelines et de Tricastin. Décision à laquelle la Direction d’EDF a décidé de surseoir pour vérifications supplémentaires. En fait, les responsables du programme prennent le problème plus au sérieux qu’ils ne le disent. Mais reculent devant deux obstacles : le surcoût et le temps perdu. En effet la plupart des fissures ne sont décelables que si l’on enlève la couche d’acier inoxydable. Et certaines sont inaccessibles aux examens lorsque le réacteur est monté sur son site. Faut-il donc « peler » toutes les cuves et toutes les plaques, démonter les réacteurs prêts à démarrer ? La vraie sécurité l’exigerait. Au prix d’un nouveau retard du programme électronucléaire. Les responsables français ont préféré garder le secret, puis afficher l’optimisme. Ce qui ne les a pas empêché de demander au CEA de mettre au point des méthodes d’examen « in situ » et d’inventer un robot pour les éventuelles réparations. Dangereuse fuite en avant. Car il n’est pas sûr que l’on parviendra à détecter les fissures, ni surtout à les réparer, lorsque les tubulures auront été fortement contaminées par le fonctionnement du réacteur. Quant aux centrales déjà en fonctionnement au Bugey et à Fessenheim, il se pourrait qu’elles n’aient pas de fissures, car elles ont bénéficié d’un procédé de soudure plus sûr, mais plus coûteux en énergie, qui implique un préchauffage de l’acier. Le directeur de Fessenheim a voulu rassurer en affirmant que la révision récente de sa centrale n’a révélé que des « défauts superficiels ». Sans doute s’agit-il d’autres défauts ! Car les moyens actuels d’investigation ne lui permettent absolument pas de savoir ce qui se passe sous la couche d’acier inoxydable, dans les tubulures de Fessenheim.

        Science & Vie n°746, novembre 1979.

        Retour sommaire

  33. dany le rouge
    14 octobre 2012 at 13 h 39 min

    Les salariés d’ESSOR Dampierre attendent avec grande impatience qu’EDF ose donner à une autre entreprise les contrats de maintenance qu’elle détient actuellement l’année prochaine.
    Si d’aventure ils osent, nous nous battrons fermement pour une opposition totale. Vous direz pas que vous n’étiez pas prévenu.

    C’est terminé le marché aux esclaves Messieurs nous ne voulons plus de vos conneries.
    PNS ose venir sur nos terre alors qu’il t’ont foutu dehors en 2008, si Cruas t’a pas suffit, revient, ont t’attend avec tes 17% de salariés en dessous du SMIC.

    Honte à toi et à ta politique sociale.

    • la taupe
      14 octobre 2012 at 14 h 16 min

      C’est la notre problème dans la sous-traitance. Nous attendons toujours d’être dans la merde pour réagir.

      Je perds le marché, mon cul est en danger immédiat, je suis prêt à faire la guerre « seul ».
      Autrement, lorsqu’il y a des appels pour un statut unique avec la sécurité d’emplois, personne à l’horizon ou presque.
      On attend toujours que les autres agissent à notre place en restant bien tranquilles.
      Cela, les patrons l’ont bien compris ! Pas nous « apparemment ».

  34. Camille
    13 octobre 2012 at 23 h 28 min

    Comment trouvez vous notre nouvelle voiture sur l’article, pour effectuer les déplacements professionnels ?

    Nous avons enfin trouvé la solution de l’usure et de la consommation (Plus de pneus, plus de panne moteur, plus de carburant, …).

    Vous refusez de nous payer les grands déplacements à sa juste valeur ? OK, pas d’argent mais des idées !

    Et en plus, elle est belle notre voiture toute rouge.

    • lionel
      14 octobre 2012 at 0 h 15 min

      Oui, très belles roues équipées de gros pneus. Quelle puissance ?

      Bravo pour l’image.

      • Sylver
        14 octobre 2012 at 12 h 24 min

        J’imagine bien nos directeurs conduire cette magnifique voiture rouge.
        Non,
        autant qu’ils gardent leurs voitures luxueuses,
        ils seraient capables de la faire porter par les salariés de la logistique du nucléaire.

  35. Charly
    13 octobre 2012 at 22 h 29 min

    Des éruptions solaires pourraient déchaîner un holocauste nucléaire sur Terre, entraînant des centaines de centrales nucléaires dans des fusions totales…

    http://lesmoutonsenrages.fr/2011/09/18/des-eruptions-solaires-pourraient-dechainer-un-holocauste-nucleaire-sur-terre-entrainant-des-centaines-de-centrales-nucleaires-dans-des-fusions-totales/

  36. lionel
    13 octobre 2012 at 21 h 55 min

    Plein le c-l de les entendre dire, je suis désolé, monsieur, mais nous sommes dans le regret de ne pas pouvoir vous payer plus que le SMIC.
    Notre entreprise ne peut pas se permettre cette folie, même si nous sommes d’accord avec vous, vous le méritez.

    C’est bizarre, son salaire de 8000€ en + de ce qu’il donne aux actionnaires ne met pas l’entreprise en péril.

    Ils nous prennent vraiment pour des cons.

    Est-ce la même chose chez vous ?

    • Bernard B
      14 octobre 2012 at 10 h 32 min

      Tous les malins qui nous accusent d’être des antinucléaires, n’ont jamais pris une seule dose dans leur vie. Ils sont comme Sarko, ils aiment le nucléaire parce que ça leur rapporte des bons salaires sans aucune contrainte. A eux les bons salaires, les bons repas dans les réunions pour faire du vent, les belles voitures de service et nous, nous devons être soumis au silence et ne rien dire sur les emmerdes de cette industrie.

      • le syncalisme de la honte
        14 octobre 2012 at 11 h 57 min

        Oui, nous avons des amis syndicalistes sur le site de tricastin qu’on préféré la compagnie de SARKO, lors de sa venue sur le site et qu’ont boudé les grévistes de PNS devant le portail.

        Ils préfèrent être entre des gens BIEN et respectables, les pros nucléaires du fric et pendant ce temps, ils méprisent les esclaves du nucléaire, les soi disant antinucléaires parce qu’ils osent dénoncer leurs conditions de travail.

        Il faudrait donner un coup de balais à tous les syndicalistes qui marchent dans ces magouilles et qui ne savent plus pourquoi ils sont des représentants du personnel.

  37. hollowman of ardeche
    13 octobre 2012 at 21 h 49 min

    Un petit article de presse

    http://alpes.france3.fr/2012/10/12/centre-nucleaire-de-saint-alban-isere-deux-declarations-l-autorite-de-surete-nucleaire-119861.html

    Ce n’est pas le seul site nucléaire ou il peut se produire ce genre de « pepin » en salle des machines, puisque certaines sont vieillissantes donc, certaines tuyauteries ressemblent plus à des passoires ou il n’y a que la multitude des couches de peintures qui « assurent » l’etancheite…

    Tout est sous controle, qu’ils disent, permettez-moi d’en douter!!!
    syndicalement votre

  38. Sylver
    13 octobre 2012 at 19 h 55 min

    Pour tous ceux qui disent  » MA ZONE CONTROLEE » est un site antinucléaire !

    Nous leurs demandons :

    Est-ce que parler de nos difficultés de vie et de travail peut-être considéré comme un acte antinucléaire ?

    Est-ce que rêver d’une autre considérations sur les sites, peut-être considéré comme un acte antinucléaire ?

    Est-ce que dénoncer les pressions et l’organisation du travail qui risquent de nous mener à la catastrophe, si nous ne la changeons pas, peut-être considéré comme un acte antinucléaire ?

    Est-ce que crier à la « non assistance à personne en danger » à cause du cancer de l’argent, peut-être considéré comme un acte antinucléaire ?

    Est-ce que ceux (certains cadres syndicaux, politiques de droite, actionnaires, industriels,…) qui nous accablent avec de telles accusations, ne seraient-ils pas plus antinucléaires que nous s’ils étaient face à notre précarité et condition d’esclave ?

    Pour nous, une seule chose peut nuire le nucléaire ! l’incident nucléaire, si nous continuons à les laisser faire sans rien dire.

    Moi, je ne la fermerait pas !
    Quelque soit le prix à payer. Compris ?

  39. margot
    13 octobre 2012 at 14 h 09 min

    Ah les vertus du libéralisme total !!!

    La vérité émerge : Tepco avait minimisé le risque de tsunami par peur d’être contrainte de fermer ses installations le temps d’en améliorer la sécurité.

    Quelles leçons devons-nous tirer d’urgence en France ?

    Catastrophe de Fukushima : Tepco fait enfin son mea culpa

    http://www.leparisien.fr/environnement/catastrophe-de-fukushima-tepco-fait-enfin-son-mea-culpa-12-10-2012-2226861.php

    Fukushima : la compagnie Tepco admet avoir minimisé le risque de tsunami

    http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/10/12/fukushima-la-compagnie-tepco-admet-avoir-minimise-le-risque-de-tsunami_1774720_3244.html

    Malgré l’arrêt prévu du nucléaire, le Japon continue de construire des réacteurs

    http://www.lemonde.fr/japon/article/2012/09/15/malgre-l-arret-prevu-du-nucleaire-le-japon-continue-de-construire-des-reacteurs_1760745_1492975.html

    Fukushima : la catastrophe aurait pu être évitée

    http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2012/10/12/006-fukushima-admission-tsunami.shtml

    • hollowman of ardeche
      13 octobre 2012 at 19 h 56 min

      Pour moi ils (tepco et consorts) mériteraient un procès pour crime contre l’humanité.

      Ces hommes qui n’ont aucun respect pour leurs propres salariés qui se sacrifient pour « limiter » la casse due à cette catastrophe nucléaire la plus puissante et surement la plus meurtrière de tous les temps…

      …et puis en lisant la lettre, il faut lui proposer d’effectuer une visite sur un des sites, qu’il rencontre ces femmes et hommes qui triment, et montrent depuis un certain temps un « léger » ras-le-bol d’être considéré(e)s comme des esclaves, de la viande à REM, et tout ça pour un salaire de misère au niveau du SMIC, voir moins…

      Allez, Mr Hollande,
      le changement c’est pour maintenant, il faudra donc que ça change et très vite!

      Le monde de la sous-traitance est en attente de vraies réponses. Plus de promesses !

      syndicalement votre

      • Sellig
        13 octobre 2012 at 20 h 13 min

        Droits de l’Homme :
        Hollande dénonce des réalités inacceptables en RDC

        Le président français François Hollande a jugé samedi à Kinshasa que la situation des droits de l’Homme en République démocratique du Congo (RDC) revêtait encore des réalités inacceptables…

        http://www.romandie.com (dépêche 18h30)

        A très bientôt Mr Holland sur un arrêt de tranche pour voir de vos yeux ce qui se passe réellement .
        Venez vous rendre compte de nos conditions d’interventions et des moyens (humains/matériels) dont nous disposons pour réaliser la maintenance de nos réacteurs…venez vite, très vite…nos droits sont bafoués…le changement c’est maintenantalors SVP Mr Holland, agissez avant l’accident majeur car lui…vous imposera le changement !

  40. Le Furet
    13 octobre 2012 at 13 h 03 min

    Vos/nos commentaires confirment l’urgence d’agir dans l’intérêt des salariés de la sous-traitance au delà des calculs et des stratégies de certains de vouloir nous écarter des débats nous concernant.

    Bien entendu, personne ne parlera pas de notre avenir dans notre dos et sans que les principaux concernés ne soient d’accord.

    Bientôt sur notre site un extrais de la lettre de Monsieur François Hollande, qui nous donne plus que raison sur notre positionnement organisationnel et humain dans les centrales nucléaires.

    Qui parle le mieux de la famine? Ceux qui ne mangent pas à leurs faims ou ceux qui les regardent à la Télé?

    D’accord pour parler avec tout le monde, mais pas à n’importe quel prix.

    • 13 octobre 2012 at 14 h 29 min

      Attendons, la publication de la lettre de François Hollande et donnons lui un droit de réponse en l’invitant a nous rencontrer devant la presse.

      Messieurs les politiques de tout bord, voulez-vous continuer a cautionner la souffrance de ces hommes et femmes (décès, contaminations, leucémies, harcèlements, problèmes cardiaques) sans rien dire ?

  41. chopper
    13 octobre 2012 at 10 h 19 min

    Oulala, ça balance dur et nos langues se délient.
    J’ai dormi 5h après 8h de route pour venir voir ma famille.
    Les repos sont cours, ils faut profiter au max de la famille pour voir les enfants grandir.

    Il faudrait comprendre pourquoi je dois partir ci loin pour travailler, alors des copains de la haut viennent travailler prés de chez moi pour faire le même travail.

    Où est le bénéfice pour l’entreprise, pour l’environnement, pour le nucléaire et pour nous les salariés ?
    Je suis fatigué de cette vie, je dois repartir demain soir pour pour être lundi matin au travail.

    Je ne sais plus quoi dire, quoi penser, quoi faire, quoi réclamer pour que cette oppression cesse.
    Je vous dit que ça va pas le faire encore des années.

    • dany le rouge
      13 octobre 2012 at 14 h 01 min

      Pour te remonter le moral sache qu’un agent edf à 120 euros/jours en GD et 170 euros/jours en GD sur la région de Paris.

      C’est vrai que ton salon Henri IV tu dois pas beaucoup l’user.
      Aller courage chopper la patrie à besoin de toi lundi matin et peut-être le mois prochain si c’est la guerre.

  42. Sylver
    13 octobre 2012 at 6 h 41 min

    Ouf, nuit très chaude et très active sur notre site internet.

    Après une augmentation considérables des visiteurs dans les derniers jours (environs 15 000 Jour) voici que les commentaires augmentent en nombre et en profondeur.

    Merci pour vous, merci pour nous.

    Ils ne pourront plus dire qu’ils ne le savaient pas que nous existons et que nos conditions sont lamentables dans une industrie que rapporte 1 million d’€ par jour et par réacteur nucléaire.

  43. Marie Paul
    13 octobre 2012 at 3 h 11 min

    Malgré vos conditions, je vous trouve bien courageux de nous apporter la lumiére ainsi que la sûreté des centrales.

    Chapeau bas Messieurs, au nom de tous les habitants, je vous remercie d’avance pour votre courage.

    Une voisine de la centrale de belleville qui vous veut du bien pour notre bien et notre confort à tous.

    • 13 octobre 2012 at 13 h 56 min

      Merci Marie Paul, on vous doit la vérité.

      Je me pose des questions en lisant ÉNERGIES SYNDICAL.

      La secrétaire général dans la revue, je ne vois pas la question de la sous traitance, en espérant que je me trompe lors de la rencontre avec Delphine BATHO Le 20 septembre;

      On assiste a de nombreuses mobilisation en ce moment.
      Les salariés sont inquiets, rien sous la sous traitance, le 13 septembre plusieurs centrales bloqués passé sous silence. Rien !!!

      Je vous scanne l’article prochainement.
      J’ai les boules, qui est a coté de la plaque, cette bourgeoisie syndicaliste, ou ces ouvrier qui souffrent et qui termine la fin du mois a la bougie.

  44. Nico
    13 octobre 2012 at 2 h 22 min

    Idem pour moi, sauf que des fois, même souvent, je suis obligé de dormir dans ma voiture, parce que les 63€ que je touche pour les grands déplacements ne me suffisent pas pour payer le resto et la chambre.

    Ou tu manges ou tu dors !
    Comme je ne peut pas me passer de manger, j’ai choisi de dormir dans la voiture
    « bien caché » de tous, parce que j’ai honte de ma situation.

    Merci à ce site de me donner la possibilité de me vider les tripes, ça me soulage et je me sent libéré de ce poids.

    Ma femme et le reste de ma famille pensent que je vais voir du pays avec mes voyages dans tous les coins de la France, parfois ils m’envient. Je n’ose pas leur dire la vérité, j’ai honte.

    Merde, je pleure en écrivant, j’arrête.

    Bonsoir à tous les galériens du nucléaire.

    • Maxime
      13 octobre 2012 at 3 h 53 min

      Les alertes de salariés de la sous-traitance qui dorment dans les voitures on déjà été faites à des multiples reprises dans nos CHSCT de site sans aucune écoute de notre direction.

      Il à fallu le faire constater sur place après les avoir trouvé sur les parking pour que le président du CHSCT ne puisse plus nous démentir en séance.

      Après ce constat, des cadres du site avaient la corvée d’arriver très tôt le matin sur le site pour réveiller ces malheureux et ils les invitaient pour prendre un petit déjeuner avec des petits gâteaux payés par EDF.

      Le repère était facile au petit matin, il suffisait de remarquer la buée sur les vitres des véhicules.

      Victoire direz-vous ? Nous disons que c’est un échec total.

      Depuis ce jour, il nous est impossible de trouver ces salariés sur les parkings et nous ne pouvons plus le dénoncer.

      Ils continuent à exister mais nous ne savons plus s’ils ont été réveillés avant notre arrivée ou s’ils ont changé d’endroit.

      • 13 octobre 2012 at 12 h 59 min

        Sur certains sites ils vont jusqu’à mettre une affiche « il est interdit de dormir sur les parkings de la centrale ».

        Pourquoi ne pas planter sa tente aux abords de la centrale, il faut médiatiser un max.

        Qui est partant pour une conférence de presse, ou tous sera dit, les personnes pourront intervenir avec cagoule s’ils le souhaitent.
        Il faut faire voir qu’a l’intérieur ceux qui y travaillent ont peur de parler.

        Ne pas oublier tepco qui vient de reconnaitre ces erreurs et c’est ce que nous dénonçons ici.

        Mr les Maires vos ville sont en danger!

  45. Roger
    13 octobre 2012 at 1 h 56 min

    En vous résumant ma vie dans le nucléaire de la sous-traitance, je peut vous dire que:

    Je réalise les travaux les plus dosant de cette industrie (80% des doses du nucléaire pour les sous-traitants),

    Je subit une cadence infernal dans mes activités et parfois je suis obligé de tricher sur les documents par manque de temps et de moyens techniques,

    Je me prends un avertissement ou je subis de l’harcèlement si je parle parce que mon patron risque de perdre le contrat. Ou est la transparence nucléaire?

    J’effectue plus de 45OOO Kms par an dans ma voiture personnel pour des déplacements professionnels,

    Je ne vois mon conjoint et mes enfants que 2 jours par mois lors de ma détente,

    Je vis dans les hôtels les plus insalubres,

    Que je ne mange que des sandwichs et des conserves,

    J’effectue 2 X 800 Kms pour passer ma visite médicale,

    Je n’ai pas le droit d’accéder au restaurant des site EDF,

    Je n’ai pas droit aux contrôles médicaux dans les infirmeries EDF,

    Je n’ai pas droit à passer mes vacances dans les camps EDF avec mes enfants,

    Je n’ai pas le droit aux mêmes formations que les agents EDF alors que les sous-traitants réalisent 80% des activités sur le nucléaire,

    Je risque de perdre mon emploi à chaque changement de contrat,

    Je n’ai pas le droit de déclarer certains accidents de travail, parce que ça nuit à l’image de mon entreprise,

    Je n’ai pas droit au tarif de l’électricité alors que je donne ma vie tous les jours pour la produire,

    Mes heures supplémentaires ne sont plus payées alors que parfois j’effectue plus de 60H par semaine,

    Je réalise mes astreintes avec mon véhicule et mon téléphone personnel et que s’ils sont en panne je me prends un avertissement,

    Je ne gagne que 1300€ par mois avec 14 ans d’ancienneté dans cette industrie,

    Il n’est pas bleu le ciel de l’industrie nucléaire dans cette condition bien noir des sous-traitants du nucléaire?

    Pourquoi se plaindre messieurs les fédéraux, messieurs les délégués et messieurs les patrons du nucléaire? pourquoi se plaindre? Tout va très bien pour nous les sous-traitants du nucléaire.

    Vous avez raison, il ne faut rien dire pour ne pas salir le nucléaire et pour ne pas donner du grain à moudre aux antinucléaires.

    Taisons-nous, souffrons en silence, mordons-nous les lévres. Il ne faut surtout rien dire!

    • 13 octobre 2012 at 13 h 05 min

      Comment peut on vous assurer un niveau de sûreté avec ce que je lis.

      ON DEVRAIT AVOIR PEUR ?

      c’est vrai, il vaut mieux se baigner dans une piscine financée dans une ville par la centrale, ou je n’ai même pas le droit d’y aller.

      Voila comment EDF SA achète le silence autour des centrales « stades de foot piscine , rugby » et laisse pourrir a l’intérieur des centrales le savoir faire de ces hommes et femmes de la sous-traitance.

      Mr les Maires votre ville est en danger !

    • dany le rouge
      13 octobre 2012 at 14 h 16 min

      Tu as oublier que tu partiras à 60 ans ou plus et non à 55 ans comme le maître. Encore un qui s’en prend aux fédéraux, aux délégués et aux patrons et pourquoi pas au bon dieu pendant que tu y es et comme d’ab ta souffrance c’est la faute des autres et bien sur pas la tienne.

      Et te plein pas de ton salaire chez PNS c’est 17% des salariés en dessous du SMIC; j’ai lu ça sur leur tract.

  46. Sylver
    13 octobre 2012 at 0 h 58 min

    A REGARDER JUSQU’À LA FIN ,

    Même si l’on ne comprend pas le chinois cela nous permettra de mieux comprendre le rôle des patrons du nucléaire.

    Imaginez-vous dans le rôle des petits poissons et le dresseur dans le rôle de nos chers patrons du nucléaire.

    C’est vrai que nous réalisons de choses formidables avec nos petits cerveaux de sous-traitants.

    Cela ne s’appellerait les sous-traitants sont biens dressés à obéir et à supporter leur condition dans leur petit bocal sur les applaudissements de tous les spectateurs qui nous entourent au quotidien.

    Il y en a même qui trouvent cela amusant !!!
    http://www.6park.com/news/messages/6579.html

  47. Sellig
    12 octobre 2012 at 19 h 06 min

    Comment engager une action en faute inexcusable contre mon employeur ?

    Lorsque vous êtes victime d’un accident du travail ou que vous contractez une maladie sur votre lieu de travail, vous avez le droit à une indemnisation forfaitaire, qui comprend la prise en charge de vos soins ainsi que les indemnités journalières de la sécurité sociale ou une rente. Vous ne pouvez en principe, engager la responsabilité de votre employeur, pour obtenir réparation de vos dommages.

    Pour autant, il vous est possible de bénéficier d’une réparation complémentaire de sa part s’il a commis une faute inexcusable dans le cadre de votre accident ou de votre maladie.

    Nous vous apportons ici des éléments de réponse pour une meilleure réparation du préjudice que vous subissez du fait de votre accident du travail ou de votre maladie professionnelle.

    http://www.juritravail.com/Actualite/accident-du-travail/Id/19129

    La prévention des risques industriels fait-elle les frais de la crise économique ?

    C’est l’une des questions débattues par les quelques 900 participants des 5e Assises nationales des risques technologiques qui se sont tenues le 11 octobre à Douai. Les points de vue divergent selon les acteurs concernés.

    La sous-traitance pointée par les syndicats

    L’une des causes principales de cette détérioration selon les syndicalistes ? La sous-traitance qui s’est développée depuis les années 80 avec une accélération ces dernières années, accompagnée d’une mobilité et d’une précarité des salariés. « Nos usines sont très dangereuses, analyse Marcel Croquefer, en particulier dans les phases de démarrage, d’arrêt et de maintenance.Or, souligne-t-il, les sous-traitants interviennent de façon prioritaire sur ces phases là ».

    « On trouve plus de salariés sous-traitants que de salariés organiques sur un site aujourd’hui », dénonce Philippe Saunier, qui pointe aussi la sous-traitance en cascade, le cloisonnement de la main d’œuvre et le camouflage des accidents du travail.

    La majorité des accidents sont constatés chez les sous-traitants, relève le représentant de la CGT. « EDF présente ainsi un très bon score en matière de cotisation AT/MP, même supérieur au secteur tertiaire », dénonce-t-il. Et d’avancer des chiffres issus d’une étude de l’Afim, selon laquelle 9 accidents sur 10 dans le secteur de la chimie toucheraient les sous-traitants.

    Les délais, problématiques pour les investisseurs

    http://www.actu-environnement.com/ae/news/risques-technologiques-crise-economique-reglementtaion-securite-Assises-Douai-16788.php4

    Répression syndicale : Veolia eau condamnée à verser 42 000 euros à un cadre de Montceau

    La cour d’appel de Lyon, dans un arrêt du 5 octobre, a condamné la société Veolia eau Centre-Est pour discrimination et répression syndicale envers un de ses cadres basé sur le site de Montceau-les-Mines. Depuis son engagement au sein de la CFDT, le cadre a été retardé dans son avancement de carrière et empêché de suivre des formations qualifiantes. Son supérieur s’est également rendu coupable d’atteinte à la vie privée en diffusant, à quelques semaines des élections professionnelles, une annonce déposée par le syndicaliste sur un site matrimonial…

    http://www.lejsl.com/actualite/2012/10/12/repression-syndicale-veolia-eau-condamnee-a-verser-42-000-euros-a-un-cadre-de-montceau

  48. Balbon
    12 octobre 2012 at 17 h 19 min

    EDF-Chine : révélations sur des négociations atomiques

    VIDEO. Un projet d’accord, que « le Nouvel Obs » s’est procuré, montre que l’électricien était prêt à partager avec son partenaire chinois les secrets de l’industrie nucléaire française.

    http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20120925.OBS3472/info-obs-edf-chine-revelations-sur-des-negociations-atomiques.html

  49. denis
    12 octobre 2012 at 16 h 43 min

    Enfin des vraies valeurs des syndicats CGT EDF qui reviennent pour donner un sens à notre combat.

    Mêmes si vos remarques et vos attaques à l’encontre des syndicats sont parfois justifiées, notamment lors du conflit PNS de Tricastin, n’oublions pas le soutien des syndicats CGT de site qu’ont toujours été présents et impliqués à côté des prestataires du nucléaire lors de nos conflits.

    Alors, et pour faire court, restons unis avec les syndicats EDF qui nous aident, notamment ceux de la CGT et demandons aux autres (CFDT, FO, …) les raisons de leurs absences pour nous soutenir.

    Nous devons trouver des points de convergence en inter-syndicale et inter-entreprise pour rendre possible notre devoir qu’est fondamentalement basé sur la défense des salariés en général et l’aide à l’obtention de nouveaux droits pour tous les salariés intervenant dans le champs de l’énergie nucléaire.

    • Jean-Luc
      12 octobre 2012 at 18 h 06 min

      Entièrement d’accord avec toi, Denis !
      Je tiens à signaler un petit geste anodin de la part des salariés de PNS.
      Jeudi matin,ils ont offert à tous les agents et prestataires de Tricastin un petit déjeuner en signe de remerciement de la solidarité de tous!(600 petits déjeuner). Grâce aux dons récoltés pendant les 7 jours et grâce à l’aide financière et logistique de la CGT Tricastin et Marcoule ainsi que du soutien de la Cgt Essor, Spie, STMI, Amalys, ils ont réussi à faire une première (je pense que je ne l’ai jamais vu auparavant) Signe fort qui explique,la solidarité entre les agents EDF de tout bord et les prestataires !
      Je suis désolé, pour les gens qui pensent que c’est la CGT seule qui a dirigé l’opération, mais ce sont bien les salariés qui ont eu cette idée et malheureusement, seule la CGT à fait un geste financier !
      J’aurai, bien sur, aimé remercier d’autres organisations mais il n’y en a pas eu d’autres !

      Le principal dans cette histoire, c’est que nous avons vu que nous faisons partie prenante de la vie d’une centrale et que nous pouvons compter sur les agents du site !
      Merci, les gars !

      • Charly
        12 octobre 2012 at 21 h 46 min

        Pendant la distribution du 4 pages CGT sur le site de Tricastin lors du conflit des copains d’essor j’ai pu observer l’attitude des principaux acteurs de ce grand syndicat CGT du Tricastin avec les mains dans les poches et un accueil débordant de joie.
        Dans leur yeux j’ai ou nous avons ressenti un mépris profond a leur égard.
        Un petit commentaire de leur part pourrait renouer nos liens.

      • FIFI 84
        12 octobre 2012 at 23 h 51 min

        Jean Luc, si t’as raison sur la quasi totalité de ton écrit, il ne faut pas trop pousser le bouchon.

        Comme mon syndicat, la CFDT, la CGT du Tricastin nous a ignoré tout au long du conflit.

        Le bonjour et les 5 minutes d’arrêt devant le portail avec nous, n’étaient dus qu’a leur impossibilité de nous éviter. Il ne faut pas déconner, J. Luc.

        D’accord avec toi, nous faisons partie intégrante du site tout en ayant un traitement différent des autres salariés.

        Moi, on ne m’achète pas avec un petit chèque, j’aurais préféré une aide et des conseils pour réussir une belle victoire pour tous les salariés.

        De tout coeur avec toi et pas avec eux!!!!!

      • Claude
        13 octobre 2012 at 6 h 26 min

        Nous devons leur dire merci, c’est dans notre nature et c’est très gentil de leur part de nous aider.

        Mais c’est acte n’est pas anodin comme tu le dis, J. Luc.

        En mettent une petite pièce dans la caisse, ils s’acquittent de leur manque de courage ou de volonté de nous aider à trouver une issue définitive à tous ces conflit de la sous-traitance.

        Regarde, ils ne mettent rien et ils restent (tous) avec nous! Est-ce que tu crois que le conflit durerait deux jours? je ne pense pas.

        Parfois l’argent nos empêche de voir la lâcheté de notre manque de courage et de nos actes.

      • Jean-Luc
        13 octobre 2012 at 9 h 17 min

        Rectificatif, les gars !
        Je pense que je n’ai pas dû bien m’expliquer ! Je voulais montrer qu’une forte majorité d’agents et de prestataires (de tous bords) était solidaire avec nous !
        J’avoue, par contre que si la CGT à été un peu frileuse au début,(franchement,il n’y a pas eu qu’elle !) il n’empêche qu’au moment du conflit, des collègues qui côtoient le monde merveilleux de La Fayette (Areva) ont fait le forcing pour mettre la préssion afin de nous aider ! C’est sur , personne ne les a vu, mais ce travail de l’ombre a eu autant d’importance que le blocage des voitures sur Tricastin.

        Je ne cherche pas à savoir si il y avait un intérêt quelconque, je constate qu’ils se sont bougés le cul pour nous et je ne vois que cela !
        Mais, je ne suis pas dupe et trop naïf pour comprendre les magouilles politiciennes en haut lieu, c’est pour cela que je suis pour le fait d’enfin se prendre en main , de ne plus gémir et de mettre en place cette fameuse association des salariés du nucléaire, sans attendre que quelqu’un le fasse à notre place !(Par exemple, tous les auteurs de messages sur le site pourraient montrer leur volonté et leur détermination en adhérent à l’association !)
        Mais ne rêvons pas , nous avons besoin d’aide et je ne vois que les syndicats pour nous l’apporter (tous les syndicats !)
        Ne crachons ,surtout pas dans la soupe !

      • Barboli
        13 octobre 2012 at 11 h 32 min

        Ah, voila le J Luc que je connais, que j’estime et que je respecte.

        Pour l’assos, il faut voir, pour les reste, presque d’accord.

        Il est vrai et je confirme que les syndicats CGT STMI, AREVA, et les autres du privé nous ont soutenu et on fait un gros travail de fond auprès des directions du groupe.

        Merci pour tout, les gars.

      • Charly
        13 octobre 2012 at 22 h 58 min

        Il va falloir arrêter de faire l’autruche et de se voiler la face.

        Un syndicat est une association qui regroupe des personnes physiques ou
        morales pour la défense ou la gestion d’intérêts communs. Pas autre chose !

  50. le chevalier blanc
    12 octobre 2012 at 15 h 33 min

    Je suis Agent EDF, Militant à la CGT au CNPE de CRUAS, depuis des années je me suis retrouvé aux cotés des salariés de la sous traitance dans leurs combats.

    Jamais je n’ai douté du bien fondé de leur engagement pour plus de justice.

    Je ne me suis pas engagé à leur cotés par solidarité ou pire par compassion ,mais parce que je pense que leur combat est le mien qu’il est dans mon intérêt d’agent EDF, qu’il est l’intérêt du peuple français.

    Je suis Fils d’un militant CGT ancien résistant engagé dans le combat syndical au sein d’EDF dès 1946.

    Mon père, quand j’étais enfant, nous racontait le pourquoi et le comment des combats qu’il avait mené avec ses camarades, ces combats pour obtenir et conserver un statut social de haut niveau .

    Il racontait souvent comment en 1948 il mena un combat pour l’embauche au statut de 300 personnes en régie,ancêtre de la sous traitance. Emprisonné pendant cinq jours, la solidarité des travailleurs de la région avait contraint le préfet à le libérer , il refusa de sortir avant qu’un accord ne soit signé et c’est en prison que la direction signa l’embauche au statut de ces trois cents salariés du privé.

    Je vous raconte cette anecdote pour rappeler que le combat de la sous traitance s’inscrit dans la lignée du projet du Conseil National de la Résistance,dans l’esprit de la nationalisation de la production et de la distribution d’énergie.

    En 1988 nous avons démontré au sein du CMP (équivalent du CE) chiffres à l’appui que la sous traitance revenait plus cher (quelque soit le métier)que la réalisation par des agents Edf .

    La direction a validé notre travail et affirmait que «la décision de sous traiter n’était pas une décision économique mais un choix de gestion à long terme».

    C’est toujours une réalité ,le choix de la sous traitance relève d’une fuite de responsabilité sociale face aux conséquences des expositions radiologiques et au delà de l’exposition aux produits CMR et à l’amiante qui auront des conséquences désastreuses d’ici quelques années.

    Mais n’oublions pas que dès le lendemain de la loi de la nationalisation le patronat français se mobilisait pour en réduire la portée, craignant que le modèle ne s’étende à d’autres secteurs de profit et qu’ils n’ont jamais désarmé.

    Oui le choix de la sous traitance par EDF est avant tout un choix idéologique. Une soumission aux intérêts du grand patronat et des seigneurs de la finance dans leur combat pour une baisse constante des cout du travail .

    Ce combat des sous traitants pour obtenir un statut de haut niveau est la meilleure garantie de sauver le statut national des IEG.

    Faut il réclamer la ré-internalisation des activités au sein d’EDF ou obtenir un statut de haut niveau pour les salariés sous traitants ? C’est un faux débat , l’obtention d’un statut de haut niveau s’oppose de fait à la baisse du cout du travail et au dumping social, il donnerait aux salariés suffisamment de force pour intervenir sur les choix de gestion et sur le curseur de la sous traitance afin d’intégrer peu à peu à EDF les salariés qui le souhaiterait.

    Oui je reste à vos cotés, et je vous remercie de m’avoir souvent donné de belles leçons de courage et de fraternité depuis bientôt trente ans.

    Votre camarade

    • Sylver
      12 octobre 2012 at 16 h 06 min

      Merci le chevalier blanc pour ta contribution à notre combat pour la dignité des sous-traitants du nucléaire.

      Contrairement aux idées reçues, beaucoup d’agents EDF nous soutiennent et nous aident et je trouve dommageable qu’ils ne l’affirment pas plus souvent, comme tu viens de le faire.

      Merci mon/notre ami pour ton commentaire, pour ta lutte et pour ta présence sur ce site à côté des sous-traitants.

      Ensemble nous serons plus forts pour combattre la précarité sur les centrales nucléaires.

  51. Margo
    12 octobre 2012 at 14 h 47 min

    A rien y comprendre !

    A l’origine, les conventions collectives ont été crées pour traiter de la spécificité de chaque métier.

    Ors, dans notre cas, nos pouvons remarquer dans les différents commentaires que vous faites tous le même travail et que vous êtes pénétrés par différentes conventions qui n’ont rien à voir avec votre activité principale.
    Diviser les salariés semble être l’objectif recherché et visiblement atteint par cette désorganisation « organisée » des salariés du nucléaire

    Je pense, moi, qu’il y a là, un trouble manifeste à l’ordre publique de la part des chefs d’entreprise prestataires et de EDF.

    Nous devons donc réfléchir à comment faire face à cette mascarade et envisager une riposte sociale commune, voir juridique.

    • Julliven
      12 octobre 2012 at 15 h 15 min

      Je suis totalement d’accord avec ton analyse sur l’application des conventions collectives, le problème c’est que les syndicats des maisons mères, notamment ceux d’EDF semble s’en-foutre de cette question et à se demander si ça ne les arrange pas de nous précariser pour avoir un fond de commerce.
      Autrement,
      comment comprendre que les patrons puissent avoir de tels agissements en toute impunité.

    • 12 octobre 2012 at 18 h 41 min

      Pour ma part il serait bon de faire un communiquer de presse au nom du collectif ma zone contrôlé va mal.
      Sur la situation de ce mal être dans les centrales nucléaires.

      Je propose de nous réunir, voir le lieu, l’endroit et invité la population avec point presse afin de faire ce communiquer.

      Nous pouvons voir aussi comment aborder le sujet avec notre président, l’inviter ou demander un entretien sur cette situation, vu les commentaires il y a urgence, le nucléaire n’est pas une marchandise comme les autres,nous devons chercher des points d’appuis.
      Il faut ouvrir la vrai question sur la sous traitance.
      la sous traitance dans l’état actuel souffrance, esclavagisme, pénibilité,
      dépassement d’horaires, discrimination, aucune reconnaissance social et au travail, suivie médical, salaires, déplacement, travail sous tension, convention collectives, statut…
      Voila de quoi alimenter la presse et le gouvernement.

      De quel nucléaire voulez vous, si c’est celui ci , vous assumerez les risques futur de nos petit enfants, l’hécatombe a venir cancer, suicide sabotage…

      Ou alors on s’assoit a une table avec les sous traitants et on établie un vrai cahier de charges social , qu’en penser vous.

      En attendant Mr les MAIRES VOS VILLES SONT EN DANGER!

  52. Sylver
    11 octobre 2012 at 23 h 46 min

    Soyons nombreux à rejoindre la contestation devant le Conseil d’Etat des nouveaux textes sur la « surveillance médicale renforcée » ! Refusons la mise en danger de la surveillance appropriée de la santé des travailleurs !

    A la veille des dernières vacances d’été, les militants syndicaux d’une entreprise métallurgique de Haute-Savoie ont découvert l’existence d’un arrêté du 2 mai 2012 (pris en application d’un décret du 31 janvier 2012) « abrogeant diverses dispositions relatives à la surveillance médicale renforcée des travailleurs ».

    La lecture des nouveaux textes a fait apparaître que des travailleurs, indiscutablement exposés à des risques professionnels de nature à justifier une surveillance particulière, se retrouvent exclus à partir du 1er juillet 2012 de la « surveillance médicale renforcée ».

    http://chronique-ouvriere.fr

  53. L'abeille sociale
    11 octobre 2012 at 23 h 31 min

    Alain de Halleux – Nucléaire, une caricature de notre système

    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=FSoulbJlrGE#!

    Je vous recommande cette interview du réalisateur du film « RAS NUCLEAIRE ».

    Je vous préviens, vous allez passer 1h30 en sa compagnie et vous ne verrez pas passer le temps.

    Merci Alain

    La réalité du nucléaire existe, alors écoutez, regardez et faites-vous votre propre opinion de notre situation à l’ntérieur des réacteurs nucléaires.

  54. Sellig
    11 octobre 2012 at 19 h 41 min

    Pénibilité au travail : « intégrer les opérateurs dans l’évaluation »
    Entretien avec Laurent Avisse, ergonome consultant.

    Techniques de l’Ingénieur : Laurent Avisse, pouvez-vous nous rappeler ce qu’on entend par ergonomie et pénibilité du travail ?
    Laurent Avisse : L’ergonomie consiste à étudier les situations de travail pour les rendre plus adaptées aux personnes concernées en termes de santé, de sécurité, de confort et d’efficacité. La pénibilité est une notion un peu nouvelle dans le monde de l’entreprise, portée par l’obligation récente qu’ont les entreprises à l’évaluer selon des critères définis.


    Techniques de l’Ingénieur : Une notion bien intégrée par les entreprises ?

    Laurent Avisse : Pas vraiment. A partir d’une certaine taille et d’un certain pourcentage de salariés potentiellement exposés, elles avaient jusqu’à cet été pour signer des accords d’entreprises de prise en compte de la pénibilité. Or peu d’entre elles l’ont fait dans des délais réglementaires. Le problème est difficile à attaquer pour beaucoup d’entre elles, l’évaluation de la pénibilité un point assez flou.


    Techniques de l’Ingénieur : N’y a-t-il pas des clefs pour évaluer la pénibilité ?

    Laurent Avisse : Si, la première étant d’intégrer les opérateurs dans l’évaluation, de mettre en place une démarche « participative ». Il y a bien sûr des outils, des méthodes, des normes aidant à définir des critères d’évaluation pour l’exposition aux situations à risque, la gestion des effectifs…

    Techniques de l’Ingénieur : Quels sont les problèmes les plus fréquents, les secteurs les plus concernés ?
    Laurent Avisse : Il reste beaucoup de problèmes de pénibilité physique, d’actes répétitifs. Malheureusement, ça n’est pas en baisse. Émergent également les risques psycho-sociaux, non retenus comme critères de pénibilité, mais qui ont de plus en plus de visibilité. Concernant les secteurs, il reste énormément de travail à accomplir dans l’industrie, qui concentre les risques les plus graves, même si le secteur tertiaire, longtemps négligé bien qu’il représente 75% de la population active, mérite qu’on s’y intéresse.

    Techniques de l’Ingénieur : Au-delà de la protection du personnel et des obligations légales, quel intérêt ont les entreprises à lutter contre la pénibilité ?…

    http://www.techniques-ingenieur.fr/actualite/environnement-securite-energie-thematique_191/penibilite-au-travail-integrer-les-operateurs-dans-l-evaluation-article_75815/

  55. hollowman of ardeche
    11 octobre 2012 at 18 h 28 min

    un nouveau site pour faire connaitre le nucléaire à la population de seine-maritime

    http://haute-normandie.france3.fr/2012/10/11/nucleaire-un-nouveau-site-internet-pour-informer-la-population-de-seine-maritime-en-cas-d-alerte-119311.html

    ça parle de transparence, que les prestataires y participent celà serait un plus pour informer et alerter

  56. Fais Mon Boulot
    11 octobre 2012 at 15 h 08 min

    « INFO TRICASTIN TR4 »
    le 11/10/2012.

    J’ALERTE…
    les CHSCT, le PERSONNEL travaillant ds le BR TR4, les SYNDICATS,
    la POPULATION riveraine, le GOUVERNEMENT, les VERTS, ETC…

    Dés l’entrée dans le BR à 8 mètre, fuite d’eau à coté de l’ascenseur qui est lui interdit d’accès..cause « Risque IODE »,
    Niveau 20 mètres, coque béton ou l’on stock les déchets sup à 100 msv/h il n’y a pas de fiche de renseignement des déchets à l’intérieur, pourtant DDD au contact 0.200msv/h de la coque béton.
    Niveau 16 mètres fuite d’eau.
    Niveau 10 mètres échafaudages dans les espaces de circulation, impossible d’évacuer un blessé.
    Niveau 8 mètres fuites d’eau.
    Niveau 4 mètres échafaudages dans les espaces de circulation, impossible d’évacuer un blessé, fuites d’eau aux boucles, contamination.
    Niveau 0 mètre échafaudages et chantiers dans les espaces de circulation, impossible d’évacuer un blessé, fuite d’eau, fuite d’huile, contamination.
    Niveau -3.50 mètres il n’y a pratiquement plus d’issus pour accéder à ce niveau, entre les échafaudages, les divers chantiers, les Zones Orange, les Zones contaminés, les Zones inondées…

    TCHERNOBYL… à Tricastin.
    Par contre j’ai croisé en sortant du BR TR4, nos Amis de l’ASN qui, eux rentraient dans le BR TR4.
    Auront ils la même réaction que moi ???

    Si tout va bien pour eux en sortant de ce cirque ça veut dire alors que
    Les MAYAS avaient raison…La Fin Du Monde…FIN 2012.

    ET JE SAIS D’OÙ CA VA PÉTER…

  57. vivre
    11 octobre 2012 at 0 h 56 min

    Terrible démonstration des conséquences
    de la sous-traitance sur le grand arrêt Total Gonfreville

    Un salarié qui travaillait sur le site pour le grand arrêt à Gonfreville s’est vu contraint de menacer de se suicider pour être écouté.

    Le 8 octobre, dans la soirée, un ouvrier est monté au sommet d’une grue de 50 mètres par désespoir.

    Il a fallu plusieurs heures afin de trouver un interprète parlant le russe et la venue de l’inspection du travail, à la demande de la CGT, pour que celui-ci soit suffisamment rassuré et accepte de ne plus mettre sa vie en danger.

    Son appel de détresse tenait en ce qu’il venait d’être licencié sur le champ, sans salaire et même expulsé de son hébergement.

    La direction de Total a feint de découvrir ce genre de situation alors que c’est elle qui en crée toutes les conditions : c’est elle qui valide le choix des entreprises intervenantes, c’est elle qui valide la sous-traitance en cascade et ferme les yeux sur le non respect des exigences règlementaires, c’est elle, qui fait appel à des entreprises déjà connues pour camoufler les accidents ou ne pas payer leurs salariés.

    Cela est d’autant plus insupportable que ces comportements ne sont pas rares avec du personnel que l’on va déraciner pour échapper à la Loi.

    Il est tout à fait probable que les 3 patrons des entreprises en cause Total, Eiffel et Inside World, qui est l’officine pourvoyeuse de main d’œuvre, ne s’en tirent que par un simple chèque de rattrapage de salaire, tout en laissant la victime sans emploi.

    Derrière les beaux discours sur la sécurité et les procédures, des filières sont créées par les mêmes, pour organiser le « dumping social ».

    Dans des entreprises classées Seveso 2, cela prend une gravité particulière pour la sécurité des travailleurs et de la population avec du personnel sans véritable hiérarchie, sans droits, sans formation.

    Le jugement de la cour d’appel de Toulouse qui vient, comme nous le disions, relever une relation directe entre la catastrophe d’AZF et cette dérèglementation du travail, ne peut rester sans conséquences dans notre pays.

    • l'abeille sociale
      11 octobre 2012 at 4 h 35 min

      Merci pour cette information qui ne peut que nous conforter dans notre démarche de combat contre l’aggravation de l’état de la sous-traitance dans les usines à risques technologiques très graves.

      Comme vous pouvez le remarquer, ce sont les mêmes grands groupes avec leurs filiales qu’interviennent dans le nucléaire et par conséquent, ils utilisent les mêmes méthodes chez nous.

      Nous ne devons avoir aucune honte à s’opposer à cette mafia du travail, quelque soit le prix à payer et tampi si nous ne sommes pas encore compris par certaines grandes centrales syndicales.

      Notre devoir est de combattre la précarité au travail et assurer une sécurité et une sûrété industrielle la plus grande possible et pour cela, nous devons continuer à dénoncer, s’organiser et à réclamer une sérénité technologiques et sociale dans nos industries.

      Si nous sommes fatigués de le dire sans une vraie écoute des partis politiques, médiats, certains syndicats, gouvernement,… un jour nous aurons raison en espérant qu’il ne soit pas trop tard « tchernobyl, fukushima, AZF, … »

      Nous devons tout faire pour qu’enfin on nous entende bien en haut.

      • Sylver
        11 octobre 2012 at 9 h 56 min

        Jamais le climat n’a été aussi pourri que cette année sur les sites ou je travail et un jour ça va déborder.

        Entre salariés de la même entreprise, entre salariés de différentes entreprises, entre salariés d’edf et entreprise, etc.

        Qu’attendent faire nos directions pour mettre un terme à ces situations ou ils sont souvent responsables.

        Attention les amis, la situation risque de nous échapper et dans ce cas, les gendarmes mis sur les sites ne seront pas assez pour arrêter ces dérives.

    • xav 74
      11 octobre 2012 at 5 h 57 min

      Encore un qui pète les plombs au travail dans la sous-traitance.

      Heureusement que nos camarades s’en prennent qu’à eux et pas aux machines quand la pression est trop forte.

      A force de jouer à la roulette russe avec nos vies au travail, un jour ça va finir en catastrophe et là ils ne s’en sortiront pas avec un chèque et nous n’on plus.

      Merci à ce camarade qui n’a pas mis la vie des autres en danger malgré son désespoir.

    • 11 octobre 2012 at 12 h 24 min

      Bonjour, un camarade de UFC QUE CHOISIR va participer à une réunion sur les RISQUES TECHNOLOGIQUES.
      En présence du préfet, les services de l’état, les représentant du patronat,et le camarade qui siègent pour l’UFC.
      Il a demander que l’on intègre la SOUS TRAITANCE, L’ORGANISATION DU TRAVAIL, comme FACTEUR D’ACCIDENT rappelant le jugement d’AZF

      MR les MAIRES, lisez les commentaires…ne rien dire c’est être complice, intervenez SVP et demander ce qui ce passe et enfin jouez la totale transparence avec votre conscience.

  58. le furet
    11 octobre 2012 at 0 h 17 min

    Pendant un arrêt de tranche sur Gravelines, en 2006, j’ai eu un accident avec ma voiture personnelle lors d’un trajet pour me rendre chez moi et non chef de chantier m’a demandé que je me déclare en RTT ce jour là, pour que mon assurance marche. Je l’ai fait et ils n’ont vu que du vent. Je me demande encore comment ça aurait fait si j’avais eu des collègues blessés dans la voiture. depuis, j’ai refusé de prendre ma voiture pour les grands déplacement et ma boite m’a licencié comme une merde pour refus de respecter la clause de mobilité géographique de mon contrat.

  59. véro
    10 octobre 2012 at 23 h 42 min

    Tu crois que c’est pour sauver l’image du nucléaire que les syndicats nous on laissé crever pendant une semaine devant le tricastin?

    Je comprends mieux pourquoi ils ont tout fait avec des fausses informations aux délégués de chez nous.

    « Faites attention, les gendarmes vont venir si vous n’arrêtez pas »

    « J’ai entendu dire que edf va arrêter le contrat avec votre entreprise et après, vous l’expliquerez au personnel licencié »

    ETC, ETC

    Pourquoi ils ne disent rien sur nos conditions sur ce site? Vous croyez qu’ils nous laissent crever de faim pour assurer leurs bonnes conditions de vie et de salaire?

    NON, les syndicats ne sont pas faits pour ça, ils sont pour le partage des richesses, du travail et des contraintes.

  60. acide
    10 octobre 2012 at 22 h 53 min

    Pour être plus efficaces dans nos actions, les prochains conflits doivent être ciblés. Je propose que tous les prestataires se pointent devant les restaurants EDF pour manger et on verra s’ils osent refuser l’accès à 500 hommes qu’ont faim.

    Préparez vos téléphones pour prendre les photos pour les journaux.

    • le Poux
      10 octobre 2012 at 22 h 59 min

      Et les agents edf iront manger où? Dans les cantines des prestataires? Ils vont être déçus de l’accueil, de la bouffe, des locaux,du prix et de l’hygiène.

      Mort de rire. Chiche.

    • 10 octobre 2012 at 23 h 39 min

      Idée a retenir.

  61. Keia
    10 octobre 2012 at 22 h 42 min

    Faites pas les cons les camarades, n’en dites pas trop! Vous allez finir par les mettre colère tous ces gentils patrons du nucléaire ainsi que les syndicats de EDF qui les soutiennent les yeux fermés.

    A vous entendre, ils vont finir par créer des sites internet syndicaux, bien filtrés pour les prestataires du nucléaire.

    C’est dangereux « pour eux » de donner une mauvaise image du nucléaire.

    Dites que tu va bien et ils seront contents de nous voir souffrir en silence.

  62. Pattoche
    10 octobre 2012 at 22 h 30 min

    Gaffe les mecs, Cruas n’est pas un modèle unique des mesures antisociales, moi je travaille sur cattenom et c’est pas mieux.

    Des bruits courent sur des cadres féminins qui démissionnent à cause de harcèlement …., d’autres sont victimes de faits, alors qu’ils étaient en vacances, d’autres encore reçoivent des avertissements parce qu’ils n’ont pas de téléphone personnel pour répondre aux astreintes, ….

    Alors, pas de médaille pour Cruas, nous aussi, nous sommes dans la merde « noir ».

    C’est grave docteur que le ciel soit gris « foncé » pour les sous-traitants du nucléaire.

  63. Varotte
    10 octobre 2012 at 21 h 37 min

    Attention les gars, le climat social se dégrade sur les sites nucléaires et certains cadres EDF perdent la raison et nous insultent en permanence.

    Les mots de la journée « vous êtes tous des cons, des incompétents et vivement que votre boite disparaisse du site ».

    C’est la foire aux insultes et la perte totale de contrôle.

    Même si la misère est plus belle au soleil, ces pauvres cadres supérieurs aux gros salaires ont une pression plus grande qu’un pressuriseur d’un circuit primaire.

    355 bars avez vous dit?

    Si ça continue comme ça, ils vont finir par péter.

    • hollowman of ardeche
      10 octobre 2012 at 21 h 57 min

      Comme tu le dis si bien, le climat social est plus proche du tsunami que d’une mer d’huile avec vent zero!
      Tiens une anecdote concernant la cafet’ de Cruas des prestataires. Il y a quelques semaines, le numero 2 de la centrale est passé pour une doleance speciale…

      D’après lui, il faut se changer pour venir manger en tenue correcte « raison d’hygiene ». ok! mais il aurait du aller voir la plonge, les couverts, les verres, en fait de revoir sa copie sur l’hygiene…là ça laisse à desirer!

      En parlant de « péter », il serait tentant de pulveriser le record de depot de notre droit d’alerte et notre droit de retrait, puisque la situation le prevaut!

      Un homme avertit en vaut deux, non!!!

      Alors, user et abuser de nos droits dès que nous, nous sentons en danger!

      QUAND ON ENTEND CE QU’ON ENTEND, QUAND ON VOIT CE QU’ON VOIT, ON FAIT BIEN DE PENSER A CE QU’ON PENSE.

    • 10 octobre 2012 at 22 h 29 min

      ILS NE FAUT PAS LEUR EN VOULOIR.
      EDF SA FAIT TOUT POUR QUE RIEN NE FONCTIONNE?

      LEURS TURBINES NE SE FONT PLUS AU CREUSOT MAIS EN CHINE? ET ON VOIT LE RESULTAT,l’alternateur vrillé.

      IL NE FAUT PAS LEURS EN VOULOIR, LES DEPASSEMENT D’HORAIRES MENE A CETTE SURCHARGE « PËTAGE DE PLOMB ».

      C’EST PAS NOUS QUI LE DISONS MAIS l’ASN.

      IL FAUT PAS LEUR EN VOULOIR. LE MANAGEMENT PAR LA FORCE LES POUSSENT A NOUS INSULTER?

      IL FAUT PAS LEURS EN VOULOIRS L’ACTIONNARIAT LES A RENDUS RESPONSABLES DE CE SYSTEME.

      IL FAUT PAS LEURS EN VOULOIR, LA VALEUR DU BADJE BLEU VA AVEC LE SLOGAN BLEU AZUR SI NAIVEMENT. ILS N’ONT PAS COMPRIS QUE DEMAIN SI NOUS UNISONS PAS NOS FORCES LES ESCLAVES SE SERONT EUX QUI BADGERont AVEC UN BADEGE JAUNE.

      IL FAUT PAS LEUR VOULOIR, SE SONT MES AMIS QUE J’essaie de résonner, pour que demain ils ne soient pas coupables d’actes criminels

      ukraine,japon,vous les avez subis.

  64. J. LUC
    10 octobre 2012 at 21 h 24 min

    Je suis passé devant le site de cruas meysse ce matin et c’était le calme plat. Seule une fabrique de nuages marchait et les trois autres en vacances.

    Je commence à être jaloux, je trouve que ces réacteurs ont plus de congés que nous les travailleurs du nucléaire.

    Ils critiquaient l’ancien chef de centrale mais le problème semble plus profond! il faut regarder le virus de la politique industrielle d’EDF docteur.

  65. patrick
    10 octobre 2012 at 21 h 08 min

    Pour hollowman of ardeche et daniel.

    Oui, il y a eu des remplaçants et c’étaient des agents EDF qui ont perdu l’habitude de réaliser les travaux de maintenance nucléaire, en tout cas ceux que nous effectuons depuis des années.

    Il fallait voir ces gros salaires (cadres) à tourner les volants des SAS, ils avaient l’air d’en chier.

    Que les dieux de la lumière bleu bénissent les sauveurs de ces moments pénibles pour tous « amen ».

    • 10 octobre 2012 at 21 h 43 min

      DONC, voila cher visiteur, vous avez la réalité en face. Imaginez en cas de pépins, dites-vous bien « qui peut remplacer un esclave qui cultive les champs de coton à coup de fouets, de morsures de chien! »

      CES CADRES EDF SA « ACTIONNAIRES » PRETS A INTERVENIR, A PRENDRE UN CORPS MIGRANT AU FOND DE PISCINES? CE CORPS MIGRANT, LE FUTUR ESCLAVES « MORT » Pour vous donner peu de chaleur de vos nuits bien froides qui vont arrriver. les « verts ministres » savent ce qui se passe mais n’intervient pas, ou est ce changement?

      l’esclave n’a plus de forces pour travailler, les cantines d’EDF nous sont fermées et pourtant c’est pas à cause de ma couleurs de peau, c’est simplement à cause de ce putain de badje jaune.

      Cher visiteur, vous êtes installés confortablement devant votre téléviseur et ce soir mére théresa ne peut tu pas venir en aide a nath, daniel et hallowen of ardeche;;;;

      Mr les Maires votre ville est en danger!

  66. hollowman of ardeche
    10 octobre 2012 at 20 h 44 min

    revue de presse
    il serait temps que les politiques qui nous dirigent soient un tantinet au courant de nos conditions de travail, nos cadences lors des arrets, le rapport de force qu’il existe entre donneurs d’ordres, patrons et le dernier maillon de la chaine, NOUS !

    http://lecercle.lesechos.fr/economie-societe/energies-environnement/energies-classiques/221156003/responsabilite-politique-suret

  67. nathe
    10 octobre 2012 at 19 h 06 min

    J’adore ce site et en plus il me rassure parce que je me dit que je ne suis pas la seule à souffrir et qu’unis nous serons entendus plus facilement.

    Mon entreprise nous mets sur pression en disant qu’elle ne fait pas de bénéfices et nous venons d’apprendre un nouveau achat à l’étranger.

    • 10 octobre 2012 at 21 h 12 min

      Bonsoir nath, tu vient de porter une plus valus a ces actionnaires. Ce que tu dis, EDF SA et le GOUVERNEMENT DEVRAIT AVOIR HONTE.

      Souffrir après l’argent et la jouissance qu’ils ont a nous voir souffrir! Oui, toutes les entreprises font du bénefices, voila pourquoi ils veulents nous imposer un cahier de charges social.

  68. hollowman of ardeche
    10 octobre 2012 at 18 h 05 min

    hello les camarades

    pour infos,
    à Cruas, il y a une délégation étrangère (allemands, finlandais, anglais, etc…) euh ! un audit sur la sureté nucléaire ???
    qui a des infos, qu’il ne se gène pas de les écrire ???
    par contre oups,
    la tranche 2 en arrêt et par la même occas la tr1 en arrêt aussi pour raison inconnue… qui en sait plus que moi, lève le doigt
    la centrale de Cruas « boite » un peu on dirait…mais qui est là pour rustiner notre vieille centrale…devinez!

    allez, faites fumer vos claviers, et narrez vos infos pour partager et faire connaitre les péripéties de la prestation nucléaire

    syndicalement votre

    • 10 octobre 2012 at 18 h 57 min

      Sur Cruas lors des gréves, n’y a t’il pas eu des intervenants qui sont venus vous remplacer au pieds lever, peut être la raison des ces arrêt.

      Les vraies professionnels ceux qui chérissent cette atome, pour le bien de l’humanité et la défense de leurs droit, étaient en gréve, pour que le nucléaire ne soit pas bafouer, mais c’était votre banderoles.

      Sur le piquets de gréve alors pourquoi avoir fait intervenir de des remplacements sans connaissances de la machines.

      ATTENTION MR LE MAIRE DE CRUAS ILS SONT DEVENUS FOUS DANS LEURS RAISONNEMENTS.

      • hollowman of ardeche
        10 octobre 2012 at 19 h 37 min

        salut Daniel

        ça ne fait pas longtemps que je suis sur Cruas, j’écoute, j’entends les autres me parler des differents conflits, gréves
        le mouvement du 13 j’y étais et le seul de ma boite !!!

        donc je ne sais pas si des remplaçants inexpérimentés ont été appelés, là je ne peux te répondre
        y a t il quelqu’un(e) qui saurait lui répondre ???

        à bientot

      • Caty
        10 octobre 2012 at 21 h 13 min

        Les bleus azur ont fouillé les poubelles et les futs du BAC a la recherche des goujons manquant du BR de la tranche 3.

        Une mauvaise plaisanterie non non . Toute personne surprise à fouiller dans les poubelles encourt une amende de 38 euros.

        Voilà où nous en sommes chez EDF. C’est certainement Cruas qui détient le record de réacteur à l’arrêt,du parc nucléaire.

        Le prestataire c’est celui qui écoute en souriant les choses qu’il sait dites par quelqu’un qui les ignore.

    • Caty
      10 octobre 2012 at 19 h 03 min

      INFO CRUAS

      Pour la tranche 1 top secret
      la tranche 2 a l’arrêt et pour la 3 un corps migrant dans le circuit primaire, le risques FME a bon une sécurité gratuite efficace ? Ça existe !
      26 mai 2010,
      Et encore des corps migrants… cette fois ci dans les GV
      Nous recevons aujourd’hui les communiqués pour 3 incidents classés (c’est à dire ayant un impact sur la sûreté). Cette fois, on innove à Civaux : 19/04/2010 – Le réacteur est passé involontairement d’un domaine de fonctionnement à un autre (niveau 0). Pas mal…

      Mieux, si l’on peut dire : le 09/05/2010 Indisponibilité d’une chaine KRT/APG pendant 21s – (niveau 0) et le 27/04/2010 des corps migrants ont été retrouvés dans la partie secondaire d’un générateur de vapeur du réacteur no 1. (niveau 0). Remarque : le 23 août dernier, on avait déjà trouvé dans un tuyau un marteau qui était là depuis la construction de la centrale, et il y a un an, le 21 avril 2009, c’est une douille que l’on retrouvait dans un assemblage combustible !!!

      Quand on sait que la rupture d’un tube de GV peut entraîner un accident majeur et que les chaines KRT/APG sont justement là pour détecter une fuite sur un tube de GV, on ne peut qu’admirer la concomitance de ces 2 événements (sur 2 réacteurs distincts, il est vrai).

      Bon, EDF va boucher les tubes de GV qui ont été en contact avec les corps migrants (des morceaux d’un oxygène mètre apparemment). On est rassurés.

      Au fait, ils sont passés où les autres morceaux de l’oxygène mètre ?

      • hollowman of ardeche
        10 octobre 2012 at 19 h 27 min

        merci pour ces infos
        et là on se demande qui a réalisé le contrôle et le repli de chantier ?
        un manque sérieux de professionnalisme, de rigueur made in EDF ou prestataires inexpérimentés voire mal encadrés (pas de tutorat dans certaines sociétés, manque de formation, etc…)

        à force de tirer sur le temps des arrêts, la précipitation ne fait pas bon ménage dans l’exécution des taches à accomplir

        ça craint, ça sent le roussi !!
        des sanctions et pas seulement chez le prestataire, aussi chez les bleus azur, pas toujours les mêmes lampistes

        re-merci à Caty

      • 10 octobre 2012 at 19 h 55 min

        Pré-jobriefieng, briefing, minute d’arrêt, contrôle croisé, débréfing, gamme, DSI
        contrôle, analyse de risques, compte rendu, mais quoi cela sert simplement sur le papier et en stage le réel…nous ne pouvons l’appliquer.
        1 millions d’EUROS par jour pour un arrêt de tranche, voila la raison, faire vite remplir ces gammes et ne pas les appliquer voila les consignes de ces inconscient, bleu ciel azur

        Mr les Maires la population est en danger réagissez ?

      • Fais Mon Boulot
        10 octobre 2012 at 20 h 06 min

        QUE CE PASSE T’IL ????

        Des arrêts « fortuit » « en cascades ».
        CRUAS…TR1 Arrêt fortuit
        TRICASTIN…TR1 Arrêt fortuit le W.E dernier…TIENT ??? LE W.E ??? CHUTT..Tout est permis.
        CIVAUX…ETC…

        Mais, qu’arrive t’il à nos vielles centrales ?????

        manque de moyens ??
        manque d’entretien ??
        manque de qualité ??
        manque de sureté ??
        manque de personnels qualifiés ??
        manque de responsabilité ??
        manque de transparence ??

        NON !!!!!!!!
        PAS D’INQUIÉTUDE…TOUT VA BIEN…
        Les priorités sont atteintes…

        Bénéfices…Ok
        Capital…OK
        Actionnaires…OK
        Invisibilité…OK
        Image de marque…OK
        Désinformé les médias…OK
        tromper la population…OK

        PS:
        N’oublier pas de payer votre facture EDF…
        LES TEMPS SONT DURS, TRÈS DURS ….

      • hollowman of ardeche
        10 octobre 2012 at 20 h 18 min

        un article de presse
        http://www.lest-eclair.fr/article/a-la-une/centrale-nucleaire-unite-1-les-operations-de-redemarrage-stoppees

        les « petits incidents » se multiplient c’est l’effet dominos

  69. Didier
    10 octobre 2012 at 16 h 49 min

    Très bonne analyse de la sous-traitance dans votre article .

    J’ai appris des chose et je comprends mieux votre situation d’esclaves du nucléaire.
    Voila pourquoi tous le monde veux partir de ce merdier.

    EDF et Afrique du sud, même combat.
    Vous avez raison pour les restaurants, mon patron nous à fait passer un mot d’EDF, où il nous interdit d’y manger.

  70. Sellig
    10 octobre 2012 at 15 h 02 min

    De la responsabilité politique de la sûreté nucléaire

    A entendre ou lire certaines déclarations, on a le sentiment que le Gouvernement n’a pas vraiment pris la mesure de son rôle et de ses responsabilités dans le domaine du risque nucléaire…

    La situation exceptionnelle de la France avec environ 75% de sa production d’électricité d’origine nucléaire(3) par 58 réacteurs de la même famille rend la responsabilité gouvernementale encore plus lourde, comme l’illustre la déclaration du président de l’ASN lors de son allocution du 3 avril 2003 devant l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et techniques (OPECST) :
    « Pour illustrer mon propos, en cas de problème générique et grave, je serais conduit à aller voir le Premier ministre et à lui dire : « Monsieur le Premier ministre, vous avez le choix entre deux décisions possibles : première version, on coupe l’électricité ; deuxième version, on continue à faire fonctionner le parc nucléaire d’EDF dans un mode dégradé ».

    La loi confirme bien que la responsabilité du Gouvernement est entière (ministre responsable de la sûreté nucléaire, Premier ministre, Président de la République). Chacun doit en être parfaitement conscient…

    http://lecercle.lesechos.fr/economie-societe/energies-environnement/energies-classiques/221156003/responsabilite-politique-suret

    Munich Re favorable à plus de couverture d’assurance des risques nucléaires

    Le premier réassureur mondial, l’allemand Munich Re, a soutenu mardi la proposition de Bruxelles de renforcer la couverture d’assurance des centrales nucléaires en Europe.

    Le transfert des risques aux assureurs fait sens économiquement (…). Cela vaut aussi pour les risques nucléaires, a déclaré le responsable de la division réassurance de Munich Re, Torsten Jeworrek, dans un communiqué.

    Toutefois, en raison de conséquences potentielles très importantes, l’industrie de l’assurance ne peut prendre en charge les risques nucléaires que jusqu’à une certaine limite, mais qui pourrait être nettement plus élevée que jusqu’à présent, a-t-il ajouté, sans citer de montant.

    Les règles de responsabilité en matière nucléaire varient fortement selon les pays. En France, la responsabilité des exploitants est limitée actuellement à 91,5 millions d’euros par accident majeur sur une installation nucléaire, seuil au-delà duquel la charge financière incombe à l’Etat.

    De toute évidence, les plafonds en vigueur sont très insuffisants et ne permettent pas de couvrir les dommages d’un accident, même d’ampleur limitée, avait constaté la Cour des comptes dans un rapport sur les coûts de la filière électronucléaire publié en janvier.

    En comparaison en Allemagne les exploitants de centrales nucléaires sont responsables jusqu’à un montant de 2,5 milliards d’euros via un double mécanisme de garantie financière…

    http://www.romandie.com/news/n/_Munich_Re

  71. La louve
    10 octobre 2012 at 11 h 02 min

    C’est quoi cette histoire ?
    EDF vous interdit d’avoir un repas dans les mêmes locaux que les agents EDF. Voila un pas en arrière de 2 siècles. Regardez!!!!!!

    Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen de 1789

    « Les représentants du peuple français, constitués en Assemblée nationale, considérant que l’ignorance, l’oubli ou le mépris des droits de l’homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des gouvernements, ont résolu d’exposer, dans une déclaration solennelle, les droits naturels, inaliénables et sacrés de l’homme, afin que cette déclaration, constamment présente à tous les membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs ; afin que les actes du pouvoir législatif et ceux du pouvoir exécutif, pouvant être à chaque instant comparés avec le but de toute institution politique, en soient plus respectés ; afin que les réclamations des citoyens, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution et au bonheur de tous.

    En conséquence, l’Assemblée nationale reconnaît et déclare, en présence et sous les auspices de l’Être Suprême, les droits suivants de l’homme et du citoyen.

    Article premier – Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune. »

    http://www.textes.justice.gouv.fr/textes-fondamentaux-10086/droits-de-lhomme-et-libertes-fondamentales-10087/declaration-des-droits-de-lhomme-et-du-citoyen-de-1789-10116.html

    • 10 octobre 2012 at 13 h 28 min

      Peut être que EDF SA A DEMANDER UNE DÉROGATION DES DROITS DE L’HOMME.
      Quand on voit le cahier social qu’on veut nous INFLIGER.

    • marion
      10 octobre 2012 at 14 h 28 min

      Vous avez raison, nos hommes politiques ne font plus appliquer nos valeurs.
      Il ont oublier d’où on vient.
      Ils en finissent avec les lois sociales en les remplaçant par celles du fric.

      • 10 octobre 2012 at 16 h 58 min

        Sauf que la, il s’agit du nucléaire, la France peux faire les plus belles lois social, continuer a financer les banques, en cas de problème majeur, voir le japon, sauf que ce pays n’est pas endetter donc a pu surmonter cette crise faite par les états, je ne vous dis pas le résultat que cela peut nous mener.

        Question :
        Pourrions faire face devant la même situation.

    • Pardon
      10 octobre 2012 at 15 h 49 min

      « Avoir recours à la discrimination »

      Signification:

      Utiliser la différenciation des salariés pour séparer les êtres humains.

      Tous des esclavagistes ces patrons du nucléaire avec leur application de loi d’avant 1789.

      Seul une révolution sur le nucléaire pourra les arrêter.

      J’ai honte pour mon pays « la France » qui laisse EDF en toute impunité face à cette situation.

      • 10 octobre 2012 at 16 h 49 min

        La révolution sur le nucléaire ne peux se faire que par une action citoyenne,
        faire connaitre notre site internet au max et demander des explications au élus.
        Merci de votre soutient.
        Si vous trouver les clés pour nous libérer nous sommes preneurs, le bateau coule ?

  72. Fais Mon Boulot
    9 octobre 2012 at 22 h 49 min

    merci Sylver pour « notre rapport avec l’énergie »…triste et vrai réalité la carriere d’un prestataire du nucléaire…

    SMICARD…quelle affront, quelle insulte pour ce métier…le nucléaire est « dangereux » nous en sommes concients, nous, les prestataires..

    Nous sommes des hommes, et la je parle pour les anciens, qui aimions notre travail à l’époque (il y a 10 ans).

    Le personnel était nombreux, les arrets de tranches étaient plus longs, les anciens pouvaient parrainer les novices, toutes les regles de sécurité et de sureté étaient respectées avec rigueur et professionnalisme…A cette époque nos patrons avaient connus le terrain et reconnaissaient « leurs métier et ceux qui l’exerçaient ».

    Nos patrons connaissaient cette « sensation » de GROSSE FATIGUE après avoir « encaissé » une dose de radiation assez forte (0.4 msv/h à 1 msv/h).

    Ils mettaient en avant le sacrifice et surtout l’experience de leurs « hommes »

    A CETTE EPOQUE…nos patrons connaissaient nos prenoms et nous tutoyaient, ils venaient régulierement sur les chantiers…Nous protegions « L’HOMME ET L’ENVIRONNEMENT CONTRE TOUTES DISPERSIONS DE MATIERES RADIOACTIVE »

    Maintenant, je ne connais pas mon patron. Les anciens sont partis..en retraite ou d’un « cancer » et n’ont pas été remplacés, les prestataires sont de moins en moins, les arrêts de tranches sont de plus en plus courts, la vitesse et surtout le résultat prime sur la sécurité et la sureté.

    La pression du client, de nos patrons pour nous faire travailler plus, fait disparaitre les valeurs de notre métier, ne plus pouvoir parrainer les nouveaux faute d’embauches aussi. Employer de plus en plus de CDD et d’interimaires est une aubaine pour nos patrons qui preferent l’argent au détriment de la securité, de la sureté et de la population…MOI AUSSI, MAINTENANT…J’AI PEUR….

    • 14 octobre 2012 at 18 h 39 min

      Oui, fait mon boulot, nous aimions notre travail, il y a 10 ans….ils ont tout fait pour nous dégouter!! causez un peu autour de vous…tout le monde en est la….c’est lamentable et tout ça pour le fric. Allez donc expliquer aux gens, dans l’état actuel des choses, qu’il ne faut pas avoir peur du nucléaire!!!

  73. plein le c..
    9 octobre 2012 at 22 h 06 min

    Quand le GIGN va t il neutraliser ces radicaux du fric avant une catastrophe nucléaire

    • Labrador
      10 octobre 2012 at 10 h 37 min

      Dès le moment ou EDF change sa philosophie en passant du risque zéro au risque calculé pour augmenter les bénéfices, un premier pas est déjà franchi dans la catastrophe nucléaire.

      Rappelez-vous de la politique 7 mille 5, lancée dans les années 2000 et ces conséquences sur les hommes et les installations nucléaires. Lamentable!

  74. Camélito
    9 octobre 2012 at 21 h 54 min

    NUCLEAIRE

    L’Autorité de sûreté nucléaire a émis des réserves sur les conclusions de la Commission européenne au sujet des stress tests menés sur les 132 réacteurs de l’Union européenne. L’ASN, qui a conduit en France ces tests de résistance, regrette de ne pas avoir été associée à l’élaboration des conclusions.

    Dans le cadre du programme nucléaire lancé par le gouvernement polonais en 2009, Areva et EDF ont signé un protocole d’accord tripartite avec la société d’ingénierie polonaise Energoprojekt.

    Areva a été éliminé de l’appel d’offres lancé par la compagnie d’électricité CEZ pour la construction de deux nouvelles tranches de la centrale nucléaire tchèque de Temelin. Areva était en compétition avec l’américain Westinghouse et le consortium russe Atomstroïexport et Gidropress alliés au tchèque Skoda. La décision finale pour ce projet de 8 à 12 milliards d’euros est attendue en 2013.

    Aux Etats-Unis, l’autorité de sûreté nucléaire (NRC) a accordé une licence de construction et d’opération à la compagnie Internationale Isotopes pour son projet de site de « dé-conversion » d’uranium appauvri et d’extraction de fluorure.

    • Bourg
      9 octobre 2012 at 22 h 00 min

      « Dans le cadre du programme nucléaire lancé par le gouvernement polonais en 2009, Areva et EDF ont signé un protocole d’accord tripartite avec la société d’ingénierie polonaise Energoprojekt. »

      Va savoir si dans cet accord ils n’ont pas intégré la possibilité d’échange de salariés leur donnant la possibilité de se servir en france des salariés polonais payés à 300€ par mois?

  75. la petite lumiére
    9 octobre 2012 at 21 h 16 min

    Une question qui s’impose: Quelle est le relation entre les différentes parties intervenantes dans le nucléaire ?
    Quelques exemples de bruits de couloir:

    Des anciens cadres supérieurs EDF deviennent cadres dans nos entreprises!

    Des anciens cadres d’entreprises deviennent cadres chez EDF !

    Des anciens cadres EDF deviennent chefs d’entreprises le plus souvent au travers de micros entreprises. Nous les voyons parfois arriver avec les tenues EDF et les documents EDF pour réaliser les travaux de leurs entreprises! On parle de salaires d’un montant de 7000€, hallucinant !

    Des anciens membres de l’ASN deviennent directeurs de sites EDF.

    Des anciens hauts fonctionnaires d’ETAT sont pris chez edf dans l’encadrement.

    Des anciens gendarmes ou militaires deviennent des encadrants dans les entreprises privées.

    Des anciens cadres EDF deviennent des salariés dans les boites de formation.

    Voici quelques exemples qui nous interpellent et qui nous emmènent à se poser la question du double traitement et des relations confuses entre les diverses situations.

    Pauvres salariés sous-traitants, ils semblent faire grise mine avec leurs SMIC dans cette rivière de fric !!!

    • Valley
      9 octobre 2012 at 21 h 36 min

      S’ils ont droit à la retraite avant nous, ce n’est pas pour qu’ils reviennent piquer le travail de ceux qui sont au chômage.

      Il faudra un jour sortir une loi qu’interdit d’avoir un travail si l’ont touche plus de 15OO ou 2000€ de retraite.

      Combien d’emplois ça représente dans le nucléaire?

      Et nos enfants, comment nous allons faire pour les faire rentrer dans la vie active avec tous ces doubles gros salaires?

      J’ai l’impression que ce chiffre est énorme. ça aussi, pourrait faire baisser le taux de chômeurs en France.

      • Sylver
        10 octobre 2012 at 10 h 46 min

        Est-ce que ces petits malins ont le droit d’aller manges dans les restaurants EDF? pour nous c’est toujours l’apartheid « locaux interdits aux chiens et aux prestataires ».

        C’est une honte dans un pays qui se dit celui des droits de l’Homme.

  76. plein le c..
    9 octobre 2012 at 21 h 10 min

    La censure chez EDF
    Dans les médias
    La censure voulue par les syndicats ,
    et par les employeurs afin que ma zone contrôlée Va mal soit en adéquation avec tout cette mafia
    Je n’adhère pas non merci.

    • Carte noir
      9 octobre 2012 at 22 h 56 min

      Comme tu les dis, notre site fait peur parce que nous, nous sommes la vraie transparence du nucléaire.

      Chez nous, il n’y a pas de filtre au service des pros ou antinucléaires, seule vos témoignages l’intéressent, qu’ils viennent des travailleurs ou des citoyens.

      Puis, le nombre croissant de connections (14 000 en moyenne) par jour, certifie notre raison d’exister et ça leur fait peur.

      Pas trop courageux ces soit disant artisans de la transparence nucléaire.

      Concernant la censure des syndicats, médiats et entreprises, je te rappelle qu’il existe d’autres moyens d’information pour signaler le site!

      Il suffit que tous les visiteurs du site « MA ZONE CONTROLEE » envoient l’information via SMS, boite mail, etc à leurs listes de contacts et ils comprendront vite qu’ils ne pourront plus arrêter une dynamique saine et sans ambiguïté des salariés du nucléaire.

      • 10 octobre 2012 at 3 h 15 min

        Bonsoir,a tous j’ai rencontrer ce soir Jl Melanchon et Pierre Laurent premier secretaire du PCF.
        Je leurs ai remis en mains propres les cordonner du site ma ZONE CONTROLE VA MAL,j’ai dit CE QUI se passe actuellement sur les sites nucléaires,gréve, cahier social et maltraitance on leurs demandant d’intervenir via notre site en soutient et en communiquant l’info sur la situation de la sous traitance.
        Mr Melanchon a été frapper de ce que je disais,me demandant de laisser mon tel et mes cordonner,et il a appeler une personne lui demandant de m’écouter et de prendre mes cordonner,
        pour rappel continuons a nous mobiliser et ne pas hésiter a intervenir partout,Mr Hollande ne pourra pas dire aussi et pourtant ils nous avait prévenus.

        il faut que un de nous fasse un modèle de lettre et que nous harcelons de courrier tous nos députés de tous bord.

        Rassemblons nos forces le peuples est avec nous,les chaines vont se briser sous la pression médiatiques.

        BISES A VOUS TOUS

  77. Sylver
    9 octobre 2012 at 20 h 50 min

    « Plus fréquemment observé chez les femmes ayant travaillé de nuit »

    Y-a-t-il un lien entre travail de nuit et cancer du sein ?

    http://sante.lefigaro.fr/actualite/2012/10/05/19244-y-t-il-lien-entre-travail-nuit-cancer-sein

  78. barbin
    9 octobre 2012 at 20 h 04 min

    Trés bon article et un florilège de vérités.

    Je travaille depuis 9 ans dans le nucléaire et je gagne tout juste le Smic.

    J’effectue environ 50 000 kms par ans et cette année j’en suis déjà à plus de 44 000. Faisons les comptes et vous verrez qu’il est très difficile de changer de voiture tous les 3 ans (150 000 Kms) avec un salaire au niveau du SMIC, puisque mon entreprise ne me donne que 35 centimes le Km et que ça paye seulement le carburant et parfois l’autoroute. Je ne vous parle pas des autres frais occasionnés (pneus, pièces d’usure, décote, assurance, contrôle technique…).

    Le temps de trajet n’est pas rémunère comme des heures de travail, ils me disent qu’il faut le marquer en temps de route, comme ça, pas d’heures supplémentaires.

    Puisque je suis souvent absent, mon conjoint est obligée d’avoir une autre voiture pour les courses et s’occuper des gamins.

    Comment maintenir deux voitures en bon état avec un salaire au niveau du smic?

  79. hollowman of ardeche
    9 octobre 2012 at 16 h 44 min

    hello camarade

    très bel article, complet, des infos à connaitre, bon travail de recherche

    question santé au travail,
    c’est en rapport à mon activité que j’ai effectué pendant deux ans, comme opérateur orbital, soudure alu à la nouvelle usine GB2
    de mon coté j’ai fait des recherches sur les effets de l’alu sur l’organisme (la toile regorge d’articles médicaux)

    à une réunion du personnel,
    le sujet a été effleuré par le CHSCT du moment en nous indiquant qu’on pouvait user de notre principe de précaution…
    donc à bien comprendre la manœuvre, il ne devrait pas avoir de prise en charge d’une hypothétique maladie professionnelle puisque chacun est libre de prendre ou pas les disposition pour se protéger de ces effets délétères qui se déclareront quelques décennies plus tard !

    note perso :
    il existe des complémentaires chélateurs des métaux lourds
    si toutes fois notre dossier médical de cette période ne se perd pas dans les archives de la société…pour éviter à devoir à payer les soins de ses anciens salarié(e)s
    et pour les salaries qui bossent, triment en zone sur le long terme, idem la même chose
    c’est une très bonne chose que certain(e)s d’entre nous nous alerte et ont décidé de sensibiliser les collegues, nous sommes toutes et tous CONCERNE(E)S

    il faut se batte, encore et encore!

    syndicalement votre

  80. 9 octobre 2012 at 15 h 01 min

    Mais que trame Proglio dans le nucléaire avec les Chinois ?

    Rien, si l’on en croit EDF, très embarrassé par la publication dans le Nouvel Obs et le Canard Enchaîné d’informations sur les «négociations secrètes de Proglio» avec des électriciens chinois. Pourtant, le PDG d’EDF poursuit ses négociations envers et contre tous.

    Le service de presse d’EDF n’a pas épargné ses efforts ces derniers jours pour tuer dans l’œuf le risque de polémique. Et a parfaitement réussi. Aucun journal, ou presque, n’a repris les dernières «révélations» de l’Obs et du Canard Enchaîné sur les «négociations secrètes» d’Henri Proglio autour du nucléaire avec des électriciens chinois…

    http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/20121008trib000723561/mais-que-trame-proglio-dans-le-nucleaire-avec-les-chinois-.html

    A Imbours l’union fédérale des syndicats du nucléaire a débattu de l’avenir énergétique

    Du 2 au 4 au centre de vacances d’Imbours, sur la commune de Larnas (07), 120 militants venus des centres nucléaires CEA et AREVA ont débattu de l’énergie…

    A noter la belle organisation du SPEA Tricastin et l’élection de trois membres du syndicat au bureau de l’UFSN : Françoise PIERI, Christophe JEANGERARD et Gérard THERON.

    http://ulcfdttricastin.hautetfort.com/

    Burn-out, épuisement professionnel: un phénomène qui inquiète

    Le burn out, ou syndrome d’épuisement professionnel, guette les salariés soumis au stress ou à une pression intense. Ce mal des temps modernes inquiète médecins du travail et syndicalistes.

    En France, le syndrome du burn-out n’est pas reconnu comme une maladie professionnelle et, faute de statistiques, son ampleur exacte n’est pas identifiée. Mais les spécialistes le connaissent bien. Et savent en identifier les symptômes.
    Se consumer au travail…

    http://lentreprise.lexpress.fr/ressources-humaines/burn-out-epuisement-professionnel-un-phenomene-qui-inquiete_35782.html

    Santé et travail : un nouveau pacte à négocier

    En période de chômage croissant, l’absence de travail n’est certainement pas sans risques pour la santé. Pourtant, on ne saurait oublier que les salariés sont confrontés à de multiples risques du travail pour lesquels beaucoup reste à faire. Car, à l’accident du travail, sont venus s’ajouter, en quelques décennies, de nouvelles maladies professionnelles, des risques environnementaux inédits et, enfin, le risque « psychosocial »…

    Organiser la vigilance

    Mais la maladie professionnelle n’est pas nécessairement celle d’une profession. Avec le désastre de l’amiante, on découvre un nouveau type de risque : celui de l’agent nocif insidieux (particules, agents chimiques, biologiques, ondes…) qui peut s’introduire à tout moment dans l’environnement du travail. L’étude épidémiologique entre alors en scène pour démontrer les mécanismes en cause, parfois déjà reconnus sur le terrain, mais négligés. Dans l’entreprise, il faut alors organiser la vigilance, l’alerte, et faire remonter les informations de terrain. Mais l’incertitude s’installe : suffit-il de s’en tenir à la réglementation actuelle ? Il faut aussi gérer la précaution en situation de controverses sur la nocivité…

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/10/08/sante-et-travail-un-nouveau-pacte-a-negocier_1771981_3234.html

    A Givors, un colloque sur les maladies professionnelles des verriers

    En théorie, les expositions aux cancérogènes chez les verriers sont connues. Mais, dans la pratique, elles ne sont pas reconnues. Les caisses primaires d’assurance-maladie restent primaires sur les risques encourus par ces salariés. Hormis l’amiante, les autres cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques (Cmr) ouvrent peu droit à la reconnaissance d’une maladie professionnelle. C’est tout le problème des multi-expositions que veut rendre public l’Association des anciens verriers de Givors, lors d’un colloque, samedi…

    Et pour cause. Les verriers givordins ont découvert la minceur des dossiers médicaux d’entreprise, expurgés des notes sur leurs conditions réelles de travail et des expositions aux produits toxiques. Le colloque, organisé samedi 13 octobre, à Grigny (Rhône) [1], par l’Association des anciens verriers de Givors doit aussi servir à alerter les actifs d’aujourd’hui. Les anciennes pratiques ont parfois la vie dure

    http://www.viva.presse.fr/A-Givors-un-colloque-sur-les_17410.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.