Notre objectif

Nous nous mobilisons pour que les projets de réforme en cours dans l’industrie nucléaire soient réellement discutés par tous.

Pour cela, les salariés de la sous-traitance doivent prendre toute leur place dans ce débat.

Bien entendu, les organisations syndicales et leurs représentants, tout comme les employeurs ont aussi à faire valoir leur conception de l’organisation du travail.

Les salariés de la sous-traitance, ne doivent pas remettre à d’autres le soin de décider de leurs conditions de vie et de travail.

separateur2

( Ici nous respectons la loi sur les droits d’auteur et le travail de la presse et des journalistes professionnels )

270x180

Et vous…qu’en pensez vous ?

Nos amitiés aux uns, nôtres respects aux autres, bises à toutes et tous

12 comments for “Notre objectif

  1. Rédaction MZC
    4 juillet 2013 at 19 h 34 min

    Delphine Batho dénonce le gouvernement Ayrault

    http://video.liberation.fr/video/f5b624e8da6s.html

    L’extrême droite est en marche …. RÉSISTANCE .

    « Celui qui ne connaît pas l’histoire est condamné à la revivre. » Karl Marx

  2. LAURENT Yvon
    28 juin 2013 at 23 h 48 min

    incident à Civaux !!!
    Comment ils disent les journaux ?
    Des irradiés !

    Et pan !
    Centrale nucléaire de Civaux, un collègue ENDEL EMM, sous traitant du nucléaire, se prend une dose de plus de 1,2 mSv en 3 minutes !!!

    • vie
      29 juin 2013 at 12 h 54 min

      La même scène c’est passée avec un plongeur sur Cruas!!! une alerte CHSCT avait était faite en début d’année.

      Combien d’autres histoire comme celles-ci existent sur le parc nucléaire et que personne ne le sait?

      Allez-y, faites nous mal avec vos conditions de vie et de travail, ne vous en privez pas, puisque la viande à rems chez les sous-traitants est à son plus bas prix!

      Et dire que l’EBIT de ces boites pourris n’est pas loin de 1%.

      EDF fait des bénéfices colossaux et leurs copains du privé s’engraissent pendant que nous subissons des conditions dignes d’un autre temps!

      Cherchez l’erreur mes amis

    • LAURENT Yvon
      30 juin 2013 at 21 h 07 min

      Article paru sur la Nouvelle République,fr
      http://www.lanouvellerepublique.fr/Vienne/Actualite/Faits-divers-justice/n/Contenus/Articles/2013/06/29/La-centrale-de-Civaux-traque-la-poussiere-radioactive-1529975

      « La centrale de Civaux traque la poussière radioactive »

      Cet article et les propos enregistrés par certaines personnes sont d’une ignominie impensable !*
      Comment ne pas réagir à la déclaration du Président délégué de la CLI de Civaux, Roger Gil, « professeur UMP » chef du service de neurologie et président du comité d’éthique du CHU de Poitiers…
      (La Commission locale d’information (CLI) de Civaux est une instance indépendante composée du préfet, d’élus, de représentants d’associations de protection de l’environnement, des intérêts économiques et d’organisations syndicales de salariés représentatives, de professions médicales et de personnalités qualifiées.
      Son but est d’informer, en toute transparence, la population sur tous les aspects liés au fonctionnement et à la sécurité d’une centrale nucléaire. Les représentants du Centre nucléaire de production électrique de Civaux, de l’Autorité de sûreté nucléaire, de l’Agence régionale de la santé…, sont présents lors des séances plénières.)
      En effet ce neurologue, déclare : « ce n’est pas un incident de santé, puisque la dose ne dépassait pas 5% de la limite annuelle » et que le pic de radioactivité a duré « seulement 4 minutes ». « Selon lui, il y a quand même « une bonne nouvelle » à tirer de cet événement: « Les dosimètres fonctionnent » !!!(dosimètre : appareil électronique, individuel, à lecture immédiate de doses reçues)

      Comment un neurologue qui ne doit plus avoir toutes les siennes (!) peut décider et affirmer que cette exposition dite « accidentelle » ne peut avoir d’effet sur la santé du salarié et que 1,5 mSV dans la gueule a seulement permis de vérifier le bon fonctionnement des appareil dosimétriques électroniques !!
      Accablant ! Lamentable, Ecoeurant !

      Le salarié a reçu, après développement de son dosimètre passif (film individuel,enregistrant le dose mensuelle perçue), une dose comprise entre 1,2 mSv et 1,6 mSv ce qui représente effectivement 5% de la limite réglementaire annuelle de 20 mSv. Le salarié a été exposé pendant ces 4 minutes à une ambiance maximale de 3 mSv/h…
      Alors Monsieur le Professeur, Président UMP Délégué de la CLI de Civaux qu’est ce qui vous sert de référence pour calculer et exprimer VOTRE « diagnostic » médical ?
      Les 5%, les 4 minutes, les 1,6 mSv, le statut du salarié, son age (59 ans!) la fiabilité du dosimètre ou tout simplement que le salarié ait repris son travail car il en a « pris d’autre » et que la tranche 1 de Civaux va être disponible ??
      En attendant les « chiens renifleurs de poussière radioactives » sont lâchés….
      Votre rôle de Président Délégué de la CLI de Civaux est de rassurer la population sur un « incident négligeable » tel qu’il est déclaré par les Autorités de Sûreté Nucléaire (échelle 0) que cet incident n’aura aucune conséquence sur l’environnement et sur l’installation nucléaire mais ceux qui ont pris « leurs doses », ceux qui décontaminaient la piscine transfert, ceux qui ont réalisé les mesures de radioprotection, ceux qui ont déposé les matelas de plomb en fond de piscine et ceux qui vous écrivent cette réponse sont des salariés sous traitant, sans statut, sans reconnaissance, sans salaires dignes des risques encourus.
      Parfois, c’est la connerie en cascade qui est dangereuse, pour nous, salariés sous traitant d’EDF…

      Contrairement à vous Monsieur le neurologue, je ne suis pas assujéti à un devoir de réserve car je suis membre du CHSCT du périmêtre concerné et collègue du salarié « irradié » !

    • daniel
      4 juillet 2013 at 20 h 33 min

      SALUT YVON PEUX TU DÉCRIRE comment cela c’est passer en quelques lignes.

  3. Margo
    28 juin 2013 at 9 h 54 min

    Forts soupçons de travail illégal sur le chantier de l’EPR de Flamanville

    Deux ans d’enquête ont fait naître des «charges sérieuses» sur les pratiques de l’entreprise de BTP Bouygues sur ce chantier. Un procès pourrait avoir lieu en 2014.

    Des «charges sérieuses» de travail illégal pèsent contre Bouygues sur le chantier du réacteur nucléaire EPR à Flamanville (Manche) après deux ans d’enquête préliminaire, a indiqué jeudi le parquet de Cherbourg.

    http://www.liberation.fr/societe/2013/06/27/forts-soupcons-de-travail-illegal-sur-le-chantier-de-l-epr-de-flamanville_914164

  4. Sylver
    27 juin 2013 at 23 h 22 min

    Civaux : évacuation d’un réacteur nucléaire
    http://www.europe1.fr/France/Civaux-evacuation-d-un-reacteur-nucleaire-1566529/

    Le réacteur numéro un de la centrale nucléaire de Civaux (Vienne) a été évacué jeudi après le déclenchement concomitant des dosimètres de six intervenants lors d’une opération de décontamination, un incident « négligeable » qui selon l’Autorité de sûreté nucléaire devrait être classé au niveau 0, le plus faible. « La tranche numéro un était en maintenance et au redémarrage il y a eu un saut de radioactivité, qui a été très bref », a-t-on indiqué à la préfecture de la Vienne.

    Le service communication de la centrale d’ERDF a de son côté précisé que l’incident s’était produit vers 10 heures, entraînant l’évacuation de la douzaine de personnes qui se trouvaient dans le bâtiment dont les intervenants. Selon la responsable de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) pour les régions Midi-Pyrénées, Aquitaine et Poitou-Charentes, Anne-Cécile Rigail, l’événement semble « négligeable ».

    L’alarme des dosimètres de six intervenants – une personne se trouvant au fond de la piscine du réacteur un et cinq autres situées à un autre étage – s’est déclenchée en même temps. Toutefois, aucune « cause physique » n’a été trouvée pour cette évolution subite, a-t-elle expliqué

    • hollowman of ardeche
      29 juin 2013 at 0 h 05 min

      salut les camarades

      stop! urgence sanitaire !
      il temps que TOUS, nous retrouvons cette cohesion syndicale
      trop c’est trop

      il est venu le temps de plus se laisser endormir !
      on vient gagner sa vie pas la perdre !

      depuis un certain temps, c’est l’effet cascade des « incidents », il est temps de prendre le taureau par les cornes et de faire front pour que nos conditions de travail en milieu dangereux soient revues de fond en comble, ce n’est plus possible de voir nos collegues, amis, freres se retrouvés dans cette situation
      il y a péril en la demeure

      ON NE LACHERA RIEN

      fraternellement

  5. L'ARNAC
    27 juin 2013 at 17 h 02 min

    EPR : Bouygues fortement soupçonné de travail illégal

    Des « charges sérieuses » de travail illégal pèsent contre Bouygues sur le chantier du réacteur nucléaire EPR à Flamanville (Manche) après deux ans d’enquête préliminaire. C’est ce qu’a indiqué jeudi le procureur de la République de Cherbourg, Eric Bouillard, qui décidera d’ici à la fin de l’année d’engager ou non des poursuites….

    http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/06/27/epr-bouygues-fortement-soupconne-de-travail-illegal_3437942_3224.html

  6. corinne morel darleux
    26 juin 2013 at 16 h 48 min

    Comme le disait déjà notre communiqué en février dernier, au cœur des luttes et souffrances sociales il y a aussi les ouvriers de la sous-traitance. Et eux ont en plus de la « bombe » entre les mains…
    Raison de plus pour les inclure systématiquement dans nos actions de luttes et nos mentions d’acteurs en résistance, comme nous le faisons pour les Contis, Fralib, Arcelor Mittal et autres salariés en légitime colère.
    Dans cet objectif, nous avons décidé de lancer avec les camarades du secteur écologie une consultation nationale des employés sous-traitants de l’industrie électro-nucléaire.

    Depuis 2011, nous sommes avec mes camarades de la Commission Écologie Mathieu Agostini et Didier Thévenieau, en liens étroits avec le collectif des employés sous-traitants du nucléaire de « Ma Zone Contrôlée va mal » (MZC) situé sur les sites du Tricastin et Cruas.
    Il y a parmi eux des syndiqués de la CGT et de la CFDT et beaucoup de non-syndiqués.
    Ce collectif, qui bénéficie d’un écho certain chez les sous-traitants, n’a quasiment aucune place (comme tous les sous-traitants) dans le débat national sur la transition énergétique (DNTE).
    Pourtant, la situation qu’ils décrivent est assez inquiétante et ils évoquent de multiples incidents qui ont lieu dans les centrales mais qui ne sont pas mis en avant à cause de la dilution des responsabilités entre différentes entreprises et la pression mise sur les sous-traitants qui préfèrent ne rien dire.
    Nous avons donc souhaité approfondir ces questions et élargir nos consultations sur le sujet….

    http://www.lespetitspoissontrouges.org/index.php?post/2013/06/26/Sous-traitance-dans-le-nucleaire—le-cri-d-alarme-du-Parti-de-Gauche–contribution-au-DNTE-

    • Gilles R
      26 juin 2013 at 17 h 06 min

      Merci Corinne , Mathieu et Didier pour votre soutien

      Grace à vous , nous devenons moins invisible

      Amitiés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *