MZC participe au débat futur

De gauche à droite : Pierrre-Franck Chevet, Gérard Chaumontet, Thierry Charles, Dominique Minière et Michèle Rivasi

Nous avons lu sur le site http://www.asn.fr cet article, qui revient sur le séminaire auquel nous avons eu l’honneur de participer. Les conditions de la sous-traitance (maintenance – exploitation – démantèlement) au cœur des débats durant cette journée,riches de rencontres et d’échanges très prometteuses.

Le 10 octobre 2014 à Valence (Drôme), Didier Guillaume, président du Conseil général et sénateur de la Drôme et Pierre-Franck Chevet, président de l’ASN, ont accueilli les 150 participants du séminaire « inter-CLI » de la vallée du Rhône.

Cet événement d’ampleur, qui rassemblait pour la première fois l’ensemble des 11 CLI de la vallée du Rhône,  a permis aux élus, aux représentants des associations, aux pouvoirs publics, aux exploitants ainsi qu’à la presse d’échanger sur le thème du séminaire : « Nucléaire et territoires ».

Cette initiative vise à favoriser le partage et le développement de la culture du risque nucléaire au sein de la vallée du Rhône, qui comprend un nombre important d’installations nucléaires. Cinq tables-rondes ont ponctué cette journée d’échanges :

  • le contrôle continu des installations nucléaires ;
  • la réévaluation de sûreté en France, à la lumière du retour d’expérience de Fukushima ; (MZC)
  • le nucléaire et l’environnement ;
  • la gestion de crise ;
  • l’information du public et la culture du risque. (MZC)

Les membres et adhérents de Association MZC  souhaitent que cette initiative du Conseil Général de la Drôme, soit reprise massivement par toutes les autres Commissions Locales d’Information .

Nous remercions l’ensemble des participants pour l’attention particulière que vous portez aux salarié(e)s sous-traitants ainsi que pour vos très chaleureux encouragements qui nous font le plus grand bien.

Introduction :

 
Séminaire InterCli 10 octobre 2014 – Ouverture par ASN_Publications

Debriefing :


Séminaire InterCli Rhône-Alpes, 10/10/2014… par ASN_Publications

Source

La réponse de Monsieur Didier Guillaume, Président du Conseil général et Sénateur de la Drôme à notre lettre du 13/02/2014

Pour celles et ceux qui aurez zappés un de nos épisodes , regardez cela :

Maintenance des réacteurs nucléaires: EDF débordé, s’inquiète l’ASN (Février 2014) 

Retards croissants et problèmes de qualité dans les opérations de maintenance de ses réacteurs nucléaires, l’électricien EDF est actuellement débordé par des travaux qu’il a pourtant lui-même décidé, s’est inquiété, le président de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) devant la Commission d’Enquête parlementaire .

La CGT réunit tous les responsables syndicaux des donneurs d’ordre et prestataires  ( EDF, AREVA, CEA, ANDRA, …) le 11 décembre 2014 à Montreuil, pour fixer les modalités d’une action Nationale pour la mise en application de l’Accord Collectif Interentreprises.

Nous nous réjouissons de cette décision audacieuse et espérons quelle donne enfin à toutes les autres Organisations Syndicales l’envie d’en faire autant pour se joindre à notre cause.

Prenez contact avec les représentants CGT de vos entreprises, afin qu’ils soient présents à cette réunion, puisqu’il s’agit tout simplement des conditions futures de notre avenir professionnel .

Ameliorer(Ici nous respectons la loi sur les droits d’auteur et le travail de la presse et des journalistes professionnels)

Nos amitiés aux uns, notre respects aux autres, bises à toutes et tous

 

36 comments for “MZC participe au débat futur

  1. Redaction MZC
    29 novembre 2014 at 22 h 09 min

    Cruas-Meysse

    La tranche 2 de Cruas-Meysse est arrêtée depuis le samedi 29 novembre 2014 pour que principalement, l’on puisse renouveler une partie du combustible et effectuer des opérations de contrôle/maintenance.

    MZC souhaite un bon courage aux-quelques 2300 salariés qui vont intervenir sur ces opérations, alors que la tranche 3 n’a toujours pas démarrée.

    Pas de soucis! Tout va bien! Ou presque …

  2. Sylver
    29 novembre 2014 at 20 h 55 min

    C’est l’actionnaire qui décide des hausses

    Le roi d’EDF et le cauchemar des tarifs

    M. Lévy n’a pourtant rien d’un effronté. Le successeur d’Henri Proglio se contente de mettre l’Etat, actionnaire à 84,5 % de l’énergéticien, face à ses contradictions. Leur ampleur est telle qu’il suffit de les nommer pour paraître irrévérencieux, si ce n’est belliqueux.

    http://ecobusiness.blog.lemonde.fr/2014/11/27/le-roi-dedf-et-le-cauchemar-des-tarifs/

  3. fabien
    29 novembre 2014 at 20 h 03 min

    Où en est-on de l’affaire des survols de centrale nucléaire par les drones ?

    Un panel d’experts a fait le point lundi 24 novembre 2014 sur la menace éventuelle que représentent ces machines volantes inconnues pour les centrales nucléaires de notre pays. Une conférence très riche en informations.

    http://www.sciencesetavenir.fr/high-tech/20141127.OBS6408/ou-en-est-on-de-l-affaire-des-survols-de-centrale-nucleaire-par-les-drones.html

  4. saïd
    28 novembre 2014 at 21 h 26 min

    Les drones survolent une centrale nucléaire! Voici les images.

    VIDÉO. Tchernobyl abandonnée filmée par un drone

    INSOLITE- Surfant sur la vague des images de lieux abandonnés, cette vidéo de Danny Cooke, un jeune réalisateur et photographe anglais, a su sortir son épingle du jeu en dévoilant des images saisissantes filmées par un drone de Pripiat, à 3 kilomètres de l’ancienne centrale nucléaire de Tchernobyl.

    http://www.huffingtonpost.fr/2014/11/26/video-des-images-saisissantes-de-tchernobyl-abandonne-filmees-avec-un-drone_n_6225190.html?utm_hp_ref=mostpopular

  5. John
    26 novembre 2014 at 22 h 40 min

    Smic : il n’y aura pas de coup de pouce, prévient François Rebsamen

    COUP DE POUCE – Le gouvernement ne prévoit pas d’accompagner la hausse du Smic comme il l’avait fait en 2012. C’est ce qu’a affirmé François Rebsamen, ministre du Travail, à un colloque de Force ouvrière, lundi 24 novembre.

    Le Smic ne bénéficiera d’aucun coup de pouce au 1er janvier. C’est ce qu’a affirmé le ministre du Travail François Rebsamen, lundi 24 novembre. Une déclaration confirmée sur RTL, ce mardi 25 novembre au matin.

    http://www.metronews.fr/info/smic-mensuel-pas-de-coup-de-pouce-en-plus-au-1er-janvier-2015-annonce-francois-rebsamen-ministre-du-travail/mnky!0EjXk8URZm56/

  6. Nathan
    26 novembre 2014 at 22 h 12 min

    Incident à la centrale de Chooz

    Un homme grièvement brûlé

    Un employé de la centrale nucléaire ardennaise a subi de graves brûlures, au cours de la nuit de lundi à mardi, dans un incident à la raison indéterminée. L’homme a été directement transporté au centre hospitalier de Dinant en Belgique. Son pronostic vital était engagé.

    http://www.rvm.fr/articles/incident-a-la-centrale-de-chooz.html

  7. Sylver
    24 novembre 2014 at 22 h 09 min

    Maladies professionnelles : la patate chaude entre employeurs successifs

    Que se passe-t-il lorsqu’un salarié a travaillé successivement dans différentes entreprises et qu’il déclare un maladie grave du travail du travail qui a mis des années à incuber (maladie de l’amiante, ou cancer à évolution lente) ?

    Jusqu’ici, c’est l’article l’article R. 441-11-II du code de la sécurité sociale qui donne la règle : lorsqu’un salarié adresse sa déclaration de maladie professionnelle à sa caisse d’assurance maladie, celle-ci est tenue d’en informer son employeur actuel et une procédure contradictoire d’instruction est alors lancée. Toujours d’après cet article, un double de cette déclaration est donc « envoyé par la caisse d’assurance à l’employeur à qui la décision est susceptible de faire grief par tout moyen permettant de déterminer sa date de réception ».

    Certes, l’employeur bénéficie de différents leviers d’action. Tout d’abord, rappelons que la procédure d’instruction est contradictoire. Conséquence, dès que la maladie professionnelle fait l’objet d’une déclaration signifiée à l’employeur, celui-ci peut commencer par faire part de ses réserves relatives au caractère professionnel de la maladie. Par ailleurs, sur la forme, si la caisse a omis d’envoyer le fameux double de la déclaration à l’employeur, elle sera sanctionnée d’inopposabilité de prise en charge (cf Cass. soc., 19 déc. 2002, no 01-20.979 et Cass. 2e civ., 3 sept. 2009, no 08-15.840). Le montant de la cotisation AT/MP de l’employeur ne sera donc pas affecté par la reconnaissance d’une maladie professionnelle au sein de l’entreprise.

    En savoir plus sur http://www.info.expoprotection.com/site/FR/L_actu_des_risques_professionnels_naturels__industriels/Zoom_article,I1571,Zoom-a51aec521ae8685712bdaac0eea1c6c9.htm#bCr3tRK7q0ZLv6hP.99

  8. Redaction MZC
    21 novembre 2014 at 19 h 46 min

    Suite à la décision de fusionner la CLI de Cadarache et la CLI ITER, afin de réaliser des économies d’ordre administratif et financier, il a été décidé de ne faire paraître plus qu’un seul bulletin d’information trimestriel sur les activités nucléaires du site de Cadarache, incluant ITER, mais également l’installation GAMMASTER à Marseille dont la CLI est chargée du suivi.

    Ce CLIC INFO N°49 est donc le premier bulletin commun et comporte douze pages dont quatre sont dédiées à ITER.

    Il n’est donc pas nécessaire de vous réabonner, les deux listes fusionnant.

    Vous y trouverez :

    Ø Un résumé de la réunion publique du 3 octobre à Puyricard (CEA)

    Ø L’eau du Canal de Provence destinée au site de Cadarache

    Ø Conditions d’une fusion entre les deux CLI

    Ø La réunion publique d’ITER à Vinon (1er juillet)

    Ø Les mesures compensatoires environnementales pour ITER

    Espérant vous satisfaire en termes d’information,

    Nous vous en souhaitant bonne lecture.

    Bien cordialement

  9. Sylver
    19 novembre 2014 at 19 h 26 min

    Nucléaire : Areva s’enfonce dans la crise, son titre plonge en Bourse

    Le groupe français a annoncé ce mardi la révision de ses objectifs 2015 et 2016. EDF va se retrouver, qu’il le veuille ou non, en première ligne. Le titre Areva plongeait mercredi à la Bourse de Paris.

    La situation s’aggrave chez Areva. Mardi, le groupe a annoncé qu’il ne tiendrait pas ses objectifs 2015 et 2016, confirmant des informations des « Echos », qui ont d’ailleurs conduit à la suspension de la cotation du titre dans l’après-midi. Le groupe, qui enregistre des pertes depuis 2011, s’achemine vers une lourde perte nette 2014 – il a déjà perdu 694 millions d’euros au premier semestre. Et il avait déjà révisé ses objectifs cet été. Areva, qui publiera ses nouveaux objectifs lors des résultats annuels 2014, en février, invoque notamment « l’atonie persistante du marché des services à la base installée, y compris en France » et « la révision des hypothèses de calendrier de lancement de nouvelles constructions de réacteurs ».

    Cette annonce s’est doublée de la publication par EDF, dans la foulée, d’un communiqué annonçant le report à 2017, au lieu de 2016, de la mise en service de l’EPR de Flamanville (Manche). Un retard que l’électricien impute très directement… à Areva. …

    http://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/0203948444237-nucleaire-areva-senfonce-un-peu-plus-dans-la-crise-1065673.php

    • Sellig
      20 novembre 2014 at 0 h 49 min

      Areva : ça fissure de partout

      Chouettes nouvelles dans la filière nucléaire :

      EDF vient d’annoncer un nouveau retard sur le chantier EPR de Flamanville conduit par Areva. Projet démarré en 2007 avec livraison prévue en 2012. Le démarrage est encore une fois repoussé en 2017 à cause de difficultés techniques. 5 ans de retard : 8,5 milliards d’euros soit trois fois le budget initial et selon des indiscrétions des surcoûts importants à venir.

      L’EPR finlandais :
      Il va avoir 9 ans de retard. Et l’électricien finlandais qui demande des milliards d’euros de pénalités. Les factures qui devaient être payées en 2014 sont reportés en 2015… peut-être. Merci Anne Lauvergeon pour ce contrat qui fait supporter tous les dépassements à Areva et qui va coûter 4 milliards d’euros au constructeur(*).

      Les retards et les dépassements de budget : c’est dans la culture d’entreprise d’Areva : Le réacteur de recherche RJH de Cadarache qui devait démarrer en 2013 est reporté en 2020 !

      Merci également à Anne Lauvergeon pour avoir acheté 1,6 milliards d’euro une mine d’uranium qui ne vaut plus rien aujourd’hui. Quand Areva fournit de l’uranium à EDF, c’est à perte !!!

      Areva vient d’indiquer que les objectifs 2014 ne seraient pas tenus et annonce qu’il suspendait les perspectives financières pour 2015-2016 : l’entreprise ne sait absolument plus où elle va : bénéficiaire ? déficitaire ? ils n’en savent plus rien. De toute façon, on change le staff directeur, les pertes sont phénoménales. Tout ce qu’ils sont capables de dire, c’est que ça ne redémarre pas aux USA, ça ne redémarre pas au Japon et qu’ils révisent les hypothèses de calendrier de lancement de nouvelles constructions de réacteur….

      http://www.numerama.com/f/134737-t-areva-ca-fissure-de-partout.html

    • Gus
      22 novembre 2014 at 10 h 54 min
  10. laurent
    19 novembre 2014 at 18 h 38 min

    Mercredi 19 novembre 2014 | 09h03

    Moselle : un OVNI survole la centrale

    Un forum sur Internet publie le témoignage de trois personnes qui auraient observé un OVNI au dessus de la centrale de Cattenom en Moselle.

    Benjamin Dupuis, un des animateurs du blog « Le mystère des Ovnis », a contacté un quotidien pour faire part du témoignage d’internautes affirmant avoir observé un Ovni au dessus de la centrale nucléaire de Cattenom.

    Ces personnes racontent qu’elles voulaient voir si des drones survolaient la centrale le 10 novembre. Pour rappel, depuis quelques temps des drones ont survolés plusieurs fois des centrales nucléaires un peu partout en France. Après deux heures d’attente, vers 23h30, ils auraient alors vu « une boule luminiscente » passer à une hauteur estimée entre 500 et 800 mètres, juste au dessus du lac Mirgenbach. Son trajet etait rectiligne. L’objet ne faisait pas de bruit et avait une vitesse constante.

    Les observateurs ont ensuite été contrôlés par la gendarmerie de Hettange-Grande qui se trouvaient également sur place. Ils ont ensuite été convoqués à la gendarmerie pour être interrogées le 11 novembre. La centrale aurait été effectivement survolée dans la nuit du 10 au 11 novembre d’après le journal Le Parisien.

    Lire le témoignage complet sur le forum Ovni-Ufologie

    http://www.lorrainenumerique.net/index.php/smallnews/detail?newsId=17247

  11. l'Abeille sociale
    18 novembre 2014 at 22 h 03 min

    vidéo: https://www.youtube.com/watch?v=AEIq7QeNVzo

    Le SMIC et le salaire moyen français sont trop hauts … !

    La chasse au coût du travail est lancée en toute vitesse. Adieu aux statuts et aux planchers (smic) gagnés par les luttes de nos anciens « il vaut mieux un petit travail à 500€ par moi que pas de boulot !!! »

    Je vois déjà les annonces de postes de demain fait par nos gentils patrons milliardaires et jamais aussi riches.

    Ancienne entreprise d’état cherche salarié très travailleur avec dix ans d’ancienneté dans le métier, corvéable, très, très souple dans les horaires ( 75h/semaine minimum), pouvant se faire aider par ces enfants et conjoint. Nous lui offrons le nouveau contrat unique du MEDEF.

    L’entreprise peut mettre fin à celui-ci comme bien lui semble, quand bien lui semble sans avoir à justifier les motifs. Le salarié et sa famille peuvent être appelés à déménager à sa charge dans les 10 jours pour le besoins de l’entreprise.

    Nous leurs offrons un magnifique salaire mensuel de 500€ brut.

    Bien entendu, les déplacements géographiques ponctuels sont à la charge du salarié et de sa famille.

    L’entreprise souhaite apporter l’information que les syndicats et les instances représentatives sont interdites et que les prudhommes n’existent plus suite aux nouveaux accords entre l’État et notre puissant syndicat MEDEF).

    Rejoignez notre entreprise socialement responsable ou alors vous crèverez de faim avec votre gentille famille.

  12. Sentinelle
    18 novembre 2014 at 5 h 45 min

    Pourquoi 30.000 emplois sont menacés dans l’énergie selon Force Ouvrière

    « L’ouverture du marché » à de nouvelles entreprises pourrait provoquer un dumping social, selon le syndicat qui a lancé un appel à la grève dans les Industries électriques et gazières ce mardi 4 novembre.

    13.000 emplois seraient menacés chez GDF

    Pour FO, GDF Suez sera « pénalisé avec des pertes de parts de marché qui incitent encore plus la direction à remettre en cause le statut des IEG ». Et de renchérir:

    « L’externalisation des activités se développe à un rythme effréné, et l’ambition d’ôter le statut aux salariés en place est ouvertement affichée. »

    Jean-Pierre Vallery avance « 13.800 emplois de GDF Suez menacés, dont 6.000 emplois directs ».

    16.000 salariés sur la sellette à EDF?

    Même son de cloche du côté d’EDF, où EeFO estime que 12.000 salariés directs sont menacés, et plus de 4.000 prestataires:

    « La situation n’est pas plus réjouissante vu que l’ouverture du marché de l’électricité va attiser l’appétit de nombreux ‘commercialisateurs’ qui, s’ils interviennent sur le marché sans appliquer le statut des IEG, provoqueront une crise sociale impactant près de 20.000 salariés. »

    En effet, s’ajoutent les entreprises locales de distribution (les régies) menacées de disparition avec ses 2.500 travailleurs, d’après Jean-Pierre Vallery.

    Amendement pour un traitement égal entre opérateurs électriques et gaziers

    Ainsi, le syndicat, comme la Fédération nationale des mines et de l’énergie CGT, a lancé un appel à la grève ce mardi 4 novembre dans les industries électriques et gazières pour mettre sous pression le gouvernement sur ce point. Elle dénonce également les cessions d’actifs d’EDF et GDF Suez prévues par le gouvernement, mais il « devrait être peu suivi », avoue le syndicaliste.

    « Nous avons rencontré plusieurs députés de gauche et de droite qui disaient nous soutenir auparavant », assure le syndicaliste. Mais, de son propre aveu, l’amendement de Force Ouvrière prévu dans la loi de transition énergétique pour « que tous les opérateurs électriques et gaziers et leurs salariés soient traités de manière équitable […] afin d’éviter un dumping social » n’avait pas été déposé par les élus rencontrés lors du vote le 14 octobre….

    http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/20141104trib3a9116361/pourquoi-30-000-emplois-sont-menaces-dans-l-energie-selon-force-ouvriere.html

  13. Gauthier
    17 novembre 2014 at 21 h 01 min

    Communiqué de Bernard Thibault, membre du groupe des travailleur au Conseil d’Administration du Bureau International du Travail

    Les travailleurs du monde sont privés d’un accès à la justice internationale !

    Deux semaines après la provocation de Pierre Gattaz, enjoignant le gouvernement français à « sortir de la convention 158 de l’Organisation internationale du travail », fixant obligation aux employeurs de justifier les motifs du licenciement, le patronat mondial poursuit son attaque frontale contre le système des normes internationales du travail.

    Cela fait maintenant plus de deux ans que les représentants des employeurs au sein de l’Organisation Internationale du Travail, instance multilatérale tripartite du système des Nations Unies chargée de garantir l’application d’un véritable « code international du travail », prennent prétexte d’attaques contre le droit de grève pour affaiblir les régulations mondiales en matière de travail.

    Cible principale de cette offensive généralisée : le droit de grève.

    Le patronat dans sa grande bonté, reconnait le droit de grève lorsqu’il est inscrit dans la constitution des états (comme c’est le cas en France) mais le refuse aux autres travailleurs du monde alors que la convention 87 sur les libertés syndicales de 1949 et sa jurisprudence d’application depuis 50 ans, sont le seul bouclier de protection pour des millions de travailleurs.

    Mais derrière cette offensive contre le droit de grève, l’objectif est beaucoup plus grave : sous couvert d’un conflit d’apparence juridique c’est bien le risque de voir les droits de l’homme devenir une variable d’ajustement dans le monde des affaires qui se profile.

    L’offensive vise plus largement à affaiblir durablement une institution et des règles uniques et précieuses dans le système multilatéral. Elles permettent d’opposer au courant dominant dé-régulateur de la mondialisation, des principes qui permettent de protéger et d’améliorer la condition des travailleurs, principalement dans les pays dont les législations sociales ou du travail sont les moins développées.

    Le Conseil d’Administration du BIT a été mis hier soir dans l’incapacité de prendre la seule décision susceptible de régler le différend juridique qui oppose les employeurs et les travailleurs sur le droit de grève : saisir la Cour Internationale de Justice de La Haye, comme le prévoit la constitution de l’OIT.

    Il est regrettable qu’un grand nombre de pays, dont ceux de l’Union Européenne et d’Amérique Latine, après avoir soutenu la revendication des travailleurs de pouvoir plaider leur cause devant la Cour Internationale, aient finalement cédé devant les manœuvres dilatoires du Patronat.

    Faute de majorité au conseil d’administration, les travailleurs du monde sont pour l’instant interdits d’accès à la justice internationale ! C’est insupportable !

    Le sujet n’est pas clos pour autant ; il reviendra lors d’une prochaine session du Conseil d’Administration du BIT en mars 2015.
    Il est indispensable que d’ici là les initiatives se multiplient pour changer la donne !

    Genève, le 14 novembre 2014
    Bernard Thibault

  14. Ma zone contrôlée Fb
    17 novembre 2014 at 19 h 55 min

  15. Guillaume D
    11 novembre 2014 at 23 h 13 min

    Alerte au drone à la centrale nucléaire de Cattenom
    Aujourd’hui à 19:50

    EDF a porté plainte aujourd’hui pour le survol de la centrale de Cattenom par un aéronef de type drone au cours de la nuit dernière

    Le drone aurait survolé le site nucléaire vers 23 h 30, lundi soir, selon un agent du service de surveillance de la centrale de Cattenom. Près d’une centaine de gendarmes ont été déployés dans l’enceinte de la centrale et dans un rayon de 20 km dans le but de localiser les pilotes de l’appareil. Un premier survol avait déjà été signalé par EDF au-dessus de Cattenom le 14 octobre dernier.

    http://www.republicain-lorrain.fr/actualite/2014/11/11/alerte-au-drone-a-la-centrale-nucleaire-de-cattenom

  16. la vérité
    11 novembre 2014 at 15 h 04 min

    Danger des faibles niveaux de radiations – H. Abrams

    Le docteur Herbert Abrams est professeur émérite de radiologie à l’école de médecine de l’université de Stanford, et a orienté ses recherches entre autres sur les combustibles et armes nucléaires et leur prolifération, les effets des armes nucléaires et les effets biologiques des faibles doses de rayonnements ionisants. Il a été pendant 6 ans membre du comité de rédaction du célèbre rapport BEIR VII, étudiant les effets de ces faibles niveaux de radiations sur les humains.

    Il nous parle ici de la genèse et des conclusions de ce rapport validant le modèle de calcul linéaire sans seuil de risques de cancers liés aux radiations à faibles doses, en précisant qu’aucune dose de rayonnements n’est inoffensive, et que tous les résultats de ces études présentent une part d’incertitude. Il est également question de la radioactivité dans l’environnement naturel et de l’irradiation au cours des examens médicaux radio-isotopiques, scanners et radiographies.

    Vidéo réalisée à l’occasion du symposium « The Medical and Ecological Consequences of the Fukushima Nuclear Accident » (Conséquences médicales & environnementales de l’accident nucléaire de Fukushima) organisé par la fondation Helen Caldicott les 11 & 12 Mars 2013 à New York.

    Vidéo ajoutée le 10 nov. 2014

  17. Camélito
    11 novembre 2014 at 14 h 03 min

    Nucléaire : les Commissions locales d’information réclament un plus grand périmètre de secours

    L’ANCCLI, l’association fédérant les Commissions locales d’information situées près des installations nucléaires, a estimé ce vendredi 7 novembre que les zones concernées par les plans de secours autour des centrales devraient être élargies à un rayon de 80 km, contre 10 actuellement.

    « A la lumière de la catastrophe de Fukushima, qui a révélé des traces de contamination dans un rayon de 50 km autour de la centrale », l’Association Nationale des Comités et Commissions Locales d’Information (ANCCLI), pense qu’ »il faudrait, en France, relever le périmètre des Plans Particuliers d’Intervention (PPI, plans de protection et de secours, ndlr) à 80km », selon un communiqué.

    « Tracer un cercle de 10 km de rayon autour d’une installation nucléaire ne répond pas à la réalité du terrain », le périmètre actuel est « inadapté », souligne-t-elle. Elle propose d’ »avoir une réflexion à l’échelle du bassin de vie de la population autour de chaque installation nucléaire ».

    « On peut citer l’exemple de Gravelines, ville du Nord de 11.000 habitants. Le PPI autour de Gravelines concerne une population d’environ 65.000 personnes. Or, la centrale est située à 25 km à l’ouest de Dunkerque et à 25 km à l’est de Calais. De fait, ni la ville de Dunkerque ni celle de Calais n’entrent dans le PPI de Gravelines », explique l’ANCCLI.

    Selon elle, « dans un rayon de 30 km autour de Gravelines, la population est estimée à 451.000 personnes » et elle est estimée « à 2.490.000 personnes dans un rayon de 75 km ».

    L’ANCCLI déplore, par ailleurs, que les récents vols de drones signalés au-dessus ou aux abords de centrales nucléaires françaises depuis début octobre n’aient « donné lieu à aucune information officielle des services concernés de l’État et à aucune mesure politique de prévention ».

    « En n’apportant pas de réponse, on alimente l’inquiétude. Or, nous aimerions être rassurés pour pouvoir ensuite rassurer la population », déclare le président de l’ANCCLI, Jean-Claude Delalonde, cité dans le communiqué.

    http://www.lagazettedescommunes.com/291933/nucleaire-les-commissions-locales-dinformation-reclament-un-plus-grand-perimetre-de-secours/

  18. carapace
    10 novembre 2014 at 23 h 25 min

    Analyse : Moi, Président d’EDF, je serai un équilibriste

    La nomination de Jean-Bernard Lévy à la tête d’EDF pour remplacer Henri Proglio s’est accompagnée d’une feuille de route précise, fruit d’une négociation entre l’Elysée et le nouveau patron. Présider EDF, c’est tout un équilibre à trouver entre le modèle du service publique de l’énergie à la française et la concurrence voulue en Europe, l’articulation entre une société du CAC 40 et une entreprise publique, un arbitrage entre la demande de fournir des dividendes à l’Etat et celle d’investir pour répondre aux demandes du gouvernement…

    Moi, Président d’EDF, je serai pilote de la transition énergétique tout en prolongeant mon nucléaire

    Au grand dam des associations écologistes, la loi de transition énergétique, écrite par Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie, du développement durable et de l’Energie, laisse une grande marge de manœuvre à EDF. Selon l’article 55, il y a « obligation pour les exploitants d’installations de production dont le poids dépasse le tiers de la production électrique totale d’établir un plan stratégique présentant les actions qu’ils s’engagent à mettre en œuvre pour respecter les objectifs de diversification de la production d’électricité fixés dans la programmation pluriannuelle de l’énergie ». Or des acteurs produisant un tiers de l’électricité en France, il n’y en a qu’un : EDF…..

    Moi président d’EDF, je devrai rester une machine à cash de l’état tout en investissant dans la transition

    Lorsqu’il faisait valoir son bilan, Henri Proglio n’hésitait pas régulièrement rappeler les massifs dividendes que la société verse à son principal actionnaire, l’Etat. En distribuant plus de 60 % de ses bénéfices (soit 10 points de plus que la moyenne du CAC 40), l’électricien verse un peu plus de deux milliards d’euros par an à l’Etat….

    http://www.usinenouvelle.com/article/analyse-moi-president-d-edf-je-serai-un-equilibriste.N292161

  19. Sylver
    10 novembre 2014 at 17 h 31 min

    Le MEDEF annonce une semaine d’action début décembre pour que les citoyens payent encore plus pour accroitre les dividendes des actionnaires, pour que les salariés acceptent de se faire virer sans motifs, qu’ils acceptent de travailler plus de 40h payées 35h, que les patrons soient totalement exonérés de cotisations sociales et d’impôts, etc… Gattaz veut même obtenir du bénévolat au service des patrons !

    Les patrons veulent obtenir :

    * Le droit de licencier sans motif et sans rien justifier,
    * La fin des 35h,
    * La légalisation de l’emploi de salariés étrangers hors droit français.
    * Le droit de payer des salariés au-dessous du Smic, (mesure à mettre en relation avec leur revendication sur les temps partiels, voir ci-dessous) :

    – L’annulation de l’obligation d’un minimum de 24 heures par semaine pour les temps partiels,

    – La remise en cause des seuils sociaux (pour que les patrons puissent faire leurs grosses combines anti-sociales et anti-économiques sans informer le comité d’entreprise)

    – L’enterrement définitif du « compte pénibilité » (Donc reculer les droits à retraite)

    – L’annulation de l’obligation d’informer les salariés de la cession de l’entreprise dans les PME,

    – L’annulation des impôts sur les dividendes, (Ce qui conduirait à l’augmentation des impôts sur les salariés et les retraités),

    etc.

    Ce dont il s’agit c’est donc bien un appel aux patrons à manifester contre les salariés et leurs garanties

  20. ALCALINE
    10 novembre 2014 at 16 h 38 min

    Mouvement de grève au CNPE de Cruas-Meysse

    Mardi 4 novembre a eu lieu un mouvement de gréve au CNPE de Cruas-Meysse, comme dans toute la France. Pour le secrétaire général du Syndicat CGT de la centrale, Pascal Perico, il s’agit « de protester contre une nouvelle privatisation de pans entier d’activité d’EDF, dissimulée dans la loi de transition énergétique, qui conduirait à une nouvelle augmentation des tarifs, à la perte de la péréquation tarifaire et à des risques majorés dans le nucléaire. Le gouvernement envisage, à travers la loi de transition énergétique de vendre les concessions hydrauliques actuellement attribuée à EDF, régionaliser la distribution du gaz et de l’électricité en vendant les actifs des sociétés ERDF, GRDF, RTE et diminuer la part du nucléaire à 50 % en dix ans, soit la fermeture de 19 tranches nucléaires« . 
 Pour le représentant de la CGT, »la loi de transition énergétique est détournée de son objectif pour dissimuler une libéralisation de l’énergie et un retour à un système énergétique déstructuré équivalent à celui d’avant 1946, notre pays comptait 200 entreprises de production, dont de nombreux barrages, 100 entreprises de transport dénergie, 1150 entreprises privées de distribution et 250 régies locales, état qui avait conduit à la nationalisation pour rendre fiable la production et la distribution énergétique en France« . Les salariés du site étaient invités à signer une pétition.

    http://www.hebdo-ardeche.fr/blog/2014/11/08/mardi-4-novembre-a-eu-lieu-un-mouvement-de-greve-au-cnpe-de-cruas-meysse-comme-dans-toute-la-france-pour-le-secretaire-general-du-syndicat-cgt-de-la-centrale-pascal-perico-il-s%E2%80%99agit-%C2%AB/

  21. Redaction MZC
    10 novembre 2014 at 16 h 37 min

    Loi sur la transition énergétique (7/7) : Le coût humain du nucléaire

    Calculer le coût du nucléaire ne peut se réduire à en calculer le seul coût de production, celui-ci étant étrangement inchiffrable, comme nous l’avons montré dans notre partie précédente. Il s’agit alors de calculer le coût d’opportunité de maintenir une telle industrie en tenant compte de la limite du coût de production mais surtout en appréciant le coût social et le coût humain que la production électronucléaire induit. C’est ce dernier point qui est l’objet de ce billet.

    Les employés sous-traitants du nucléaire, les sacrifiés de la transition énergétique

    Dans le cadre du débat faussé sur la transition énergétique, le Parti de Gauche avait décidé de déposer une contribution publique en forme de cri d’alarme. Il s’agissait de dénoncer ce semblant de démocratie excluant la question du nucléaire d’emblée et surtout, qui passait sous silence le problème majeur des travailleurs du nucléaire et en particulier des employés sous-traitants.

    Depuis, une commission parlementaire s’est penchée sur le sujet, l’ASN commence à s’en inquiéter et les syndicats cherchent eux aussi à prendre le problème à bras le corps.

    Un état des lieux alarmant

    Le recours à la sous-traitance est un problème partout dans le monde du travail puisqu’il a pour but essentiel de mettre en concurrence des employés à travers les appels d’offres et les marchés. Il sert donc à contourner le droit du travail. Mais c’est encore pire dans le nucléaire car c’est une industrie du secret et de la manipulation et ces hommes et femmes sous-traitant-e-s sont invisibles…


    La sous-traitance dans le nucléaire par lepartidegauche

    …Le turn-over dans ces entreprises est de 32% alors qu’il est de 12% en moyenne, en temps de crise, dans les entreprises de plus de 10 salariés. Ces conditions de précarité interdisent un suivi médical sérieux à long terme1 et la création d’un collectif pérenne et solidaire reste impossible2.

    Cette externalisation des risques et cette dilution des doses entraînent des risques importants pour la sûreté des centrales, des travailleurs et des populations avoisinantes.

    Aujourd’hui il existe jusqu’à 8 niveaux de sous-traitance en cascade ce qui rend encore plus complexe une étude approfondie et globale du secteur. Les incidents sont souvent tus ou minimisés car la dilution des activités des prestataires empêche de « retracer » la chaîne des responsabilités. Même lors d’un accident, le « film » qui relate les faits devient impossible à établir car complètement sectionné.

    L’ASN s’inquiète de plus en plus de l’accroissement de la sous-traitance dans la maintenance et le démantèlement des Centres Nucléaires de Production d’Electricité (CNPE) et des risques que cela entraîne sur leur sûreté.

    Depuis notre contribution, les faits ne cessent, malheureusement, de nous donner raison….

    http://didierpg26.wordpress.com/2014/11/10/loi-sur-la-transition-energetique-77-le-cout-humain-du-nucleaire/

  22. karine
    10 novembre 2014 at 15 h 04 min

    Le 26 avril 1986, le réacteur no 4 de la centrale nucléaire soviétique de Pripiat, non loin de Tchernobyl, explose à la suite à une série d’erreurs humaines. Le 11 mars 2011, après un séisme et un tsunami d’une rare puissance, trois des cœurs de la centrale japonaise de Fukushima entrent en fusion. Dans cette vidéo d’Universcience.tv, François Besnus et Jean-Christophe Gariel de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire dressent le bilan et tirent les leçons des deux plus grandes catastrophes du nucléaire civil.


    De Tchernobyl à Fukushima par universcience-lemonde

  23. EDDY
    9 novembre 2014 at 15 h 29 min

    Film : Nucléaire – La bombe humaine

    La sous-traitance scandaleuse dans le nucléaire, nos dirigeants font n’importe quoi au détriment de la sureté.

    La vérité est souvent sous le bout de notre nez, pas besoin d’extrapoler des conneries de complots et autres sociétés secrètes. Elle est juste plus ou moins bien dissimulée. ( plus souvent « mal » que bien d’ailleurs quand on cherche un peu à s’informer et à comprendre ).

    https://www.youtube.com/watch?v=9k86thPOa7c

  24. Alex
    9 novembre 2014 at 15 h 16 min

    Tout à fait d’accord avec Polo. Regardez, écoutez pour vous faire votre propre idée.

    RAS nucléaire rien à signaler est un film documentaire franco-belge d’Alain de Halleux. Il a été sélectionné dans la catégorie « Investigation » du festival international de cinéma Visions du réel3 de Nyon4 qui s’est déroulé du 23 au 29 avril 2009 (projeté le 27 avril).

    Le film est une étude sur l’industrie nucléaire civile européenne. Il fait appel aux témoignages d’employés et de techniciens travaillant dans des centrales nucléaires en France et en Belgique. Il met en évidence les divers dangers inhérents à ce mode de production d’électricité, particulièrement ceux encourus par une catégorie de travailleurs, les intérimaires et les conséquences de certains choix opérés par les entreprises (appel à la sous-traitance6) sur leurs conditions de travail et leur santé

    https://www.youtube.com/watch?v=0bp-rv7dRTk

  25. Annette
    9 novembre 2014 at 14 h 05 min

    « Celui qui prétend que notre pays peut se passer du nucléaire ment »

    « Je veux couper court à toute polémique autour de la sortie du nucléaire. J’entends appliquer fidèlement l’accord du gouvernement et je viendrai rapidement avec des propositions concrètes au gouvernement dans le respect de cet accord », a indiqué samedi Marie-Christine Marghem, ministre de l’Energie, de l’Environnement et du Développement durable.

    Interrogée dans le quotidien flamand Het Laatste Nieuws, paru vendredi, la ministre avait exprimé des doutes quant à la capacité de la Belgique à se passer du nucléaire à l’horizon 2025. « Celui qui prétend aujourd’hui que notre pays peut se passer de l’énergie nucléaire à moyen ou même à long terme, ment. Ou n’est pas réaliste », affirmait-t-elle.

    « Notre énergie doit être payable et l’approvisionnement garanti. C’est le plus important », précisait Marie-Christine Marghem. Elle indiquait toutefois estimer que la part du nucléaire dans la consommation nationale pouvait être diminuée dans les prochaines années.

    http://www.7sur7.be/7s7/fr/2765/Environnement/article/detail/2115797/2014/11/08/Celui-qui-pretend-que-notre-pays-peut-se-passer-du-nucleaire-ment.dhtml

    • polo
      9 novembre 2014 at 14 h 50 min

      Lorsqu’il y a une crise sur l’énergie, il y a des débats scientifiques sur la question. Il ne s’agit pas alors d’utiliser ses émotions pour débattre, mais de réfléchir scientifiquement. Le nucléaire peut être sûr. Il aurait dû l’être. Il s’agit donc de faire qu’il le soit.

      Aujourd’hui notre industrie a plusieurs failles, la sous-traitance étant la principale.

      Comment fiabiliser notre industrie en la sécurisant au maximum, alors que les sous-traitants du nucléaire sont considérés comme des Hommes de 3éme rang? C’est impossible!

      Le nucléaire doit en finir avec la maltraitance à l’intérieur des barbelés qui l’entourent.

      Chacun doit s’efforcer pour limiter les risques, tous les risques, c’est notre devoir.

  26. Sellig
    9 novembre 2014 at 8 h 40 min


    Nice: Ses collègues lui offrent un an de RTT pour qu’il s’occupe de sa famille

    En une semaine, 362 jours de RTT collectés

    L’appel aux dons, lancé par SMS, mails et sur la page Facebook des traminots trouve un écho incroyable. En une semaine, 362 jours de RTT sont collectés. Des dons réalisés anonymement par 272 agents de la ligne Régie Lignes d’Azur.


    Ils offrent un an de RTT à un collègue en… par nice-matin

    http://www.20minutes.fr/insolite/1477547-20141108-video-nice-collegues-offrent-an-rtt-occupe-famille

  27. Sentinelle
    9 novembre 2014 at 6 h 46 min

  28. Redaction MZC
    8 novembre 2014 at 11 h 22 min

    Loi sur la transition énergétique 6/7 : 2 – Le coût de production du nucléaire

    A la suite du coût social que nous considérons comme essentiel dans l’évaluation du coût d’opportunité de poursuivre le nucléaire en France, voici le deuxième volet :

    2 – Le coût de production du nucléaire

    En maintenant un coût de production annoncé faible, l’industrie électronucléaire a voulu prouver qu’elle était une aubaine pour les ménages et l’économie. Seulement elle sait depuis le début que ce coût est largement sous-évalué, et elle a cherché à le compenser en créant de la surconsommation et du gaspillage. Si cela a augmenté la précarité énergétique et la dépendance des ménages, ça n’a pas suffit à masquer la fuite en avant de cette filière, ni à préparer la transition énergétique nécessaire, bien au contraire…

    http://didierpg26.wordpress.com/2014/11/08/loi-sur-la-transition-energetique-67-2-le-cout-de-production-du-nucleaire/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.