Maladie d’un ex-employé du nucléaire en Suisse

Combien de salariés souffrent de pathologies lourdes aujourd’hui dans la filière nucléaire Française liées avec leurs expositions professionnelles (Rayonnements Ionisants-TMS-Amiante-CMR-Plomb-ACD-Mercure-RPS…) et de la pénibilité non prise en compte elle aussi dans nos activités ?

Ils appartient aux salarié-es de la filière de s’organiser pour exiger réparation de l’ensemble des ces préjudices  !

Les salarié-es sous-traitants serviraient-ils de cobaye et ainsi cacher tout ceux qui meurent en silence ?

Si tu ne te bas pas pour ce que tu veux, ne pleure pas pour tout ce que tu as perdu !   

#PerdreSaVieALaGagner #OnVautMieuxQueCa

Un quinquagénaire qui a travaillé à la centrale de Leibstadt (AG) a contracté un cancer. La Suva estime que ce n’est pas à elle de payer.

Voir le diaporama en grand »

Un ancien employé de la centrale nucléaire de Leibstadt, qui a un cancer, a fait appel à la Suva pour être couvert. Mais la Suva a refusé d’entrer en matière, estimant que ce n’était pas lié à ses anciennes fonctions. La justice devra trancher. (Jeudi 28 mars 2019)

Le Tribunal des assurances sociales du canton de Zurich doit requérir une expertise, afin de déterminer si la maladie d’un ancien employé de centrales nucléaires est d’ordre professionnel. Selon le Tribunal fédéral, le rapport de la Suva n’est pas suffisant à cet égard.

Âgé de 51 ans, cet homme a travaillé durant deux ans à la centrale de Leibstadt (AG) puis, en 2010, à celle de Mühleberg (BE). Lorsqu’un carcinome de la vessie et de la prostate a été diagnostiqué, il s’est adressé en 2016 à la Caisse nationale suisse d’assurance en cas d’accidents (Suva) afin d’obtenir des prestations pour maladie professionnelle.

Nouvelle expertise

La Suva a refusé, estimant que cette atteinte n’avait pas de lien avec l’environnement professionnel de l’employé. Le Tribunal des assurances sociales zurichois a confirmé cette décision en août 2018. Les juges se sont fondés sur un rapport commandé par la Suva à un spécialiste en médecine interne générale en particulier dans la médecine du travail.

L’expertise privée commandée par le recourant auprès d’une spécialiste en radiothérapie soulève un doute, au moins léger, sur les conclusions du médecin du travail, selon le Tribunal fédéral. Pour cette raison, il s’impose de commander une nouvelle expertise externe. Le Tribunal des assurances sociales du canton de Zurich devra rendre une nouvelle décision sur cette base. (arrêt 8C_695/2018 du 18 mars 2019)

(nxp/at)

Source : 20 minutes – Maladie d’un ex-employé du nucléaire en question – Suisse

Notre association vit principalement grâce aux forces vives que représentent ses adhérents et ses membres.La cotisation est un acte majeur de la vie associative,car elle est pour nous un moyen capital de mettre concrètement nos idées en pratique et vous invitons à adhérer directement en ligne. «Paiements PayPal Sécurisés» 

😉BANZAÏ 😉

♡☺ Grâce à votre adhésion/don nous pouvons avoir de l’ambition pour l’ensemble des petites mains invisibles de cette industrie  ♡☺

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.