Imposture éthique…ne quittez pas !

Christophe notre collègue a donc était licencié pour faute lourde…hop circulez il y a rien à voir ? Et pour les autres tenez-vous à carreau, nous n’hésiterons plus maintenant à vous faire payer nos propres manquements et tant pis pour l’éthique !

Faites ce que l’on vous dit et pas ce que nous,nous faisons !

Toutes les entreprises saupoudrent les organisations de messages bienveillants,pour la protection de l’environnement,de points d’ancrages (santé-sécurité-radioprotection-sûreté-qualité),d’incitations à être joyeux,pour que nous travaillons bien !Quand cesseront-ils leur imposture ? En préparation un petit livre rose du salarié parfait,avec des préconisations sur votre activité sexuelle (on déconne ?) 😉

Avec le licenciement de Christophe : voilà l’exemple type ou le management intermédiaire et les directions d’entreprises se sentent au-dessus des règles élémentaires de prévention en santé, sécurité,sûreté nucléaire.

Ils ne respectent plus les protocoles mis en place,alors qui est responsable ? Nous ne manquerons pas le 26/06 lors de la réunion plénière de la CLIGEET de demander à l’exploitant et ASN leur avis,comptez sur nous 😉

Nous nous interrogeons à savoir si il y a eu par l’exploitant une déclaration à l’ASN d’un Événement Significatif en Radioprotection ? La plateforme de l’ASN à certainement reçu une alerte sur ce sujet précisément  😉 (lien)

Comment est-il possible pour une entreprise sous-traitante d’un grand groupe (socialement responsable) d’attendre 15 jours pour envoyer un salarié au service médical alors qu’il y a une suspicion de contamination interne ? .

N’y a t-il plus obligation aux employeurs d’assurer la santé physique et psychologique de leurs salariés ? Ils gèrent de toute évidence maintenant les salariés comme un stock de marchandise « tomate » qu’ils doivent vendre au prix le + fort pour garantir leur propre existence dans l’entreprise !

Ci-dessous l’expression du CHSCT de Cadarache dans le cadre de la consultation publique sur l’INB37A et de l’incident (chute d’un colis déclarée avec 10 mois de retard)… 

L’ASN a par ailleurs rédigé un projet de décision qui soumet les opérations de reprise du colis ayant chuté en fond de puits à l’accord de l’ASN et demande au CEA :

  • un examen des conditions de reprise du colis détérioré bloqué en fonds de puits ;
  • l’assurance qu’aucun colis détérioré n’a pu être entreposé dans l’installation CEDRA ;
  • un compte rendu régulier sur les processus de détection, d’examen, de traitement et, le cas échéant, de déclaration à l’ASN de tous les écarts à la sûreté de l’installation ;
  • la vérification de la conformité à la réglementation du recours à la sous-traitance dans l’INB  37-A ;
  • une analyse des causes profondes de la survenue de cet événement, notamment en matière de facteurs sociaux, organisationnels et humains ;
  • une analyse externe de son organisation concernant les processus d’information et de décision en lien avec la sûreté

Source

Projet de décision ASN (extraits)

Article 4
L’exploitant réalise, dans un délai de six mois à compter de la notification de la présente décision, une étude de conformité du recours à la sous-traitance dans l’INB 37-A aux articles R. 593-9 et R. 593-10 du code de l’environnement. Il justifie notamment :
qu’il assure effectivement l’exploitation de son installation ;
– que sa chaîne de sous-traitance pour la réalisation des activités importantes pour la protection est limitée à deux rangs ;
– qu’il maîtrise la réalisation des activités importantes pour la protection sous-traitées

Article 7
I. – L’exploitant établit et transmet à l’Autorité de sûreté nucléaire, dans un délai d’un an à compter de la notification de la présente décision, une révision de son plan d’action global d’amélioration de la situation de l’INB 37-A en matière de facteurs sociaux, organisationnels et humains et de correction durable des dysfonctionnements relevés par l’Autorité de sûreté nucléaire et par ses propres soins, notamment en ce qui concerne la rigueur dans l’exploitation, la culture de sûreté de l’ensemble des intervenants et la surveillance des intervenants extérieurs. Cette révision inclut notamment les analyses et études mentionnée aux articles 5 et 6 de la présente décision.
II. – L’exploitant transmet semestriellement à l’Autorité de sûreté nucléaire, dans un délai d’un an à compter de la notification de la présente décision, un bilan d’avancement de ce plan d’action, qui précise la mise en oeuvre et l’évaluation du résultat de ces actions. L’exploitant peut solliciter l’accord de l’Autorité de sûreté nucléaire sur l’arrêt de cette transmission, sur la base d’un dossier justifiant l’efficacité des actions mises en place et après une période minimale de deux ans à compter de la notification de la présente décision.

Notre association vit principalement grâce aux forces vives que représentent ses adhérents et ses membres.La cotisation est un acte majeur de la vie associative,car elle est pour nous un moyen capital de mettre concrètement nos idées en pratique et vous invitons à adhérer directement en ligne. «Paiements PayPal Sécurisés» 

😉BANZAÏ 😉

♡☺ Grâce à votre adhésion/don nous pouvons avoir de l’ambition♡☺

1 comment for “Imposture éthique…ne quittez pas !

  1. lyme
    16 juin 2019 at 9 h 34 min

    peut être qu’il y a eu un pb dans la façon d’ortographier la chose ?

    e-tique n’eût il pas été plus judicieux ? ça semble ressembler à ce qui est souvent décrit comme un scandale sanitaire avec la borreliose de lyme ? et peut être même à protéger des gens parfois responsables de comportements vis à vis d’autres qui peuvent avoir des effets aussi délétère que la maladie de lyme ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.