L’impératif besoin d’amélioration…

Au sommaire :

Message du collectif….Guide de la sous-traitance au C.E.A…Le rapport 2012 de l’A.S.N…Les salariés acteurs d’un nucléaire sûr et transparent…

A lire en bas de l’article : 

  • Bienvenue parmi nous au  S.N.NUC  (Syndicat National du Nucléaire)  CFE-CGC . Nous avons le plaisir de vous diffuser leur communiqué  sur : 

Accord stratégique CEA-VEOLIA sur le démantèlement …

Enfin , le

5 minutes de plus « Flash info »

CGT Cruas/Meysse 

  • Commission locale d’information(CLI) de la centrale nucléaire de Cruas/Meysse…
  • EDF met en place la  suppression du contrôle d’anthropogammamétrie en début et fin de chantier ! et autres sujets …

Le collectif s’est réuni avec 3 sujets à l’ordre du jour.

Le premier concerne l’élaboration de statut «associatif» pour le site internet . L’objectif principal sera : L’information à tous les salariés des industries classées à risques « Nucléaire-Chimie-Pétrochimie…» .

Dépôt des statuts fin Mai

Nous attendons vos remarques et suggestions, afin de localiser les relais nationaux  possibles et les  futurs adhérents. 

Notre 2éme sujet concerne le projet d’EDF, qui envisage de supprimer tout simplement, les examens d’anthropogammamétrique (début et de fin de chantier). Pourquoi ? Pour qui ? Vous-avez une idée ? L’augmentation du TEMPS MÉTAL = de la PRODUCTIVITÉ en + !

Ce projet en phase d’étude, est tout simplement une honte , un scandal pour la surveillance sanitaire des travailleurs de la sous-traitance du nucléaire.

Donc, pour tous les salariés en grand déplacement et qui interviennent sur plusieurs sites nucléaires tout au long de l’année ( les très respectables NOMADES), ce sera 1 anthropogammétrique le jour anniversaire de votre visite médicale et « aller oust circulez….» . Si malheureusement, vous êtes supérieurs au seuil de détection ce jour là chers collègues, il vous faudra faire appel à Mme E. Tessier pour savoir sur quel site vous avez été contaminé… Alors, elle est pas belle la vie sur les Centres Nucléaires de Production Electrique  ?  

Enfin , nous avons débattu sur notre participation ou pas, dans le débat national sur la transition énergétique. Nous sommes tombés unanimement d’accord  sur le fait que si les conditions de travail et de vie des salariés ne s’améliorent pas rapidement , alors oui, il faudra envisager très sérieusement la fermeture de certains sites de production d’électricité et l’arrêt de certains chantiers de démantèlement en cours .

Aujourd’hui, plus qu’hier, nous faisons l’échos ici des femmes et des hommes qui interviennent au quotidien en exploitation / démantèlement , qui ne supportent plus d’être méprisés et qui exigent que le travail qu’ils réalisent soit justement valorisé, reconnu, ….

PS: Tous les acteurs de terrain (opérateurs /managers ) vous en remercient par avance ! 

Comment le CEA organise la sous-traitance sur ces sites nucléaire en cours d’exploitation , de démantèlement et de construction ? 

Quelques éléments de réponse ci-dessous :

 Guide S-T CEA

 

Le document ici Guide sous-traitance CEA

Nous avons lu très, très attentivement sur le site http://www.asn.fr  le rapport sur : « L’état de la sûreté nucléaire et de la radioprotection  2012 » .

 Une fois de plus , la sous-traitance est sous les feux de la rampe dans ce rapport .

Cela fait  + de 3 ans que nous vous informons ici de cette préoccupante situation . Force est de constater que cet immobilisme dans une prise de décision odacieuse , courageuse pouvant améliorer la situation des salariés de la sous-traitance, n’a pour résultat aujourd’hui qu’une aggravation de la détérioration de nos conditions de travail et de vie. De cette situation découle forcement, la perte de confiance, de respect et de motivation. Cette crise économique, sociale et morale, fait des ravages et n’épargne personne !

L’homme est le maillon FIABLE , seulement quand celui-ci est RESPECTE !  Et ça, vous le savez TOUS .   

Alors, SVP Messieurs les décideurs , Messieurs les acteurs de la surveillance de cette industrie , mettez fin à cette situation  ? Faites preuve d’audace et de courage, il y a URGENCE . 

Page 74 extrait : 

LES ACTEURS

En France, le contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection relève essentiellement de trois acteurs : le Parlement, le Gouvernement et l’ASN. Leurs compétences respectives sont définies par la loi TSN désormais codifiée aux livres Ier et V du code de l’environnement par l’ordonnance n° 2012-6 du 5 janvier 2012….

Page 257 extrait : 

Centrale nucléaire de Cruas-Meysse

L’ASN considère que les performances en matière de sûreté nucléaire du site de Cruas-Meysse sont globalement en retrait par rapport à l’appréciation générale des performances que l’ASN porte sur EDF. L’ASN note en particulier un manque de maîtrise des opérations de maintenance et d’exploitation pendant les phases d’arrêt de réacteur qui s’est notamment traduit par des prolongations significatives des périodes d’arrêts par rapport au planning initial.

L’ASN relève en outre que le redémarrage du réacteur 4 a été marqué par la déclaration de sept événements significatifs pour la sûreté dont trois ont été classés au niveau 1 de l’échelle INES, mettant en lumière des insuffisances dans les activités de lignage et de mise en configuration des circuits. Considérant qu’EDF devait améliorer notablement ses résultats dans ce domaine, l’ASN a pris le 10 juillet 2012 la décision n° 2012-DC-0313 imposant au site de Cruas-Meysse un renforcement des contrôles techniques et la réalisation d’audits concernant les opérations de lignage et de mise en configuration des circuits.

En matière de radioprotection, l’ASN considère que les performances du site de Cruas-Meysse rejoignent globalement l’appréciation générale des performances que l’ASN porte sur EDF. Le site de Cruas-Meysse doit cependant améliorer ses résultats en matière de propreté radiologique au niveau des chantiers. En outre, l’ASN relève que six événements significatifs pour la radioprotection qui lui ont été déclarés en 2012 sont attribuables à des écarts aux règles de gestion du zonage radiologique.

En matière de protection de l’environnement, l’ASN constate en 2012 que le site de Cruas-Meysse présente toujours des faiblesses comme le montre le déversement, le 31 octobre 2012, de quelques litres d’huile non contaminée dans le Rhône.

En matière d’hygiène et de sécurité au travail, l’ASN relève que pour la deuxième année consécutive, les résultats du site de Cruas-Meysse en 2012 ne sont pas satisfaisants. Même si l’ASN a noté en 2012 une légère amélioration dans ce domaine, cette tendance fragile devra être confirmée dans la durée.

En outre, l’ASN relève que les relations sociales sur le site de Cruas-Meysse restent difficiles. L’été 2012 a en particulier été marqué par un mouvement de grève lié au renouvellement d’un marché de logistique qui a paralysé le site de Cruas-Meysse pendant plusieurs semaines et perturbé le bon déroulement des arrêts de réacteur.

Enfin, de manière générale, l’ASN considère que la gestion des compétences sur le site de Cruas-Meysse doit être améliorée afin de garantir que les formations habilitantes, comprenant en particulier les recyclages, soient réalisées conformément aux référentiels en vigueur sur le site.

Centrale nucléaire du Tricastin

L’ASN considère que les performances en matière de sûreté nucléaire du site du Tricastin rejoignent globalement l’appréciation générale des performances que l’ASN porte sur EDF. Toutefois, l’ASN considère que les performances du site du Tricastin doivent être notablement améliorées en matière d’essai périodique, de requalification des matériels après intervention et, dans une moindre mesure, en matière de lignage ainsi que de mise en configuration des circuits. En outre, le site du Tricastin doit également veiller à assumer pleinement sa responsabilité d’exploitant concernant les dossiers qu’il présente à l’ASN.

En matière de radioprotection, l’ASN considère que les performances du site du Tricastin rejoignent globalement l’appréciation générale des performances que l’ASN porte sur EDF. Des progrès doivent néanmoins être accomplis pour renforcer la mise en œuvre de la démarche ALARA1 dans la préparation des activités. En outre, au regard des inspections de chantiers qu’elle a menées pendant les phases d’arrêt de réacteur, l’ASN considère que le site du Tricastin doit améliorer la rigueur avec laquelle les dispositions opérationnelles de radioprotection sont mises en œuvre sur le terrain.

En matière d’hygiène et de sécurité au travail, l’ASN constate que les progrès réalisés par le site du Tricastin depuis 2010 restent fragiles et devront être confirmés dans la durée.

En matière de protection de l’environnement, l’ASN considère que les performances du site du Tricastin sont en retrait par rapport à l’appréciation générale que l’ASN porte sur EDF. Ainsi, par décision n° 2012-DC-0264 du 13 mars 2012, l’ASN a mis en demeure le site du Tricastin de se conformer aux exigences encadrant les rejets dans l’environnement des effluents liquides et gazeux à la suite d’un événement relatif au déversement d’eau déminéralisée conditionnée à la morpholine dans le réseau d’eau pluviale.

Enfin, l’ASN a imposé le 27 mai 2011 au site du Tricastin d’améliorer sa protection vis-à-vis du risque d’inondation en réalisant des travaux sur l’ouvrage hydraulique de Donzère – Mondragon. Le 18 juin 2012, EDF a déposé un dossier de demande d’autorisation pour mettre en œuvre ces travaux. L’ASN note que ce dossier n’a pas été jugé recevable à ce stade par les services de l’État en charge de son instruction dans un contexte où le calendrier de réalisation est particulièrement contraint….

Page 263 extrait : 

Site de Cadarache

Si l’ASN considère le management de la sûreté globalement satisfaisant, elle attend des progrès dans la surveillance des prestataires. Une opération de contrôle de grande ampleur, menée avec l’inspection du travail et l’ASND en avril, a mis en évidence des lacunes dans l’organisation déployée sur les installations ATPu et LPC ainsi qu’une implication insuffisante du CEA dans le démantèlement de ces INB, confirmée par d’autres inspections. Le CEA doit être attentif au maintien des compétences nécessaires au respect de la qualité et du niveau de sûreté des activités sous-traitées.

L’organisation de la radioprotection des travailleurs est globalement bien structurée mais l’ASN attend des améliorations dans la coordination générale entre les entreprises utilisatrices et extérieures.

L’ASN estime que la gestion des déchets radioactifs s’est améliorée. En matière de gestion des effluents, des progrès sont attendus pour veiller au respect des prescriptions fixées par l’ASN. L’ASN constate que la mise en service de l’INB AGATE a de nouveau pris du retard.

L’ASN estime que l’exploitant doit rester très attentif à l’avancement des travaux de démantèlement et d’assainissement de ses installations les plus anciennes. L’ASN considère que les dossiers relatifs au démantèlement des installations RAPSODIE et ATUE doivent être déposés dans les meilleurs délais. Les opérations de reprise des déchets anciens sur l’INB 56 doivent être réalisées avec davantage de rigueur….

Centre CEA de Marcoule

L’ASN porte une appréciation globalement positive sur le niveau de sûreté des INB du centre mais considère que le CEA doit poursuivre ses efforts en matière de préparation à des situations de crise ainsi qu’en matière de surveillance des prestataires.

L’ASN note favorablement l’implication technique actuelle du personnel CEA dans la centrale PHÉNIX et sera vigilante à son maintien. Les opérations préalables au démantèlement se déroulent dans des conditions de sûreté satisfaisantes malgré le retard du déchargement des combustibles. L’exploitant doit progresser dans le suivi interne des écarts ainsi que dans sa démarche de retour d’expérience.

L’ASN accordera une attention particulière à la sûreté du démantèlement de la centrale, dont le dossier est en cours d’instruction. Le CEA a déposé en avril 2012, avec retard, le dossier de demande d’autorisation de création de l’installation DIADEM, pour l’entreposage des déchets issus du démantèlement de PHÉNIX notamment. À l’issue d’une année de contrôles approfondis, l’ASN considère que la sûreté a été correctement assurée en 2012 dans le laboratoire ATALANTE et que le CEA a progressé dans la concrétisation de ses engagements. Une inspection renforcée sur trois jours a confirmé que le plan d’action sur la prise en compte des facteurs sociaux, organisationnels et humains était en cours de déploiement effectif.

L’ASN sera vigilante à la poursuite de sa mise en œuvre. La gestion des déchets et la coordination avec les entreprises extérieures en matière de radioprotection constituent des axes de progrès.

Page 368 extrait :

LES GRANDS ENJEUX DE LA SÛRETÉ NUCLÉAIRE

ET DE LA RADIOPROTECTION

L’importance des facteurs sociaux, organisationnels et humains pour la sûreté nucléaire et la radioprotection

La contribution de l’homme et des organisations à la sûreté des installations nucléaires est déterminante au cours de toutes les étapes du cycle de vie des centrales (conception, mise en service, fonctionnement, maintenance, surveillance, démantèlement).

L’ASN s’intéresse donc aux conditions qui favorisent ou défavorisent la contribution positive des opérateurs et des collectifs de travail à la sûreté des centrales nucléaires.

L’ASN définit les facteurs sociaux, organisationnels et humains (FSOH) comme l’ensemble des éléments des situations de travail et de l’organisation qui vont avoir une influence sur l’activité de travail des opérateurs.

Les éléments considérés relèvent de l’individu et de l’organisation du travail dans laquelle il s’inscrit, des dispositifs techniques et plus largement de l’environnement de travail, avec lesquels l’individu interagit. L’environnement de travail concerne, par exemple, l’ambiance thermique, sonore ou lumineuse du poste de travail. La variabilité des caractéristiques des travailleurs (la vigilance qui diffère en fonction du moment de la journée, le niveau d’expertise qui varie selon l’ancienneté au poste) et des situations rencontrées (une panne imprévue, des tensions sociales) explique qu’ils aient perpétuellement à adapter leurs modes opératoires pour réaliser leur travail de manière performante. Cette performance doit être atteinte à un coût acceptable pour les opérateurs (en termes de fatigue, de stress) et leur apporter des bénéfices (le sentiment du travail bien fait, la reconnaissance par les pairs et la hiérarchie, le développement de nouvelles compétences).

Ainsi, une situation d’exploitation obtenue au prix d’un coût très élevé pour les opérateurs est un gisement de risques : une petite variation du contexte de travail, du collectif ou de l’organisation du travail peut suffire à diminuer la performance….

La maîtrise des activités sous-traitées :

Les opérations de maintenance des réacteurs français sont en grande partie sous-traitées par EDF à des entreprises extérieures, dont l’effectif global représente environ 20 000 personnes. EDF motive le recours à la sous-traitance par le besoin de compétences extérieures ou le souci d’abaisser les coûts….

Attentes de l’ASN

L’ASN considère que le recours à la sous-traitance relève d’un choix industriel de l’exploitant mais que ce choix ne doit pas remettre en cause les compétences techniques que l’exploitant nucléaire doit conserver.

L’ASN estime qu’une sous-traitance mal maîtrisée est susceptible de conduire à une mauvaise qualité du travail réalisé et d’avoir un impact négatif sur la sûreté de l’installation et la radioprotection des intervenants (les sous-traitants recevant une grande partie de la dose reçue sur l’ensemble des réacteurs): voir point 6⏐1⏐4.

De telles conséquences peuvent résulter de l’emploi de personnels insuffisamment compétents, d’une surveillance insuffisante des prestataires par l’exploitant ou de conditions de travail dégradées….

Page 387 extrait : 

Activités de maintenance

En ce qui concerne la mise en œuvre des méthodes de maintenance par les sites, l’ASN considère que la situation d’EDF est perfectible, et des constats récurrents demeurent :

– les dossiers et analyses de risques qui doivent être réalisés en amont des actions de maintenance sont parfois inadaptés ou incomplets. Ces points doivent être améliorés et doivent faire l’objet, de la part d’EDF, d’une anticipation plus importante lors de la préparation de l’arrêt du réacteur ;

– enfin, la qualité de réalisation des interventions de maintenance passe également par une meilleure appréhension du facteur humain et par une meilleure surveillance des prestataires. L’ASN considère qu’EDF doit veiller à disposer des moyens humains et matériels suffisants pour ces activités….

Page 393 extrait :

Analyser les statistiques sur les événements significatifs

AsnEchelleInes14072008 bis

Le nombre d’ESS déclarés a augmenté d’environ 10 % par rapport à 2011, tout en restant à un niveau globalement comparable aux années précédentes. Un ESS a été classé au niveau 2 de l’échelle INES (voir encadré au point 4⏐2⏐2).

Le nombre d’ESR a augmenté d’environ 20 % par rapport à 2011. Cette hausse est principalement due aux opérations de radiologie industrielle et à la non réalisation de contrôles techniques (zonage et appareils mobiles de radioprotection). Par ailleurs, EDF en tant que responsable de la radioprotection dans les centrales doit veiller à la protection et au maintien de la culture de radioprotection de son personnel mais aussi des agents des entreprises prestataires.

Le nombre d’ESE est en diminution par rapport à l’année dernière mais reste élevé par rapport aux autres années : la protection de l’environnement doit rester au centre des préoccupations d’EDF….

 Le rapport complet ici 

Nous avons le plaisir de vous présenter dans son intégralité, le travail colossal, réalisé par nos copains de la CGT sur les conditions de la sous-traitance chez AREVA/CEA/EDF .  

E D I F F I A N T  / A C C A B L A N T

img016

Le dossier salaries_acteurs_nucleaire_propositions 02_2013

img017

La lettre au Ministre  Accord CEA VEOLIA

politique de l'autruche

5 minutes de plus « Flash info »

CGT Cruas/Meysse 

  1. Commission locale d’information(CLI) de la centrale nucléaire de Cruas/Meysse…
  2. Dossier CLI -Radioprotection «99,8% des intervenants < 10 MSV»…
  3. Dossier CLI -Accidents avec arrêt à la baisse pour 2012…
  4. EDF met en place la  suppression du contrôle d’anthropogammamétrie en début et fin de chantier ! …

+ d’infos  breves cruas n° 5

Ici nous respectons la loi sur les droits d’auteur, le travail de la presse et des journalistes professionnels

Nos amitiés aux uns, notre respects aux autres, bises à toutes et tous

« En ces temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire »  George Orwell

Et vous…qu’en pensez vous ?

79 comments for “L’impératif besoin d’amélioration…

  1. François
    6 septembre 2013 at 22 h 37 min

    J’insiste sur le fait que l’énergie ne se résume pas qu’à l’électricité… L’amalgame se fait trop souvent

    Les effets pervers de la transition énergétique en Allemagne
    http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/08/23/les-effets-pervers-de-la-sortie-du-nucleaire-en-allemagne_3465437_3234.html

    Transition énergétique allemande: doutes sur les centrales électriques
    http://www.rtl.be/info/monde/europe/1025043/transition-energetique-allemande-doutes-sur-les-centrales-electriques

    L’Europe sur la voie de la transition écologique?
    http://www.journaldelenvironnement.net/article/l-europe-sur-la-voie-de-la-transition-ecologique,35849?xtor=EPR-9

    Débat sur l’énergie : la gouvernance des réseaux n’a pas été totalement tranchée
    http://www.actu-environnement.com/ae/news/gouvernance-reseaux-distribution-energie-financement-turpe-19238.php4#xtor=EPR-1

  2. sun
    26 mai 2013 at 2 h 32 min

    Investissements d’avenir : 50 millions d’euros pour la « Recherche en sûreté nucléaire et en radioprotection »

    http://www.developpement-durable.gouv.fr/Investissements-d-avenir-50.html

  3. Camélito
    9 mai 2013 at 22 h 14 min

    les brèves du CCE d’EDF SA

    NUCLEAIRE

    Rosatom se dit prêt à des partenariats stratégiques avec des acteurs français du nucléaire. EDF a notamment été invité à participer au capital des centrales que le groupe russe construit à Kaliningrad ou en Turquie.

    En Inde, la Cour Suprême vient de donner son autorisation pour la mise en service de la centrale de technologie russe de Kudankulam, dans le sud de l’Inde et ce malgré les nombreuses manifestations de villageois et de militants antinucléaires.

    Selon les informations du Journal du Dimanche, EDF réclamerait entre cinq et huit milliards d’euros à l’Etat en contrepartie d’une fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim en 2016.

    Le directeur général de WWF France, Philippe Germa, doit présenter aujourd’hui aux experts du débat sur la transition énergétique une proposition visant à constituer un fonds dédié géré par la Caisse des Dépôts et alimenté par les provisions des opérateurs du nucléaire pour couvrir les coûts du démantèlement des centrales nucléaires.

    ENERGIE

    Le Premier ministre a confirmé que le gouvernement envisageait de réduire la participation de l’Etat dans le capital « d’un certain nombre d’entreprises publiques
    » et a précisé que n’étaient concernées que les entreprises « où le taux de participation de l’Etat est très important ». Selon certaines sources, vendre une partie de la participation dans EDF serait « le choix évident ».

    • L'artiste.
      24 mai 2013 at 14 h 03 min

      On ne joue pas avec les rayons x.

      Exposition en Alsace :  »jeux de mains’‘qui rassemble une centaine de clichés radiographiques des mains humaines.

      Sauf que l’ASN a indiqué qu’utiliser des rayons x au d’autres formes de radioactivité sur le corps humain à des fins artistiques est interdit, ces derniers étant réservés aux diagnostics et aux traitements médicaux.

      Pour les artistes qui travaillent en zone contrôlée c’est autorisé.
      A quand une exposition sur les hommes du nucléaire si, si ont peut….

  4. webmaster MZC
    9 mai 2013 at 9 h 00 min

    POLITIQUE DE SOUS TRAITANCE DU CEA

    MAÎTRISE DES ACTIVITÉS CONFIÉES À UN
    PRESTATAIRE

    25 AVRIL 2013

    – ORGANISATION DU CEA NIG 588 DU 4 JANVIER 2010

    – SITUATION DE LA SOUS-TRAITANCE AU CEA

    – POLITIQUE DE SOUS-TRAITANCE

    NIG 606 – Article 2.3 :
    La décision de faire appel à une entreprise extérieure doit faire l’objet préalablement d’une instruction approfondie sur les risques et les modalités de l’opération et sur son intérêt économique pour le CEA, en s’appuyant, de manière adaptée à la nature de la prestation, sur une analyse multicritères, parmi lesquels il convient de prendre en compte :

    – les risques en matière de sûreté, sécurité, radioprotection,environnement, spécialement dans le domaine nucléaire ;

    – l’économie globale de l’opération à court, moyen et long termes ;

    – la capacité éventuelle du CEA à faire lui-même plutôt qu’à faire faire, en particulier dans la durée, et l’arbitrage de l’affectation de ses moyens (humains, financiers,techniques…) entre les opérations, en lien avec la gestion prévisionnelle des emplois et
    des compétences.

    -COMMUNICATION AVEC LES PRESTATAIRES

    – LES MESSAGES DU CEA

    Le CEA exige de ses prestataires :

    . qu’ils considèrent la Sécurité – Sûreté nucléaire – Radioprotection comme une priorité absolue dans la conception, la préparation et l’exécution des prestations qui leurs sont confiées

    . qu’ils mettent en œuvre les moyens et l’organisation nécessaires au respect de cette priorité

    . qu’ils disposent d’un processus permettant l’adéquation des compétences de ses personnels à l’enjeu des chantiers du CEA

    Le CEA attend des personnels des prestataires une démarche interrogative rigoureuse et prudente, et qu’ils soient tant collectivement qu’individuellement

    . porteurs d’une forte culture de sûreté-sécurité-radioprotection

    . conscients des impératifs de sûreté et en particulier de l’obligation d’alerter de tout écart ou anomalie

    http://eduscol.education.fr/sti/sites/eduscol.education.fr.sti/files/ressources/pedagogiques/869/869-07a-politique-sous-traitance.pdf

  5. christophe
    9 mai 2013 at 0 h 07 min

    La CGT réclame un vrai statut pour les salariés de la sous-traitance

    Pour la CGT, « l’accès à ce statut doit être un tremplin pour la réinternalisation des activités abusivement sous-traitées tel que le préconise le pré-rapport parlementaire français suite à la catastrophe de Fukushima ».

    Près de 80 % de la maintenance des centrales d’EDF, d’Areva et du Commissariat à l’énergie atomique est effectuée par du personnel de sous-traitance, selon le syndicat…

    http://www.cyril-lazaro.com/article-la-cgt-reclame-un-vrai-statut-pour-la-viande-a-radiations-a-savoir-les-salaries-de-la-sous-traitanc-84935990.html

    • Jojo CFDT
      9 mai 2013 at 9 h 30 min

      Salut christophe, c’était en septembre 2011 déjà .
      Cela fait plus de 25 ans que je travail dans cette industrie ,
      cela fait aussi 25 ans que j’entends tous syndicats confondus qu’il faut un statut pour les sous-traitants ,
      cela fait donc 25 ans qui n’arrive pas à se mettre autour d’une table pour l’intérêt collectif des salariés sous-traitants du nucléaire

      L’association MZC doit voir le jour rapidement.

      Vous pouvez compter sur moi à Dampierre

      • christophe
        9 mai 2013 at 10 h 09 min

        Je suis tout à fait d’accord avec toi.

        Pour ton information, la CGT travaille actuellement (d’après mes infos) sur le contenu d’une convention collective unique en inter fédéral.

        Enfin, on semble sortir d’une politique de façade pour passer au concret.

        Je tente avoir accès au texte mais cela semble être encore confidentiel.

        Bien entendu et pour aller dans le sens de ta réflexion, cela ne doit pas nous empêcher de réfléchir ensemble sur les conditions de notre avenir en dépassant les barrières du syndicalisme.

        Certains disent « l’humain d’abord » et moi je rajouterait « l’humain ensemble d’abord ».

        • Bon pied bon oeil
          9 mai 2013 at 11 h 22 min

          Voici les différentes déclarations des grandes fédération syndicale que sont la CGT / FO et la CFDT sur la sous-traitance dans l’industrie nucléaire.

          Pour la CGT :
          Un statut social de haut niveau pour les salariés du nucléaire !
          déclarations.cgt

          Pour FO :
          La tenue d’un grenelle de l’énergie déclarations.fo.

          Pour la CFDT :

          Un socle commun de droits pour tous les salariés du nucléaires déclarations.cfdtufsn

          http://www.ma-zone-controlee.com/?p=14803

        • selrach
          24 mai 2013 at 22 h 26 min

          Bla Bla que du Bla Bla il nous reste que SUD énergie les amis

  6. Bob
    8 mai 2013 at 23 h 38 min

    Opération câlinothérapie auprès des actionnaires pour Henri Proglio

    En 2012, la rémunération totale de M. Proglio s’est établie à 1,3 million d’euros, en recul de 20 % par rapport à celle de 2011. Une baisse qui s’explique par la mise en place – sur le dernier trimestre de 2012 – du plafonnement décidé par le gouvernement pour les mandataires sociaux d’entreprises publiques.
    En 2013, la rémunération de M. Proglio devrait tomber à 450 000 euros.

    …Une autre question taraudait bien plus les actionnaires : quelle serait la conséquence pour leur investissement d’une éventuelle mise sur le marché d’une partie des actions détenues par l’Etat ?…

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/04/09/operation-calino-therapie-aupres-des-actionnaires-pour-henri-proglio_3156444_3234.html

  7. Sylver
    8 mai 2013 at 22 h 10 min

    Grèce : sans Sécu, le système D

    http://www.egora.fr/sante-societe/europe/161807-gr%C3%A8ce-sans-s%C3%A9cu-le-syst%C3%A8me-d?page=show

    Pour la première fois depuis 1975, les dépenses de santé ont reculé en Europe. Un rapport de l’Organisation de coopération et de développement économiques (Ocde), publié en novembre dernier, pointe ainsi l’impact sanitaire de la crise économique qui souffle sur le continent.

    Série de focus dans trois pays particulièrement touchés. Aujourd’hui : La Grèce.

    On l’appelle l’ « underground clinic », la clinique souterraine. Le centre médical et social d’Ellinikon, situé en banlieue d’Athènes sur une ancienne base militaire américaine, accueille depuis 2011 des …

  8. silver
    8 mai 2013 at 21 h 57 min

    ça marche du feux des Dieux, le compteur s’affole!

    2 798 visiteurs PC (adresse IP) soit environ 12 000 connections (IP et téléphones) aujourd’hui et c’est pas fini, la journée continue.

    3 680 029 visiteurs
    depuis le début de notre aventure sur ce site.

    cela dépasse largement nos prévisions !
    merci à vous tous pour votre fidélité.

    • 8 mai 2013 at 22 h 40 min

      il faut continuer, lors de la manif du 05 mai , j’ai annoncer le site a diverses personnes qui transmettent.
      Continuons à dénoncer (les responsables), nous nous sommes les victimes du systèmes.

  9. 8 mai 2013 at 8 h 45 min

    2710 signatures….

    Alerte et Soutien aux Drs E. Delpech, D. Huez et B. Berneron

    Les membres du collectif Ma Zone Controlee Va Mal soutiennent les Drs E. Delpuech D. Huez et B. Berneron

    http://www.petitions24.net/forum/post/1161443

    Edf va supprimer les contrôles anthropogammametrique (voir le 5 minutes de + dans l’article haut dessus), OBJECTIF : augmenter le temps métal …. 🙁

    Le risque Alpha n’existe pas à EDF , ben voyons , de plus en plus de tranches ont des assemblages combustibles fuyards = perte de la première barrière , donc Alpha Pu bien présent …. 🙁

    Les contaminations internes ne sont jamais déclarer à la C.P.A.M en Accident du Travail sans Arrêt, pourquoi ? Frauder la C.P.A.M c’est vraiment pas bien !!!! 🙁

    Vous en avez pas mare salarié du nucléaire d’être pris pour des couillons
    Alors signez cette pétition , on a tous à y gagner 😉

    • Sellig
      8 mai 2013 at 13 h 08 min

      “Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude ; l’esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes.”

      Déclaration Universelle des Droits de l’Homme,
      Article 4, Nations Unies, 10 décembre 1948

      • daniel
        8 mai 2013 at 14 h 44 min

        L’ASN a classé au niveau 2 de l’échelle Ines un incident survenu le 24 avril à la centrale du Blayais (Gironde) au cours de l’arrêt programmé du réacteur 4.
        Un employé de la société Kaefer Wanner, prestataire d’EDF, a été contaminé au niveau du cou.
        Le temps de son exposition étant incertaine, l’évaluation dosimétrique fera l’objet d’une expertise de l’IRSN pour confirmer la dose reçue

        • 8 mai 2013 at 15 h 16 min

          Des poussières radioactives dans le cou

          Comment est-ce arrivé ?

          Le salarié travaillait sur un chantier de brossage de matériel dans la zone nucléaire.

          Il portait une tenue de protection adéquate ce qui laisse penser que les poussières dangereuses se sont déposées sur sa peau quand il a retiré son équipement. Selon le service médical, l’homme ne porterait pas de traces de contamination résiduelle sur le corps.

          Il sera malgré tout suivi à titre préventif.

          Pendant un an, il ne pourra plus pénétrer en zone nucléaire….

          http://aquitaine.france3.fr/2013/04/29/centrale-de-blaye-33-des-poussieres-radioactives-dans-le-cou-243009.html

          Dose engagée > 20Msv / An ?

  10. Sylver
    7 mai 2013 at 23 h 39 min

    Qui veut la peau du médecin de la centrale nucléaire ?

    http://www.rue89.com/rue89-eco/2013/05/06/veut-peau-medecin-centrale-nucleaire-242089

    Elsa Fayner | Journaliste Rue89

    Première en France : trois entreprises portent plainte contre des médecins du travail, qui ont lié les pathologies de salariés à leurs conditions de travail…

  11. François
    7 mai 2013 at 23 h 23 min

    Privatiser pour sortir de la crise : nouvelle erreur stratégique !

    Le Premier ministre a annoncé, hier, son intention de vendre des participations de l’État dans des grandes entreprises afin de financer sa politique.

    Dans les « possibilités » sont pointées EDF ou GDF SUEZ.

    Cette annonce est très significative du manque de vision stratégique de ce gouvernement en termes de politique industrielle. On assiste à une véritable fuite en avant.

    Hormis le signe idéologique très néfaste envoyé une fois de plus à ceux qui l’ont élu (on nous refait le coup du désengagement de l’État par un gouvernement censé porter une autre politique), la nature même de la recette
    utilisée pour renflouer les caisses de l’État est très inquiétante et pose un réel problème de fond.

    En période de crise, telle que celle dans laquelle notre pays s’enfonce aujourd’hui, ce n’est pas de moins de puissance publique dont on a besoin mais bien de plus de puissance publique.

    Le gouvernement, s’il veut se donner les moyens de sa politique, et en particulier dans le domaine industriel, doit garder des leviers pour décider des choix stratégiques des entreprises. Le secteur énergétique est essentiel dans la politique industrielle et également pour tous les usagers et citoyens, tant on saitle poids de l’énergie dans le pouvoir d’achat des ménages.

    Certains pourraient rétorquer qu’une légère perte de participation ne change rien sur le fond que ce n’est que bonne gestion. Cela est un leurre. Nous avons pu constater dans nos entreprises le dégât causé par la transformation en sociétés anonymes, puis par l’ouverture du capital. Petit à petit, ce sont les actionnaires qui guident les choix. L’exemple le plus saillant aujourd’hui est la politique menée par GDF SUEZ, qui depuis la
    privatisation de GDF se désengage du territoire français et du service public, ne répond même plus aux appels d’offres de desserte gaz, externalise, filialise et réduit les emplois afin de se réorienter, dans le domaine de l’électricité, vers les marchés asiatiques.

    Cette annonce va à l’envers de ce qu’il faudrait faire.

    La FNME CGT revendique la création d’un pôle public de l’énergie seul à même de permettre une réelle appropriation sociale de tout ce secteur si stratégique.

  12. André
    7 mai 2013 at 22 h 50 min

    Santé: Des médecins du travail protestent contre des plaintes d’entreprise

    http://www.20minutes.fr/ledirect/1151165/20130506-sante-medecins-travail-protestent-contre-plaintes-entreprise

    Trois médecins du travail sont confrontés à des plaintes auprès du conseil de l’Ordre des médecins déposées par des entreprises qui souhaitent faire invalider des certificats médicaux établis par eux, au sujet de la santé psychique de salariés, a-t-on appris lundi auprès de leurs soutiens.

    Ces trois médecins du travail, les docteurs Delpuech exerçant dans l’Ain, Huez et Berneron d’Indre-et-Loire, sont soutenus par plusieurs syndicats médicaux et des associations. Une pétition sur Internet a été lancée et a déjà recueilli 800 signatures, dont la moitié de médecins du travail.

    Le Dr Dominique Huez, qui travaille à la centrale nucléaire de Chinon, est convoqué mardi devant une commission de conciliation de l’Ordre des médecins d’Indre-et-Loire à Tours, pour y rencontrer des avocats du plaignant, un sous-traitant d’EDF. Un certificat médical produit dans le cadre d’une plainte pour harcèlement

    L’objectif de cette réunion, a affirmé le médecin à l’AFP, est de le faire revenir sur un certificat médical qu’il a délivré au sujet d’un ouvrier de maintenance, qui fait le lien entre l’état très dépressif de l’ouvrier et son travail.

    Or, par la suite, cet ouvrier a produit ce certificat dans le cadre d’une plainte pour harcèlement moral contre son employeur, devant les prud’hommes.

    Selon le Dr Huez, par ailleurs syndiqué à la CGT, « les avocats des employeurs ont compris qu’il fallait faire invalider » ce type de certificat médical.

    « Je ne me rendrai pas à cette réunion de conciliation », a-t-il affirmé. Son absence entraînera sa comparution devant la chambre disciplinaire, a prévenu l’Ordre dans le courrier de convocation qui lui a été adressé et que l’AFP a pu consulter.

    Un des deux autres médecins poursuivis, le Dr Elizabeth Delpuech de Bourg-en Bresse, a déjà reçu un blâme de son Ordre départemental et a fait appel devant le conseil national.

    Le Syndicat National des Professionnels de Santé au Travail (SNPST) a exprimé « son inquiétude devant ce type de procédure engagée par un employeur contre un médecin du travail devant la juridiction professionnelle ».

    « L’exercice de la médecine du travail amène notamment à faire des constatations d’atteinte à la santé des salariés et à les mettre en lien avec des facteurs professionnels (…) Bien sûr, certaines constatations peuvent aller à l’encontre des intérêts d’un employeur, en particulier lorsqu’elles amènent à pointer des pratiques managériales dangereuses pour la santé des salariés », ajoute le syndicat dans un communiqué

    • Sylver
      7 mai 2013 at 22 h 56 min

      PETITION D’ALERTE ET DE SOUTIEN :

      http://www.petitions24.net/alerte_et_soutien_aux_drs_e_delpech_d_huez_et_b_berneron

      POUR PERMETTRE AUX MÉDECINS DU TRAVAIL D’ATTESTER D’UN LIEN DE CAUSALITÉ ENTRE LE TRAVAIL ET L’ATTEINTE A LA SANTE

      POUR SOUTENIR les Drs E. DELPUECH, D. HUEZ et B. BERNERON

      Les médecins du travail sont des spécialistes de la santé au travail.
      Les pratiques de l’ordre des médecins et de ses instances doivent dorénavant en prendre acte notamment en matière de plaintes d’employeur. Nous revendiquons par conséquent que :

      • Une plainte d’employeur ne soit recevable devant une juridiction ordinale que dès lors qu’elle représente l’intérêt de la santé des salariés de l’entreprise. La plainte doit être rejetée lorsqu’elle est fondée sur des motifs extérieurs à la santé des salariés et lorsque la responsabilité de l’entreprise ou de ses dirigeants est engagée, notamment dans un conflit les opposant à un ou plusieurs salariés.

      • Dès lors qu’elle serait recevable une plainte auprès du conseil de l’ordre doit être précédée d’une concertation confraternelle avec le médecin mis en cause. Pour les médecins du travail, la conciliation avec le plaignant-employeur ne peut avoir pour objet de s’expliquer sur leurs actes professionnels ce qui serait contraire aux dispositions réglementaires particulières concernant leur exercice.

      • L’ordre des médecins ne soit pas compétent pour juger des pratiques professionnelles des médecins spécialistes dès lors que ces pratiques ont fait l’objet d’une élaboration et d’une évaluation formalisée publiquement et dans un cadre institutionnel entre pairs.

      C’est pour avoir observé leurs obligations en rédigeant des certificats médicaux ou des courriers à leurs confrères, constatant…

      • hollowman of ardeche
        7 mai 2013 at 23 h 34 min

        HELLO LES CAMARADES

        c’est primordial que cette pétition soit signée par le maximum car la médecine de travail est un maillon qui ne doit pas sauter ils comptent sur nous, alors à faire connaitre autour de vous, et sur les réseaux

        fraternellement

  13. ESSOR révolution COLLECTIF 2014
    7 mai 2013 at 13 h 59 min

    Le collectif invite l’ensemble des ces membres à une soirée fabrication de banderoles, préparation de tracts et montage de barnum en vu des grandes manoeuvres 2014.

    Pour Dampierre au bar habituel et pour Cruas apéro chez Jacquie puis tous au hangar.

  14. le furet
    7 mai 2013 at 7 h 30 min

    Incident de niveau 1 à Cruas
    Lundi 06 mai 2013 à 19h34

    EDF a déclaré cet incident ce lundi, pour une erreur de procédure.

    Un incident a été classé au niveau 1 à la centrale nucléaire de Cruas. Ca s’est produit il y a une semaine mais EDF ne le révèle que ce lundi. Deux opérations de maintenance ont eu lieu en même temps, l’une sur la ligne auxilaire à haute tension, l’autre sur des turbines. Or, ces deux essais sont interdits simultanément, à cause du risque de coupure électrique. C’est un écart de procédure.

    EDF a donc déclaré l’incident au niveau 1 sur l’échelle INES qui en compte 7.

    http://www.francebleu.fr/faits-divers/centrale-nucleaire/incident-de-niveau-1-cruas-541816

  15. marcel
    6 mai 2013 at 20 h 54 min

    Bonjour bonjour,

    Je ne raffole pas du « Petit Journal » de Canal+, mais ils ont fait du sacré bon boulot lors de leur couverture du défilé du FN, le 1er mai 2013.

    On voit notamment dans leur reportage :

    – Une gamine de 11 ans qui professe des horreurs racistes.
    – Un type filmé avec un énorme tatouage nazi sur le crâne (2 symboles runiques de divisions SS entrelacés!)
    – Une femme qui a accroché un saucisson à un drapeau français (!) et qui insulte la journaliste beur : « Moi française! Vous comprendre? »

    http://www.liberation.fr/societe/2013/05/03/quand-une-journaliste-du-petit-journal-se-fait-insulter-par-une-militante-du-fn_900657

    Très bonne piqure de rappel auprès des téléspectateurs qui auraient oublié ce qu’est vraiment le FN (et hélas, il y en a, vu la hausse du FN dans les sondages…)

    Transférez à volonté..

  16. Camélito
    6 mai 2013 at 20 h 49 min

    les brèves du CCE d’EDF SA

    NUCLEAIRE

    L’ASN a classé au niveau 2 de l’échelle Ines un incident survenu le 24 avril à la centrale du Blayais (Gironde) au cours de l’arrêt programmé du réacteur 4. Un employé de la société Kaefer Wanner, prestataire d’EDF, a été contaminé au niveau du cou. Le temps de son exposition étant incertaine, l’évaluation dosimétrique fera l’objet d’une expertise de l’IRSN pour confirmer la dose reçue.

    Le 30 avril, des associations opposées au projet de stockage de déchets radioactifs à Bure (Meuse) ont assigné l’Andra devant la justice pour avoir « délibérément dissimulé l’intérêt de la ressource géothermique » du lieu afin « d’imposer une installation nucléaire ». Si l’ASN donne son autorisation au projet, sa mise en service est prévue pour 2025.

    Le 2 mai, le gouvernement turc a confirmé qu’il avait choisi le consortium franco-japonais pour construire et exploiter la 2ème centrale nucléaire du pays.

    Selon le ministère britannique de l’Energie, le réacteur Hinkley Point C construit par EDF pourrait être mis en service avec deux ans de retard. Initialement, il devait entrer en production en 2018, mais le projet a pris du retard avec la catastrophe de Fukushima qui a entraîné des changements de règlementation.

    ELECTRICITE

    Selon un baromètre Powermetrix-AFP, près de 11 % des français, soit plus de 3 millions de foyers, reconnaissent avoir eu récemment des difficultés à payer leur facture d’électricité. Ces difficultés concernent autant ceux qui se chauffent à l’électricité (13 %) que ceux qui se chauffent au gaz, fioul ou bois (11 %).

    La ligne de transport d’électricité à 400 000 volts vient d’être mise en service. Elle relie, sur 163 km, les communes de Saint-Sébastien-de-Raids dans la Manche et Beaulieu-sur-Oudon en Mayenne.

    La société ferroviaire belge SNCB-Holding a reconduit le contrat d’EDF Luminus pour la fourniture d’électricité. Ce contrat porte sur une période de trois ans pour un total de 45,23 millions d’euros.

    Le ministre algérien de l’Energie et des mines a annoncé que des démarches étaient actuellement en cours pour la construction d’une « importante usine de production d’énergie électrique, unique en Afrique et dans le monde arabe ». Elle devrait être construite par General Electric et produire 8 400 MW.

    ENERGIES RENOUVELABLES

    La part des énergies renouvelables progresse lentement dans le mix énergétique de l’Union européenne. En 2011, l’énergie provenant de ces sources a contribué à hauteur de 13 % à la consommation finale brute d’énergie contre 12,1 % en 2010. L’objectif est que cette part atteigne 20 % d’ici à 2020, dans le cadre du paquet « énergie-climat ».

    Le groupe français Soitec a annoncé avoir finalisé avec succès l’émission d’un emprunt obligataire de 85 millions d’euros pour financer un projet de centrale solaire en Afrique du sud.

  17. Docteur House
    6 mai 2013 at 17 h 40 min

    Des pirates s’intéressent aux employés du nucléaire américain

    AlienVault et Invincea, notamment, ont récemment fait état d’une attaque visant un public très spécifique : les personnels travaillant sur le nucléaire, aux Etats-Unis, dans le domaine de l’énergie. De fait, le site Web du ministère américain de la santé a été piraté fin avril pour accueillir, sur l’une de ses pages, un logiciel malveillant. Une page bien particulière : celle qui présente les matrices d’exposition aux radiations dans les centrales nucléaires. Cette page présente notamment les compensations financières auxquelles les travailleurs concernés peuvent prétendre en cas d’affection spécifique….

    http://www.lemagit.fr/economie/secteur-activite/industrie-distribution/2013/05/06/des-pirates-sinteressent-aux-employes-du-nucleaire-americain/

    Maladie professionnelle

    Un chauffeur de poids-lourds atteint d’une sciatique par hernie discale est pris en charge au titre de la maladie professionnelle sur la base du tableau n° 97 (qui vise les travaux exposant habituellement aux vibrations de basses et moyennes fréquences transmises au corps entier).

    Le salarié invoque la faute inexcusable de l’employeur en raison du port de charges lourdes qui lui étaient imposées.
    Or, le port de charges relève du tableau n° 98. Les Juges considèrent, dès lors, que la faute invoquée par le salarié était étrangère aux causes de la maladie professionnelle dont il est atteint, ne permettant pas, ainsi, d’engager la responsabilité de l’employeur.

    Cour de cassation, chambre civile 2, arrêt du 4 avril 2013; pourvoi n° 12-13600

    http://www.lozere.cci.fr/pratique/actualite/1a5095_maladie_professionnelle.php

    Sommes-nous capables de démanteler nos centrales nucléaires ?

    De la France aux États-unis en passant par l’Allemagne, les pays qui ont misé sur l’énergie nucléaire se trouvent aujourd’hui confrontés à un nouveau défi : « le démantèlement de leurs centrales vieillissantes ou définitivement mises à l’arrêt. »….

    « Au fil des témoignages – physiciens, militants d’associations antinucléaires, mais aussi salariés du nucléaire –, on découvre l’imprévoyance totale d’une industrie qui se targue pourtant d’une expertise scientifique sans faille. Une enquête sans concessions qui dresse un bilan préoccupant de l’état du parc nucléaire dans les pays développés. »

    ARTE
    CENTRALES NUCLEAIRES, DEMANTELEMENT IMPOSSIBLE ?
    Mardi 21 mai à 20.50 sur ARTE

    http://www.enerzine.com/2/15710+sommes-nous-capables-de-demanteler-nos-centrales-nucleaires+.html?posts_usersPage=1

    Plaintes contre trois médecins du travail devant le conseil de l’Ordre

    Mardi 7 mai, Dominique Huez ne se rendra pas à la convocation du conseil de l’Ordre des médecins d’Indre-et-Loire. Médecin du travail à la centrale nucléaire de Chinon (Indre-et-Loire), il ne veut pas s’expliquer devant une « commission de conciliation » avec un employeur, la société Orys, sous-traitante de la centrale, qui a déposé plainte contre lui.
    On reproche à M. Huez d’avoir délivré à un des salariés d’Orys un certificat attestant du lien entre son état de santé psychique et ses conditions de travail. Selon la plainte, M. Huez n’aurait pas respecté, dans son certificat, la notion de prudence et de circonspection.

    « Je suis tout à fait d’accord pour m’expliquer avec l’Ordre sur ma pratique déontologique, mais pas devant l’employeur, indique M. Huez. Il m’est interdit par la loi de donner à l’entreprise la moindre information sur la santé d’un de ses salariés. »

    Ce salarié avait produit ce certificat dans le cadre d’un contentieux prud’hommal pour harcèlement moral qui l’oppose à son employeur.

    Actuellement, trois médecins du travail font l’objet de plaintes similaires d’employeurs, dont EDF. L’une d’elles a déjà abouti à un blâme, qui fait l’objet d’un appel.

    « FAIRE LE LIEN ENTRE TRAVAIL ET SANTÉ, C’EST LE RÔLE MÊME DU MÉDECIN »….

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/05/06/trois-medecins-du-travail-font-l-objet-de-plaintes-d-employeurs-devant-le-conseil-de-l-ordre_3171527_3234.html

    • 6 mai 2013 at 17 h 55 min

      Soutien aux Drs E. Delpech, D. Huez et B. Berneron

      http://www.petitions24.net

      • l'abeille sociale
        6 mai 2013 at 22 h 56 min

        C’est de notre devoir à toutes et à tous de signer cette pétions pour que des Hommes comme eux puissent continuer à faire leur travail en nous protégeant au travail.

        Merci pour eux, merci pour nous de signer cette pétition.

  18. jacob
    5 mai 2013 at 11 h 40 min

    Fessenheim: manifestation contre la fermeture de la centrale

    Plusieurs centaines de personnes ont manifesté samedi à Fessenheim (Haut-Rhin) à l’appel d’élus locaux pour le maintien de la centrale nucléaire alsacienne dont le gouvernement programme la fermeture en 2016.

    Plusieurs centaines de personnes ont manifesté samedi à Fessenheim (Haut-Rhin) à l’appel d’élus locaux pour le maintien de la centrale nucléaire alsacienne dont le gouvernement programme la fermeture en 2016.

    Les manifestants se sont dits confortés par l’autorisation accordée lundi dernier par l’ASN (Autorité de sûreté nucléaire) à la poursuite pour dix ans du réacteur numéro 2 de la centrale. « Cela confirme ce que nous vivons de l’intérieur. Si la centrale n’était pas sûre, nous serions les premiers à demander sa fermeture », a souligné un salarié de la centrale.

    AFP – Plusieurs centaines de personnes ont manifesté samedi à Fessenheim (Haut-Rhin) à l’appel d’élus locaux pour le maintien de la centrale nucléaire alsacienne dont le gouvernement programme la fermeture en 2016.

    Les manifestants, qui étaient environ 500 selon la gendarmerie et 700 selon les organisateurs, ont défilé jusqu’aux portes de la centrale sous le slogan « Fessenheim est sûre, qu’elle dure! ».

    Ils ont dénoncé une décision de fermeture « purement électorale sans aucun argument rationnel », qui entraînerait la « désertification » de la commune et de ses environs.

    Le cortège rassemblait des élus locaux, des salariés de la centrale et leurs représentants syndicaux, ainsi que des artisans, des commerçants chefs d’entreprises et des riverains.

    « Nous sommes là pour dire non à une décision purement électorale », a déclaré Michel Sordi, député (UMP) de la circonscription, à l’origine de la manifestation.

    « C’est une décision inique, politicienne, anti-économique, anti-sociale. On va mettre des sous-traitants en faillite et créer du chômage pour flatter un parti écologiste ultra-minoritaire », a dit Fabienne Stich, maire de Fessenheim.

    « La majorité sort du silence pour faire entendre les arguments rationnels contre les contre-vérités », a estimé pour sa part Magali Heyer, présidente de l’association locale « Fessenheim notre énergie ».

    Les manifestants se sont dits confortés par l’autorisation accordée lundi dernier par l’ASN (Autorité de sûreté nucléaire) à la poursuite pour dix ans du réacteur numéro 2 de la centrale. « Cela confirme ce que nous vivons de l’intérieur. Si la centrale n’était pas sûre, nous serions les premiers à demander sa fermeture », a souligné un salarié de la centrale.

    Beaucoup ont évoqué la crainte de la disparition de 2.000 emplois dans les environs. Selon Mme Heyer, la mesure représente la moitié des actifs de la communauté de communes, et entraînerait le départ au total de 5.000 habitants.

    L’intersyndicale CGT-FO-CFDT-CFE/CGC de la centrale s’est jointe au cortège pour dire « oui à un mix énergétique raisonné » qui « a besoin du nucléaire » et de ses « bénéfices pour subventionner » les énergies renouvelables.

    http://www.france24.com/fr/20130504-fessenheim-manifestation-contre-fermeture-centrale

  19. Bon pied bon oeil
    5 mai 2013 at 9 h 44 min

    R E S O L U T I O N

    U.F.S.N ENERGIE

    4-2. La sûreté et la sécurité

    4.2.3. La demande gouvernementale s’est traduite par la demande faite par l’ASN aux exploitants nucléaires en mai 2011 de réaliser des ECS selon un cahier des charges précis discuté et approuvé par le HCTISN dont font partie des représentants de la CFDT
    L’UFSN regrette que le CEA et AREVA refusent la présence d’observateur du HCTISN lors des ECS. Cette position pose le problème de la transparence au CEA et à AREVA

    4-4.L’assainissement et démantèlement

    4.4.4. Pour l’UFSN/CFDT, il est nécessaire de renforcer notre exigence de maîtrise sur la radioprotection pour l’ensemble des travailleurs.
    Dans ce domaine, aucun écart n’est acceptable, tant pour les travailleurs que pour le public.

    4.4.8. La sous-traitance

    Les activités d’assainissement et de démantèle-ment ne doivent pas entraîner un recours accru à la sous-traitance.Ces activités sont sensibles tant en sûreté/sécurité qu’en développement d’un savoir-faire technologique et doivent être assurées prioritairement au sein des entreprises propriétaires des installations.
    L’UFSN/CFDT s’opposera à la sous-traitance qui n’aurait pour but que de baisser les effectifs des entreprises utilisatrices, diminuer le coût du travail et transférer les problèmes de pénibilité au détriment des salariés.
    Pour l’UFSN/CFDT, le recours à la sous-traitance ne se conçoit que dans le cadre du recours à une compétence extérieure à l’entreprise.
    L’UFSN/CFDT constate que la sous-traitance dans l’assainissement et le démantèlement entraîne une dilution des responsabilités et des contraintes de sécurité et de sûreté. Les salariés sont fragilisés face à ces organisations possibles de sous-traitance en cascade car il existe un risque d’incompréhension pour les entreprises et pour les salariés.
    L’UFSN/CFDT combattra toute externalisation de l’activité d’assainissement et de démantèlement dans son champ professionnel, dès lors que les principes de la RSE 19 ne sont pas respectés (droits fondamentaux des salariés, droit à la représentation, à la protection sociale et obligations environnementales).

    4.4.9. Pénibilités

    L’UFSN/CFDT revendique une reconnaissance des pénibilités des activités d’assainissement et de démantèlement, qui doivent être prises en compte au niveau des appels d’offres par les donneurs d’ordres.

    4.4.10. Formation

    L’UFSN/CFDT constate que de nouvelles filières de formation, ont été mises en place sur le territoire national depuis quelques années, notamment par
    la création de BAC PRO environnement nucléaire, licence 3D (démantèlement, dépollution, déchet), création de Master professionnel GEDERA (gestion des déchets radioactifs), sûreté. Cependant, ces filières trop peu nombreuses ne forment pas encore assez de jeunes étudiants pour répondre aux enjeux d’avenir.
    L’UFSN/CFDT constate un manque d’engouement pour des métiers techniques porteurs de perspectives d’emploi pour de nombreuses années.Elle suggère que plus de publicité soit faite autour de ces métiers par les employeurs potentiels et que ceux-ci mettent en place des conditions attrayantes et pérennes pour leurs salariés.

    4.4.11. L’UFSN/CFDT pense que pour répondre à cet accroissement d’activité créatrice d’emplois, et réussir ce challenge industriel, AREVA ne doit
    pas se séparer de ses filiales. Une simplification de ses structures doit être réalisée pour pouvoir répondre au mieux aux appels d’offres de ce marché.

    4.4.12. Pour l’UFSN/CFDT, l’opinion publique sera de plus en plus sensible à la bonne réalisation des opérations d’assainissement/démantèlement. L’industrie nucléaire se doit de réussir les démantèlements pour augmenter sa crédibilité auprès des populations. Elle se doit de développer et de valoriser son savoir-faire en termes de traitement et de réhabilitation des sites.

    4.4.13. L’UFSN/CFDT propose que soit étudiée la possibilité de création d’un organisme publique indépendant chargé de la collecte et de la gestion des fonds destinés à l’assainissement démantèlement des installations nucléaires.
    Cette organisation ou une autre,pourrait également avoir la responsabilité de la maitrise d’ouvrage et du suivi de ces opérations assainissement / démantèlement.

    5-1.L’emploi

    5.1.1. Le secteur nucléaire emploie directement environ 200 000 salariés en France.Les savoir-faire et compétences techniques et humaines déployés sont une richesse pour la France et son industrie. Alors que notre pays ne cesse de se désindustrialiser, ce secteur a recruté et a maintenu en France et en Europe des moyens de production et de recherche performants.

    5-2.Attractivité et Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GPEC).

    5.2.1. L’UFSN/CFDT constate un manque d’attractivité de la filière sur le marché de l’emploi par manque de lisibilité.

    5.2.2. L’UFSN/CFDT s’inquiète de la pyramide des âges chez les donneurs d’ordre, même si certains efforts de recrutement ont été faits.
    Pour l’UFSN/CFDT, il est urgent de définir les compétences nécessaires à l’avenir de la filière et de procéder aux recrutements.

    5.2.3. La politique des donneurs d’ordres au travers des renouvellements de marché entraîne une perte des compétences chez les sous-traitants et
    conduit, dans certains cas, à une perte de la maîtrise opérationnelle chez le donneur d’ordre.
    Il faut sécuriser les transferts collectifs et individuels, au gré des changements de prestataires.
    L’UFSN/CFDT revendique une transférabilité des droits des salariés lorsque les salariés changent d’entreprise.

    5.2.4. Pour l’UFSN/CFDT, Il est donc urgent d’organiser la filière en métiers et de sécuriser les parcours professionnels.

    5.2.5. L’UFSN/CFDT est favorable à une GPEC de filière qui regrouperait toutes les entreprises du secteur.L’UFSN/CFDT participe aux travaux du CSFN, qui vont dans ce sens et doivent être soutenus dans le temps.

    5.2.6. Une GPEC dans les bassins d’emplois est également une des conditions pour,d’une part, concourir à l’acceptabilité de notre activité et, d’autre part, assurer une meilleure visibilité des possibilités d’emploi offertes dans le secteur.

    7-1.L’avenir se prépare maintenant

    Dans le contexte qui a été présenté, l’UFSN/CFDT défend une politique énergétique basée sur les économies d’énergie, l’efficacité énergétique et un mix énergétique permettant de diminuer l’utilisation des ressources fossiles et donc les émissions de gaz à effet de serre….

    http://www.ufsn-cfdt.fr/images/catalogue/id_7/images/1143_R_solution_Energie.pdf

  20. Résistance
    5 mai 2013 at 8 h 40 min

    Électricité : plus de 6 millions de Français peinent à payer, selon une enquête

    Près de 11% des Français – soit plus de 3 millions de foyers et le double de personnes – reconnaissent avoir eu récemment des difficultés à payer leur facture d’électricité, selon un baromètre Powermetrix-AFP lancé mardi confirmant l’étendue de la « précarité énergétique ».

    Cette enquête a été menée cet hiver auprès d’un panel représentatif de 840 consommateurs par Wattgo, une société spécialisée dans la collecte et l’analyse de données sur la consommation électrique des Français, via des capteurs optiques placés sur leurs compteurs.

    L’étude permet de dessiner un « portrait-type » du ménage en situation de précarité électrique: sans surprise, le taux est plus élevé (18%) chez les locataires que les propriétaires (6%), d’autant plus en logement social (24%) que dans le privé (15%), selon cette étude….

    http://www.leberry.fr/france-monde/loisirs/art-vivre/pratique-conso/2013/04/30/electricite-plus-de-6-millions-de-francais-peinent-a-payer-selon-une-enquete-1535351.html

  21. Sellig
    4 mai 2013 at 8 h 18 min

    Un an après l’élection de François Hollande. Tableau d’un glissement néolibéral

    Il y a un an, nous étions nombreux à être soulagés : « ouf », « enfin », « Sarkozy est battu ». Et beaucoup d’entre nous espéraient surtout une rupture avec la politique menée pendant son quinquennat, néolibérale et autoritaire. En un an, le gouvernement Hollande n’a pas cessé d’agir. Mais dans quel sens ? Certes, il reste quatre ans. Mais, pour l’instant, le changement attendu n’est pas au rendez-vous. Et, de glissement en glissement, le gouvernement Ayrault semble plutôt engagé dans une fuite en avant néolibérale. Par quels mécanismes ? Sur quels dossiers ?
    Cette Note de la Fondation Copernic en fait un récapitulatif. Sur la politique européenne, l’écologie, les droits des femmes, le logement, la fiscalité, la dérive sécuritaire, la politique industrielle, les revenus, l’emploi, les licenciements…, les choses ont changé, mais souvent dans le mauvais sens.
    C’est parce que l’histoire n’est pas écrite d’avance, parce qu’il n’y a pas de fatalité, qu’il fallait rapidement proposer un bilan d’étape. Et avoir un tel bilan à l’esprit permettra d’agir, pour remettre à l’endroit ce que le libéralisme fait tourner à l’envers….

    http://www.fondation-copernic.org/spip.php?article901

  22. Chuttttttttttt
    4 mai 2013 at 7 h 03 min

    Travailleurs pauvres, misère sociale, voilà le modèle allemand

    Le grain de sel de Norbert Arndt, dirigeant du syndicat allemand VerDi de Herne. Le modèle allemand, c’est une entreprise de redistribution de la richesse du bas vers le haut à laquelle nous assistons depuis maintenant vingt ans. 
C’est cela en fait que l’on recommande si fortement à toute l’Europe. L’Allemagne est au centre de cette politique.

    Et le sort réservé aux salariés allemands n’a rien d’un exemple à suivre. Sur le papier, le niveau du chômage est certes moins élevé ici que dans d’autres pays européens.
    Mais c’est un formidable trompe-l’œil car, ici, on vit sous le règne 
de la précarité et de la misère au travail. Après la mise en place de l’agenda 2010 (les réformes antisociales de l’ex-chancelier Schröder – NDLR), 
les emplois hors convention collective sont devenus légion.
    Nous sommes à l’âge d’or de ces sociétés d’intérim, de ces marchands d’hommes qui jouent sur les statuts des jobs sous-payés et à couverture sociale allégée.
    La situation ne cesse 
de se dégrader pour la population de ma ville, 
Herne (170 000 habitants près de Bochum – NDLR). On n’y recense pas moins de 3 500 travailleurs pauvres inscrits au bureau d’aide sociale. 
On les appelle des cumulards (Aufstocker). En effet, comme leurs revenus salariaux se situent en dessous des minima sociaux, ils sont autorisés à les cumuler avec une somme complémentaire fournie par l’organisme public. Pour s’en sortir, certains vont jusqu’à exercer trois ou quatre emplois de ce type en même temps….

    http://www.humanite.fr/cactus/travailleurs-pauvres-misere-sociale-voila-le-model-532801

    Portugal : coupes sévères dans les dépenses publiques

    Le Premier ministre a annoncé le report de l’âge du départ à la retraite à taux plein à 66 ans et l’allongement du temps de travail de 35 à 40 heures pour les fonctionnaires.

    Au moment où les politiques d’austérité suscitent mécontentements et doutes à travers l’Europe, le Portugal se met à son tour à la diète. Le Premier ministre portugais a annoncé vendredi une série de coupes sévères dans les dépenses publiques pour permettre au pays, sous assistance financière, de respecter ses engagements budgétaires.
    Dans un discours à la nation, Pedro Passos Coelho a annoncé le report de l’âge du départ à la retraite à taux plein à 66 ans et l’allongement du temps de travail de 35 à 40 heures pour les fonctionnaires. Leur nombre devrait être réduit de 30.000 sur un total d’environ 700.000 par le biais de départs volontaires.
    Grâce à ces mesures, une douzaine au total, le Premier ministre espère parvenir à respecter les objectifs, déjà allégés deux fois, que la « troïka » (UE-FMI-BCE) des bailleurs de fonds lui a fixés : un déficit public à 5,5% du PIB cette année, à 4% en 2014 et à 2,5% en 2015 pour revenir en dessous de la limite des 3% définie par Bruxelles….

    http://www.lepoint.fr/economie/portugal-coupes-severes-dans-les-depenses-publiques-03-05-2013-1663407_28.php

  23. Gus
    4 mai 2013 at 5 h 20 min

    SANTÉ AU TRAVAIL

    L’OIT appelle les États à renforcer la prévention des maladies professionnelles

    À l’occasion de la Journée mondiale pour la santé et la sécurité au travail du 28 avril, l’OIT a publié un rapport sur la prévention des maladies professionnelles.
    Qualifiant ces dernières d’« épidémie cachée », elle appelle les États à renforcer sans délai leur politique de prévention, en coopération avec les organisations d’employeurs et de salariés.

    L’Organisation internationale du travail (OIT) a décidé cette année de consacrer la Journée mondiale pour la santé et la sécurité au travail à la prévention des maladies professionnelles. Dans son rapport publié à cette occasion, le 28 avril 2013, elle rappelle que, chaque année, 2 millions de personnes décèdent d’une maladie imputable au travail. Les maladies professionnelles tuent ainsi six fois plus de personnes que les accidents du travail. Les coûts qu’elles engendrent pour la société sont énormes. Dans l’Union européenne, ils sont évalués à au moins 145 milliards d’€ par an. En France, l’indemnisation des victimes de l’amiante pour la période 2001-2020 sera comprise entre 27 et 37 milliards d’€. Face à ce constat, l’OIT appelle les États à renforcer sans délai leur politique de prévention des maladies professionnelles.

    Améliorer les systèmes nationaux de sécurité et de santé au travail….

    http://www.wk-rh.fr/actualites/detail/65465/l-oit-appelle-les-etats-a-renforcer-la-prevention-des-maladies-professionnelles.html

  24. webmaster MZC
    3 mai 2013 at 19 h 11 min

    Le syndicalisme en France

    Les syndicats ont défilé en ordre très dispersé pour ce 1er mai. La CGT et la CFDT se sont opposées sur l’accord sur la sécurisation de l’emploi signé en janvier avec le patronat. La première étant contre, la seconde l’ayant signé. L’occasion de faire un état des lieux de syndicalisme en France….

    Le rôle des syndicats

    Certains mettent en doute l’utilité des syndicats. Pourtant, ils sont très importants. « Dans un pays pour régler les questions sociales, ou l’Etat fait tout, ou l’on confie cela aux marchés, à la relation individuelle. Le syndicat a pour objet d’organiser le marché du travail et d’affirmer la fierté collective. Elle négocie et elle rassemble. »

    Le syndicalisme français est numériquement faible par rapport aux autres pays européens, mais en terme de militantisme il est à peu près équivalent, estime Bernard Vivier.

    Les syndicats autonomes

    Les syndicats autonomes se sont rajoutés aux grandes confédérations plutôt que de s’y agglomérer. « Il y a la place en France pour une pluralité du syndicalisme, des opinions sur la manière de faire du syndicalisme, mais un excès de dispersion nuit au syndicalisme, », explique Luc Berry, secrétaire général de l’UNSA. « A l’UNSA nous souhaitons participer à un mouvement de rassemblement de celles et ceux qui partagent la philosophie du syndicalisme réformiste. »….

    http://www.franceinfo.fr/societe/dossier-du-12-14/le-syndicalisme-en-france-972379-2013-05-01#main-content

  25. Mario
    2 mai 2013 at 22 h 56 min

    Une manif du 1er mai qui dérape au Portugal dans un petit village.

    Regardez: tous se que la tv ne nous montre pas.

    Tirs, coups, femmes par terre, ….

    http://www.diarioliberdade.org/portugal/repressom-e-direitos-humanos/15406-video-cronica-da-manifestacao-anticapitalista-em-setubal-do-1o-de-maio.html

  26. Sellig
    2 mai 2013 at 17 h 47 min

    À quand une Europe de l’énergie ?

    Absence de solidarité, manque de cohérence des objectifs énergétiques et valses des prix, les Vingt-Sept ont oublié que l’énergie est une composante essentielle de la compétitivité des entreprises et du bien-être des ménages.

    Le débat s’intensifie sur la transition énergétique, avec un projet de loi qui devrait être déposé à l’automne. La France fera-t-elle cavalier seul, comme les autres pays européens ?
    L’Europe de l’énergie n’existe pas : les prix du gaz et de l’électricité dans les vingt-sept pays de l’Union européenne évoluent du simple au triple !
    Cette situation est d’autant plus paradoxale que l’énergie a joué un rôle clé dans la construction de l’Europe… Mais voilà, c’était il y a un peu plus de soixante ans, à une époque où il fallait se presser de reconstruire un vieux continent ravagé par six années d’une terrible guerre….

    http://www.valeursactuelles.com/%C3%A0-quand-europe-l%E2%80%99%C3%A9nergie20130430.html

  27. Gus
    1 mai 2013 at 8 h 54 min

    Une loi protège désormais les lanceurs d’alerte

    Ils s’appellent Henri Pézerat, André Cicolella, Irène Frachon
    Pendant des années, ces lanceurs d’alerte se sont battus pour alerter l’opinion publique sur des scandales sanitaires mettant parfois en péril leur propre carrière professionnelle. Grâce à eux, les dangers de l’amiante, les effets nocifs sur la reproduction des éthers de glycols (des solvants utilisés dans l’industrie et dans les produits d’entretien courants) ou plus récemment le scandale lié au Médiator ont pu être dévoilés au grand jour.

    Désormais, les scientifiques, citoyens, médecins qui dénoncent des scandales sanitaires ou environnementaux seront protégés par la loi.
    Le 3 avril, le Parlement a adopté un texte qui vise à protéger « les lanceurs d’alerte » sur les risques sanitaires ou environnementaux et à renforcer l’indépendance des expertises scientifiques. Les sénateurs ont voté sans modification en deuxième lecture la proposition de loi présentée par le groupe écologiste du Sénat, rendant son vote définitif.

    Sans aller jusqu’à définir un statut de lanceur d’alerte, le texte revu par l’Assemblée nationale réaffirme dès l’article premier que « toute personne physique ou morale a le droit de rendre publique ou de diffuser de bonne foi une information concernant un fait, une donnée ou une action, dès lors que la méconnaissance de ce fait, de cette donnée ou de cette action lui paraît dangereuse pour la santé ou pour l’environnement ».

    La protection des lanceurs est renforcée : aucune personne ayant émis une alerte de bonne foi ne pourra être inquiétée dans sa vie professionnelle….

    http://www.viva.presse.fr/une-loi-protege-desormais-les-lanceurs-alerte-167241

  28. 1 mai 2013 at 7 h 57 min

    Bienvenue parmi nous aux copains de la CFE-CGC de société STMI.

    Aujourd’hui , certains cadres dirigeants , manager sont dans la revendication comme nombres d’opérateurs pour de meilleurs conditions de travail et de vie .

    NOUS NE VOULONS PAS DE VOTRE COMPÉTITIVITÉ ECONOMIQUE QUI FAVORISE IRRÉMÉDIABLEMENT UN NUCLÉAIRE LOW-COST

    ( Plus d’infos à sujet très prochainement )

    Une pensée aux copains de UTM qui ce sont mobilisés (gréve) pendant + de 2 semaines .
    Qu’avez vous obtenu ?
    Qui vous a soutenu ?
    Quel impact sur vos activités ?

    Des grilles qui renforcent l’invisibilité sociale des expositions cancérogènes professionnelles

    Depuis presque 30 ans, les installations nucléaires françaises ont fait le choix du faire-faire, c’est-à-dire qu’elles ont délibérément choisi de faire sous-traiter les travaux de maintenance en ayant recours à des salariés d’entreprises extérieures ou des travailleurs intérimaires.
    Or ces situations de travail et d’exposition aux rayonnements ionisants et aux cancérogènes présents sur ces sites posent divers problèmes en termes de santé des travailleurs et de sûreté des installations.
    En effet, cette organisation du travail expose les 25 000 salariés sous-traitants à 80% de la dose de rayonnements ionisants et de poussières radioactives inhérente au fonctionnement de l’industrie nucléaire et tend ainsi à créer un véritable transfert des risques sur la sous-traitance.
    Ces conditions précaires de travail restent alors peu visibles, car supportées par un personnel non statutaire, dépendant des marchés contractés avec les donneurs d’ordre, personnel atomisé et nomadisé pour intervenir sur l’ensemble du territoire français toute l’année (voire tout au long de la carrière), rendu à l’incapacité d’organisation et de réflexion collective sur qu’il est en train de vivre….

    http://blogs.mediapart.fr/blog/cedric-surire/290413/des-grilles-qui-renforcent-linvisibilite-sociale-des-expositions-cancerogenes-professionnelles

  29. andré
    29 avril 2013 at 23 h 08 min

    Fessenheim : le réacteur numéro 2 devra être renforcé comme le numéro 1

    http://www.bienpublic.com/actualite/2013/04/29/fessenheim-le-reacteur-numero-2-devra-etre-renforce-comme-le-numero-1

    Fessenheim 2 autorisé à fonctionner jusqu’en 2022

    http://tempsreel.nouvelobs.com/topnews/20130429.REU3053/fessenheim-2-bon-pour-le-service-jusqu-en-2017-dit-l-asn.html

    Toujours les sous-traitants

    Centrale du Blayais : le salarié avait de la poussière radioactive dans le cou

    http://www.sudouest.fr/2013/04/29/centrale-du-blayais-le-salarie-avait-de-la-poussiere-radioactive-dans-le-cou-1039508-2788.php

  30. Sellig
    28 avril 2013 at 14 h 11 min

    VIALLY Pascal

    Jean-François RENUCCI, Secrétaire Général FCE-CFDT
    Marie-Hélène GOURDIN, Exécutif FCE-CFDT en charge de la Branche Pharmacie
    Isabelle FAIVRE, Secrétaire Générale SCERAO-CFDT
    Laurent BERGER, Secrétaire Général de la CFDT

    Marcy L’Etoile, le 23 avril 2013

    Objet : Prise d’acte de ma démission forcée

    Mesdames, Messieurs,Je vous informe par la présente que je prends acte de l’obligation qui m’est faite de démissionner de mes fonctions de coordonnateur CFDT Sanofi, de Délégué Fédéral FCE-CFDT en charge de la liaison CFDT Sanofi, et de mon mandat de Membre Suppléant du Comité d’Entreprise Européen de Sanofi.
    Je vous informe également de ma décision de quitter la CFDT.
    Ces décisions prennent effet immédiatement à compter de la réception de cette lettre, aussi je vous demande de bien vouloir cesser le prélèvement de toute cotisation et de m’enlever de toutes vos listes de diffusion d’informations sous toute forme (courriers,courriels, abonnements revues internes)…

    Je n’ai désormais plus aucun mandat syndical, et j’ai demandé à retrouver un poste de travail sur mon site de Marcy L’Etoile, évidemment sans aucune prétention pécuniaire ou de « reconnaissance des compétences acquises pendant mes mandats » comme certains m’y poussaient.
    Je suis également conscient des risques que je vais prendre en parlant publiquement dans ces conditions, et j’accepte ce risque car en vérité je n’ai pas le choix, c’est mon cœur qui s’indigne et c’est mon corps entier qui se lève debout.

    L’humain d’abord !

    Pascal VIALLY
    Ex-Coordonnateur CFDT Sanofi

    http://fr.scribd.com/doc/137576431/Lettre-demission

  31. Gus
    28 avril 2013 at 13 h 13 min

    Europe : des milliers de travailleurs dans les griffes de la « directive service »
    Depuis 2006, le nombre de travailleurs étrangers « low cost » a quadruplé en France.

    Les fraudes et le dumping social se normalisent.

    http://www.politis.fr/Europe-des-milliers-de,21938.html?fb_action_ids=503319543051155&fb_action_types=og.likes

    Vous ne voyez rien venir ????
    Qui ne dit mot , consent .

  32. webmaster MZC
    28 avril 2013 at 10 h 55 min

    Le Secrétaire général de la CGT écrit à François Hollande

    Lettre ouverte au Président de la République

    Monsieur le Président,

    Il n’est pas habituel que le Secrétaire général de la CGT écrive au Président de la République française. D’impérieuses raisons m’y conduisent.

    Il y a maintenant un an, les françaises et les français vous élisaient Président de la République. Ils affirmaient ainsi le besoin d’une rupture avec la politique économique et sociale menée précédemment. De ce besoin vous en avez fait votre slogan : « le changement c’est maintenant ». La CGT s’était clairement exprimée pour un changement de majorité dans l’intérêt des salariés. Or, nous sommes contraints de constater l’écart grandissant entre vos engagements et les actes. Le décalage est immense entre les attentes des salariés et les réponses politiques apportées.

    Pour les salariés, rien n’a changé positivement dans leur vie au travail et dans leurs conditions sociales. Mois après mois le chômage augmente, la précarité est le lot de plus en plus de salariés, les destructions d’emplois dans l’industrie, le commerce et les services font l’actualité. L’incertitude face à l’avenir et la faiblesse du pouvoir d’achat pèsent sur la consommation des ménages.

    Les jeunes, premières victimes de la crise, constituent une véritable génération sacrifiée et subissent chômage, précarité et déclassement. C’est à cette situation qu’il faut répondre. Dans votre intervention, lors de l’ouverture de la précédente conférence sociale de juillet 2012, vous avez affirmé l’ambition de construire une « feuille de route sociale ». Une « feuille de route », en particulier en matière sociale, ne peut pas être continuellement remise en cause ou déchirée pendant le parcours.

    L’augmentation des salaires et du pouvoir d’achat, l’emploi, la politique industrielle, les services publics, une protection sociale de haut niveau, les droits à la retraite, doivent être à l’ordre du jour de la future conférence sociale qui se tiendra les 20 et 21 juin prochain.

    La démocratie sociale et les moyens de l’exercer doivent aussi en être partie prenante.

    La séquence que nous venons de vivre avec la négociation de l’ANI sur la « sécurisation de l’emploi » et sa transcription dans la loi divise les français, les salariés, les organisations syndicales et les parlementaires, y compris ceux de la majorité.

    Comment dans ces conditions le texte de l’accord du 11 janvier pourrait-il devenir loi de la République ?

    Dans les prochains mois, les négociations vont se poursuivre dans les branches professionnelles et les entreprises avec des représentativités syndicales différentes, et des clivages accentués. Il y aura aussi l’expérience, le principe de réalité, vous le savez, s’impose à tous.

    Votre gouvernement vient de refuser une loi d’amnistie pour les syndicalistes concernant la précédente mandature. Derrière la loi d’amnistie se joue aussi la condamnation de la politique de votre prédécesseur dont la brutalité a contraint nombre de salariés à se mobiliser et à agir. Beaucoup ont voté pour vous et vous les rejetez. La poursuite de cette attitude serait incompréhensible.

    La rupture avec les politiques d’austérité et de rigueur budgétaire doit être à l’ordre du jour en France et en Europe. C’est l’appel de la Confédération Européenne des Syndicats et de ses 85 organisations à agir pour « changer de cap », à l’occasion de la semaine d’action du mois de juin.

    Les peuples d’Europe peuvent témoigner des conséquences dramatiques au niveau économique et social de ces politiques d’austérité. Des institutions, des économistes les remettent en cause. Même la Commission européenne vient timidement d’admettre leur inefficacité.

    C’est à partir de la situation sociale et des possibilités de répondre aux attentes des salariés que la CGT s’engagera lors de la prochaine conférence sociale.

    Veuillez agréer, Monsieur le Président, mes salutations distinguées

    Thierry Lepaon

    http://www.jean-luc-melenchon.fr/2013/04/28/lettre-ouverte-au-president-de-la-republique/

  33. Civaux (le Bourdon)
    28 avril 2013 at 9 h 55 min

    ASR de…Civaux trois vaches et un pigeon !!!

    Encore une fois le manque de personnel CDI s’est révélée néfaste sur le chantier SCTN de CIVAUX
    Hier matin un salarié intérimaire s ‘est retrouvé MALGRÉ LUI exposé a une ZONE ORANGE

    Avec seulement 3 agents CDI , l’équipe du matin de logistique BR s’est retrouvée confrontée a une activité sensible et dosante : la décontamination du compartiment transfert de la piscine BR TR1.

    Ne disposant que de 3 CDI dans son équipe dont le pontier polaire, d’un agent de logistique et lui même ,le chef d’équipe a désigné, en dépit des REX des arrêts précédents de CIVAUX mais SURTOUT parce qu’il n’avait pas d’autre choix, deux agents intérimaires ( non primo intervenants et dont le travail sérieux n’est plus a démontrer ) afin d ‘assurer l’assistance Habillage Déshabillage, dans le respect de la DT 132 indice 2, d’un agent de la société CERAP chargé de la cartographie d’irradiation de la piscine précédemment citée et ce en Tenue Étanche Ventilée (TEV).

    A la fin de son intervention l’agent CERAP s’est présenté à la porte de la piscine afin que le deshabilleur, protégé par un heaume lui retire sa TEV.
    Lors de cette manipulation, et bien qu’ayant scrupuleusement respecté les consignes de sécurité et de radioprotection ( prise de débit de dose entre autres ) données par le chef d ‘équipe, le salarié intérimaire s’est exposé à un débit de dose supérieur à 2 mSv/h ( contamination de la TEV ) et a donc déclancher le seuil d’alarme de son dosimètre électronique.
    Apparemment le SQPR a relevé un ESR et a reçu hier après midi le chef d’équipe et le salarié exposé.

    Heureusement l’exposition à cette zone orange bien qu’inacceptable car illégale est restée modérée et la santé du salarié n’est probablement que faiblement affectée.
    En revanche ce nouvel ESR prouve que le ratio ETT / CDI est UNE NOUVELLE FOIS INSUFFISANT…
    Ceci est le compte rendu d’un membre du CHSCT ENDEL suite à cet ESR…

    Mais la suite est édifiante et scandaleuse !!
    Cet ESR est du à un changement d’ambiance en fond de piscine suite à une erreur de manipulation de l’exploitant EDF (débordement du batardeau)
    L’agent de radioprotection CERAP a lui même réalisé un déclenchement dosimétrique mais cet agent est CDI et avait une autorisation d’accès en « Zone Orange »

    Auparavant, le chef d’équipe du poste de nuit avait averti et réveillé, à 3h du matin, le responsable EDF pour lui signaler le possible changement de condition d’intervention et de débit de dose en fond de piscine. Celui-ci n’a donné AUCUNE CONSIGNE de stopper le chantier et de revoir éventuellement la procédure ! Il a du finir sa nuit, lui !!!

    L’ESR constaté, commençait la pression mis sur Fred, le très bon collègue ETT, fidélisé et dont nous avions demandé et proposé depuis un an, l’embauche en CDI.
    Mon camarade CGT et moi même, avons veillé que ENDEL SCTN ne se débarrasse pas du collègue ETT et ne casse pas son contrat…
    Le rapport CHSCT ci-dessus a obligé sûrement à ENDEL SCTN de muter Fred au magasin outillage, situé hors zone.

    Mais là, intervient l’encadrement EDF !!!!!!

    EDF, propose son aide à son sous-traitant et sa façon de gérer jusqu’au bout un ESR dont il est RESPONSABLE, lui aussi !!!
    Lisez plutôt (ces propos m’ont été confirmés par l’encadrement de chantier…)
    « Messieurs d’ENDEL SCTN, si vous ne savez pas comment casser le contrat de ce salarié ETT, NOUS, nous savons.
    Nous pouvons l’interdire d’accès en centrales nucléaires »

    Comment peut on les appeler ? Des inconscients, des négriers, des pourris , des salauds ?

    Voici comment l’encadrement EDF de la centrale nucléaire de Civaux (Vienne) traite un ESR ( Événement Significatif Radioprotection ) !!!!

    Voici comment les dirigeants EDF, veulent « tuer » un salarié sous traitant et intérimaire qui dans un bâtiment réacteur, travaille en 3/8, 7j/7 depuis des années, au grès des arrêts de tranches de ces miradors nucléaires que sont ces centrales dont EDF est l’exploitant, ou plutôt l’exploiteur…

    Les entreprises sous traitantes de cette entreprise d’état, emploient, abusent et exploitent, TOUTE l’année, des salariés précaires, faisant fi du code du travail (article D. 4154-1 du Code du travail)pour que l’EDF de Proglio atteigne ses objectifs de disponibilité et de rentabilité de ses centrales d’arrêt… Et c’est Fred qui devrait être SEUL responsable !!!!!

    Nous, ses collègues de travail, nous ne le lâcherons pas….. et nous veillerons aussi que le chef d’équipe ne soit pas sanctionné, non plus !!!!
    J’ai failli oublier de vous raconter ce qui c’est passé le lendemain matin de l’ESR !
    Fred, a continué son poste de matin et la, nouveau scandale !
    Plusieurs niveaux des GMPP (pompes primaires) avaient été classé en zone orange, une assistance habillage a été demandé au chef d’équipe.
    Celui-ci a téléphoné au COPAT, Cellule d’Organisation et Pilotage de l’Arrêt de Tranche, pour signaler qu’il ne disposait que d’un salarié intérimaire (Fred!) pour cette opération mais que le balisage « Zone Orange » lui interdisait.
    Devinez la réponse du COPAT ?
    « On vous autorise que le salarié ETT, franchise le balisage pour effectuer l’assistance chantier » !!!!
    Bien sur, le chef d’équipe a refusé !
    On ne va pas chier deux fois sur la tête d’un pigeon

    J’ai envie de vomir et j’ai la rage, mais demain matin, je vais travailler, pour lui , pour nous tous, salariés sous-traitants.

    ETT = Entreprise de Travail Temporaire
    Merci le Bourdon pour ces infos 😉 …@+ et tiens nous au courant ( mdr )

  34. LAURENT Yvon
    28 avril 2013 at 8 h 58 min

    EDF, cherche de l’argent pour pallier aux dépenses du chantier « grand carénage ». Cette opération doit permettre a EDF de répondre aux nouvelles exigences de sécurité et de sûreté définies par l’ASN et les directives européennes suite à la catastrophe de Fukushima.
    Il s’agit en fait d’une opération de maintenance nationale et décennale sur toutes les centrales nucléaires françaises. Prévu à partir de 2015, il consiste d’une part, lors des visites décennales, à remplacer les composants clés dans la perspective du fonctionnement de toutes les centrales françaises jusqu’à 60 ans, d’autre part, dans le cadre des réévaluations périodiques de sûreté, à apporter des améliorations pour renforcer la prévention et la robustesse face aux accidents graves et aux agressions externes (séisme, inondation, etc.). Et donc EDF demande aux société prestataire de baisser leurs tarifs !!
    Discutions sur les contrats déjà signés = -2%!
    Sur les appels d’offre actuels = -2% !
    Sur les futurs appels d’offre à venir = -5% !!!

    Plus l’augmentation des tarifs de l’électricité à venir, ils savent ou prendre EDF !!!!

  35. Gus
    27 avril 2013 at 21 h 38 min

    « Pourquoi j’irai à la marche du 5 mai » par Christophe ALEVEQUE

    Publié le 27 avril 2013

    Je ne suis encarté nul part, ni chez les socialistes, ni chez les cocos, ni au parti de gauche, ni chez les écolos… je ne suis même pas militant, c’est vous dire. Mais de gauche !

    Je suis tombé dedans quand j’étais petit, c’est culturel, irrationnel, naturel, instinctif, abdominal.

    Qu’est ce que ça veut dire à notre époque ? La même chose qu’il y a plus de deux siècles. Voilà peut-être pourquoi le gauchiste (terme à connotation désuète et ringarde pour désigner la femme ou l’homme de gauche) est caricaturé par le pouvoir économique, donc le vrai pouvoir, comme un homme du passé.

    Foutaise !

    Oui, il existe encore une gauche en France ! Non elle n’est pas d’un autre temps, non elle n’est pas dangereuse, non elle n’est pas déconnectée du réel, non elle n’est pas extrême ou fâcheusement utopiste ou radicalement anti-progrès.

    Elle est pacifiste et humaniste. Elle veut mettre l’être humain au centre des préoccupations et partager le gâteau.

    Elle ne veut pas céder à la peur, sciemment entretenue, de la crise. Elle râle, c’est génétique, elle ne supporte pas les injustices, elle est tournée vers l’avenir, un avenir de solidarité et de tolérance. Elle n’est pas moralisante, elle défend une certaine morale.

    Oui, il existe un Peuple de Gauche, je l’ai rencontré. Qui a remporté de nombreux combats et qui est en lutte depuis tant d’années contre la nouvelle religion imposée qui n’est plus le catholicisme, malgré un come back des plus moyenâgeux ces derniers temps, mais la religion du marché et de la finance qui nous dirige à travers nos dirigeants.

    Pour l’instant, ils ont pris le dessus et l’égalité en a pris un coup, jamais l’écart entre riche et pauvre n’a été si abyssal et il se creuse d’année en année.

    Mais ne désespérons pas, le « peuple vert » a attendu 32 ans pour soulever une coupe à nouveau ! Le système ultra libéral est à bout de souffle, nous allons gagner aux pénaltys.

    Voilà pourquoi je serai là le 5 mai. Pas pour un soutien à Mélenchon ou contre le partie socialiste au pouvoir ou je ne sais trop quelle tactique politico-politicienne, mais pour un changement de système, pour une « 6e République », symbole de la reprise du pouvoir par le peuple.

    Le changement ce n’est pas maintenant, demain ou à la saint Glinglin, le changement c’est nous.

    Nous sommes le pouvoir, nous incarnons le changement,

    Reprendre la Bastille c’est ça ! C’est reprendre les clés !

    Vive la République et le pain frais !

    http://www.marchepourla6eme.fr/?p=703

    • Le chevalier blanc
      5 mai 2013 at 19 h 02 min

      Gus tu dis être pacifiste et humaniste et en même temps tu veux reprendre la Bastille. C’est bien avec des gugusses comme toi et toutes ces contradictions que nous n’avançons pas.
      Être de gauche c’est de prendre les armes pour conquérir la Bastille et virer une bonne fois pour toute les capitalistes.Ils y a que les guignols pour aller le 5 mai se balader dans Paris. Le 6 retourne à Panâme et prend l’assemblée nationale ça au moins sa aura de l’effet sinon passe muscade.
      Comme disait un ancien ministre de l’intérieur ‘ont ne fait pas d’omelette sans casser des oeufs’

  36. le furet
    27 avril 2013 at 19 h 47 min

    D’après nos infos, le climat devient explosif sur la quasi totalité des sites nucléaires que cela soit chez les donneurs d’ordre (EDF, AREVA, CEA, …) ou chez les sous-traitants.

    Nous ne sommes pas loin de l’explosion sociale et il faut donc préparer à accompagner ces mouvements sociaux dans les prochains jours.

    Certains patrons d’EDF et du privé communiquent actuellement aux salariés mais cela semble ne pas avoir d’effet sur la détermination des salariés malmenés par toute l’industrie nucléaire.

    Qui sème le vent récolte la tempête !

    • DI Man
      27 avril 2013 at 20 h 12 min

      Civaux :
      1 Evénement Significatif Radioprotection , des travailleurs précaires dans le collimateur d’EDF et donc l’entreprise utilisatrice dans l’embarra !

      Cadarache :
      Accident ATPu (scie circulaire) prompt rétablissement au salarié. Dose Engagée ????. Un curage de caniveau comme à la vieille époque !

      Cruas/Meysse :
      1 prochain communiqué détonnant

  37. Bon pied bon oeil
    27 avril 2013 at 8 h 29 min

    NUCLÉAIRE SOUS-TRAITANCE À LA CENTRALE DE CATTENOM (2/2)

    Attribution de marchés : attention à la désorganisation

    Travailler dans le nucléaire, ça ne s’improvise pas. Pour preuve, la perte d’agrément de Cattenom pour le conditionnement de ses déchets à courte vie. Le sous-traitant n’avait pas pris la mesure de l’enjeu.

    Bien gérer ses entreprises prestataires, le niveau de compétence des sous-traitants…
    Un point crucial pour le nucléaire français puisqu’EDF a choisi d’externaliser tous ses services, maintenance et grands travaux. En général les entreprises ne lésinent pas sur la formation de toute façon obligatoire avant d’entrer sur site.
    Pour travailler dans le nucléaire, mieux vaut montrer patte blanche. Le GIM’Est, sous-traitants du nucléaire du Grand Est, parle d’un budget de 35 000 € annuel pour la formation. Alain Hirsch, ancien conducteur de train chez Mittal confirme. « Côté formation, tous les moyens sont mis à disposition. Ils sont bien supérieurs à Arcelor. »

    Mais voilà. Lorsque l’entreprise perd son marché, le p’tit nouveau doit tout reprendre à zéro. Et la désorganisation guette.

    Il y a deux ans, lorsque c’est arrivé à Polynord Sud, le personnel s’est retrouvé sonné.
    Sa reprise ne s’est pas faite sans difficultés : conventions collectives, complémentaires retraite et santé différentes… et les salariés se sentent ballottés, dévalorisés.

    Sur le terrain, les repreneurs n’ont pas toujours la mesure des contraintes du nucléaire, ses exigences, et l’organisation de travail.

    Règles de concurrence
    A Cattenom, sur certains créneaux, c’est toute une sous-traitance qui s’est retrouvée désorganisée.
    Grèves et alertes auprès d’EDF se sont multipliées.
    Plus inquiétant, le manque de formation sur des domaines sécurité-sûreté.
    C’est ainsi que la centrale a perdu son agrément auprès du centre d’enfouissement des déchets à courte vie de Soulaines, dans l’Aube. Mal conditionnés, des fûts rendaient de l’eau et Soulaines les a tout simplement renvoyés à l’expéditeur ! Résultat, les fûts se sont entassés sur la tranche 4, passant de 400 à 1 000. La ligne rouge venait d’être franchie.

    Une cellule a été créée pour résorber le problème et c’est Polynord qui revient petit à petit. « On a mis en place un plan déchets pour apurer la situation , admet Jean-Pierre George, chargé des relations avec les entreprises prestataires. C’est le problème des appels d’offres et des ruptures qu’elles engendrent. Mais nous sommes obligés de respecter les règles de concurrence, comme toute entreprise. »
    Cattenom veut apprendre de ses erreurs. « Déjà, nous acceptions de payer jusqu’à 20 % plus cher par rapport au moins-disant. Maintenant, on met en place des fiches d’évaluation pour l’attribution des marchés : sécurité, professionnalisme, objectifs et délais à respecter. Surtout, nous ne changerons plus de prestataire avant une visite décennale. »

    Jean-Pierre George admet : « Sur ces attributions, nous avons connu beaucoup de difficultés. Notamment côté management et organisation. »

    Laurence SCHMITT.

    http://www.republicain-lorrain.fr/moselle/2013/04/27/attribution-de-marches-attention-a-la-desorganisation

    Il ne s’agit pas seulement de décrocher le marché. Les entreprises sous-traitantes doivent prendre la mesure des enjeux et ne pas chercher à rogner sur les coûts, sous peine de désorganiser la filière….

  38. Bon pied bon oeil
    26 avril 2013 at 5 h 58 min

    SOUS-TRAITANCE À LA CENTRALE DE CATTENOM (1/2)
    Le casse-tête chinois de la logistique

    A Cattenom, accueillir 1 500 sous-traitants sur trois mois ne s’improvise pas. Entre consignes de sécurité et conditions de vie, malgré toute l’anticipation, ce n’est pas toujours facile.

    Hôtels ? Complets. Gîtes ? Complets. Meublés ? Complets ? Il reste bien un jour ou deux de disponibilité par-ci, par-là, mais pour les p’tits gars de la centrale de Cattenom qui savent quand ils arrivent mais jamais quand ils repartent…
    Impossible. Pas facile d’accueillir du jour au lendemain, ou presque, quelque 1 500 prestataires extérieurs, sur un site qui compte déjà 1 500 salariés.
    C’est pourtant le lot de chaque visite décennale, ces arrêts de tranche qui programment entretien classique et grands travaux avec une panoplie de contrôles draconiens afin de décrocher l’autorisation d’exploiter pour les dix ans à venir. Cattenom essaie bien d’améliorer ses services, renseignements hébergements, restauration, lieux de détente, conditions d’accès, vestiaires, stationnement… mais forcément, à un moment ou un autre, ça coince et ça râle…..

    http://www.republicain-lorrain.fr/moselle/2013/04/26/le-casse-tete-chinois-de-la-logistique

    Le GD à minima à hauteur de 90€ ?
    Réf :Cahier des charges social
    e 😉

  39. 25 avril 2013 at 6 h 48 min

    Les hommes, le travail, l’organisation : des enjeux majeurs pour la sûreté

    http://www.dailymotion.com/video/xy0zcx_les-hommes-le-travail-l-organisation-des-enjeux-majeurs-pour-la-surete_news

  40. Gus
    25 avril 2013 at 6 h 26 min

    Dans son scénario de transition énergétique la Confédération propose un objectif de 60% d’électricité d’origine nucléaire en 2030, et non pas 50% en 2025.

    Mix électrique: la CFDT défend l’objectif de 60% de nucléaire en 2030….

    Optimiser la fin de vie des centrales nucléaires

    Le syndicat souligne qu’il faut un moindre recours au pétrole et une meilleure valorisation du gaz pour remplacer charbon et fuel dans les centrales. Pour le nucléaire, la CFDT demande  » une optimisation de la fin de vie des centrales nucléaires avec un critère non négociable de sécurité et de sûreté, mais sans référence à leur seul âge. » La réduction de la part du nucléaire dans la production d’électricité à 60% à horizon 2030, semble plus atteignable que le scénario à 50 % en 2025. Un tel délai est nécessaire pour négocier et gérer les transitions industrielles, technologiques et professionnelles des salariés des sites et des salariés des sous-traitants….

    http://www.enviscope.com/News/Thematiques/Energie/CFDT-transition-energetique-nucleaire,i18836.html

    La coopération nucléaire avec la Chine est cruciale

    La visite de François Hollande en Chine est l’occasion de faire avancer les dossiers sur cette filière où les Français sont en pointe.

    Pour la filière nucléaire française, la visite du président de la République en Chine s’apparente à la problématique du verre à moitié vide ou à moitié plein: tout est affaire de point de vue. EDF et Areva vont certes signer un accord tripartite avec l’électricien CGNPC mais il ne s’agit pour l’essentiel que de confirmer des travaux déjà entamés. «On signe peu ou prou les mêmes choses que lors des précédentes rencontres officielles, mais cela nous permet d’adouber le partenariat en grande pompe, ce qui n’a rien d’anodin», résume un proche du camp tricolore….

    http://www.lefigaro.fr/international/2013/04/24/01003-20130424ARTFIG00629-une-cooperation-nucleaire-cruciale.php

    Areva voit l’avenir en rose

    Le groupe propose 250 postes d’alternants, dont une centaine pour le Tricastin.Il s’appelle Axel Huard et vit à Saint-Julien-de-Peyrolas. Le jeune homme de 20 ans passe actuellement un bac pro, option maintenance équipement industriel. Et il compte bien préparer son BTS en alternance. C’est donc fort logiquement qu’il s’est inscrit à la septième édition du forum Areva qui s’est tenue hier à Pierrelatte. Comme Axel, ce sont plus d’un demi-millier de candidats à un poste tremplin chez l’industriel du nucléaire, qui ont poussé les portes d’une salle des fêtes où se tenait l’édition 2013 du forum alternance….

    http://www.midilibre.fr/2013/04/25/areva-voit-l-avenir-en-rose,685407.php

    BIENTÔT UN TEST D’ALCOOLÉMIE AU TRAVAIL ?

    Un test d’alcoolémie d’un nouveau genre arrive en Europe : ce scan installé à l’entrée des entreprises vérifie que vous avez bien dessoulé de la soirée de la veille avant de prendre votre poste.

    Les entreprises pourraient grâce à des tests d’empreintes digitales savoir si vous êtes encore ivres de la veille lorsqu’il est temps pour vous de travailler.
    En seulement huit secondes le dispositif Dispositif TruTouch AlcoSense donne un résultat de réussite ou d’échec révèle le Daily Mail. Il permet donc de tester 450 employés à l’heure !

    Le but : identifier les employés qui ont encore de l’alcool dans le sang….

    http://www.topsante.com/sante-au-quotidien/Actus/Insolite-bientot-un-test-d-alcoolemie-au-travail

  41. Régineuve
    24 avril 2013 at 23 h 28 min

    Bonsoir,

    Je viens de terminer la lecture du dossier cgt « les salariés acteurs d’un nucléaire sur et transparent » et je tiens à remercier ce syndicat d’avoir réalisé cette analyse réaliste et pleine de bon sens.

    Par contre, après avoir fait une vraie expertise de la situation des sous-traitants (à partir de la page 41), je me demande ce que l’on attend pour réagir et stopper cette hémorragie humaine et sociétale avec toutes ces conditions de travail ignobles.

    Il ne faudrait pas que ce travail de fond reste un constat de plus, sans que l’on puisse réagir à la hauteur de l’attaque subie par ces femmes et ces hommes qui travaillent tous les jours pour assurer notre sécurité au nom de la sûreté nucléaire.

    Je vous conseille de prendre le temps de lire cette brochure et d’apporter sur ce site, leur site, votre avis et vos remarques qui aideront peut-être ces travailleurs de l’ombre à trouver un sens à leurs galères quotidiennes dans une industrie qui semble avoir oubliée « le droit à la dignité humaine »

    Je ne suis pas une salariée du nucléaire, mais je suis enivrée par les témoignages et écrits que j’ai survolée au travers des différents articles.

    Merci pour tout ce que vous faites pour nous, les citoyens.

    • bambino
      25 avril 2013 at 20 h 58 min

      c’est vrai, c’est un très bon travail d’analyse de la cgt. Il faut maintenant tout faire pour donner des conditions plus que méritées à ces salariès.

  42. webmaster MZC
    23 avril 2013 at 17 h 37 min

    ENERGIE ET ENVIRONNEMENT
    IRSN

    -L’avenir flou du nucléaire français, risque de sûreté-

    La France doit rapidement décider de l’avenir du nucléaire sous peine de créer un risque pour la sûreté, en provoquant notamment une crise des vocations dans le secteur, déclare le patron de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN).
    EDF fait face à des vagues de départs à la retraite et devra renouveler 50% de son personnel dans la filière nucléaire dans les cinq prochaines années, suscitant la crainte des autorités sur la perte de compétences induite par ce bouleversement.

    « Si dans les 10 ans qui viennent, il n’y a pas de discours clair sur ce que sera l’avenir de l’énergie nucléaire dans notre pays, on va voir inéluctablement une tendance dans les universités, où les jeunes générations vont se dire ‘je ne vais pas faire ce métier-là’« , a déclaré à Reuters Jacques Repussard, directeur général de l’IRSN.

    L’expert, qui s’exprimait en marge d’une visite sur un site de recherche à Tournemire (Averyon), juge que le renouvellement des générations à EDF n’est pas insurmontable mais qu’il deviendra incertain si le flou persiste sur l’après-2025.
    A cette échéance, François Hollande s’est engagé à réduire de 75% à 50% le poids du nucléaire dans la production électrique, sans définir de ligne claire pour la suite.

    L’exécutif a par ailleurs décidé de poursuivre la construction de l’EPR de Flamanville (Manche), déjà largement entamée lors de l’élection, mais d’abandonner le projet de réaliser un deuxième EPR à Penly, en Normandie.
    « Si on ferme les réacteurs et qu’on les remplace par rien, ce n’est pas très attractif », ajoute-t-il, soulignant que le manque de jeunes ingénieurs provoquerait un pic de demande et accentuerait les risques sur la sûreté des réacteurs.

    UNE SORTIE BRUTALE PRÉFÉRABLE ?

    La première fermeture d’une centrale nucléaire à Fessenheim a également été annoncée mais il ne s’agit jusqu’ici que d’une « suggestion politique », dit le directeur général de l’IRSN, qui réalise les expertises scientifiques sur le nucléaire et les transmet à l’Autorité de sûreté nucléaire. ( )
    Si la France devait abandonner recherches et nouvelles constructions, une sortie rapide du nucléaire serait la meilleure option en terme de sûreté, estime l’ingénieur des Mines.

    « Vous ne pouvez pas étaler la sortie du nucléaire sur un demi-siècle. C’est très dangereux », dit-il, soulignant que c’est une des raisons pour lesquelles l’Allemagne a fait le choix d’une sortie rapide, évitant notamment la perte de compétences.
    Après la catastrophe de Fukushima en mars 2011, l’Allemagne a décidé de fermer immédiatement ses huit plus vieux réacteurs et de sortir du nucléaire onze ans plus tard, en 2022.
    « Cela a été critiqué, on s’est dit comment ils vont faire? (…) Mais c’est sage, parce que le faire lentement c’est prendre des risques considérables avec les derniers réacteurs en service : qu’on ne trouve plus de sous-traitants compétents, d’entreprises pour fabriquer certaines pièces, etc. », ajoute l’expert.
    « Le problème de la politique nucléaire française c’est (…) qu’on n’a jamais considéré l’arrêt comme étant une option possible. Du coup, aujourd’hui, le considérer brutalement pose des questions fondamentales et ce n’est certainement pas faisable », dit-il.

    L’OBJECTIF DE 50% JUSTIFIÉ POUR LA SÛRETÉ

    La France est le pays le plus dépendant au monde à l’énergie nucléaire, qui fournit actuellement environ 75% de son électricité.
    L’ASN a récemment rappelé que des défauts génériques pourraient être découverts sur les installations et entraîner, en raison de la standardisation du parc, de 5 à 10 fermetures de réacteurs d’un seul coup.

    « Un jour, on verra apparaître des dégradations dans l’acier des cuves qui nous feront dire ‘maintenant, ça suffit’. Et quand on le verra sur une, il est assez vraisemblable qu’on le verra sur toutes les autres de la même génération dans un délai de temps rapproché », explique Jacques Repussard, soulignant que d’autres moyens de production devront alors être disponibles.

    « Dépendre à 80% de l’énergie nucléaire nous expose a ce genre de situation (…) de devoir maintenir des réacteurs où l’on sait qu’il y a des défauts un peu gênants mais on les garde parce qu’on sait qu’on n’a pas le choix », explique-t-il.

    Le chiffre de 50% d’électricité nucléaire promis par François Hollande durant la campagne présidentielle, et souvent critiqué par ses détracteurs, correspond à l’ordre d’idée nécessaire à la sûreté du parc, dit l’expert.

    http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/energie-environnement/actu/reuters-00516424-itw-l-avenir-flou-du-nucleaire-francais-risque-de-surete-irsn-561011.php

  43. sun
    23 avril 2013 at 15 h 45 min

    Pékin souhaite participer au projet russe de construction et d’exploitation de centrales nucléaires flottantes.

    Centrale nucléaire flottante: Pékin propose à Moscou de coopérer

    http://fr.rian.ru/business/20130423/198151507.html

    La Chine a proposé à la Russie de créer une coentreprise de construction et d’exploitation des centrales nucléaires flottantes, a annoncé à Moscou Djomart Aliev, directeur général de la société russe Rusatom Overseas.

    Exposition médicale aux rayonnements ionisants : une démarche pluridisciplinaire pour sécuriser le parcours du patient

    Déployer une démarche qualité et sécurité en médecine nucléaire in vivo – Maladies professionnelles.
    http://www.preventica.com

    La Haute Autorité de Santé publie un guide méthodologique destiné à initier la mise en place d’un système de management de la qualité et de la sécurité en médecine nucléaire in vivo.

    http://www.preventica.com/actu-enbref-qualite-securite-medecine-nucleaire-in-vivo-1220413.php

  44. Vivre
    22 avril 2013 at 21 h 58 min

    Trois personnes qui intervenaient pour un sous-traitant ont été victimes d’un accident du travail.

    Vendredi 19 avril, vers 6 heures du matin, trois salariés d’une entreprise extérieure ont été victimes d’un accident du travail alors qu’ils intervenaient sur un chantier de remplacement d’un câble d’un pont de manutention en salle des machines (partie non nucléaire des installations) de l’unité de production n° 1 de Penly . Le câble aurait rompu blessant les intervenants.

    Conformément aux procédures les secours extérieurs ont été appelés pour prendre en charge les salariés et les évacuer vers l’hôpital de Dieppe. Les unités Grimp de Dieppe et Rouen sont intervenues sur le site. Il s’agit de sapeurs-pompiers qui connaissent les lieux et ont l’habitude d’intervenir dans des milieux périlleux. Le Smur était également présent.

    L’ASN (l’Autorité de sûreté nucléaire), les pouvoirs publics et la CLIN (la commission locale d’information auprès des centrales nucléaires de Paluel et de Penly) ont été informés de cet évènement.

    Penly, France

    http://www.lesinformationsdieppoises.fr/2013/04/20/trois-blesses-a-la-centrale/

  45. Camélito
    21 avril 2013 at 20 h 37 min

    Le brèves du CCE d’EDF SA

    NUCLEAIRE

    Selon le journal Les Echos, deux étapes pourraient être franchies à l’occasion de la visite du président de la République en Chine la semaine prochaine. Le projet de construction d’une usine de retraitement des déchets nucléaires devrait faire l’objet d’une lettre d’intention entre Areva et CNNC et la construction par le groupe français de deux nouvelles tranches à la centrale de Taishan pourrait également faire l’objet d’un engagement de Pékin.

    Aux Etats-Unis, Areva a signé un contrat avec l’électricien Exelon pour la fourniture d’assemblages de combustible pour les centrales nucléaires de Dresden et de Quad Cities, dans l’Illinois, ainsi que la poursuite des services de fabrication pour la centrale de Three Mile Island (Pennsylvanie).

    Encore un contrat pour Areva, cette fois auprès du consortium coréen Kaeri/Daewoo, pour la fourniture d’éléments de combustible au réacteur JRTR (Jordan Research and Training Reactor) actuellement en construction en Jordanie.

    H. Proglio a déclaré que les discussions avec le gouvernement britannique autour des projets de nouvelles centrales nucléaires au Royaume-Uni se poursuivaient. EDF envisage de construire deux premiers EPR à Hinkley Point, mais étant donné le coût estimé à 16,5 milliards d’euros, le groupe veut avoir l’assurance de rentabiliser son investissement par le biais d’une garantie de l’Etat de soutenir le prix de l’énergie.

    Selon l’ASN, le bilan de la sûreté nucléaire et de la radioprotection en France en 2012 est globalement assez satisfaisant. Ce bilan mitigé pointe notamment « un nombre trop important d’anomalies » dans les 58 réacteurs exploités par EDF.

    Lors d’une audition le 18 avril par le conseil national du débat sur la transition énergétique, le p-dg d’EDF a réaffirmé qu’il comptait investir 55 milliards d’euros d’ici à 2025 dans la modernisation des centrales et réacteurs nucléaires français.

    ENERGIE

    EDF serait en négociation pour le rachat des activités françaises Dalkia qui compte 13 750 salariés sur 49 800 au total. Veolia qui détient la filiale avec EDF, obtiendrait en contrepartie le contrôle de la partie internationale et, en particulier, des pays d’Europe de l’Est en forte croissance.

  46. Sylver
    21 avril 2013 at 20 h 04 min

    La société du spectacle :

    Ah les joyeuses empoignades à l’Assemblée nationale sur le mariage pour tous !!!!
    Tout y est : phrases assassines, pugilat, etc., par contre cela se passe bien au Sénat, il faut dire qu’avec l’ANI c’est le code du travail que l’on démolit.
    Les communistes sont alors seuls en tant que groupe à s’y opposer.

    « Vous avez bradé le code du travail et les droits des salariés » Dominique Watrin (CRC, communistes)

    Le Sénat adopte le projet de loi sur l’emploi malgré un coup d’éclat des communistes

    Le Sénat a adopté, dans la nuit de samedi à dimanche, le projet de loi sur l’emploi, au terme d’un débat agité. Le gouvernement avait en effet décidé d’utiliser un vote bloqué pour faire accélérer les débats ce qui a déclenché la fureur des sénateurs communistes qui ont retiré tous leurs amendements et quitté l’hémicycle.

    http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/04/20/texte-sur-l-emploi-les-senateurs-communistes-quittent-la-seance_3163583_823448.html

  47. la taupe
    21 avril 2013 at 19 h 52 min

    ARDECHE / NUCLEAIRE La centrale de Cruas fait partie des mauvais élèves

    Pour l’Autorité de sûreté nucléaire, qui a réalisé l’année dernière 26 inspections, la centrale de Cruas-Meysse doit « progresser sur la rigueur d’exploitation »

    •Ardèche

    Chaque année, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) livre un classement des centrales françaises. Alors que le site de Cruas-Meysse était ces derniers temps dans la moyenne, il vient d’être rétrogradé suite au bilan de 2012. Avec Chinon (Indre-et-Loire) et Paluel (Seine-Maritime), la centrale nucléaire ardéchoise a désormais le bonnet d’âne. En langage ASN, la formulation est plus subtile : par rapport aux autres sites, celui de Cruas-Meysse est « en retrait ».

    « Il n’y a pas d’inquiétude à avoir pour les riverains. Même s’il y a eu des anomalies en 2012, l’exploitant s’est comporté de manière responsable », rassure tout de même Grégoire Deyirmendjian de l’ASN. En ajoutant : « Le niveau général de la centrale demeure assez satisfaisant. De toute façon, vous n’entendrez jamais de l’ASN : “Tout va bien !”. »

    « Manque de rigueur »

    Au cours des 26 inspections, l’Autorité de sûreté nucléaire relève que « l’année 2012 a été fortement perturbée ». Elle met notamment en avant « la série d’événements lors du redémarrage du réacteur n°4 » fin mai-début juin. Pas moins de trois événements de niveau 1 (sur une échelle qui en comporte 7) ont été déclarés en moins de dix jours. Par ailleurs, l’ASN souligne « différents aléas techniques conduisant à la dérive dans le temps de presque tous les arrêts de l’année ». Elle n’oublie pas non plus le « climat social tendu au cours de l’été ». Des salariés d’Essor, sous-traitants de la centrale, s’étaient mis en grève. « Il apparaît qu’une grande partie des aléas ayant perturbé le déroulement des arrêts a été causée par des facteurs sociaux, organisationnels et humains », résume l’ASN, pointant entre autres un « manque de rigueur » et des « erreurs de maintenance ».

    Durant cette année, la centrale de Cruas devra alors « gagner en sérénité sur la préparation et la réalisation des opérations » ainsi que « progresser sur la rigueur d’exploitation ». Des objectifs que Philippe Bordarier, directeur du site ardéchois, a bien notés : « Notre priorité permanente est la sûreté », martèle-t-il.

    Il a également bien pris en compte les « progrès importants » observés par l’ASN, notamment sur « la réduction des arrêts automatiques » : « Les efforts des années passées portent leurs fruits. » D’autres sont désormais nécessaires.

    http://www.ledauphine.com/ardeche/2013/04/20/la-centrale-de-cruas-fait-partie-des-mauvais-eleves

  48. cfou
    21 avril 2013 at 17 h 56 min

    C’était en 2010 au sujet du gouvernement Fillon (débat sur les retraites)
    http://www.parti-socialiste.fr/communiques/le-vote-bloque-deshonore-et-discredite-le-gouvernement-et-le-president

    Aujourd’hui

    Sénat: le gouvernement fait passer l’ANI en force

    Fait rarissime, le gouvernement a utilisé la procédure dite du vote bloqué pour faire adopter par le Sénat, dans la nuit de samedi à dimanche, le projet de loi sur l’emploi. Les sénateurs communistes ont retiré tous leurs amendements et quitté l’hémicycle….

    http://www.humanite.fr/social-eco/le-gouvernement-fait-passer-lani-en-force-au-senat-521746

  49. verne
    21 avril 2013 at 13 h 40 min

    Ardèche : bientôt 5 à 6 nouveaux bâtiments à la centrale nucléaire de Cruas

    Vous allez voir pousser 5 à 6 nouveaux bâtiments à partir du mois de septembre sur la centrale de Cruas. EDF l’a annoncé vendredi après midi à l’occasion de la commission locale d’information sur cet équipement nucléaire. Ces locaux impressionnants vont servir à réceptionner et finir d’assembler 3 générateurs de vapeur des gros engins de 20 mètres de haut.

    Ils seront ensuite installés dans le réacteur n°4 pour remplacer les anciens générateurs en fin de vie. C’est un chantier de plus de 100 millions d’euros à la charge d’EDF.

    http://www.francebleu.fr/infos/ardeche-5-6-nouveaux-batiments-bientot-la-centrale-nucleaire-de-cruas-499406

  50. LAURENT yvon
    21 avril 2013 at 10 h 32 min

    Concernant le projet d’EDF sur les examens d’anthropogammamétrique, j’ai pu, justement, lors du passage de mon anthropo, il y a 15 jours débattre avec une infirmière du CNPE de Civaux de ce projet. Elle m’a donné son point de vue qui paradoxalement me parait très intéressant et pertinent !
    Je cite :
    Vous savez, Monsieur, votre contrôle anthropogammamétrique, est devenu pour nous qu’un « simple acte administratif » et ce depuis des années. Celui-ci, vous permet de pouvoir accéder au site nucléaire ! « Nous, infirmiers de sites, préférerions ce que nous appelons « des contrôles anthropogammamétriques UTILES » !
    « Pensez-vous, Monsieur, qu’il soit logique et nécessaire qu’un salarié qui, par exemple, travaille sur le CNPE de Chinon, passe un contrôle à 8h du matin, parte en mission sur le CNPE de Civaux , repasse un contrôle à 10h du matin, effectue sa mission d’un jour, repasse un contrôle à 16h et le lendemain matin , un dernier contrôle sur le CNPE de Chinon ? »
    Je cite :
    « C’est pour ceci que nous développons la nécessité de contrôle anthropogammamétriques utiles après une intervention de chantier ou le salarié veut se rassurer ou suite à un chantier qui a générait des problèmes de radioprotection. Ceci sécuriserait l’intervenant et nous permettrait éventuellement de gérer des chantiers « à risque » « Nous ne refuserons jamais une anthropogammamétrie dite de « contrôle » !!
    Elle me rappelle aussi, je cite :  » Dans le passé, nous participions aux suivis dosimétriques et à un éventuel étalement de doses, tout ceci a été sous traité…  » (Il est vrai, chers camarades que tout ceci est traité en interne par nos sociétés !!)

    A ma question relative aux risques d’une éventuelle contamination corporelle d’un CNPE à l’autre, (comme cela se produisait fréquemment il y a deux décennies, voire moins ! ) l’infirmière m’a répondu :
    « Les appareils de contrôle, tels les C2 et C3 sont plus fiables que ceux d’il y a des années. Les cas de contaminations corporelles sur tous les contrôles effectués, représente, de nos jours, environ 0,005% .
    Pour vous, salariés sous-traitant, il serait plus pertinent et utile, de privilégier les contrôles inopinés !  »

    Moi, je finirais ainsi : 
    «  chers collègues que pensez-vous, des salariés affectés à l’année, sur un CNPE et qui , lesquels effectuent un contrôle anthropogammamétriques une fois par an suite à leur visite médicale ?
    N’est ce pas, là aussi, que de l’administratif ?
    Ne pensez- vous pas que ces mêmes salariés ne puissent avoir « bouffé de la merde » disparue au bout d’une année ?? 

    Pensez-vous qu’une visite médicale de merde, suivie d’un « contrôle anthropogammamétrique administratif » vous rendra, vous et le nucléaire, « plus propre » ? »

    Voila, chers collègues, ceci n’est qu’une interprétation personnelle, mais peut être, objective….

    • hollowman of ardeche
      21 avril 2013 at 14 h 37 min

      salut

      ça ne fait bondir personne, là !
      il faudrait que nous soyons plus à meme à reagir plus rapidement puisqu’eux ils mettent en place tout et n’importe quoi
      comme EVEREST qui est en place sur deux sites (Cattenom et Golfech) à quand tout le parc français…
      d’apres le petit fascicule fournit à tous quand on effectue les acces, il est ecrit qu’il existe des zones « nucleaire propre », on se fout de qui, de nous et de notre santé ça c’est certain
      ouvrir les yeux est devenu primordial et vital pour toutes et tous
      certaines situations appliquées à la lettre font et feront froid dans le dos, car contraire à la sûreté du personnel !
      il est temps de se mobiliser et faire du bruit pour que ces contrôles d’entrée et de sortie, soient respectés, voire effectués de façon dilatoire sur le personnel navigant ou fixe sur les CNPE

      MERDE! leurs economies vont nous tuer à petit feu et en silence
      alors non on ne lachera rien

      fraternellement

  51. Bon pied bon oeil
    21 avril 2013 at 10 h 04 min

    Nucléaire: EDF va devoir investir 55 milliards d’euros pour ses centrales

    EDF va devoir investir «100 à 120» milliards d’euros en France dans les dix ans à venir, a estimé jeudi son PDG Henri Proglio, confirmant également un coût de 55 milliards d’euros pour le «grand carénage» de ses centrales nucléaires dans l’Hexagone.

    «On a peu ou prou sur les dix ans qui viennent sur le territoire national 100 à 120 milliards (d’euros) d’investissements à réaliser, entre les réseaux, la production, l’optimisation, les infrastructures, évidemment les investissements de maintenance, pas seulement réservés au nucléaire», a-t-il déclaré.

    Proglio était auditionné jeudi par le Conseil national du «débat sur la transition énergétique», organisé par le gouvernement, qui comprend notamment des ONG et des élus écologistes qui l’ont longuement interrogé sur le parc nucléaire français. Le patron d’EDF a également confirmé l’enveloppe de 55 milliards d’euros d’ici 2025, évoquée l’an dernier dans un rapport de la Cour des Comptes, nécessaire pour moderniser les 19 centrales et 58 réacteurs nucléaires français.

    EDF a investi 12 milliards d’euros en 2012…

    http://www.20minutes.fr/ledirect/1140641/20130418-edf-va-devoir-investir-100-a-120-milliards-euros-france-dix-ans

  52. Gus
    21 avril 2013 at 9 h 38 min

    Niger: Areva entre rêves et revers

    Un document confidentiel dévoile les coulisses des rudes tractations entre le géant français du nucléaire civil et un pays sahélien qui, malgré son pactole en uranium, demeure l’un des plus pauvres de la planète. Cours en berne, insécurité, enjeux politiques : un vrai casse-tête…

    http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/niger-areva-entre-reves-et-revers_1242657.html

  53. 21 avril 2013 at 8 h 20 min

    La centrale de Cruas fait partie des mauvais élèves

    Chaque année, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) livre un classement des centrales françaises. Alors que le site de Cruas-Meysse était ces derniers temps dans la moyenne, il vient d’être rétrogradé suite au bilan de 2012. Avec Chinon (Indre-et-Loire) et Paluel (Seine-Maritime), la centrale nucléaire ardéchoise a désormais le bonnet d’âne.
    En langage ASN, la formulation est plus subtile : par rapport aux autres sites, celui de Cruas-Meysse est « en retrait ».

    « Il n’y a pas d’inquiétude à avoir pour les riverains. Même s’il y a eu des anomalies en 2012, l’exploitant s’est comporté de manière responsable », rassure tout de même Grégoire Deyirmendjian de l’ASN. En ajoutant : « Le niveau général de la centrale demeure assez satisfaisant. De toute façon, vous n’entendrez jamais de l’ASN : “Tout va bien !”. »

    « Manque de rigueur »

    http://www.ledauphine.com/ardeche/2013/04/20/la-centrale-de-cruas-fait-partie-des-mauvais-eleves

    • Le chevalier blanc
      27 avril 2013 at 21 h 28 min

      Bonnet d’âne j’en sais rien, mais champion pour le combat syndical et ça c’est bien.
      Qu’ils s’amusent à donner à d’autres nos contrats nous serons devant les grilles.

      A Cruas ont est pas des moutons, ont est des exemples.

      • Sylver
        27 avril 2013 at 21 h 52 min

        je te le confirme mon ami pour vous avoir vu à l’œuvre contre trois piliers de cette industrie (EDF, AREVA et SAMSIC).
        Ce n’est pas tous les jours que le président Proglio revient sur un contrat commerciale qui était anticipé et préparé par la sphère maléfique du du nucléaire low-cost.
        Ce jour ou je vous ai vu avec vos chaises devant le site j’ai eu les larmes aux yeux de voir que dans notre pays il y avait encore des femmes et des hommes capables être aussi calmes et déterminés que vous.

        Bise à vous toutes et à vous tous, mes amis de combat.

        • LAURENT Yvon
          28 avril 2013 at 8 h 17 min

          Le département nucléaire de la société SAMSIC, deuxième société de nettoyage/propreté de France est dirigé par deux anciens du SCTN, de l’ère SCTN, du cro-magnon, dangereux ces deux « dirigeants » !!!

  54. Sylver
    20 avril 2013 at 23 h 01 min

    « Le débat public sur le projet de stockage en profondeur des déchets nucléaires les plus radioactifs doit débuter le 15 mai prochain »

    Déchets nucléaires : le haut comité pour la transparence donne son avis

    http://www.la-croix.com/Ethique/Environnement/Dechets-nucleaires-le-haut-comite-pour-la-transparence-donne-son-avis-2013-04-19-950233

    Composé de représentants d’associations, d’élus et d’experts, le Haut comité pour la transparence et l’information sur la sécurité nucléaire a rendu public vendredi 19 avril un avis sur le projet de stockage géologique profond « Cigéo ».

  55. ANDRE
    20 avril 2013 at 21 h 40 min

    Énergie Vers une hausse du prix de l’électricité au 1er août

    http://www.lalsace.fr/actualite/2013/04/17/vers-une-hausse-du-prix-de-l-electricite-au-1er-aout

    Le tarif réglementé de l’électricité devrait légèrement augmenter au 1er août du fait d’une augmentation de 2,4 % d’un sous-tarif lié au réseau à haute tension, a annoncé la Commission de Régulation de l’Énergie (CRE).

    C’est désormais au ministère de l’Énergie de valider – ou non – cette augmentation estivale dans le prix payé par le consommateur. Selon le ministère, elle se traduirait par une hausse du tarif globale comprise entre 0,2 et 0,3 %. Interrogée par l’AFP, la ministre de l’Énergie et de l’Écologie, Delphine Batho, a répondu que le gouvernement ferait connaître sa décision « le moment venu ».

    La hausse provient des nouveaux tarifs d’utilisation d’un réseau public d’électricité (Turpe 4) dans le domaine de la haute tension, qui représente environ 12 % du tarif réglementé de l’électricité et doit refléter les coûts de RTE, la filiale d’EDF en charge du réseau à haute tension français.

    Pour la suite de la période, la CRE propose une évolution indexée sur l’inflation, « hors prise en compte des écarts éventuels » de certaines prévisions par rapport à la réalité.

    RTE demandait une hausse de 5,2 %, selon la délibération du gendarme du secteur. La CRE a retoqué cette flambée, en rejetant certaines demandes de la filiale d’EDF et en modifiant certaines hypothèses de calcul.

    Sous-tarifs multiples

    Le tarif réglementé de l’électricité d’EDF regroupe différents sous-tarifs, incluant notamment le coût de production de l’électricité, celui des réseaux de transport et de distribution (Turpe). À cela vient aussi s’ajouter la CSPE, une taxe qui finance les zones isolées et les surcoûts des renouvelables.

    Pour les réseaux basse et moyenne tension, une décision distincte sera rendue en raison de l’annulation du Turpe 3 pour la période 2009-2013, ce qui signifie que la hausse pourrait, au final, dépasser les 2,4 % cet été.

    Le président de la CRE, Philippe de Ladoucette, a plusieurs fois averti d’une hausse de 30 % du tarif nécessaire entre 2012 et 2016 pour prendre en compte les investissements, tant côté production (renouvelables, nucléaire…) que réseaux.

  56. Sylver
    20 avril 2013 at 20 h 17 min

    Encore une fois des intérimaires

    Penly : trois hommes blessés au cours de travaux de manutention à la centrale

    Il était environ 6h, vendredi 19 avril lorsque l’accident s’est produit à la centrale nucléaire de Penly. Trois hommes, âgés de 31 à 38 ans, prestataires de service, ont été blessés alors qu’ils remplaçaient le câble d’un pont de manutention en salle des machines (non nucléaire). Ce dernier a lâché. Secourus par les Groupements de reconnaissance et d’intervention en milieux périlleux (GRIMP) de Dieppe et de Rouen et le Smur, ils ont été évacués vers l’hôpital de Dieppe.

    Le quotidien des accidents du travail, cela se fait dans un silence total, les morts ne comptent même pas

    http://www.76actu.fr/breves/33829-penly-trois-hommes-blesses-au-cours-de-travaux-de-manutention-a-la-centrale/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.