Le fût qui a explosé sur le site nucléaire d’Orano provient d’une activité militaire…

Nous souhaitons un prompt rétablissement à nos 3 collègues blessés lors de cette opération de reconditionnement de déchet « Exotiques » de plus en plus fréquente aujourd’hui !
Questions : Qui sont ces 3 salariés blessés : Agents statutaires Orano ? Sous-traitants ? Quid de l’analyse de risque ? du Plan De Prévention ? de la fiche d’exposition des opérateurs ? Fût militaire : il y a du Pu ? Le lieu d’entreposage pour ces fûts est classè INB ? ICPE ? Comment protège ton les intervenants quand on ne connait pas le contenu des colis que l’on va ouvrir ?…

Nous insistons à nouveau pour dire que la mise en place du CSE et suppression des CHSCT , n’est absolument pas un gage d’amélioration du niveau de prévention des risques pour chacun de nous tous !

https://images.lindependant.fr/api/v1/images/view/5bae8a0f8fe56f1ff1405689/large/image.jpg
Plus d’une semaine après l’accident qui s’est produit le 19 septembre sur le site nucléaire de Malvési à l’usine Orano, le voile se lève peu à peu

 A l’occasion de la réunion de l’Observatoire des rejets qui se tenait jeudi, les responsables de l’usine ont répondu, de manière précise et circonstanciée, aux questions posées par l’association de défense de l’environnement Eccla présente autour de la table au même titre que des élus, et des représentants de la préfecture, de la sous-préfecture et de la Dreal.

  • 221 fûts anciens

Le fût de MUR (matière uranifère recyclable) qui a explosé fait partie d’un ensemble de 221 fûts qui sont répartis en dix lots de tailles différentes. Ils sont arrivés sur le site narbonnais à la fin des années 80 en provenance d’une entreprise liée à des activités militaires. Ils sont stockés sur place depuis toutes ces années. Ce n’est qu’assez récemment que l’entreprise, qui procède progressivement au nettoyage du site, a lancé leur inspection afin de déterminer leur devenir.

  • Un précédent incident

Une centaine de fûts aurait ainsi déjà été examinée. L’entreprise a également reconnu qu’un incident mineur s’était également produit quelques semaines plus tôt.

Mercredi 19 septembre, lors de l’ouverture d’un fût, un léger pschitt s’est fait entendre avant l’explosion. A l’intérieur, les analyses ont montré la présence de métaux lourds, de l’uranium métal et du niobium. L’ouverture s’est produite dans un sas étanche en présence de deux salariés et d’un pompier de service muni de sacs de sable pour prévenir tout risque d’incendie. Les deux manutentionnaires blessés ont eu deux et trois jours d’ITT.

Les personnes présentes à la réunion ont pu voir des photos réalisées sur place du fût en question qui présentait des traces noires. Selon les relevés, il n’y a pas eu de contamination intérieure ni extérieure. Un nouveau protocole devra cependant être mis en place pour la poursuite de l’ouverture de ces fûts avant leur traitement. Cette activité, qui a été suspendue dans le cadre des mesures d’urgence prises par le Préfet de l’Aude, sera soumise à une nouvelle autorisation. De plus, une enquête de flagrance pour blessures involontaires et mise en danger de la vie d’autrui a été ouverte par le procureur de Narbonne et confiée à la gendarmerie.

Article proposé par Caroline Lemaître

Source : Narbonne : le fût qui a explosé sur le site nucléaire d’Orano provient d’une activité militaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.