L’amiante : après 21 ans la perspective d’un procès au pénal s’éloigne encore

C’est une démarche rarissime : l’ANDEVA, l’association nationale de défense de l’amiante vient même de déposer une requête en récusation des juges.

On commence ce journal par un d

Article proposé par Catherine Duthu et Rédaction France Culture

Article proposé par Catherine Duthu et Rédaction de France Culture

ossier qui pèse très lourd dans l’histoire de la santé au travail : le dossier de l’amiante.

Interdit en 1997, pourtant il continue à tuer en France. Chaque année, 3000 personnes contaminées par le passé sur leur lieu de travail succombent des conséquences de leur exposition. Selon les autorités sanitaires, l’amiante pourrait provoquer jusqu’à 100.000 décès d’ici à 2025. Et après 21 ans d’instruction, la perspective d’un procès pénal reste de plus en plus hypothétique. Les juges du pôle de santé publique de Paris ont bouclé leur instruction dans une douzaine de dossiers sur la trentaine dont elles sont saisies. Les associations de défense des victimes de l’amiante, elles, ont engagé divers recours pour obtenir que les responsables soient jugés au pénal. Démarche rarissime, l’ANDEVA, l’association nationale de défense de l’amiante vient même de déposer une requête en récusation des juges. Un dossier signé Florence Sturm..

Source : L’amiante : après 21 ans la perspective d’un procès au pénal s’éloigne encore

Les rayonnements ionisants dans le nucléaire, sera le prochain scandale sanitaire ! Lorsque nous voyons le comportement des dirigeant(e)s des entreprises prestataires de services dans l’industrie nucléaire concernant la prévention des risques professionnelles, nous sommes inquiets…

Une pensée émue à (Mathieu L et sa famille 😉 ) et tous les autres collègues (Dominique-Didier, Daniel…) ,qui luttent contre la maladie dans le mépris absolu des directions d’entreprises. 

L’employeur est tenu par la loi de prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale de ses salariés (article L. 4121-1 du Code du travail). L’employeur ne doit pas seulement diminuer le risque, mais l’empêcher. Cette obligation est une obligation de résultat (Cour de cassation, chambre sociale, 22 février 2002, pourvoi n° 99-18389), c’est-à-dire qu’en cas d’accident ou de maladie liée aux conditions de travail, la responsabilité de l’employeur pourra être engagée.

Ose dire la vérité,

car absolument rien ne mérite un mensonge !

Notre association vit principalement grâce aux forces vives que représentent ses adhérents et ses membres. La cotisation ou don est un acte majeur de la vie associative, car elle est pour nous, un moyen capital de mettre concrètement nos idées en pratique !  adhérer directement en ligne.

♡☺ Grâce à votre adhésion 10€/an nous pouvons avoir de l’ambition pour tous ♡☺

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.