L’abus de salariés DATR* est nuisible à la sûreté !

*DATR Directement Affecté à Travailler sous Rayonnement

RINous vous proposons aujourd’hui à la lecture

1/ Cancer : les rayonnements ionisants nocifs même à faibles doses pour les travailleurs du nucléaire 🙁

2/ AREVA : un « démantèlement social » à très haut risque ! 🙁

Nous désirons dans le contexte social ambiant, mettre en avant 2 représentants du personnel qui réagissent à « L’affaire des chemises » à Air-France

Xavier Mathieu-Le Grand Journal-12 oct 2015-Canal+ 

Intervention pertinente de Mickaël Wamen, délégué CGT , Goodyear à Amiens-Nord. (Source vidéo BFM)

Ces représentants du personnels font un très grand bien à attendre à l’ensemble des salariés aujourd’hui qui réclament une vrai justice sociale, n’est-ce pas ?

Nos copains, collègues de la Société Amalis (CGT) vous font savoir qu’ils seront dans le cadre des futurs élections professionnelles à Malvezy le 05/11, La Hague le 10/11, le 12/11 à Gravelinnes pour rencontrer les salariés. Ils mettront en avant la nécessité absolue d’une prise en compte très sérieuse de nos diverses expositions professionnelles et porteront l’idée d’un statut unique que nous aussi ici, nous soutenons bien évidemment  🙂

« Avec vous et votre participation active, nous pourrons inventer notre futur relation au travail, d’un niveau d’efficacité bien supérieur à celui que nous connaissons,vivons aujourd’hui. Ensemble construisons de l’intérêt général. Ensemble,stoppons ce phénomène de dévaluation, de déclassement de nos métiers et inégalités qui explosent. Il y a urgence,faisons alliance, pour que votre/notre agir localement, soit suffisamment déployé,relayé afin d’avoir plus de force nationalement. Cette innovation sociale que nous appelons de tous nos vœux est indissociable de la démocratie qui nous anime ».

Agenda MZC :

Le 03/11 nous présenterons : Le fonctionnement des CHSCT des entreprises sous-traitantes intervenants sur les INB aux élèves Master 2ém année SST UP13

Le 04/11 nous serons présent à l’Assemblée Générale des CLI en présence de M DELALONDE Président de l’ANCCLI et M CHEVET Président de l’ASN

Les 26 et 27 nous serons au Séminaire Environnement-Santé ANCCLI / IRSN

separateur2

Même de faibles doses sont dangereuses pour les employés !

L’exposition prolongée aux rayons ionisants, même à faibles doses, augmente le risque de cancers dits solides, selon une étude menée sur des travailleurs du nucléaire.

En juin 2015, les premiers résultats de l’étude épidémiologique INWORKS (1) avaient renforcé la preuve de l’existence d’une relation entre le risque de leucémie (cancer liquide) et l’exposition aux rayonnements ionisants.
Ces résultats avaient été recueillis auprès de cohortes de travailleurs français, américains et britanniques employés dans l’industrie nucléaire (préparation du combustible, recherche, production d’électricité, retraitement des combustibles irradiés) et surveillés pour une exposition externe aux rayonnements ionisants.
Malheureusement, de nouveaux résultats, publiés ce jeudi dans le British Medical Journal (BMJ), ne vont rassurer les travailleurs d’AREVA NC, du CEA et d’EDF, inclus dans la cohorte française. Les radiations ionisantes seraient aussi associées à un sur-risque de cancers solides…

La suite de l’article :

http://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/12564-Nucleaire-meme-de-faibles-doses-sont-dangereuses-pour-les-employes

Publication de nouveaux résultats de l’étude épidémiologique INWORKS sur le risque de cancer chez les travailleurs de l’industrie nucléaire exposés de façon chronique à de faibles doses de rayonnements ionisants…

2015-10-23_17h18_05Le dossier de l’IRSN

http://www.irsn.fr/FR/Actualites_presse/Actualites/Pages/20151021_INWORKS-etude-epidemiologique-risque-cancer-travailleurs-nucleaires.aspx#.VisbZishzBM

Nous avons une pensée très émue pour tous nos collègues qui nous ont quittés et tous ceux qui luttent contre la maladie.

Quand aujourd’hui nous avons encore dans les entreprises sous-traitantes des salariés qui encaissent annuellement une dose ≤ à 14mSv (agents de logistique-servitude Nucléaire / calorifugeurs ). Combien y t-il de salariés qui ont était contaminé interne < 20mSv et qui ne font pas l’objet d’un suivi médical renforcé ? Combien y a t-il eu de déclaration d’Accident de Travail à la CARSAT ? Drôle de façon de faire de la prévention ! Nous sommes en colère . L’exposition professionnelle à l’amiante occasionne 3 000 décès/an ! Combien y aura t’il de salariés précaires issus de la sous-traitance, qui décéderont de ces quotidiennes et multiples expositions professionnelles ? Les Rayonnements Ionisants avérés officiellement dangereux à présent ! Allons nous vers une nouvelle affaire nationale sanitaire ? Qu’est-ce que vous attendez pour crier à l’injustice ? Prenez ici la parole, n’abandonnons surtout pas,résistons !

separateur2

Areva fauche 3 600 emplois en France

Le géant de l’atome va supprimer près de 4 000 postes dans l’Hexagone, via des départs « volontaires ». Signataires ou non de l’accord qui écarte les licenciements secs, les syndicats sont inquiets.
Trois mille six cent seize. C’est le nombre de postes qui seront supprimés chez Areva d’ici à 2017. L’annonce a été faite aux syndicats, mardi, lors des comités d’entreprise des différents établissements du groupe. En annonçant la suppression de 2 700 postes en France, la direction essaie de « minimiser » la facture sociale. Areva compte sur les départs qui ont déjà eu lieu depuis le 1er janvier, 800 environ, pour arriver aux trois à quatre mille emplois détruits annoncés cet été. Par branche d’activité, 868 sur 12 000 postes disparaîtront dans l’entité Areva NP, qui regroupe l’activité réacteurs, dont EDF va prendre le contrôle, relate la CGT. 825 sur 6 700 chez Areva NC, qui regroupe les activités de combustible et de traitement-recyclage, 550 sur 1 200 chez ABS, 96 sur 400 chez SET, la nouvelle usine Georges-Besse II, 132 sur 132 chez Eurodif, site en cours de démantèlement et 84 sur 350 chez Areva Mines.

« Notre rôle va être de montrer la dangerosité du projet », lance Pierre-Emmanuel Joly, pour la CGT, seule organisation syndicale à n’avoir pas paraphé l’accord selon lequel Areva s’engage à ne procéder à aucun départ contraint. « Nous voulons négocier sur le fond et non sur le chèque, a-t-il expliqué hier. La direction ne nous a toujours pas présenté son plan stratégique pour la construction de ce “nouvel Areva”, recentré sur le cycle des matières nucléaires, et refuse de nous donner des garanties pour les 23 000 qui vont rester. Or nous savons qu’elle envisage d’attaquer nos acquis sociaux, de revoir notre accord sur le temps de travail, nos mutuelles… Le combat est loin d’être terminé si nous voulons sauver Areva et la filière nucléaire », assure le syndicaliste. Dans le Gard rhodanien, par exemple, 78 postes seront supprimés à Melox, 75 à Marcoule et 144 au sein de l’activité ingénierie. Au total, dans tout le bassin, 297 postes seront supprimés sur les 1 700 que comptent les sites, soit près de 20 % des effectifs. « Comment peut-on garantir le haut niveau de sécurité nécessaire à ces installations avec 20 % des effectifs en moins et le même plan de charge ? » interroge-t-il.

1 200 départs à la retraite 
d’ici à 2017…

La suite de l’article

L’impact de cette réorganisation à AREVA NC Pierrelatte

2015-10-23_19h16_28Source le DL 23/11/15

(Ici nous respectons la loi sur les droits d’auteur et le travail de la presse et des journalistes professionnels)

Nos amitiés aux uns, notre respect aux autres, bises à toutes et tous.

Et vous…qu’en pensez vous ?

CRITIQUEZ ou APPROUVEZ

Laissez-nous un commentaire dans l’onglet en bas de cette page

Enregistrer

13 comments for “L’abus de salariés DATR* est nuisible à la sûreté !

  1. webmaster MZC
    30 octobre 2015 at 5 h 18 min


  2. Redaction MZC
    29 octobre 2015 at 6 h 01 min

    Mais que se passe-t-il à la centrale nucléaire du Blayais ?

    Depuis quelques années déjà, de nombreux incidents techniques se produisent à la centrale nucléaire du Blayais. Des incidents bénins pour la plupart, mais qui posent question sur la sécurité de cette centrale, l’une des plus anciennes en France.

    Mais que se passe-t-il à la centrale du Blayais ? Sur ce site exploité par EDF à une cinquantaine de kilomètres au nord de Bordeaux, on constate des incidents à répétition. Dernier en date: dimanche dernier, l’unité de production du réacteur numéro 4 a été totalement mise à l’arrêt après un incident au niveau de l’alternateur, il s’agirait d’une perte d’hydrogène. Et ce n’est pas la première fois que cela se produit. C’est le sixième incident cette année, sans compter qu’en juin dernier, deux incidents se sont succédé la même semaine. Pour rappel, en 2012 une cinquantaine d’incidents ont été relevés par l’ASN (Autorité de Sûreté Nucléaire).

    Ces incidents de catégorie 0 à 1 sur l’échelle INES de l’ASN sont considérés pour la plupart d’entre eux comme bénins, sans grande conséquence mais posent tout de même question sur la sécurité de ces réacteurs, tous les quatre installés entre 1981 et 1983, soit depuis plus de 30 ans. La plupart du temps, il s’agit de défaut de sécurité sur les installations, de petites négligences ou d’erreurs humaines….

    https://www.francebleu.fr/infos/sante-sciences/mais-que-se-passe-t-il-la-centrale-nucleaire-du-blayais-1446050020

    CRUAS/MEYSSE Nouvel incident à la centrale nucléaire

    L’unité de production n°3 de la centrale de Cruas-Meysse s’est arrêtée automatiquement aujourd’hui, peu avant midi, alors que des techniciens procédaient à la mise à l’arrêt de cette unité pour réaliser des opérations de maintenance sur une partie non nucléaire des installations. Les équipes réalisent actuellement le diagnostic du matériel. L’unité de production sera redémarrée à l’issue de l’opération de maintenance. Hier, mardi, un dégagement de fumée avait eu lieu dans des locaux administratifs à la centrale. C’est le deuxième incident de la semaine à Cruas.

    Les réacteurs 1 et 4 sont donc les seuls en marche. Le réacteur 2 est arrêté pour renouveler le combustible et la réalisation d’opérations de maintenance et de contrôle.

    http://www.ledauphine.com/drome/2015/10/28/nouvel-incident-a-la-centrale-de-cruas

  3. hollowman of ardeche
    28 octobre 2015 at 20 h 21 min

    hello les camaraaades et les autres!

    l’aveuglement, les baisses d’auditions et autres symptomes dus aux nuisances et à la penibilité de votre activité ne sont rien à coté des nouvelles regles antisociales, antisalariales que le patronat et donneurs d’ordres mettent en place dans votre dos pour vous les balancer en pleine gueule et là il sera tard pour se sortir les doigts de votre fondement, meme plus assez de larmes pour en pleurer tellement nous serons dessecher de tous nos acquis, et autres avantages!

    alors ne crachez plus votre colere aux gars qui sont vos representants syndicaux -ils meritent du respect-, prenez vous par la main et montrez-vous couilleux dans le cas contraire restez dans le troupeau du systeme qui vous asservi de plus en plus

    alors d’etre sans-dents nous serons des sans-chemise…pas besoin de reflechir, certains d’entre nous ont rien à perdre ou vont tout perdre pour que les autres puissent avoir un mieux-vivre
    votre comportement est retrograde, dangereux pour la survie des luttes sociales dans notre pays qui historiquement est un etat revolutionnaire dans l’ame…alors REVEILLEZ moi ce foutu esprit revolutionnaire et levez-vous
    dans le cas contraire c’est l’asservissement garanti à des salaries qui trimeront comme jadis, nous ne meritons pas cette injustice!

    a bientot sur les barricades, ou pas c’est a vous de decider votre avenir

  4. Nuvia St Alban
    24 octobre 2015 at 14 h 50 min

    Salariés PNS réveillez vous, la mutuelle de Techman du groupe Onet vous permettra enfin d être des sens dent: Régime obligatoire 42 € cotisation patronale 21€ cotisation salariale 21€
    quelques soit l option: 1 à 69,74€ la 2 à 92,58€ ou la 3 à 131,15 €Techman ne prendra en charge que 21€ votre mutuelle vous coûtera donc option 1à 48,74€ la 2 à 71,58€ ou la 3 à 110,15€.
    A titre d’ exemple la mutuelle de Nuvia support corespond à l’option 3 de Techman la part patronat de Nuvia est de 48,50€ et là cotisation salarial à 48,50€ également, une perte de salaire de 61,65€ par rapport à Techman.
    Avec la bénédiction du RPI transparent et du directeur délégué EDF de St Alban.

    • st alban nuvia
      28 octobre 2015 at 18 h 29 min

      effectivement 110,15 euros de mutuelle a deduire du salaire,petits deplacements divisés par 2,pas d’anciennetés,pas d’heures sup de payées,etc….
      un retour de 20 ans en arriere !!!!!

    • Malonetman
      29 octobre 2015 at 0 h 07 min

      les rats syndicaux PNS quittent le navire ils vendent leur âmes au caraque.Techmam ils vous tirent vers le bas .Mais il faut pas que tu désespères ne Perds pas espoir.l’heure de la réhabilitation a sonné.

      • Alerte
        29 octobre 2015 at 18 h 41 min

        Mais que contient l’ accord de modulation annualisation du temps de travail chez Techman considéré confidentiels par la direction ???
        Nous allons en prendre connaissance auprès de l’inspection du travail ou bien dans les archives du conseil des prud’hommes.
        Que cache t-il ?
        La surprise sera de taille après avoir signé votre contrat de travail ,il s’appliquera et la croyez moi il ne sera plus confidentiels pour vous !
        D’après les dires de la direction Techman :
        temps de travail de 0h à 48 heures selon leurs besoins.
        Attention pas de 35h à 48h vous allez commencez à comprendre le pourquoi de la confidentialité .
        Contingent Annuel d’heures Supplémentaires à 270 heures alors que la convention collective Syntec prévoit 90 h pouvant par accord être augmenté à 130 h il y a donc un delta de 140 heures ,vous allez donc vous assoir sur (COR Contrepartie Obligatoire Repos) 140 heures payées et 140 h de repos.
        Vous découvrirez également le contenu de votre contrat de travail à la signature après avoir signé votre courrier d’engagement
        trop trop fort Techman mdr.
        Mais qui a bien pu signé un pareille accord ???

        • MZC
          29 octobre 2015 at 23 h 07 min

          une réunion de notre association doit avoir lieu pour : suite à l’immobilisme de la CGT FO CFDT PNS concernent la reprise inacceptable par Techman…sachez que d’autres salariés concernés eux aussi par une reprise décident de déclarer des accidents de travail en masse afin de se faire entendre par EDF…

  5. Précairedunuc
    24 octobre 2015 at 12 h 52 min
  6. Redaction MZC
    24 octobre 2015 at 10 h 55 min

    Dans cette vidéo, un reportage de TF1 explique que 80 % de la maintenance des centrales nucléaires françaises est assurée par des sous-traitants (22 000 personnes), des travailleurs qui prennent des risques importants pour leur santé. Dans une seconde partie, Daniel, expose le problème de santé dont il a été victime suite à son travail dans des centrales, problème non reconnu par EDF comme une maladie professionnelle. Il évoque également le manque de transparence d’EDF et la disparition de pièces du dossier médical.

  7. Doc
    24 octobre 2015 at 9 h 37 min

    Un impossible accord AGIRC/ARRCO sur le dos des victimes du travail et de la politique de prévention

    La branche Accidents du Travail/Maladies Professionnelles (AT/MP) de la Sécurité Sociale présente un solde excédentaire d’environ 700 millions d’euros pour 2014. L’année 2013 avait dégagé un excédent de 638 millions. Ces résultats que nous allons qualifier de positif arrivent après plusieurs années de résultats négatifs qui ont atteint 2469 millions en 2012 qui, cumulés, frôlent encore les 1,100 milliard en 2014.

    Plus d’un milliard de dettes alors que la législation de la branche AT/MP imposerait un ajustement des cotisations afin d’empêcher tout déficit.

    La CGT et d’autres Confédérations ont, de tout temps, exigé cette revalorisation des cotisations sans jamais être entendues par les gouvernements successifs.

    En 2015, alors qu’une dette demeure, ce gouvernement, à deux reprises, « tape » dans la caisse des AT/MP :

    – 250 millions pour 2016 ;

    – 250 millions pour 2017 ;

    – Et 300 millions maintenant pour acheter le vote positif du patronat pour financer l’accord « historique » retraite complémentaire.

    Un accord financé donc sur le dos des victimes du travail remettant en cause la politique de prévention, les possibles avancées sur le suivi post-professionnel, le débat nécessaire sur l’ampleur de la sous-déclaration AT/MP, la nécessaire amélioration de la réparation, et piétinant les organisations syndicales siégeant à la Commission Accidents du Travail/Maladies Professionnelles (CAT-MP).

    Il est paradoxal d’entendre des organisations vanter le dialogue social au MEDEF pour mieux l’anéantir dans la Sécurité Sociale. Oubliant en chemin que le dialogue social, la négociation, demandent du respect, de la transparence et de la confiance. Le respect en l’autre, la confiance en chacun.

    La Sécurité Sociale n’est pas une variable d’ajustement de la politique de ce gouvernement. Un jour, je tente de régler la crise porcine en réduisant les cotisations sociales, un autre, je pille la caisse AT/MP pour financer les retraites complémentaires.

    Dans les deux cas, c’est la Sécurité Sociale qui finance les conséquences des orientations gouvernementales et l’incapacité de certaines organisations syndicales et patronales à gérer, avec efficacité et responsabilité, des organismes.

    Le pillage de 800 millions d’euros, en un mois, de la branche AT/MP, remet donc en cause le dialogue social au sein de cette instance, dénature le sens et la finalité de l’activité au service des victimes et du monde du travail porté par une politique de prévention, d’éducation et de promotion du travail et de la santé.

    Cette situation entame la confiance dans la dynamique du Plan Santé au Travail. Celui-ci devrait porter une nouvelle ambition de la prévention et un devoir d’efficacité dans la réponse aux besoins du monde du travail.

    Les millions d’euros détournés ne serviront pas la cause du « bien travailler », d’une meilleure réparation, du dialogue social constructif Travail/Santé et de l’activité des salariés des organismes de prévention.

    Cette transaction entre le Medef et le gouvernement relève d’une totale opacité et du mépris pour les représentants des salariés, toutes les victimes du travail et de la politique de prévention.

    Il reste quelques jours pour empêcher ce dramatique accord.

    La CGT entend porter en tous lieux, à la connaissance des travailleurs cette indigne décision de transfert et interpeller les organisations possibles signataires.

    http://www.humanite.fr/un-impossible-accord-agircarrco-sur-le-dos-des-victimes-du-travail-et-de-la-politique-de-prevention

  8. webmaster MZC
    24 octobre 2015 at 8 h 56 min

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *