La commission d’enquête -Juin 2014-

Plus jamais ça !

Ne rien faireLe 13/02/2014, la commission d’enquête relative aux coûts passés, présents et futurs de la filière nucléaire, à la durée d’exploitation des réacteurs et aux divers aspects économiques et financiers de la production et de la commercialisation de l’électricité nucléaire, a menée une série de travaux sur le thème « maintenance et sous-traitance à EDF » 

Commissions du Jeudi 13 février 2014 

Nous vous invitons à visionner et à écouter très attentivement l’audition des divers intervenants !

– 09h00 : Audition de M. Pierre-Franck Chevet, Président de l’Autorité de sûreté nucléaire

– 10h00 : Audition de M. Étienne Dutheil, Directeur-adjoint de la Production nucléaire (EDF)

11h00 : Table ronde avec les Syndicats représentés au comité central d’entreprise d’EDF SA (CFDT, CGC, CGT, FO)

En fin de séance, M François BROTTES, Président de la commission d’enquête, précise qu’un autre débat ou une autre audition sera réalisée avec les Confédérations syndicales .

L’Association MZC était invitée à l’audition de 11h00.

Clic pour agrandir

Les signataires de la lettre au Premier Ministre 

http://www.ma-zone-controlee.com/wp-content/uploads/2013/06/lettre-1er-ministre.pdf

paris

L‘Association MZC a sollicitée le droit à la représentation dans les Commission Locales d’Information de (Cadarache et Iter) ainsi qu’à la Commission Locale d’Information sur les Grands Équipements Énergétiques du Tricastin (CLIGEET).

L’Association MZC se félicite dors et déjà de cette éventualité qui permettra à tous les membres de ces commissions, d’avoir une visibilité objective et totale de la spécificités de nos métiers et des divers statuts qui concernent les salarié(e)s issus de la sous-traitance du nucléaire..

Les membres de la commission 

Lettre cli cadarache-iter

Lettre cligeet

(Ici nous respectons la loi sur les droits d’auteur, le travail de la presse et des journalistes professionnels)

bus-bleu MZC

Nos amitiés aux uns, notre respect aux autres, bises à toutes et tous.

Et vous…qu’en pensez vous ?

 

83 comments for “La commission d’enquête -Juin 2014-

  1. Redaction MZC
    20 août 2014 at 20 h 31 min

    Les employés précaires sous-traitants du nucléaire sacrifiés de la transition énergétique ?

    La transition énergétique devant le Parlement en octobre
    Par Ludovic Dupin – Publié le 20 août 2014

    Adopté en conseil des ministres fin juillet, le projet de loi de transition énergétique est désormais prêt à rejoindre l’Assemblée nationale. Le texte pourrait être adopté d’ici fin 2014. Son financement s’élèverait à 10 milliards d’euros.

    Au cœur de l’été, la ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, Ségolène Royal, a présenté la dernière mouture de son projet de loi de transition énergétique désormais baptisé : « projet de loi de programmation de la transition énergétique pour la croissance verte ». Adopté en conseil des ministres le 30 juillet dernier, le texte passera devant l’Assemblée nationale début octobre où il devrait faire l’objet de vifs débats en particulier sur les questions du nucléaire et du financement…

    http://www.usinenouvelle.com/article/la-transition-energetique-devant-le-parlement-en-octobre.N279226

  2. Gus
    4 août 2014 at 7 h 03 min

    Ségolène Royal présente le projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte

    Suite à la communication en conseil des ministres du 18 juin, et à la phase de consultations, Ségolène Royal a présenté le 30 juillet en Conseil des ministres, le projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte. « Cette loi invente notre futur commun, tout en mettant en place des applications immédiates », a indiqué la ministre.

    http://www.developpement-durable.gouv.fr/Segolene-Royal-presente-le-projet.html

  3. webmaster MZC
    11 juin 2014 at 6 h 27 min

    Pages 61 à 78
    Les ressources humaines, la maintenance , les dérives de la sous-traitance – Audition MZC – Audition ASST…

    3 cancers reconnus comme maladies professionnelles (en tant que cancers radioinduits) par la Caisse nationale d’assurance maladie aux États-Unis, ce sont 29 maladies 🙁

    Les syndicats sont unanimes sur le constat de la situation des sous-traitants !

    Propos du Rapporteur et membres de la C-E … Une réflexion pourrait être engagée sur la création d’une convention collective propre aux métiers du nucléaire…

    Chiche 🙂 Le Projet de la CGT à lire ici http://www.ma-zone-controlee.com/?p=59741
    Maintenant c’est à toi de jouer chers collègues 🙂

  4. MZC
    10 juin 2014 at 18 h 26 min

  5. Sentinelle26
    31 mai 2014 at 12 h 08 min

    Ségolène Royal invente la « consultation participative » pour nommer son projet de loi sur la transition énergétique

    http://lelab.europe1.fr/Segolene-Royal-invente-la-consultation-participative-pour-nommer-son-projet-de-loi-sur-la-transition-energetique-14828

  6. sentinelle2607
    6 mai 2014 at 14 h 57 min

    http://videos.assemblee-nationale.fr/video.5371.couts-de-la-filiere-nucleaire–m-henri-proglio-pdg-d-edf-6-mai-2014

  7. webmaster MZC
    5 mai 2014 at 7 h 54 min

    Programme de la Commission d’Enquête 05/05/2014

    Audition M Proglio 06/05/2014

    Audition Mme Royale le 07/05/2014…

  8. webmaster MZC
    26 avril 2014 at 18 h 41 min

    Nogent-sur-Seine . La CGT dénonce des disparités sociales entre agents et prestataires à la centrale nucléaire

    La centrale nucléaire accueille plusieurs centaines de prestataires permanents. Mais ceux-ci n’auraient pas les mêmes avantages sociaux, selon la CGT.

    Non au dumping social. C’est en quelques mots ce que revendique Christophe Latrasse, membre du CHSCT du Centre nucléaire de production d’électricité (CNPE), délégué du personnel, et représentant syndical du comité d’établissement…

    Un statut de travailleurs du nucléaire

    Quelle solution alors ? La réponse ne se fait pas attendre : « Faire un statut de travailleurs du nucléaire, ce pour toutes les professions ». Un statut commun, donc, « avec des garanties sociales de haut niveau », afin que les salaires et avantages sociaux soient à la hauteur des compétences de chacun.

    Compliqué, répond la centrale de Nogent. « La situation n’est pas particulière à Nogent : la façon dont on travaille avec les prestataires est pilotée par un cadre national. Nous n’avons pas la main à Nogent pour créer un cadre spécifique. »

    La direction précise également que, bien qu’agent EDF et prestataires n’aient pas le même statut social, ceux-ci travaillent en majorité pour de grands groupes, tels que Alstom, Areva, Vinci ou Onet, « entreprises dont les conditions ne sont pas désavantageuses, qui respectent certaines règles et dont les conditions de travail sont bonnes ».

    La CGT se dit pour sa part prête à discuter de la question des salariés prestataires avec la direction, pourquoi pas lors d’une prochaine réunion de la commission locale d’information…

    http://www.lest-eclair.fr/nogent-sur-seine/la-cgt-denonce-des-disparites-sociales-entre-agents-et-ia0b0n218441#.U1veSojt3XY.twitter

  9. webmaster MZC
    19 avril 2014 at 9 h 20 min

    Rapport 2013 de l’ASN

    Fruit d’un travail collectif d’analyse et de synthèse auquel participent toutes les entités de l’ASN, le Rapport de l’ASN sur l’état de la sûreté nucléaire et la radioprotection en France constitue un document de référence qui dresse chaque année un état des évolutions comme des difficultés constatées au sein des organismes contrôlés par l’ASN. Il permet d’élargir le champ de la réflexion aux projets et perspectives en matière de sûreté nucléaire et de radioprotection en proposant des fiches synthétiques sur des sujets d’actualité ou à enjeux….

    Extraits :

    Chapitre 04 – Le contrôle des activités nucléaires et des expositions aux rayonnements ionisants

    Chapitre 08 – Le panorama régional de la sûreté nucléaire et de la radioprotection

    Chapitre 12 – Les centrales électronucléaires

  10. F.B
    18 avril 2014 at 1 h 02 min

    COUTS DE LA FILIERE NUCLEAIRE: LA COMMISSION D’ENQUETE POURSUIT SES TRAVAUX

    La commission d’enquête sur les coûts de la filière nucléaire poursuit ses travaux, en abordant ce matin la question du risque nucléaire et du dispositif de gestion de crise. Seront ainsi auditionnés:
    − À 9 H 00: Céline Grislain-Letrémy, M. Reza Lahidji et Philippe Mongin, auteurs du rapport « Les risques majeurs et l’action publique » (Conseil d’analyse économique, décembre 2012).
    − À 10 H 00: Francis Delon, secrétaire général de la défense et de la sécurité nationale, et Pierre-Franck Chevet, président de l’ASN.
    − À 11 H 30: Jean-Pierre Charre, vice-président, Michel Demet, conseiller du président, et Alexis Calafat, secrétaire, du bureau de l’ANCCLI (Association nationale des CCLI).

    La commission poursuivra ses travaux cet après-midi en abordant la question de la place du nucléaire dans le mix électrique français.
    Seront ainsi auditionnés:
    − À 14 H 00: François Moisan, directeur exécutif scientifique Recherche et International de l’ADEME, et Jacques Bittoun, président de l’ANCRE (Alliance nationale de coordination pour la recherche sur l’énergie).
    − À 15 H 30: Robert Durdilly, président de l’UFE (Union française de l’électricité), et , Thierry Salomon, président de l’association négaWatt.
    − À 17 H 00: Jacques Percebois, président de la commission « Énergies 2050 », et de Bernard Laponche, consultant international en politiques et maîtrise de l’énergie, en ancien DG de l’AFME (ex-Ademe).

    Ces auditions sont diffusées en direct sur le site de l’Assemblée nationale:

    http://videos.assemblee-nationale.fr/commissions.couts-de-la-filiere-nucleaire-ce

  11. Redaction MZC
    26 mars 2014 at 17 h 03 min

    Coût de la filière nucléaire : auditions diverses

    L’EVOLUTION DU PARC

    La commission d’enquête sur le coût de la filière nucléaire présidée par François Brottes poursuit ce mercredi, à l’Assemblée, son examen des conditions et conséquences de l’évolution du parc.
    Sont ainsi auditionné, ce matin, à partir de 9h00, Yves Marignac, directeur de WISE-Paris et Sébastien Blavier, chargé de campagne nucléaire à Greenpeace, puis Laurent Michel et Pierre Marie Abadie, directeur généra et directeur à Direction générale de l’énergie et du climat au ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, puis Benjamin Dessus, président de Global Chance, et François Lévêque, professeur d’économie au CERNA-Mines ParisTech.
    La commission poursuit ses travaux, cet après-midi, en abordant la question de l’arrêt définitif des centrales. Elle auditionnera donc, tour à tour un responsable du Comité stratégique de la filière nucléaire, puis Jean-Claude Delalonde, président de l’ANCCLI (Association nationale des comités et commissions locales d’information), et enfin Jean-Michel Malerba, délégué interministériel à la fermeture de la centrale nucléaire et à la reconversion du site de Fessenheim.

    * Coût de la filière nucléaire : audition de MM Arnaud Gay et Philippe Bernet (Groupe de travail -Démentèlement- du Comité Stratégique de la Filière Nucléaire)

    Nous vous invitons à visionner la vidéo et d’écouter particulièrement Echange de vues

    http://videos.assemblee-nationale.fr/video.5277.cout-de-la-filiere-nucleaire–auditions-diverses-apres-midi-26-mars-2014

  12. webmaster MZC
    26 mars 2014 at 16 h 40 min

  13. Redaction MZC
    22 mars 2014 at 14 h 06 min

  14. webmaster MZC
    18 mars 2014 at 16 h 55 min

    Directive sûreté nucléaire – Le Parlement européen ne dote pas les autorités de sûreté des compétences nécessaires à un encadrement rigoureux des opérateurs
    18 mars 2014

    Ce matin, la Commission Industrie, Recherche et Énergie (ITRE) du Parlement européen a voté le rapport Romana JORDAN révisant la directive européenne sur la sûreté nucléaire. Pour les écologistes, le Parlement s’est encore illustré dans sa complaisance inégalable à l’égard de l’industrie nucléaire, alors qu’il avait pourtant l’occasion d’adresser un signal fort à la Commission et aux États membres.

    Pour Michèle RIVASI, eurodéputée EELV et co-rapporteure du projet de directive, les représentants du peuple européen n’ont pas rempli leur rôle de contrôle: « Face au danger potentiel que représente l’industrie nucléaire, les parlementaires doivent exiger le maximum de garanties pour empêcher le pire d’arriver. Malheureusement, encore une fois, la complaisance a été de mise et les autorités de sûreté nucléaire (ASN) n’auront pas les compétences nécessaires pour empêcher les opérateurs de prendre des risques insensés »

    http://www.michele-rivasi.eu/au-parlement/directive-surete-nucleaire-le-parlement-europeen-ne-dote-pas-les-autorites-de-surete-des-competences-necessaires-a-un-encadrement-rigoureux-des-operateurs/

    Fessenheim: des militants anti-nucléaire Greenpeace s’introduisent, 20 arrestations

    Des membres de Greenpeace sont entrés dans le périmètre de la centrale nucléaire de Fessenheim, doyenne du parc français située dans le Haut-Rhin, ce mardi matin. Malgré des interpellations, il resterait une quinzaine d’entre eux sur le toit du bâtiment réacteur…

    En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/societe/fessenheim-des-militants-anti-nucleaire-s-introduisent-dans-la-centrale_1500896.html#Mih7RRCOxP3VPE4v.99

  15. webmaster MZC
    15 mars 2014 at 8 h 47 min

    Comptes rendus de la commission d’enquête relative aux coûts passés, présents et futurs de la filière nucléaire, à la durée d’exploitation des réacteurs et à divers aspects économiques et financiers de la production et de la commercialisation de l’électricité nucléaire

    *Jeudi 27 février 2014/Séance de 12 heures/Compte rendu n° 25
    Audition de M. Philippe Knoche, directeur général délégué d’AREVA
    *Jeudi 27 février 2014/Séance de 11 heures/Compte rendu n° 24
    – Audition de M. Hervé Machenaud, directeur exécutif du groupe Production et Ingénierie d’EDF
    *Jeudi 27 février 2014/Séance de 10 heures/Compte rendu n° 23
    – Audition de MM. Yannick Rousselet, responsable du dossier nucléaire, et Cyrille Cormier, chargé de campagne climat-énergie de Greenpeace France
    *Jeudi 27 février 2014/Séance de 9 heures/Compte rendu n° 22
    – Audition de M. Philippe Jamet, commissaire de l’ASN, et M. Jacques Repussard, directeur général de l’IRSN

    *Jeudi 20 février 2014/Séance de 11 heures 30/Compte rendu n° 21
    *Jeudi 20 février 2014/Séance de 10 heures 30/Compte rendu n° 20
    – Audition de M. Dominique Minière, directeur délégué à la direction Production-Ingénierie (EDF)
    *Jeudi 20 février 2014/Séance de 9 heures 30/Compte rendu n° 19
    – Audition de M. Pierre-Franck Chevet, président de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), et M. Jacques Repussard, directeur général de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN)

    *Jeudi 13 février 2014/Séance de 11 heures/Compte rendu n° 18
    – Table ronde avec les syndicats représentés au comité central d’entreprise d’EDF (CFDT, CGC, CGT, FO)
    *Jeudi 13 février 2014/Séance de 10 heures/Compte rendu n° 17
    – Audition de M. Étienne Dutheil, directeur-adjoint de la Production nucléaire (EDF)
    *Jeudi 13 février 2014/Séance de 9 heures/Compte rendu n° 16
    – Audition de M. Pierre-Franck Chevet, président de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN)

    *Jeudi 30 janvier 2014/Séance de 11 heures 30/Compte rendu n° 12
    – Audition de M. Philippe Van Troye, directeur général d’Electrabel et de M. Eric De Keuleneer, professeur à l’Université libre de Bruxelles
    *Jeudi 30 janvier 2014/Séance de 10 heures 30/Compte rendu n° 11
    – Audition de Mme Gwenaëlle Huet, directrice des affaires européennes de GDF-Suez et M. Claude Turmes, député européen
    *Jeudi 30 janvier 2014/Séance de 9 heures 30/Compte rendu n° 10
    – Audition de M. Manuel Baritaud, analyste senior « Électricité » de l’Agence internationale de l’énergie

    *Jeudi 23 janvier 2014/Séance de 11 heures/Compte rendu n° 9
    – Audition du Pr. Stephen Thomas, professeur en études énergétiques à l’Université de Greenwich, et de M. Humphrey Cadoux-Hudson, directeur exécutif « Nouvelles constructions nucléaires », EDF Energy
    *Jeudi 23 janvier 2014/Séance de 9 h 30/Compte rendu n° 8
    – Audition de M. Andreas Rüdinger, chercheur « Politiques climatiques et énergétiques » à l’IDDRI (Institut du développement durable et des relations internationales)

    *Jeudi 16 janvier 2014/Séance de 12 h 30/Compte rendu n° 7
    – Audition de M. Jean-Philippe Bucher, président-directeur général de FerroPem
    *Jeudi 16 janvier 2014/Séance de 11 h 30/Compte rendu n° 6
    – Audition de M. Pierre Bornard, vice-président du directoire de RTE, directeur général délégué chargé de l’économie, des marchés et de l’innovation
    *Jeudi 16 janvier 2014/Séance de 10 h 30/Compte rendu n° 5
    – Audition de M. Thierry Morello, chief operating officer et membre du directoire d’EPEX Spot.

    *Jeudi 9 janvier 2014/Séance de 11 h 30/Compte rendu n° 4
    – Audition de M. Jean Desessard, sénateur de Paris et M. Ladislas Poniatowski, sénateur de l’Eure.
    *Jeudi 9 janvier 2014/Séance de 10 h 30/Compte rendu n° 3
    – Audition de M. Gilles-Pierre Levy, président de chambre à la Cour des comptes et Mme Michèle Pappalardo, conseiller-maître
    *Jeudi 9 janvier 2014/Séance de 9 h 30/Compte rendu n° 2
    – Audition de M. Philippe de Ladoucette, président de la Commission de régulation de l’énergie

    *Jeudi 19 décembre 2013/Séance de 13 h 00/Compte rendu n° 1

    http://www.assemblee-nationale.fr/14/cr-cenucleaire/13-14/index.asp

  16. Redaction MZC
    26 février 2014 at 20 h 44 min

    Nucléaire: l’objectif de 2025 sera bien inscrit « dans la loi »

    Le ministre de l’Ecologie et de l’Energie Philippe Martin a réaffirmé qu’une loi visant à réduire la part du nucléaire de 75 à 50% d’ici 11 ans serait proposée en juin.

    L’objectif de réduire à 50% la part du nucléaire dans la production électrique d’ici 2025 « figurera dans la loi », contrairement « aux rumeurs qui viennent de ceux qui ne connaissent pas la réalité du dossier », a assuré mardi à l’AFP le ministre de l’Ecologie et de l’Energie Philippe Martin.

    Interrogé sur les « rumeurs » parues dans la presse selon lesquelles cet objectif serait retardé à 2028, voire plus tard, Philippe Martin a répondu que « les rumeurs viennent de ceux qui ne connaissent pas la réalité du dossier ». « Et il se trouve que moi je la connais », a-t-il ajouté.

    Le 3 décembre dernier, Anne Lauvergeon, ex présidente du groupe français Areva, avait estimé au micro de France Inter que cet objectif de passer de 75 à 50% à l’horizon 2025 n’était « pas réaliste »…

    http://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/20140226.OBS7680/nucleaire-l-objectif-de-2025-sera-bien-inscrit-dans-la-loi.html

  17. Margo
    26 février 2014 at 19 h 12 min

    EDF: Henri Proglio privé de nouveau mandat par l’Élysée?

    François Hollande aurait décidé de ne pas renouveler le mandat du président d’EDF qui expire le 22 novembre.

    Sa nomination en 2009 avait fait du bruit. Cinq ans plus tard, son éventuelle éviction d’EDF risque d’en faire aussi. Henri Proglio, 65 ans, n’aurait pas les faveurs de l’Elysée pour le renouvellement de son mandat de président du groupe d’électricité en novembre. C’est du moins ce qu’affirme l’édition du Canard enchaîné paru ce mercredi 26 février.
    Remplacé par le patron de Solvay?

    Ce proche de Nicolas Sarkozy avait pourtant déclaré le 13 février qu’il souhaitait rester à son poste. D’après l’hebdomadaire, Jean-Pierre Clamadieu, président du …..

    http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/20140226trib000817199/edf-henri-proglio-prive-de-nouveau-mandat-par-l-elysee.html

  18. andré
    25 février 2014 at 19 h 38 min

    Tournant politique du Gouvernement ?
    Penly Construction d’EPR : le sujet sur la table

    L’EPR ne serait pas totalement abandonné par le gouvernement. Le sujet serait sur la table selon les Echos. Si tel était le cas, Penly pourrait de nouveau y croire.

    Dernière mise à jour : 25/02/2014 à 09:37

    Le gouvernement n’aurait pas abandonné les projets d’EPR. Penly peut encore y croire.

    On en parle depuis des années sans que rien ne bouge. La construction de l’EPR sur le site de la centrale nucléaire de Penly est un véritable serpent de mer à Dieppe. Voulue par l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy, elle semblait avoir été enterrée par François Hollande au lendemain de son élection en mai 2012.

    Mais voici que le sujet reviendrait dans les conversations au plus haut niveau de l’Etat. Certes, la position de réduire la part du nucléaire est toujours d’actualité avec, notamment, la fermeture de la plus ancienne centrale française, Fessenheim, en Alsace, et la montée en puissance des énergies renouvelables.
    Pas encore de scénario clair

    Il n’empêche, selon le quotidien Le Monde, si des centrales seront bel et bien stoppées, car trop vieilles et donc trop coûteuses, elles seraient « remplacées, sur les mêmes sites (ce qui permet de bénéficier du réseau des lignes à haute tension déjà en place), par des EPR de troisième ou quatrième génération, afin de maintenir une puissance du parc constante ».

    Après Flamanville, Penly répond ainsi à tous les critères pour accueillir un nouvel EPR. La construction de nouveaux EPR permettrait non seulement de faire de la France une vitrine pour les industries du nucléaire à la recherche de marchés à l’exportation, mais « l’atome s’inscrit parfaitement dans la logique de la transition énergétique puisque le nucléaire est une énergie qui n’émet pas de CO2 » a expliqué un conseiller ministériel à nos confrères du Monde.

    Sollicités par le journal Les Echos, ni l’Elysée, ni Matignon n’auraient souhaité faire de commentaire sur le sujet « mais, l’entourage du ministre de l’Energie reconnaît que le sujet est sur la table » précise le journal. Il rapporte encore que, selon l’entourage de Philippe Martin, « il y a bien un débat de ce type et il y a des soutiens à l’idée de construire de nouveaux réacteurs. Mais il n’y aura pas un scénario clair sur la table en matière de renouvellement et ce n’est pas un scénario de ce quinquennat ».

    http://www.lesinformationsdieppoises.fr/2014/02/25/construction-depr-le-sujet-sur-la-table/

  19. webmaster MZC
    25 février 2014 at 6 h 09 min

    RPS Ensemble, c’est tout…

    Travailler les uns avec les autres, ou les uns contre les autres ?

    Les experts en santé au travail associent les risques psychosociaux (RPS) à un isolement social excessif des collaborateurs à leurs postes de travail. Soucieuses de renforcer la cohésion au sein de leurs services et lutter contre les RPS, beaucoup d’entreprises prennent des mesures dont l’efficacité peut être discutée….

    Coopération et convivialité au travail : une gestion difficile

    Durant des décennies, l’application de méthodes d’organisation du travail et de management stimulant l’esprit de compétition et valorisant l’individualisme, a eu pour effet d’affaiblir les collectifs de travail tels qu’on les connaissait jadis….

    Le collectif : l’armature de la santé au travail

    Se soutenir les uns les autres dans les moments difficiles, coopérer pour accroître notre bien-être autant que notre efficience, sentir notre travail suffisamment reconnu pour que nous puissions en tirer satisfaction et fierté, autant de facettes de la dimension collective, sans laquelle il est vain d’espérer s’épanouir véritablement et durablement au travail.
    Alors qu’avec l’approche Qualité de Vie au Travail (QVT), on tente aujourd’hui d’inscrire le bien-être au travail au cœur des préoccupations stratégiques de l’entreprise, en soulignant son lien étroit avec la performance économique, l’heure est venue de ne plus négliger l’importance prépondérante du collectif, du « vivre ensemble » au travail, dans la construction de la santé au travail….

    http://www.indicerh.net/content/1699-rps-ensemble-c-est-tout.html

  20. harrys
    24 février 2014 at 21 h 27 min

    Les salariés « faiblement contaminés »

    Irradiation d’un travailleur à la centrale nucléaire de Flamanville

    …. L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a signalé mercredi l’irradiation accidentelle d’un travailleur d’une société sous-traitante intervenant sur le site de la centrale nucléaire de Flamanville (Manche) et a classé cet incident au niveau 2 de l’échelle INES. Le niveau 2, sur cette échelle internationale, qui en compte huit de 0 à 7, correspond à une contamination humaine à l’intérieur du site et/ou à des défaillances importantes des dispositions de sécurité. ……

    http://www.dissident-media.org/infonucleaire/news_afp_conta.html

  21. Sylver
    24 février 2014 at 21 h 19 min

    Les hommes et le nucléaire

    En 2002, le comité central d’entreprise d’EDF avait organisé plusieurs forums sur la réalité du travail dans les centrales nucléaires. Salariés, experts du monde du travail, sociologues s’étaient rencontrés pour parler de ce qu’ils vivaient, des nouvelles organisations du travail, des pressions accrues. Mediapart a reçu, via Frenchleaks, ce documentaire jamais rendu public. Le Comité central d’entreprise nous a par la suite donné son aval à la diffusion de ce film.

    Regardez!!!!!

    http://www.mediapart.fr/content/les-hommes-et-le-nucleaire

  22. Marc G
    23 février 2014 at 12 h 09 min

    Je croise régulièrement des salariés de Vallée Anticorrosion sur divers sites nucléaires et je peu vous confirmer de la précarité avancée de ces salariés.

    Pour mémoire, cet hiver ils travaillaient à l’extérieur sans aucune protection contre le froid et pluie.

    Certains, pour ne pas tomber malades, s’achètent eux mêmes les EPI.

    Lamentable, dans une industrie ou EDF se dit Socialement Responsable.

    Le contrat avec le moins disant social doit avoir des limites, surtout quand la dignité humaine est atteinte.

    • Cooper
      23 février 2014 at 21 h 21 min

      On dirait que le cahier des charges antisocial EDF porte ces fruits. Merci aux syndicats qui le portent comme une solution pour les sous-traitants du nucléaire. Putain, qu’ils se le gardent pour eux et qu’ils nous foutent la paix avec cette merde, une bonne fois pour toutes. Pourquoi ce cahier esclavagiste serait bon pour nous et pas pour ceux qui le choisissent. Ils se foutent de nous, bordel. Nous n’en voulons pas de cette merde! C’est clair!

      • kilou
        23 février 2014 at 23 h 50 min

        Oui, nous continuerons à nous battre pour un vrai statut pour tous. Dés que la CGT donne le feux vert, nous ne lâcherons plus jusqu’à son obtention.

        • Martine
          24 février 2014 at 18 h 46 min

          Quand on veut on peut, il suffit d’y croire. Parfois nous ne connaissons pas notre force collective. Que voulez-vous qu’ils fassent si nous nous arrentons le même jour? Nous réalisons 80% des activités et nous sommes déterminés, alors nous allons gagner notre dignité Ensemble.

      • djibril
        24 février 2014 at 16 h 34 min

        Je suis en attente de pouvoir me battre pour des réels droits pour tous ces salariés sur-exploités par ces vaux-riens qui nous exploitent un max.

    • Gerard
      24 février 2014 at 17 h 37 min

      Plus jamais ça. Dans mon entreprise on est prêts pour la bataille. On va gagner ce statut unique que nous méritons tous.

    • christophe
      24 février 2014 at 20 h 59 min

      Stop à l’esclavage sur les centrales nucléaires. Les boites de bandits dehors.

  23. NTW
    23 février 2014 at 9 h 36 min

    Colloque de NTW sur la situation d’urgence et la situation post accidentelle en cas d’accident nucléaire.

    Comme nous l’explique Michèle Rivasi, il y a urgence pour la société civile d’être consultée et de participer aux plans des situations d’urgence en France en cas d’accident nucléaire. La sûreté nucléaire en France n’est pas encore à la portée de tous. « La sécurité et la sûreté des centrales nucléaires appartient à tout le monde, et pas seulement à l’Etat ou aux opérateurs. »


    NTW – Nucléaire : le contexte français par… par nucleartransparencywatch

  24. webmaster MZC
    23 février 2014 at 7 h 50 min

    Coûts et risques des centrales nucléaires de plus de 40 ans

    Extraits de la commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur les coûts passés, présents et futurs de la filière nucléaire française.
    Jeudi 20/02/2014


    Coûts et risques des centrales de plus de 40… par tvnetcitoyenne

  25. Sylver
    22 février 2014 at 23 h 54 min

    Sûreté nucléaire : la lettre qui désavoue EDF

    Au début du mois de février, le président de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN), Pierre-Franck Chevet, a reçu une lettre de trois pages mettant gravement en cause les choix faits par EdF pour équiper d’ici 2018 ses réacteurs nucléaires de «moteurs diesels d’ultime secours » (DUS). Une obligation imposée par l’ASN, à la suite de la catastrophe de Fukushima en mars 2011.

    http://www.capital.fr/content/view/full/912701

  26. Redaction MZC
    22 février 2014 at 17 h 51 min

    Maintenance des réacteurs nucléaires: EDF débordé, s’inquiète l’ASN

    Retards croissants et problèmes de qualité dans les opérations de maintenance de ses réacteurs nucléaires, l’électricien EDF est actuellement débordé par des travaux qu’il a pourtant lui-même décidés, s’est inquiété jeudi le président de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

    L’enjeu posé par ces opérations de maintenance, réalisées à l’occasion du rechargement en combustible des réacteurs nucléaires, prend une acuité particulière aujourd’hui: en cinq ans, le volume des travaux réalisés pendant les arrêts de tranche a été plus que doublé !, a souligné Pierre-Chevet à l’Assemblée nationale, lors d’une audition devant la commission d’enquête sur la filière nucléaire.

    On constate, et EDF aussi, qu’entre la prévision de planning initial d’EDF et celui effectivement réalisé, il y a un écart de plus de 50% en termes de délai, a ajouté le président de l’ASN, interrogé par les députés sur les opérations de maintenance et le recours à la sous-traitance dans le parc nucléaire français.

    Il y a donc un problème d’organisation des travaux qui met en cause la qualité de la réalisation, avec un risque potentiel pour la sûreté des installations, a-t-il résumé.

    Plus de la moitié des quelque 700 événements significatifs pour la sûreté déclarés par EDF en 2013 sont liés à des problèmes dans la qualité de la maintenance, a insisté M. Chevet.

    Selon l’ASN, seul un tiers des écarts de planning constatés est justifié par de bonnes raisons, un problème technique dont on s’aperçoit et qu’on répare. Le reste, ce sont des problèmes de mauvaise planification initiale ou de maintenance paralysée.

    Pour l’instant (chez EDF), ils sont débordés par les travaux qu’ils ont eux-mêmes décidés. C’est un vrai sujet, qu’il faut traiter!, a lancé M. Chevet, rappelant que ces travaux allaient encore monter en puissance d’ici trois ou quatre ans.

    Le sujet est d’autant plus préoccupant qu’il intervient dans un contexte de renouvellement massif des effectifs de l’opérateur, qui doit remplacer plus de 50% de son personnel dans les années à venir en raison des départs à la retraite.

    Ca peut expliquer une partie des difficultés, mais ça veut aussi dire que la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences devient une question stratégique. C’est pourquoi nous avons des discussions très serrées avec EDF sur la question, a dit le président de l’Autorité.

    C’est bien à EDF de proposer une organisation qui fasse que les compétences soient transmises, en quantité et en qualité, à la fois à ses sous-traitants et aux nouveaux salariés, de manière à ce que l’opérateur retrouve une pleine maîtrise d’ouvrage de ces travaux en arrêt de tranche, comme la loi l’y oblige, a conclu Pierre-Franck Chevet.

    http://www.romandie.com/news/n/_Maintenance_des_reacteurs_nucleaires_EDF_deborde_s_inquiete_l_ASN64130220141226.asp

  27. webmaster MZC
    22 février 2014 at 7 h 29 min

    « C’est aussi grâce à eux que la société évolue et progresse »

    Puisqu’il n’était finalement question que d’infraction routière, cette affaire méritait-elle une audience correctionnelle ? Pour David Charmatz, la réponse est… non

    Autrement dit : « La justice peut aussi répondre à ce type de situation, mais elle n’est pas là pour faire plaisir à tout le monde en dehors du cadre strict de la loi ». Pour autant, David Charmatz a tenu à saluer, au sens large, l’esprit du militantisme. « De toutes les libertés, le droit des militants est un principe que je respecte profondément », assure-t-il. « C’est aussi grâce aux militants que la société évolue et progresse. Notre pays s’est en partie construit par l’action de gens qui violent parfois la loi de façon non grave, pour faire avancer les choses dans le bon sens »

    http://www.lindependant.fr/2014/02/21/c-est-aussi-grace-a-eux-que-la-societe-evolue-et-progresse,1850624.php

  28. la taupe
    21 février 2014 at 22 h 29 min

    Centrale nucléaire de Cruas-Meysse: 21 février 2014

    Tract CGT

    Comme vous le savez, 2014 s’annonce comme étant une année difficile.

    Pour les personnes proches de la préparation d’arrêt, nous savons que 2014 ne sera pas serein, loin de là !

    LES CONSTATS SONT LA:
    – Pression morale sur les agents.
    – Travail urgent de dernière minute.
    – Mal être des agents.
    – Arrêt maladie dans certaines équipes. (Surmenage, stress, manque d’effectifs)
    – Une appréhension de la semaine qui verra le coup d’envoi de l’arrêt.
    – Incertitudes sur les temps de travail, les repos, les effectifs, les roulements de quart, les vacances scolaires.
    – Venir travailler avec la hantise de se faire insulter, dénigrer, harceler.
    – Injustice, manque d’équité, de reconnaissance.
    – Etc…

    La CGT est vigilante à tous ces signes et éprouve une vive inquiétude à l’égard de la santé physique et mentale des agents du site durant cette année éprouvante qui s’annonce, d’autant plus que les années qui suivent sont-elles mêmes chargées.

    Nos élus seront présents avec vous au plus proche de vos besoins afin d’alerter, et prendre les mesures nécessaires au respect de votre santé.

    L’humain est infiniment plus important à nos yeux que tous les indicateurs. Peu nous importe d’hypothétiques bons résultats avec des agents au bout du rouleau !

    Nous vous laissons quelques conseils diffusés par des professionnels de la santé en espérant que vous puissiez en faire bon usage.

    Préservez-vous !!!

    Conseil n°1 : apprendre à dire «non»

    Ce conseil est sûrement le plus essentiel car il est le plus difficile à appliquer au travail.

    En effet, lorsqu’on se fait déborder par les tâches, ou lorsque l’on demande un travail à la dernière minute, il est très difficile de refuser la situation.

    Pourtant, si on apprend à mettre des barrières à l’avance – en expliquant par exemple que le travail risque de ne pas être parfait en si peu de temps, on risque de mieux vivre son quotidien et d’éviter des situations stressantes.

    Conseil n°2 : faire la liste des priorités

    Au cours d’une semaine de travail, plusieurs rendez-vous ou dossiers doivent s’enchaîner à la vitesse grand V.

    Et, très souvent, on n’arrive plus à suivre le rythme, ce qui provoque du stress. Pourtant, en dressant une liste des tâches à faire et en les classant selon les priorités, l’organisation devient plus simple. Résultat : on a la garantie de réaliser l’essentiel de son travail et d’avoir des résultats.

    Conseil n°3 : dédramatiser les situations

    Lorsqu’on est en immersion totale dans un projet éreintant, on a, de fait, moins de lucidité sur ce qui nous entoure.

    Le stress et l’adrénaline permettent de travailler sans compter ses heures. Résultat : lorsque le travail arrive à son terme et qu’il n’a finalement pas l’effet escompté, on prend le problème très à cœur, souvent de façon exagérée.

    D’où l’importance de dédramatiser les situations. Pour cela, il faut toujours se rappeler que la vie professionnelle fait, certes, partie du quotidien mais qu’elle n’est pas vitale comparée à la vie familiale.

    Conseil n°4 : Faire un point régulier sur sa situation

    Tel un bilan de santé, il est très important de faire un check-up régulier de sa situation professionnelle.

    Comment se sent-on au travail ? Est-on stressé, épuisé ou, au contraire, heureux et détendu ?

    Ces questions permettent non seulement d’évoluer et de faire les bons choix professionnels, mais cela permet aussi de détecter à l’avance les premiers signes de lassitude et, donc, d’un futur stress éreintant.

    Conseil n°5 : Écouter et faire partager aux autres.

    Agir constamment seul face à des décisions importantes amène souvent à un état de grande tension et de stress.

    Pour éviter de tomber dans une sphère compliquée, il est essentiel de savoir déléguer et écouter.

    Partager son travail évite, par exemple, de commettre des erreurs d’inattention, mais aussi d’avoir un regard plus objectif sur ce que l’on réalise.

    En dehors du travail, écouter les conseils de ses amis ou de ses enfants permet de rester connecté avec une autre réalité, celle de la vie courante.

    Conseil n°6 : Interpelez vos délégués syndicaux.

    Les délégués syndicaux sont là pour vous aider, vous accompagner et prendre la défense des intérêts collectifs comme individuels.

    Le CHSCT est là pour préserver et améliorer les Conditions de Travail. Si vous êtes en difficulté ou subissez des conditions de travail trop difficiles, vous avez des délégués syndicaux qui sont à votre écoute.

    N’hésitez pas à les solliciter.

    Vous avez également ce qui s’appelle un « droit de retrait » à utiliser à bon escient.

    « C’est posséder un trésor que de jouir d’une santé parfaite »

    Un rappel de ce qui se passe ailleurs et des conséquences potentielles malheureuses :

    Suicides à Renault Cléon: les salariés se perçoivent comme étant « sous pression »

    http://lentreprise.lexpress.fr/gestion-entreprise/suicides-a-renault-cleon-les-salaries-se-percoivent-comme-etant-sous-pression_46134.html

    • hollowman of ardeche
      22 février 2014 at 9 h 12 min

      hello

      le constat est consternant, la plupart d’entre nous, enfin ceux qui banalisent et fatalisent leur situation, il est temps et urgent de changer et de s’ouvrir aux autres, ne pas rester comme ça, ne pas se laisser aller dans cette voie et réapprendre à dialoguer et à exprimer ses craintes, ses motivations pour que le climat s’améliore de jour en jour
      allez, j’ai juste besoin d’un coup de main d’un juriste ou d’une personne qui a des connaissance juridique, autodidacte ou spécialise peu importe, nous sommes en négociations sur les accords des déplacements et pour la crédibilité vis a vis des collègues un coup de pouce me serait utile, merci d’avance
      je suis pour l’instant sur le site de Cruas, alors a bientôt

      bon courage pour celle et ceux qui ont besoin de réconfort social et fraternel,
      on se sert les coudes et on se soutient entre nous

      syndicalement, amicalement

    • Sylver
      22 février 2014 at 13 h 30 min

      Êtes-vous en burn-out ? Trois symptômes à connaître, trois conseils à suivre

      Près de 3 millions de salariés seraient au bord du burn-out en France. Pour apprendre à détecter cet épuisement professionnel et trouver des solutions, Patrick Mesters, directeur de l’Institut européen pour l’intervention et la recherche sur le burn-out, vous livre ses conseils.

      Littéralement, « burn-out » signifie « se consumer ». Et c’est bien de cela qu’il s’agit : un mal qui résulte d’un processus lent et insidieux. En France, près de 3 millions de salariés seraient au bord du burn-out, selon une étude du cabinet Technologia.

      http://lci.tf1.fr/science/sante/etes-vous-en-burn-out-8352344.html

  29. Rédaction MZC
    21 février 2014 at 20 h 23 min

    L’horreur continue chez Vallée Anticorrosion,

    Cette entreprise est spécialisée dans les travaux de retrait d’amiante, de peinture au plomb et toutes matières dangereuses et intervient en permanence dans le parc nucléaire français.

    Nous venons d’apprendre qu’un salarié de cette entreprise vient de ce voir enlever l’accès « badge » sur le site de Golfech, parce que celui-ci a enfin refusé de réaliser une opération de décapage de plomb à cause de carence d’autorisation et d’habilitations.

    D’après nos information, cette société n’est pas à son premier coup d’essais et semble utiliser toutes les pressions psychologiques sur son personnel.

    Mercie EDF et Vallée Anticorrosion pour leurs affichages sociales dans le nucléaire.

    Nous promettons de suivre cette situation et cette entreprise que nous inscrivons dans la liste noire que nous créons actuellement sur notre site.

    • Gus
      22 février 2014 at 6 h 56 min


      La toxicité du plomb métallique et de ses composés, par inhalation de fumées et de poussières, ingestion de particules, expose les travailleurs à des maladies professionnelles à long terme (saturnisme), par effets cumulatifs : troubles du système nerveux, anémie, insuffisance rénale, altération de la fertilité, effets très néfastes sur les fœtus, et risques cancérogènes possibles ou suspectés pour certaines de ces molécules….

      http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/risque-chimique/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=69&dossid=354

    • champion du monde
      23 février 2014 at 20 h 48 min

      N’oubliez pas de mettre EDF en premier de la liste noire que vous semblez vouloir mettre en place. Cette boite là c’est le démon.

  30. webmaster MZC
    21 février 2014 at 18 h 21 min

    Fukushima : vers une contamination planétaire ?

    Émission du 26/02/2014

    Trois ans après la catastrophe nucléaire de la centrale de Fukushima Daiichi, une autre catastrophe se profile. Sanitaire celle là. Les premiers cas de cancer sont apparus. 26 déjà, tous chez des enfants de 0 à 18 ans. Plus d’une trentaine de cas sont suspects, et des dizaines de milliers d’enfants n’ont pas encore été testés. Le gouvernement tente de minimiser l’ampleur du drame. Mais les familles s’angoissent, et des mères sont en colère. La contamination s’étend, au-delà du Japon.

    Tous les jours, des centaines de tonnes d’eau hautement contaminée sont déversées dans le Pacifique. Sur les plages de Californie les chercheurs, témoins de l’arrivée quotidienne de déchets du tsunami sur leurs plages, tentent par tous les moyens d’alerter les autorités. Les scientifiques du monde entier redoutent les effets incalculables sur la santé des populations si les poissons du pacifique continuent à être consommés sans aucun contrôle : un laboratoire d’analyses suisse vient de découvrir du césium 131 et 134 dans des barquettes de poisson dans un supermarché, ou dans du thé vert venant du Japon !!

    Quelle est l’ampleur réelle de la contamination, humaine et environnementale ?
    Les contrôles sont-ils efficaces ?
    Sommes-nous au bord d’une catastrophe sanitaire à l’échelle mondiale ?

    Enquête sur le premier scandale nucléaire de l’ère de la mondialisation.

    Un documentaire de 52′
    de Lionel de Coninck
    Une production Code 5
    avec la participation de France 3

    http://www.france3.fr/emissions/pieces-a-conviction/diffusions/26-02-2014_170742

  31. Redaction MZC
    21 février 2014 at 16 h 43 min

    Jeudi 20 février 2014

    Commissions
    Coûts de la filière nucléaire : M. Pierre-Franck Chevet, Pdt de l’ASN, et de M. Jacques Repussard, dir gl de l’IRSN ; M. Dominique Minière (EDF) ; Table ronde d’entreprises prestataires d’EDF
    M. Damien Gousy, vice-Pdt du GIP Nord-Ouest
    M. Alain Bertaux, Pdt de CICO Centre
    M. Pierre Dambielle, Dir activités nucléaires de ORTEC
    M. Michel Dupiech, Dir gl adj d’ONET Technologies
    M. Jean-Claude Lenain, Pdg de Mistras Group SA

    http://videos.assemblee-nationale.fr/video.5237.couts-de-la-filiere-nucleaire–m-pierre-franck-chevet-pdt-de-l-asn-et-de-m-jacques-repussard-d-20-fevrier-2014

    • Sellig
      22 février 2014 at 8 h 12 min

      EDF : Les formations sur le nucléaire vont être renforcées

      Aujourd’hui, un nouvel embauché à Edf bénéficie d’une académie de plusieurs semaines. Les prestataires de l’entreprise y sont actuellement eux aussi soumis mais elle est davantage centrée sur la sûreté, la sécurité, l’environnement, les risques incendie ou la radioprotection. « Nous voulons améliorer ce dispositif depuis un an et demi, explique-t-il. Nous avons monté un réseau avec les vingt organismes de formation, pour déployer ces nouvelles formations », explique Damien Gousy.

      Le besoin des entreprises pris en compte. Le projet découle d’une consolidation règlementaire au niveau sécurité, mais aussi d’une prise en compte du retour d’expérience du terrain par l’exploitant. « C’est la première fois que l’on prend en compte les besoins des entreprises, c’est une vraie avancée », poursuit Damien Gousy. Le nouveau processus prévoit une évolution des habilitations. « A terme, chaque entreprise qui travaille avec Edf se verra imposer différentes sortes de formations, avec plus de ciblage, selon son activité ».

      En pratique, il est interdit de dispenser aux entreprises prestataires exactement la même formation qu’à Edf. Pour contourner ce problème juridique, les organismes fonctionneront à l’inverse et ouvriront aux agents Edf les formations destinées aux prestataires.

      En savoir plus sur http://www.info.expoprotection.com/site/FR/L_actu_securite_et_feu/Zoom_article,I1602,Zoom-6837f2cfc19f6bf9d5ac9c27f7b3fa46.htm#H4xKfgblZRwy82Yq.99

  32. webmaster MZC
    21 février 2014 at 6 h 11 min

    Médecine du travail : une gestion opaque et coûteuse pour les entreprises

    70 euros par an et par employé, voilà ce que coûte en moyenne la médecine du travail aux entreprises françaises, soit plus de 1,2 milliard d’euros en 2013. Cela revient à un budget de 223.000 euros par médecin du travail. Un coût conséquent alors que le nombre de médecins du travail ne cesse de diminuer (5.666 au 1er janvier 2013), jusqu’à représenter seulement ¼ des effectifs totaux de la médecine du travail : si le ministère du Travail ne donne plus la composition des effectifs de la médecine du travail depuis 2009, on peut largement estimer à plus de 15.000 le nombre de personnels non médicaux employés par les services de médecine du travail. Une situation favorisée par l’opacité du système (très peu de publications) et intégralement financé par les entreprises…

    http://www.ifrap.org/Medecine-du-travail-une-gestion-opaque-et-couteuse-pour-les-entreprises,13883.html

    EDF détaille les coûts de son « grand carénage »

    Ce plan comporte un vaste programme d’investissements, dont l’ambition est de permettre le prolongation de la durée d’exploitation des centrales nucléaires du parc EDF au-delà de 40 ans. Il tiendrait compte des modifications post-Fukushima.

    Un responsable d’EDF a détaillé jeudi les coûts du plan de « grand carénage » de l’énergéticien, qui prévoit de mener pour 55 milliards d’euros de travaux de maintenance sur ses 58 réacteurs français à l’horizon 2025….

    http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/energie-environnement/actu/0203331225826-nucleaire-edf-detaille-les-couts-de-son-grand-carenage-651911.php

  33. Sylver
    20 février 2014 at 22 h 02 min

    Fukushima : plus de morts depuis trois ans que lors du désastre

    Illustration – D’après des chiffres officiels et de la police, 1.656 personnes sont décédées dans la province de Fukushima depuis le séisme de mars 2011, alors que la catastrophe proprement dite avait fait 1.607 victimes dans la même zone.

    http://www.leparisien.fr/environnement/fukushima-plus-de-morts-depuis-trois-ans-que-lors-du-desastre-20-02-2014-3608861.php

  34. webmaster MZC
    20 février 2014 at 6 h 08 min

    EPR de Flamanville : les premiers essais au second semestre 2015

    « Les premiers essais d’ensemble sans combustible auront lieu au second semestre 2015 », a indiqué le directeur du chantier Antoine Ménager lors d’une réunion de la commission locale d’information (CLI) qui réunit aux Pieux, près de Flamanville, représentants d’EDF et élus locaux. « Les essais avec combustible, la première production d’électricité, la mise en service sont toujours prévus pour 2016 », a ajouté l’ingénieur d’EDF, maître d’oeuvre du chantier…

    Avec une mise en service prévue en 2016, le chantier de l’EPR de Flamanville accuse un retard de quatre ans et son coût prévisible a presque triplé à 8,5 milliards d’euros.

    http://www.lamanchelibre.fr/cherbourg/article.php?id=49696&envoi=yes#commentaire

  35. Abdel
    18 février 2014 at 10 h 32 min

    Ce lundi, plus de 250 salariés de SPIE Sud Est ont participé au mouvement de grève, au siège feyzinois de la filiale SPIE Sud Est.

    Les revendications portent sur l’augmentation générale des salaires, des IPD, IGD,…

    Hier, en fin de journée, les propositions de la direction étant indécentes, les salariés ont décidé de camper sur place, ils poursuivent la lutte, nous vous tiendrons informé régulièrement de l’avancée des négociations….

    En attendant, le groupe SPIE, leader dans l’installation électrique dégageant des centaines de millions d’euros de bénéfices tous les ans, a les moyens de satisfaire les revendications des salariés.

    Vous pouvez soutenir l’action en leur des messages sur ce site

    • daniel
      18 février 2014 at 22 h 45 min

      Courage, tenez bon! l’union ne pourra que les faire fléchir à défaut de les faire réfléchir!

    • andré
      18 février 2014 at 23 h 43 min

      Mes camarades, soyez indulgents avec vos bons patrons puisqu’ils ne peuvent pas vous donner plus. Ils n’ont pas encore assez avec les cadeaux faits par notre gouvernement. Gagnes mes camarades, ensemble et sans fléchir, vous serez les plus forts. On lâche rien.

  36. boubou
    17 février 2014 at 23 h 55 min

    Ouais, Vous avez raison. ça fait 17 ans que:
    – Mon patron me dis! Si tu parles on va perdre le marché.
    – Mon syndicat me dit! Si tu parles on va fermer le nucléaire.
    Et ça fait 17 ans que tout tout ce petit monde se prend du bon temps avec des bonnes conditions et tout ça sur mon dos et celui de tous ceux qui la ferment depuis des années.
    J’ai envie de parler bordel!!!!!!!!!!!!
    Merci à ce site de me donner l’occasion de m’exprimer et de vider mes tripes de sous-traitant du nucléaire.
    Tout ce petit monde se fous de ma gueule depuis des années et moi, par peur de perdre mon boulot de merde, je la ferme et je leur dis merci Messieurs.
    Et eux, ceux qui nous exploitent, que font-ils pour garder le nucléaire?
    Je sais, ils nous exploitent en nous faisant la peur de la perte d’emplois.
    Qui sont les plus pourris dans l’histoire?
    – Les patrons qui sont là pour nous exploiter?
    – Les syndicats qui devraient être là pour nous protéger.
    Cherchez la réponse! Moi je l’ai déjà trouvée.
    On va finir par les accuser de non assistance à personnes en danger.
    Quand j’entends la CFE-CGC et la CFDT dire que tout va bien!
    Quand j’entends FO dire qu’ils ne peuvent pas nous défendre parce qu’ils n’ont pas de mandat.
    Quand j’entends la CGT se freiner dans les commentaires par peur de nuire au nucléaire.
    ça me donne envie de gerber.

    • daniel
      18 février 2014 at 22 h 50 min

      OUI ne pas oublier que nos syndicats sont actionnaires! voila aussi une des raisons.
      S’enrichir sur notre souffrance.

  37. Fabien
    17 février 2014 at 21 h 37 min

    LES FAIBLES DOSES DE RAYONNEMENTS ASSOCIÉES A UNE LÉGÈRE AUGMENTATION DU RISQUE DE CANCER

    Les travailleurs de l’industrie nucléaire sous la loupe


    Cette étude était limitée aux travailleurs qui portaient un dosimètre, et qui ont travaillé au moins une année dans l’industrie nucléaire dans l’un des 15 pays concernés. Sont inclus les personnes qui ont travaillé dans des centrales nucléaires, dans la recherche ou la gestion de déchets nucléaires, ou dans la production de carburant, d’isotopes ou d’armement nucléaire. Les travailleurs susceptibles d’avoir reçu une exposition interne (due par exemple au plutonium) ou neutron substantielle ont été exclus parce que ces expositions pouvaient avoir été mal mesurées par le passé.

    La plupart des travailleurs étaient des hommes (90%), et la dose moyenne totale sur le lieu de travail était d’environ 19 millisieverts (mSv, qui correspondent à 1,9 rem) par travailleur. Seulement près de 6% de la cohorte internationale était décédée, avec un total de 6 519 décès par cancers autres que la leucémie et 196 décès de leucémies autres que la leucémie lymphocytaire chronique.

    http://www.iarc.fr/fr/media-centre/pr/2005/pr166.html

    • Gauthier
      17 février 2014 at 22 h 16 min

      Cette enquête ne précise pas les bruits que « la France a composée sa cohorte avec des salariés DATR presque pas exposé » ce qui aurait pu changer considérablement les résultats de conséquences de la faible dose sur l’organisme.

    • kilou
      17 février 2014 at 22 h 33 min

      Question: si c’étaient les agents EDF qui prenaient plus de 80% des doses radioactives, est-ce que les représentants du CCE d’EDF SA utiliseraient autant la langue de bois devant les parlementaires?

      Pour l’instant les agents EDF sont bien lotis avec des bons salaires et peu de contraintes!

      Combien de temps ça va encore durer?

      Combien de temps nous allons encore supporter de supporter la grande majorité des contraintes (CMR, doses, quasi-absence médicale, pertes d’emplois, maltraitance, 60h semaine, …) sans rien dire pour SMIC?

      Combien de temps les syndicats EDF vont encore fermer leurs gueules sur le sujet?

      Combien de temps ceux qui tombent malades après être licenciés vont encore garder le silence?

      Dans quel monde vivons-nous ?

  38. Gus
    17 février 2014 at 19 h 56 min

    BROTTES: « DEPASSIONNER LE DEBAT SUR LE NUCLEAIRE »

    Dans une interview au Dauphiné Libéré du samedi 15 février, François Brottes explique la mission et le travail de la commission d’enquête sur les coûts de la filière nucléaire, qu’il préside.

    http://www.francois-brottes.com/index.php/accueil/item/753-brottes-qil-faut-depassionner-le-debat-sur-le-nucleaireq

  39. webmaster MZC
    17 février 2014 at 16 h 36 min

    N’acceptons plus cette allégation FAIBLE DOSE = INNOCUITE.
    17 février 2014 | Par Philips Michel
    Nucléaire et pesticides: ne faut-il pas en finir avec les « faibles doses » ?

    LES FAIBLES DOSES DANS LE NUCLEAIRE

    L’INRS (Institut National de Recherche Scientifique) nous rappelle que « toute exposition à des rayonnements ionisants, aussi faible soit-elle, peut entraîner des risques pour la santé du travailleur ». Lire ici

    Une scientifique japonaise, Mme Hisako Sakiyama, Directrice de recherche à l’Institut National des Sciences Radiologiques du Japon, défend cette idée qu’il n’y a pas de « faibles doses » radioactives en deçà desquelles la radioactivité est sans danger (intervention présentée en mai 2013 à un symposium de New York)…

    http://blogs.mediapart.fr/blog/philips-michel/170214/nucleaire-et-pesticides-ne-faut-il-pas-en-finir-avec-les-faibles-doses

    • R.G
      17 février 2014 at 17 h 55 min

      Cela fait des années que je suis au taqué en dose 12-14mSv/ sur 12 mois glissants , ok < 20mSv / an - Mon métier : Agent de logistique (servitude) nucléaire- Contaminé interne à Tricastin EDF > au seuil de détection, pas de déclaration d’Accident de Travail à la CARSAT…
      Les PCR des entreprises sous-traitantes appliquent les politiques managériales dictées par la direction d’EDF, ils ne nous servent à rien
      De plus en plus de tranches et les déchets générés sont déclarés à risque Alpha, tous les locaux BAC/ATC ne sont pas équipés en conséquence, il faut voir le carnaval que c’est lors de la GI ! Confinement 0 – Matériel RP 0 – Formation , sensibilisation à ce risque spécifique 0 , avec une très grande participation de travailleur précaire ETT /CDD …
      On ne fait surtout pas comme chez AREVA ou au CEA, beaucoup plus rigoureux face à ce risque sanitaire pour leurs intervenants

      Forcement, la durée d’un Arrêt de Tranche exploserait (déjà qu’il n’arrive plus à planifier correctement les activités, dixit ASN) et comme le temps c’est de l’argent pour les actionnaires d’EDF !
      Quand je serais malade du fait de ces multi-expositions professionnelles (Amiante – Rayonnement Ionisant – ACD- CMR) qui me prendra en charge ?
      Notre suivie médicale est inadapté aujourd’hui (les médecins sont payés par nos patrons et on voit ce qu’il arrive lorsque l’un d’entre eux sort des clous Dct HUEZ), alors faire de la prévention à EDF pfff
      Combien de salarié(e)s issu de la sous-traitance pourrons profiter d’une retraite paisible ?
      Vos pratiques m’écœurent au plus haut point
      La liste de mes collègues qui décèdent, ne cesse de s’allonger, jusqu’à quand ?
      Votre vision d’un développement durable est abjecte
      Mesdames , Messieurs les parlementaires, aidez nous SVP à regagner notre dignité .

    • webmaster MZC
      17 février 2014 at 18 h 27 min

      Plan Cancer 2014-2019 : priorité à la prévention en milieu professionnel

      Sur les 355 000 nouveaux cas de cancers estimés en 2012, la part des maladies attribuable à des expositions professionnelles s’élèverait de 4 à 8,5 %. Soit entre 14 000 et 30 000 nouveaux cas par an. L’écart entre ces chiffres résultent de la difficulté à identifier et reconnaître les cancers comme conséquence d’une exposition professionnelle. « La moitié de ces nouveaux cas correspond à des cancers à létalité élevée», soulèvent les auteurs du 3 eme Plan Cancer (2014-2019) qui préconisent trois mesures de prévention.

      Réduire les expositions. La première est de renforcer la protection et le suivi des travailleurs exposés aux agents cancérogènes, notamment en « améliorant la démarche de substitution des agents cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction (CMR) dans les entreprises, en particulier dans les très petites, petites et moyennes entreprises » et en « renforçant les contrôles en entreprise concernant la réglementation relative aux CMR et la faire évoluer pour les risques émergents (rayonnements optiques artificiels, rayonnements ionisants…) ». L’information des salariés, la structuration d’une offre de formation à destination de l’ensemble des acteurs de la prévention ou encore la mise en place d’une formation à la prévention des risques de cancer en milieu professionnel au profit des jeunes, des femmes enceintes, des apprentis et des intérimaires sont d’autres actions recommandées par le Plan.

      Identifier les risques. La deuxième piste est d’améliorer la connaissance des situations à risque dans le milieu du travail, en « soutenant la surveillance épidémiologique et la recherche ». Concrètement, il s’agit principalement d’améliorer le signalement et la prise en charge des « clusters » (cas groupés) de cancers en lien avec le travail. L’idée étant de s’appuyer sur un groupement d’alerte régional regroupant les acteurs locaux de la santé au travail. Mais aussi de conforter « la connaissance des cancers par profession et secteur d’activité en renforçant le circuit de signalement et d’exploitation des données du réseau national de vigilance et de prévention des pathologies professionnelles ».

      Maladies professionnelles. Enfin, le troisième volet est de faciliter la reconnaissance comme maladie professionnelle des cancers liés à l’activité, d’une part en « facilitant le recours à une expertise pour le diagnostic étiologique de pathologies d’origine professionnelle via les centres de consultations de pathologies professionnelles » et, d’autre part, en informant davantage « les salariés ayant été exposés à des CMR sur leurs droits en matière de reconnaissance des maladies professionnelles, de suivi médical postexposition ou postprofessionnel ».

      En savoir plus sur http://www.expoprotection.com/site/FR/L_actu_prevention_sante_et_securite_au_travail/Zoom_article,I1571,Zoom-12314f2c38e33267f08d800408b2b9bb.htm#Udp9jgMXdbCh7HhJ.99

      • webmaster MZC
        17 février 2014 at 18 h 45 min

        CMR en entreprise : se battre contre l’invisible

        Le risque est parfois inattendu

        « Pour moi, les risques CMR sont de trois types. » Thierry Viallesoubranne sait de quoi il parle. En effet, il a longtemps été secrétaire – et est toujours membre – du CHSCT de la centrale nucléaire EDF du Blayais, près de Bordeaux (33). « Il y a les risques connus, et très encadrés, comme les rayonnements ionisants », inventorie-t-il. Sur ce terrain, les procédures sont clairs. Et l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) veille.

        Mais la réalité est plus complexe : « Le deuxième risque, c’est un produit dont on découvre la toxicité CMR alors qu’on l’utilisait sans précaution depuis des années », confie-t-il. Citons le bore qui est utilisé comme modérateur dans les réacteurs et désormais classé CMR. Il faut alors revoir les procédures, réfléchir aux risques et bien sûr s’interroger… sur le passé.

        « Le plus pernicieux, c’est le risque CMR de produits que l’on croyait inoffensifs », soulève Thierry Viallesoubranne. Lorsque l’on remet en service une tranche arrêtée pour maintenance, on a ainsi découvert que, pendant la phase de remontée en température, les calorifuges émettaient un cocktail de substances CMR. En cause : visiblement les liants chimiques contenus dans la laine de roche, sensibles donc aux changements de température. Il a donc fallu ventiler les zones concernées, limiter le nombre de personnes y intervenant… Et se poser une foule de questions. Notamment celles-ci : pourquoi est-ce aux utilisateurs et non aux fabricants de découvrir eux-mêmes les dangers produits ?

        En savoir plus sur http://www.info.expoprotection.com/site/FR/L_actu_prevention_sante_et_securite_au_travail/Zoom_article,C1564,I1571,Zoom-62e63873c9975df9bfe75329d473f22a.htm?KM_Session=b7df9f88404282f09d7f036f30c08480#wKKwmTf5PyIqf3C0.99

  40. Redaction MZC
    17 février 2014 at 6 h 04 min

    Infos :
    CRUAS-MEYSSE : L’entreprise ESSOR garde le contrat. 🙂
    Tricastin : Appel d’offre en cour , retrait de l’agrément de l’ANDRA, l’activité est sous surveillance renforcée . Bon courage à tous 🙁 …affaire à suivre

    • Vive la CGT
      17 février 2014 at 13 h 57 min

      Tiens donc ESSOR garde le contrat, mais grâce a qui: surtout pas à sa direction qui au bout de quelques jours de conflit il y a 14 mois indiquait que tout était perdu et qu’il fallait reprendre le boulot. Merci à tous les courageux qui ont fait grève comme quoi le combat sa paie. Et maintenant il va falloir qu’il casque le VINCI parce que c’est sa commande qui a été sauvé par la CGT. Bientôt la NAO et il va falloir qu’il soit généreux le père VINCI sinon ça va barder.

  41. Redaction MZC
    17 février 2014 at 5 h 50 min

    Une loi pour lutter contre le «dumping social»

    Les députés socialistes vont débattre aujourd’hui d’une proposition de loi sur le dumping social, ce qu’on a appelé les salariés détachés low cost. Il s’agit de durcir l’application d’un accord européen aisément contournable, notamment par les grands groupes.

    Le dumping social est depuis longtemps dans le viseur des socialistes qui entendent lutter contre les dérives du travail détaché «low cost». Une pratique courante qui, pour être légale, ouvre la porte aux abus de toutes sortes en fragilisant le sort des salariés et en créant une concurrence déloyale à l’échelle des entreprises travaillant dans le même secteur….

    http://www.ladepeche.fr/article/2014/02/17/1820135-une-loi-pour-lutter-contre-le-dumping-social.html

    ITER ! Plus belle la vie ?
    http://www.ma-zone-controlee.com/?p=58128

    Guide salariés EPR Flamanville
    http://www.ma-zone-controlee.com/?page_id=57853

  42. Bimbo
    16 février 2014 at 20 h 20 min

    J’ai lu la lettre que vous avez adressé à la commission et je suis d’accord avec vous.

    Si la commission fait un audit sur la sous-traitance sans rencontrer les salariés prestataires c’est comme aller dans restaurant réputé pour son poisson et demander un steak frites.

    Je partage le fait que cet audit à l’air serieux, mais je regrette l’angélisme des intervenants du CCE qui ne ce sont pas gênés pour avancer des fausses vérités. Certains plus que d’autres.

    • daniel
      16 février 2014 at 22 h 49 min

      IL y aussi cette solution distribuer un tract devant l’assemblée le jour même pour se faire entendre.

      • Sylver
        16 février 2014 at 23 h 17 min

        la question n’est pas là Daniel, puisque nous avons étés invités à l’audition du 13 février. Il faut parfois savoir attendre, je pense.

  43. Sylver
    16 février 2014 at 11 h 59 min

  44. Sylver
    16 février 2014 at 11 h 48 min

  45. Rireetchanson
    16 février 2014 at 11 h 45 min

    Kés qui dit , mais kés qui dit, le gars de la CGC !
    Y connait pas de manager sous-traitant c’est une évidence !
    Harcèlement – Discrimination – Burnout – RPS
    Y sert à quoi ?
    ON VIE PAS LES MÊMES GALÈRES , POURTANT ON EST SUR LE MÊME BATEAU 🙁

  46. Mika
    16 février 2014 at 11 h 15 min

    Incident à la centrale nucléaire de Penly : le parquet de Dieppe poursuit EDF

    EDF convoquée janvier 2014 devant le tribunal de Dieppe pour infraction au Code de l’environnement après un incident dans la centrale de Penly.

    L’affaire. La centrale nucléaire de Penly avait été épinglée par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN). Dans un courrier de sept pages envoyé au directeur de la centrale, le 27 février 2013, le directeur de la division de Caen de l’ASN pointait des « défauts d’étanchéité relevés sur certains puisards » qui ont provoqué des fuites d’eau radioactive… Il avait demandé le classement de cet incident comme « significatif pour l’environnement », ….

    http://www.76actu.fr/incident-a-la-centrale-nucleaire-de-penly-le-parquet-de-dieppe-poursuit-edf_65730/

  47. Souvenir - Souvenir
    16 février 2014 at 9 h 53 min

  48. PNS Tricastin
    16 février 2014 at 8 h 38 min


    33 signataires des 5 entreprises de Logistique Nucléaire ( SPIE DEN, ENDEL, POLINORSUD, ESSOR, TECHMAN ) représentants toutes les organisations syndicales, contestent le Cahier des Charges Sociales élaboré sous l’ancien gouvernement avec la complicité des membres du COPSAR (Patronat).

    Il n’y a aucune avancée, garantie sociale sérieuse, pour les salarié(e)s
    Il s’agit simplement d’un accord commercial (Donneur d’ordre – Entreprise prestataire) pas assez contraignent.

    NOUS N’EN VOULONS PAS !
    TRAVAIL ÉGAL = GARANTIE ÉGALE

  49. toutvabienPenly
    15 février 2014 at 16 h 53 min

    Tout va bien à Penly avec la VD mais pour qui ?
    TNEX Nucléaire

    la CGT est intervenue :

    – 1 personne qui travaillait depuis 2 jours sur le site sans contrat de travail.

    – 1 autre personne dans le même cas mais vite régularisé, l’intervention auprès de la direction a payé.

    – 4 personnes qui se plaignent des horaires inadmissibles (60H / semaine au moins, payé 35 H ), pas de pause même en zone contrôlée. Article L3121.33 du code du travail :  » dés que le temps de travail quotidien atteint 6 heures, le salarié bénéficie d’un temps de pause d’une durée minimale de 20 minutes « .

    – 2 personnes qui n’ont même pas de quoi payer une chambre pour la nuit et qui n’ont pas assez pour manger un repas simple à midi, à 500 Kms de chez eux.

    Si seulement les gens parlaient….. combien d’employés sont dans le même cas et qui n’osent pas franchir la porte de notre syndicat ? nous sommes avec vous prestataires ou agents EDF.

    La CGT intervient régulièrement pour améliorer votre quotidien. Nous condamnons les entreprises qui ne respectent pas le code du travail.

    Vous ne rêvez pas, vous êtes bien en 2014.

    • le rescator
      16 février 2014 at 9 h 24 min

      Les horaires inadmissibles c’est en partie ESSOR qui est concerner. Mais se sont surtout les salariés qui les acceptent. De toute façon c’est bien connu sur Penly les semaines de 70 heures c’est pas d’aujourd’hui. Tous le monde ferment les yeux; c’est beau la france.

  50. Pablo
    15 février 2014 at 14 h 35 min

    Je constate tout simplement que tout ce petit monde syndical tente protéger leur confortable avantage en parlant de tout ceux qui subissent les causes de l’externalisation des activités dans le nucléaire. Histoire de ce donner bonne conscience. Ils font tous une politique de façade en parlant de nous. Des faux culs ces grands frères syndicaux.

    Pourquoi tous ces syndicats EDF n’ont pas envoyés des sous-traitants de leurs syndicats pour parler de leur propre vie et des difficultés qu’ils rencontrent ? .

    Ne rien dire, ne rien entendre et ne rien voir à ces limites dans le nucléaire EDF.

    TEPCO a pratiqué et pratique les mêmes méthodes et nous savons tous où ça a mené le peuple du Japon avec Fukushima.

    La transparence du nucléaire avez vous dit ?

    Moi je vous dit qu’ils mentent à la France entière au détriment de ceux qui encaissent 82% des doses nucléaires civiles et réalisent plus de 80% des activités de maintenance.

    • Webmaster MZC
      15 février 2014 at 15 h 53 min


      M. Pierre-Franck Chevet, Président de l’Autorité de sûreté nucléaire : La maintenance mal maitrisé 🙁 , 80% de la dose pour les sous-traitants 🙁 , de plus en plus d’activités 🙁 , la perte des compétences pour EDF , COFSOH 🙂 , ouverture à la représentation civile 🙂 . Note 8/10 .

      M. Étienne Dutheil, Directeur-adjoint de la Production nucléaire (EDF) : Introduction longue ( la précision du propos n’empêche pas forcement la conviction mais n’y contribue pas toujours quand le propos et dense : eh vlan ) , moyenne de la dose 1,4m Sv/an pfff , nos sous-traitants sont tous content pfff , la LOGISTIQUE est l’élément essentiel au bon déroulement des AT 😉 , VIVE LE CAHIER DES CHARGES SOCIALES pfff. Note 4/10 .

      Les Syndicats représentés au comité central d’entreprise d’EDF SA (CFDT, CGC, CGT, FO) . Penly -tout va bien-. Un socle commun de droit 🙂 + cahier des charges sociales 🙁 ! Un statut de haut niveau 🙂 ! Ré internalisation de certaines activités 🙂 ! Rendre l’industrie attractive 🙂 ! Un projet pour le printemps…
      Bon ok d’accord , FO-CFDT-CGT-CGC c’est quand vous voulez ET arrêtez de prendre les salarié(e)s sous-traitants d’EDF que pour des jambons 🙁 . Note 6.5/10

    • les prestataires
      15 février 2014 at 23 h 02 min

      Une cascade de mensonges sous serment devant la commission.Dommage que les prestataires du nucléaire ce soient fait voler la tribune par les membres du CCE EDF,comment peuvent ils tromper trahir ,ne pas avoir le courage de la situation.
      Pourquoi les fédérations n’ont elles pas mandaté les élus DS DP CE des entreprises sous traitantes. Quelle honte une vraie humiliation envers nous .
      Rendre vos mandats d élus CCE EDF serait une joie pour nous tous,nous avons assisté au théâtre des guignols.

  51. webmaster MZC
    15 février 2014 at 9 h 03 min

  52. Fouad Penly
    15 février 2014 at 8 h 20 min

    Merci pour l’info
    Maintenant , je sais qui ment !
    Qui est mal, voir très mal à l’aise sur ce sujet !
    Je sais grâce à vous, qui est de mon côté
    Merci

    • Eric
      15 février 2014 at 13 h 11 min


      La CFE-CGC affiche qu’elle aime EDF et le nucléaire tout faisant croire qu’elle défend les salariés. En disant que tout va bien sur Penly elle ment à la commission. Sur notre site, la tension sociale est extrêmement explosive. Bagarres à l’intérieur et sur le parking, accidents de travail à gogo, …..
      Appartement le fait de jurer de dire toute la vérité devant la commission ne les empêche pas de nous mentir.
      La CFDT n’est pas loin de leur position, mais elle a un peu plus de langue de bois sur le sujet.
      La CGT en disant un peu plus, fait plus ressortir la protection du nucléaire que la déstresse des salariés de la sous-traitance.
      FO, un peu plus clair sur les sous-traitants « nous n’avons pas mandat pour représenter les sous-traitants ».
      Je me demande quand est-ce que les parlementaires rencontrerons la vérité, des salariés de la sous-traitance ?.

  53. Redaction MZC
    15 février 2014 at 6 h 45 min

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *