La casse sociale organisée sera très lourde de conséquences !

«L’indifférence des bons doit-il, nous faire craindre le pire AVENIR ?» attendre

Face aux désengagements publics des ministères concernés et celle de la présidence de la République, les directions d’Areva, d’EDF persiste et signe la grande braderie de la filière industrielle nucléaire !
«Les salariés n’ont pas à payer les décisions économiques de ces directions, c’est inadmissibles»
Les agents statutaires, salariés des filiales et l’ensemble des sous-traitants, payeront le prix fort à eux seuls, les erreurs dû à l’incompétence avérée des divers hauts responsables de cette filière durant ces décennies.

L’Association MZC appelle toutes les organisations syndicales à coordonner sur l’ensemble du parc la riposte. esclaves
Cela devient la seule alternative pour maintenir toutes les compétences garantes d’une maitrise absolue et nécessaire pour toutes les futures opérations de maintenance, d’exploitation et de démantèlement .

Il nous faut un pacte social entre les grands donneurs d’ordres et les salariés, faute de quoi, la situation sociale se dégradera jusqu’à déteindre sur la performance et l’image de ces groupes si idolâtrée !

Il est urgent d’apporter notre soutien à nos collègues entrés en résistance et nous devons engager rapidement ce rapport de force capital, sur l’ensemble du parc.

La situation de nos collègues à Tricastin, à Cruas/Meysse, à ST Alban et UTM ne s’arrange pas. 🙁

La région Rhône-Alpes/Auvergne principalement, le Cotentin et plusieurs autres bassins d’emploi bouillonnent. Agissons avant qu’il ne soit trop tard. 🙁

Réunissons toutes ces forces en actions ET arrêtons de mettre les salaries en concurrence les uns avec les autres, pour le plus grand bonheur de nos divers tauliers… separateur2

Retour en images sur la mobilisation du 15 septembre organisé par l’intersyndicale Areva et qui a rassemblée 3000 salariés devant la Tour Areva…

Quelques extraits trouvés sur la toile et/ou qui nous sont parvenus :

INTERVENTION DE GUILLAUME TRICHARD SECRETAIRE NATIONAL UNSA INDUSTRIE EN SOUTIEN DES SALARIES D’AREVA


separateur2À l’appel de l’intersyndicale d’Areva, des milliers de salariés, venus de toute la France, ont manifesté à la Défense (Hauts-de-Seine) devant le siège social du groupe, le mardi 15 septembre. Les militants protestaient contre les 3 000 à 4 000 suppressions de postes prévues en France et le démantèlement du groupe après la cession à EDF de l’activité conception et maintenance des réacteurs nucléaires. Alors qu’un dernier round de négociations sur les modalités du plan social est prévue les 21 et 22 septembre, ils entendent peser sur les décisions.
separateur2Mobilisation des salariés d’Areva et des sous-traitants du nucléaire à Paris. Ce 15 septembre, près de 3.000 salariés ont pris La Défense aux côtés de leurs syndicats CGT. (Clic sur l’image ci-dessous pour lire la vidéo)  separateur2Comme annoncé précédemment, quelques membres, adhérents et sympathisants de notre Association y étaient. Cela a était pour nous l’occasion de constater que notre engagement ne laisse personnes indifférent 😉
C’est bon de revoir des copains et copines avec qui nous avons eu à travailler par le passé sur divers sites et ce retrouver à Paname réunis derrière une cause commune aux statutaires et sous-traitants .
Certain(e)s en ont profité pour faire du shopping, tourisme et ça nous le condamnons fermement surtout quand il s’agit d’élu représentant syndicaux d’entreprises sous-traitantes  🙁 sst Nous avons relayé (en live) sur les réseaux sociaux cette journée d’action historique  😉 .
Nous avons écouté attentivement toutes les interventions à la tribune des divers responsables syndicaux et vous remercions de votre clairvoyance.
Oui chers collègues, tous parlent de la problématique et des inquiétudes grandissantes face à cette réorganisation planifiée qui détruit aveuglement la filière.
«Nous pensons que dans le cadre du réchauffement climatique et l’absolue nécessité de réduire les gaz à effet de serre (GES), la production d’électricité d’origine nucléaire a encore sa place aujourd’hui, à la seule et unique condition : 
mettre un terme définitif à ce dumping social, synonyme d’une industrie LOW-COST intolérable pour les gens responsables que nous sommes.»
C’est l’une des conditions sine qua non, pour que l’opinion publique accepte cette transition énergétique et une sortie progressive du nucléaire dans l’attente d’une alternative écologique et économique viable et durable pour chaque individu.

C’est à ce titre que l’Association MZC vous soumet cette idée :

IMG_20150916_0003

C’est l’appel qui est général (sic)

Voila un tract fédérateur, complétement à l’image et notre conception d’un syndicalisme qui rassemble les statutaires et les plus démunis pour :

VIVRE ENSEMBLE – TRAVAILLER ENSEMBLE

Nous sommes très impatient de le voir repris (date à déterminer) .

Construisons conjointement la PAIX !  

http://www.ma-zone-controlee.com/wp-content/uploads/2012/11/separateur2.jpg

(Ici nous respectons la loi sur les droits d’auteur et le travail de la presse et des journalistes professionnels)

Nos amitiés aux uns, notre respect aux autres, bises à toutes et tous.

Et vous…qu’en pensez vous ?

CRITIQUEZ ou APPROUVEZ

Laisser nous un commentaire, onglet en bas de cette page

Enregistrer

33 comments for “La casse sociale organisée sera très lourde de conséquences !

  1. Sylver
    23 octobre 2015 at 9 h 03 min

    Risque accru de cancers solides

    Nucléaire : même de faibles doses sont dangereuses pour les employés selon une étude menée sur des travailleurs du nucléaire.

    L’exposition prolongée aux rayons ionisants, même à faibles

    En juin 2015, les premiers résultats de l’étude épidémiologique INWORKS (1) avaient renforcé la preuve de l’existence d’une relation entre le risque de leucémie (cancer liquide) et l’exposition aux rayonnements ionisants.
    Ces résultats avaient été recueillis auprès de cohortes de travailleurs français, américains et britanniques employés dans l’industrie nucléaire (préparation du combustible, recherche, production d’électricité, retraitement des combustibles irradiés) et surveillés pour une exposition externe aux rayonnements ionisants.
    Malheureusement, de nouveaux résultats, publiés ce jeudi dans le British Medical Journal (BMJ), ne vont rassurer les travailleurs d’AREVA NC, du CEA et d’EDF, inclus dans la cohorte française. Les radiations ionnisantes seraient aussi associées à un surrisque de cancers solides.

    Preuves directes

    La radiation moyenne reçue par les membres de cette cohorte de plus de 300 000 travailleurs, hommes et femmes employés à partir du milieu des années 1940 était de 21 milligray (mGy) au total.
    Résultat, environ 1 % des décès par cancer peut être attribué à l’exposition aux rayonnements sur le lieu de travail. Et chez ceux ayant reçu au moins 5 mGy, 2,4 décès par cancer sur 100 étaient dus à l’exposition professionnelle.
    « Ces résultats valident la relation de cause à effet entre l’exposition aux rayonnements ionisants à faibles doses et les tumeurs solides (peau, muqueuses, os, organes, etc.) », soulignent les auteurs de l’étude.
    Même son de cloche pour l’agence du cancer de l’Organisation mondiale de la Santé, (CIRC/IARC) qui indique que ces résultats « fournissent des preuves directes des risques de cancers liés aux expositions prolongées à de faibles doses de rayonnements ionisants ». L’augmentation du risque est toutefois « modeste », ajoute l’agence basée à Lyon (France).

    Patients et personnels médicaux aussi

    Ces travaux sont particulièrement importants pour la protection des travailleurs du nucléaire, mais aussi pour le personnel médical et la population générale. En effet, « les doses auxquelles sont exposés les professionnels de l’industrie nucléaire sont comparables à celles reçues par des patients bénéficiant de multiples scanners ou subissant des procédures de radiologie interventionnelle », précise dans le BMJ le Dr Isabelle Thierry-Chef, co-auteure de l’étude.
    « Cela souligne aussi la nécessité de bien évaluer la balance bénéfice/risque de telles procédures d’imagerie médicale », rajoute-t-elle.
    « Toutes les questions concernant l’impact de la radiation sur la santé n’ont pas encore obtenu de réponses. C’est pourquoi il est essentiel de poursuivre le suivi de cette cohorte à l’avenir », conclut de son côté le Dr Christopher Wild, directeur du CIRC.

    (1) INWORKS est une étude coordonnée par le Centre International de Recherche sur le Cancer, et à laquelle participent l’IRSN, le National Institute for Occupational Safety and Health, pour les Etats-Unis, le Public Health England’s Centre for Radiation, Chemical and Environmental Hazards pour le Royaume-Uni, l’Université de Caroline du Nord et le Center for Research in Environmental Epidemiology.

    http://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/12564-Nucleaire-meme-de-faibles-doses-sont-dangereuses-pour-les-employes

    https://destinationsante.com/rayonnement-ionisant-un-risque-de-cancer-meme-a-faibles-doses.html

  2. TNEX Cattenom
    23 octobre 2015 at 5 h 47 min

    Nous salariés de Tnex ne voulons qu’une seule chose, être respecter et être reconnus comme des femmes, des hommes et des êtres humains et non des martyrs sous une dictature.
    Nous ne demandons rien de plus que le minimum que chacun peut exiger le respect tout simplement, les bourreaux n’ont rien a faire chez Tnex
    Nous défendons les droits des salariés(e) et nous irons jusqu’au bout quoi qu’il arrive.

    Pastore DP pour la CGT Tnex
    Doré DS pour Force Ouvrière Tnex et secrétaire adjoint du syndicat de la propreté et nettoyage de la Moselle pour Force Ouvrière.

  3. Sentinelle26
    22 octobre 2015 at 17 h 42 min

  4. Deglingos
    20 octobre 2015 at 6 h 29 min

    La Redoute : à Wattrelos, démission massive des élus CFDT après la signature du plan social

    Lundi matin, une majeure partie des syndicalistes de la CFDT de La Redoute ont rendu leur carte en signe de protestation contre la signature du plan social par leur délégué central, Jean-Claude Blanquart.

    La signature par la CFDT du plan social actant la cession de la Redoute à Nathalie Balla et Éric Courteille aura sans doute permis d’éviter un dépôt de bilan pur et simple de l’entreprise de vente à distance par Kering. Mais elle coûte cher au syndicat.

    Ce lundi matin, les trois-quarts des élus syndicaux, 18 sur 24, du site de la Martinoire à Wattrelos ont rendu – brûlé plus exactement – leur carte pour marquer leur opposition à cette signature qui condamne 1178 emplois. « La fédération, que nous n’avions jamais vue avant, est venue le 20 mars pour consulter les syndiqués sur la marche à suivre. On a voté majoritairement contre et finalement, ça a été signé quand même », éructe Jean Dejonckere, désormais ex-CFDT.

    Une décision globalement bien comprise par les syndiqués. « Ils étaient 150 lors de notre assemblée ce matin et ils nous ont soutenus », assure Nora Miloudi, secrétaire du CE, qui prédit « de nombreuses défections pour la CFDT de La Redoute ». Le syndicat majoritaire (35 % des voix) pourrait ne plus l’être à l’avenir. Une décision qui n’inquiète pas outre mesure Pascal Cateau, à la fédération régionale du syndicat. « On assume la signature de l’accord qui a sauvé La Redoute », assure-t-il. Quant à savoir s’il craint un effet boule de neige, il botte en touche : « On fera le compte des syndiqués au moment venu.

    Les désormais 18 anciens CFDT ne comptent pas rester les bras ballants. « On ne perd rien du tout au contraire, assure Nora Miloudi, on va rejoindre un autre syndicat pour continuer la lutte ! » Sans préciser lequel. Pour le moment, la chose qui les inquiète le plus, « c’est qu’on n’a pas pu signer le protocole de fin de grève. Du coup, on ne sait pas si nos syndiqués vont être remboursés pour leurs heures de grève. »

    http://m.lavoixdunord.fr/region/la-redoute-a-wattrelos-demission-massive-des-elus-ia24b0n2030969

  5. Redaction MZC
    19 octobre 2015 at 19 h 49 min

    L’interview de ce délégué syndical CGT fait mouche 🙂
    Félicitation et respect à Mickaël Wamen, Goodyear à Amiens-Nord.

    • el manifico
      20 octobre 2015 at 19 h 16 min

      Au taquet !

      Le type est au taquet.
      Mais si tu comprends pas ce que l’on dit depuis des mois sur ce site peut être qu’avec une image c’est plus facile.
      Cet homme résume tout ce pour quoi je suis à la CGT.
      Et il n’es pas le seul à penser cela.
      Maintenant écoutez et appréciez.

      Tchao
      mobilisez vous

  6. webmaster MZC
    18 octobre 2015 at 16 h 10 min

    Raquel Garrido était invitée de ça vous regarde animé par Arnaud Ardoin sur LCP. Face aux représentants de la droite et du patronat qui demandent aux gens de faire des efforts, elle demande à que leurs salaires soient affichés avec leurs noms.

    Messieurs, dites-nous vos salaires! – Raquel… par lepartidegauche


    Faut-il soutenir les agresseurs d'Air France… par C-a-vous

    Échange entre Francois Hollande et Sebastien Benoît, CGT

    Échange entre Francois Hollande et Sebastien… par OuestFranceFR

  7. PG 26
    18 octobre 2015 at 14 h 41 min

  8. Super MARIO
    18 octobre 2015 at 9 h 04 min

    Philippe Martinez : «En supprimant les compétences AREVA et EDF vont encore plus affaiblir le nucléaire français»

    En visite en Saône-et-Loire à l’occasion des 120 ans de la CGT, Philippe Martinez est passé par Le Creusot ce samedi matin. Il a répondu à creusot-infos au sujet de l’avenir d’AREVA et de la filière nucléaire française.

    Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT a longuement échangé avec Angelino Paladino, le délégué CGT d’AREVA NP (notre photo), la filiale qui rayonne sur Le Creusot et sur Chalon-sur-Saône. Venu au au siège départemental de la CGT qui avait été inauguré par Bernard Thibault, rue Guynemer au Creusot, dans une ville où en pleine affaire Creusot Loire, Henri Krasucki était venu par deux, Philippe Martinez ne manque pas l’occasion de dire qu’il connait parfaitement les métallos et leurs problèmes.
    Alors forcément il s’intéresse de très près aux difficultés d’AREVA et à l’avenir de la filière nucléaire en France. «Trop longtemps on a assisté à une forte concurrence entre AREVA et EDF qui auraient mieux fait de travailler ensemble sur les mêmes objectifs de développement», relève le patron de la CGT.

    Il a discours tranché sur l’avenir : «Si on veut sauver la filière nucléaire, il faut maintenir les plus anciens dans les métiers. Le propre des restructurations, c’est que les compétences s’en vont. Il est légitime que les anciens qui ont parfois travaillé durement veuillent partir. Mais il faut penser à l’au-delà. Il faut qu’ils partent après avoir formé les plus jeunes».
    Angelino Paladino, délégué CGT d’AREVA NP en Saône-et-Loire, est catégorique : «Le Plan de départs volontaires va se traduire à l’arrivé par 4000 suppressions d’emplois en France et 6000 dans le monde. La saignée va faire mal. Uniquement sur Saint-Marcel, il y a déjà eu 200 emplois de supprimés en trois ans et demi. La nouvelle gouvernance d’AREVA veut réduire le nombre d’emploi et c’est préoccupant pour l’avenir industriel, car c’est le savoir-faire qui s’en va».

    Pour Philippe Martinez, avec l’EPR on est encore au stade du prototype. «Sans doute que les délais annoncés d’entrée en fonction des EPR ont été trop courts. Mais une chose est certaine, pour cette nouvelle génération de réacteurs nucléaires, il faut être certain d’avoir les compétences pour travailler et les produire. Et en supprimant les compétences, comme cela risque d’arriver, alors on va encore plus affaiblir le nucléaire française. C’est-à-dire que le traitement, le médicament vont avoir l’effet inverse de ce qu’il faut».

    Pour Angelino Paladino, «L’Etat a un rôle capitale à jouer. Car je rappelle qu’il a 87% du capital d’AREVA. Donc c’est bien à l’Etat d’imposer que soient conservées les compétences industrielles pour assurer l’avenir».

    http://creusot-infos.com/article.php?sid=49900&mode=&order=0

  9. pour la cgt Air France
    14 octobre 2015 at 22 h 42 min

    Communiqué de la CGT

    Solidarité avec les salariés d’Air France

    Six salariés d’Air France après avoir été interpellés à leur domicile hier matin, sont déférés au parquet soupçonnés de « violence en réunion ».

    De nombreux autres salariés sont aujourd’hui menacés de poursuites disciplinaires par la direction d’Air France.

    La CGT exprime sa profonde indignation face à de tels procédés aussi violents et inquisiteurs pour ces travailleurs et leurs familles.

    Et pourtant, des personnalités ont commis des délits bien plus graves en détournant des sommes colossales. Il y a deux poids, deux mesures quand il s’agit de salariés.

    C’est profondément choquant et révélateur de l’autisme envers les salariés qui luttent pour préserver leur outil de travail, défendre leur emploi et leur entreprise.

    C’est profondément choquant et révélateur du peu de considération pour les syndicats qui ne cessent d’agir pour l’emploi, les conditions de travail et le développement d’un transport aérien de qualité.

    La CGT exige la levée des poursuites judiciaires et disciplinaires engagées contre les salariés incriminés.

    La CGT affirme son total soutien aux salariés d’Air France confrontés au plan de licenciement de la direction et demande la reprise d’un véritable dialogue sur l’avenir d’Air France.

    Nous invitons tous les syndicats de la CGT à exprimer leur soutien à l’ensemble des travailleurs qui luttent dans l’unité pour leur travail, l’emploi et l’avenir d’Air France et à participer très nombreux aux manifestations de soutien et solidarité, initiés par les syndicats de l’entreprise.

    Montreuil, le 13 octobre 2015

    Avec nos meilleures salutations

    Le Service de presse

    Cgt Service de presse

    01 55 82 82 73

    presse@cgt.fr

    http://www.cgt.fr

  10. le furet
    12 octobre 2015 at 22 h 08 min

    Valls promeut le nucléaire français au Japon

    Après le redémarrage, cet été, de certaines centrales nucléaires nippones, Paris entend conforter la relation d’affaires. Les patrons d’Areva et d’EDF sont aussi du voyage.

    C’est à 10.000 kilomètres de Paris, en l’occurrence à Tokyo, que s’est discuté ces deux derniers jours l’avenir du nucléaire français. Jean-Bernard Lévy, le PDG d’EDF, et Philippe Varin, le président d’Areva, étaient en effet, avec le ministre de l’Économie Emmanuel Macron, du voyage du premier ministre Manuel Valls au Japon.Objectif: conforter la relation d’affaires de la filière nucléaire française au pays du Soleil-Levant, avec lequel l’activité pourrait reprendre avec le redémarrage enclenché cet été de certaines centrales. Les patrons d’Areva et EDF seront en visite à Fukushima ce mardi. Deuxième objectif: faire une place au partenaire japonais dans la restructuration de la filière française. En particulier, Manuel Valls s’est dit ouvert à l’entrée de Mitsubishi Heavy Industries (MHI) au capital d’Areva NP, la société de conception et de fabrication de réacteurs dont EDF va prendre le contrôle, au terme du plan de sauvetage d’Areva en cours de discussion. MHI est le partenaire d’Areva pour la fabrication du réacteur de 1 000 MW Atmea. Reste à savoir comment le groupe japonais s’insérera dans le tour de table d’Areva NP, auquel la filière française espère aussi faire participer ses interlocuteurs chinois. Les deux nations cohabitent parfois difficilement, et elles sont en l’occurrence concurrentes puisque la Chine veut exporter son propre modèle de réacteur, le Hualong.

    EDF vise 51% d’Areva

    Le tour de table d’Areva NP est loin d’être finalisé. EDF remettra une offre ferme fin novembre. De source gouvernementale, l’objectif est que l’électricien en détienne 51 %, contre 15 % pour Areva – qui aurait donc obtenu de ne pas rester à hauteur de 25 % comme initialement envisagé. Des industriels français de la filière pourraient également participer. Une opération qui est le prélude de la remise à flot d’Areva, recentré sur le cycle du combustible et, surtout, recapitalisé. Une source gouvernementale a évoqué lundi un effort pour l’État d’au moins 2,5 à 3 milliards d’euros.

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2015/10/05/20002-20151005ARTFIG00330-valls-promeut-le-nucleaire-francais-au-japon.php

  11. OTHO
    12 octobre 2015 at 0 h 21 min

    L’inexorable déclin du nucléaire face aux énergies renouvelables

    Un récent rapport montre que 45% de la population mondiale vit dans des pays privilégiant l’éolien et le solaire à l’énergie nucléaire. Mais les centrales thermiques représentent toujours 67,9% de la production énergétique mondiale.

    Des énergies dans l’ère du temps pour assainir l’air du temps. Alors que l’Assemblée nationale vote ce mercredi la loi de transition énergétique, le rapport annuel de situation de l’industrie nucléaire (WNISR) paru la semaine dernière montre une progression des énergies renouvelables. Si le nucléaire a encore progressé de 2,2% l’année dernière, malgré la fermeture de 40 réacteurs japonnais, ce rapport insiste sur son déclin. En parallèle, les énergies renouvelables, encore marginales il y a quelques années, connaissent une progression forte. Petit à petit, elles se placent en concurentes crédibles du «tout nucléaire», selon ce rapport.

    De nombreuses grandes puissances produisent plus d’énergie renouvelable que nucléaire. Seuls les États-Unis et la France résistent clairement à la tendance. Une résistance «culturelle» mais aussi économique du fait de la lourdeur des investissements consentis dans ce secteur. Alors que le nucléaire ne représentait que 11,7% de la production mondiale d’énergie en 2011, ce taux grimpe à 74,8% dans l’Hexagone (2012), selon un rapport du CNRS.

    Par ailleurs, les grands producteurs d’énergie nucléaire revendent à leurs voisins. L’Allemagne dans le cas français. En dépit de son implantation plus ancienne, le nucléaire se fait désormais rattraper par l’éolien et le solaire. Avec l’énergie produite par les barrages hydroélectriques, la production d’énergies propres dépasse déjà celle du nucléaire en Chine, en Inde, au Japon, au Brésil au Mexique, en Allemagne, aux Pays-Bas et en Espagne.

    Ainsi, 45% de la population mondiale privilégie déjà les énergies renouvelables au nucléaire. Et les courbes laissent augurer d’une rapide inversion du rapport de force général. Même dans des pays peu réputés pour leur conscience écologique, comme la Chine où l’Inde, l’éolien produit plus d’énergie que le nucléaire. Et ce, alors même que cette progression engendre une baisse de rentabilité des centrales nucléaires et thermiques.

    ….

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2015/07/22/20002-20150722ARTFIG00040-l-inexorable-declin-du-nucleaire-face-aux-energies-renouvelables.php

  12. l'entourage
    11 octobre 2015 at 20 h 43 min

    La centrale de Chinon au ralenti après deux  » aléas

    L’unité 1 a été arrêtée jeudi soir suite à un incident en salle des machines. Un événement qui survient cinq jours après l’incendie déclaré sur la tranche 2.

    Un incendie samedi qui provoque l’arrêt de l’unité 2, un incident technique jeudi…

    Doit-on s’inquiéter des deux « aléas » qui ont touché la centrale nucléaire de Chinon cette semaine ?

    C’est la question qui se pose après qu’EDF a annoncé la mise à l’arrêt de l’unité de production 1, jeudi vers 23 h 30.

    Une issue imposée par « un incident sur le système de réfrigération du groupe turbo-alternateur situé en salle des machines », explique l’exploitant dans un communiqué.

    Résultat : le centre nucléaire de production d’électricité n’affiche plus qu’un seul de ses quatre réacteurs en service (*).

    « C’est très rare, peut-être pénalisant à terme quant à nos objectifs de production », reconnaît-on au service communication d’EDF, « mais en aucun cas un problème de sûreté ».

    L’ASN pointe des «  faiblesses  »

    Les deux incidents survenus en cinq jours ne seraient donc qu’une « fâcheuse coïncidence », pour Richard Rouzier, de la CGT.

    « A ce stade des investigations, la relation de cause à effet n’est pas déterminée », confirme Rémy Zmyslony, adjoint au chef de la division d’Orléans de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

    Dans l’attente, c’est la production d’électricité de Chinon qui pourrait pâtir d’arrêts prolongés. « C’est plus embêtant quand ce genre de problème survient en période de forte consommation », tempère un agent.

    Toujours est-il que le retard en volume devra être rattrapé.

    L’unité 1 devrait être rapidement remise à la disposition du réseau électrique. Pour l’unité 2, l’incendie de samedi s’expliquerait par « une non-qualité de maintenance », esquisse Rémy Zmyslony.

    L’arrêt, d’abord de courte durée, pourrait dépasser 10 jours.

    Un délai au-delà duquel l’autorisation de remise en route devra être délivrée par l’ASN.

    Au printemps, Chinon avait quitté le rang de « surveillance renforcée » pour celui de « surveillance ciblée ».
    Le signe de progrès, qui n’éludent pas les « quelques faiblesses persistantes » pointées par les rapports de l’ASN.
    « Chinon a remonté la pente, a rejoint le peloton, constate Rémy Zmyslony. Mais il reste encore quelques efforts pour figurer en tête. »

    http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Actualite/Faits-divers-justice/n/Contenus/Articles/2015/10/10/La-centrale-de-Chinon-au-ralenti-apres-deux-aleas-2495793

  13. Calaméo
    11 octobre 2015 at 9 h 05 min
  14. Sentinelle26
    10 octobre 2015 at 10 h 27 min

  15. Facebook/MZC
    10 octobre 2015 at 10 h 12 min

    Monique Pinçon-Charlot : "La violence, c'est François Hollande qui sert la soupe aux plus riches".Ce vendredi 9…

    Posted by Ce soir ou jamais on vendredi 9 octobre 2015

  16. Redaction MZC
    10 octobre 2015 at 9 h 19 min

    Pour cette nouvelle interview sur Diplomatie Digitale, nous avons rencontré Boris LE NGOC, Responsable Relations publiques et Communication digitale de la Société française d’énergie nucléaire (SFEN) qui a bien voulu répondre à nos questions.

    Quelles sont les audiences ciblées dans vos actions de communication ?

    En France, l’audience de notre association et plus généralement des acteurs de la filière est moins forte que celle de nos homologues américains et japonais. Il s’agit de pays où l’implication civique est culturellement et historiquement plus prégnante, si bien que cela s’en ressent sur les réseaux sociaux. Les Français aiment le débat, mais leur degré d’engagement n’est pas aussi élevé sur les questions qui portent à l’énergie…

    En raison de cette « sensibilité » du secteur du nucléaire, comment la SFEN communique-t-elle sur Internet (vos media, vos outils, votre organisation…) ? Quelles sont les initiatives mises en place ou en projet ? Par ailleurs, engagez-vous des actions particulières sur Internet pendant les débats (Cigeo, PLTECV, COP21)?

    C’est parce que le secteur est sensible qu’il est essentiel d’informer, faire connaître, donner à voir dans les territoires, les médias et sur Internet. Aujourd’hui, Internet est le lieu du débat. Cela est encore plus vrai dans le nucléaire où les passions empêchent parfois les débats de se tenir physiquement, comme l’a montré celui sur le centre de stockage de déchets Cigéo….

    http://www.diplomatie-digitale.com/featured/communication/interview-nucleaire-digital-1940.

  17. vic
    10 octobre 2015 at 2 h 15 min

    Bonjour à tous les salariés sous-traitants du nucléaire! Est-ce que cet état de fait continue?

    Un comble dans la sous traitance nucléaire, maintenant, les patrons prestataires sanctionnent les déclenchements aux C2 !!!

    Nous, les salariés sous- traitants du nucléaire, subissons, « l’effet Fukushima » !! La transparence d’EDF se traduit par une chasse aux sorcières envers ceux que les patrons prestataires appellent « les mauvais salariés » Ceux qui ne savent pas travailler, ceux qui je cite « portent atteinte à l’image de leur entreprise vis-à-vis du client EDF » !!!

    Après chaque intervention en zone contrôlée, les salariés doivent impérativement passé dans un portique de contrôle, nommé C2. Ce portique détecte éventuellement une contamination soit vestimentaire, soit corporelle du salarié, suivant les CNPE.

    Cet avant dernier « rempart » avant la sortie de la centrale nucléaire a pour finalité d’éviter la dispersion de la contamination dans les locaux hors zone et dans l’environnement mais aussi de gérer la propreté radiologique des chantiers par un suivi des déclenchements et une carthrographie des chantiers incriminés.

    Cet appareil de contrôle est devenu la hantise des salariés, la guillotine de fin de journée ou d’une pause bien méritée…

    En effet, le déclenchement de ce portique, plus de 2 fois dans le mois, lors d’un arrêt de tranche, par le même salarié, provoque la convocation à un entretien préalable, suivi d’un avertissement !! C’est inadmissible, il n’y a pas de contamination invisible à l’intérieur. Où Est-ce que ces cons sont aller la trouver? Ils ont dû la fabriquer de toute pièce pour faire déclencher le portique afin de faire chier EDF, son entreprise et les stats !!!

    C’est normal qu’on accuse alors le salarié de ne pas avoir respecter les consignes de sécurité et ainsi, je cite : « de mettre en péril sa santé mais aussi la sécurité de tous et la sûreté des installations nucléaires » !!!!!!!!

    Ils y sont arrivé !! La première catastrophe nucléaire française a trouvé son coupable, le sous-traitant smicard !!!

    Chutttttt, Messieurs les prestataires, personne, ni les ASN, ni les médias, ni les anti nucléaires, ni la population, personne ne doit savoir qu’un de vos salarié a déclenché trois fois un appareil de contrôle qui détecte une éventuelle contamination ! Sanctionnez, ce salarié, putain, il travaille dans une industrie PROPRE !! Sanctionnez ce salarié ! Putain, on lui offre TOUTES les protections individuelles ou collectives pour NOUS protéger !! Et ce con, il trouve le moyen de déclencher un portique de contrôle !

    Hé oui, ce pauvre salarié se lève à 3h du matin, parfois à 800 km de sa famille, prend sa voiture personnelle pour se rendre dans cette centrale nucléaire (toute neuve, celle-ci!) Embauche à 5h du matin mais est présent gratuitement, dès 4h30 sur son lieu de travail (ben oui, la continuité de service non stop en horaire 3×8!)

    Et ce matin là, le salarié coupable est envoyé en « assistance habillage / déshabillage » action qui consiste à aider un autre salarié intervenant en milieu extrême, à revêtir une tenue mururoa ( Vêtement à usage unique,ventilé et pressurisé) et après la fin de l’intervention à lui ôter cette tenue devenue contaminé avec une procédure de déshabillage bien déterminée afin d’éviter une contamination du salarié intervenant.

    Le salarié « coupable » assure aussi l’assistance, la surveillance du salarié intervenant ainsi que la gestion des déchets.

    Ce salarié coupable est équipé d’une paire de gant nitrile, recouvert par une paire de gant en coton, eux même recouvert de gant vinyle. Il endosse aussi une tenue étanche en papier, une sur tenue en papier, une cagoule en papier lui protégeant la tête, à ses pieds deux sur bottes, une en vinyle l’autre en tissu, il s’équipe lors du déshabillage d’un heaume ventilé. Suivant le chantier, il peut aussi être équipé d’un harnais de sécurité ou d’un gilet de sauvetage… et ce dans un environnement estival, au bords d’une piscine de réacteur, entouré de rayons qui lui veulent du bien, de poussières lumineuses, facilement détectables qu’on appelle « particules radioactives » et souvent dans une ambiance chaude et bruyante et s’il transpire avec tout cet équipement, il ne peut s’éponger le front… Ce coupable est bardé de faux diplômes, appelés « habilitations ou autorisations » de formation sécurité en tout genre, il est cerné par des obligations, des intolérables, des caméras de surveillance, par des chargés d’affaire ou de surveillance EDF, avec leurs talons de contraventions, par un staff managérial nourri essentiellement à la prime variable… Il doit aussi noter et signer ce qu’il va faire, ce qu’il a fait et comment il l’a fait. Un porte dossier ambulant, ce salarié coupable ! Il a signé ce qu’il a fait et le client EDF est heureux, lui ne sera pas coupable de l’accident nucléaire du au déclenchement du portique C2 que ce collègue coupable va réaliser pendant sa pause bien méritée de 20 minute ou plus parfois !!

    D’un appareil qui nous « tranquillisait » auparavant, nous tremblons quand nous y arrivons devant ! Pire qu’un radar !! Et que font maintenant les salariés sous-traitants ? Ben ils vont tricher et c’est là, que l’environnement ne sera plus vert !!

    Mais quid sur les accident de travail dissimulé, quid sur les horaires de travail en 3×8, le week-end, les jours férié, l’été, pendant les vacances scolaires. Mais qui sur les tentatives de suicides, les restrictions médicales non respectées. Mais quid sur les cadences de travail, le manque d’effectif. Mais quid sur l’éloignement familial et ses divorces. Mais quid sur les maladies professionnelles et les cancers. Et les salaires et les pensions de retraites de ces salariés « coupables » vaut mieux fermer sa gueule !!

    Pendant des décennies nous, les nomades, les sédentaires,nous les trimardeurs, nous les bagnards du nucléaire, avons contaminé des vestiaires, des voitures, nos vêtements et nos corps, car le client EDF gérait à sa façon « SA transparence » seulement occupé par la mise en place d’une sous-traitance bon marché (excusez-moi, de ce pléonasme!) et les quelques boites prestataires affairées à gagner leurs premiers millions de résultat net !

    La loi interdit toute forme de sanction ou d’amende à caractère financier et pourtant ces salariés coupables seront privés de primes semestrielles, et d’augmentation, car ces patrons prennent en considération les « déclenchements de portiques C3 » comme faute inexcusable !!

    Question : Est-ce qu’un mécanicien, avec une tache de graisse sur son bleu de travail met en péril la sécurité de son garage et la sûreté nationale. Est-il un mauvais ouvrier et doit-il mériter un avertissement pour manquements aux règles de sécurité ?

    Bande de….

    Oula ! Encore 3 dossiers d’entretien préalable qui tombent encore aujourd’hui !!!

    Si un jour le ciel de France s’assombrit d’un nuage radioactif, pensez-vous que les déclenchements de portiques C3 seront sources de sanctions ? Remarquez, ils sont tellement fous !! Mais, ce ne sont pas eux qui y seront….

    Sinon, dans le nucléaire, la sécurité est leur cheval de bataille !!!

    • Le CHEVALIER NORMAND
      10 octobre 2015 at 9 h 57 min

      Salut

      Triste réalité récurrente de ton magnifique exposé, auquel il faut ajouter les pressions et dénigrements professionnels de cette poignée d’empêcheurs de tourner en rond (comme ils disent) qui comme toi, osent s’exprimer, se battre,taper au plus haut des responsables tous corrompus et qu’il faut mettre en permanence devant leurs responsabilité en hésitant pas à les trainer devant les tribunaux (quoique, ils n’ont même le courage de s’y rendre !!!) avant que l’on nous fasse exploser le code du travail et que l’on absorbe l’indépendance des IRP,notamment des CHSCT, à travers des commissions du CE, pilotés par des Secrétaires trop souvent à la botte des directions !!!!!
      En tout cas,merci encore pour ce superbe exposé, même si il est le reflet d’une triste réalité, mais qui permet d’alimenter en adrénaline des combattants de l’impossible, petit groupe dans lequel je peux nous inclure et si d’autre pouvaient aussi s’exprimer à grande échelle, nous ne serions que plus fort encore !!!!!
      Mon armure n’est pas prête de rouiller pour défaut d’utilisation !

      Le CHEVALIER NORMAND

  18. Sentinelle26
    9 octobre 2015 at 19 h 11 min

    • Gluck
      9 octobre 2015 at 19 h 35 min


      Les délègues FO dans les entreprises sous-traitantes sont vraiment en très très grosse difficultés avec un pareil DSC 🙁
      Qui peut adhérer à FO après pareil position !
      Pourquoi tant de mépris des sous-traitants !

      • FO Dalton/Amalis
        9 octobre 2015 at 20 h 00 min

  19. LUC
    8 octobre 2015 at 22 h 58 min

    La sûreté de la centrale nucléaire de Chinon en question

    Un incendie s’est déclaré dimanche, alors que les signaux d’alerte se multiplient sur l’obsolescence du matériel.

    Un incendie est survenu dimanche à la centrale nucléaire de Chinon, enclenchant le Plan d’urgence interne (PUI) et l’intervention de nombreux pompiers. Le feu a pris sur une armoire électrique dans la salle des machines, dans l’unité de production n° 2, mise à l’arrêt la veille pour une opération de maintenance sur un alternateur. L’appel d’urgence a été composé à 18 h 19, confirme un pompier, et a été maîtrisé à 20 h 10, selon un porte-parole d’EDF, «sans faire de blessés» et «sans conséquences sur la sûreté des installations». Les causes sont encore inconnues, «les expertises techniques étant toujours en cours», indique Jean-Luc Dupont, maire de Chinon.

    Si l’incident «fait partie de la vie industrielle», commente EDF, et qu’il est survenu sur «la partie conventionnelle», autrement dit non nucléaire, circonscrivant ainsi les risques, il soulève pourtant une grande inquiétude et de nombreuses interrogations. D’autant que la centrale nucléaire de Chinon est dans l’œil de l’Autorité de …

    Cet article a été publié dans l’édition du Figaro du 09/10/2015 . 81% reste à lire.

    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/10/08/01016-20151008ARTFIG00232-la-surete-de-la-centrale-nucleaire-de-chinon-en-question.php

  20. Gilles Ex PNS
    30 septembre 2015 at 17 h 18 min

    Polinorsud dans la revendication il y a 3 ans déjà…

    🙁 Très triste de vous savoir encore une fois très majoritairement en grande difficulté 🙁
    et maintenant on fait quoi alors ?

  21. Bob
    28 septembre 2015 at 19 h 05 min

    Bonjour,
    Décès d’un autre salarié prestataire intérimaire ce matin sur Paluel. Pas plus d’info pour l’instant. Ras-le-bol de ces mauvaises nouvelles qui n’en finissent plus dans le nucléaire. Combien de victimes prestataires du nucléaire il nous en faudra pour que cette normalité ne soit plus acceptable dans le nucléaire ? Quand est-ce que nous aurons une réelle enquête sur les conditions de travail et de trajet dans cette industrie? Mes condoléances à la famille.

    • Le CHEVALIER NORMAND
      29 septembre 2015 at 21 h 54 min

      Salut
      Effectivement encore un décès d’un travailleur précaire, 45 ans père de deux enfants, travaillant en poste à plus de 60 km de son domicile, sans être en GD et finissant sa mission ce vendredi 02 Octobre comme pontier pour PNS.
      Le pire dans ce mépris quotidien, c’est que nous avons,nous membre du CHSCT été au courant par un simple mail d’une stagiaire en sécurité !!!!!!!!
      Aucune info côté direction PNS ,ni non plus coté chef de site PNS !!!!!!!!!
      Seule info par une transmission d’un mail des copains du CHSCT EDF par reroutage d’un mail de leur Directeur délégué !
      Devant autant de mépris et connaissant les incompétences des managers PNS PALUEL sur l’organisation du travail et la gestion des ressources, nous avons décidés de provoquer un CHSCT EXTRAORDINAIRE pour éclaircir les nombreuses zones d’ombres concernant CE TERRIBLE DRAME HUMAIN et en plus de notre soutien sans faille à cette malheureuse famille orpheline, nous mettrons tout en œuvre pour qu’elle ne soit pas dans le besoin et qu’elle bénéficie de toutes les indemnités nécessaires !
      PERSONNE NE DOIT ACCEPTER D’ALLER AU BOULOT POUR MOURIR !!!!!!!!!!!

      • Redaction MZC
        30 septembre 2015 at 6 h 22 min

        Les membres et adhérents de l’Association MZC sommes tout près de vous dans votre grand malheur. Affection et tendresse.

  22. Sellig
    24 septembre 2015 at 17 h 29 min

    Déclaration CGT au Comité Groupe France

    …La CGT défendra comme elle l’a toujours fait le nucléaire civil Français, à condition que celui-ci ne devienne pas un nucléaire low-cost, à base de sous-traitance taillable et corvéable à merci, comme le préfigure l’actuelle valse des sous-traitants dans nos entreprises….

  23. webmaster MZC
    22 septembre 2015 at 19 h 09 min

    Cgt Mines Energie Paluel

  24. Dani
    20 septembre 2015 at 23 h 17 min

    Dossier CNPE Cruas-Meysse (KAEFER WANNER – EDF)

    Rechercher la clarté
    Mettre la langue de bois hors-la-loi
    En refusant les messages vides de sens

    Au bout de trois jours de conflit, kaefer wanner et EDF se décident enfin à revenir sur le site pour faire une nouvelle présentation !

    Finalement, ils reconnaissent que la première était un enfumage cérébral. Tout a été dit pour redorer le blason de l’entreprise, mais presque rien sur le devenir des salariés concernés.

    Restons positifs : Osons croire qu’ils arriveront avec des vraies réponses à nos inquiétudes.

    Nous ne changerons pas de position.

    Notre seul objectif, obtenir des réponses claires sur :

    *Les dérogations au travail du dimanche et la rémunération associée.
    * Les conditions de reprise d’ancienneté dans ses aspects salariaux et jours de repos d’ancienneté et leur évolution future chez KAEFER WANNER.
    * L’existence éventuelle d’un accord d’annualisation/ modulation du temps de travail.
    * Les clauses de mobilité.
    * Les conditions de déplacement.
    * Les jours de carence en cas de maladie.
    * La couverture mutualiste, son coût et le taux de participation employeur.
    * Le pourcentage du budget culturel et social du Comité d’Entreprise.
    * Les listes des élus IRP et correspondants syndicaux.
    * Les primes d’intéressement/participation de l’entreprise selon les collèges : ouvrier, Etam et cadre.
    * Le montant des primes diverses : zone, chaleur, masque etc.…
    * Le pourcentage de dépendance économique vis-à-vis d’EDF et les moyens sociaux et humains mis en place sur cet appel d’offre.
    * La garantie de reprise dans leurs postes des salariés permanents du site de Cruas, qu’il soient en CDI, cotraitant, Intérim ou CDD des personnels ouvrier, Etam, administratif ou encadrant présents à cette date sur le site..
    * La garantie dans l’emploi actuel sur le chantier de Cruas.
    * L’exigence d’obtenir une simulation de bulletin de paie reprenant tous les éléments du salaire.
    * L’obligation ou pas d’être volontaire sur les chantiers amiante.
    * Le nombre de personnes affectées en fonctionnement et en arrêt

  25. Redaction MZC
    20 septembre 2015 at 7 h 03 min

    C’est avec beaucoup d’émotion que nous avons remarquer la photo de notre banderole sur le site officiel de la CGT qui envoi un signal fort TRES FORT 😉

    Les élections professionnelles pointes le bout du nez dans plusieurs entreprises, nous le disons sans retenu :
    🙂 LES FUTURS ÉLU(E)S CGT IRONT CHERCHER LE STATUT UNIQUE 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *