Jusque ici tout va bien ou presque !!!

Au sommaire :

Congrès CGT- Sous-traitance…Tricastin AT2…Prédation et conflits d’intérêts…Qualité de vie au travail….Le dons de jour de congéInformation Cruas-Meysse….

Appel à témoignage en bas de l’article 

separateur2

image 50éme 

La CGT décide de s’attaquer aux raisons de la sous-traitance en renforçant l’harmonisation des salariés (maisons mères/sous-traitants).

Le 50éme  congrès de la CGT décide de franchir une nouvelle étape de syndicalisation à la CGT par la mise en place d’une véritable politique de syndicalisation pérenne et ambitieuse, s’appuyant notamment sur la mise en œuvre des résolutions 4, 5 et 6 du 49e congrès qui portent sur les syndicats, pour offrir le cadre de syndicalisation nécessaire pour les salarié-e-s dans toutes leurs diversités.

Une politique très ambitieuse  à la CGT

III.49. Participer dans sa mesure et être acteur à la réussite des initiatives professionnelles et interprofessionnelles.

III.51. Le développement de la syndicalisation ne peut, ni ne doit conduire à des situations d’isolement et particulièrement s’agissant des nouvelles ou nouveaux adhérents. Le dispositif national « accueil adhérents » ne s’arrête pas à l’immeuble confédéral. Il est de la responsabilité de toutes les organisations de la CGT de créer les conditions de leur intégration au sein d’un syndicat.

III.52. Chaque syndiqué doit pouvoir bénéficier d’un lieu d’expression, de partage et d’engagement. C’est dans le syndicat que chacun peut prendre part à la vie démocratique de la CGT et de tous les débats qui la traversent. Les syndicats et les syndiqué-e-s concernés vont donc devoir faire preuve de lucidité et d’imagination pour construire, ensemble, avec toute la CGT, les formes d’organisations et de fonctionnement adaptées.

III.53. À partir des expériences menées au cours de ces trois dernières années, trois formes de syndicats recouvrent l’ensemble des modes actuels et/ou qu’il nous faudra construire :

III.54. Le syndicat d’entreprise ou d’établissement : qui regroupe les salarié-e-s d’une même entreprise ou d’un même établissement. Il peut rayonner sur un ou plusieurs « territoires ».

III.55. Le syndicat local « professionnel » : qui regroupe les salarié-e-s d’une même « fédération ». Il rayonne souvent sur un seul territoire.

III.56. Le syndicat « de site » ou « de zone » : qui regroupe les salarié-e-s d’entreprises et de professions différentes au sein d’un « territoire » bien défini : site, zone, bassin d’emploi…

III.57. Répondre aux enjeux professionnels, travailler les convergences revendicatives entre salariés sont déterminants en terme de syndicalisation et d’élévation du rapport de force. Il s’agit donc de poursuivre la mise en œuvre de la résolution du 49e congrès portant sur les fédérations en élargissant les espaces de travail revendicatifs communs. Cette démarche pourrait s’effectuer autour de l’examen des conventions collectives nationales, de l’importance de la sous-traitance, avec le souci permanent de l’évolution du salariat.

III.58. Cette démarche est à mener en cohérence avec l’action territoriale de la CGT. Celle-ci ne se résume pas à l’activité de ses instances territoriales. Le maître-mot, c’est la coordination, c’est-à-dire le travail en commun de fédérations qui se renforcent en s’inscrivant dans des champs d’intervention professionnelle plus larges adaptés à chacune des réalités territoriales. Seul un tel redéploiement coordonné peut permettre de poser d’une autre manière la question de l’organisation de la défense des salariés de tout statut, d’imposer les « bons » lieux de négociations, de revoir la conception de l’organisation et du contenu des conventions collectives.

separateur2

TRICASTIN AT2 

Voilà c’est parti pour la campagne 2013 à Tricastin avec l’arrêt de tranche 2 V.P . Apparemment pour nos copains et copines de PNS et leur mouvement social 09/2012 ( à voir ici  , ici  , ici des photos ici  ), beaucoup de remaniement (management terrain).

Par contre (cherchez l’erreurpour l’entreprise une seul activité, mais toujours 2 conventions collectives différentes en terme de rémunération évidement , si si c’est possible en 2013 ! C’est vrai, il faut le dire dans le Vaucluse, on a le soleil, alors !!! 

Nous apprenons que la surveillance des accès au bâtiment réacteur est à présent sous-traité à OMS tout comme la surveillance des accès en zone contrôlée

La banalisation des risques et métiers de la « servitude nucléaire » euh « logistique nucléaire » est belle et bien en marche, au NOM de la COMPÉTITIVITÉ économique… 

De nouveau métier vois le jour ( facilitateur G.I, Responsable de Zone)… la P.G.A.C ce profil tout doucement, mais sûrement ! aie aie aie, ça sent très mauvais… 

Message du directeur de l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire  

ATTENTION ces stratégies économiques d’entreprises son DANGEREUSES 

Mr REPUSSARD est le directeur de l’IRSN . Il déclare sur La Chaîne Parlementaire suite à la projection du film  » La bombe humaine «  ( reportage complet sur la gauche de cette page), que cette perpétuelle mise en concurrence , course aux profits devient dangereuse pour la sûreté des installations et que parallèlement l’ A.S.N surveille elle aussi cela de près…

Merci Lucho pour toutes ces infos.

Cruas démarre très prochainement (30/03)… bon courage à tous les acteurs sur les divers arrêt de tranche.

separateur2

Nous avons lu sur le site gaucherepublicaine cet article très intéressant du collectif des médecins du travail de BOURG EN BRESSE des Docteurs CELLIER, CHAPUIS, CHAUVIN, DELPUECH, DEVANTAY, GHANTY, LAFARGE extraits … 

….

notre génération de professionnels en santé au travail a vu monter en puissance le faux discours sur le coût du travail, sur la compétitivité à tout prix, même à celui de la vie, alors que les dégâts de cette précarisation sur la santé et finalement sur le contenu du travail n’ont jamais cessé de s’aggraver et que cela a un coût humain et financier considérable, nullement relayé par les médias au niveau où il devrait l’être.

Nous savons que porter soins aux travailleurs et au travail, cela passe par la régulation de ces dérives, réel gisement de potentiel du côté de la vie : la vraie compétitivité serait de faire du travail de qualité et ainsi améliorer la santé, la société, l’économie, la civilisation…

Source 

separateur2

Sur le site tnova nous avons lu cet article très intéressant de Martin Richer (18/03/2013) , il concernent tous les salariés : conditions de travail, égalité professionnelle, conciliation entre vie professionnelle et vie privée, expression des salariés sur leur travail, son organisation….extraits

Une nouvelle négociation interprofessionnelle s’engage, qui va concerner l’ensemble des salariés de notre pays. Après la sécurisation de l’emploi, qui a abouti à l’accord du 11 janvier 2013, c’est maintenant sur la qualité de vie au travail que les partenaires sociaux lancent les discussions. Elles devraient permettre de traiter des questions fondamentales, qui concernent tous les salariés dans leur rapport au travail : les conditions de travail, l’égalité professionnelle, la conciliation entre vie professionnelle et vie privée, l’expression des salariés sur leur travail, son organisation….

Car le travail est – et doit rester – l’un des espaces d’expression de notre autonomie, de notre dignité et de l’épanouissement de nos relations sociales. C’est pourquoi il est fondamental de nous interroger sur les moyens d’éviter un divorce entre les salariés et leur travail, de créer les conditions d’une meilleure qualité de vie au travail….

 Le rapport LACHMANN  ici 

separateur2

Nous avons lu sur le site clesdusocial cet article mis en ligne le 10/03 /2013 sur le dons de jour de congé … SOLIDARITÉ , extraits 

Une proposition de loi vient d’être adoptée par l’Assemblée et va passer devant le Sénat avant d’être définitivement adoptée. Cette loi va offrir un cadre légal à des initiatives spontanées comme les dons de congés entre collègues de travail ou de plan congé de l’aidant familial.
Un premier vote qui a obtenu le soutien des députés de droite et du centre, tandis que le PS s’est abstenu. Cette loi va offrir un cadre légal à des initiatives spontanées qui se sont multipliées ces derniers mois comme en témoignent les deux exemples qui suivent.

Source 

separateur2

sous-traitant irradié

Syndicat CGT du CNPE de CRUAS/MEYSSE  

Flash-info , extrait …

Des « messagers » de la politique industrielle à bas coût nous font croire , que notre syndicat ne s’occupe que de la sous-traitance et cela au détriment des agents EDF ! Ils vous mentent .

Si effectivement, notre syndicat reste sensible aux situations particulières des prestataires , notre démarche envers cette population de salariés précaires est aussi vielle que notre militantisme sur ce site nucléaire. Il est vrai que leur tentation est trop grande de mettre en opposition « les uns contre les autres » pour mieux éclater le statut EDF qui les dérange .

C’est en procèdent à la précarisation des sous-traitants qu’ils creuseront...

breves cruas n°1

Brèves de Cruas le numéro

Fort du succès de leur premier numéro , nos copains ont décidé de recommencer avec ↓

 5 MINUTES de plus

« Flash INFOS » extraits …

Pour faire vivre ce journal, la CGT fait appel à vos  actualités dans les services et entreprises. N’hésitez pas à nous faire remonter vos infos croustillantes au local, ou alors au 3275/76.

Prêt de main d’œuvre illicite :

Depuis plusieurs années les directions se sont lancées dans un vaste programme de suppressions d’emplois sur l’autel des activités dites « cœur de métier ». Cet argument a conduit les unités à externaliser un certain nombre d’activités, particulièrement celles dites « tertiaires » qui couvrent un vaste domaine….

Le but de cet article étant : poser l’information auprès des salariés EDF car dans de nombreux cas, les salariés de l’entreprise sous-traitante étant tellement bien intégrés que plus personne ne sait quel est leur statut. Un appui de la part de leurs « collègues statutaires » est également une pierre de plus à l’édifice.

Enfin et dernier point : Les salariés concernés sont majoritairement des femmes. Les discriminations qu’elles subissent à travers ces contrats sont multiples. Le salaire en premier lieu. Il est souvent fortement inférieur à celui qu’elles percevraient si l’emploi était statutaire. Socialement elles sont dans une forme de précarité de l’emploi (celui-ci étant soumis à des renouvellements de marchés avec à la clef des pertes d’emploi)….

 breves cruas n°2

separateur2

Max on 8 mars 2013 at 10 h 39 min (Edit)

Bonjour,

Dans le cadre de mon master de cinéma à l’université Paris 8, je prépare un documentaire sur les travailleurs sous-traitants nomades dans le nucléaire.
Je cherche donc à entrer en contact avec ceux qui pourrait m’aider à réaliser ce film ou à y participer.

Voici l’idée :
Le film (environ 25 minutes) se présentera comme le portrait ANONYME d’un travailleur itinérant.
Le but sera de le suivre plusieurs jours sur une saison d’arrêts de tranche pour montrer son quotidien à l’extérieur de la centrale, ses déplacements, ses difficultés, ses joies… On entendra seulement sa voix.

J’imagine ce film comme un échange entre le témoignage de cette personne et mon regard sur la situation du travail dans le nucléaire aujourd’hui.

Si vous souhaitez m’aider dans mon projet, me faire des suggestions ou simplement me contacter voici mon adresse mail : maximilienzamanski(at)gmail.com

Cordialement.

separateur2

Ici nous respectons la loi sur les droits d’auteur et le travail de la presse et des journalistes professionnels

29602_474101652646850_1707627928_n

Et vous…qu’en pensez vous ?

Nos amitiés aux uns, nôtres respects aux autres, bises à toutes et tous

A vos claviers

93 comments for “Jusque ici tout va bien ou presque !!!

  1. verne
    18 avril 2013 at 23 h 48 min

    Nucléaire : la mise à l’arrêt de la centrale de Fessenheim rejetée par le rapporteur public

    Le Point.fr – Publié le 18/04/2013 à 16:09

    L’association TPN a saisi en 2008 la justice après le rejet du ministère de l’Écologie de sa demande d’un arrêt immédiat et définitif de l’installation.

    Le rapporteur public s’est prononcé jeudi contre la mise à l’arrêt immédiate de la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin), conformément à une décision de première instance, lors d’une audience devant la cour administrative d’appel de Nancy qui était saisie par l’Association trinationale de protection nucléaire (ATPN). L’association, qui représente des particuliers, des associations écologistes et des communes suisses, allemandes et françaises, avait saisi en décembre 2008 la justice administrative après le rejet par le ministère de l’Écologie de sa demande d’un arrêt immédiat et définitif de l’installation.

    En première instance, le tribunal administratif de Strasbourg avait rejeté la requête. « Est-ce à tort que la mise à l’arrêt de Fessenheim a été refusée ? Non », a conclu le rapporteur public, qui a estimé que « l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) dispose de pouvoirs importants pour contrôler et intervenir rapidement » sur la centrale. « La mise à l’arrêt d’une centrale nucléaire nécessite non seulement que des risques graves soient avérés, mais en plus qu’aucune disposition prise par l’ASN ne soit envisageable », a-t-il poursuivi.

    « Des conclusions dignes des années 1970 » (C. Lepage)

    Le rapporteur a notamment considéré, en rejetant le « risque zéro », que la sécurité avait été renforcée après l’accident japonais de Fukushima. L’avocat de l’ATPN, Me Corinne Lepage, par ailleurs ancienne ministre de l’Environnement (1995-1997), a dénoncé des « conclusions (du rapporteur public) dignes des années 1970 ». « Aujourd’hui, on ne pourrait plus construire Fessenheim au vu des risques sismiques et d’inondations : c’est l’ASN qui le dit dans son dernier rapport », a fait valoir l’avocat.

    « Est-on en capacité de parer ces risques ? Non », a-t-elle expliqué devant la juridiction administrative en décrivant une « centrale vétuste, aux problèmes récurrents ». « C’est une forme d’irresponsabilité organisée », a-t-elle encore dénoncé. La décision de la cour a été mise en délibéré au 16 mai. Mise en service en 1977, la centrale de Fessenheim est la doyenne des installations nucléaires françaises en activité. Selon EDF, elle produit « 70 % de la consommation d’électricité d’une région comme l’Alsace ». Le président François Hollande s’est engagé à la fermer avant la fin de son quinquennat, au grand dam des salariés du site et de nombreux élus locaux qui la disent sûre et rentable. À l’inverse, les mouvements écologistes réclament une fermeture immédiate, car ils estiment les deux réacteurs alsaciens vétustes et dangereux.

    http://www.lepoint.fr/societe/nucleaire-la-mise-a-l-arret-de-la-centrale-de-fessenheim-rejetee-par-le-rapporteur-public-18-04-2013-1656563_23.php

  2. julien
    18 avril 2013 at 19 h 04 min

    Six centrales nucléaires épinglées par l’Autorité de sûreté

    http://www.lepoint.fr/science/six-centrales-nucleaires-epinglees-par-l-autorite-de-surete-16-04-2013-1655805_25.php

    Les incidents dans les centrales nucléaires d’EDF en hausse de 10% en 2012

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/04/16/20002-20130416ARTFIG00622-les-incidents-dans-les-centrales-nucleaires-d-edf-en-hausse-de-10-en-2012.php

    Rapport 2012 de l’ASN : « l’état de la sûreté nucléaire et de la radioprotection est resté globalement assez satisfaisant en France »

    http://www.asn.fr/index.php/S-informer/Actualites/2013/Presentation-du-Rapport-2012-de-l-ASN

    L’ASN favorise la participation et l’implication du public dans les décisions qui encadrent les modifications des installations nucléaires ayant des impacts significatifs sur l’environnement

    http://www.asn.fr/index.php/S-informer/Actualites/2013/Consultation-du-public-votre-avis-compte

    Le CNRS publie un dossier multimédia en ligne sur l’énergie nucléaire

    http://www.enerzine.com/2/15064+le-cnrs-publie-un-dossier-multimedia-en-ligne-sur-lenergie-nucleaire+.html?posts_usersPage=1

  3. RAFI
    18 avril 2013 at 17 h 40 min

    Radioprotection insuffisante

    17 avril 2013 07:31;
    .
    Cattenom une nouvelle fois pointée du doigt

    Six centrales nucléaires, dont la centrale mosellane, ont présenté en 2012 un niveau insuffisant de sûreté ou de radioprotection, selon le rapport de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

    La centrale de Cattenom a été épinglée par le rapport de l’ASN pour des défaut de radioprotection en 2012. (photo: Editpress)

    Des défaillances du point de vue de la sûreté ont été constatées par le gendarme du nucléaire dans les centrales de Civaux, Cruas, Paluel, Chinon, cette dernière ayant déjà été pointée du doigt pour l’année 2011. Les centrales de Cattenom et de Fessenheim ont de leur côté été épinglées pour des défauts de radioprotection. Fessenheim, que le gouvernement s’est engagé à fermer avant la fin 2016, concentre les craintes de l’opinion en raison de son âge et de sa situation en zone sismique et inondable.

    L’ASN qualifie comme en 2011 le niveau de sûreté de «globalement satisfaisant» et cette évaluation pourrait être améliorée si les exploitants répondent favorablement à l’ensemble des prescriptions et mises en demeure du gendarme. Les évaluations réalisées après la catastrophe de Fukushima ont amené en 2012 l’ASN a faire un millier de prescriptions sur l’amélioration des réacteurs français, notamment en mettant en place des «noyaux dur» dans les réacteurs.

    «Un manque d’investissements global» d’EDF

    Interrogé sur les délais nécessaires à la préparation de l’arrêt définitif et du démantèlement de cette centrale, obligatoirement conjoints, Pierre-Franck Chevet a redit que l’ASN prévoyait qu’une période de cinq ans était nécessaire. «La loi prévoit une procédure de même niveau que celle de l’autorisation. Un bon dossier, nous estimons ça à 2 ans. Une bonne instruction, nous estimons ça à 3 ans (…) On gagnera peut-être un an, mais c’est l’ordre d’idée», a-t-il dit. L’ASN a également jugé le manque d’investissements d’EDF dans les centrales nucléaires «en partie responsable» de la faible disponibilité des réacteurs nucléaires pour produire de l’électricité, et peut-être de certains incidents, en 2012.

    «Il y a eu pendant une certaine période un manque d’investissements global, en terme de maintenance des centrales d’EDF, et certainement pour partie responsable au moins d’une partie des indisponibilités et peut-être d’un certain nombre d’incidents», a dit Pierre-Franck Chevet. L’ASN a recensé 1 170 événements concernant la sûreté en 2012, dont 149 de niveau 1 et 4 de niveau 2 sur une échelle de gravité Ines qui en compte 7.

    (L’essentiel Online/AFP)

    http://www.loractu.fr/thionville/3806-la-centrale-nucleaire-de-cattenom-de-nouveau-epinglee-sur-la-securite.html

  4. Silver
    16 avril 2013 at 22 h 07 min

    Sûreté nucléaire, des progrès restent à faire

    L’Autorité de sûreté nucléaire a présenté mardi 16 avril devant le Parlement son rapport annuel 2012 sur l’état de la sûreté nucléaire en France.

    PREMIÈRES MESURES POST-FUKUSHIMA
    Sur le front des grosses installations (centrales et usines), l’année a été marquée par la mise en œuvre des premières mesures post-Fukushima. Dès juin, des diesels mobiles supplémentaires – susceptibles de prendre le relais d’une alimentation électrique endommagée – devront ainsi être installés sur les sites nucléaires. Les discussions techniques sont en cours pour définir les futurs diesels entièrement « bunkerisés » qui devront être installés de manière définitive à proximité de chaque centrale. Par ailleurs, un groupe de travail pluraliste a été mis en place pour prendre en compte les facteurs humains et organisationnels en jeu en cas d’accident nucléaire.

    « Deux dossiers seront étudiés en priorité, précise à La Croix le président de l’ASN, Pierre-Franck Chevet. Le renouvellement des compétences, sachant que 40 % des agents EDF vont arriver à l’âge de la retraite dans les trois ou quatre ans qui viennent. Et la question des sous-traitants, qui est apparue cruciale lors de l’accident de Fukushima. » ….

    http://www.la-croix.com/Actualite/France/Surete-nucleaire-des-progres-restent-a-faire-2013-04-16-948595

    • margot
      17 avril 2013 at 19 h 05 min

      Demandez aux familles et copains des accidentés de Cattenom si tout va bien.
      Pour nous c’est clair, nous touchons le fond de plus en plus avec nos conditions de vie et de travail.

  5. Sylver
    15 avril 2013 at 23 h 35 min

    Votre environnement de travail nuit-il à votre santé ?

    Des facteurs environnementaux (qualité de l’air intérieur ou extérieur, qualité des eaux distribuées, pollutions des sols, radioactivité, bruit… ) peuvent avoir un rôle déterminant dans la survenue de nombreuses pathologies, telles que le cancer, les maladies cardio-vasculaires, l’asthme, les allergies ou les troubles neurologiques.

    Nous passons en moyenne 14 heures par jour à notre domicile. Nous évoluons dans un environnement que nous souhaitons confortable et agréable à vivre, mais l’air que nous y respirons est parfois chargé de particules potentiellement nocives pour la santé. Ainsi, notre intérieur est susceptible de provoquer allergies, irritations ou maladies des voies respiratoires, et intoxications.
    Si la Loi Grenelle 2 impose «une surveillance de la qualité de l’air Intérieur dans certains établissements recevant du public sensible», aucune réglementation n’encadre l’espace privé et aucune valeur limite n’a été définie concernant l’habitat.

    Des sources de pollution multiples

    La notion de qualité de l’air intérieur est …

    http://www.journaldunet.com/management/expert/53695/votre-environnement-de-travail-nuit-il-a-votre-sante.shtml

  6. Camélito
    15 avril 2013 at 23 h 27 min

    Les Brèves du CCE d’EDF SA

    ELECTRICITE

    Bruxelles a accepté les engagements proposés par l’électricien tchèque CEZ dont elle craignait qu’il ait abusé de sa position dominante en infraction avec les règles européennes. A la suite de l’ouverture de l’enquête de la Commission européenne, CEZ a proposé de céder entre 800 et 1 000 MW de sa capacité de production.

    Selon le journal The Japan Times, Tepco devrait réduire dès ce mois-ci ses approvisionnements en fioul pour ses centrales, et passer largement au charbon. Il entend ainsi réduire sa facture en combustible qui a explosée depuis la catastrophe de Fukushima et l’arrêt de toute sa production nucléaire.

    La CRE vient de lancer une consultation publique portant sur le schéma décennal de développement du réseau de transport d’électricité en France élaboré par RTE. La délibération de la Commission de régulation de l’énergie est prévue pour le mois de juillet.

    NUCLEAIRE

    Le réacteur n°1 de la centrale de Fessenheim a été mis à l’arrêt dans le nuit du 12 au 13 avril, donnant ainsi le coup d ‘envoi aux travaux de renforcement de la sûreté exigés par l’Autorité de sûreté nucléaire pour le prolongement de l’exploitation de la plus vieille centrale nucléaire de France.

    Le 11 avril, Tepco a révélé qu’une nouvelle fuite d’eau très radioactive s’était produite lors des opérations de pompage destinées à vider un réservoir souterrain défectueux.

    Lors d’une conférence sur les échanges commerciaux franco-saoudiens, le p-dg d’EDF, H. Proglio, a déclaré que le groupe pourrait être intéressé par une participation à un projet de réacteur nucléaire en Arabie Saoudite.

    Le Conseil d’Etat a rejeté les recours qui contestaient les réquisitions destinées à pallier les arrêts de travail dans 17 réacteurs déposé par plusieurs syndicats en 2009. Pour la plus haute juridiction administrative, EDF est bien fondé à réquisitionner des grévistes dans ses centrales nucléaires pour éviter les interruptions d’approvisionnement du pays en électricité.

    ENERGIE

    Le Conseil constitutionnel a estimé que la loi Brottes visant à instaurer un système de bonus-malus sur les consommations d’énergie de réseau « méconnaissait le principe d’égalité devant les charges publiques » et a en conséquence décidé de censurer cette loi.

    En Allemagne, Siemens va supprimer plus de 3000 postes dans sa division industrie. L’objectif est de dégager en 2014 une marge d’exploitation d’au moins 14 % dans ce segment, contre 12 % dernièrement.

  7. energiesel
    14 avril 2013 at 16 h 41 min

    Magnifique idée de monter à paris pour faire savoir se que les sous-traitants subissent dans le nucléaire. Je fais passer le message sur st laurent. Continuons à informer. Bravo pour l’idée.

  8. Le chevalier blanc
    13 avril 2013 at 12 h 58 min

    Bientôt la disparition des gardiens de SAS pendant les arrêts de tranche sur l’ensemble du parc nucléaire.
    En effet EDF prépare activement la mise en place d’un système caméra/badge en l’entrée des BR afin de réduire les coûts des prestations sous-traitées.
    Mise en place premier semestre 2015.

    Le site de Saint Laurent servira de cobaye dès le deuxième arrêt de tranche de cette année.

  9. Sylver
    13 avril 2013 at 12 h 08 min

    Nucléaire : EDF fondée à réquisitionner des grévistes
    http://www.lepoint.fr/societe/nucleaire-edf-fondee-a-requisitionner-des-grevistes-12-04-2013-1654469_23.php

    Le Point.fr – Publié le 12/04/2013 à 18:06

    La plus haute juridiction administrative a rejeté les recours qui contestaient les réquisitions destinées à pallier les arrêts de travail dans 17 réacteurs.

    Les dirigeants d’EDF sont fondés à limiter le droit de grève dans les centrales nucléaires lorsqu’il s’agit d’éviter l’interruption de l’approvisionnement du pays en électricité, a jugé vendredi le Conseil d’État, en référence aux réquisitions de salariés du nucléaire opérées par EDF lors d’un mouvement de grève en 2009.

    La plus haute juridiction administrative a rejeté les recours de plusieurs syndicats qui contestaient ces réquisitions intervenues alors que des arrêts de travail avaient retardé les opérations de maintenance et de renouvellement du combustible dans 17 des 58 réacteurs du parc nucléaire d’EDF en France.

    Atteinte au droit de grève proportionnée

    La production nucléaire avait été perturbée pendant plusieurs semaines au printemps 2009 par ce conflit sur les salaires et l’embauche de prestataires extérieurs surnommés les « nomades du nucléaire ». À la mi-juin, EDF avait décidé de réquisitionner, sous peine de sanctions disciplinaires, des salariés chargés de ces opérations de maintenance.

    Le Conseil d’État a jugé que l’atteinte au droit de grève était « proportionnée », dans la mesure où les réquisitions avaient pour objet « non de reprendre un fonctionnement normal du service, mais de répondre de la continuité des fonctions indispensables pour assurer la remise en service des réacteurs arrêtés et éviter des conséquences graves dans l’approvisionnement du pays en électricité ». Il a également considéré qu’EDF, « chargée d’une mission d’intérêt général répondant à un besoin essentiel du pays », était compétente pour décider de cette limitation du droit de grève qui ne relevait ni du préfet ni du ministère de l’Environnement.

  10. Benjamin
    13 avril 2013 at 11 h 26 min

    Les politiques et les grands syndicats refusent d’en parler au nom de la sauvegarde de l’image du nucléaire. Il est de notre devoir de faire savoir de faire connaître à tous, nos conditions de vie et de travail. l’opération escargot venant d’un max de sites nucléaires me semble la bonne méthode. Il faut bien coordonner l’arrivée sur paris afin de créer la surprise dans la capitale. Courage à toutes et tous.
    je travail sur Paluel et je vais faire passer le message. A très bientôt.

  11. Sylver
    11 avril 2013 at 22 h 19 min

    Tepco: «La situation à Fukushima est grave»

    «Nous reconnaissons que c’est une situation grave. Nous avons mis en place une cellule de crise pour traiter ce problème», a indiqué Naomi Hirose lors d’une conférence de presse dans le centre de rassemblement des ouvriers, J-Village, à une vingtaine de kilomètres du complexe atomique.

    «Nous allons faire en sorte de retirer toute l’eau des réservoirs souterrains», a-t-il expliqué, précisant qu’il espérait que cette opération serait achevée d’ici…

    http://www.lematin.ch/monde/asie-oceanie/Tepco-La-situation-a-Fukushima-est-grave/story/13589986

  12. ISA 57
    11 avril 2013 at 19 h 24 min

    Ici,sur PENLY, c’est pas gagné, mais l’idée fait son chemin pour l’opération escargot. On commence à parler entre nous. Moi, je suis ok, d’autres aussi. l’idée est bien et on peut faire mouche.

    • Sylver
      11 avril 2013 at 20 h 17 min

      t’as raison, cette dynamique n’est pas gagnée dans nos têtes, alors que ça reste plus que atteignable par tous avec des frais réduits pour chacun d’entre nous, puisque pouvant être partagés par trois ou quatre occupants de chaque véhicule. pas de grève, donc pas de perte de journée de travail et cela peut créer un grand boum dans la presse.

      • vivre
        11 avril 2013 at 21 h 51 min

        Tout ça est une question de volonté.

        • BOB
          11 avril 2013 at 22 h 01 min

          Tu dois, donc tu peux. Une volonté libre et une volonté soumise à des lois morales sont une seule et même chose.

          • GEO
            12 avril 2013 at 0 h 06 min

            Je commence à comprendre la démarche. Je vais parler sur le site de Golfech de l’opération escargot. ça me plaît, même si ça fait loin pour nous. Arrêtons de chialer, agissons ensemble. Tous ensemble

  13. benoit
    11 avril 2013 at 0 h 28 min

    l’idée de l’oppération escargot nous semble la bonne pour leur faire le cul.

    nous’ on va en parler sur st alban.

    merci pour l’info.

    que font les autres sites? Il faut leur mettre le feu.

    trois ou quatre par voiture réduira les frais. Pas d’excuses bidon

    • daniel
      12 avril 2013 at 16 h 23 min

      oui pas de banderole syndical ou partie derrière le convoi,

      une seul banderole
      le site ma zone contrôlé va mal.

  14. 10 avril 2013 at 19 h 54 min

    Soutient à collègues de la BUA 😉

    Depuis bientôt 2 semaines la quasi totalité des salariés STMI/BUA de la section UTM (décontaminations lourdes et chimiques sur rgv,rcv,rra et piscines bk/br, exploitation machine mercure…) sont en grève….

    Notre prochain article chers visiteurs sera FORT d’information à savoir sur :
    qui fait quoi (CEA / AREVA / EDF)
    comment
    avec qui ….
    à suivre ici
    🙂

  15. ZE
    9 avril 2013 at 21 h 00 min

    C’est fait, l’ANI est passé sans que l’on se bouge le cul dans le nucléaire, enfin, pas assez.

    Les emmerdes vont continuer pour les uns, commencer pour tous les autres.

    Les voyages miséreux de site en site seront monnaie courante pour tous les salariés sans pouvoir dire NON. Alors que les patrons étaient frileux pour insister, les clauses de mobilité géographique étant reconnues illégales par les tribunaux jusqu’à ce jour, à partir d’aujourd’hui, elles seront écrites dans le marbre et deviendront une arme redoutable pour tout faire avaler aux salariés. Dire NON est égal au licenciement sur le champ et sans équivoque.

    Ce que nous avons connu dans le nucléaire, n’est rien par rapport à ce qu’ils vont nous imposer.

    N’oublions pas que le grand carénage va commencer où chaque site va multiplier par cinq les opérations de maintenance pendant chaque arrêt de tranche concerné.

    Pensez-vous pouvoir passer au travers des grands déplacements avec vos voitures personnelles ?

    Pensez-vous continuer à dire bonsoir à vos familles tous les soirs ?

    On va connaitre la vie de nomade sans modération parce que nous vivons par procuration « l’ANI c’est de la merde ! mais les autres ne vont pas se laisser faire, ils iront manifester pendant que moi, je vais bien me faire bien voir auprès de mon patron chéri ».

    Non, nous allons (toutes et tous) connaitre la foudre des patrons voyous du nucléaire avec des conditions de vie et de travail dignes d’un autre temps.

    Alors, l’idée soumise par certains me plaît énormément « la montée à paris en opération escargot » pour dire à la France entière qu’ils nous traitent comme des esclaves dans les centrales nucléaires du fric.

    Départs de tous les sites avec un point de rencontre sur paris dans un endroit stratégique.

    Des banderoles sur toutes les voitures avec les noms de nos boites retraçant notre condition.

    Distribution de tracts pour dénoncer notre histoire.

    Musique diffusée dans les parcours

    Pique-niques stratégiques avec point presse tout au long du voyage,ETC, ETC.

    Toutes les idées sont les biens venues.

    Acceptons de perdre deux jours de notre vie pour mieux la gagner.

    Les voyages pourraient se faire avec nos familles, histoire de visiter la capitale et les locaux de ceux qu’ont mis cette politique d’oppression dans l’industrie nucléaire.

    Bien entendu, pas de récupération politique ou syndicale.

    Tous ceux (syndicats, partis politiques,…) qui voudraient en faire partie avec une étiquette, doivent auparavant obtenir une déclaration devant la presse avec un discours clair et sans ambiguïté sur l’avenir des sous-traitants du nucléaire.

    Réfléchissons ensemble, nous avons les moyens de le réaliser avant qu’il soit trop tard.

    • 10 avril 2013 at 0 h 28 min

      le champs de MARS SOUS LA TENTE?

      EST-CE QU’ON NE NOUS DOIT PAS DANS TOUTES LES GRANDE VILLES UN EMPLACEMENT POUR LES NOMADES?

  16. Gus
    9 avril 2013 at 18 h 04 min

    « La publication de leur patrimoine par les politiques est une mascarade »

    Francetv info : Que vous inspire la publication de leur patrimoine par certains responsables politiques ?

    Monique Pinçon-Charlot : C’est une mascarade. Les hommes politiques jouent la transparence individuelle, mais ce n’est pas ce qu’on leur demande. Cette stratégie de communication leur permet de cacher le problème de la responsabilité collective de la classe politique. Ce qu’il faut, c’est un arsenal législatif qui empêche les politiques de s’accaparer le bien commun : une loi d’embargo sur les paradis fiscaux et des moyens pour lutter contre la fraude fiscale….

    http://www.francetvinfo.fr/la-publication-de-leur-patrimoine-par-les-politiques-est-une-mascarade_299355.html

  17. sun
    9 avril 2013 at 13 h 59 min

    L’Arrêté INB du 7 février 2012 entraîne des modifications importantes de la réglementation sur la sûreté nucléaire. Explications dans « La Revue de l’énergie » par W. Azan et B. Tochio (1er trimestre 2013).

    http://www.village-justice.com/articles/partage-tracabilite-savoir-faire-nucleaire,13367.html

  18. françois
    8 avril 2013 at 22 h 03 min

    Moi je propose une marche vers paris avec des banderoles dénonçant nous conditions de vie et de travail avec des relais entre les diverses entreprise du nucléaire (areva, edf, onet, spie, techmam, ….) et si vous êtes faignants, on peut faire une opération escargot en voiture avec distib de tracts tout le long du parcours.

    Il ne faut pas avoir peur de dénoncer tous les syndicats edf, areva, cea, … qui tout en faisant croire qu’ils nous aident, ils nous laissent crever sur place pour que les ouvriers à statut soient tranquilles et en bonne santé.

    C’est trop facile de dire que le nucléaire n’est pas nocif pour la santé quand on ne prend pas de dose !

    La merde est pour les sous-traitants, les autres, ils ont les …..

    • Victor
      8 avril 2013 at 22 h 15 min

      Pendant que les hommes (sous-traitants) crèvent après le travail dans le nucléaire, EDF s’achète 500 Porches électriques pour se donner une bonne image. Le pire c’est que ces bolides n’ont que 20kms d’autonomie. Tout est dans la vitrine mais il faut que les journalistes puissent venir voire notre misère dans le magasin social de l’industrie nucléaire.

      • Mado
        8 avril 2013 at 22 h 38 min

        Ça leurs fait des belles jambes aux salariés intérim décédés de Cattenom et à tous ceux qui souffrent dans le nucléaire.
        Les belles voitures pour l’image et du matériel HS pour nous au travail.
        Ils se foutent de notre gueule tous ces enfoirés. Tous pourris et dire que nous n’avons pas encore des c——-s pour leur faire face et leur dire « puisque vous avez de belles voitures, bouffez de la dose et des produits CMR vous aussi ».

        Je suis d’accord pour la balade à paris, on pourrait partir un vendredi pour y être un samedi soir ou dimanche matin.

    • BOURNAT
      21 avril 2013 at 15 h 28 min

      bonjour,
      J’en ai marre d’entendre ce genre de discours.
      Certaines organisations syndicales fond bien leur travail mais elles ne peuvent pas le faire à la place des salariés de la sous-traitance.
      Ce qui m’inquiète le plus ce sont tous ces jeunes qui ne prennent même pas les tracts sur l’ANI qui les concernent directement.
      Lors de la dernières action des salariés prestataire sur tous les sites de FRANCE seulement 9 se sont mis en grève sur le site du BUGEY et nous étions présents à leurs côtés.
      La réunion d’AMBERIEU EN BUGEY c’est bien la CGT du site du BUGEY qui s’est engagée pour que cette journée soit réussi et en dehors d’une grosse participation de CRUAS où étaient les salariés sous-traitants ?
      Arrêtez de cracher sur nous, venez dialoguer avec nous et essayons de comprendre pourquoi il y a si peu proportionnellement de salariés de la sous-traitance qui se rebellent et se mobilisent.

      • hollowman of ardeche
        21 avril 2013 at 16 h 45 min

        salut

        le constat que tu relates, je le vois tous les jours dans ma societe qui est sur plusieurs sites et l’on manque aussi de coordination et solidarité entre syndiqués et non syndiqués
        alors je leur ai proposé de faire un courrier à notre DRH en ecrivant qu’ils renoncent à tous les acquis sociaux et avantages gagnés par le sang versé des militant(e)s qui eux se sont battu(e)s durement contre le patronat
        ça a du faire mouche puisque certains ont reflechi en changeant leur fusil d’epaule
        mais ça ne reglera pas la mefiance que l’on peut ressentir, donc ne pas se laisser submerger par le comportement d’une minorité qui n’ont aucun gout à militer, donc les ignorer peut aider les autres à etre plus unis

        courage à toi, fraternellement

  19. 8 avril 2013 at 21 h 30 min

    La privatisation rampante de la Sécurité sociale

    Cela pourrait être une bonne nouvelle et d’ailleurs on va nous le faire croire mais c’est une décision politique dramatique qui enterre les acquis sociaux de l’après-guerre. Un formidable retour en arrière du temps où l’universalité des droits et l’égalité des citoyens étaient encore un idéal à atteindre.

    L’assemblée nationale vient de voter la généralisation obligatoire de la complémentaire santé pour tous les salariés. Bravo, très bien, les salariés vont être mieux couvert de leurs dépenses de santé… ??

    En réalité cela va entrainer :

    – le désengagement accéléré de la sécu

    – l’ouverture d’un vaste marché aux sociétés d’assurance (encore la finance) qui vont couvrir ces risques

    – une prise de contrôle des professionnels de santé par les assureurs

    – une prise de contrôle par les assureurs de ce qui l’est bon de soigner ou non et à quel coût

    – un pouvoir des employeurs sur leur salariés : selon l’entreprises la couverture ne sera pas la même

    – une inégalité grandissante entre ceux qui -salariés- auront divers degrés de couverture et ceux -non salariés- qui n’auront que la sécu de base (voire la CMU)

    – c’est à dire une organisation à l’américaine

    Et où est l’économie ?

    Les entreprises vont payer au moins a moitié de ces « nouvelles » cotisations et les salariés le reste tandis que les charges qui financent la sécu pourront continuer à baisser : bel affichage…

    Pour 1000€ versés au régime obligatoire de sécurité sociale combien reviennent aux patients ?
    Pour 1000 € versés à ces complémentaires combien reviendront aux patients ? aux actionnaires ? aux publicitaires ?

    Ah oui, c’est vrai les « mutuelles » n’ont pas d’actionnaires… mais pour combien de temps ? Et où passent les marge alors ? Bientôt on nous expliquera, au nom de l’harmonisation européenne et au nom de l’égalité entre assureur et mutuelles que ces dernières doivent changer de statut pour rejoindre les premiers.

    Tout se met en place

    L’exonération de charges sur les contrats individuels de protection sociale pour les TNS (Loi Madelin)

    Les complémentaires santé d’entreprise qui sont commercialisées au PME et TPE.

    Les profits records des assureurs et l’augmentation continue de leurs primes sont déjà en place (avec des dépenses en salaires et sponsoring hallucinant et non démocratiques)

    La fusion des complémentaires santé (assureurs ou mutuelles) est déjà engagée.

    La prise de contrôle des professionnels est déjà engagée (réseaux).

    La remise en question du libre-choix de son professionnel est déjà engagée (remboursement différencié).

    Autres dangers :

    Le risque de fusion des données de santé avec celles d’autres contrats d’assurance est réel.

    Le risque de ne pas être couverts lorsqu’on n’est plus salarié est réel.

    Le risque d’être moins bien couvert ou de payer beaucoup plus cher une fois en retraite est réel.

    Le risque d’être soigné selon ce que l’assureur décide est réel et existe déjà aux USA, cela s’appelle le Managed Care. En Suisse, une consultation démocratique nationale a rejeté cette évolution en 2012. En France les socialistes (de gauche ? ah bon) prolongent l’évolution d’un système sous la pression des assureurs.

    Alternative ?

    Pourquoi ne pas simplement obliger les entreprises et les salariés à cotiser plus à la sécurité sociale pour que celle-ci couvre mieux ??? Ca ne couterait pas plus cher aux entreprises et aux salariés, sauf à considérer que l’on est couvert selon sa cotisation et selon son risque, c’est à dire à segmenter et individualiser les cotisations et les prestations.

    Conclusion….

    http://blogs.mediapart.fr/blog/brice-j/050413/la-privatisation-rampante-de-la-securite-sociale

  20. Exploité Technique Mobile
    8 avril 2013 at 20 h 34 min

    Bonjour à tous.

    Depuis bientôt 2 semaines la quasi totalité des salariés STMI/BUA de la section UTM (décontaminations lourdes et chimiques sur rgv,rcv,rra et piscines bk/br, exploitation machine mercure…) sont en grève.

    Et ce pour les revendication suivantes :

    – sortie d’UTM de l’encadrement BUA/Amalis pour un retour à une gestion par notre entité juridique STMI.Le système actuel n’est qu’une mascarade ou la seule responsabilité des managers est le « business »,les aspect sociaux ( salaires, forfait déplacement…) étant gérés au bon vouloir d’administrateurs Areva.

    – Revalorisation des salaires de tous les salariés UTM.

    – Mise en place d’un plan de recrutement et de formation pour enfin travailler dans de bonnes conditions,c’est a dire la fin des semaines de 60/70 heures pour les chefs de chantier,les postes ou 2/3 du personnel n’est pas formé et toutes ces années ou les congés souhaités sont systématiquement refusés.

    – Indexation des IGD au barème ACOSS

    Sur toutes ces revendications la direction nous a signifiée qu’elle ne lâchera rien.
    Ça tombe bien nous non plus.

    • hollowman of ardeche
      8 avril 2013 at 20 h 48 min

      hello

      un petit mot d’encouragement pour votre combat qui ne devrait pas se solder par un echec de vos revendications…
      pour vous faire entendre, est-ce que les médias ont entendu votre cri d’alarme ?
      est-ce que d’autres sociétés sont prêtes à emboîter le pas, car certaines revendications sont communes surtout celles des déplacements ?

      faites plus de bruit, et surement l’echo sera entendu sur les sites
      courage les gars
      NE LACHEZ RIEN

      Les camarades , une petite chansonnette

      http://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=a7dxnTNOwZE

      bonne écoute

      • l'abeille sociale
        8 avril 2013 at 21 h 38 min

        Quand est-ce que ce bordel va enfin finir dans le nucléaire ?
        On bouffe de la dose, on fait des journées de 70h, on nous dégrade en fonction du vent, on nous prend comme des pour de la viande à REM, et en prime (pour gagner du temps de travail) les négriers de cette industrie vont supprimer le seul contrôle qui prend garde à notre vie, anthropogammamétrie.

        Transparence ! Avez-vous dit ? Quelle transparence ?

        Celle des voyous qui prennent de telles décisions au détriment de notre santé.
        Bouffez de l’alpha, du beta et du gamma sans parler des autre radioéléments, c’est bon pour la santé ! De toute façon si vous crevez, ce n’est pas grave pour les patrons, puisque on ne saura jamais dans quelle entreprise vous aurez bouffé cette putain de contamination qu’a déjà tué pal mal d’entre nous.

        Mes chers amis, si nous ne nous réveillons pas, si nous ne réagissons pas assez vite, si nous attendons que ce soit « l’autre » qui bouge, nous allons tous crever, les uns après les autres.

        • 8 avril 2013 at 21 h 54 min

          Salut l’abeille merci pour ton commentaire

          Il compte supprimer l’anthropogammamétrie afin d’augmenter le temps métal….quelle bande d’e……r

          Le nucléaire est donc de ce fait : sans danger pour la santé des salariés

          Résistons , ne lâchons rien , après il sera trop tard !

        • hollowman of ardeche
          8 avril 2013 at 22 h 05 min

          j’ai aussi parlé de la configuration EVEREST « la bonne tenue au bon moment »

          il y a deux sites : CATTENOM et GOLFECH pour l’instant mais surement le programme « NUCLEAIRE PROPRE » sera appliqué à tous les autres sites
          et quoi apres on ira tous en zone en tong et bermuda, blague à part, ça craint, on va nous retirer le film passif et le dosi si ça continue et dans 20 ou 30 ans on se retrouvera dans les couloirs des hôpitaux pour cancéreux en fin de vie, alors là pas d’accord !

          courage à toutes et tous

          a bientot
          fraternellement

      • cestlaluttefinale
        9 avril 2013 at 19 h 07 min

        Je pense que pour médiatiser votre mouvement, il faudrait que l’administrateur du site fasse remonter ce post et le place là ou ça va bien…
        Bon courage,

        • Sylver
          9 avril 2013 at 20 h 11 min

          C’est à dire? le remonter où? et quoi?

          • cestlaluttefinale
            10 avril 2013 at 11 h 16 min

            le post d’utm : Depuis bientôt 2 semaines la quasi totalité des salariés STMI/BUA de la section UTM (décontaminations lourdes et chimiques sur rgv,rcv,rra et piscines bk/br, exploitation machine mercure…) sont en grève….

  21. 8 avril 2013 at 18 h 43 min

    Le cahier des charges social applicable au 01/01/2013

    Appréciations* de militants CGT de la sous-traitance du nucléaire sur la version 14 (quasi-définitive) du projet du « cahier des charges social ». *En italique et en rouge.

    Appréciation CHSCT CGT EDF en italique et en vert.

    CAHIER DES CHARGES SOCIAL APPLICABLE AUX PRESTATIONS DE SERVICES ET DE TRAVAUX REALISEES SUR UNE INSTALLATION NUCLÉAIRE DE BASE EN FRANCE

    Extrait Page 17 :
    ARTICLE 8 – CONDITIONS DE TRAVAIL ET CONDITIONS DE SÉJOUR AUTOUR DES SITES
    NUCLÉAIRES
     Logement et restauration :
    L’Entreprise Prestataire s’engage à ce que ses salariés en « grand déplacement » (définition de la Convention collective ou d’un accord d’entreprise) bénéficient d’indemnités leur permettant de passer la nuit dans des conditions normales et décentes d’hygiène et de confort (hôtel 1* ou 2*), seul, avec petit-déjeuner, quels que soient la période et le lieu géographique, et de prendre deux repas conformes au standard de la restauration collective d’entreprise (entrée, plat, dessert, boisson).

    ici : http://www.ma-zone-controlee.com/wp-content/uploads/2012/09/CAHIER-DES-CHARGES-SOCIAL1.pdf

  22. 7 avril 2013 at 18 h 32 min

    Le Parti Socialiste est-il un parti sain ?

    Difficile, pour ouvrir ce blog, de ne pas commencer par un article sur ce qui l’a initié.

    Il y a quelques jours, au lendemain de l’intervention de Gérard Filoche sur LCI, j’ai publié un article sur Agoravox et sur FB. J’ai alors essuyé une volée de bois vert dans laquelle sont passées les accusations de sectaire, d’archi-sectaire (ouille!), de fasciste, d’hitlérien, d’archi-nul (aïe!), paranoïaque, extrémiste, … Et les réactions négatives venaient de tous les côtés, gauche et droite confondues, la moins virulente étant peut-être celle de Gérard Filoche lui-même !…

    Tu as peut-être raison… quand je vois le nombre de gens qui ont apprécié ta prestation, même proches de moi, et qui n’ont vu que ta pantomime sans vraiment écouter tes mots ! Pourtant tout était dit …

    En cautionnant le PS de cette façon et en prétendant qu’il lui suffirait d’une saignée pour faire disparaître la gangrène et lui redonner sa santé, tu en accélères le déclin. Je pourrais presque t’en remercier, si l’illusion n’avait pas emporté autant de monde.

    Toi-même tu avoues regretter que ta vidéo sur LCI soit beaucoup plus vue que celle sur l’ANI. Quand le scandale et le spectacle l’emporte sur les revendications, effectivement ça devient contre-productif.

    Il reste bien une hypothèse… Peut-être as-tu voulu dire que « le PS est un parti saint » ? Mais alors là… là alors… je sais plus là… je sais plus…

    Et toi, sais-tu ce que tu feras si Hollande te propose un ministère ? Tu iras ? Nous, côté FDG on dit non, sûrement pas ! Mais comment être membre de la direction du parti au pouvoir et refuser une place au gouvernement ? Et comment accepter une place dans un gouvernement social-libéral comme celui-là quand on défend les valeurs que tu défends ?

    On le saura peut-être bientôt… ? Mais si tu entres au gouvernement Gérard, promis, j’arrête de te tutoyer.

    http://didierpg26.wordpress.com/2013/04/07/le-parti-socialiste-est-il-un-parti-sain/

  23. Bon pied bon oeil
    7 avril 2013 at 16 h 45 min

    Extrait cahier d’acteur sur la transition énergétique : :

    Ces cahiers d’acteurs sont un moyen pour les différentes parties prenantes du conseil (associations environnementales, syndicats, employeurs, parlementaires…) d’expliciter leur position et de faire des propositions.

    Confédération générale du travail (CGT)

    L’énergie est un bien commun…

    La CGT défend la constitution d’un pôle public de l’énergie, structure juridique et administrative indépendante visant à renforcer la mise en cohérence du secteur.
    Attribuer des pouvoirs réels aux élus, aux salariés et aux citoyens permettrait de renforcer la maîtrise publique sur tout le champ de l’énergie, grâce à la démocratisation des processus de décision au sein des entreprises, placées dans un cadre législatif contraint quel que soit leur type de propriété et aller vers des nationalisations nouvelles.
    C’est une réponse efficace aux exigences légitimes de transparence, d’amélioration de se droits sociaux et de développement durable qui s’expriment aujourd’hui….

    Confédération française démocratique du travail (CFDT)

    Pour une transition énergétique porteuse d’avenir, écologique et équitable !

    La CFDT soutient l’ambition d’une transition énergétique qui s’inscrit dans la perspective d’un nouveau modèle de développement durable, écologique et équitable.
    Elle souhaite que les politiques économiques et industrielles s’inscrivent dans une cohérence globale pour de nouveaux modes de production, de consommation et de vie.
    La cohésion et la justice sociales et des conditions de vie et de travail de qualité doivent être au cœur des choix stratégiques et des transitions souhaitées. Les salariés et nos concitoyens doivent y voir de nouvelles perspectives de prospérité et de bonheur….

    Denis Baupin, député de Paris, Yves Cochet, eurodéputé et Ronan Dantec, sénateur de Loire-Atlantique (EE-LV)

    Faire le choix de la robustesse environnementale, sociale, économique

    Il est possible de sortir du nucléaire progressivement en 20 ans, en respectant nos engagements climatiques. Comme le prévoit l’accord « 2012-2017 » entre socialistes et écologistes, une première étape passe par la réduction d’un tiers de la puissance nucléaire par la fermeture de 24 réacteurs d’ici 2025, la reconversion à emploi constant du retraitement et du MOX, une stratégie de reconversion et d’aménagement des territoires concernés par la fermeture des installations.
    Les salariés ne peuvent être la variable d’ajustement de la transition énergétique : la sécurisation des parcours professionnels, la formation et la reconversion doivent être au cœur d’une transition énergétique socialement acceptable….

    Patrice Carvalho, député de l’Oise, maire de Thourotte (PCF)

    Dix principes pour une transition énergétique réussie

    Un nucléaire sécurisé, 100% public, dans un mix énergétique rééquilibré
    La croissance à venir des besoins, l’impératif de la lutte contre le réchauffement climatique et les capacités réelles de montée en charge de nouvelles énergies renouvelables nous conduisent à considérer que la présence du nucléaire civil dans le mix énergétique restera nécessaire et qu’il est une garantie de maîtrise de la facture énergétique des Français….

    La poursuite du nucléaire impose de nouvelles exigences.

    La première est la totale maîtrise publique des installations. Le PCF estime de plus que la question essentielle immédiate qui se pose en matière de nucléaire civil est celle d’une élévation décisive, nationale et internationale, des garanties de sûreté nucléaire. Notre pays dispose en la matière (recherche, technologies et structures indépendantes de contrôle de l’ASN et de l’IRSN) de moyens avancés. Il doit les conforter et les développer.

    L’intégration de la sous-traitance, la protection et les droits des personnels doivent redevenir des priorités, contre la recherche actuelle d’économies sur la sécurité….

    Confédération française de l’encadrement – Confédération générale des cadres (CFE-CGC)

    Cap sur une transition énergétique socialement et industriellement responsable

    La CFE-CGC est convaincue qu’une politique énergétique cohérente doit s’appuyer sur les forces du tissu industriel, les compétences, l’engagement et le savoir-faire des salariés pour propulser les industries française et européenne à l’avant-garde de la transition énergétique (TE).
    Elles doivent être capables d’innover pour garantir l’accès à l’énergie pour tous, conquérir de nouveaux marchés, conserver nos emplois, et contribuer à notre indépendance énergétique.
    Ce faisant, la France doit pouvoir continuer à bénéficier du formidable avantage que constitue son système énergétique au service de sa compétitivité….

    https://www.fournisseur-energie.com/debat-national-transition-energetique/

    • 7 avril 2013 at 17 h 29 min

      Finalement , il ne manque que nous dans ce grand débat !
      Qui mieux que nous , peut parler de nos conditions de travail et de vie ? Qui ?

      Les sous-traitants du nucléaire bientôt dans ce débat ?

      CHICHE ! 😉

  24. GERARD
    7 avril 2013 at 15 h 26 min

    Je suis socialiste et encarté à la CFDT et comme Gérard Filoche j’ai les boules avec la négo de cet accord avec le medef ;

    Une interview de Gérard Filoche sur ITV

    Pourquoi l’ANI ne doit pas être transposé dans une loi

    Gérard Filoche, retraité après 30 ans d’inspection du travail, membre du Bureau national du PS, décrypte et part en guerre contre l’accord national interprofessionnel (ANI) signé par le Medef et 3 syndicats minoritaires – qui devrait être transposé en loi au Parlement en avril 2013 : « L’ANI ne fera pas un seul emploi de plus, pas un chômeur ni un précaire de moins. »

    ITV : Est-ce un bon accord comme le dit le gouvernement qui désire le faire voter en l’état ?

    G.F. : Cet ANI est un revers pour les salariés, le Medef a obtenu ce qu’il voulait.

    ITV : Cet accord en l’état peut-il être transformé en loi par le Parlement ?

    G.F. Délicat de transformer un accord minoritaire… en loi majoritaire. Faire cela, pour le gouvernement, c’est aller dans le mur. Ce n’est pas au Medef de faire la loi. Ni aux trois syndicats qui ont signé car, en 2013, la loi exige une représentativité de 50 % des voix des salariés sinon un accord de ce type n’est pas valable. C’est le cas.

    ITV : Nous allons décortiquer cet accord point par point….

    http://www.cgt.fr/Pourquoi-l-ANI-ne-doit-pas-etre.html

    • Gus
      7 avril 2013 at 17 h 36 min

      ANI: l’Assemblée adopte les accords de compétitivité emploi

      Le chantage à l’emploi gravé dans le marbre de la loi. Les députés ont voté dans la nuit de samedi à dimanche l’une des mesures phare du projet de loi sur l’emploi celle qui encadre les accords de maintien dans l’emploi « en cas de graves difficultés conjoncturelles« , autrement appelés accords de compétitivité emploi sous Nicolas Sarkozy.

      La discussion s’est entamée samedi à minuit et demi et s’est faite dans une atmosphère apaisée, qui prévaut d’ailleurs depuis le début des débats mardi. André Chassaigne, président des députés Front de Gauche (FG) a dénoncé « une mesure promue par Nicolas Sarkozy sous le nom d’accord compétitivité emploi et alors combattue par le Parti socialiste ». Pour lui, elle va permettre « un chantage patronal généralisé ». « Les travailleurs d’aujourd’hui seront les précaires de demain », a renchéri Jean-Jacques Candelier (PCF)…

      Jérôme Guedj (PS) a dit clairement qu’il n’« aimait pas ces accords » et qu’il souhaitait en définitive qu’ils soient « très peu appliqués ». « Ils mettent le pied dans la porte, mais dans le mauvais sens », a-t-il critiqué, seule voix au PS à faire entendre son « scepticisme » dans un hémicycle très dégarni….

      http://www.humanite.fr/social-eco/ani-lassemblee-adopte-les-accords-de-competitivite-519594

  25. webmaster MZC
    6 avril 2013 at 19 h 19 min

    ARRÊTS DE TRANCHE

    LA MAINTENANCE POUR ASSURER LA SÛRETÉ ET LA DISPONIBILITÉ DES CENTRALES NUCLÉAIRES

    mars 2013

    NOTE D’INFORMATION

    Depuis le 1er janvier 2013, EDF a intégré à tous ses appels d’offres, pour des prestations de services et de travaux dans les centrales nucléaires, un cahier des charges social permettant de mieux encadrer les conditions d’intervention des salariés des entreprises prestataires…

    http://energie.edf.com/fichiers/fckeditor/Commun/En_Direct_Centrales/Nucleaire/General/Publications/Note%20arrets%20de%20tranche%202013.pdf

    Vous percevez combien lorsque vous êtes en déplacement ?
    Applicable depuis le 01/2013
    à première vue donc , celui-ci devrait avoisiner 90€ par jour ,
    1 chambre d’hôtel ** 60€ (la nuit) + deux x 15€ (repas) …
    ouais à minima 90€ !

    Question chers collègues visiteurs :
    Votre entreprise l’applique ou pas aujourd’hui ?
    Vous voulez un dessin les copains ?

    • hollowman of ardeche
      6 avril 2013 at 20 h 06 min

      hello
      chez nous, cette « prime » n’est pas appliquée et ni applicable, nous avons une grille de déplacement fractionnée et de toutes façons cette somme est insuffisante, il manque un paramètre, la plupart de nous roulons avec notre voiture perso…c’est important de le signaler !!!!
      ça fait quelques semaines que des NAO ont lieu chez nous, c’est la lutte entre les organisations syndicales et le patronat… ON NE LÂCHE RIEN

      souhaite courage à tous les collègues qui triment sur les sites dans des conditions salariales qui pourraient être meilleures pour un mieux-vivre et mieux supporter ce sacrifice

      fraternellement

      • 6 avril 2013 at 20 h 20 min

        Salut hollowman of ardeche , merci pour ton commentaire

        Il me semble que dans le cahier des charges sociales il est précisé qu’un salarié en déplacement doit disposer d’un véhicule d’entreprise ou de la mise à disposition d’une voiture de location …
        ( fait intervenir tes représentants du personnels à ce sujet …et tiens-nous au jus STP )

        @+ On lâche rien

        • hollowman of ardeche
          6 avril 2013 at 20 h 36 min

          oui,sans souci
          et que mon intervention en declenche d’autres

          oui NE RIEN LÂCHER COÛTE QUE COÛTE

          à bientôt

    • Gilles PNS
      7 avril 2013 at 10 h 30 min

      Salut , à Polinorsud c’est 72€

      Gégé-Cyril et tous les autres vous devez passer à l’action !

      Par avance merci de poser la question à notre direction afin d’avoir une réponse écrite de leur part !

      Un rétroactif pour tous les salariés lésés depuis le début l’année serait une très bonne choses.

      Une action en justice pour faire valoir nos droits est donc plus qu’envisageable .
      ( Ce mépris n’a que trop durée )

  26. sentinelle26/07
    6 avril 2013 at 13 h 12 min

    Centrale nucléaire : le directeur fait le point sur le grand carénage

    Nogent-sur-Seine- Le grand programme de rénovation de la centrale, dont la durée de vie doit être prolongée au-delà de 40 ans, s’étendra entre 2018 et 2022….

    « Un défi humain »

    Et le directeur de préciser qu’au vu de ces travaux importants, les arrêts de tranche nécessiteront une venue accrue de prestataires extérieurs : jusqu’à 2 500, voire 3 000 personnes à chaque fois.
    À noter aussi qu’un bâtiment capable de contenir huit générateurs de vapeur sera construit pour recevoir les nouveaux générateurs et y entreposer les anciens une fois démontés. « On a prévu de les stocker plusieurs années. C’est colossal », a-t-il ajouté, avant d’évoquer la possibilité d’une modification du périmètre de l’INB (installation nucléaire de base) si ce bâtiment ne peut être construit dans le périmètre actuel.

    Répondant à une question d’un délégué syndical CFDT sur « le défi humain » que toutes ces opérations vont entraîner, Hervé Maillart a réaffirmé tout le travail qui était fait au niveau du recrutement et des formations des opérateurs. Surtout qu’EDF est actuellement à un tournant avec une grande partie de ses agents qui partent à la retraite et qui sont remplacés par des jeunes : « On va continuer à travailler sur les compétences. »
    Gérard Ancelin, président de la CLI, a ajouté que cette période à venir rappellera celle de la « construction de la centrale » : « C’est une belle activité en prévision pour Nogent. »….

    http://www.lest-eclair.fr/article/a-la-une/centrale-nucleaire-le-directeur-fait-le-point-sur-le-grand-carenage

  27. Bon pied bon oeil
    6 avril 2013 at 10 h 17 min

    Le gouvernement pourrait céder ses participations dans certaines entreprises

    EDF, un « choix évident » ?

    « Nous n’excluons pas ce genre d’initiative mais nous ne voulons pas perdre nos moyens d’influence sur les entreprises », a expliqué le ministre. Arnaud Montebourg n’a toutefois pas précisé quelles sociétés pourraient être concernées. D’après une source gouvernementale interrogée par le Wall Street Journal, Electricité de France, dont l’Etat détient 84,44% du capital, serait « un choix évident »….

    http://www.boursier.com/actualites/economie/le-gouvernement-pourrait-ceder-ses-participations-dans-certaines-entreprises-19285.html?sitemap

    De l’eau contaminée fuit de la centrale nucléaire de Fukushima

    Jusqu’à 120 tonnes d’eau radioactive pourraient avoir fui d’un réservoir de la centrale nucléaire de Fukushima, au Japon, et contaminé les sols environnants, a annoncé samedi l’opérateur du site, Tokyo Electric Power (Tepco).

    La compagnie électrique n’a pas encore déterminé la cause de cette fuite, découverte sur l’un des sept réservoirs stockant l’eau utilisée pour refroidir les réacteurs de la centrale fortement endommagée par un séisme et un tsunami en mars 2011….

    Elle a annoncé vendredi que le système de refroidissement de la piscine d’entreposage de barres de combustible s’était arrêté pendant environ trois heures sur le réacteur n°3. Il s’agissait de la deuxième panne en trois semaines dans le système de circulation de l’eau de mer utilisée pour refroidir le combustible usagé….

    http://www.lepoint.fr/fil-info-reuters/de-l-eau-contaminee-fuit-de-la-centrale-nucleaire-de-fukushima-06-04-2013-1650902_240.php

    Usine d’enrichissement de l’uranium Georges Besse 2, l’envers du décor

    Vendredi dernier, l’usine d’enrichissement d’uranium Georges Besse 2 (GB2) était inaugurée en grande pompe. La CFDT dans un tract a tenu à montrer la face cachée de l’usine, on peut lire :

    – dès la conception, rien n’est adapté pour travailler en sécurité ni être performant,

    – nos dirigeants ne se soucient que de la communication, ils font l’impasse sur la fiabilité de l’usine, sur le dos des salariés. Sur des points essentiels (vestiaires, sanitaires, locaux de travail) la SET ne parvient pas à mettre en place des installations décentes.

    – les salariés en ont assez de courir après le matériel pour faire leur travail ou simplement d’attendre une intervention nécessaire de la maintenance pour débloquer les situations et mener à bien les gestes d’exploitation.

    – le malaise s’installe à SET, dernièrement le CHSCT a quitté la séance du 21/03/2013, en déclarant son intention de plus assister aux réunions CHSCT tant que les sujets en attente depuis plusieurs années ne feront pas l’objet d’un état d’avancement acceptable par les élus du CHSCT.

    – une usine, ce n’est pas qu’un procédé ; c’est aussi des utilités, de la manutention, de la maintenance, des outils et des équipements d’exploitation et aussi et avant tout des hommes et des femmes.

    http://ulcfdttricastin.hautetfort.com/archive/2013/04/05/usine-d-enrichissement-de-l-uranium-georges-besse-2-l-envers.html

    • Bref !!!
      6 avril 2013 at 20 h 28 min

      La Commission européenne oblige les pays touchés par la crise à privatiser l’eau

      La Commission européenne promeut délibérément la privatisation des services de l’eau comme l’une des conditions imposées dans le cadre des plans de sauvetage, a-t-elle reconnu dans une lettre adressée aux groupes de la société civile. La direction du commissaire européen Olli Rehn a répondu aux questions posées dans une lettre ouverte, écrite par des organisations de la société civile, concernant le rôle joué par la Commission quant à l’obligation de privatisation imposée par la Troïka à la Grèce, au Portugal et dans d’autres pays.

      Aujourd’hui, dans une deuxième lettre au commissaire Rehn, les organisations exigent qu’il « s’abstienne dorénavant de toute pression imposant des conditions de privatisation de l’eau »….

      http://actuwiki.fr/eco/1154

  28. 5 avril 2013 at 20 h 43 min

    La (réversible) agonie du syndicalisme français

    Le syndicalisme n’occupe plus une grande place dans la vie publique française. Il faut un événement véritablement exceptionnel pour que l’on s’intéresse à lui. Et encore, pas longtemps !

    C’est peu dire que le syndicalisme n’occupe plus une grande place dans la vie publique française. Il faut un événement véritablement exceptionnel, comme le 50e congrès de la CGT, à Toulouse, qui s’est clos le 22 mars dernier, pour que l’on s’intéresse à lui. Et encore, pas longtemps !
    Comme on subodore que les principales confédérations sont en piteux état, l’effet de curiosité se dissipe rapidement. Pourquoi faudrait-il s’attarder sur Bernard Thibault qui tire sa révérence, ou sur Thierry Lepaon qui va lui succéder, puisque, sur le fond, chacun sait pertinemment à quoi s’en tenir ? Le lent et irrémédiable déclin du syndicalisme va se poursuivre…

    Il n’empêche ! Cette agonie – que la droite comme la gauche disent déplorer mais à laquelle elles contribuent activement – est l’un des rouages majeurs de la crise démocratique française. Une crise qu’il serait opportun de scruter d’un peu plus près et qu’il serait urgent d’enrayer…

    http://www.marianne.net/La-reversible-agonie-du-syndicalisme-francais_a227658.html

  29. hollowman of ardeche
    5 avril 2013 at 8 h 12 min

    hello les camarades

    je reprends le titre:
    « jusqu’ici tout va bien »
    peut-etre parce qu’on le veut bien et heureusement que certain(e)s d’entre nous ont enlevé leurs oeilleres pour mieux voir les anomalies, les ereurs, pire les fautes du client ou du donneur d’ordre qui se trouve etre votre patron
    j’en viens à mon inquietude, sur Cattenom, non ce n’est pas le sujet (l’accident mortel), mais sur un point fort de chocolat qui est ce scandale sanitaire à venir, appelé EVEREST
    question, combien d’entre vous trouve cette situation coherente avec le fait que nous indique des zones de nucleaire « propre »…celà ne choque personne, parce que là les gars…REVEIL???
    ON NE SE RECHANGE PLUS, et dans quelque mois nous irons en zone sans DOSIMETRE NI FILM PASSIF et cette tenue sera surement etendue à d’autres sites
    QUE RECHERCHE EDF DANS CETTE VOIE ???
    DES ECONOMIES,SUREMENT ET SUR LA SANTE DE QUI ?
    JE CONNAIS LA RÉPONSE…VOUS AUSSI ?

    nous avons des camarades qui sont ou qui seront malades tres gravement et je pense bien que personne ici ne veut l’etre à moins que…je vous laisse reflechir
    on se bat pour avoir un statut digne, de meilleures conditions de travail, un suivi medical qui ressemble à un suivi medical, etc…

    fraternellement

  30. viviane
    5 avril 2013 at 7 h 28 min

    On vous fait un dessin « ANI »

    Le travail de nuit en roumanie, ça va nous plaire!!!

    http://www.dailymotion.com/video/xyb8vc_on-vous-fait-un-dessin-ani_news

  31. christophe
    4 avril 2013 at 1 h 18 min

    URGENT!!!

    A écouter avant censure de ce reportage
    ou Eric parle de son cancer dans le milieu du nucléaire du fric.

    OUI, Eric a été remercié de sa déclaration de la maladie avec une « belle » lettre de licenciement.

    Merci EDF pour avoir eu un courage « édifiant » de laisser licencier avec une excuse bidon un salarié ayant contracté une maladie très grave.

    Rosalie Lafarge sur radio Le mouv
    http://www.lemouv.fr/diffusion-je-suis-un-nomade-du-nucleaire

  32. Gus
    3 avril 2013 at 18 h 09 min

    Ces salariés qui refusent d’exécuter leur travail

    Selon une étude de la Dares (ministère du Travail), 12% des salariés ont décidé d’interrompre ou de refuser une tâche pour préserver leur santé ou leur sécurité au travail…

    Surtout des ouvriers et dans le secteur de la production d’eau, gaz et électricité

    Ce droit de retrait du travail est fondé sur l’article L.4131-1 du Code du travail, introduit dans la 4e des « lois Auroux » du 23 décembre 1982. D’après l’étude, les situations des salariés qui déclarent avoir refusé ou interrompu une tâche sont assez diversifiées….

    http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20130403trib000757335/ces-salaries-qui-refusent-d-executer-leur-travail.html

    L’Allemagne n’est pas un réel exemple à suivre pour la France en matière de compétitivité

    Traditionnellement la France est comparée à l’Allemagne sur le plan de sa compétitivité et de son dynamisme économique. Pour Louis Gallois, l’exemple allemand n’est pas un si bon exemple qu’on pourrait le penser…

    la disparité a été plus notable dans les services où il n’existe pratiquement pas de conventions collectives ni de salaire minimum si bien que dans ce secteur 2 millions de salariés allemands sont payés moins de 4 euros de l’heure et 8 millions de salariés se situent en dessous du smic français, remarque Louis Gallois. Le bas niveau de salaires dans ce secteur a pour conséquence un taux de pauvreté en Allemagne de 16,1% contre 14,5% en France. Ce taux correspond à un revenu 60% en dessous du salaire médian qui est à peu près le même dans les deux pays….

    http://www.easybourse.com/bourse/international/article/25500/lallemagne-nest-pas-un-reel-exemple-a-suivre-pour-la-france-en-matiere-de-competitivite.html

  33. jean marc
    2 avril 2013 at 19 h 13 min

    Dans l’Humanité ce mardi, haro sur l’ANI

    Ce mardi après-midi s’ouvre, pour quatre jours et demi, l’examen du projet de loi qui transcrit l’accord national interprofessionnel (ANI). Le scénario rêvé par le gouvernement d’une adoption sans vague par les députés s’éloigne à mesure que des convergences se font jour à gauche pour amender sérieusement le texte.

    A lire

    http://www.humanite.fr/social-eco/dans-lhumanite-ce-mardi-haro-sur-lani-518721

  34. Gilles
    2 avril 2013 at 17 h 39 min

    Travail de nuit : soyons vigilants !

    Les conséquences du travail de nuit sont aussi variables selon les personnes. Les femmes enceintes ont plus besoin de dormir et le Code du travail prévoit qu’elles peuvent demander à passer en journée sans perte de salaire. Mais ily a aussi le cas des travailleurs âgés. En effet, les études(1) montrent non pas une accoutumance au travail de nuit au fil des ans, mais une intolérance croissante.
    Avec l’âge et la durée d’exposition, les capacités d’ajustement au travail de nuit diminuent : on dort moins la nuit, mais on ajoute des siestes en journée. Enfin, le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) a récemment classé le travail de nuit parmi les causes probables de cancer chez les infirmières, profession exposée de façon structurelle au travail de nuit.

    Le travail de nuit doit être adapté….

    http://www.secafi.com/fr/newsletter/travail-sante-securite-l11/dossier.html

  35. 1 avril 2013 at 20 h 17 min

    Nucléaire et l’ homme dans l’info…

    Des ouvriers du nucléaire sortent de l’ombre pour dresser un tableau inquiétant de leurs conditions de travail et de sécurité. Une enquête exemplaire.

    On les appelle les « jumpers », ils sont chargés d’entrer dans le générateur de vapeur pour obturer les tuyaux qui le relient au réacteur nucléaire. Séjour maximum autorisé : de 90 à 120 secondes, sous peine de surdosage radioactif ! Ils font partie de la masse des ouvriers intérimaires et sous-payés, chargés de maintenance dans les centrales nucléaires (décontamineurs, mécaniciens, contrôleurs…).

    Des travailleurs de l’ombre qui, avec ce film, sortent pour la première fois du silence pour dresser un tableau inquiétant d’un des fleurons de l’industrie européenne….

    Merci à La Mouche,MZC,AdH et à tous ceux que je n’oublie pas.

    http://blogs.mediapart.fr/blog/macbook/010413/nucleaire-et-l-homme-dans-linfo

  36. VICTOR
    1 avril 2013 at 19 h 35 min

    ET DIRE QUE LES SYNDICATS EDF SE CONTENTENT D’UN DISCOURT DE FACADE POUR ENDORMIR LES SALARIES SOUS-TRAITANTS ET LES CITOYENS!!!! LAMENTABLE LEUR SILENCE

    Dossiers du jour

    EDF une nouvelle fois mise en cause pour la gestion de ses sous-traitants

    http://www.franceinfo.fr/environnement/dossier-du-jour/edf-ses-problemes-de-sous-traitance-ses-nomades-du-nucleaire-891601-2013-02-13

  37. transparence
    1 avril 2013 at 19 h 21 min

    Nucléaire : le Parlement pointe les faiblesses française

    Mieux gérer la sous-traitance «préoccupante en terme de sûreté», assurer la transparence sur les coûts de la filière, améliorer la gestion de crise, telles sont les principales recommandations de la mission parlementaire Bataille-Sido sur l’après-Fukushima.

    Moins de quatre mois après la catastrophe de Fukushima, le député PS Christian Bataille et le sénateur UMP Bruno Sido ont présenté jeudi leur rapport d’étape sur la sécurité nucléaire. Si les deux rapporteurs, peu suspects d’hostilité à l’égard de l’atome civil, ont souligné «la grande rigueur du dispositif de la gestion de la sûreté nucléaire en France», ils en ont cependant pointé plusieurs faiblesses.

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2011/06/30/04016-20110630ARTFIG00583-nucleaire-le-parlement-pointe-les-faiblesses-francaises.php

  38. hollowman of ardeche
    31 mars 2013 at 18 h 23 min

    Dans la Manche, plus de radioactivité qu’à Fukushima ?

    http://www.bastamag.net/article3005.html

    NE PAS LAISSER CET ARTICLE SANS DIFFUSION
    MERCI

  39. bourricot 07
    31 mars 2013 at 12 h 56 min

    Pour l’intervention de Najette (CGT CNPE Cruas) au congrés, il faut préciser que celle ci a eu lieu le Mercredi 20 séance 4, minute 48, 17 à 52 !!!

    Sinon on galére a chercher sur toutes les séances!

    http://aful.cgt.fr/aful/stream/stream.php?whoami=XsHjj89aqklJ

  40. Didier
    30 mars 2013 at 19 h 43 min

    Faut-il fermer la centrale EDF du Tricastin ?

    Pour Greenpeace, la centrale nucléaire EDF du Tricastin est l’une des cinq centrales qui présentent un niveau de dangerosité qui justifie de la fermer en priorité. Cette nuit, les militants de Greenpeace ont rebaptisé les communes autour de la centrale du nom de « Fessenheim », en modifiant les panneaux d’entrée dans les villes.
    « La centrale de Tricastin fait partie comme Fessenheim des cinq centrales nucléaires à fermer en priorité selon un rapport publié le jeudi 28 mars », indique le porte-parole de Greenpeace Avignon, Guillaume Ferrari.

    Qu’en est-il réellement ?…

    http://www.mlactu.fr/article/nucl%C3%A9aire-faut-il-fermer-la-centrale-edf-du-tricastin/687#comment-3162

  41. Sylver
    30 mars 2013 at 15 h 20 min

    L’ANI est un accord entre le gouvernement et trois syndicats (CFDT, CFTC et CFE-CGC)

    Celui-ci identifiait 4 domaines : lutter contre la précarité sur le marché du travail ; progresser dans l’anticipation des évolutions de l’activité de l’emploi et des compétences ; améliorer les dispositifs de maintien dans l’emploi … dans …

    DE L’ELECTION DE FRANÇOIS HOLLANDE A L’ACCORD DU 11 JANVIER

    http://www.collectifsfp.cgt.fr

    • Bon pied bon oeil
      30 mars 2013 at 16 h 06 min

      L’ANI du 11 janvier est bel et bien majoritaire

      C’est une mauvaise nouvelle : plus les salariés sont maltraités, plus ils se ramollissent, se désintéressent et se désengagent.
      Au final, c’est eux-mêmes qu’ils trahissent, à la grande joie du Medef…

      Outre préférer des syndicats qui vont les trahir, les salariés négligeront de combattre cet «ANI qui leur veut du mal» (écouter Gérard Filoche ci-dessous). Ils ne seront que quelques lucides/courageux à manifester le 9 avril prochain contre cette réforme, la plus régressive depuis l’après-guerre et qui sera adoptée avec zèle par un gouvernement « socialiste » — comble de la traîtrise.

      Quand on se désintéresse de la politique, les politiques, eux, continuent de s’occuper de vous. Quand on se désintéresse du syndicalisme, le patronat, lui, est à la fête. Nous aurons le sort que nous méritons…

      http://www.actuchomage.org/2013032924862/Social-economie-et-politique/lani-du-11-janvier-est-bel-et-bien-majoritaire.html#.UVb7_cm2-yI.facebook

  42. Misére
    30 mars 2013 at 14 h 34 min

    Le dimanche 6 mai 2012, François Hollande était élu Président de la République.

    Les salariés, retraités et demandeurs d’emplois, par leur engagement lucide et déterminé, par leurs luttes, ont pris toute leur part dans cette importante victoire politique qui s’est poursuivie par l’élection d’une majorité de députés des différents partis de gauche à l’assemblée nationale. Leurs attentes demeurent à la mesure de cet engagement.

    Lors de la Grande conférence sociale de juillet 2012, les discours du Président de la République et du Premier ministre semblaient aller dans le sens d’une prise en compte de ces attentes. A cette occasion, le Premier ministre proposait une « nouvelle démarche pour la sécurisation de l’emploi » en invitant à une négociation nationale interprofessionnelle sur ce sujet, sur la base d’un document d’orientation.

    Celui-ci identifiait 4 domaines :

    lutter contre la précarité sur le marché du travail ; progresser dans l’anticipation des évolutions de l’activité de l’emploi et des compétences ; améliorer les dispositifs de maintien dans l’emploi … dans les entreprises confrontées à des difficultés ; améliorer les procédures de licenciements collectifs par les actions d’anticipation ou d’activité partielle …

    La réalité a été tout autre. Aucun débat de fond, aucune discussion n’a été possible en dépit des propositions avancées par la CGT, telles par exemple :

    – un droit de veto suspensif des représentants du personnel sur les plans de licenciement et les plans de restructuration, une loi contre les licenciements boursiers et pour la reprise de sites rentables ;

    – une véritable gestion prévisionnelle des emplois et des compétences pour toutes les entreprises et les salariés, sortant celle-ci de la gestion des suppressions d’emplois ;

    – de nouveaux droits individuels et collectifs effectifs pour les salariés, pour faire reculer la précarité :

    des droits attachés à la personne, transférables d’une entreprise à une autre (ancienneté, qualification, formation, prévoyance…) à négocier dans l’immédiat au niveau des branches. Une taxation de tous les CDD et contrats d’intérim à hauteur de ce qu’ils coûtent à l’assurance chômage.

    La négociation n’a été ni loyale, ni apaisée et encore moins transparente et l’accord qui en est résulté ne pouvait donc être équilibré.

    • Microbe
      30 mars 2013 at 14 h 43 min

      Article 1 de ce putain d’accord:

      Généralisation de la couverture complémentaire collective « Santé »
      L’article 1 prévoit la généralisation de la couverture complémentaire collective « Santé » pour les salariés et l’amélioration de la portabilité des couvertures « santé » et « prévoyance » des demandeurs d’emploi.

      La CGT pense que toutes les conditions doivent être réunies pour que la généralisation soit effective d’ici 2014 et non 2016 comme le prévoit le projet de loi. Au 1er janvier 2016, les entreprises dont les salariés ne bénéficient pas d’une couverture collective à adhésion obligatoire, sont tenus de les faire bénéficier d’une couverture minimale par décision unilatérale de l’employeur. Le contenu et le niveau minimal des garanties seront définis par décret. Il est à noter que le « panier de soins », prévu par l’ANI, est inférieur à la CMUC (couverture médicale universelle complémentaire) !

      Le projet de loi a ajouté à l’ANI la possibilité de faire des « désignations ». Il faut effectivement garantir la possibilité de choisir un ou plusieurs organismes au niveau de la branche. Si les désignations ne sont pas maintenues, il n’y aura plus aucune possibilité de mutualiser les risques, ce qui impliquerait une baisse des prestations et une augmentation des cotisations.

      Enfin il ne faut pas laisser pour compte les très petits revenus. Nous voulons pour les salariés dont la cotisation mutuelle serait égale ou supérieure à 10 % de leur salaire (temps partiel, apprentis …) une prise en charge supplémentaire de l’employeur au-delà des 10 %, ce qui leur permettrait d’accéder à la complémentaire santé.

      • transparence
        30 mars 2013 at 14 h 49 min

        Article 8 : Pas mieux!!!

        Temps partiel

        L’article 8 apparaît comme une avancée, puisque le projet de loi définit enfin un nombre d’heures hebdomadaires minimum pour les salariés à temps partiel (24 heures de travail). Mais à y regarder de près, cela tient uniquement de l’effet d’annonce, puisque les possibilités de défaire ce droit nouveau se multiplient au fur et à mesure des alinéas.

        Ainsi, un accord de branche peut déroger au seuil minimum de 24 heures et le salarié peut, soi-disant, faire le choix d’y renoncer (s’il « souhaite » cumuler plusieurs emplois pour atteindre le plancher de 24 heures, ou encore s’il fait face à des contraintes 5 personnelles). La liberté de choix du salarié est évidemment illusoire. Et cela, d’autant plus que le projet de loi n’instaure pas de réel garde-fou, tel qu’une obligation pour le premier employeur de proposer d’abord un contrat de 24 heures auquel le salarié pourrait ensuite renoncer pour cumuler d’autres emplois (pour lesquels il aurait des promesses d’embauche), un droit de retour aux 24 heures…

        De plus, une distinction est opérée entre les salariés en emploi et les futurs salariés de l’entreprise. Pour les contrats en cours au 1er janvier 2014, et pour une durée de deux ans, les salariés pourront se voir refuser par l’employeur l’application des 24 heures. Cela constitue une inégalité de traitement entre salariés.

        De même, ce plancher de 24 heures n’est pas applicable aux salariés sous contrat à durée indéterminée intermittent, alors même que ce contrat n’est rien d’autre qu’un temps partiel modulé sur l’année !

        Quant à la rémunération des heures complémentaires, si le salarié a gagné une majoration de 10% de ses premières heures complémentaires, il aura probablement une moins bonne rémunération de ses heures suivantes (celles comprises entre 1/10ème et 1/3 de la durée contractuelle), puisque leur majoration peut être ramenée de 25 % à 10 %.

        Ce régime maintient en outre une différence négative de rémunération entre heures complémentaires (pour temps partiel) et heures supplémentaires (pour temps plein), ce qui constitue une discrimination indirecte puisque les emplois à temps partiel sont, dans l’immense majorité des cas, occupés par des femmes.

        Par ailleurs, la flexibilité du salarié à temps partiel est confortée puisqu’un accord de branche étendu pourra autoriser la conclusion d’avenants au contrat de travail pour augmenter temporairement la durée de travail du salarié à temps partiel (sachant que dans ce cas la rémunération de ces heures ne sera plus automatiquement majorée).

        Enfin, les négociateurs de branches sont incités à discuter du nombre et de la durée des périodes quotidiennes d’interruption d’activité. Il faut au maximum limiter ces coupures d’activité qui rendent très compliquée l’organisation d’une vie personnelle normale. Cette flexibilité accentuée va à l’encontre du principe de conciliation entre vie familiale et vie professionnelle.

  43. Valone
    30 mars 2013 at 14 h 06 min

    Pour le chevalier Blanc

    Lorsque la loi de 2008 stipule qu’un accord doit être signé par un syndicat majoritaire ou une association de syndicats représentant + de 50% de la représentativité, le gouvernement s’apprête à faire voter la validation d’un accord avec des syndicats minoritaires alors que cela représente la casse du code du travail.

    Voici l’es objectifs de l’ANI et ce qu’il va changer dans notre vie au travail.

    Le contenu de l’accord et les enjeux de sa retranscription : un bouleversement du droit du travail

    Loin de répondre à la feuille de route, l’accord du 11 janvier 2013 est d’une extrême gravité pour les droits des salariés. On veut nous faire croire qu’il ouvre des droits nouveaux aux salariés mais en réalité ces « contreparties » sont virtuelles, conditionnelles et remises à plus tard et encore… pas pour tous !

    Le gouvernement entend retranscrire « fidèlement » cet accord et satisfaire les signataires, quitte à violer les textes internationaux. Cela signifie que ses aspects les plus nocifs pour les salariés, les dispositions les plus régressives seront repris :

    – Les accords de « maintien dans l’emploi » qui permettraient de licencier les salariés refusant de voir leur salaire baisser. Ceux-ci sont directement inspirés des accords « compétitivité emploi » pourtant fortement critiqués par la gauche lorsque Nicolas Sarkozy voulait les mettre en place.

    – Les accords de « mobilité interne » qui autoriseraient l’employeur à licencier le salarié, si celui-ci refuse d’aller travailler à l’autre bout de la France.

    – Le bouleversement de la procédure de licenciement économique collectif. Ces dispositions rendent accessoires les questions du motif économique et des alternatives aux licenciements. Rien n’est fait pour éviter les licenciements « boursiers ».

    – L’information et l’intervention des représentants des salariés sont enfermées dans des délais tellement courts que leur efficacité est menacée.

    – En outre, le projet de loi réduit la possibilité de réparation des préjudices subis par les salariés. Les juges du travail pourraient maintenant inciter les salariés à accepter une transaction injuste et inéquitable. Les délais de prescription des infractions patronales sont raccourcis.

    – Ce projet entend imposer pour des salariés des petites entreprises de certaines branches un CDI « intermittent », c’est-à-dire un contrat totalement flexibilité.

    Concernant la création de « nouveaux droits » pour les salariés, les incertitudes déjà présentes dans l’accord subsistent. Par exemple, le financement des droits rechargeables à l’assurance chômage n’est absolument pas assuré, le gouvernement se contentant de renvoyer cette question à de futures négociations, sans garantie aucune.

    • Viagra
      30 mars 2013 at 14 h 19 min

      Quelle conception de la représentativité syndicale et de l’intérêt général ?

      Ce gouvernement qui se dit attaché au dialogue social, doit prendre en compte le rejet de cet accord par les syndicats représentant bien plus de salariés que les syndicats signataires. Ainsi, aux élections prud’homales, ils totalisaient près de 50% des suffrages quand les trois autres n’en totalisaient que moins de 39%.

      C’est d’autant plus inacceptable que la loi sur la représentativité syndicale est entrée en vigueur et que les résultats des élections doivent être publiés incessamment. De quelle légitimité le gouvernement pourra-t-il se prévaloir pour transcrire dans la loi un tel accord ?

      Cette situation renforce la responsabilité des parlementaires qui sont seuls à représenter l’intérêt général. Leurs prérogatives doivent rester pleines et entières, y compris dans le contexte de la transposition d’un accord national dans un projet de loi. Il leurs appartient donc de modifier le projet de loi dans le sens de l’intérêt général : les lois ne doivent pas être subordonnées aux accords. Laisser s’instaurer l’inverse reviendrait, dans les faits, à donner à la partie patronale un droit de veto.

      En bref, le projet de loi initie un « nouveau modèle économique et social » comme le titrait l’accord :

      • Il détruit les garanties collectives nationales comme socle applicable à chaque salarié et favorise les accords d’entreprise, voire le « gré à gré », en « oubliant » l’inégalité due au lien de subordination du salarié vis-à-vis de son employeur.

      • Le contrat de travail signé n’est plus une garantie pour le salarié puisqu’il peut être suspendu par un accord d’entreprise.

      • Il réduit les moyens pour le salarié de recours au juge.

      • Ce sont les syndicats dans l’entreprise qui auront à faire « le sale boulot » pour faire accepter la régression sociale.

      Ce projet de loi, dit de sécurisation de l’emploi laisse en fait de côté les chômeurs, l’action que pourraient avoir les territoires pour sauvegarder les emplois, et toute la question d’une formation professionnelle qui permette réellement aux salariés, en particulier les plus fragilisés, de « rebondir ».

  44. Camélito
    30 mars 2013 at 13 h 35 min

    Les brèves du CCE d’EDF SA

    Un avis négatif a été donné par la Commission des Affaires économiques du Sénat à la candidature d’Hélène Gassin, au poste de commissaire au collège de la CRE, le mercredi 27 mars 2013. Les avis du Parlement sont consultatifs.

    C’est la première fois qu’un candidat pressenti obtient un vote défavorable d’une des deux assemblées. Jean-Pierre Sotura a lui obtenu l’aval de la chambre.

    Un sondage IFOP réalisé pour la société EcorpStim, montre que 71 % des Français estiment que l’exploitation du gaz de schiste de l’Hexagone, permettrait de créer de nombreux emplois et 59 % qu’elle limiterait la hausse du prix du gaz payé par le consommateur.

    ENERGIE

    Afin de réformer son secteur de l’énergie, la Bulgarie a demandé l’expertise de la Commission européenne. Le pays est menacé par Bruxelles, de sanctions pour son retard dans la libéralisation du marché de l’énergie.

    Le 27 mars 2013, le FMI a appelé à réduire les subventions aux prix de l’énergie à travers le globe. Il estime, que ces subventions grèvent les finances publiques de l’Etat et ne protègent pas les consommateurs les plus vulnérables. D’après le Fonds, les aides au prix de l’énergie bénéficient d’abord aux ménages les plus aisés, qui sont les plus grands consommateurs d’énergie. Le FMI recommande de délaisser les subventions au profit de transferts directs de revenus vers les ménages, plus adaptés selon David Lipton, pour répondre à leurs besoins.

    ELECTRICITE

    Le ministère de l’Industrie et de l’énergie espagnol a annoncé que le tarif d’ultime recours (TUR), dernier tarif réglementé en Espagne, va reculer en moyenne de 6,62 % au 1er avril 2013. 22 millions de foyers sont à ce TUR en Espagne.

    ENERGIES RENOUVELABLES

    Le Syndicat des énergies renouvelables (SER) est sorti de sa traditionnelle réserve en critiquant dans un communiqué la politique du gouvernement concernant la filière photovoltaïque. Ce n’est pas tant la publication, le 27 mars 2013, du nouvel appel d’offres pour les installations photovoltaïques de puissance comprise entre 100 kW et 250 kW qui interpelle le SER, mais le trou d’air créé du fait de l’annulation des 6e et 7 e périodes de la précédente procédure. L’arrêt prématuré de celle-ci et le lancement, en juillet 2013, du nouvel appel d’offres se traduit par, au mieux, 13 mois de suspension d’activités pour les acteurs sur ce segment de marché. 120 millions d’euros d’investissement en projet qui sont rayés d’un trait de crayon. Pour le SER, cela pourrait donner un coup fatal à la filière qui compte désormais 10 000 emplois après en avoir perdu 14 000 ces deux dernières années.

    Immobilisée depuis septembre 2012 au fond de la rade de Brest en raison d’un problème technique, l’hydrolienne d’EDF refait surface. Elle doit être installée au large de la côte bretonne.

    EDF souhaiterait mettre en service, sur le site de Paimpol-Bréhat, son hydrolienne pilote fin 2013. Trois autres unités devraient compléter le parc à l’été 2014.

    NUCLEAIRE

    Un nouvel accord de coopération en matière de recherche et de développement dans le domaine de l’énergie nucléaire a été signé entre Gérard Mestrallet, PDG de GDF Suez, et Bernard Bigot, administrateur général du CEA, le 28 mars 2013. Ce nouvel accord aura une durée de 5 ans. Il couvre entre autre les domaines suivants : l’amélioration des performances et de la sûreté des réacteurs, le développement de la connaissance des phénomènes d’évolution des matériaux, le démantèlement, la déconstruction et l’assainissement d’installations nucléaires…

  45. Camélito
    30 mars 2013 at 11 h 57 min

    Les brèves du CCE d’EDF SA

    ELECTRICITE

    Remaniement stratégique et économique chez EDF Luminus. L’opérateur a annoncé la mise à l’arrêt temporaire, quoiqu’on ne puisse prévoir « une amélioration à court ou moyen terme », de la turbine gaz-vapeur de Seraing en juillet 2014. A cela s’ajoute un plan d’économies afin de réduire les coûts opérationnels de quelque 20 % d’ici à 2015.

    Les députés PC de l’Assemblée nationale ont porté à la présidence de la Chambre basse une proposition de résolution « estimant urgent d’apporter des réponses publiques face à la stratégie d’E.ON ». La proposition se prononce notamment pour « le remplacement des tranches au charbon devant s’arrêter fin 2015 par de nouveaux outils de production » et estime urgente « la nationalisation d’E.ON France et la démocratisation de sa gestion sous le contrôle des usagers, de l’Etat et des salariés ».

    La commission des affaires économique de l’Assemblée nationale, présidée par François Brottes (SRC, Isère), procèdera à l’examen du rapport d’information sur l’hydroélectricité le mercredi 3 avril 2013.

    NUCLEAIRE

    Le réseau « Sortir du nucléaire » a annoncé avoir déposé le 21 mars 2013, avec d’autres associations, un recours en référé devant le Conseil d’Etat contre les travaux visant à renforcer la sûreté de Fessenheim. Ceux-ci sont estimés entre 20 et 30 millions d’euros, ces améliorations sont jugées « coûteuses et inutiles » par les associations en vue d’une prochaine fermeture du site alsacien prévue en 2016.

    L’IRSN a mis en ligne dans un souci de transparence, une étude relative au coût des accidents nucléaires, réalisée en 2007. Vous pouvez retrouver le texte intégral sur :
    http://www.irsn.fr/FR/Actualites_presse/Actualites/Pages/20130326_Etudes-IRSN-2007-cout-accidents-nucleaires.aspx

    ENERGIE

    Un nouveau think tank vient de voir le jour. Géraud Guibert a pris l’initiative de créer « la Fabrique écologique », l’objectif est de « promouvoir l’écologie et le développement durable sur la base de propositions pragmatiques et concrètes.

    Les partenaires fondateurs de cette structure sont la Caisse des dépôts et consignations, RTE, France Energies Eoliennes, Fortum et H.H.Développement.

    Npower et EDF Energy mettent en garde contre le plan d’Ofgem qui pourrait conduire à inciter les clients à se tourner vers des offres, certes moins chères à court terme, mais plus coûteuses à long terme.

    Madrid veut mettre fin au monopole d’Endesa sur les îles. Le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy va faire voter au Parlement dans les prochains jours un projet de loi pour « la garantie d’approvisionnement et le renforcement de la concurrence des systèmes extra-péninsulaires. Le projet de loi autorise désormais l’installation de nouveaux moyens de production dans les zones où le coefficient de couverture est positif.

    ENERGIES RENOUVELABLES

    Le Conseil supérieur de l’énergie (CSE) examine le projet d’arrêté d’homologation des tarifs d’achat de l’électricité produite par les installations photovoltaïques des 3ème trimestre 2012 et 1er trimestre 2013.

    Le gouvernement Wallon est parvenu la semaine dernière à un accord sur le solaire photovoltaïque. Le coût du soutien aux ENR outre-Quièvrain va atteindre les 3,5 milliards d’euros d’ici à 2020, dont 2 milliards pour le seul PV. Pour le ministre de l’énergie, les ENR ne coûtent pas plus cher que l’énergie classique. Et d’ajouter que « le soutien aux renouvelables doit se voir comme un investissement et non comme un coût. »

  46. Sellig
    29 mars 2013 at 5 h 46 min

    Nucléaire : Greenpeace désigne ses cinq centrales « à fermer en priorité »

    « Pourquoi seulement Fessenheim ? » Greenpeace a désigné jeudi quatre autres centrales nucléaires à « fermer en priorité » après avoir analysé, pour les 19 sites français, leur vulnérabilité et les conséquences économiques potentielles d’un accident.

    Outre Fessenheim (Haut-Rhin), doyenne des centrales françaises promise à la fermeture d’ici fin 2016 par François Hollande, Greenpeace a inscrit sur sa liste noire les sites du Blayais(Gironde), du Bugey (Ain), de Gravelines (Nord) et du Tricastin (Drôme).

    Jeudi matin, à l’aube, une dizaine de militants de Greenpeace ont déjoué la surveillance pour projeter sur la centrale de Fessenheim deux textes grâce à de puissants projecteurs.

    « Pourquoi seulement moi ? » pouvait-on lire durant une dizaine de minutes sur l’un des réacteurs de Fessenheim alors que la liste des centrales jugées dangereuses était projetée sur une piscine….

    http://www.clicanoo.re/363066-nucleaire-greenpeace-designe-ses-cinq-centrales-a-fermer-en-priorite.html

    Une journée dans une centrale nucléaire

    Préparez-vous, nous allons changer d’heure, chercher des oeufs de Pâques mais surtout vivre une semaine de développement durable. Elle commencera lundi prochain. Et cette année elle est dédiée à la transition énergétique. Peut-être plus marquantes encore les premières journées de l’énergie. L’aventure est au coin de la rue.

    J’ose le dire, parfois on se demande à quoi sert cette semaine du développement durable. A l’image des poncifs de la journée de la Femme durant quelques jours des experts rappellent les enjeux environnementaux et plusieurs manifestations sympathiques ont lieu à travers toute la France. Et après ?…

    http://www.bfmtv.com/economie/une-journee-une-centrale-nucleaire-480922.html

    L’Apec s’engage à prévenir les risques psychosociaux et les harcèlements au travail

    L’Association pour l’emploi des cadres s’est dotée, le 28 février, d’un accord triennal de prévention des risques psychosociaux (RPS), négocié en deux temps. La discussion, un moment suspendue, a repris après la signature et l’extension de l’ANI de juillet 2011, fixant les missions de l’association.
    Les partenaires sociaux de l’Apec ont signé, le 28 février 2013, un accord sur la prévention des risques psychosociaux. Précédé d’une expertise, réalisée par le cabinet Technologia, il a été négocié en deux temps. La discussion engagée fin 2010, puis suspendue, a repris après la signature de l’ANI du 11 juillet 2011, relatif aux missions et au financement de l’association, puis son extension, le 9 août 2012, après définition du nouveau mandat de service public de l’association avec l’État. Le dispositif de prévention des RPS a été ratifié par la direction et les trois syndicats CFDT, CFE-CGC et FO et concerne une entreprise employant 850 salariés.

    Une définition large des RPS…

    http://www.wk-ce.fr/actualites/detail/64241/l-apec-s-engage-a-prevenir-les-risques-psychosociaux-et-les-harcelements-au-travail.html

    Les principales déclarations de François Hollande

    Voici les principaux points de l’interview sur France 2 du président de la République François Hollande:

    IMPÔTS ET POUVOIR D’ACHAT

    — « En 2013, pas d’effort supplémentaire pour les Français » et en 2014, « il n’y aura aucune autre augmentation d’impôts » en dehors des hausses de TVA déjà annoncées. « Pour financer la sécurité sociale nous en reparlerons ».

    « Tous ceux qui ont un accord de participation » aux bénéfices de leur entreprise et « qui veulent -jusqu’à 20.000 euros- l’utiliser pour quelque achat que ce soit (…) ils pourront le faire ». Ces fonds sont normalement bloqués cinq ans. Le président a précisé que l’annonce concernait « quatre millions de Français ».

    RETRAITES

    — « Comme on vit plus longtemps (…) il va falloir avoir des durées de cotisation plus longues ». « Mais nous n’en aurons pas fini pour autant ».

    CRISE ET CHÔMAGE

    — « Quand je me suis présenté, je connaissais la situation » mais « ce que nous n’avions pas anticipé c’est que cette crise allait encore durer, plus longtemps que prévu ».

    — « A la fin de l’année nous serons dans une baisse du nombre de chômeurs. C’est un engagement et une bataille (…). Mon cap c’est la croissance ».

    EUROPE ET AUSTÉRITÉ

    « Je ne veux pas que l’Europe soit une maison de redressement ». « Aujourd’hui, prolonger l’austérité, c’est le risque de ne pas aboutir à réduire les déficits et la certitude d’avoir des gouvernements impopulaires dont les populistes feront une bouchée le moment venu ». « Etre dans l’austérité, c’est condamner l’Europe à l’explosion »….

    http://news.fr.msn.com/m6-actualite/les-principales-d%C3%A9clarations-de-fran%C3%A7ois-hollande-1

    Les vingt ans qui ont changé la CGT
    Et la CGT décida de quitter le navire amiral communiste

    De Louis Viannet à Bernard Thibault, le récit captivant d’une profonde transformation, marquée par l’émancipation à l’égard du PC….

    Les défis du nouveau secrétaire général vont être de mieux faire coller l’implantation du syndicat à la nouvelle géographie économique et sociale de la France, de l’adapter aux nouvelles formes de travail, de ne pas l’isoler, d’être perçu positivement comme force de proposition sans pour autant abandonner à d’autres le terrain de la contestation, de maintenir l’unité de l’organisation et de trouver, en période de crise, la bonne distance par rapport au pouvoir en place. Chacun, dans ce pays, même si beaucoup ne le croient pas, a intérêt à ce que la CGT ne se perde pas en route, surtout en ces temps où les tentations populistes progressent.
    Leïla de Comarmond en est convaincue, l’auteur de ces lignes aussi.
    Raymond Soubie

    http://www.lesechos.fr/opinions/livres/0202668870733-et-la-cgt-decida-de-quitter-le-navire-amiral-communiste-553692.php

  47. 28 mars 2013 at 17 h 21 min

    Les salariés acteurs d’un Nucléaire Sûr et Transparent

    Analyse et propositions de la CGT

    Février 2013

    Le document qu’a établi notre Fédération traitera donc de façon plus détaillée les questions relatives aux facteurs sociaux, organisationnels et humains et leur impact sur la sûreté nucléire, mais aussi sur la santé et la sécurité des travailleurs.

    Non pas que nous n’ayons pas d’opinion à avancer sur d’autres aspects, et nous ne nous priverons pas de le faire, mais l’avis de la CGT est sur certains sujets un avis parmi d’autres.

    Au contraire, sur les FSOH, il nous a paru nécessaire de développer de manière plus importante notre point de vue pour deux raisons essentielles…

    http://www.fnme-cgt.fr/dossier_actu/debat_sur_la_transition_energetique/pdf/salaries_acteurs_nucleaire_propositions_cgt_02_2013.pdf

    Merci aux membres du CHSCT du CEA CADARACHE pour l’info , faites comme eux , nous vous publierons : mazonecontroleevamal@gmail.com

    • Gus
      28 mars 2013 at 18 h 57 min

      Les mentalités évoluent c’est bien , très très bien 🙂

      Le changement est en marche ?

      Cela ce confirmera ou pas dans les futures élections professionnels 😉

      Il faudra choisir entre ceux qui négocient le poids de nos chaines et ceux qui veulent résister et proposer d’agir durablement…

  48. Bon pied bon oeil
    28 mars 2013 at 13 h 22 min

    Vendre à perte, la clé de la compétitivité française ?

    Bien de l’encre a coulé sous les ponts depuis que Louis Gallois a appelé de ses vœux ce fameux « pacte pour la compétitivité de l’industrie française. Le constat dressé par le patron qualifié de « stratège » par le Premier Ministre est sans appel: « la cote d’alerte est atteinte »….

    « 750.000 emplois industriels ont été perdus en 10 ans, le déficit du commerce extérieur de la France s’est creusé pour atteindre 70 milliards d’euros en fin d’année dernière et la baisse du taux de marge et de la capacité d’autofinancement des entreprises grève leur politique d’investissement et d’innovation ». Ces mots sont ceux de Louis Gallois, dans la lettre adressée au Commissaire Général à l’occasion de la remise de son rapport sur la compétitivité de l’industrie française. Une lettre restée… lettre morte ?….

    Certes, le savoir-faire industriel français est suffisamment avancé pour surmonter le handicap du coût de sa main d’œuvre, mais à la seule condition de recevoir le soutien de l’État lorsqu’il est nécessaire. L’État ne peut continuer à peser si fort sur les entreprises innovantes de France et les laisser choir lorsque vient le moment de renvoyer l’ascenseur. Sans quoi l’État retombera dans les errances du Moyen Âge, lorsque l’on saisissait, aux fermiers incapables de régler leurs impôts, leurs outils de travail, les empêchant ainsi de gagner assez d’argent à l’avenir pour payer leurs impôts…. Jean-Michel Bezat évoquait le refus de Nicolas Sarkozy de « voir la France devenir dans 50 ans un musée à la gloire passée de son industrie aéronautique et spatiale ». Et de conclure, avec peu d’enthousiasme: « La menace est la même pour les fleurons du ferroviaire et du nucléaire ».

    http://www.journaldunet.com/economie/expert/53804/vendre-a-perte–la-cle-de-la-competitivite-francaise.shtml

    • Un indigné
      28 mars 2013 at 16 h 51 min

      La compétitivité dans l’industrie nucléaire nous conduira inévitablement à un accident majeur….

      Pourtant on sait tous (rapport IRSN) , le coût économique pour le pays ( plusieurs dizaines, centaines de milliard d’€ )….

      Je viens de recevoir l’intéressement du groupe AREVA (90 €) , mais pour les agents statutaires d’AREVA , c’est une somme à 4 chiffres….
      Cerise sur le gâteau , on me propose sans scrupule de devenir actionnaire du groupe…pffff 13€ aujourd’hui 49€ dans 5 ans ( ils sont pas formidables ????)

      Sur le terrain donc, votre mépris à l’égard de tous les opérateurs et manageurs intermédiaires est insupportable , le climat social est tout simplement explosif

      Il est URGENT de rétablir une justice sociale pour toutes les petites mains que nous sommes, avant qu’il ne soit trop tard

      La confiance et le respect des dirigeants est belle et bien perdu , vous êtes allez trop loin !

      J’ai une éducation catholique mais pas masochiste ( je ne tendrais pas l’autre joue )

      Un indigné

      • Sellig
        31 mars 2013 at 10 h 02 min

        Actionnariat salarié groupe AREVA

        Un placement qui n’est pas sans risque

        Les salariés du groupe ont tous reçu chez eux une belle brochure leur vantant la vertu du plan d’actionnariat salarié mis en place unilatéralement par la Direction. Selon le document, le dispositif est une façon de « permettre à tous les salariés du groupe » de bénéficier de ses performances !
        Qu’en est-il en vérité ?
        La CFDT vous informe aujourd’hui sur un placement qui n’est pas sans risque et dont les avantages et inconvénients doivent être prudemment pesés … La CFDT ne donne pas de consigne, elle pense que c’est au salarié de
        faire librement son choix…

        http://www.ufsn-cfdt.fr/Actu-12-13_62___42.html

  49. 27 mars 2013 at 6 h 54 min

    Coût d’un accident nucléaire en France : la polémique enfle, la facture dégonfle

    L’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire annonce 540 milliards d’euros quand le JDD avançait… 5800 milliards

    Comme il s’y était engagé récemment en gage de transparence, l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) a publié mardi sur son site internet un rapport de 2007, aujourd’hui devenu obsolète, sur les coûts d’un accident nucléaire en France.

    Sur la base de ce rapport de 2007, le Journal du Dimanche avait affirmé le 10 mars dernier que le coût d’un accident nucléaire grave et non contrôlé dans l’Hexagone, comme celui survenu à Fukushima voici deux ans, pouvait atteindre jusqu’à 5.800 milliards d’euros. Un scénario jugé aujourd’hui « fort peu réaliste » par l’IRSN dont des évaluations récentes et plus précises avancent un « chiffre médian » de 430 milliards d’euros dans un tel cas de figure….

    http://www.sudouest.fr/2013/03/26/combien-ca-coute-dis-un-accident-nucleaire-1006193-706.php

    Fessenheim: le médiateur face à «l’autisme du nucléaire»

    Un riche entretien à lire absolument. Pour Francis Rol-Tanguy, médiateur chargé de la fermeture de Fessenheim, il y a un certain «autisme» du milieu nucléaire: « La France ayant jusque-là fait le choix massif de l’atome, on constate chez certains une difficulté à penser autrement. S’agissant des syndicats, le contact n’a pas encore été établi puisqu’ils n’ont pas voulu me rencontrer ».

    Merci à Michèle Rivasi pour cette info….

    http://blogs.mediapart.fr/blog/ivan-villa/260313/fessenheim-le-mediateur-face-lautisme-du-nucleaire

  50. Sergent GARCIA
    24 mars 2013 at 18 h 07 min

    ALERTE CENT PAROLES ! Zones d’ombre sous le soleil éblouissant d’ITER !

    Environ 3000 ouvriers « low cost » attendus sur le chantier pharaonique d’ITER qui vont être traités comme des esclaves d’un autre âge.

    L’enquête que nous vous proposons ici comportera plusieurs volets. Nous présentons aujourd’hui une vue d’ensemble des pratiques scandaleuses et révoltantes entourant ce gigantesque projet.

    L’objectif du projet ITER

    Nous rappelons que l’objectif du projet ITER, implanté sur le site CEA de Cadarache (Bouches-du-Rhône), est de démontrer la possibilité scientifique et technologique de la production d’énergie nucléaire par la fusion d’atomes légers (hydrogène), réaction produite dans les étoiles qui libère leur énergie (chaleur, lumière, neutrons).

    http://www.futura-sciences.com/fr/definition/t/physique-2/d/iter_4257/

    Le Dumping social, esclavage moderne…

    Analyse de ce fléau :

    Il suppose la mise en place d’une organisation du travail choisie délibérément, de sous-traitances en cascades et de cascades de sous-traitance, ce qui multiplie les conflits d’intérêt et les délits de marchandage. Cette organisation du travail engendre la surexploitation des travailleurs, pouvant aller jusqu’à des situations d’esclavage, qui laissent les chômeurs locaux sans débouché, à la charge de la société. Les cotisations sociales ne sont pas payées, et ainsi détournées pour alimenter les dividendes des actionnaires des grands groupes du bâtiment et travaux publics (Bouygues, Eiffage, Vinci) et des patrons mafieux…

    http://blogs.mediapart.fr/edition/cent-paroles-d-aix-journal-local-alternatif/article/230313/alerte-cent-paroles-zones-d-ombre-sous-le-soleil-eblouis

    Cadarache : l’ASN met en demeure le CEA de surveiller Areva son sous-traitant pour le démantèlement de l’ATPu

    Ce mardi 26 février 2013, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a annoncé avoir mis en demeure le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) de Cadarache (Bouches-du-Rhône) « de mettre en place une surveillance d’Areva [son sous-traitant, NDLR] et de renforcer la gestion des compétences liées à la sûreté du démantèlement de l’atelier de technologie du plutonium (ATPu) et du laboratoire de purification chimique (LPC) ».

    L’ATPu était utilisé pour la fabrication du combustible MOX et le LPC assurait l’analyse des produits de l’ATPu, le traitement des rebus et le contrôle des déchets. « Compte tenu du risque de séisme inhérent à la région de Cadarache et des faiblesses des installations ATPu et LPC face à ce risque, l’ASN en a demandé la fermeture », rappelle l’Autorité, précisant que « l’exploitation commerciale de l’ATPu et du LPC a ainsi cessé en 2003 et ces installations sont actuellement en phase active d’assainissement et de démantèlement depuis 2009 ».

    Areva, un sous-traitant peu surveillé…

    http://www.actu-environnement.com/ae/news/mise-en-demeaure-nucleaire-sous-traitance-17917.php4

  51. ZE
    24 mars 2013 at 16 h 36 min

    Déjà un point positif sur le premier article du syndicat CGT de Cruas, puisque au bout de 2 jours, 18 jeunes (nouveaux embauchés EDF) sont venus au local CGT pour prendre le livret d’accueil CGT réalisé par les jeunes et pour les jeunes.
    Il faut donc continuer à les informer.

    • Véro
      25 mars 2013 at 20 h 12 min

      Les jeunes sont l’avenir de notre syndicat, sans eux tout notre avenir s’écroule comme un château de cartes.

      Je m’émeus d’entendre certains discours sur la jeunesse. A croire que ceux qui se lamentent sur leurs actions, n’ont pas de gamins à la maison.

      Je vous remercie au nom de mes enfants, pour votre article dans le journal CGT de la centrale nucléaire de cruas.

      • la taupe
        25 mars 2013 at 23 h 09 min

        on les prend pour des con mais les patrons vont souffrir avec eux!!!!!!
        Il faut venir les voir sur les chantiers, ils sont pleins de vie et bien déterminés à ne pas se laisser faire

  52. Sylver
    24 mars 2013 at 13 h 55 min

    TOUS LES SALARI(É)ES DE France DOIVENT CONNAÎTRE LA NOCIVITÉ DE CET ACCORD bidon anti-salarié(e) et très pourri surtout pour les intérimaires.

    FAITES SUIVRE l’information: C’est gratuit.

    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=rQe1qjqDX8Y

  53. Marie
    24 mars 2013 at 13 h 24 min

    Je suis heureuse de voir que la CGT va mettre un coup de pédale pour s’attaquer aux raisons de la sous-traitance.

    Mais que font les autres syndicats à ce sujet? Seraient-ils complices des patrons sur cette question?

    Je n’ai jamais entendu la CFDT et FO défendre les salariés de la sous-traitance et combattre cette organisation du travail inventé par les patrons pour séparer les salariés au travail.

    Merci la CGT pour votre courage d’oser les affronter sur cette question primordiale.

    • Le chevalier blanc
      29 mars 2013 at 14 h 18 min

      La CGT mettre un coup de pédale (le miracle) et pour s’attaquer à la sous traitance.
      Il serait tant qu’ils combattent car s’ils l’avaient fait ce site n’aurait jamais existé. Marie ta vu la vierge ou quoi ???
      Attendons dimanche que les cloches reviennent plus combatives que jamais, ont peut y croire.

      • Le chevalier rose
        29 mars 2013 at 18 h 34 min

        On va attendre la CFDT pour défendre la sous traitance,
        ah j’oubliais ils ont signé l’ANI,quelle avancée pour la sous traitance !!!!
        Pauvre chevalier blanc,tu as du signé de bonnes avancées dans ta boutique,à nous maintenant de te prendre pour une cloche.

        • Le chevalier blanc
          30 mars 2013 at 12 h 09 min

          Chevalier Rose la cloche t’invite à publier sur ce site quels syndicats auraient apporté de bonnes avancées pour les prestataires du nucléaire. Ont veut lire ces avancées et tout de suite. Les ânes ont connaît mais l’ANI c’est quoi ?

  54. un agent EDF de cruas
    24 mars 2013 at 12 h 26 min

    Lisez dans l’article du Syndica CGT de Cruas

    Sous-traitance

    Des « messagers » de la politique industrielle à bas coût nous font croire que notre syndicat ne s’occupe que de la sous-traitance, et cela au détriment des agents EDF ! Ils vous mentent.
    Si effectivement, notre syndicat reste sensible aux situations particulières des prestataires, notre démarche envers cette population de salariés précaires est aussi vieille que notre militantisme sur ce site nucléaire. Il est vrai que leur tentation est trop grande de nous mettre en opposition « les uns contre les autres » pour mieux éclater le statut EDF qui les dérange.
    C’est en procèdent à la précarisation des sous-traitants qu’ils creuseront les écarts entre salariés et qu’ils auront la justification de la mise à mal du statut EDF, afin d’augmenter les bénéfices des grands actionnaires.

    A lire l’ensemble de l’article pour bien analyser ce que les directions sont capables de faire pour destabiliser les hommes qui tentent de s’organiser.

  55. Avarice
    24 mars 2013 at 0 h 25 min

    NE FAITE PAS ÇA SVP
    Lu dans brève Cruas N° 1 édifiant
    Tenez messieurs les clefs pour la conduite du réacteur, c’est à vous de faire – Il n’y a plus qu’à croiser les doigts

    ALARME ALARME ALARME ALARME

    Service Conduite

    L’inacceptable deviendrait (in)tolérable, le cœur du métier deviendrait sous-traitable !!!

    Après nous avoir fait croire que certains services ne seraient jamais externalisés (protection de site, magasins, radio protection, …) voilà que nous avons appris que le service conduite devrait connaitre sa première brèche dans ces terres.

    Effectivement, EDF aurait l’intention d’externaliser une partie des consignations au travers de grands superviseurs privés. Voilà le dernier moyen « de pression » utilisé par le personnel pendant les conflits sociaux qui devrait disparaître de ce service.

    Est-ce un premier coup de pieds dans la porte des salles de commandes pour faire rentrer les intérêts privés ?…

    La cour des comptes annonce la couleur et donne la direction à suivre :
    OBJECTIF : Externaliser l’ensemble des activités nucléaires et en finir avec ce qu’ils appellent « trop d’avantages EDF »

    Bravo à la section CGT de Cruas-Meysse pour ces informations. J’espére que d’autres syndicats auront cette même idée ,
    INFORMER
    😉 ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.