Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait !

Audience de conciliation et orientation du 12/04 annulée…Narbonne : non respect des normes de rejet de NOx  (oxydes d’azote) autorisées dans l’atmosphère…30ème conférence des CLI : la sous-traitance au cœur des discussions et ce n’est certainement pas fini (lol). La qualité et la surveillance de l’exploitant des soudures de l’EPR de Flamanville posent d’énormes problèmes, le démarrage de CX2 à Tricastin (pourtant inauguré) recherche aussi des soudeurs confirmés…

Petites infos en vracs : Intégration de l’Association MZC à la CLI Cadarache / ITER un rdv avec Madame SAEZ est pris, les derniers événements sur le site de Cadarache (chute d’un fût de déchet) déclaré 7 mois après : l’ASN met en demeure le CEA de Cadarache nous expliquerons ce qui s’est réellement passé de l’intérieur , merci aux collègues pour leurs précieuses explications  😉 . Notre Marraine Mathilde Panot rencontre cette semaine Barbara POMPILI pour faire le point sur le rapport de la Commission d’Enquête Parlementaire et les préconisations de celui-ci sur la sous-traitance 🙂 il va y avoir du sport 🙂 .

Bonne lecture à toutes et tous et n’oubliez pas de partager l’information autour de vous 🙂 R-éveillez vous chers collègues, il est encore temps !

Pour Orano la section Activités Diverses du Conseil des Prud’hommes de Nanterre, n’est pas compétente pour statuer sur la mise à pied de Gilles REYNAUD Président de l’Association MZC.

Y a t-il un intérêt particulier à saisir la section Industrie ? Très probablement. N’oubliez pas que des représentants des employeurs sièges dans cette instance et que ce sont très souvent des DRH d’Orano qui y défendent la cause …Nous savons également que les avocats d’Orano disposent d’un accés direct aux parking du tribunal de Nanterre alors que les avocats adverses non ! Y à t-il des petits arrangements entre ami-es ? …

Merci pour vos nombreux messages de soutien et financier 😉

Dans notre précédent article nous vous informions de la mise en place de la charte éthique Orano (Orano renforce son dispositif d’alerte éthique,sans oublier les fameux Yhellows de l’appel du 18/06/2018 de Philippe Knoche pour rechercher des salarié-es dans le groupe pour être les ambassadeurs du nucléaire sur les réseaux sociaux.

Les adhérent-es de notre collectif sont toutes et tous les vrai-es ambassadeurs en défendant bec et ongle l’intérêt général des salarié-es et celui des populations, n’en déplaisent à certain-es 😉 Cela ne fait que 10 ans à vrai dire, que nous vous informons sur nos divers réseaux sociaux de l’inquiétante situation dans laquelle nous nous trouvons.

Le Yhellow laissera t'il la place à l'Oranozaurus ?Dites nous "les salarié-es" se dont vous avez besoin, nous "la…

Publiée par Ma zone contrôlée sur Vendredi 14 septembre 2018

Ci-dessous l’appel du 18 Juin du Général de GAULLE 😉 non on déconne 🙂

Bonjour,

Comme vous le savez, le plan de transformation digitale de notre groupe se déploie et porte notamment sur le volet de la communication digitale externe.

Dans ce contexte, nous souhaitons vous proposer aujourd’hui de participer à notre nouveau programme de salariés ambassadeurs: « Yhellow ».

Les réseaux sociaux offrent l’opportunité d’établir un dialogue dynamique et direct avec le grand public et de valoriser toujours plus l’expertise de notre entreprise.

Nous sommes fiers de notre industrie, de notre groupe et des Femmes et des Hommes qui participent chaque jour à la richesse de son savoir-faire : la valorisation des matières nucléaires de la mine au recyclage mais également la gestion des déchets et le démantèlement ! Twitter, LinkedIn et Facebook sont d’excellents moyens de montrer que, derrière Orano, il y a 16 000 collaborateurs engagés qui apportent de la valeur au nucléaire.

C’est le moteur même de notre nouveau programme de salariés ambassadeurs : «Yhellow ».

« Yhellow » rassemblera toutes celles et ceux d’entre vous, passionnés par leur métier, qui souhaitent partager leur enthousiasme, leur environnement professionnel et, plus largement, la contribution du nucléaire pour le développement de la société.

Dans le prolongement du débat public souhaité par le gouvernement sur la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), « Yhellow » est une occasion donnée à chacun d’entre nous de faire part de notre vision et de nos convictions.

Alors, si vous souhaitez participer à cette aventure et pour en savoir plus sur « Yhellow », rendez-vous sur notre intranet

Nous comptons sur vous pour porter les couleurs d’Orano et celle du nucléaire, une énergie en laquelle nous croyons.

Ensemble, donnons toute sa valeur au nucléaire.

Philippe Knoche le 18/06/2018

Mais,mais,mais,

cette nouvelle affaire à Narbonne vient si besoin renforcé notre détermination de vous informer pour lutter ensemble contre ces (frauduleuses) pratiques (jugez vous même)

Narbonne : mis à pied, un salarié CGT place Orano devant les prud’hommes.

Le conseil des prud’hommes de Narbonne examinait cet après-midi la saisine de F, un élu syndical CGT mis à pied par Orano par lettre le 13 juin 2018. Son avocat va jusqu’à le qualifier de lanceur d’alerte.

« C’est un dossier qui soulève des questions tant sur le plan des libertés individuelles que celui des libertés fondamentales ! » a démarré avec emphase maître Cambon, l’avocat de F. mis à pied par Orano, son employeur.

Employé depuis 2009 par la Comurhex, (aujourd’hui Orano), F., représentant du personnel élu au Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail et délégué du personnel, a été interpellé par ses collègues le 23 mai 2018. Ce jour-là, (au cours d’un week-end), les salariés sont venus le chercher, car ils contestaient la décision du chef de poste, qui, selon eux, ne respectait pas la réglementation en vigueur au sein de l’entreprise.

« C’est précisément l’élu au CHSCT qu’ils ont sollicité et non pas un collègue lamda » explique l’avocat. Celui-ci précise que la réglementation en question que tenaient à respecter les salariés concernait les normes de rejet de NOx  (oxydes d’azote) autorisées dans l’atmosphère. « On sanctionne l’élu du CHSCT dans l’exercice de son activité syndicale, en tentant de le bâillonner  » souligne maître Cambon, qui demande l’annulation de cette sanction, jugée discriminatoire. Maître Cambon évoque « l’omerta régnant dans l’entreprise Orano ». Et l’avocat revient alors sur les faits : « En dépit de l’alarme de dépassement de seuil, le chef de poste enjoint les employés à continuer à produire ». Cyril Cambon tient à rappeler que ces faits se produisent « 19 jours après un arrêt de la Cour d’appel de Montpellier qui reconnaît le bien-fondé d’associations environnementales face aux rejets intempestifs de NOx par Orano ;  le juge a estimé que le non-respect des émissions dans l’atmosphère était une atteinte aux intérêts collectifs » . L’avocat a alors incité les conseillers prud’homaux à considérer le salarié comme un lanceur d’alerte, qui a le droit de s’interroger sur les rejets de NOx émis par son entreprise.

L’avocat d’Orano rejette toute notion de « lanceur d’alerte »

Au cours de l’entretien relatif à la sanction, les deux représentants de la direction (« deux cadres en partance l’un démissionnaire, l’autre muté » a noté maître Cambon), ont fait état de propos injurieux proférés par F à l’encontre de son supérieur hiérarchique, des « propos non caractérisés » a plaidé Cyril Cambon.

Et c’est sur cette base-là que Vincent Vinot, du barreau de Nîmes, l’avocat d’Orano a nourri sa plaidoirie, se refusant à aller, lors de l’audience sur le terrain de la réglementation de rejet de NOx. Balayant d’un revers de manche l’hypothèse du lanceur d’alerte, maître Vinot a rappelé que la procédure dans ce cas était précise : « Cette affaire n’en revêt absolument pas le caractère », pour laquelle la loi de 2016 vise, outre un crime ou un délit, une menace grave pour la santé publique. Et l’employé dans ce cas doit saisir son supérieur hiérarchique. « Or cette « alerte » s’est manifestée tout autrement : par des  insultes visant le chef de poste, au lieu d ‘un rapport. C’est là le cœur de cette affaire, non pas une  alerte, mais une provocation, un  manquement grave au respect et à la courtoisie dûs à un supérieur hiérarchique  »  a exposé maître Vincent Vinot, justifiant le recours à la mise à pied.

Le jugement du tribunal a été mis en délibéré jusqu’au 13 mai prochain.

Véronique Durand

Source : https://www.lindependant.fr/2019/04/01/mis-a-pied-un-salarie-cgt-place-orano-devant-les-prudhommes,8104000.php

Petit retour en arrière donc sur la 30ème conférence des CLI.

La table ronde sur la sous-traitance a été très riche d’interrogations sur les conditions de celle-ci ! Si certain-es doutent encore de l’urgence d’améliorer le quotidien des 160 000 salarié-es de la sous-traitance,vous avez un grave problème de compréhension (lol) .

Nous attendons impatiemment notre convocation par le HCTISN (Haut Comité pour la Transparence et l’Information sur la Sécurité Nucléaire) pour témoigner de la situation (technique/sociale) explosive sur l’ensemble du parc des salarié-es de la sous-traitance,sans filtre,vous pouvez compter sur nous évidemment.

Le business et la fraude organisées par le COPSAR doit cesser…nous nous y emploierons !

Dossier complet sur la 30ème conférence des CLI : 30e Conference CLI – Actes

Notre association vit principalement grâce aux forces vives que représentent ses adhérents et ses membres.La cotisation est un acte majeur de la vie associative,car elle est pour nous un moyen capital de mettre concrètement nos idées en pratique et vous invitons à adhérer directement en ligne. «Paiements PayPal Sécurisés» 

😉BANZAÏ 😉

♡☺ Grâce à votre adhésion/don nous pouvons avoir de l’ambition pour l’ensemble des petites mains invisibles de cette industrie  ♡☺

 

1 comment for “Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait !

  1. exosphene
    15 avril 2019 at 19 h 55 min

    Il y a tout de même un problème dans le nucléaire et un sacré problème !!!

    1) C’est d’une part le fait de recevoir une alerte ou une plainte.
    On voit bien ce qui se passe avec le cas de G Reynaud et le Prud’homme de Nanterre !!! Le CPH fait preuve d’une négligence et d’une incompétence, qu’il est difficile de faire passer pour anodine. Cela s’appelle tout simplement de la complaisance des prud’hommes vis à vis de l’atome, c’est un us et coutume local et bien Français.
    Autant vous dire que lorsque la chambre de l’industrie est « enfin » saisie vous avez tout intérêt de bien vérifier pour qui travaillent les membres du conseil qui vont statuer votre l’affaire auprès du CPH de Nanterre. Vous pourriez avoir de méchantes mauvaises surprises comme l’atome sait si bien en préparer, (on a eu une tentative cas comme cela il n’y a pas bien longtemps où la moitié des jurés travaillaient pour l’entreprise incriminée)

    2) Recevoir l’alerte c’est déjà la première des choses, mais ensuite il faut la traiter, et lorsque l’on lit la réponse de l’ASN faite à M Guerrite sur les cas de cancers suspect de Soulaines, on comprend par cette formulation qui manque cruellement d’enthousiasme, que l’ASN en restera au niveau de la paperasse et que tout cela passera en pertes et profits.
    Ce n’est pas vraiment le type de discours qui rassure sur la manière dont sera traitée l’alerte, on serait en droit d’attendre une réponse du genre  » des analyses environnementales seront effectuées par un laboratoire certifié indépendant, pour rechercher les possibles liens de cause à effets ».

    En fait avec ce genre de discours l’ASN fait déjà dans l’éolien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.