Fukushima

Aux travailleurs de Fukushima.

Ceux des premiers instants, les plus terribles de la catastrophe nucléaire.
Ceux qui chaque jour continuent de se battre contre la situation qui s’aggrave.
Ceux qui devront les remplacer, pendant de nombreuses années.
A leur famille et à leurs proches.

Voici un message de reconnaissance et de sympathie qui vient de France.

Si vous ne pouvez pas compter sur vos employeurs et dirigeants pour vous traiter correctement, vous n’êtes pas pour autant seuls, déconsidérés, face aux problèmes difficilement surmontables que vous devez affronter.

Même si c’est une faible consolation, à des milliers de kilomètres, des inconnus, des gens ordinaires comme vous, sont avec vous en pensée et vous remercient du fond du cœur pour votre courage et votre volonté.

Vous êtes des gens importants, qui méritez le respect, de par les responsabilités qui reposent sur vos épaules, et en raison de ce que vous accomplissez sans vraiment recevoir en retour reconnaissance ni gratifications.

On ne peut pas en vouloir à l’ouvrier qui a débranché le mauvais tuyau, appuyé sur le mauvais bouton ou fait déborder un réservoir, à cause d’un manque de formation, d’instructions précises, ou de moyens de contrôle.

On ne peut pas en vouloir au travailleur qui perd le moral, car il est aux prises avec des conditions de travail difficiles et périlleuses.

Des gens comme nous, qui sont de votre côté, qui comptent sur vous, qui vous offrent leur confiance et leur soutien moral, qui ne vous oublient pas, il y en a des milliers, et même sûrement des millions à travers le monde.

Nous ne vous connaissons pas, mais nous sommes des êtres humains comme vous, des citoyens de la Terre. Nous connaissons la difficulté de votre situation, et si nous ne pouvons pas faire grand-chose pour vous, nous tenons à vous dire merci pour ce que vous faites, merci pour les risques que vous prenez pour nous tous. Nous sommes avec vous.

Merci aux « Fukushima 50 » et à toutes les personnes courageuses, qui depuis le premier jour de la catastrophe n’ont pas hésité à mettre leur vie en danger pour éviter qu’une situation encore plus grave ne se produise.

Merci à toutes les personnes dont on ne parlera jamais, qui chaque jour à leur niveau, participent à la tâche colossale de juguler le péril radioactif à la centrale nucléaire de Fukushima.

Notre soutien moral et nos pensées vont vers vous et vos familles, et vers les proches des victimes qui ont laissé leur santé ou leur vie dans ce combat.

Je serais très heureux que d’autres personnes ou d’autres groupes reprennent cette idée, et expriment aussi leur soutien à ceux qui luttent sur le champ de bataille de Fukushima.

Diffusez ce message sur votre site ou blog, contactez-nous pour le traduire dans d’autres langues et pour figurer dans la liste des participants.

Rédigez votre propre message de réconfort si vous préférez, et diffusez-le également.

Vous pouvez également écrire un courrier traditionnel, voici l’adresse postale de la « base arrière » des travailleurs au J-Village :

〒979-0513 福島県双葉郡楢葉町大字山田岡字美シ森8 番J ヴィレッジ内
福島復興公社
福島第一原発の作業員の皆様へ

Fukushima Revitalization Headquarters at J-Village
8, Utsukushi-mori, Yamada-oka aza
Naraha-machi oaza, Futaba-gun
979-0513, Fukushima
Japan

Si nous sommes assez à relayer et démultiplier ce mouvement de soutien fraternel, si assez de médias s’en font l’écho, alors peut-être que cela incitera le Japon à faire un geste en faveur de ces hommes courageux.

Merci à vous tous,
Franck
Kna-blog.blogspot.com

Aux travailleurs de Fukushima (1)

separateur2

(Ici nous respectons la loi sur les droits d’auteur, le travail de la presse et des journalistes professionnels)

Notre amitié aux uns, notre respect aux autres, bises à toutes et tous.

Nous essayerons avec cette nouvelle page de vous informer sur la situation à Fukushima afin de ne…jamais oublier !

Laisser un commentaire , un lien internet vers un site d’information qui traite de Fukushima en bas de cette page .

58 comments for “Fukushima

  1. Sandokan
    9 septembre 2016 at 6 h 36 min

    Hello les camaraaades!

    un peu des nouvelles du Pays du SOLEIL LEVANT

    http://www.fukushima-blog.com/2016/09/fukushima-consequences-de-la-radioactivite-sur-la-faune.html

    chacun doit se faire son opinion, doit-on encore croire à la maitrise de l’atome ?

    sommes-nous prets à supporter une catastrophe similaire?
    sommes-nous prets tout simplement???

    http://www.legrandsoir.info/comment-la-france-se-prepare-t-elle-a-l-eventualite-d-un-fukushima.html?utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter

  2. Sandokan
    24 juillet 2016 at 18 h 20 min

    hello les camaraaades!

    des nouvelles du pays du soleil levant, vous souvenez-vous qu’un accident nucleaire, le plus grave dans l’histoire.
    surtout ne pas oublier que ça peut arriver pres de chez nous, voire chez nous!

    http://www.fukushima-blog.com

  3. Sandokan
    17 avril 2016 at 12 h 13 min

    hello

    la crainte d’un avenir pas aussi rassurant suite à la catastrophe nucleaire (arretons de dire accident) qui impacte la planete enteire, là aussi arretons de croire à la virginité des reactions nucleaires artificielles

    http://www.mondialisation.ca/les-lecons-de-fukushima-de-nouvelles-inquietudes-pour-lavenir/5513479

    http://www.mondialisation.ca/meme-des-robots-meurent-a-fukushima/5513487

    pour toutes et tous qui sont en recherches detaillées d’infos sur la situation actuelle au pays du soleil levant

    http://www.fukushima-blog.com/2016/04/fukushima-cinq-ans-apres-quel-impact-sanitaire.htm

  4. webmaster MZC
    13 mars 2016 at 17 h 57 min

    Manga : un « nettoyeur » de la centrale nucléaire raconte l’après Fukushima

    Cinq ans après la catastrophe de Fukushima, la vie continue mais à quel prix ? Alors que le Japon est actuellement en pleine commémoration, les éditions Kana publient en France le manga « Au cœur de Fukushima ». Un document étonnant où un travailleur chargé de la décontamination de la centrale 1F a pris son crayon pour partager son quotidien.

    Kazuto Tatsuta (un pseudonyme), l’auteur de ce nouvel ouvrage, présente en effet la particularité d’être l’acteur principal de son histoire singulière. Ce mangaka de formation, habitué des petits boulots pour exercer son art, avait choisi au lendemain de la catastrophe, le 11 mars 2011, de se rendre utile en proposant ses services pour nettoyer le site. Embauché par la société Tepco, il se glisse tous les jours dès juin 2012 et durant plusieurs mois dans ses combinaisons Tyvek pour travailler au milieu des radiations

    Véritable plongée dans l’univers des ouvriers du nucléaire, « Au cœur de Fukushima », vendu à plus de 350 000 exemplaires au Japon, s’apprécie comme une « bd-reportage » précieuse pour observer et comprendre la vie méconnue de ce personnel courageux.

    Kazuto y témoigne avec force détails des conditions de travail très strictes dans lesquelles il évolue avec ses collègues. Sans dénoncer personne, mais en prenant soin d’ancrer son récit dans la dure réalité, il s’applique à démystifier, planches après planches, leur tâche saluée par le pays tout entier, sans que personne ne connaisse réellement la nature de leur fonction. Car nettoyer une centrale ravagée par une catastrophe d’une ampleur rarissime se révèle être plus « banal » qu’il n’y paraît, sauf qu’on y risque sa vie chaque jour.

    Tantôt grave, tantôt joyeux, « Au cœur de Fukushima » témoigne du petit monde qui fourmille et gravite plus ou moins près des radiations. S’il n’est pas servi par un style graphique très léché, on se plaît à trouver une certaine justesse et surtout un point de vue inédit sur cette catastrophe où de nombreuses zones d’ombre subsistent encore cinq ans plus tard.

    http://www.directmatin.fr/bd/2016-03-13/manga-un-nettoyeur-de-la-centrale-nucleaire-raconte-lapres-fukushima-724881

  5. Sentinelle26
    12 mars 2016 at 17 h 12 min

  6. webmaster MZC
    15 février 2016 at 5 h 41 min

    Fukushima serait mieux préparée en cas de nouvel accident

    Si la centrale japonaise Fukushima Daiichi reste sous la menace potentielle d’une autre catastrophe naturelle, celle-ci n’aboutirait pas au même désastre qu’en mars 2011, affirme le directeur.

    « S’il se produisait un nouveau tremblement de terre important suivi d’un tsunami, ce serait un moment très difficile mais nous ne tomberions pas dans la même situation de confusion », affirme Akira Ono, le directeur de la centrale.

    Le 11 mars 2011, un séisme de magnitude 9 au large des côtes nord-est de l’archipel avait été à l’origine d’un dévastateur raz-de-marée. La compagnie Tokyo Electric Power (Tepco) avait alors été accusée d’un manque de préparation aboutissant à une gestion très critiquable de la crise.

    La coupure totale de l’alimentation électrique des installations et des systèmes de refroidissement avait entraîné la fusion du combustible dans trois des six réacteurs, puis des explosions d’hydrogène avaient détruit une partie des bâtiments.

    Les énormes quantités d’éléments radioactifs rejetées en quelques jours dans la nature avaient forcé des dizaines de milliers de personnes à quitter dans la précipitation la région, qui demeure en partie inhabitable.

    Des murs censés arrêter un tsunami

    Aujourd’hui, les équipes sont mieux préparées et les risques potentiels dus au combustible des réacteurs de facto amoindris, même s’il reste absolument nécessaire de continuer à refroidir l’ensemble, selon Akira Ono.

    Tepco a également construit des murs censés arrêter un tsunami de 15 mètres, comme celui subi en mars 2011. Quelque 8000 travailleurs, allant des experts du nucléaire à des ingénieurs et techniciens de divers secteurs, s’escriment chaque jour sur le site.

    Des progrès ont été réalisés (déblaiement, retrait des véhicules renversés, extraction de combustible usé d’une piscine, etc.), mais les séquelles du drame sont encore bien visibles par endroits. Les conditions de travail ont aussi été nettement améliorées.

    Reste que le niveau de radioactivité demeure extrêmement élevé à l’intérieur des bâtiments des réacteurs, de facto inaccessibles à l’homme. Par ailleurs, plus d’un millier d’énormes réservoirs stockent d’importantes quantités d’eau en partie contaminée, dont nul ne sait à ce jour ce qu’elle deviendra à terme.

    Il faudra au moins quatre décennies pour démanteler cette centrale située à un peu plus de 200 kilomètres au nord-est de Tokyo, avec des technologies qui, pour la plupart, restent à inventer.

    http://www.sudouest.fr/2016/02/10/fukushima-serait-mieux-preparee-en-cas-de-nouvel-accident-2269852-4803.php

  7. hollowman of ardeche
    26 octobre 2015 at 7 h 26 min

    hello

    un peu des nouvelles pas tres optimistes du pays du soleil levant
    http://www.fukushima-blog.com/2015/10/fukushima-bilan-d-une-situation-sanitaire-inquietante.html

    « il est toujours trop tot, à moins qu’il ne soit trop tard… »

  8. hollowman of ardeche
    1 juillet 2015 at 19 h 07 min

    hello

    rien a dire de plus, lisez et faites-vous votre propre opinion de cette « salete » nucleaire

    http://www.fukushima-blog.com/2015/06/sensibiliser-les-australiens-sur-les-implications-de-fukushima-docteur-helen-caldicott.html

  9. webmaster MZC
    7 mai 2015 at 14 h 32 min

  10. hollowman of ardeche
    10 avril 2015 at 19 h 20 min
  11. MZC Facebook
    20 mars 2015 at 6 h 05 min

  12. MZC Facebook
    11 mars 2015 at 6 h 08 min

  13. webmaster MZC
    10 mars 2015 at 19 h 08 min

    Catastrophe nucléaire de Fukushima : le film des événements quatre ans après

  14. Sandokan
    5 mars 2015 at 20 h 20 min

    hello

    http://www.fukushima-blog.com/2015/03/travailleurs-a-fukushima-daiichi.html

    reflexion apres la lecture, le nucleaire est vraiment DANGEREUX pour toute l’humanité
    et franchement mal maitrisé, sinon ça saurait, non!

    à bientot et courage à toutes et tous

  15. Galien
    28 février 2015 at 13 h 45 min


    Fukushima : nouvelle fuite d’eau dans un bâtiment de la centrale nucléaire

    Une fuite d’eau a été détectée ce vendredi matin vers 11h20 locales (2h20 GMT), dans le bâtiment de la turbine du réacteur n°4. Un technicien de Tokyo Electric Power (Tepco) a mesuré une étendue d’eau de 20 mètres de long et 6 de large. Des prélèvements vont être réalisés pour déterminer la radioactivité de l’eau, a indiqué Tepco.

    Cette fuite se produit moins d’une semaine après la contamination importante de l’eau d’un canal qui traverse le site et se déverse dans la mer. La société japonaise était toujours dans l’incapacité ce vendredi d’expliquer la montée subite de rayonnement bêta qui s’est observée.

    Le président de l’autorité nucléaire Shunichi Tanaka avait déclaré mercredi « je veux que soit bien comprise la cause de cet incident ». Il s’était irrité de constater la lenteur avec laquelle le courant d’eau vers le Pacifique avait été stoppé, près d’une heure et demie après le retentissement de l’alarme. La société Tepco doit gérer le problème épineux de l’eau à Fukushima, où les eaux d’arrosage, les eaux souterraines, les eux de pluie et ce liquide plus ou moins radioactif se mêlent, avec des moyens trop limités pour les traiter correctement.

    Des centaines de réservoirs ont déjà été construits dans la centrale qui avait été endommagé par le tsunami en mars 2011, ce qui n’empêche pas les quantités d’eau d’augmenter quotidiennement.
    LaDepeche.fr

    http://www.ladepeche.fr/article/2015/02/27/2057260-fukushima-nouvelle-fuite-eau-batiment-centrale-nucleaire.html

  16. Sandokan
    22 février 2015 at 15 h 25 min

    Bonjour à toutes et tous

    des nouvelles du pays du soleil levant, vous savez le pays ou un accident nucleaire majeur a eu lieu. c’est aussi une catastrophe aux effets devasteurs qui durera des decennies et il serait bien de ne pas l’oublier

    http://www.20minutes.fr/planete/1546395-20150222-fukushima-nouvelle-fuite-eau-radioactive-detectee

  17. Sandokan
    18 février 2015 at 12 h 24 min

    HELLO

    http://www.romandie.com/news/Fukushima-lAIEA-insiste-sur-la-possibilite-de-rejeter-en-mer-leau-decontaminee/566938.rom

    alors par principes de precaution que chacun prendra en toute conaissance et en toute conscience, il serait preferable d’eviter de consommer tous les produits de l’ocean Pacifique qui à force d’etre à son tour pollué par le deversement de cette eau contamiée ne pourrait plus l’etre…Pacifique!
    vive les effets secondaires d’un accident nuclaire majeur qui ruine la faune et la flore et l’humanité pour des siecles, mais pour certain(e)s ça ne vous touche pas puisque vous avez occulté cet evenement par deni et aveuglement
    un jour nous payerons cher, tres cher!

  18. Sandokan
    12 février 2015 at 8 h 17 min

    HELLO

    un temoignage…no comment!
    chacun d’entre nous se fera sa propre opinion sur cette catastrophe la pire de toutes et pas la derniere, c’est certain.

    https://lundi.am/Rester-a-Tokyo

  19. Sandokan
    2 février 2015 at 18 h 05 min
  20. Sandokan
    23 janvier 2015 at 6 h 57 min

    hello

    pour notre devoir de memoire, ne pas oublier, ne pas etre dans le deni
    http://www.fukushima-blog.com/2015/01/nouvelles-de-fukushima-en-janvier-2015.html

  21. Redaction MZC
    21 décembre 2014 at 11 h 01 min

    Centrale nucléaire de Fukushima : le danger de la piscine du réacteur 4 enfin écarté

    L’un des plus gros dangers à la centrale accidentée de Fukushima est désormais écarté avec le retrait achevé du combustible nucléaire de la piscine du réacteur numéro 4, un bon point pour Tepco dont le calvaire est cependant loin d’être terminé.

    «C’est une avancée importante», s’est félicité samedi devant la presse le directeur de la centrale, Akira Ono, en s’empressant d’ajouter «le travail de démantèlement continue», sachant l’ampleur des tâches titanesques restantes.

    il n’empêche. Le succès de cette opération importante, qui a pris plus d’un an, est une excellente nouvelle et une surprise pour beaucoup qui n’imaginaient pas possible que Tokyo Electric Power (Tepco) mène cette tâche à bien sans au moins un pépin, compte tenu de précédents peu glorieux.

    «Il y a eu cette fois un très gros travail de préparation», souligne anonymement un expert du secteur selon qui «Tepco avait pleinement conscience de l’importance du défi et du danger».

    «Les dirigeants de la compagnie ont compris que la sûreté était la priorité», déclarait il y a quelques mois à l’AFP l’ex-présidente de l’autorité nucléaire britannique, l’Américaine Barbara Judge, qui conseille Tepco.

    «Le plan de retrait du combustible usé de la piscine du réacteur 4, la première grande étape dans le démantèlement de la centrale Fukushima Daiichi, en est le premier exemple. Il a été préparé simultanément sur le volet technique opérationnel, et sur celui de la sûreté», précisait-elle.

    Quand a commencé cette extraction en novembre 2013, il y avait dans la piscine 1.533 assemblages (deux avaient auparavant été enlevés pour des tests et examens), dont 1.331 usés et 202 neufs….

    http://www.liberation.fr/monde/2014/12/21/centrale-nucleaire-de-fukushima-le-danger-de-la-piscine-du-reacteur-4-enfin-ecarte_1168176

  22. Sentinelle26
    4 décembre 2014 at 18 h 32 min

  23. Sandokan
    1 décembre 2014 at 20 h 33 min

    Hello les gens d’ici

    Une petite vidéo! C’est juste pour alimenter ce feu que nous devons entretenir. Celui de la mémoire

    https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=jZpEAXNqcqY

    A bientôt

  24. webmaster MZC
    10 novembre 2014 at 11 h 52 min

    Fukushima: le Japon a choisi d’incinérer des tonnes de déchets radioactifs

    Trois ans et demi après le drame, le plus possible de végétaux et de matériaux vont être brûlés et les cendres stockées.

    En circulant à Kawauchi, un petit village situé des deux côtés de la ligne des 20 kilomètres autour de la centrale de Fukushima, de nombreux sacs d’un mètre cube sont remplis de déchets végétaux par des « dépollueurs » du nucléaire. Plantes, herbes, lichens, arbustes qui bordent la route sont enfouis dans ces grands emballages. Ainsi, la radioactivité reçue par les personnes qui circulent sur ce chemin est réduite. Les végétaux sont aussi enlevés dans les 20 mètres autour des maisons.

    Avec Date et Minamisoma, Kawauchi est l’un des « villages modèles » cités en exemple par l’AIEA (Agence internationale de l’énergie atomique) et le gouvernement japonais. Les efforts engagés sont gigantesques. Il y a moins d’un an, les projets financés par le gouvernement étaient déjà évalués à 10 milliards d’euros depuis l’accident nucléaire de mars 2011, uniquement pour la décontamination des sols, des maisons et d’une microscopique partie des forêts…

    http://www.lefigaro.fr/sciences/2014/11/09/01008-20141109ARTFIG00177-fukushima-le-japon-a-choisi-d-incinerer-des-tonnes-de-dechets-radioactifs.php

  25. Sandokan
    21 octobre 2014 at 6 h 18 min

    hello les gens d’ici

    histoire de ne pas oublier ce pan de l’industrie de l’atome, et les revers de celle-ci!
    ne pas se voiler la face, il est de plus en plus probable qu’un jour quelque part en Europe (deja produit, mais bis repetita ) un accident nucleaire majeur se produise

    vhttp://www.gen42.fr/fukushima-du-mensonge-au-cynisme-et-de-la-peur-a-loubli/oilà un article

    apres chacun d’entre nous se fera son opinion sur cette gabegie industrielle tournée sur un seul mot d’ordre le PROFIT quelqu’en soient les risques pris ou a prendre malheureusement au grand dam d’autres industries qui peinent à etre reconnues et à etre demystifiées à l’instar du monde nucleaire

  26. webmaster MZC
    15 septembre 2014 at 6 h 02 min

    Fukushima : le témoignage inédit de l’homme qui a évité le pire

    Dans une audition qui ne fait surface qu’aujourd’hui, le directeur de la centrale en mars 2011 met en cause la gestion de la crise par le gouvernement et Tepco, l’opérateur.

    C’est un témoignage de première main qui a valeur de document historique. Il émane de celui qui a évité le pire à la centrale de Fukushima Daiichi après le séisme et le tsunami du 11 mars 2011. Masao Yoshida était aux manettes du site quand la catastrophe naturelle a viré à l’accident nucléaire planétaire. Trois ans et demi jour pour jour après le 11 mars, le gouvernement japonais a publié ce jeudi les auditions de 19 des protagonistes de la crise de l’accident, dont celle du directeur de la centrale, reprises par la presse japonaise.

    Décédé d’un cancer l’année dernière, Masao Yoshida avait passé près d’une trentaine d’heures entre juillet et novembre 2011 à raconter cette crise à un groupe d’enquêteurs gouvernementaux. Ces auditions ne devaient pas être publiées, mais deux journaux, dont l’Asahi Shimbun en août, avaient publié de larges extraits. Sous la pression des médias, le gouvernement japonais a finalement décidé de rendre public ce document unique sur la plus grave crise nucléaire depuis Tchernobyl en 1986. Quitte à contredire les dernières volontés du patron de Fukushima qui ne souhaitait pas que ses propos soient publiés….

    http://www.liberation.fr/monde/2014/09/11/fukushima-un-temoignage-inedit-de-l-homme-qui-a-evite-le-pire_1098374

  27. webmaster MZC
    25 juin 2014 at 6 h 15 min

    Fukushima: le transfert de combustible de la piscine 4 aux trois quarts réalisé

    Près des trois quarts du combustible stocké dans la piscine de désactivation du réacteur 4 de la centrale de Fukushima au moment de l’accident a été transféré, pour le moment sans problème, dans un lieu plus sûr, selon les plus récents chiffres de la compagnie Tepco.

    A la date du 23 juin, 1.100 assemblages de combustible usé sur 1.331 (82,6%) et 22 neufs sur 202 (10,9%), avaient été déplacés, soit près de 75% du total contenu dans ce bassin fragilisé par le séisme et le tsunami du 11 mars 2011, a précisé Tokyo Electric Power (Tepco).

    Ce travail délicat avait débuté mi-novembre 2013 et devrait s’achever à la fin de cette année.

    Pour le moment, Tepco a effectué 51 fois la même opération consistant à plonger un caisson vide dans la piscine, à y transférer 22 assemblages avant de le refermer, de le sortir, de le déplacer jusqu’à une autre piscine distante plus sûre et d’y décharger les assemblages….

    http://www.techniques-ingenieur.fr/actualite/fukushima-le-transfert-de-combustible-de-la-piscine-4-aux-trois-quarts-realise-article_286273/

  28. hollowman of ardeche
    4 mai 2014 at 10 h 17 min

    hello les camaraaaades!

    une video d’une rare intensité, a voir et a diffuser
    http://www.vivre-apres-fukushima.fr/fukushima-ils-mentent-au-monde-entierk-idogawa-24-04-14/

    apres chacun se fera son opinion, mais la situation est ce qu’elle est est, l’humanité depuis ce jour est en plein bouleversement et des questions vitales sont posées, mais les reponses tardent à etre clairement dites par les autorités

  29. hollowman of ardeche
    16 avril 2014 at 5 h 32 min

    Hello!
    un homme averti en vaut deux…
    http://www.vivre-apres-fukushima.fr/particules-chaudes-a-500km-de-fukushima/

    encore une fois, la contamination ne sera pas limitée au Japon, mais tres etendue, no comment!

    bon courage à toutes et tous

  30. Deglingos
    15 avril 2014 at 6 h 18 min

    Des pompes déversent par erreur de l’eau ultra-contaminée dans des bâtiments

    Des pompes qui fonctionnaient par erreur ont répandu d’importantes quantités d’eau hautement radioactive dans divers bâtiments de la centrale nucléaire japonaise.

    Une nouvelle pollution liée à la centrale accidentée de Fukushima. Quatre pompes qui fonctionnaient par erreur ont répandu d’importantes quantités d’eau hautement radioactive dans divers bâtiments de la centrale nucléaire japonaise, selon un courriel de la compagnie Tokyo Electric Power (Tepco).

    Ces pompes qui ne devaient pas être en service ont été stoppées dans l’après-midi du dimanche 13 avril, mais entre-temps les sous-sols de deux bâtiments ont été inondés. Tepco a évalué à 203 m3 la quantité de liquide qui s’est répandu dans ces lieux d’incinération situés non loin des réacteurs mais censés rester secs.
    Le système de traitement de l’eau n’en finit pas de tomber en panne…

    http://www.francetvinfo.fr/monde/japon/fukushima-des-pompes-deversent-par-erreur-de-l-eau-ultra-contaminee-dans-des-batiments_576641.html

  31. DI Man
    13 avril 2014 at 11 h 02 min

    Mon expérience en centrale nucléaire
    12 avril 2014


    M. HORIE Kunio voulait savoir ce qu’était le travail dans une centrale nucléaire, et ne pouvant pas le savoir, il décida de l’expérimenter lui-même en y travaillant. Il commença à travailler à la centrale de Mihama, dans la préfecture de Hukui, et ensuite à Fukushima. Je trouve que ce livre a une grande valeur, c’est pourquoi j’ai traduit la partie qui concerne Fukushima. Certainement dans toutes les centrales du monde, même à présent, les ouvriers travaillent ainsi.

    Au sujet de mon travail dans la centrale nucléaire de Fukushima….

    http://www.fukushima-blog.com/2014/04/mon-experience-en-centrale-nucleaire

  32. hollowman of ardeche
    12 avril 2014 at 8 h 26 min

    http://www.fukushima-blog.com/2014/04/quand-la-science-n-est-pas-la-bienvenue.html

    le lobbying du nucleaire se satisfait de ses propres etudes scientifiques, et de continuer à nous faire croire que c’est sans danger….et leur credo

  33. webmaster MZC
    12 avril 2014 at 7 h 22 min

    Un manga sur la centrale de Fukushima

    Il porte un nom d’emprunt, cache presque son visage, mais ses dessins, eux, sont très visibles et remarqués: Kazuto Tatsuta est l’auteur de ichi-efu, un manga sur la centrale accidentée de Fukushima où il a passé six mois….

    «Je ne suis pas satisfait des informations dans la presse, qui sont trop souvent subjectives», s’excuse-t-il presque.

    «Comme je le montre dans le manga, les travailleurs de Fukushima sont des gens tout à fait normaux et ordinaires, qui rient beaucoup et blaguent sans arrêt. Ce n’est pas l’enfer permanent, même si le travail est dur. Et les travaux à l’intérieur avancent, contrairement à ce qu’on peut lire ici et là».

    «Même mes parents ne savaient pas»…

    http://www.lapresse.ca/arts/livres/bd-et-livres-jeunesse/201404/11/01-4756774-un-manga-sur-la-centrale-de-fukushima.php

  34. hollowman of ardeche
    9 avril 2014 at 6 h 11 min

    http://www.vivre-apres-fukushima.fr/fukushima-lun-se-rend-compte-que-la-situation-nest-pas-maitrisable-lautre-vend-la-marchandise/

    et là, on s’en rend compte, la maitrise de l’atome est devenu ou a toujours éte non maitrisable
    et ça sera le « cadeau » irradié pour les generations suivantes et ce pendant des decennies, puisque ON NE SAIT PAS FAIRE!

  35. hollowman of ardeche
    29 mars 2014 at 19 h 35 min

    hello!

    faut-il se preparer au pire du pire…à lire

    http://www.gen42.fr/tepco-se-prepare-t-il-a-tirer-la-chasse/

    l’humanité est en danger, mais ça seul ceux qui s’interessent un peu encore à ce qui se deroule au pays du soleil le savent, le difficile reveil de la conscience individuelle qui par mecanisme de communication engendrera le reveil collectif de la conscience
    pour l’instant, seule la peur, voire la terreur gere le monde et interdit à la plupart d’entre nous d’agir…osez le reveil et vous vous sentirez leger(e)s

    toute priere serait vaine, puisque la boite de Pandore est ouverte, mais ne pas agir est le pire des scenarii

    courage à toutes et tous

  36. hollowman of ardeche
    28 mars 2014 at 6 h 26 min

    no comment!

    dans une situation probablement similaire qu’il pourrait se derouler en EUROPE ou plus precisement dans notre belle contrée, nous les travailleurs de l’atome, « la viande à rem », voire les liquidateurs, nous serons à la meme enseigne vis à vis du lobby de l’atome
    LISEZ CET ARTICLE
    http://www.fukushima-blog.com/2014/03/tepco-et-le-gouvernement-japonais-censurent-la-mort-de-travailleurs-de-fukushima.html

    BON COURAGE TOUT LE MONDE

  37. Redaction MZC
    25 mars 2014 at 20 h 12 min

    Eau décontaminée à Fukushima: Tepco et les pêcheurs enfin d’accord

    Les pêcheurs de Fukushima acceptent que l’eau utilisée chaque jour pour refroidir les réacteurs de la centrale accidentée – et qui se charge d’éléments radioactifs avant de ruisseler dans les galeries et de polluer la nappe phréatique – soit rejetée dans l’océan Pacifique proche après avoir été décontaminée. C’est une victoire pour Tepco, l’opérateur de la centrale qui négocie avec les pêcheurs depuis trois ans, et qui ne sait que faire de dizaines de milliers de tonnes d’eau radioactive stockées dans des réservoirs.

    Plus de 435 000 mètres cubes d’eau contaminée sont actuellement stockés dans plus d’un millier de gigantesques réservoirs montés à la hâte dans le complexe atomique de Fukushima Daiichi.
    Avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

    Tepco parvient à convaincre les pêcheurs de Fukushima – la plupart d’entre eux sont au chômage depuis l’accident nucléaire – que le meilleur moyen de résoudre le problème de l’eau radioactive qui s’accumule sur le site nucléaire, de l’eau utilisée pour refroidir les réacteurs, est de nettoyer cette eau en garantissant une efficacité de traitement suffisante pour pouvoir la rejeter ensuite dans l’océan Pacifique.

    C’est moins dangereux pour l’environnement que de continuer à construire des centaines de citernes, déstocker de l’eau hautement radioactive – déjà plus de 350 000 tonnes l’ont été –, alors que certaines citernes ne sont plus étanches, que les fuites vers l’océan Pacifique proche sont fréquentes et que l’activité sismique dans la région de Fukushima reste intense…

    http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20140325-japon-eau-decontaminee-fukushima-tepco-pecheurs-accord-nucleaire-pollution-environnement/

  38. Redaction MZC
    15 mars 2014 at 8 h 24 min

  39. hollowman of ardeche
    11 mars 2014 at 18 h 59 min

    LA CATASTROPHE DE FUKUSHIMA, au jour le jour
    http://www.acro.eu.org/chronoFukushima.html

    bonne lecture, et surtout ne pas oublier que CELA PEUT NOUS ARRIVER AUSSI

  40. webmaster MZC
    10 mars 2014 at 17 h 38 min

    A Fukushima, la gestion de l’eau contaminée freine le chantier du démantèlement

    Trois ans après la catastrophe, Tepco est incapable de limiter l’accumulation d’eau radioactive sur le site. Le groupe nucléaire japonais n’a pas encore entamé les chantiers les plus périlleux.

    Trois ans après la destruction de la centrale de Fukushima-Daiichi, le démantèlement des quatre réacteurs tarde à se matérialiser tant les équipes de Tepco et leurs dizaines de sous-traitants se retrouvent monopolisées par la gestion des infiltrations d’eau contaminée dont ils n’avaient initialement pas perçu la gravité. « Plus que le démantèlement, l’enjeu le plus prioritaire pour nous est cette eau contaminée », a reconnu, ce lundi, Akira Ono, le directeur de la centrale détruite. Il supervise un chantier qui devrait s’étaler sur près de 40 ans et coûter plus de 50 milliards de dollars. Tour d’horizon des questions clé…

    http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/energie-environnement/actu/0203362244790-a-fukushima-la-gestion-de-l-eau-contaminee-freine-le-chantier-du-demantelement-655789.php

  41. hollowman of ardeche
    8 mars 2014 at 6 h 06 min

    J-3 anniversaire mortifere d’une catastrophe planetaire…POUR NE JAMAIS OUBLIER!

    dans l’article suivant, lisez bien le passage, ou ça parle des combinaisons blanches…insensées que les « liquidateurs » n’ont que ce genre de protection, enfin c’est comme sur certains sites en France, ces combinaison sont trop trop peu en correspondance avec le risque industriel…economie quand tu nous tiens, encore une fois c’est sur le dos des salarié(e)s
    http://kna-blog.blogspot.fr/2013/11/full-tyvek-jacket-aux-travailleurs-de.html

  42. hollowman of ardeche
    7 mars 2014 at 17 h 22 min

    NO COMMENT…juste à ne pas oublier!
    http://www.vivre-apres-fukushima.fr

  43. Gus
    6 mars 2014 at 2 h 52 min

    Des SDF nettoient Fukushima
    le 5 mars 2014

    Le 11 mars, cela fera trois ans que l’inimaginable s’est produit. Un tremblement de terre énorme, de magnitude 9, suivi d’un tsunami géant sur la côte nord-est du Japon, provoque alors la plus grave catastrophe nucléaire depuis Tchernobyl, en 1986. Aujourd’hui, Fukushima est un immense chantier, où techniciens et ingénieurs font l’impossible pour reprendre les commandes de la centrale. Mais à l’extérieur, sur les milliers de kilomètres carrés contaminés, ce sont aussi les sans-abri qui grattent la terre, au péril de leur santé…

    Les yakuzas, nouveaux « experts » en décontamination…

    Les esclaves de la radioactivité

    Recruté par la société Shuto Kogyo, un sans-abri qui requiert l’anonymat a ainsi été envoyé durant dix jours, en août, décontaminer Fukushima. Sur sa fiche de paie, en haut, le salaire brut promis : 150.000 yens (1.050 euros). Et en bas, une fois déduits une caution, un loyer, des repas et diverses commissions, ce qu’il a réellement touché : 1.000 yens (7 euros) !…

    http://www.lejdd.fr/Societe/Des-SDF-nettoient-Fukushima-655215

  44. hollowman of ardeche
    1 mars 2014 at 9 h 11 min

    hello les camaraaaaades!
    a voir ou a revoir

    http://www.agoravox.tv/actualites/technologies/article/fukushima-le-desastre-nucleaire-43822

    encore un pan de cet accident majeur nucleaire qui dans un avenir proche deviendra d’une banalité affligeante !
    à lire et à ecouter

    http://www.mondialisation.ca/fukushima-les-nettoyeurs-irradies-sont-ils-informes-sur-les-risques-de-leur-travail/5359523

    ne soyons pas amnesiques et lobotomises par les autorités qui s’enlisent dans le mensonge et l’application mortifere de la methode Coué

    a bientot pour d’autres nouvelles

  45. webmaster MZC
    27 février 2014 at 17 h 09 min

  46. webmaster MZC
    24 février 2014 at 17 h 08 min

    23 févr 2014

    TEPCO se comporte comme s’il était la victime du plus grave accident industriel de tous les temps, plutôt que son auteur.
    Arnie Gundersen de Fairewinds Energy Education analyse dans cette vidéo la nouvelle fuite de l’unité 3 de Fukushima Daiichi et parle de la négligence de TEPCO de ne pas faire preuve de la rigueur nécessaire dans l’analyse des fuites…

  47. webmaster MZC
    5 février 2014 at 0 h 39 min

    Tepco affiche des bénéfices énormes

    La compagnie d’électricité japonaise Tokyo Electric Power (Tepco), connue dans le monde entier depuis la catastrophe atomique de Fukushima, a affiché vendredi un profit net énorme pour les 9 premiers mois de son exercice 2013-2014, grâce aux aides étatiques et à une augmentation des tarifs de l’électricité.

    La compagnie présente un bilan net artificiel de 773 milliards de yens (près de 6 milliards d’euros) qui repose sur les fonds qu’elle reçoit par avance afin de dédommager les victimes du drame. Incapable de faire face seule non seulement au coût exorbitant des travaux à Fukushima mais aussi aux compensations financières des personnes affectées par le drame nucléaire, Tepco reçoit régulièrement de l’argent de la part d’un fonds de soutien financé par l’Etat et toutes les compagnies d’électricité. Le total des sommes accordées à ce jour s’élève déjà à environ 4.800 milliards de yens (plus de 34 milliards d’euros au cours actuel). Tepco est toutefois censée reverser cet argent rapidement aux résidents évacués de Fukushima, puis le rembourser ultérieurement aux autorités. …

    http://www.7sur7.be/7s7/fr/2765/Environnement/article/detail/1784978/2014/01/31/Fukushima-Tepco-affiche-des-benefices-enormes.dhtml

  48. Deglingos
    26 janvier 2014 at 16 h 50 min


    Nous, citoyens du monde, prions la compagnie TEPCO et le Gouvernement japonais de cesser à l’avenir de retenir et de falsifier des informations concernant les taux de radiations observés autour des réacteurs fusionnés de la centrale de Fukushima Daiichi, ou d’en réduire le nombre. Nous prions également le Gouvernement japonais ainsi que L’AIEA (Association internationale pour l’énergie atomique) en particulier, de cesser sans délai de minimiser l’importance des radiations sur la vie humaine et la biodiversité, à court comme à long terme. Pousser les habitants de la Préfecture de Fukushimia à revenir chez eux est criminel. A ce sujet, nous prions instamment Monsieur le Secrétaire général de l’ONU Banki Moon de faire cesser l’assujetissement total de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) à celle de l’énergie atomique(AIEA)….
    http://www.avaaz.org/fr/petition/Adressee_aux_Gouvernement_japonais_President_de_TEPCO_Presidents_Pour_la_realisation_dun_sarcophage_autour_des_4_reacteu/?copy

  49. D.B
    19 janvier 2014 at 9 h 59 min

    Guillaume Bression est journaliste indépendant à Tokyo il est l’auteur de nombreux reportages sur la situation à Fukushima :
    Comment détourner plus de 100 millions d’euros par an avec la décontamination de Fukushima légalement… :

    – Tu mets en place une prime de risque de 70 € / jr net par travailleur qui décontamine dans la zone des 20 km autour de la centrale
    – Salaire moyen de ce type de travail hors prime de risque 90 € / jr
    – Dans la zone, le salaire devrait donc être de 160 € / jr… mais il est de 105 € seulement car les entreprises profitent de la prime pour payer les travailleurs au salaire minimum de 35 € + la prime de 70 €…
    – Résultat sur 70 € de prime en fait seul 15 € vont dans la poche du travailleur… et 55 € dans celle de l’entreprise et tout ça légalement… et net en plus
    – 55 € /jr x 7000 travailleurs de la décontamination dans la zone x 6 jr/semaine x 50 semaines (2 semaines de vacances…) = 115 millions € / an

    Le pire c’est que les travailleurs sont contents car c’est finalement bien payé…

  50. Sellig
    13 janvier 2014 at 6 h 13 min
  51. Gus
    11 janvier 2014 at 18 h 50 min

    Comment expliquer le silence des médias traditionnels concernant ce qui se passe sur la côte ouest des États-Unis ?

    S’il apparait que la Côte Ouest des États-Unis est contaminée, cela pourrait entraîner une catastrophe économique, et une possible migration. La Californie, l’État de Washington et la Colombie-Britannique au Canada sont des ‘economic powerhouses’ où sont situées les métropoles de San Diego, Los Angeles, San Francisco, Seattle et Vancouver. Les dommages potentiels pour l’économie en général et pour les secteur de l’agro-alimentaire, du tourisme et de l’immobilier en particulier, seraient incalculables. La valeur totale de l’immobilier de la seule Californie a été estimée en 2010 à 4.400 milliards de dollars.

    Mais jusqu’ici, il n’en est pas encore question. Comme pour le cas du réchauffement climatique, pour chaque rapport scientifique sur les conséquences catastrophiques de la catastrophe de Fukushima, on trouve également un rapport qui affirme exactement le contraire…

    http://www.express.be/joker/fr/platdujour/comment-expliquer-le-silence-des-medias-traditionnels-concernant-ce-qui-se-passe-sur-la-cote-ouest-des-etats-unis/200782.htm

  52. Déglingos
    7 janvier 2014 at 16 h 32 min

  53. webmaster MZC
    2 janvier 2014 at 9 h 47 min

    Publiée le 30 déc. 2013
    Entretien avec Yuki Takahata, interprète japonaise à Paris, fondatrice de Yosomono.net.
    Depuis trois ans dans la centrale de Fukushima, 30.000 liquidateurs se sont succédés. Il faudra encore 40 ans pour décontaminer des zones entières toujours désertes dont on racle la terre.
    25.000 réfugiés intérieurs ne rêvent que de réintégrer leurs maisons abandonnées et leurs villages.

    D’autres infos vidéos : http://www.agoravox.tv/actualites/international/article/fukushima-scandales-traumatisme-42541

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *