Exosphene et le risque Alpha à EDF !

🔬 Vous voulez tout comprendre sur la gestion du risque Alpha à EDF ?
👍 Nous vous recommandons vivement la lecture du livre : Exosphene et le risque alpha de Jean Michel Ricotou
Pour faire progresser la sécurité, sûreté nucléaire et la prévention des risques professionnelles, nous serons toujours làà, toujours làà 🎼

JSL 071219

11 comments for “Exosphene et le risque Alpha à EDF !

  1. exosphene
    11 janvier 2020 at 13 h 50 min

    L’accès au livre est en accès libre et gratuit sur : http://exosphene.over-blog.com/
    A chacun de se faire une idée de la question.

  2. pcr
    9 décembre 2019 at 15 h 26 min

    Un nouveau guide/référentiel pour les formateurs, les médecins du travail, les PCR etc ?

    • exosphene
      9 décembre 2019 at 23 h 07 min

      PCR : Cela effectivement ferait du bien, je doute fort que cela fasse plaisir à tout le monde, petit REX.

      Il est totalement absurde que les PCR de centrales soient si ignorants de l’indispensable synchronisation qui se doit d’exister entre PCR, Médecin et laboratoire de radiotoxicologie, celle-ci conditionnant la pertinence de leurs interventions sur site.
      Ceci apparaît de manière flagrante dans le suivi des prélèvements des mouchages, et de leurs interprétations.

      Quand un salarié est positif au mouchage, le PCR doit l’en informer et prendre les dispositions immédiates sur le terrain.
      Là !!! Il y a un gros problème, UN TRES GROS PROBLEME !!!
      (Et il ne se résout certainement pas en virant le sous-traitant pour motif imaginaire sans lui signifier le résultat ou en imposant à son employeur de l’envoyer sur un autre site.)

      Mais le PCR devrait aussi connaître la réactivité médicale que le médecin du travail se doit de faire effectuer pour justifier de ses préconisations, c’est à dire les examens complémentaires logiques et nécessaires qui garantiront que toutes les dispositions ont été prises pour s’assurer de l’absence de risque pour le salarié.

      Manifestement et malheureusement cela n’entre pas dans le cadre des compétences du PCR, pourtant cela engage sa responsabilité : Imaginez une affaire qui tourne mal, sur un cas de contamination avérée où le médecin est mis en cause : Vers qui pensez-vous que le médecin va se retourner pour se dédouaner ?
      Automatiquement vers le PCR et il invoquera un défaut de communication et de réactivité de sa part.
      A votre avis, qui va prendre si ça tourne mal au procès, le médecin ou le PCR ?

      Tout résultat au-dessus de la limite de détection affichée par le laboratoire et déclarée à l’IRSN se doit être prise au sérieux, pourquoi ?
      Parce qu’il n’y a pas de linéarité entre la proportionnalité du nombre de Bq détecté sur un mouchage et la gravité d’une contamination.
      Dire qu’il faut un minimum de Bq sur un mouchage pour que l’on puisse en trouver trace sur des selles est FAUX et DANGEREUX, s’il y a une limite de détection ce n’est pas pour rien.
      Il y a trop de facteurs entrant en ligne de compte qui permettent de conclure, jouer à cela ne s’appelle pas de la médecine mais de la magie.
      Cela tous PCR devraient le savoir, sauf que ce n’est pas le discours des médecins et encore moins la pratique du folklore médical sur site.

      Et ceci est la porte ouverte à toutes les dérives !!!

      Tout PCR et médecin se doit de savoir comment sont définis les facteurs de la DPUI, et à quelles mesures précises ils s’appliquent, d’où la question à quoi correspondent les résultat transmis par le laboratoire ?

      Lorsque vous évoquez ce sujet, vous avez l’étrange sensation de parler une langue étrangère que les médecins de site ne comprennent pas. (Ce qui a le don d’en rendre bon nombre beaucoup plus susceptibles que curieux)

      Ceci ne doit en aucun cas être réservé à l’exclusivité du médecin, le PCR est la seule personne habilitée à pouvoir recevoir des informations nominatives à caractère médical, à ce titre il a le devoir d’en assumer la responsabilité, de fait, il fait partie intégrante des acteurs intervenant dans le processus de suivi médical et à ce titre il est censé être assujetti au code de la santé publique et aux bonnes pratiques.

      Est-ce le cas ?

      A-t-il une habilitation de prélèvement biologique ?

      Le mouchage en est un, celui-ci ne doit pas être effectué n’importe comment, il se doit d’être tracé correctement avec feuilles d’émargements signées au moment du prélèvement (pas antidaté après réception des résultats) et en sortie de zone (et pas après la douche) et les données se devraient d’être conservées aux archives médicales consultables sur demande des patients dans l’hypothèse d’une demande de dossier médical.

      Ce qui va devenir, inévitablement, de plus en plus fréquent !!!

      Oui nous pouvons faire avancer la sécurité sur les installations !!!
      Il y a toutefois un problème, tout un système s’est construit autour de certaines pratiques que des normes internes (sur lesquelles les autorités ont jusque-là joyeusement fermé les yeux) ont transformé en « optimisation de méthodes » selon la formule consacrée, afin de mieux dissimuler ce qui n’est en réalité que de dramatiques dérives.

      Il y a fort à penser que le retour à une vraie culture RP ne déclenche pas l’enthousiasme de la Direction, car cela a un coût et c’est celui du low-cost.

      • feret
        10 décembre 2019 at 9 h 12 min

        « A votre avis, qui va prendre si ça tourne mal au procès, le médecin ou le PCR ? »

        jusque là, l’un comme l’autre ne semblent pas inquiets ? peut être qu’ils ne sont que des intermédaires qui sont protégés par et pour d’autres intérêts ?

        de probables et problématiques accès et l’évolution en Zone Contrôlée sans dispositif de comptabilisation actif et passif de la dose pourraient s’apparenter sur certains aspects à ce qui est décrit ? Pourtant tout ça est vérifiable ? Pourquoi ce n’est pas fait ?

        La filière n’est elle pas plus solide dans son organisation que ça ? Manifestement c’est possible d’aller au delà du doute ! qui les autorités « indépendantes » protègent elles ?

        • exosphene
          10 décembre 2019 at 19 h 17 min

          Si les autorités n’ont pas mis les pieds dans les plats jusqu’à présent c’est à cause du cloisonnement qui interdisait à l’ASN de poser son droit de regard sur le domaine du médical, le secret lui étant opposé. Ceci est tombé avec l’arrêté de M Touraine.
          Seulement voilà, les tribunaux jouent sur les mots de ce texte (véritable épine dans le pied) pour éviter l’écueil, et l’ASN refuse de s’exécuter : Pourquoi ? Parce qu’elle sait très bien ce qu’elle va trouver : Les intérêts en jeu sont colossaux !!!

          Un vrai suivi médical couterait une fortune à EDF, pour bien faire il faudrait un laboratoire par site, il n’y en a qu’un seul pour tous les sites de France !??
          La réalité est qu’aujourd’hui EDF n’en a plus les moyens !!! Ce qui n’est pas sans conditionner la retenue des autorités et des médecins (et là c’est du REX vécu).

          Pour ce qui est du « tout est vérifiable » clairement non !!! Loin s’en faut, car derrière le terme vérifiable il faut entendre que tout est très loin d’être vérifié, dans le détail par de vrais pro.
          Les vérifications de puceaux administratifs dont les seules compétences techniques se limitent au fonctionnement d’un photocopieur c’est du flan, sinon les malfaçons d’AREVA n’auraient jamais duré si longtemps !!!

          Quand certains vont enfin se résoudre à admettre que le médical a subi la même dérive que la métallurgie, ça va faire très mal.
          Dites-vous bien que tout ce que vous observez sur le terrain, vous pouvez le transposer au médical, c’est la même chose.

          Quand la responsable nationale du service de santé d’EDF vous dit lors d’une réunion en comité restreint « Mr avant d’être technicien d’analyses médicales vous êtes agents EDF et cela serait bien pour vous que vous ne l’oubliez pas »

          Vous en déduisez quoi ?

      • Dany le rouge
        20 janvier 2020 at 18 h 14 min

        Le pays est à feux et à sang et ils y à des gugusses qui se chicanent sur les risques Alpha comme si c’était la bombe sur le Japon. Sa me fait rire quand je lis qu’il faut faire avancer la sécurité sur les installations. J’ai travaillé plus de 35 ans sur ces installations et je n’ai pas vu diminuer le nombres d’accidents graves et mortels ni les contaminations collectives et individuelles . Alpha mieux d’aller travailler ailleurs car avec des gratouilloux comme vous ont est pas prêt de voir le monde se transformer.

        • exosphene
          20 janvier 2020 at 21 h 43 min

          Oui il y a ceux qui pensent et qui essaient de faire bouger les choses avant que ce ne soit la catastrophe, et puis il y a ceux qui se moquent d’eux, ça les a bien amusé de les voir se faire mettre au placard alors qu’eux se la pétaient ……….. jusqu’au jour ou ils se rendent compte après 35 ans que leur merde a été bien entretenue !!!
          Et c’est encore ceux là qui ouvrent leurs grandes gueules pour encore traiter de gratouilloux ceux qui aujourd’hui ne font que recueillir les doléances de ceux qui ne sont pas passés au travers sans bobos.
          La solidarité oui !!! La connerie non !!!

        • le red illon
          24 janvier 2020 at 20 h 25 min

          bravo ! 35 ans dans le domaine pour écrire ça ! c’est une belle démonstration et illustration de ce que semble être la situation ?

  3. pcr
    9 décembre 2019 at 9 h 45 min

    ca fera probablement un bon support de formation pour les formateurs de RP ? et un bon guide pour les PCR ?

  4. alphaiiie
    8 décembre 2019 at 16 h 15 min

    enfin de la lecture basée sur des faits et du réel ?
    ça vaut le coup d’être souligné dans un environnement nourri par la propagande et la bien pensance

    ce n’est que le début d’accord d’accord,

    y en a qui doivent serrer les fesses, bientôt la suite ??

  5. PATRICE GIRARDIER
    8 décembre 2019 at 13 h 07 min

    Mon plus grand respect à cette homme #Jean Michel Ricotou et merci à toute l’équipe de Ma Zone Contrôlée pour leurs soutiens, qui n’a pas été sans conséquence pour le président de Ma Zone Contrôlée #Gilles Reynaud.

    Le combat continue…

    Patrice Girardier

Répondre à PATRICE GIRARDIER Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.