Éteignez votre télé et écoutez France Inter…

Mercredi 15 Août

12h00 / 13h00

émission en LIVE

Un sujet explosif :

La sous-traitance dans le nucléaire

 Ce débat sera animé par

Thomas Chauvineau 

Avec la participation de : 

Elsa Fayner 

Reporter et responsable d’Eco89 (rue89.com/eco) . 

Rue89  est un site web de débat participatif marqué à gauche créé par d’anciens journalistes de Libération, lancé le 6 mai 20071, jour du second tour de l’élection présidentielle française. Comme Mediapart, Rue 89, n’est disponible que sur internet mais son contenu, financé en partie par la publicité, est, en revanche, en accès libre et gratuit.

D’après le panel Médiamétrie-NetRatings, Rue89 se classe dixième en termes de fréquentation parmi les sites Web français d’information générale en septembre 20082,3.

Ce panel montre que Rue89 est le quotidien français entièrement en ligne le plus fréquenté, les 9 précédents disposant également d’une édition papier.

À partir du 31 décembre 2011, Rue89 est acheté par le groupe Perdriel et rejoint Le Nouvel Observateur4,5,6.

Reportage 2012 : La bombe humaine  ( à voir en haut à droite de la page )

Son site internet :  Et voilà le travail Chroniques de l’humain en entreprise Le blog d’Elsa Fayner

Source 

Annie Thébaut-Mony

Elle est directrice de l’unité INSERM GISCOP93 (Groupement d’Intérêt Scientifique sur les Cancers d’Origine Professionnelle) à l’université Paris XIII1.

Elle est responsable scientifique d’un programme de sociologie comparée de la production de connaissances en santé au travail : France, Brésil, Québec, Japon (ANR)

Elle préside l’association Henri Pézerat (santé, travail, environnement).

Le 31 juillet 2012, elle refuse la Légion d’honneur, afin de dénoncer l’« indifférence » qui touche la santé au travail et l’impunité des « crimes industriels »2.

Elle écrit une lettre à la ministre chargée de l’Égalité des territoires et du Logement, Cécile Duflot, pour expliquer pourquoi3.

Elle y dénonce un manque de financement de ce secteur de recherche.

Elle est porte-parole de Ban Asbestos France, une association française s’occupant des risques engendrés par l’amiante4

A voir : Annie Thébaud-Mony, une grande dame de coeur  

Réponse de Madame Duflot 

Association Henry Pézerat  (santé, travail, environnement) 

Sous-traitance des risques et effacement des traces…Annie Thébaud-Mony 

Association

Source 

Francis Sorin 

Francis Sorin est un journaliste scientifique

Il est responsable du Pôle Information de la Société Française d’Energie Nucléaire et membre du HCTSIN 

Source 

José Andrade 

José Andrade travaille sur le CNPE de Cruas / Meysse pour le compte de la société SPIE-DEN , militant CGT, ancien membre du CCE EDF  SA , secrétaire adjoint du C.H.S.C.T EDF , membre de l’UD CGT Ardèche , membre permanent de la CLI Cruas/Meysse , membre de la direction nationale FNME CGT… 

Il fait parti des 9 salariés qui en 2008 ont fait 10 jours de grève de la faim (voir vidéo à gauche de la page) .

Il est membre du collectif « ma zone contrôlée» qui regroupe en son sein, des sous-traitant de la servitude , pardon , logistique nucléaire .

José Andrade pour les intimes dit : Le SPIEDENAUSORUS 

Source

 (Ici nous respectons la loi sur les droits d’auteur et le travail de la presse et des journalistes professionnels)

Nos amitiés aux uns,

Notre respects aux autres,

Bises à toutes et tous

Et vous…qu’en pensez vous ?

 

 

38 comments for “Éteignez votre télé et écoutez France Inter…

  1. Véro
    17 août 2012 at 18 h 00 min

    Respect pour les sous-traitants!

    Volot Jean-Claude, Le Figaro du 17 août 2012

    Améliorer les relations entre les grands groupes et les PME en France : personne ne viendrait contester aujourd’hui qu’il y a là matière à progresser. La crise de 2008 et les États généraux de l’industrie de septembre 2009 ont brutalement mis en lumière cet enjeu majeur, dont les grands groupes sont largement à l’origine, mais qui concerne un très grand nombre d’acteurs de notre économie. La France compte aujourd’hui trentequatre grands groupes industriels performants classés parmi les meilleurs du monde dans leur spécialité. Les origines de ces champions nous replongent dans l’histoire économique de notre pays. Leur développement s’est en partie fondé sur des réseaux de soustraitants qu’ils ont structurés à leur profit, selon un schéma assez proche d’une relation de « maître à esclave ».

    « En Angleterre, tout est permis sauf ce qui est interdit. En Allemagne, tout est interdit sauf ce qui est permis. En France, tout est permis même ce qui est interdit » , disait Winston Churchill.

    Comment mieux définir les relations entre donneurs d’ordre et fournisseurs ? Chaque jour, des entreprises ont recours, en toute impunité, à trente-six pratiques commerciales illégales. ……..

    http://www.lefigaro.fr/entrepreneur/2012/08/17/09007-20120817ARTFIG00260-respect-pour-les-sous-traitants.php

  2. 17 août 2012 at 16 h 39 min

    Pascal Terrasse, député PS, prône la fusion entre Areva et EDF

    Sur la question de la sous-traitance, il affirme que le secteur comprend « 50 000 salariés avec des statuts et conventions différents ».
    Une « difficulté qu’il est urgent de résoudre », d’après lui.

    http://www.usinenouvelle.com/article/pascal-terrasse-depute-ps-prone-la-fusion-entre-areva-et-edf.N180347

  3. Le Carré Blanc
    17 août 2012 at 15 h 52 min

    Partira, partira pas ?
    L’information a été diffusée ce matin dans le Parisien : Henri Proglio quitterait prochainement la présidence d’EDF, et serait remplacé par Guillaume Pépy, l’actuel patron de la SNCF et ancien directeur de cabinet de Martine Aubry au ministère du travail.

    Deux raisons à ce départ sont invoquées. D’abord, le fait que Proglio, fervent opposant à la sortie du « tout-nucléaire », soit l’ennemi juré des écologistes – eux-mêmes alliés du PS. Ont-ils réussi à « avoir sa peau »?
    Ensuite, une raison financière. Alors qu’il émarge à 1,3 million d’euros, Proglio se retrouve visé par la limitation, à 450 000 euros, de la rémunération des dirigeants d’entreprises publiques, instaurée fin juillet. Difficilement tenable.

    Qu’en pense-t-on chez EDF ?« Faux, il ne part pas« , dit-on avenue de Wagram.
    « Aucune décision n’a été prise« , jure-t-on à Matignon. « 
    De pures rumeurs
    « , rétorque l’Elysée.

    Quel qu’en soit le timing, les rumeurs sur son départ ne cessent toutefois d’enfler depuis plusieurs mois. L’arrivée de la gauche au pouvoir a en effet fragilisé « l’ami de Sarkozy ». Alors directeur de la communication de François Hollande, Manuel Valls n’avait-il pas, en février 2012, vertement critiqué le patron d’EDF, excluant, de façon à peine voilée, son maintien en cas de victoire du PS ?

    Plus grave, les rapports d’Henri Proglio avec la toute-puissante CGT d’EDF se seraient considérablement détériorés. Or, comme l’évoque une source interne, « le jour où la CGT lâchera Proglio, ses jours seront comptés« . Ce jour pourrait bien arriver à grands pas.

    Ce serait la chute d’un corse franc-maçon de gauche puis de droite, qui a coulé une belle boite (Veolia) en s’en mettant plein les poches. C’est triste. Après, quel est le poids des écolos dans une société française sans culture et sans réactions a qui vous dite qu’on peut sans soucis augmenter l’age de production d’une centrale nucléaire de 25 à 40 ans ?…

  4. Martine
    17 août 2012 at 0 h 33 min

    Il faut tout donner à la presse, tous ce que nous avons.
    La vérité doit éclater en France sur le nucléaire.
    Bise à toutes et tous.
    Courage, nous allons gagner les amis.

  5. Verdi
    17 août 2012 at 0 h 28 min

    Après la résistance, la guerre s’organise contre Fracis Sorin (pinocchio) et ces copains de la direction d’EDF et les patrons du privé.
    Ça va chauffer sur tous les sites.
    Très prochainement une première réunion en intersyndicale et après booum!!!!!!

    Il nous a souillé avec ces mensonges, il doit l’assumer la foudres de la vérité bafouée.

  6. louis
    16 août 2012 at 22 h 34 min

    Y’a un copain au professeur (embrouilleur) Pellerin, devinez qui ?
    Fracis Sorin, responsable du Pôle de la désinformation de la Société Française d’Energie Nucléaire et membre du haut comité pour la transparence(opaque) et la désinformation sur la sécurité nucléaire.

    En prison les menteurs

  7. Andrade José
    16 août 2012 at 20 h 49 min

    Salut rescator, au vu des mensonges de François Sorin sur France inter il me semble que t’as plus que raison de vouloir externaliser notre situation avec les 2000 (4 pages).

    Pinocchio nous à réveillé.
    Entre nous, je crois qu’il est le frère du professeur Pellerin, celui que nous faisait croire que le nuage de tchernobyl c’est arrêté aux frontières de la France.

  8. le rescator
    16 août 2012 at 17 h 42 min

    José, à 55 ans un EDF peut partir en retraite et nous prestaire nous devons prendre 5 ans de plus d’irradiation.
    Sa suffit les cancer pour nous, faisons éclater au grand jour tout ces problèmes.
    Un quatre pages en millier d’exemplaires diffusés dans toute les grandes surfaces de France, dans les rues, sur les marchés…… il faut exteriorisé l’information à outrance des la rentrée
    Nous allons leur faire rendre gorge , aux tracts citoyen.

  9. 16 août 2012 at 12 h 07 min

    L’émission d’hier en podcast

    http://www.franceinter.fr/player/reecouter?play=429939

    Nous avons contacté Mr Chauvineau Thomas pour lui demander de rectifié à l’antenne , la présentation qu’il a faite hier des participants de l’émission a savoir :
    Mr Sorin représente le collectif de ma zone contrôlée ( 6mn30)
    Mr Sorin ne représente pas du tout notre collectif !

    Un journaliste digne de ce nom, doit rectifier les propos qu’il a tenu lorsque celle-ci sont fausse

    Affaire à suivre

    @+

  10. farrel
    15 août 2012 at 23 h 55 min

    Francis Sorin

    Responsable du Pôle Information de la Société Française d’Energie Nucléaire et membre du haut comité pour la transparence et l’ information sur la sécurité nucléaire.

    Moi je dirait « responsable du Pôle désinformation de la Société Française d’Energie Nucléaire et membre du haut comité pour la transparence et la désinformation sur la sécurité nucléaire« .

    Dire que les sous-traitants reçoivent une dose équivalente à certaines populations françaises à l’extérieur des centrales, c’est le meilleur moyen de minimiser l’effet de la dose sur l’organisme de ceux qui en bouffent à gogo.

    Il nous a foutu la haine et il faut vite que nos représentants se réunissent avec les autres syndicats pour ne pas les laisser faire avec cette charte exigée par Sarko et sa bande.

    C’est la guerre qui commence sur tous les sites nucléaires, messieurs.

    A force de jouer la provocation, cette fois-ci, ils ont gagné, parce que nous sommes vraiment en colère.

    Allez, les 19 sites dans la lutte et c’est gagné.

    Tous ensemble et avec tous les syndicats et ils ne finiront pas leurs arrêts de tranche. C’est le moment mes amis.

  11. dany le rouge
    15 août 2012 at 21 h 45 min

    Bravo José pour ta prestation sur France Inter.
    Tu as bien renvoyé dans les cordes le bouffon d’EDF pendant l’émission et j’espère que tu l’a savaté l’affreux à la sortie des studios.
    C’est pas pensable qu »il existe des gugusses comme ça, faudrait les noyés en Loire.
    Nous pouvons maintenant t’offrir un couteau Suisse.

    • 16 août 2012 at 9 h 34 min

      Apres la prestation de Sorin sur france inter,et ces affreux mensonges,je quitte mon lieux de vacances au soleil,pour emmener ma famille fond piscine BR ou ,l’irradiation est moins forte.
      ET oui des pinochio journaliste,a EDF SA il en faut bien
      Continuons a dénoncer ce systèmes
      Le peuple est avec nous,maintenant plus rien ne peux nous arréter
      Je propose qu’on porte nos serviette de bain en bord de la PISCINE BR,il faut continuer a médiatiser par tous les moyens
      EDF SA n’a plus le monopole de ses installations et ce n’est pas leurs surveillant munis d’un appareil a photo qui diront le contraire
      Tirons la langues a ces gus munis de leurs appareil espions.
      Hasta la victoria

  12. José andrade
    15 août 2012 at 21 h 32 min

    Il me semble que nous avons aujourd’hui parlé sur France inter de la politique industrielle EDF en ce qui concerne la sous-traitance mais pas encore (par manque de temps) des salariés de la sous-traitance du nucléaire. Etant salarié sous-traitant moi-même depuis 30 ans, je vais tenter vous expliquer la vie d’un salarié du privé sur les sites nucléaires français. C’est un peu long, mais certains auront surement le courage de le lire jusqu’au bout car l’analyse est réelle et bien entendu encore incomplète.

    Salarié de la sous-traitance

    Ce sont qui les salariés de la sous-traitance dans le nucléaire?

    1.Ils parcourent environ 45 000 Kms par an avec leurs véhicules personnels, souvent et afin de réduire les coûts, ils sont 3, 4 voire 5 à l’intérieur.

    La question que je vous pose, est :

    Comment sommes-nous assurés, puisque nous sommes bien dans le cadre d’un déplacement professionnel avec des véhicules privés.
    En cas d’accident avec blessés, qui va être responsable et quelle assurance « jouera » ? Le conducteur, l’entreprise sous-traitante ou le réel employeur qui est EDF?

    2. Ils prennent 80% des doses ionisantes, ils sont victimes de la majorité des accidents du travail et ils réalisent 80% des activités de maintenance et de logistique.

    2éme question ?

    Comment faire l’historique des expositions et des responsabilités des accidents, puisque certains salariés ont à leur actif des dizaines d’entreprises privées, et que certaines sociétés n’existent plus actuellement ?

    3.En grand déplacement, ils perçoivent en moyenne 65 € par jour.

    Avec ce montant, et je vous demande de bien le retenir, il doivent effectuer deux repas à 15 €, payer la chambre d’hôtel à 60 €, prendre le petit déjeuner à 5 €, effectuer le petit déplacement entre la chambre et le lieu de travail (parfois distant de 50 Kms X 2 = 100 Kms), téléphoner à la famille, entretenir un deuxième véhicule (assurance, entretien, carburant, décote ,usure …) puisque le conjoint doit garder une voiture pour emmener les enfants à l’école, faire les courses, survivre tout simplement. Parce que je vous rappelle « les prestataires du nucléaire ont aussi une famille ».

    Alors, comment font-ils, comment faisons-nous ?

    Je vous le dis. Ils dorment dans les foyers SONACOTRA, dans les voitures sur les parkings des sites du nucléaire, dans des gîtes à plusieurs et ils ne rentrent chez eux que toutes les 5, 6, ou 7 semaines.

    Ma 3éme question est la suivante.

    Comment assurer la sûreté de nos installations, avec des salariés mal traités, qui dorment dans les voitures, dans les foyers SONACOTRA, qui ne mangent que des boites de conserves, des sandwichs, qui ne voient leurs conjoints, leurs enfants et leurs amis que toutes les 6 semaines, qui effectuent des milliers de Kms avec des véhicules en mauvais état, qui n’ont pas le même suivi médical que les agents statutaires, ils ont des CDI que ce transforment en CDD au grès des marchés et ils sont victimes de taux assez élevés de divorces dus à des conditions de travail et de vie dignes d’un autre temps,.
    Je vous rappelle, que ces salariés travaillent le plus souvent dans le cœur de cette machine qui est le REACTEUR NUCLEAIRE. N’avez-vous pas l’impression que nous sommes en train de construire des bombes à retardement avec de telles situations.

    Prestataires du nucléaire
    Pas esclaves

    Pourquoi les prestataires du nucléaire s’identifient de plus en plus comme cela ?

    Y a-t-il vraiment une similitude entre sous-traitance et esclavage ou/et alors une confusion des mots « esclavage –apartheid » ou tout simplement un panachage des trois situations ?

    Tout le monde sait ce qu’est l’esclavage.

    Je vous invite à ce titre, à taper sur Internet (prestataires du nucléaire, esclaves) et là, vous pourrez trouver « prestataires du nucléaire, esclaves du nucléaire » et cela, ce n’est pas que les salariés qui l’écrivent, mais ce sont aussi les journalistes, les chercheurs, les médecins, les politiques, …

    Esclavage

    Je ne dis pas que c’est le cas des salariés du nucléaire, à vous de le juger !!!

    L’esclavage désigne les conditions sociales des esclaves, des travailleurs non libres et généralement pas ou peu rémunérés qui sont juridiquement la propriété d’une autre personne et donc négociables, au même titre qu’un objet. Au sens large, l’esclavage est le système socio-économique reposant sur le maintien et l’exploitation de personnes dans cette condition.

    Les esclaves n’ont pas le droit de vote. Cela ne vous rappelle t’il pas quelque chose ??? après l’avoir obtenu lors des dernières élections, nous venons d’apprendre que le droit de vote pour les prestataires est remis en cause. Et oui « un pas en avant, deux pas en arrière »

    En tant que, l’esclave peut faire l’objet des transferts inhérents à la notion de propriété : on peut donc l’acheter, le vendre ou le louer.

    Transferts : dans le cadre de perte de marchés, y a-t-il vente, achat, négociation. Cela me rappelle drôlement les marchants de tapis, pour ne pas dire autre chose (marchants d’esclaves……) lors du conflit de CRUAS.

    « Je prends 10, tu prends 70, il gardera 25, je ne veux pas de femmes, pas de représentants du personnel, quelles sont leurs origines » au fait, il ne manquait plus que leur ouvrir la bouche pour regarder la dentition.

    Ils sont aussi à louer, puisque des conventions de prêt de personnel existent entre les entreprises. Cela permet aux entreprises de faire intervenir sur les prestations prévues à coup élevé des agents sous-payés, afin de faire baisser le prix du travail, cela existe à l’intérieur du groupe ou je suis salarié.
    APARTHEID
    Là aussi, je ne dis pas que c’est le cas des salariés du nucléaire, à vous de juger !!!
    Littéralement, cela signifie «séparation ». Dans les faits, il s’agit d’un concept apparu officiellement en 1948 dans les textes de loi de l’Afrique du sud et par lequel les dirigeants blancs imposent une ségrégation raciale à toute la population. Cette ségrégation se traduit principalement par une limitation des lieux de séjour des Noirs, de leurs lieux de travail, du droit de vote, … Plus généralement par une séparation systématique des populations, cette ségrégation eut bien sûr des effets désastreux sur la démocratie et l’égalité en Afrique du sud
    Alors, nous nous posons quelques questions.
    Les salariés sous-traitants du nucléaire ont-ils:
    1. Les mêmes salaires que nos collègues d’EDF
    2. Accès à la fête du site ?
    3. Accès aux mêmes emplois?
    4. Accès aux mêmes transports puisque les directions jouent avec les décalages horaires des salariés de la sous-traitance, parfois de dix minutes pour le rendre impossible ou contraignant?
    Je vous rappelle, que les bus ne sont pas pleins lorsqu’ils passent devant les prestataires, c’est vrai qu’avoir la possibilité de les prendre limiterait les risques d’accident de trajet pour les salariés qui travaillent sur le même site que les agents statutaires et puis, l’environnement sortirait gagnant de cette histoire !!!

    Les salariés sous-traitants du nucléaire ont-ils:

    5. Accès aux mêmes locaux (restauration)?

    6. Avons-nous les mêmes acquis sociaux?

    7. Accès aux mêmes habitations?
    Tout de même, quelques-uns sont vides et ces logements sont proches des lieux de travail (centrales nucléaires), alors pourquoi ne pas donner l’accès aux prestataires, cela aussi permettra de réduire les accidents de trajet ?

    Les salariés sous-traitants du nucléaire ont-ils:

    8. Accès au même prix du KW? (puisque nous produisons tous la même électricité)

    9. Accès à la même sécurité d’emploi que nos collègues d’EDF?

    10. Accès au même suivi médical?

    11. Les mêmes conditions de Travail ?

    12. Accès à la journée du Maire (journée chômée sur les sites nucléaires)?

    13. Accès aux mêmes formations?

    14. Avons-nous les mêmes conditions de déplacement ?

    Bien entendu, la CGT pense que la réponse à la quasi-totalité de ces questions est « NON ».

    15. Sommes-nous soumis à une surveillance permanente ?

    Puisque EDF a réinventé le mot et la fonction de « surveillant » sur les sites nucléaires. Drôle de nom dans une telle situation « périmètre de Travail délimité par des barbelés ».

    16. Alors, je vous pose la dernière question :

    Les salariés prestataires du nucléaire ont-ils raison de s’identifier à des esclaves, soumis à un régime d’apartheid ?

    • Andrade José
      16 août 2012 at 13 h 14 min

      Vous pouvez trouver l’article « Il me semble que nous avons aujourd’hui parlé sur France inter de la politique industrielle EDF……… » sur le site:

      http://www.franceinter.fr/emission-le-debat-de-midi-les-centrales-sont-elles-bien-gardees#comment-192510

      Vous pouvez y laisser un petit mot sur ce même article. Merci pour votre soutient à notre/votre cause!!!!

      • 20 août 2012 at 19 h 13 min

        José,si il y’a une guerre demain,tu sera notre général,donne les ordres,se sera un honneur de mourir au combat,pour un homme de ta trempe,et de ton courage!!!

    • chausson
      18 août 2012 at 13 h 58 min

      Bonjour José, votre témoignage me touche, vous me confirmez les quelques informations dont je dispose et les propos d’Yvon de Lannilis qui a le même emploi que vous, les français, nous sommes ingrats, et nous aimons la politique de l’autruche, bon courage, cordialement Phil

  13. Gilles PNS
    15 août 2012 at 18 h 42 min

    Oui il va falloir agir très rapidement …. plusieurs arrêts de tranche sont en cours et à venir ….nous sommes en position de force pour négocier le contenu de ce fameux cahier des charges sociales

    Entendu pendant l’émission : Un cahier des charges sociales sera mis en place très prochainement par le gouvernement !!!

    Le collectif ( inter-syndicale ) de ma zone contrôlée doit vite réagir suite à cette annonce de Mr Sorin

    Nous méritons tous le respect !
    @+

  14. Le Carré Blanc
    15 août 2012 at 18 h 21 min

    A mes amis très chers, Daniel Théron et plus !
    Je pense qu’un collectif saint ne peut aboutir qu’avec de la solidarité

    Oui nous somme les cinq doigt de la main chez Essor
    Merci pour mes congés et notre action qui sans toi aurait peut être échoué.

    Je suis si fier de vous que je ne peux citer le nombre de nos soutiens qui resteront graver a jamais dans ma mémoire je me lâche : Esméralda, Martine, Yves le Boss de Pivas que j’adore, UD, José Fédé, Éric , Doum ,Daniel, Yves Adelin Fédé CGT Paris et de l’Inspection du travail de la ville de PRIVAS

  15. Le Carré Blanc
    15 août 2012 at 16 h 10 min

    Nous appelons les salariés sous traitent du nucléaire a la désobéissance de nos donneur d’ordre .
    Faisons en sorte que notre rémunération corresponde à notre métier.
    Nous effectuerons notre savoir faire pour sa reconnaissances que si nous sommes entendus nous ne le leurs lâcherons rien à présent.
    Alors demain nous allons faire le minimum de toutes leurs activités.
    Sans nous, leurs centrales se retrouveront à l’arrêt.

    Notre but : un salaire décent , une reconnaissance professionnel, un suivi médicale de qualité , le respect !
    Nous retarderons au maximum les périodes d’arrêt de tranches
    Nous sommes maitre en ce domaine a eux de voir.
    Il faux taper ou ça fait mal.
    De ce fait, nous sous traitant, nous allons vous pourrir la vie et vos putains de primes faites sur notre dos
    Agent EDF , salariés de la sous-traitance réveillez vous !

  16. la truite
    15 août 2012 at 14 h 31 min

    D’accord avec toi webmaster,reveillons nous ,bougeons nous vite le temps presse il est temps d’agir.
    TOUS ENSEMBLE ON LACHE RIEN

  17. RadEye
    15 août 2012 at 13 h 11 min

    Merci à Elsa et José qui ont remis les pendules à l’heure sur la réalité du travail des sous-traitants.
    Mais pourquoi cette émission le 15 août ??? quand beaucoup d’auditeurs habituels sont en vacances??? Et les instances d’ eDF ?
    J’espère toutefois que cette émission n’a pas touché que les personnes concernées.
    Biz à tous mes potes du NUC. L.

    • 15 août 2012 at 14 h 24 min

      Salut RadEye merci pour ton commentaire
      Voilà l’émission est terminée , mais la lutte ne fait que commencer. Un cahier des charges existe (1ére nouvelle) , il va falloir s’assurer de son CONTENU

      Les salariés de la sous-traitance doivent rentrer en résistance contre toutes ces directions patronales qui nous méprisent . Sans nous vos arrêt de tranche vont durer…durer…durer

      Smicard , nomade , esclave du nucléaire nous devons maintenant dire STOP !

      Seul un statut unique garantira la sûreté des installations dû à chacun des Français

      Avec les grands carrénages à l’horizon et avec cette Europe actuelle du capitalisme , les salariés sous-payés ( des pays de l’EST) nous remplacerons très prochainement . Le transport routier en est le triste exemple…
      Ils/Elles ne sont pas plus compétent mais tout simplement moins cher !!!!
      Merde il faut se réveiller les ami(e)s

      @+

  18. Le Carré Blanc
    14 août 2012 at 19 h 51 min

    Si EDF ne relâche pas la pression,envers leurs sous-traitants sur Cruas,les activités vont reprendre,sans nous !
    La semaine prochaine va être chaude.
    Détenir un record des réacteurs à l’arrêt si c’est ce qu’ils veulent,ils ont
    Free Mobile, mais ont-ils vraiment tout compris

  19. 14 août 2012 at 18 h 28 min

    Lu sur facebook
    Denis Laforme
    C’est totalement inadmissible que les gestionnaires des centrales nucléaires fassent exécuter les travaux à risques élevés par des ouvriers non spécialisés, mal préparés, mal informés, mal rémunérés, mal protégés, mal respectés…donc, de toute évidence, des employés maltraités.
    Cette façon de procéder, dans un pays comme la France, est inacceptable et doit être dénoncée mondialement.
    Je fais ce que je peux de mon côté, près de 2 000 de mes contacts vont prendre connaissance de ce genre d’esclavage qui se pratique en France.
    De plus, je leur recommande de passer le message à leurs amis…et ainsi de suite.

    Quand suffisamment de personnes seront sensibilisées…qui sait quel impact cela pourrait avoir ?

    Denis ce trouve au Canada … 😉
    @+

  20. Le Carré Blanc
    14 août 2012 at 18 h 26 min

    à lire absolument (ou pas)

    aucun avancement positif,depuis 2006
    action sociale à booster

    http://owni.fr/files/2011/04/PGACsynth%C3%A8seEMERGENCES2.pdf

  21. Camélito
    14 août 2012 at 18 h 22 min

    Les brèves au quotidien du CCE d’EDF SA

    NUCLEAIRE

    L’Agence fédérale belge de contrôle nucléaire (AFCN) reste sceptique sur la possibilité de réparer la cuve fissurée du réacteur de la centrale nucléaire de Doel. Le réacteur pourrait ainsi être arrêté définitivement.

    Suite à la découverte de ces fissures sur le réacteur belge, les autorités de sûreté nucléaire des autres pays européens, succeptibles d’être équipés des mêmes cuves, vont se réunir le 16 août « pour un échange d’informations ».

    En France, les contrôles réalisés par l’ASN sur les réacteurs nucléaires français n’ont pas permis de détecter des défauts du même type qu’à la centrale de Doel.

    D’après un communiqué d’EDF Energy, la Commission européenne s’est dit satisfaite des propositions faites par l’énergéticien sur le projet d’une centrale nucléaire à Hinkley Point, dans le Somerset.

  22. 14 août 2012 at 16 h 50 min

    l’émission du mercredi 15 août 2012
    Les centrales sont-elles bien gardées ?

    Ils sont environ 30 000 en France, nomades, à silloner la France du nucléaire, pour assurer la maintenance des entreprises prestataires.
    Ils font souvent des journées de 12heures, sont exposées aux risques de radiation, pour effectuer des tâches répétitives.
    Ils incarnent la face cachée du nucléaire et pourtant ils supportent plus de 80% de la dose collective annuelle d’irradiation reçue dans le parc nucléaire français.

    Mais qui sont les précaires du nucléaire?

    C’est la question de ce débat de midi avec:
    Elsa Fayner, journaliste, réalisatrice du documentaire « la bombe humaine ».
    José Andrade, salarié sous traitant dans le nucléaire depuis 30 ans. Syndicaliste.
    Francis Sorin, responsable du Pôle Information de la Société Française d’Energie Nucléaire et membre du haut comité pour la transparence et l’information sur la sécurité nucléaire.
    Annie Thebaud-Mony, directrice de recherches à l’INSERM.
    Philippe Billard, salarié sous traitant, au téléphone….

    http://www.franceinter.fr/emission-le-debat-de-midi-les-centrales-sont-elles-bien-gardees

  23. Chantal CGT07
    14 août 2012 at 16 h 11 min

    Bonjour,

    J’ai relayé l’info pour l’émission de demain sur France Inter à tous nos contacts CGT 07.
    Ca y est, le « monde » s’intéresse enfin à vous
    Vous êtes sur la bonne voie !
    Fraternellement à tous !
    Chantal

    • 14 août 2012 at 16 h 24 min

      Merci Chantal
      Merci également à tous les autres pour votre engagement à nos côtés.

      L’UL CGT de Privas nous à énormément aider dernièrement , merci sincèrement à tous

      Amicalement 😉
      Webmaster MZC

  24. Gilles Pns
    14 août 2012 at 14 h 31 min

    Entièrement d’accord .
    Il est temps que cette situation cesse.

    La mise en concurrence permanente des travailleurs entre eux , la recherche permanente de + et toujours + de profit pour les actionnaires principalement, dégrade fortement les conditions de travail de chacun nous ! STOP les salariés sous-traitant de cette industrie, méritent beaucoup mieux .
    En septembre alors, une action commune national ?
    C’est sûr est certain que sans logistique en particulier, comment réaliser un arrêt de tranche ????
    J’écouterais demain très attentivement ce débat qui s’annonce très intéressant et sera révélateur de notre triste situation.

    A Tricastin c’est 2 arrêt de tranche en même temps (c’est très très chaud) !
    Cruas c’est pas moins de 3 tranche à l’arrêt actuellement !
    Ils manquent de ressources humaines de partout !
    Surprenant pour un pays ou il y a de nombreux demandeurs d’emploi !
    Avec une industrie nucléaire aujourd’hui pas vraiment attractive, c’est bien un des nombreux problèmes !

    Je suis convaincu que l’avenir de la filière Nucléaire passe par un réel changement des conditions de travail pour tous les travailleurs de cette industrie .

    La sûreté , la sécurité sont en jeu et avec à l’horizon les grands carénages.
    Nous devons tous travailler au quotidien dans les règles de la qualité , la sécurité et radioprotection , il est temps maintenant d’exiger les moyens nécessaires !

    Nous ne lâchons rien dorénavant Essor nous a montrer le chemin à prendre . Nous ne savions pas que c’était impossible , mais nous l’avons fait ! (j’adore)

    Gilles Pns

  25. 14 août 2012 at 14 h 02 min

    Ce débat demain 12h / 13h sur france Inter va être passionnant c’est une évidence.

    Ecoutez les ami(e)s – les Zolas du nucléaires – ont beaucoup de choses à vous dire…

    Le travail, ce n’est pas toujours la santé

    D’une voix presque lasse, Annie Thébaud-Mony explique une fois de plus pourquoi elle a refusé la Légion d’honneur qui lui a été décernée par la ministre du Logement, Cécile Duflot. « C’est lié d’une part aux difficultés à mener des recherches dans un cadre public sur les risques professionnels et sur la mort au travail. »…

    . Si elle parle net, c’est que les chiffres sont violents, eux aussi : « 400 accidents mortels sur le lieu de travail par an, 3.000 décès par cancer associé à une exposition professionnelle à l’amiante, une estimation de 400 suicides annuel associés au travail, sans parler de tous les cancers professionnels non reconnus ou non déclarés. »…

    «  Morts au travail  »…

    http://www.lanouvellerepublique.fr/Toute-zone/Actualite/Sante/n/Contenus/Articles/2012/08/14/Le-travail-ce-n-est-pas-toujours-la-sante

    @+

  26. bonbon
    14 août 2012 at 13 h 57 min

    Eh oui la truite nos centrales sont bien des prisons et pire, EDF nous met une pression énorme (en ce temps de canicule on préfère la boire) si celà continue il va y avoir une recrudescence des accidents de travail (cumul de pression,chaleur,stress,ect..)
    Vivement que l’on se mette devant les barbelés pour nous faire entendre,

    Les gars il n’y a pas que les boites de log qui travaillent dans le nucléaire.
    J’entends tous les jours des collègues sous traitant se plaindre de leurs conitions de travail,il y a un moment il faut arreter de se plaindre il faut agir,venez rejoindre le collectif.
    Y a marre de se faire traiter de la sorte.
    Agissons tous ensemble

  27. la truite
    14 août 2012 at 5 h 42 min

    Ecoutez tous France Inter demain de 12 à 13 h cette émission sera riche
    Les auditeurs vont apprendre beaucoup de choses de la sous traitance et de notre vie de tous les jours dans ces centrales qui aujourd’hui portent bien leurs noms (prisons)

  28. la taupe
    14 août 2012 at 1 h 41 min

    Dommage de ne pas reunir Yvon Laurent, Charles Rumeau, José Andrade, Philippe Billard, Daniel theron et Luengo, Eric, Jordane, Karim, Severine, et tous les autres de tous les syndicats sur un plateau. Comme vous le voyez, ils sont de plus en plus à nous représenter et ils auront du mal à nous fermer la bouche. Plus jamais ça messieurs les patrons du nucléaire.

  29. acide
    14 août 2012 at 1 h 00 min

    Cruas nous ont montré la voie, à nous d’entamer la marche pour la victoire finale tous ensemble maintenant.
    Tous les jours je vois de ouvriers se lamenter, pleurer sur les sites ou je travaille.
    Ayez le courage d’aller au bout avec toutes les entreprises et tous les syndicats.
    Nous pouvons, nous devons gagner ensemble pour le bien de tous.

  30. Valone
    14 août 2012 at 0 h 38 min

    Félicitations pour la brochette sur le plateau de France inter, c’est du très grand cru. A mon avis ça va balancer fort, très fort. Il faut faire sortir les sous-traitants du nucléaire du rideau de fumée dans lequel ils nous ont enfermé depuis les années.

  31. Misère
    13 août 2012 at 22 h 45 min

    Tous devant vos poste le mercredi 15 entre 12h et 13h, il me semble qu’ils vont parler de nous les bagnards.
    N’hésitez pas de parler des pressions qu’ils nous font subir actuellement et de plus en plus.
    Il faut tout dire pour que la vérité éclate enfin.
    Non à l’esclavage dans les centrales nucléaires.
    Nous avons affaire à des hommes sans coeur et en plus ils souhaiteraient être sans reproches !
    C’est plus possible de la fermer actuellement, ils nous font trop chier et ça va éclater partout.

  32. José Andrade
    13 août 2012 at 17 h 44 min

    Et oui, notre combat pour la dignité des femmes et des hommes ne connait pas les dimanches et encore moins les jours fériés.
    Je suis très fier d’avoir la chance représenter les sous-traitants du nucléaire dans cette émission afin de les faire sortir un peu plus de l’ombre dans laquelle les diverses directions de cette industrie les ont positionnés avec un chantage incessant à la perte d’emploi « si je parle je risque d’être viré(e), donc, je la ferme et j’endure en silence ».
    Leur système a fonctionné pendant plusieurs décennies et nous avons énormément morflé, mais maintenant………….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.