Disponibilitée des tranches au (03/11/09)

Dix-huit des 58 réacteurs nucléaires français étaient à l’arrêt lundi, pour des opérations de maintenance, des accidents divers ou pour les recharger en combustible nucléaire, selon les informations communiquées par des centrales d’EDF.
Quant au réacteur n°2 de la centrale de Belleville (Cher), il fonctionne depuis dimanche à 60 % de sa puissance, après l’échauffement d’une pompe située sur le circuit secondaire de vapeur. Il faut savoir que seuls quatre ou cinq réacteurs sont à l’arrêt à cette période de l’année et que le parc nucléaire assure plus de 76 % de la production d’électricité de la France.

RTEQue va entraîner ces nombreux arrêts de production ?

La France va devoir importer 4.000 mégawatts (MW) d’électricité « durant plusieurs semaines de novembre 2009 à janvier 2010 » pour satisfaire la hausse de la consommation. Des coupures pourraient aussi se produire en cas de « froid intense et durable » a prévenu vendredi (30 octobre) le Réseau de Transport d’Electricité (RTE), la filiale d’EDF qui gère le réseau de lignes à haute tension.
Les risques de coupures électriques cet hiver « en cas de froid intense et durable » ne sont « pas une surprise » pour la CGT-Energie, qui met en avant une augmentation constante de la consommation mais aussi des moyens de production insuffisants.

Centrale nucléaireAutant d’arrêts…mais pourquoi ?

Ces « arrêts de tranche » s’expliquent notamment par un mouvement de grève survenu au printemps chez EDF et qui a retardé les opérations de maintenance et de rechargement en uranium des centrales nucléaires.
« Le parc de production nucléaire connaît depuis presque dix ans un problème majeur de disponibilité, en partie dû à des choix politiques de réduction des coûts » a dénoncé lundi la CGT-Energie. Le taux de disponibilité du parc nucléaire français est tombé de 83,4 % en 2005 à 79,2 % en 2008.

Centrale nucléaire de Fessenheim La liste des réacteurs à l’arrêt pour contrôle ou accidents ?

Le réacteur n°1 de Fessenheim (Haut-Rhin) qui fait l’objet d’une visite décennale (contrôles préalables à l’extension de 10 ans de la durée de vie du réacteur).
Le réacteur n°3 de Paluel (Seine-Maritime) à la suite d’un départ de feu en salle des machines.
Le réacteur n°2 de Nogent-sur-Seine (Aube) en raison d’un défaut sur un alternateur.
Le réacteur n°1 de Civaux (Vienne) à cause du dysfonctionnement d’un moteur électrique placé sur une des vannes de l’enceinte du bâtiment réacteur.
Le réacteur n°3 du Bugey (Ain) après un aléa technique sur un générateur de vapeur.

Construction du 1er EPR à FlamanvilleListe des autres réacteurs à l’arrêt pour rechargement en combustible nucléaire et opérations de maintenance :

Le réacteur n°1 de Flamanville (Manche)
Les réacteurs n°1 et 6 de Gravelines (Nord)
Le réacteur n°2 de Paluel
Le réacteur n°2 de Penly (Seine-Maritime)
Le réacteur n°2 de Cattenom (Moselle)
Le réacteur n°2 de Fessenheim
Le réacteur n°3 de Chinon (Indre-et-Loire)
Le réacteur n°3 du Blayais (Gironde)
Le réacteur n°1 de Saint-Alban (Isère)
Le réacteur n°4 du Bugey
Le réacteur n°2 du Tricastin (Drôme)
Le réacteur n°2 de Cruas-Meysse (Ardèche).

Sur les 63.100 mégawatts (MW) de puissance nucléaire installée en France, 19.600 MW étaient à l’arrêt.

http://www.ushuaia.com/ushuaia-terre/info-planete/actu-en-continu/energie/0,,5499506,00-france-les-reacteurs-nucleaires-en-mauvais-etat-.html

Mon opinion :
Cette fois c’est sur , il faudra acheter du courant à l’étranger !!!
C’est sur aussi que à un moment ma (notre) facture va augmenter …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.