Des militants de Greenpeace entraves la voie ferrée pour empêcher le départ d’un train de déchets nucléaires vers la Russie …

Jamais deux sans trois, dit-on.

En un mois et demi, c’est en effet la troisième fois que des militants

de Greenpeace se lancent dans des opérations médiatiques aux abords du site nucléaire du Tricastin.

Ce vendredi vers 8 heures, dix militants de cette ONG dédiée à la protection de l’environnement, très bien organisés, ont réussi à déjouer la surveillance des gendarmes qui se trouvaient aux abords du site et ses accès.

Sept militants ont investi la voie ferrée reliant le site nucléaire et notamment Eurodif à la gare de Pierrelatte. Une voie sur laquelle devait passer, dans la journée, un convoi ferroviaire transportant des déchets nucléaires à destination du port du Havre, ceux-ci devant ensuite être transférés par bateau vers la Russie.

« Un peu comme une orange »

« La Russie n’est pas une poubelle » affichaient les banderoles brandies par les militants. Trois d’entre eux avaient même réussi à s’entraver à la voie ferrée, en glissant sous le rail une barre d’acier à laquelle étaient attachées leurs deux mains. Au début de leur intervention, les membres de Greenpeace avaient même réussi à déboulonner et à enlever un rail.

« Ces déchets doivent être chargés sur deux bateaux russes, expliquait hier Yannick Rousselet, représentant « campagne nucléaire et énergie » de Greenpeace France. Notre but est de les empêcher au maximum de partir vers la Russie. Areva dit qu’ils sont valorisés alors que tout ça est stocké dans des plaines en Sibérie, comme on peut très bien le voir sur Google Earth. C’est un peu comme une orange : on en extrait le jus et il reste les écorces. Ce sont ces écorces qui partent en Russie. Combien en faut-il pour avoir un peu de jus ? »

Garde à vue et rappel à la loi…

suite article : http://www.ledauphine.com/pierrelatte-/-environnement-br/-des-militants-de-greenpeace-entraves-a-la-voie-ferree-pour-emp-cher-le-depart-d-un-train-de-dechets-nucleaires-vers-la-russie-@/index.jspz?chaine=22&article=285608

Frédéric De Agostini: « c’est un non-événement »…

Pour Frédéric De Agostini, directeur général d’Areva Tricastin « cette action est un non-événement. Le train est bien parti ce mardi, comme il était prévu ».

Il poursuit : « Ce qu’il y a dans ce convoi ce ne sont pas des déchets, c’est une matière, c’est de l’uranium. De l’uranium qu’il est possible de retirer pour fabriquer du combustible nucléaire, afin de produire de l’électricité sans gaz à effet de serre. Cela, l’industrie nucléaire est la seule à pouvoir le faire. »

source : http://www.ledauphine.com/-c-est-un-non-evenement–@/index.jspz?chaine=22&article=285611

et vous , vous en pensez quoi ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.