Dauphine libéré VAUCLUSE

TRICASTIN
Nouvel incident à la centrale nucléaire

L’histoire, même dans le domaine du nucléaire civil, est parfois un éternel recommencement.

Jeudi 5 novembre au soir, dans le réacteur N° 2 de la centrale EDF du Tricastin, sur la commune de Bollène, l’un des 157 « assemblages combustible » (barres d’uranium) est « resté accroché » à l’intérieur de la piscine du réacteur nucléaire.

Le même incident avait déjà eu lieu le 8 septembre 2008, toujours à l’intérieur du réacteur N° 2.

Deux « tubes » d’uranium de 600 kg chacun étaient alors restés suspendus au « couvercle ». Il avait alors fallu créer une technique spéciale pour les décrocher.

Tout était rentré dans l’ordre le 28 octobre 2008.

L’un des 157 assemblages est resté accroché

Cette fois comme l’explique EDF, « l’incident a eu lieu lors des opérations de déchargement du combustible sur l’unité de production n°2 de la centrale nucléaire de Tricastin, actuellement en arrêt pour maintenance et renouvellement d’une partie du combustible. Lors des opérations de déchargement du combustible, les équipes ont retiré le système de maintien des assemblages combustibles appelé « éléments internes supérieurs ».

Lors de l’opération de levée de ces éléments, les intervenants ont constaté, dans le cadre de leur procédure de surveillance, qu’un des 157 assemblages combustible était resté accroché au système de maintien.

Dès la détection de cet écart, les opérations de maintenance ont été suspendues pour permettre la résolution de ce problème technique.

Le bâtiment réacteur a été fermé de façon préventive et une surveillance continue mise en place. »

À Gravelines (Nord), même

incident l’été dernier

EDF précise que « les équipes d’experts de la centrale travaillent avec les équipes nationales d’ingénierie d’EDF et d’Areva pour stabiliser la position de l’assemblage et procéder à son décrochage et à son transfert. Les mesures mises en place à la suite du retour d’expérience effectué après un événement identique, qui s’est déroulé sur cette même unité le 8 septembre 2008, ont permis d’identifier rapidement l’anomalie. »

EDF ajoute que « l’Autorité de sûreté nucléaire et les pouvoirs publics ont été informés de cet événement qui n’a aucune conséquence sur l’environnement et la sûreté de l’installation.

La direction de la centrale propose de classer l’événement au niveau 1 de l’échelle INES, qui compte sept échelons. »

Le même type d’incident avait eu lieu l’été dernier à la centrale nucléaire de Gravelines (Nord). Suite à l’expérience du Tricastin, Areva avait pu utiliser la même technologie afin de décrocher la barre restée suspendue.

C’est aussi ce qui sera fait, de nouveau, sur le site du Tricastin.

http://www.ledauphine.com/edf-tricastin-un-tube-de-combustible-est-reste-suspendu-au-couvercle-nouvel-incident-a-la-centrale-nucleaire-@/index.jspz?chaine=27&article=218082

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.