Dans le rétroviseur cette semaine !

DSC_025723/06/2015 à Montreuil :

La CGT a invité les représentants syndicaux du CEA,AREVA,EDF et entreprises sous-traitantes du nucléaire pour faire le bilan des 3 journées des réunions d’assises décentralisées en région.

L’Association MZC félicite la CGT pour l’organisation de ces assises. Nous encourageons encore et toujours les autres Organisation Syndicales à suivre cet exemple et à s’engager pleinement  contre la casse sociale qui s’annonce dans la filière.

DSC_0253Nous avons apprécié  la grande qualité des débats ainsi que la  visite  de Philippe MARTINEZ  Secrétaire National de la CGT avec sa prise de parole à la tribune. L’enjeu pour la CGT de ces assises du nucléaire, l’allusion non sans humour de sa visite et rencontre avec les représentants de l’Association MZC à Alba la Romaine, nous à franchement fait très plaisir 🙂 .Nous pouvons aisément une fois de plus, témoigner d’une véritable écoute  et de l’intérêt  qu’il porte à notre revendication première   » Un statut unique pour l’ensemble des salariés du nucléaire ».

Comme le souligne Philippe M, nous sommes conscients de la nécessité de tirer vers le haut ce projet, pour que tous les salariés de la filière dans toutes les entreprises, s’identifient, s’approprient et s’engagent (pacifiquement) sans aucune retenue dans les actions futures.

mms_20150623_194443Vivre et travailler ensemble dans la dignité et respect de nos différences.

Voilà ce qui doit toutes et tous nous animer dans ces temps qui courent.

Notre association est donc naturellement séduite par l’idée qui constituera la colonne vertébrale des prochains appels à l’action.

Elle sera commune aux représentants CGT des donneurs d’ordres (CEA / AREVA / EDF), et de toutes les entreprises sous-traitantes, avec l’ambition de rassembler l’ensemble des salariés de cette filière pour gagner :

Le maintient de tous les emplois dans la filière avec l’obtention d’un statut de haut niveau pour les salariés sous-traitants intervenant sur les Installations Nucléaire de Base de tous les donneurs d’ordres.

L’Association MZC fera le relais de toutes les actions futures sur les divers terrain

Notre carte de France interactive sera un très très bon indicateur des forces engagés. http://www.ma-zone-controlee.com/?page_id=61592  🙂

Nous souhaitons avec ce projet fédérateur de la CGT porteur incontestablement de valeur humaine et d’une réelle soif de justice sociale, appelez l’ensemble des salariés de la filière à agir, afin de faire pression sur les pouvoirs publics pour inverser la tendance annoncer et ne plus subir.

separateur2

24/06/2015 ASN de Caen 

Polinorsud, filiale du groupe AREVA activité de logistique (servitude nucléaire) épinglé pour de très grave dérive de management sur le site de Paluel par l’inspection du Travail de CAEN :

* Déclaration d’accident du travail,

* poste aménagé,

* enregistrement des expositions par contamination interne…

Nous félicitons les membres du CHSCT Polinorsud de Paluel pour leurs engagements dans l’amélioration des conditions de travail de nos collègues sur ce site. Cette grotesque situation est à ce titre très très préoccupante pour nos collègues, puisque sur ce site se déroule actuellement le premier des nombreux chantiers dit «grand carénage».

Saisissez-vous chers collègues de ce rapport, pour le porter dans toutes les entreprises de l’ensemble du parc, pour démasquer et faire connaitre ces ((responsables)) d’entreprises qui fraudent impunément pour leur seul et unique intérêt !

Pour imprimer le document et/ou partager aisément cette information le fichier en PDF ci-dessous

separateur2

25/06/2015 Safety Day à AREVA FBFC Romans

Nous vous avons alerter ici la veille et sur les réseaux sociaux de cette journée programmé de longue date et de notre incompréhension totale du fait de l’absence des salariés d’entreprises sous-traitantes travaillant sur le site de FBFC Romans à cette journée 🙁

Pourtant, le Directeur du site lors de son allocution a commencé son intervention par :

La sûreté de nos installations, la sécurité pour l’ensemble des personnels intervenant sur Romans FBFC, ça ne se négocie pas !

Monsieur le Directeur, si vous n’êtes pas capable d’imposer à l’ensemble des dirigeants des entreprises extérieurs, l’absolue nécessité de la présence de leurs salariés à cette journée d’information, de sensibilisation et d’échange que vous organisez, permettez nous Monsieur le Directeur, d’avoir quelques inquiétudes sur votre vision, face aux enjeux du site de Romans FBFC toujours en surveillance renforcée par l’ASN à ce jour.

Depuis 02/2015 et des annonces de la situation économique catastrophique du groupe AREVA, vous demandez à l’ensemble des entreprises extérieurs qui répondent à un appel d’offre de faire 10% à minima de ristourne sur celle-ci… comprenez bien Monsieur le Directeur, que cela ce répercute directement sur nos conditions d’interventions dans vos installations ! Vous ne pouvez pas ignorer l’impact néfaste, sur les Facteurs Sociaux, Organisationnels et Humains que cette stratégie purement économiques engendre. Vous voilà maintenant averti, puisque lors de votre intervention vous avez évoqué notre existence et nous vous en remercions 🙂

Sachez que nous aborderons publiquement à la CLI FBFC du 01/07/2015 ce manquement grave à nos yeux, afin que cela ne ce reproduise plus jamais sur votre site. Nous ne pouvons pas accepter que nos collègues qui interviennent au quotidien dans vos installations ce voient imposer par leur société une journée de congé forcé.

🙂 La sûreté, la sécurité c’est l’affaire de tous ! MZC y compris 🙂

separateur2

Marcoule : des salariés de Spie den en grève devant l’entrée de Centraco

Depuis le jeudi  25 juin, une vingtaine de salariés de la branche nucléaire du sous-traitant Spie den observe une grève à l’entrée de l’usine Centraco, implantée dans l’enceinte du site nucléaire de Marcoule. Les revendications portent d’une part, sur les conditions de travail et d’autre part, les salaires.

José Andrade, délégué fédéral de la branche mine et énergie de la CGT, a expliqué ce vendredi 26 juin, en fin de matinée « attendre le directeur de l’établissement de Spie den, basé à Pont-Saint-Esprit afin d’engager des pourparlers sur les augmentations de salaires et l’amélioration des conditions de travail des salariés en grève. Ces revendications ont été préalablement exposées à la direction. Si depuis hier jeudi 25 juin, un mouvement de grève est en cours, c’est en raison du fait que nous devions rencontrer la direction. Nous l’avions prévenue que si aucune rencontre n’avait lieu, les salariés se mettraient en grève. Ils l’observeront, tant que rien ne se passera », a prévenu le délégué fédéral cégétiste.

Pour l’heure, la direction de Spie den n’a pas fait connaître sa position

Ce vendredi fin de matinée,  nous n’avons pu entrer directement en contact avec le responsable de la communication de Spie den, au siège social de la société installée à Cergy-Pontoise (Val-de-Marne). Ni pouvoir nous entretenir avec le directeur du site de l’établissement de Pont-Saint-Esprit.

Pour sa part, la société Centraco pour laquelle Spie den oeuvre dans le domaine du démantèlement, est donc touchée par ce mouvement.

http://www.midilibre.fr/2015/06/26/marcoule-des-salaries-de-spie-den-en-greve-devant-l-entree-de-centraco,1181551.php

separateur2

(Ici nous respectons la loi sur les droits d’auteur et le travail de la presse et des journalistes professionnels)

Nos amitiés aux uns, notre respect aux autres, bises à toutes et tous.

Et vous…qu’en pensez vous ?

CRITIQUEZ ou APPROUVEZ

Laisser nous un commentaire, onglet en bas de cette page

24 comments for “Dans le rétroviseur cette semaine !

  1. Redaction MZC
    19 juillet 2015 at 9 h 27 min

    …Pour les chercheurs en sociologie,c’est un secteur pour lequel on dispose de peu de sources d’information,et ce sont essentiellement les « affaires » (procès, incidents, accidents…).
    Dans les publications (livres), on parle très peu des travailleurs, y compris dans les fictions (cf.le film Grand Central)…

  2. apexi
    10 juillet 2015 at 0 h 03 min

    Selon l’ IRSN, Areva avait effectué dès 2007 des tests qui auraient dû l’alerter plus tôt sur les anomalies de la cuve de l’EPR de Flamanville.

    Pourquoi Areva n’a-t-il pas détecté beaucoup plus tôt les anomalies de la cuve de l’EPR de Flamanville ? Telle est la question qui se pose au regard de l’avis adressé par l’IRSN (Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire) à l’ASN (Autorité de Sûreté Nucléaire) le 3 avril dernier, et révélé mercredi par le « Canard Enchaîné ».

    Ces anomalies avaient été rendues publiques le 7 avril par l’ASN . Jetant un doute sur la conformité de l’acier qui compose le couvercle et la cuve du réacteur aux normes de résistance requises, elles vont de facto retarder le chantier de plusieurs mois, voire de plusieurs années s’il faut changer la cuve. Dans ce cadre, de nouveaux essais devraient être menés à l’automne.

    Or selon l’IRSN, Areva avait effectué en 2007 des tests qui auraient dû lui mettre la puce à l’oreille. Forgé en 2006 et 2007, le couvercle de la cuve avait alors subi des analyses chimiques en deux endroits. Il s’agissait de déterminer la teneur en carbone dans les zones concernées, afin de connaître l’orientation de la pièce (le haut et le bas) avant de l’usiner.

    Ces analyses ont révélé dès 2007 une teneur en carbone très élevée -ce qui constitue un indicateur d’une résilience mécanique insuffisante. « Les tests en question n’avaient pas pour objet la teneur en carbone en elle-même, mais seulement l’orientation de la pièce », explique Patrick Poret, directeur des usines du Creusot et de Saint Marcel d’Areva. « Nous étions à un stade intermédiaire de fabrication, la pièce allait encore être réduite de 50 à 60 mm. Nous n’avions pas de raisons d’être alarmés par les niveaux indiqués ».

    Une explication qui ne satisfait visiblement pas l’IRSN. « Lorsqu’on réalise ce type de tests, il y a des valeurs attendues : si les résultats sont anormalement élevées, cela doit amener à réfléchir », répond Sylvie Cadet-Mercier, directrice des systèmes nouveaux réacteurs et démarches de sûreté à l’IRSN. « Or ils n’ont pas conduit Areva à s’interroger. D’où mes interrogations : y a-t-il eu manque de vigilance ? De compétence ? De surveillance ? ».

    L’ASN est sur la même longueur d’onde. « Les mesures de 2007 étaient un signal faible des anomalies, qui auraient pu faire émerger le problème », note Rémy Catteau, directeur des équipements sous pression de l’ASN. « A posteriori, cela pose la question de la culture de la sûreté à la Forge du Creusot ».

    Ni l’IRSN, ni l’ASN n’accusent Areva de dissimulation, contrairement à ce qui a pu être écrit. Le groupe nucléaire avait d’ailleurs transmis à l’ASN tous les résultats de ses analyses dans un volumineux rapport dès 2008. Mais il n’a finalement détecté l’anomalie que bien plus tard, lors d’essais spécifiques demandés par l’ASN, ce qui l’a finalement conduit à alerter l’Autorité nucléaire fin 2014.

    Le manque de réaction d’Areva en 2007 a par ailleurs conduit l’ASN à demander au groupe nucléaire un audit externe de ses processus au Creusot. Conduit par un expert indépendant, il a démarré en juin et devrait rendre ses conclusions à la fin de l’été.

    Anne Feitz

    En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/021195999773-epr-la-culture-de-la-surete-mise-en-cause-chez-areva-1135676.php?kp40MKvrFTCqUOsa.99

  3. webmaster MZC
    8 juillet 2015 at 16 h 18 min

  4. Fafa
    6 juillet 2015 at 12 h 17 min

    C’est fait, les salariés de spie prennent la direction du boulot après dix jours de grève sur centraco/socodëi après un week-end de négociations et un accord trouvé hier dimanche vers 17h.
    Tout au long des négociations de samedi et dimanche, nous avons été consultés par SMS, présence physique, … par la délégation CGT qui nous représentait. C’est énorme. Nous n’avons pas été écartés de la décision où seul la volonté de la majorité comptait.
    On est tous contents d’enfin pouvoir aller trapper dans la butte en étant reconnus à sa juste valeur.
    D’énormes avancées (coefficients, salaires, positionnements hiérarchiques dans les activités) ont été obtenus pour l’ensemble des salariés en lutte.
    C’était long, chaud, fatigant, mais ça fait du bien de savoir qu’on peut gagner quand on est solidaire et déterminé.
    Merci à la CGT et à José, notre délégué syndical qui à su prendre le meilleur de chacun pour faire un collectif indestructible, prêt à tenir jusqu’au bout.
    Les autres syndicats de spie sont venus, non pas pour nous aider, mais plutôt pour nous faire douter du résultat final.
    Pour qui, ils s’engagent dans le syndicalisme ? Pas pour les salariés, c’est certain. On comprends mieux pourquoi ils, les déstabilisateurs de conflit, ne subissent pas les mêmes contraintes que nous.
    Heureusement que nous sommes restés à 97% de grévistes et que leur marmelade avariée n’a pas pris.
    Merci à tous pour votre soutien et à MAZONECONTROLEE pour avoir publié nos messages d’information.

    • hollowman of ardeche
      6 juillet 2015 at 20 h 03 min

      HELLO

      BRAVOOOO, et que cette lutte donne des envies d’en decoudre chez les prestataires en souffrance dans ce monde de requins

      Et puis, vous avez eu un soutien de taille… JOSE, un syndicaliste comme on en fait plus!
      Comme quoi, ces concessions pendant cette dizaine de jours, ça paie.

    • José Andrade
      6 juillet 2015 at 20 h 25 min

      Message aux Grévistes de Socodeï-Centaco de SPIE après de négos tout le week-end. Le conflit s’est terminé dimanche dernier vers 17h après plusieurs échecs dans la semaine.

      Salut les lions de Centraco!

      Me voilà heureux que vous soyez heureux ; Me voilà content que vous soyez contents ; me voilà satisfait que vous soyez satisfaits ; Me voilà confiant pour l’avenir puisque vous êtes notre avenir social.

      Vous m’avez appelé pour vous représenter dans votre conflit et je me suis trouvé à gérer une grève où l’autre comptait plus que soi-même.

      Chaque fois que je vous transmettais les avancées, la réponse collégiale était « pour moi ça peut aller, mais mon camarade n’a pas assez » !

      Quelle leçon de vie ! De gérer un conflit où le collectif de travail est devenu une famille de sang ! Où le « JE » compte moins que le « lui ».

      Aujourd’hui je suis fier que notre raison ait gagnée sur les raisons de la précarité et du dumping social organisé par les marchés commerciaux dans le monde de l’Atome.

      Franchement, vous me remerciez ? Mais qui suis-je sans vous, sans le 97% de grévistes, sans votre détermination, sans votre esprit de la fraternité, sans l’aide et l’organisation de la CGT? RIEN, soyons claires mes amis !

      Le meilleur délégué syndical CGT ne pourrait rien sans vous ! Sans votre qualité collective en partant de l’individuel.

      Merci les félins gentils mais inébranlables, merci pour votre calme déterminant sans failles.

      Avec vous, notre avenir social a de l’avenir, j’en suis convaincu ! Beau pied de nez à tous ceux qui nous bassinent tous les jours en nous disant « les jeunes ne pensent plus qu’à leurs gueules personnelles ».

      Le résultat est là ! En regardant dans le rétroviseur je ne vois personne en arrière, personne écrasé par notre passage, personne oublié au bord de la route !

      Tout le monde a gagné et surtout les petits salaires.

      Je veux vous rendre hommage, d’avoir tenu dans la dignité, face à un adversaire convaincu de ces raisons.

      Je veux vous rendre hommage pour avoir vaincu la canicule pendant dix jours devant le site au soleil. Une pensée toute particulière pour les trois camarades qui faisaient le ramdam, et que ne se sont jamais lamentés des conditions extrêmes que nous avons subi.

      Je veux rendre hommage à toutes celles et ceux (salariés Socodeï, Arreva, EDF, Spie, passants, ….) qui s’arrêtaient pour nous dire bonjour, pour nous apporter de l’eau et les croissants du matin.

      Je veux remercier la Confédération CGT, la fédération FNME pour leurs communiqués de presse qui ont pesé dans la balance.

      Je veux dire que je ne remercie pas les autres syndicats de Spie qui ont tenté mettre le doute dans les têtes des grévistes au piquet de grève, en leur disant « arrêtez, vous allez dans le mur et vous ne gagnerez jamais, la direction ne cèdera pas, … » Pour qui ils travaillent ???? Cela devient affligent !!!

      Je veux aussi rendre hommage à l’adversaire qui a été dur, déterminé mais respectueux jusqu’au bout et qui a su reconnaître votre détermination d’aboutir.

      Vous m’avez encore donné des raisons pour continuer à lutter contre l’injustice sociale et un meilleur avenir pour tous.

      Bise à vous toutes et tous

      Rendez-vous est pris pour un repas de la victoire avec vos familles dans la semaine, et si possible, dans une salle climatisée. Cela va nous faire drôle ! On n’est plus habitués. lol

      • Le Chevalier Normand
        7 juillet 2015 at 8 h 16 min

        Bravo mille fois !!!!
        Vous avez prouvé une fois de plus qu’il ne faut rien lâcher et que la VERITE c’est bien nous les prestataires smicards qui la détenons !
        De plus vous avez eu la chance d’avoir le soutien du futur Président des salariés qui souffrent en allant au boulot (ce n’est même pas la peine de donner son nom ! et si cela pouvait être vrai !!!!)
        Faites partager autour de vous votre ténacité et n’oubliez pas l’HOMME EST FAIT POUR MARCHER DEBOUT !!!!!!!!
        Et puis pour reprendre un slogan d’actualité;
        LA CRISE C’EST EUX ! LA SOLUTION C’EST NOUS !

        Le Chevalier Normand, mandaté par le seul syndicat ou seules les CONVICTIONS à usage COLLECTIF comptent !!!!!!!!!

  5. Fafa
    4 juillet 2015 at 8 h 31 min

    CGT – Confédération Générale du Travail – 04/07/2015 16:35:00

    Sous-traitance nucléaire

    97% de grévistes pour de meilleurs salaires chez Centraco

    De la femme de ménage au chef de chantier, 97% des salariés de la société Centraco (branche nucléaire du sous-traitant Spie-den, à Codolet, dans le Gard) sont en grève, avec la CGT, devant l’entrée du site. Le mouvement a débuté le 25 juin dernier, jour de mobilisation nationale sur les salaires.

    Les grévistes, qui réclament des augmentations de salaires et de meilleures conditions de travail, viennent, au 7e jour de grève, d’obtenir une réponse de la direction : la venue d’autres salariés du groupe Spie pour remplacer les grévistes.

    Une réponse qui à de quoi alimenter la colère des salariés, qui pour la plupart ont des contrats précaires, sont payés au Smic et sont exposés en permanence à la radiologie et aux fortes chaleurs dans les ateliers.

    « Nous ne travaillons pas dans une usine de chocolat », a réagi José Andrade, délégué syndical CGT de l’entreprise. « Chaque geste professionnel compte pour la sécurité des salariés et pour la sureté des installations nucléaires. Il serait irresponsable pour nos dirigeants de nous remplacer par des salariés non formés aux exigences de sureté spécifiques de ces installations nucléaires du groupe ».

    C’est effectivement dans cette même entreprise que s’était produit, en 2011, un accident causé par un four nucléaire et qui avait engendré la mort d’un salarié.

    http://www.newspress.fr/Communique_FR_289787_69.aspx

  6. Redaction MZC
    3 juillet 2015 at 16 h 41 min

    Lors du Comité de Groupe France EDF du 28 Mai, la DRH Groupe souhaitait présenter et de fait faire cautionner aux représentants des salariés la « Politique du Groupe EDF en matière de lutte contre la fraude ». Au regard du caractère inacceptable de telles pratiques et du contexte de suspicion généralisé qu’il conduira à développer dans les collectifs de travail, la délégation CGT, après lecture d’une déclaration demandant le retrait de cette question de l’ordre du jour non suivie d’effet, a décidé de quitter la séance. La délégation FO s’est jointe à la démarche tandis que les délégations CFDT et CFE-CGC ont, elles décidé de rester !

  7. apexi
    2 juillet 2015 at 19 h 54 min

    8éme jour de grève Chez SPIE-DEN à CENTRACO

    Toujours 97% de grévistes et le moral au beau fixe !

    Mensonge, fausses promesses et provocations est le quotient de notre direction chez le groupe SPIE.

    Mensonge : Après nous avoir annoncé que la direction nationale serait présente pour négocier. Ils se dégonflent et préfèrent la nature sur Paris.

    Fausses promesses : Après nous dire que les revendications ne sont pas excessives ils refusent de nous donner le prix de notre travail.

    Provocations : La pression est mise sur les intérimaires et ils décident de nous faire remplacer par d’autres salaries qui semblent non formés et non qualifie.

    Les esprits s’échauffent ! La rudesse de nos activités nous a appris à résister aux milieux hostiles et faire face à des conditions extrêmes.

    Nous avons donc voté à l’unanimité la poursuite du conflit pour une semaine supplémentaire, et plus si affinité….

    Rien ne nous arrêtera ! Maintenant nous connaissons le prix à payer pour notre dignité humaine au travail.

    Restez prudents et vigilants ! Renseignez-vous sur les compétences de ceux qui viennent de l’intérieur, comme de l’extérieur pour nous remplacer en enlevant sans aucun tabou, le pain de la bouche de nos enfants.

    Vous l’avez compris, nous ne sommes pas en vacances devant le site ! Avec 37° à l’ombre, alors que nous restons au soleil mais droits dans nos chaussures. Inébranlables face à la direction et à la canicule.

    Nous sommes là, parce que nos salaires et conditions de travail deviennent insupportables pour nous toutes et tous.

    Saluez de notre part ceux qui ont le courage de remplacer les grévistes !

    Ce que nous rassure, c’est que d’après nos infos, ils seraient bien plus payés que nous, ce qui justifie largement notre revendication initiale.

    On ne lâche rien !

  8. apexi
    1 juillet 2015 at 18 h 36 min

    7 éme jour de grève Chez SPIE-DEN à CENTRACO

    Toujours 97% de grévistes et le moral au beau fixe !

    Apparemment les actionnaires de SPIE ont parlé !

    La réponse à nos revendications est la venue d’autres salariés du groupe SPIE pour remplacer les grévistes.

    Nous attendons de connaitre quelles sont les compétences professionnelles de ces salariés venus d’autres horizons.

    Vous l’avez compris :

    Nous ne travaillons pas dans une usine de chocolat. Chaque geste professionnel compte pour la sécurité des salariés et pour la sureté des installations nucléaires.

    Rappelez-vous de l’accident catastrophique du four de Centraco-Socodeï en 2011.

    Il serait irresponsable pour nos dirigeants de nous remplacer par des salariés non conformes avec les exigences de sureté spécifiques de ces installations nucléaires du groupe EDF SA.

    La météo ne nous fait pas de cadeaux (36° à l’ombre devant le site) mais cette maltraitance des Dieux du soleil et de la Finance SPIE nous renforce dans notre détermination collective et inébranlable.

    Des réflexions sont en cours pour un appel national sur tous les chantiers ou nous exerçons.

    Il y en a marre de l’esclavage nucléaire dans la sous-traitance.

  9. apexi
    30 juin 2015 at 21 h 03 min

    6 éme jour de grève

    Chez SPIE-DEN à CENTRACO

    Toujours 97% de grévistes et le moral au beau fixe ! Même la canicule ne nous affaiblit pas.

    La non prise en compte de nos revendications plus que légitimes, nous démontre la considération que la Direction peut avoir pour toutes celles et ceux qui font vivre notre société et ces actionnaires.

    Après une brève rencontre hier en fin de matinée (10 minutes), la Direction semble jouer le pourrissement du conflit en repoussant toujours à plus tard une quelconque réponse.

    Nous pensons clairement qu’au travers de notre conflit d’autres négociations sont en cours entre notre entreprise et le client Socodeï.
    Serions-nous utilisés comme otages dans cette affaire pour que Spie obtienne une rallonge contractuelle et surtout financière ?
    Il est clair que nous ne sommes pas en grève pour augmenter les bénéfices des actionnaires de SPIE !
    Notre seule motivation reste l’amélioration de nos conditions de vie et de travail de Smicards.

    • Kamel
      1 juillet 2015 at 19 h 29 min

      SPIE Démantèlement et Environnement Nucléaire (SPIE DEN) est une entreprise française d’ingénierie et d’études techniques, filiale de SPIE Nucléaire.

      L’entreprise de sous-traitance du nucléaire SPIE-DEN intervient sur tous les sites nucléaires d’EDF et notamment les Centrales de Cattenom, Fessenheim, Penly, Cruas, Bugey, la Hague, …. Les 400 salariés de SPIE DEN sont spécialisés dans la radioprotection et s’occupent notamment de la décontamination des locaux.

      En 2008, des salariés de l’actuelle SPIE-DEN sont en grève sur Cruas pendant 6 mois avec la CGT pour demander le maintien de 110 salariés dans l’emplois. l’entreprise avait perdu ce marché et le repreneur, ESSOR-VINCI refusait de reprendre le personnel. après 6 mois de conflit et 10 de grève de la faim devant ce site nucléaire pour 9 d’entre eux, la totalité des salariés ont conservé leur emplois.

      En mai 2010, 82% des salariés de SPIE DEN de la centrale nucléaire de Penly sont en grève avec la CGT pour réclamer des meilleures conditions de rémunération et plus de reconnaissance. Belle bataille gagnante.

      En 2010 encore, la totalité des salariés SPIE DEN de Centraco ont sont en grève avec la CGT pendant 10 jours pour sauver un responsable du chantier que la direction avait condamné injustement. Le salarié a retrouvé son poste sans aucune sanction disciplinaire.

      En avril 2012, des salariés de SPIE DEN sont en grève dans les centrales de Cattenom, de Fessenheim, du Bugey, de Cruas et Centraco avec la CGT et 70% du personnel. Ils réclament une amélioration de leurs conditions de travail en grand déplacement, des augmentations de salaires et que l’ancienneté soit reconnue pour les prestataires qui travaillent pour le nucléaire. Un accord gagnant avait été signé.

      La question que l’ont doit se poser:

      Que font les autres organisations syndicales de l’entreprise à part de remplacer les grévistes pendant les conflits.

      Bravo les gars pour votre courage combatif dans la dignité humaine. Je vous connais et je sais que vous ne lâcherais pas quand il s’agit d’injustice sociale.

      Courage

      • Le Chevalier Normand
        1 juillet 2015 at 20 h 30 min

        Bravo les gars, tenez bon, chez PNS les grands combats ont eté gagnés aussi grâce à la ténacité et aux convictions profondes des élus CGT
        Aujourd’hui, la direction PNS continue de vouloir écarter la CGT par tous les moyens,mais on résiste (CHSCT et autres……………)
        Les salariés PNS sont endormis et trompé par une
        direction qui les arrose à coup de primes avec la complicité des autres OS!!!
        Vous vos revendications sont justes et légitimes, ne cédez rien, ils vont lâcher prise et ne vous inquiétez pas la CGT a stoppé net leur mauvaise idée d’avoir eu la pensée d’envoyer des troupes PNS pour vous remplacer !!!!!!!!!
        Vous avez le soutien de la CGT PNS à 200% et en tant qu’ancien SPIE ‘thermatome, j’ai encore certains contacts qui peuvent influencer certaines choses,du moins je crois !!!!!!!
        Le Chevalier Normand

  10. bob
    30 juin 2015 at 20 h 22 min

    Je lance ici, un criiiiiiiiiiiiii d’alerte, mon passé professionnel et syndical CGT dans le nucléaire, m’en donne le droit !

    Bonjour à tous les salariés sous-traitants du nucléaire,

    Un comble dans la sous traitance nucléaire, maintenant, les patrons prestataires sanctionnent les déclenchements aux C2 !!!

    Nous, les salariés sous- traitants du nucléaire, subissons, « l’effet Fukushima » !! La transparence d’EDF se traduit par une chasse aux sorcières envers ceux que les patrons prestataires appellent « les mauvais salariés » ceux qui ne savent pas travailler, ceux qui je cite « porte atteinte à l’image de leur entreprise vis-à-vis du client EDF » !!!

    Après chaque intervention en zone contrôlée, les salariés doivent impérativement passer dans un portique de contrôle, nommé C2. Ce portique détecte éventuellement une contamination soit vestimentaire, soit corporelle du salarié, suivant les CNPE.

    Cet avant dernier « rempart » avant la sortie de la centrale nucléaire a pour finalité d’éviter la dispersion de la contamination dans les locaux hors zone et dans l’environnement mais aussi de gérer la propreté radiologique des chantiers par un suivi des déclenchements et une arthrographie des chantiers incriminés.

    Cet appareil de contrôle est devenu la hantise des salariés, la guillotine de fin de journée ou d’une pause bien méritée…

    En effet, le déclenchement de ce portique, plus de 2 fois dans le mois, lors d’un arrêt de tranche, par le même salarié, provoque la convocation à un entretien préalable, suivi d’un avertissement !! C’est inadmissible !!!

    On accuse alors le salarié de ne pas avoir respecté les consignes de sécurité et ainsi, je cite : « de mettre en péril sa santé, mais aussi la sécurité de tous et la sûreté des installations nucléaires » !!!!!!!!

    Ils y sont arrivés !! La première catastrophe nucléaire française a trouvé son coupable, le sous-traitant smicard !!!

    Chutttttt, Messieurs les prestataires, personne, ni les ASN, ni les médias, ni les antis nucléaires, ni la population, personne ne doit savoir qu’un de vos salariés a déclenché trois fois en un mois un appareil de contrôle qui détecte une éventuelle contamination !

    Sanctionnez ce salarié, putain, il travaille dans une industrie PROPRE !! Sanctionnez ce salarié ! Putain, on lui offre TOUTES les protections individuelles ou collectives pour NOUS protéger !! Et ce con, il trouve le moyen de déclencher un portique de contrôle !

    Hé oui, ce pauvre salarié se lève à 3h du matin, parfois à 800 km de sa famille, prend sa voiture personnelle pour se rendre dans cette centrale nucléaire (toute neuve, celle-ci!) Embauche à 5h du matin, mais est présent gratuitement, dès 4h30 sur son lieu de travail (ben oui, la continuité de service non stop en horaire 3×8!)

    Et ce matin là, le salarié coupable est envoyé en « assistance habillage/déshabillage » action qui consiste à aider un autre salarié intervenant en milieu extrême, à revêtir une tenue mururoa ( vêtement à usage unique, ventilé et pressurisé) et après la fin de l’intervention à lui ôter cette tenue devenue contaminée avec une procédure de déshabillage bien déterminée, afin d’éviter une contamination du salarié intervenant.

    Le salarié « coupable » assure aussi l’assistance, la surveillance du salarié intervenant,ainsi que la gestion des déchets.

    Ce salarié coupable est équipé d’une paire de gant nitril, recouvert par une paire de gant en coton, eux même recouvert de gant vinyl. Il endosse aussi une tenue étanche en papier, une sur tenue en papier, une cagoule en papier lui protégeant la tête, à ses pieds deux sur-bottes, une en vinyle l’autre en tissu, il s’équipe lors du déshabillage, d’un heaume ventilé. Suivant le chantier, il peut aussi être équipé d’un harnais de sécurité ou d’un gilet de sauvetage… et ce dans un environnement estival, au bord d’une piscine de réacteur, entouré de rayons qui lui veulent du bien, de poussières lumineuses, facilement détectables qu’on appelle « particules radioactives » et souvent dans une ambiance chaude et bruyante et s’il transpire avec tout cet équipement, il ne peut s’éponger le front… Ce coupable est bardé de faux diplômes, appelés « habilitations ou autorisations » de formation sécurité en tout genre, il est cerné par des obligations, des intolérables, des caméras de surveillance, par des chargés d’affaires ou de surveillance EDF, avec leurs talons de contraventions, par un staff, nourri à la prime variable… Il doit aussi noter et signer ce qu’il va faire, ce qu’il a fait et comment il l’a fait. Un porte dossier ambulant, ce salarié coupable ! Il a signé ce qu’il a fait et le client EDF est heureux, lui ne sera pas coupable de l’accident nucléaire dû au déclenchement du portique C2 que ce collègue coupable va réaliser pendant sa pause bien méritée de 20 minute ou plus parfois !!

    D’un appareil qui nous « tranquillisait » auparavant, maintenant nous tremblons quand nous arrivons devant ! Pire qu’un radar !! Et que font maintenant les salariés sous-traitants ? Ben ils vont tricher et c’est là, que l’environnement ne sera plus vert !!

    Mais quid sur les accidents de travail dissimulés, quid sur les horaires de travail en 3×8, le week-end, les jours fériés, l’été, pendant les vacances scolaires. Mais qui sur les tentatives de suicides, les restrictions médicales non respectées. Mais quid sur les cadences de travail, le manque d’effectif. Mais quid sur l’éloignement familial et ses divorces. Mais qui sur les maladies professionnelles et les cancers. Et les salaires et les pensions de retraites de ces salariés « coupables » vaut mieux fermer sa gueule !!

    Pendant des décennies nous, les nomades, nous les trimardeurs, nous les bagnards du nucléaire, avons contaminé des vestiaires, des voitures, nos vêtements et nos corps car le client EDF gérait à sa façon « SA transparence » seulement occupée par la mise en place d’une sous-traitance bon marché (excusez-moi, de ce pléonasme!) et les quelques boites prestataires affairées à gagner leurs premiers millions de résultat net !

    La loi interdit toute forme de sanction ou d’amende à caractère financier et pourtant ces salariés coupables seront privés de primes semestrielles, et d’augmentation, car ces patrons prennent en considération les « déclenchements de portiques C3 » comme faute inexcusable !!

    Est-ce qu’un mécanicien, avec une tache de graisse sur son bleu de travail met en péril la sécurité de son garage et la sûreté nationale. Est-il un mauvais ouvrier et doit-il mériter un avertissement pour manquements aux règles de sécurité ?

    Oula ! Encore 3 dossiers d’entretien préalable qui tombent encore aujourd’hui !!!

    Si un jour le ciel de France s’assombrit d’un nuage radioactif, pensez-vous que les déclenchements de portiques C3 seront sources de sanctions ? Remarquez, ils sont tellement fous !! Mais, ce ne sont pas eux qui y seront….

    Sinon, dans le nucléaire, la sécurité c’est leur cheval de bataille !!!

    • hollowman of ardeche
      30 juin 2015 at 21 h 09 min

      salut, Bob

      je me retrouve dans ton analyse de la situation, assez qu’on nous prenne pour des MOUGEONS (moitié moutons et moitié pigeons)
      et que personne nous garantit une bonne retraite en bonne santé, apres avoir ete grillé plusieurs fois dans notre carriere, notre travail demande une meilleure consideration humaine, salariale et un respect de la part de nos donneurs d’ordres

      alors quand un temoignage comme le tiens est là, l’effet doit etre un soulevement de toutes et tous car ce que tu ecris n’est que le reflet de ce qui se deroule dans d’autres societe sous traitantes.

      a bientot, et qui sait sur un piquet de greve, car franchement il faut se MOBILISER TOUTES ET TOUS

  11. Redaction MZC
    29 juin 2015 at 16 h 04 min

    Lettre ouverte aux responsables de la catastrophe AREVA…Et à toutes les organisations syndicales du groupe

    • hollowman of ardeche
      29 juin 2015 at 18 h 46 min

      hello les camaraaaaades!

      cette journée doit et devrait etre celle des mobilisations de toutes et tous et toutes les entreprises sous traitantes qui vont rentrer aussi dans la danse des repercussions de l’affaire AREVA
      l’effet domino aura lieu, avec son lot de mesures drastiques d’economies sur le dos du salarie, alors le 2 juillet toutes et tous nous devrions etre aux cotés de celles et ceux d’AREVA pour qui l’avenir vire au cauchemar

      alors RIEN N’ EST A EUX, TOUT EST A NOUS

  12. Kdr
    28 juin 2015 at 12 h 23 min

  13. Gus
    28 juin 2015 at 10 h 23 min

    Quelle bande d’e*****é ces patrons voyoux avec leurs sbires le petits doigts sur la couture
    Pas de déclaration d’AT pour une conta interne grrrr p****n de merde


    Les premiers résultats d’INWORKS renforcent la preuve de l’existence d’une relation entre le risque de leucémie et l’exposition aux rayonnements ionisants. Ils montrent notamment que cette relation est observée pour des expositions chroniques à de faibles doses de rayonnements, comme le sont les expositions professionnelles, confortant ainsi l’une des bases du système de radioprotection actuel.

    http://www.irsn.fr/FR/Actualites_presse/Actualites/Pages/20150622_resultats-etude-epidemiologique-inworks-leucemies-travailleurs-nucleaire.aspx#.VY-tYEb8yC9

  14. Deglingos
    28 juin 2015 at 9 h 27 min

    Le directeur général D&S (Polinorsud / Amalis / STMI / MSIS ) à la botte de EDF (délit d’initié ou pas !)
    Les magouilles de POLINORSUD éclatent au grand jour enfin
    Les services RH complices inévitablement 🙁
    La casse sociale qui s’annonce à Tricastin sera très très douloureuse
    PNS repris par SPIE-DEN ? convention collective SYNTEC 🙁

    • Le Chevalier Normand
      28 juin 2015 at 10 h 54 min

      Salut Deglingos
      Je pense que tu parles de ce DGD qui méprise les élus parce qu’ils n’ont pas fait d’école d’ingénieur et qui se permet de vendre aux salariés un package intéressement,participation à ces yeux conséquent mais avec comme résultat final une baisse de 25 % !!!!!
      Bien sur en relayant à travers son service RH et sa ligne managériale que les salariés (les ouvriers,techniciens) n’ont pas respecter les critères, notamment ceux de la sécurité (tiens! tiens! )
      Ce même DGD qui est précurseur de l’ANI et qui prend la main,avec la complicité des services RH sur toutes les IRP, en pratiquant un forcing, bafouant la seule protection actuelle des salariés, j’ai nommé le CODE du TRAVAIL !!!!!!!
      Réveillons nous élus de toutes instances de représentants du personnel, oublions nos querelles syndicales, les salariés qui nous ont élus comme garde-fou de tous ces incompétents qui nous dirigent de la haut, ont besoin de nous pour arrêter de croire des discours hiérarchiques qui ne servent qu’à justifier leurs fonctions,avec lesquelles, ils se gavent grassement, bien entendu sur notre dos !!!!!
      Prochain épisode, le PASSEPORT des COMPÉTENCES, exclusivité managériale contre les OUVRIERS et TECHNICIENS du Nucléaire !!!!!

      Le Chevalier Normand

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *