Grèves à Cruas/Meysse et Belleville – EPR Flamanville

Photo du site de Belleville,  nos collègues salariés des entreprises sous-traitantes Exirys et OCE Business Service sont toujours en grève 52éme jours au 02/07/2013…

Merci Mister Z pour l’image 🙂

 

WP_20130702_001

separateur2

EPR : Le chantier du  réacteur du futur est incompatible avec des règles sociales du passé !

flamanville

Après 2 ans d’enquête, les premiers éléments rendus publics font état d’une fraude de grande ampleur portant sur le travail illégal de plusieurs centaines de salariés.  Le chiffre de 10 millions d’euros de cotisations sociales non versés à l’URSSAF par les entreprises incriminées est avancé…..

….Le groupe Bouygues, Quilles et son sous traitant Atlanco domicilié dans les paradis fiscaux, sont au cœur de ce dispositif. Sous traitance en cascades, précarité et montages juridiques complexes sont les ingrédients qui assurent une rentabilité maximale en bénéficiant d’une totale impunité.

communiqué ci-dessous

07 2013 Communiqué CGT EPR

separateur2

greve prosegur

Ce jour CRUAS/Meysse grève des salariés de la société PROSEGUR (gestion des accès sur le CNPE, ouverture des portails, …;) suivie à presque 100% ou seul le chef de site est à son poste.

Les salariés grévistes sont remplacés par des agents de sécurité qui semblent venir de l’aéroport de Lyon-Saint-Exupéry.

Au vu des informations dont nous disposons actuellement, les casseurs de grève qui sont, d’après des bruits, des membres de la direction PROSEGUR n’ont pas les formations requises pour travailler sur les centrales nucléaires.

Un grand bravo à ces femmes et à ces hommes qui ont su oublier leurs différences pour l’intérêt du plus grand nombre.

Inter-syndicale CGT-CFDT EDF . (tract à venir)

L’association MZC soutien tous les salariés dans l’action 

POUR INFO: La CFDT n’est pas identifiée dans ce tract car elle n’était pas dans l’appel initiale. Elle a rejoint le conflit dans la matinée et sera identifiée dans celui de demain.

ci-dessous le tract PROSEGUR CGT CRUAS du 02-07-2013

PROSEGUR

separateur2

Communiqué de presse CGT du 04 Juillet 2013

SOUS TRAITANCE NUCLÉAIRE AU RABAIS

=

SÛRETÉ ET SÉCURITÉ NUCLÉAIRE BAFOUEE

100% des salariés de l’entreprise PROSEGUR en charge de la sécurité sur la centrale nucléaire de Cruas sont en grève depuis 3 jours.

Ce conflit est issu d’une décision de la direction de leur supprimer environ 400 euros par ans à chaque salarié ainsi que la non reconnaissance salariale adaptée au métier.

Actuellement, les salariés grévistes sont remplacés à leur poste de travail par des agents venant d’autres industries que le nucléaire.

Estimant la situation anormale et après le Droit d’Alerte déposée par le CHSCT, la Cgt dénonce, de graves manquements susceptibles de compromettre la sécurité et la sûreté de ce site nucléaire.

separateur2

( Ici nous respectons la loi sur les droits d’auteur et le travail de la presse et des journalistes professionnels )

Et vous…qu’en pensez vous ?

1044433_541069889292226_1990765717_n

A vos claviers

Nos amitiés aux uns, nôtres respects aux autres, bises à toutes et tous

41 comments for “Grèves à Cruas/Meysse et Belleville – EPR Flamanville

  1. Véro
    9 septembre 2013 at 20 h 25 min

    Bonjour,
    Peut-on connaître l’issue de cette grève ? A moins ce qu’elle soit toujours en cours?

    Vu qu’aucun « grand » média nous informe, nous comptons sur vous et éventuellement diffusé l’information.

    Merci pour votre réponse et pour le site en général d’utilité publique !

    • webmaster MZC
      10 septembre 2013 at 11 h 06 min

      Bravo

      Belleville-sur-Loire (Cher) : victoire des grévistes de la centrale nucléaire

      Depuis le 13 mai, douze employées des sociétés Océ et Exirys, sous-traitantes de la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire étaient en grève.
      Travaillant comme secrétaires ou à l’accueil, elles réclamaient leur embauche comme agents EDF, ce qu’avait d’ailleurs recommandé un inspecteur de l’ASN (Autorité de sûreté nucléaire) il y a un an.
      En fait, il s’agissait d’un prêt illicite de main-d’oeuvre, puisqu’elles sont en permanence sur la centrale et font un travail effectué auparavant par du personnel EDF. Vendredi 12 juillet, la direction de la centrale cédait et huit des douze employées étaient embauchées par EDF sur leur poste….

      Ce problème des sous-traitants existe dans toutes les centrales, L’exemple de Belleville doit être contagieux….

      http://www.lutte-ouvriere-journal.org/?act=artl&num=2347&id=24

      • Détermination
        9 novembre 2013 at 18 h 06 min

        En fait, seules les grévistes OCE (assistantes de service) ont eu la promesse d’être embauchées en fin de prestation de leur sociiété, au 1er mars 2014.

        Pour Exirys, bien que le PV de l’Inspection du Travail soit semblable à celui dressé contre EDF/OCE, aucune proposition n’a été faite à ce jour. Deux personnes sont encore en grève actuellement (sur une équipe de 3 au départ) et sont à leur 182e jour de grève.Leur contrat de prestation arrive à échéance le 31/12/2013 ! mais la détermination reste intacte malgré la situation.

        • webmaster MZC
          9 novembre 2013 at 18 h 41 min

          Salut Détermination , merci pour cette info et tiens nous informer de l’évolution de cette situation
          RESPECT

  2. Nina Miranda
    26 juillet 2013 at 23 h 15 min

    L’occupation du lieu de travail durant la grève est illicite puisqu’elle porte atteinte au droit de propriété, ainsi qu’à la liberté du travail et enfin l’atteinte à la liberté du commerce et de l’industrie. L’employeur qui souhaite le départ des occupants peut saisir le président du Tribunal de grande instance afin d’obtenir une ordonnance d’expulsion, ou, lorsqu’il est impossible d’assigner individuellement tous les occupants, une ordonnance sur requête d’une mesure d’expulsion. Une fois obtenue, cette ordonnance devra être notifiée par un huissier de justice aux occupants. S’ils refusent de quitter les locaux, l’employeur pourra solliciter le concours de la force publique. Le préfet peut ordonner l’expulsion ou refuser le concours de la force publique tant qu’elle estime qu’il y a danger pour l’ordre et la sécurité. Ce refus justifiera l’engagement de la responsabilité de l’État.

  3. Lawanda Emerson
    18 juillet 2013 at 21 h 39 min

    Le salaire du salarié qui est en grève est réduit au prorata du temps de grève. L’abattement du salaire doit être calculé sur l’horaire mensuel réel des salariés. Si l’origine de la grève a pour origine un manquement grave et délibéré de l’employeur à ses obligations alors l’employeur doit payer des indemnités pour la perte de salaire des salariés, tel n’est pas le cas si l’entreprise a été mise préalablement en redressement judiciaire. La grève peut également entraîner la réduction ou la suppression des primes attribuées sous condition de présence dans l’entreprise. Toutefois il est nécessaire que la réduction de salaire soit la même, quels que soient les motifs de l’absence (la loi interdit toute discrimination en matière de salaire).

  4. Wade J. Daniels
    17 juillet 2013 at 19 h 50 min

    Pour la CGT, la nature des évènements et leur enchainement attestent d’une attaque en règle contre le droit de grève de ces salariés, à laquelle vous avez participé.

  5. la louve
    14 juillet 2013 at 18 h 48 min

    La rénovation des centrales nucléaires, plus chère que prévu ?

    La remise à niveau des centrales nucléaires françaises d’EDF pour prolonger leur durée de vie coûtera au moins 70 milliards d’euros, soit beaucoup plus que la facture de 55 milliards avancée jusqu’à présent, affirme Le Nouvel Observateur jeudi 11 juillet.

    http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/07/11/la-renovation-des-centrales-nucleaires-plus-chere-que-prevu_3446387_3244.html

  6. Marie
    14 juillet 2013 at 18 h 47 min

    Masao Yoshida, l’homme qui a évité le pire, est mort!

    Avec la mort de Masao Yoshida, le Japon perd un témoin unique de la catastrophe nucléaire de Fukushima. Personnalité charismatique, gros fumeur et fervent bouddhiste, M. Yoshida, 58 ans, s’est éteint le 9 juillet. Il souffrait d’un cancer de l’œsophage qui l’avait contraint à renoncer, en novembre 2011, à la direction des opérations de la centrale.

    A l’annonce de sa disparition, Naoto Kan, premier ministre au moment du désastre, a salué « un homme dans lequel on pouvait avoir pleinement confiance ». « Sans sa détermination, la catastrophe aurait pu être pire », estime M. Kan, en rappelant les décisions prises par le technicien entré en 1979 à la Compagnie d’électricité de Tokyo (Tepco). Confronté à la fusion de trois coeurs de réacteurs, celui-ci n’avait pas hésité à braver les ordres…

    http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/07/10/masao-yoshida-l-homme-qui-a-evite-le-pire-est-mort_3445319_3244.html

  7. Sylver
    10 juillet 2013 at 22 h 21 min

    Risque des salariés des entreprises extérieures :

    entrée en vigueur du nouveau dispositif au 1er juillet 2013

    Le recours à la sous-traitance interne s’est considérablement accru. Sur certains sites industriels, le nombre d’intervenants d’entreprises extérieures avoisine celui des salariés de l’entreprise utilisatrice. Comment veiller à la sécurité de tous ?

    stéphane wisniewski

    Entretien auprès de Stéphane WISNIEWSKI, Responsable pédagogique de l’Institut de Formation Socotec

    L’accroissement d’activité des entreprises sous traitantes sur les sites industriels engendre-t-il de nouvelles situations pour la sécurité des personnels ?

    Oui, très fréquemment. L’activité même d’un site sidérurgique ou chimique, la co-activité entre les salariés d’entreprises différentes, le risque que …

    http://www.actu-environnement.com/ae/pdt/socotec-formation-risques-salaries-sous-traitance-519.php4

  8. gold price
    10 juillet 2013 at 17 h 06 min

    La CGT a interpellé mardi la direction des usines d’ ArcelorMittal de Dunkerque et Mardyck (Nord) sur le sort de 11 salariés grévistes d’un sous-traitant mis à pied le jour-même en vue d’un licenciement. Dans une lettre dont l’AFP a reçu copie, adressée aux directeurs d’ArcelorMittal Dunkerque et Mardyck, la CGT Arcelor des deux sites et les fédérations Métallurgie CGT et Commerces Services CGT, demandent « solennellement d’interférer auprès de la direction de Main Sécurité pour interrompre immédiatement ce processus ». La CGT s’inquiète du sort de 11 salariés de Main Sécurité, filiale du groupe Onet, placés en mise à pied conservatoire en vue d’un licenciement et visés à l’issue d’une visite d’huissier mandatée par la direction d’Arcelor, selon la CGT.

    • daniel
      10 juillet 2013 at 21 h 44 min

      Complément à la réunion : Conditions de travail et sureté en centrale nucléaire (19/11/2011)

      Pour ceux qui ont pu venir et ont demandé des adresses (pour poursuivre leur réflexion) et pour tous ceux qui n’ont pas pu venir, voici quelques adresses de sites :

      prestataires du nucléaire : http://www.ma-zone-controlée.com

      l’association « santé sous-traitance » qui constitue, défend et soutient les dossiers médicaux des prestataires : http://www.sst-nucleaire-chimie.org.

      le Haut Comité à la Transparence et à l’Information sur la Sûreté nucléaire : http://www.hctisn.fr

      l’association nationale des Commissions Locales d’Information : http://www.anccli.fr/

      Vous pouvez également voir et revoir le très complet documentaire de Alain de Halleux : « RAS, Nucléaire, rien à signaler » sur ce sujet sur You Tube : il est gratuit et découpé en 3 parties. Vous pourrez y voir aussi son dernier film : « Tchernobyl 4 ever ».

      Ce fut un moment très humain de débat et de réflexion citoyenne, grâce à la qualité des intervenants (la parole si « juste » des travailleurs et la capacité d’analyse et de synthèse du médecin et du représentant au Haut comité pour la transparence etc.) et à la participation active et l’écoute de la salle.

      Portfolio

  9. Sylver
    9 juillet 2013 at 22 h 53 min

    Ascensoristes en grève à la centrale nucléaire de Saint-Laurent

    Lundi matin, les douze techniciens de la société Otis chargés de rénover les ascenseurs de la centrale nucléaire, et particulièrement ceux qui permettent de descendre dans le réacteur de la tranche 1, se sont mis en grève. Installés à l’entrée du site, ils ont déployé une grande banderole sur les bords de l’étang et sont décidés à tenir une semaine s’ils n’obtiennent pas satisfaction. Leurs revendications portent essentiellement sur ….

    http://www.lanouvellerepublique.fr/Loir-et-Cher/Actualite/24-Heures/n/Contenus/Articles/2013/07/09/Ascensoristes-en-greve-a-Saint-Laurent-1542156

    • hollowman of ardeche
      10 juillet 2013 at 9 h 14 min

      camaraaaaaaaaaaaaades!

      il serait bien que ce mouvement soit suivi par les autres prestataires, nous sommes impactés et concernés par leurs revendications
      sortez et rejoignez-les pour éviter qu’ils se sentent pas isolés; puisque cela va être la méthode d’edf pour pourrir leur mouvement

      RIEN EST A EUX! TOUT EST A NOUS

      syndicalement

  10. Verne
    9 juillet 2013 at 22 h 01 min

    Pour PROSEGUR Cruas, même combat qu’ESSOR Cruas, bientôt sur le tour de France et cette fois-ci ….

    • Mélissa
      9 juillet 2013 at 22 h 06 min

      hein,vous les fabriquez, les révolutionnaires sur cruas? Ou les patrons sont cons sur ce site ou alors, ils n’ont encore rien compris qu’ont ne touche pas les cailloux sur les braises. Moi je vous dit qu’ils vont finir par se cramer les doits sur ce site.

      • pinnochio
        10 juillet 2013 at 9 h 53 min

        Réponse a Mélissa. C’est vrai a cruas ils ont la fibre sans culotte ce qui est loin d’être le cas avec les culs terreux du Poitou (civaux) ou les chinonais (chinon) qui eux ont plutôt la calotte royaliste.

      • le rescator
        10 juillet 2013 at 12 h 50 min

        Aux patrons Espagnol de Prosegur.
        Messieurs amateurs de corridas, la mise à mort c’est pour bientôt?
        Quand à vos Franquistes qui remplacent les grévistes, nous! ont ne l’accepte pas.

  11. Dwayne N. Tucker
    9 juillet 2013 at 21 h 06 min

    Un cadre, même s’il exerce les fonctions de sous-directeur, est en droit de faire grève. On ne saurait lui refuser ce droit au motif que sa fonction lui interdit de donner l’exemple de la grève aux salariés placés sous ses ordres. ¨ Cass. soc., 27 mars 1952, no 4.354 : Bull. civ. III, no 272 L’obligation d’assurer un service de sécurité (v. no 58) peut cependant restreindre le droit de certains salariés de participer à la grève.

  12. Sylver
    8 juillet 2013 at 1 h 11 min

    Ce matin les camarades de PROSEGUR vont continuer leur combat pour la dignité et pour le respect.

    Nous ferons un point dans la journée pour savoir si d’autres sites sont en conflit pour les mêmes raisons.

    Ceux qui luttent ont des chances de gagner, ceux qui ne luttent pas on déjà perdu!

    pour info, le bruit court que d’autres entreprises vont faire grève après les congés à cause de cette histoire de mutuelle (à voir).

    Ils sont fous!!! payer plus pour être moins remboursé!!! ils se foutent de nous! et tout cela au nom de la crise!

    Les mêmes méthodes qu’en Grèce et le Portugal (affamer le peuple), mais peut-être pas le même résultat!!!

    • l'abeille sociale
      9 juillet 2013 at 21 h 33 min

      Les gardiens étaient ce matin devant le site nucléaire de Cruas! vous croyez qu’ils étaient la pour garder la centrale? perdu!!! ils sont devant la porte pour garder leurs droits et obtenir des nouveaux! on est comme cela dans le sud et surtout à cruas, on veux nous voler notre pain! non seulement, ils n’arriveront pas et en plus, maintenant nous exigeons le fromage pour l’accompagner. il ne faudrait pas trop attendre, parce l’idée d’un petit verre de vin du pays pour accompagner ce petit casse-croute pourrait bien nous monter à la tête, et là ………
      Unis à 100%! ils ont déjà gagné

      • Monique B
        9 juillet 2013 at 21 h 43 min

        Cette histoire me rappelle drôlement une autre « ESSOR Cruas » l’année dernière à la même époque.

        Il faudrait que les patrons arrêtent de nous casser les c——s et les ovaires en début d’été, si non, nous allons finir par sortir au même temps devant le portail de la centrale.

        Aujourd’hui, plusieurs personnes nous ont demandé « quand est-ce que nous allons rejoindre nos copains devant la porte? ». Ouf, le climat devient très chaud à cruas, vraiment très chaud et l’air devient irrespirable.

        • ZE
          9 juillet 2013 at 21 h 53 min

          Oui,je le confirme, l’histoire se répète et je crois que mes vacances vont être une nouvelle fois, repoussées pour cause de conflit.

  13. Ponson C
    6 juillet 2013 at 12 h 10 min

    Alerte :

    La sécurité à la centrale nucléaire de Cruas-Meysse en question

    Depuis mardi 2 juillet, tous les salariés de l’entreprise PROSEGUR (groupe mondial espagnol qui génère des profits toujours croissants) en charge de la sécurité de la centrale nucléaire de Cruas-Meysse, sont en grève pour contester les diminutions de salaire projetées par leur Direction et la non reconnaissance de leur métier de contrôleur RX à l’identique de l’Aéroportuaire.

    Le mouvement devrait s’étendre sur les centrales nucléaires de Dampierre, Tricastin, ….. dans les prochains jours.

    Pour ne pas répondre aux revendications, la direction a envoyé des salariés extérieurs au site venant de Lyon ou de Béziers et non formés au nucléaire pour remplacer les salariés grévistes embauchés localement.

    Au delà de la provocation, du caractère l’inacceptable et illégal d’un tel procédé, nous sommes confrontés à des risques pouvant mettre à mal la sécurité et la sûreté nucléaire.

    En effet, les process de sécurité dans une centrale nucléaire requièrent des compétences spécifiques, une connaissance du site et des dispositions applicables en cas de Plan d’Urgence Interne. Celles-ci doivent être validées par un écrit formel de leur employeur.

    Or, à ce jour, les directions de PROSEGUR et d’EDF sont en incapacité de répondre aux interrogations des membres du CHSCT du site de la centrale nucléaire, membres qui ont par conséquent déclenché un droit d’alerte.

    Les inquiétudes exprimées par cet organisme se sont trouvées avérées ce matin, puisque les membres CHSCT ont constaté qu’un salarié extérieur au site de Cruas- Meysse de la société PROSEGUR s’est introduit sur le site pour travailler sans aucun respect des contrôles d’accès et du contrôle radiologique obligatoire du site, ce qui est susceptible d’amener une diffusion extérieure au site de la contamination éventuelle du salarié vers la population.

    • Bruno
      8 juillet 2013 at 1 h 24 min

      C’est quoi cette histoire ? il y a un an environ, des membres de Greenpeace s’infiltrent sur le site pour prouver que c’est possible et tous les journaux s’affolent.

      Là, un casseur de grève inconnu, occupe un poste stratégique de la centrale sans s’identifier et sans respecter les règles d’accès et aucun journal en parle.

      Où est la justice de notre pays ?

      Qu’ont fait les services de gendarmerie sur le site face à une intrusion d’un casseur de grève ? et pourquoi le site ne porte pas plainte cette fois-ci aussi?

      Dans quel monde on est ?

      Égalité – Liberté – Fraternité – avez-vous dit ?

      Pour Qui ?

      Pour quoi ?

      • le rescator
        8 juillet 2013 at 18 h 18 min

        En 44 ils ont fait moins de chichi les maquisards avec les collabos du système en place de l’époque.
        Qu’attendons nous pour se débarrasser de la peste brune ?

        • Bob
          8 juillet 2013 at 20 h 31 min

          Les salariés démarrent doucement mais c’est stratégique. Moi je vous dit que cette histoire n’est pas fini et ils monteront crescendo, crescendo.

          Changement d’horaires, endroit, ….

  14. Rédaction MZC
    6 juillet 2013 at 6 h 50 min

    Les salariés de Prosegur sont tous en grève

    Une prime de 400 € supprimée.
    Des changements dans les cotisations pour la mutuelle d’entreprise.
    La non-reconnaissance salariale due à leur statut.

    C’est pour ces trois raisons que les 27 salariés de Prosegur travaillant à la centrale nucléaire de Cruas/Meysse sont en grève depuis mardi. Le dialogue se poursuit

    « 100 % des salariés en charge de la sécurité sur la centrale, notamment des contrôles des bagages et au rayon X, sont en grève », annonce Vincent Urinani, délégué CGT.

    La direction de l’entreprise, basée à Lyon, a rencontré les grévistes jeudi et a fait des propositions, tout en annonçant que la reconnaissance salariale était impossible à tenir.

    « Par rapport à nos confrères de l’aéroportuaire, qui font le même travail, nous ne sommes pas basés sur la même convention. Par conséquent, le coefficient minimum n’est pas le même », explique le représentant syndical. Les salariés, soutenus par la CGT et la CFDT, ont refusé les propositions et se sont réunis hier pour en proposer d’autres.

    Depuis le début du conflit, la direction a remplacé les salariés grévistes par des agents venant d’autres industries que le nucléaire.

    http://www.ledauphine.com/ardeche/2013/07/05/les-salaries-de-prosegur-sont-tous-en-greve

  15. Rédaction MZC
    5 juillet 2013 at 8 h 27 min

    CENTRALE DE CRUAS/MEYSSE

    Un salarié contaminé à la main depuis un an

    L’incident remonte au 8 avril 2012 mais n’a été déclaré qu’hier. L’an dernier, un salarié d’une entreprise prestataire a été contaminé à la main à la centrale de Cruas/Meysse.
    Alors que l’arrêt de l’unité de production n°4, situé en zone nucléaire, est programmé, il procède à la maintenance d’une chanfreineuse (machine-outil électrique qui permet d’usiner une pièce en biseau).
    Il s’est alors blessé avec un tournevis micrométrique légèrement contaminé.
    Il a été immédiatement pris en charge par les médecins de la centrale. Cependant, à l’issue des soins, une trace de contamination résiduelle et localisée a subsisté….

    http://www.ledauphine.com/ardeche/2013/07/04/un-salarie-contamine-a-la-main-depuis-un-an

  16. Mario
    5 juillet 2013 at 7 h 56 min

    «Les rejets de Cattenom nous préoccupent»

    Le ministre de la Santé, Mars Di Bartolomeo, s’est déclaré inquiet par la demande de modifications des rejets formulée par la centrale nucléaire mosellane.

    Le 19 juin dernier, Déi Gréng tiraient la sonnette d’alarme: «La centrale de Cattenom prépare en secret une modification de ses rejets dans l’air et dans l’eau».
    L’Autorité de sureté nucléaire (ASN) a en effet donné son feu vert à la centrale qui va remplacer les milliers de tubes de ses condensateurs en laiton par des pièces en titane.
    Un changement qui devrait réduire drastiquement les rejets de cuivre et de zinc mais, en contrepartie, nécessitera des chlorations massives.

    http://www.lessentiel.lu/fr/news/grande_region/story/15688591

  17. Aubrey Bowman
    5 juillet 2013 at 4 h 04 min

    La nouvelle adjudication prévue initialement avec deux entreprises, éclatait leur collectif de travail et remettait en cause la représentation du personnel. Suite à leur mobilisation, ils ont reçu le 23 juillet par la direction EDF une note confirmant la décision « de déclarer infructueux l’appel d’offres en cours. », cette note ajoutant : « le contrat dont est attributaire aujourd’hui ESSOR sera prolongé pour une durée de 18 mois à compter du 1er janvier 2013, afin d’organiser un nouvel appel d’offres qui intégrera un cahier des charges social ». Un protocole de fin de conflit est en cours d’élaboration doit maintenant être signé avec la direction d’ESSOR pour permettre une reprise du travail. Pour la CGT, il convient maintenant d’élaborer conjointement avec la direction d’EDF et les institutions représentatives du personnel, un cahier des charges social de haut niveau garantissant les droits individuels et collectifs des salariés de la sous-traitance et ce pour l’ensemble du territoire national.

  18. ze
    5 juillet 2013 at 0 h 55 min

    Les camarades CGT et CFDT de Procegur sont en lute sur le site nucléaire de Cruas-Meysse depuis 3 jours avec 100% du personnel, suite à une nouvelle provocation de leur direction:

    Suppression d’environ 400€ par an pour chacun.

    Estimant que la meilleur des défenses est l’attaque, ils prétendent actuellement aussi, se voir attribuer une reconsidération plus que justifiée de leurs coefficients, afin qu’ils soient plus en adéquation avec les taches effectuées pour assurer la sûreté des installations nucléaires.
    Ils sont notamment positionnés sur le traitement de l’imagerie de contrôle en entrée et sortie de site.

    • le rescator
      5 juillet 2013 at 13 h 49 min

      Concernant les briseurs de grèves (les jaunes) de votre conflit prenez les en photos et publier leur bobine sur internet. HONTE a ces gens là.

      • l'abeille sociale
        5 juillet 2013 at 20 h 28 min

        Grève PROSEGUR, petit point sur la situation …

        Après 4 jours de grèves, aucune avancée dans le conflit.

        A l’origine de ce conflit, une réduction salariale d’environ 400 euros par salariés et par an, ainsi qu’une revendication d’augmentation du coefficient du poste d’opérateur RX.

        Coefficient qui est justement appliqué à ceux qui viennent les remplacer pendant la grève!

        En effet des salariés (mieux reconnus…) sont venus des aéroport de Lyon et de Béziers pour tenter de casser le mouvement de grève; Aprés un contrôle du CHSCT, il s’avère que ces nouveaux salariés n’ont pas les habilitations requises pour tenir ce poste, ni la connaissance nécessaire du matériel et des procédures! C’est pour cela qu’un droit d’alerte de danger grave et imminent a été déposé le 3 juillet.

        Mais qu’a cela ne tienne, malgré les beaux discours de la direction comme « les 5 incontournables », force est de constaté que tous n’ont pas les mêmes obligations.

        Pire même quand ce matin un des nouveaux salariés PROSEGUR qui travaille aux accès véhicule, est contrôlé sans habilitation, sans EPI, et sans même avoir badgé en sortie ni en entrée.

        Heureusement qu’ils sont dans les bons papiers de la direction, parce-que certains ont été exclus du site pour beaucoup moins que ça!

        En attendant, le ridicule ne tue pas et ne semble même pas affecté les garants de cette industrie.

        La suite la semaine prochaine…!

        • daniel
          5 juillet 2013 at 20 h 41 min

          EDF s.a EST PRÊTE A METTRE LA SANTE ET LA SÉCURITÉ EN JEU POUR CASSER UN MOUVEMENT DONT ELLE EST PLUS QUE COMPLICE!

  19. jacob
    4 juillet 2013 at 19 h 51 min

    3 ministres de l’Ecologie en un an : Nicole Bricq du 16 mai au 21 juin 2012, Delphine Batho du 21 juin 2012 au 2 juillet 2013 et aujourd’hui Philippe Martin.
    Que se passe t il dans ce ministère ?
    La tâche à accomplir est elle insurmontable ?
    Les risques encourus par la société sont ils enfin précisés et donc les solutions à mettre en œuvre également ? Les pressions des pollueurs en tous genres sont elles insupportables au point que la conscience citoyenne ne peut l’accepter ?
    Il est à noter que sans lui faire de procès d’intention, Philippe Martin est un ancien Préfet donc par définition apte à appliquer toutes les orientations du Gouvernement même celles qui peuvent protéger les pollueurs.

    Limogeage de Delphine Batho : quelle place pour l’Ecologie ?
    http://www.actu-environnement.com/ae/news/ecologie-environnement-second-rang-priorite-gouvernement-batho-martin-18926.php4#xtor=EPR-1

    Delphine Batho est remerciée et remplacée par Philippe Martin
    http://www.actu-environnement.com/ae/news/eviction-batho-nomination-philippe-martin-ministre-environnement-18915.php4#xtor=EPR-1

  20. 3 juillet 2013 at 12 h 36 min

    Non à la vente d’Euriware, manifestations aux entrées du site du Tricastin

    Ce matin, mardi 2 juillet, à l’appel de la CFDT, la CGT, FO et la CGC, les salariés d’Euriware ont manifesté aux entrées du site du Tricastin pour protester contre la vente de leur entreprise. Ils ont fait signer massivement une pétition, que vous pouvez signer en ligne

    https://www.change.org/petitions/le-groupe-arevane-doit-pas-vendre-sa-filiale-informatique-euriware

    Le groupe Areva souhaite vendre EURIWARE, sa filiale informatique, car selon ses dirigeants le modèle intégré serait à bout de souffle ! Le groupe AREVA a besoin d’argent et la vision à court terme, l’a emportée sur une vision à long terme, sur un projet industriel dans lequel EURIWARE au sein du groupe a toute sa place.

    Pourquoi Euriware devrait-elle être vendue ?….

    http://ulcfdttricastin.hautetfort.com/archive/2013/07/02/non-a-la-vente-d-euriware-manifestations-aux-entrees-du-site.html

    Euriware : appel à la grève le 4 juillet

    Environ 300 salariés d’Euriware devraient manifester ce jeudi 4 juillet devant les locaux d’Areva pour demander un moratoire sur le projet de cession de ses activités de services informatiques.

    Les syndicats d’Euriware ne désarment pas. Décidés à obtenir un moratoire sur la cession programmée de la société d’ici au premier trimestre 2014, ils appellent à une troisième journée de mobilisation le 4 juillet devant le siège d’Areva au 33, rue Lafayette à Paris.
    Au cours des deux journées précédentes, les 24 et 25 juin, l’intersyndicale, qui regroupe CGT, CFE-CGC, CFDT et FO, avait dénombré 400 à 500 salariés ayant débrayé au moins une heure. Cette fois-ci 300 grèvistes sont attendus sur la journée….

    http://www.channelnews.fr/actu-societes/ssii/16081-euriware–appel-a-la-greve-le-4-juillet-.html

  21. 3 juillet 2013 at 12 h 30 min

    Industrie nucléaire : les emplois sont là !

    Les entreprises prestataires ont du mal à recruter

    «Nous manquons de robinetiers, de chaudronniers, de soudeurs, de personnels capables de travailler sur les machines tournantes…»
    Vendredi matin dernier, la supplique est venue de la bouche de Dominique Marillat, l’animateur du GIE Atlantique (le groupement d’intérêt économique qui rassemble les entreprises prestataires d’EDF pour les centrales nucléaires de Golfech, Civaux et Blayais), en marge de la réunion de bilan annuel du centre de formation communautaire des Deux-Rives, à la zone d’activités de Prouxet (lire encadré).

    3000 postes à pourvoir d’ici dix ans dans le quart Sud-Ouest….

    http://www.ladepeche.fr/article/2013/07/02/1662907-industrie-nucleaire-les-emplois-sont-la.html

    Nucléaire : la vérité est-elle si difficile à dire et à attendre ?

    C’était LE piège à éviter à tout prix dès le lancement du débat national sur la transition énergétique : veiller à ce que l’énergie nucléaire n’occupe pas une place disproportionnée dans le débat eu égard à ce qu’elle pèse réellement dans la consommation finale d’énergie du pays.
    Six mois plus tard, force est de constater hélas que le temps consacré à l’énergie électrique – nucléaire en tête – a occupé une part relativement importante dans les tables rondes et autres manifestations organisées ici et là autour de la transition énergétique.

    I. L’énergie nucléaire : une énergie « à part »….

    http://www.enerzine.com/834/nucleaire—la-verite-est-elle-si-difficile-a-dire-et-a-attendre/participatif.html

    Cancer professionnel : la difficile question de la reconnaissance

    D’après des chiffres parus en 2003, le travail aurait été responsable de 11.000 à 23.000 cancers en France. Tous ne sont cependant pas reconnus comme tel.
    La question de la causalité reste souvent délicate à déterminer. Mais pourquoi ?

    N’en déplaise à Henri Salvador, le travail ce n’est pas toujours la santé. Dans certaines professions, les salariés sont soumis à des produits, processus ou tâches qui entraînent, même bien des années après, une maladie. Celle-ci peut se caractériser par un mal de dos, mais peut aussi se révéler mortelle et se développer en cancer….

    http://www.futura-sciences.com/magazines/sante/infos/actu/d/medecine-cancer-professionnel-difficile-question-reconnaissance-47428/

  22. daniel
    2 juillet 2013 at 22 h 43 min

    BRAVO,tous va mal dans le nucleaire EDF SA nous traite comme des chiens.

    • Sylver
      5 juillet 2013 at 21 h 28 min

      Salut Daniel,

      je pense qu’ils vont plus loin que cela parce que moi, je ne traite pas mon chien comme ils traitent les prestataires qui les font vivre.

      Un Animal respecté est forcément bien traité, mais les patrons du nucléaire ne nous respectent pas.

      • La muse du nucléaire
        5 juillet 2013 at 21 h 31 min

        Bordel! voilà une vérité qui réveille ma conscience de pro-nucléaire que je suis depuis longtemps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.