ITER ! Plus belle la vie ? « article MAJ »

1208641_417722558329417_409403477_n

Dumping social : La Ministre FIORASO en visite à ITER le 6 septembre

Communiqué de presse:

Les représentants ministériels des sept membres d’Iter se réuniront au siège le 6 septembre à Cadarache pour faire le point sur les progrès et les défis du programme Iter. Cette réunion spéciale a été initiée par Günther Oettinger, commissaire européen en charge de l’Energie et représentant de la Communauté Européenne de l’Energie Atomique.

En tant que représentante du Pays hôte, Geneviève Fioraso, ministre français de l’Enseignement supérieur et de la Recherche participera également à la réunion.

Nourrissons l’espoir qu’elle obtienne les réponses que nous n’avons pas eues jusqu’à ce jour…

Source 

Nous avons lu sur http://www.pouruneconstituante.fr cet autre article au sujet de ce  gigantesque chantier. Très très intéressant, jugez vous mêmes :

Extraits :

Depuis plusieurs mois maintenant, des militants syndicaux, des Elus du Conseil Régional , des Chefs d’Entreprise du secteur BTP, des médias locaux, de simples citoyens…alertent sur la situation des 3000 travailleurs attendus sur le chantier ITER de 2014 à 2017, sur leurs conditions d’hébergement et sur le dumping social que cela représente. Le site MEDIAPART s’est fait l’écho de ces travailleurs « low cost ».

Il y a plusieurs entrées dans ce dossier :

– alors que l’emploi dans le secteur du bâtiment est en train de s’effondrer, que le chômage dans le BTP risque de progresser fortement, la logique serait que les sociétés qui obtiennent  les marchés ITER s’adressent en priorité aux entreprises du BTP du périmètre concerné notamment les petites et moyennes,

– les curieuses pratiques en matière de conventionnement ITER/URSSAF, comme l’atteste la convention signée le 1er février 2013, provoquent de l’émoi et de la colère, (cf.document joint)

img062

Clic pour agrandir

– les conditions d’hébergement retenues et publiées dans un document de Sémaphores en date de Juin 2012, document  que vous possédez, font craindre précarité et misère sociale. (voir document joint)

Chacun dispose des données sur l’état de l’emploi dans notre département et plus généralement sur la Région PACA.

A simple titre d’illustration, les révélations récentes de Monsieur Gilles GAUTHIER (Administrateur Général des Finances Publiques) dans La Provence du 29 mai suscitent l’inquiétude. Les Chefs d’entreprise, qui ont leurs carnets de commande plus que minces, apprécieraient de s’emparer de l’opportunité ITER.

A une époque, pas si reculée, cette « magnifique aventure » leur fut présentée comme telle et comme la voie leur permettant de renouer avec l’optimisme.

De nombreux jeunes en formation, tous secteurs confondus, ont cru dans ce gisement d’emplois promis et ITER Organisation n’a pas manqué lors du lancement de faire miroiter les emplois à la clef !

Qu’en est-il vraiment aujourd’hui au moment même, où  des énergies sont mobilisées pour assurer le succès du « Forum de l’emploi et de la formation » sur le département au cours de cette semaine qui lui est consacrée ?…

Suite de l’article 

Enfin pour terminer notre article, le journal le RAVI lui aussi ce fait l’écho de cette triste dérive … 

ITER ATOMISE CES TRAVAILLEURS 

L’article du RAVI

Une pensée à nos copains, copines et collègues de CADARACHE qui suivent ce dossier.

Liste des membres de la CLI ITER 

L’association MZC soutien les divers syndicats et associations qui aujourd’hui nous informes sur ce dossier.

On attend maintenant de vos nouvelles.

Dernière minute : L’ASN est venu cette semaine sur ce chantier , bon, ben il y a des problèmes avec les matériaux de ferraillage…Combien de niveau de sous-traitance là encore ?

Visite FIORASO LA MARSEILLAISE 2013.09.07

Clic pour agrandir

fr gaughe iter

Clic pour agrandir

( Ici nous respectons la loi sur les droits d’auteur, le travail de la presse et des journalistes professionnels )

Nos amitiés aux uns, notre respects aux autres, bises à toutes et tous

Et vous…qu’en pensez vous ?

31 comments for “ITER ! Plus belle la vie ? « article MAJ »

  1. webmaster MZC
    21 novembre 2013 at 7 h 44 min

  2. webmaster MZC
    19 novembre 2013 at 18 h 10 min

  3. webmaster MZC
    21 octobre 2013 at 13 h 54 min

    • Gus
      21 octobre 2013 at 18 h 37 min

  4. Rédaction MZC
    19 octobre 2013 at 10 h 02 min

  5. Sylver
    18 septembre 2013 at 1 h 44 min

    Dans les méandres de l’Agence internationale de l’énergie atomique
    Un gendarme du nucléaire bien peu indépendant

    Impuissante à réguler la circulation des matières fissiles et à régler le dossier iranien, l’Agence internationale de l’énergie atomique a deux visages : zélatrice du nucléaire civil d’un côté, gendarme du nucléaire militaire de l’autre. Elle défendra les vertus de l’atome y compris à Fukushima, où elle tiendra sa conférence ministérielle du 15 au 17 décembre.

    http://www.monde-diplomatique.fr/2012/12/SINAI/48507

  6. hubert
    13 septembre 2013 at 23 h 08 min

    Le Japon privé d’énergie nucléaire à partir de ce dimanche

    A partir de dimanche tous les réacteurs nucléaires du Japon seront à l’arrêt. L’opérateur Kansai Electric Power s’inquiète des risques de coupures électriques cet hiver.

    http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/energie-environnement/actu/0203003729874-le-japon-prive-d-energie-nucleaire-a-partir-de-ce-dimanche-604950.php

  7. Sellig
    13 septembre 2013 at 9 h 32 min

    Une convention ITER/URSSAFF qui pose vraiment question !

    La convention ITER/URSSAF signée le 1er février 2013 déjà publiée dans un blog précédent n’arrête pas de poser question.

    Un groupe de travail, sorte d’atelier de lecture collective[1], s’est penché sur le texte.

    Vous trouverez ci-dessous une liste des questions que ce groupe exhume.

    Pour permettre une lecture plus aisée, je publie à nouveau en pièces jointes :

    – le texte de la convention signée le 7 novembre 2007 entre ITER et le Gouvernement,

    – le texte de la convention ITER/URSSAF du 1er février 2013,

    – la lettre réponse du Ministre SAPIN en date du 21 aout 2013.

    Tout d’abord, reconnaissons au rédacteur, ou à la rédactrice, de ladite convention, certainement juriste de formation, que le texte est adroitement écrit et que, comme le dit le vieil adage « le diable se cache dans les détails » !….

    http://blogs.mediapart.fr/blog/claude-testaniere/120913/8-une-convention-iterurssaff-qui-pose-vraiment-question

  8. la louve
    13 septembre 2013 at 1 h 31 min

    Ils font et défont les entreprises au gré de leur profit….. Que pèsent les actions détenues par les salariés ?

    EDF : Norges IM vend 13 millions d’actions EDF placées par UBS

    http://www.zonebourse.com/EDF-4998/analyses-broker/EDF–NORGES-IM-VEND-13-MILLIONS-DACTIONS-EDF-UBS-SEUL-TENEUR-DELIVRE-IFR-17259468/

    EDF: la banque centrale norvégienne a vendu 13 millions d’actions

    http://www.boursorama.com/actualites/edf-la-banque-centrale-norvegienne-a-vendu-13-millions-d-actions-ec0d91302872ecec358844223d5504b7

  9. marie
    12 septembre 2013 at 22 h 02 min

    Judiciaire 11-09-2013

    Déchargement de gravats radioactifs au Bugey : EDF condamnée

    Le tribunal correctionnel de Bourg-en-Bresse a condamné mercredi après-midi EDF à payer 5250 euros d’amende pour le déchargement illégal de déchets radioactifs dans une carrière près de Pérouges.

    Le directeur de la centrale du Bugey, d’où provenaient ces déchets, a lui été condamné à payer 1500 euros d’amende, pour deux délits au Code du travail et 500 euros pour la contravention à la règlementation sur les installations nucléaires. Le 9 août 2011, la centrale nucléaire du Bugey a procédé à l’évacuation d’une benne de gravats radioactifs, pensant qu’il s’agissait simplement de déchets conventionnels, vers une carrière autorisée à recevoir uniquement des matériaux non radioactifs. Quelques minutes après la sortie du camion, la direction de la centrale s’est aperçue de son erreur, mais le conducteur du camion n’a pas pu être prévenu avant d’avoir déchargé. Selon le Réseau « Sortir du Nucléaire », cette erreur a engendré un risque réel de dispersion de radioéléments dans l’environnement : au point de contamination le plus élevé, le niveau de radioactivité était environ 3 fois supérieur au niveau naturel observé sur le site.

    http://www.lyonmag.com/article/57128/dechargement-de-gravats-radioactifs-au-bugey-edf-condamnee

  10. Rédaction MZC
    12 septembre 2013 at 7 h 10 min

    Des témoignages

    « De plus, nous devons faire face à une concurrence déloyale venue des pays de l’Est assène-t-il. Mais aussi parfois dans nos propres rangs. Car certaines entreprises ont décidé de se battre avec les mêmes armes que celles de ceux venus travailler sur notre territoire avec un mépris total de la législation française. »

    On le constate donc, plusieurs chefs d’entreprise en ont vraiment ras-le-bol et ne se sont pas gênés pour le faire savoir hier soir.

    À l’image de Denis, charpentier depuis dix-huit à Barcelonnette, spécialiste des maisons en bois : « Beaucoup d’entreprises étrangères viennent travailler le bois en Ubaye sans aucune protection, dit-il. Et l’Inspection du Travail, vient nous contrôler, nous, et pas le chantier venu de l’étranger. C’est carrément intolérable !

    On l’a déjà fait savoir, mais il ne se passe rien. Peut-être que si l’on fait comme eux, nous serons compétitifs. Mais à quel prix ? »…

    http://www.laprovence.com/article/economie/2525256/alpes-la-concurrence-deloyale-dans-le-batiment-au-centre-des-debats.html

    La sous-traitance irradie

    La division régionale de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a présenté, en mai dernier, son bilan de l’année 2012 pour Paca : ça chauffe pour Cadarache ! Le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) a subi une mise en demeure de la part de l’ASN, en novembre dernier. La raison ? De sérieuses lacunes dans la surveillance des activités de ses prestataires, en particulier Areva NC. Le leader mondial de l’énergie nucléaire est mandaté pour assurer, depuis 2009, le démantèlement de deux installations. Or, certaines opérations sont conduites sans qu’aucun agent du CEA ne les contrôle directement. Le centre de Cadarache a jusqu’à juin pour se mettre en conformité avec la réglementation, sous peine de se voir infliger 115 000 euros d’amende….

    http://www.leravi.org/spip.php?article1594

  11. Gus
    6 septembre 2013 at 18 h 41 min

    Nucléaire : les membres d’Iter réaffirment leurs engagements

    Les sept pays et organisations membres du projet de recherche nucléaire Iter ont réaffirmé vendredi leur engagement dans cette coopération mondiale, qui doit donner ses premiers résultats en 2021, et ce malgré le contexte de crise économique et les inquiétudes nées de l’accident nucléaire de Fukushima.

    Pour la première fois depuis 2006, une réunion au niveau ministérielle des membres d’Iter s’est tenue sur le site de Saint-Paul-lez-Durance (Bouches-du-Rhône), au siège de l’organisation.

    Ce projet rassemble la Chine, l’Union européenne, l’Inde, le Japon, la Corée, la Russie et les Etats-Unis, dans ce qui est présenté comme la plus grande coopération scientifique mondiale, visant à démontrer la possibilité de produire de l’énergie nucléaire « propre » grâce à la fusion thermonucléaire, processus à l’origine de l’énergie des étoiles….

    http://www.france24.com/fr/20130906-nucleaire-membres-diter-reaffirment-leurs-engagements

    Question :
    Est-ce que les organisations syndicales ont participes à cette échange ?
    Oui ?
    Non ?
    Pourquoi ?

  12. Déglingos
    6 septembre 2013 at 7 h 19 min

    Fusion nucléaire: Iter, un espoir difficile à concrétiser

    On le présente souvent comme le graal à atteindre en matière de technologie nucléaire : le projet Iter vise à maîtriser la technologie de la fusion nucléaire, par opposition à celle de la fission, utilisée actuellement. La fusion serait beaucoup plus puissante mais également plus sûre. Mais voilà, Iter accumule les retards et ses coûts ont explosé. Une réunion entre les différents membres du projet (Union européenne, Etats-Unis, Chine, Russie, Inde, Corée du Sud et Japon), a d’ailleurs lieu ce vendredi 6 septembre pour faire le point…..

    http://www.rfi.fr/france/20130905-fusion-nucleaire-iter-espoir-difficile-concretiser

  13. la louve
    5 septembre 2013 at 19 h 00 min

    En exclusivité, l’ex-ministre de l’Ecologie révèle qu’elle était opposée à la réduction du budget de la sûreté nucléaire. Et à la privatisation d’EDF.

    Vous affirmez que la sûreté nucléaire était l’un des objets de votre bras de fer de juillet avec Matignon ?

    – Oui. Il était prévu une baisse de 20 millions d’euros des crédits de l’Institut de Radioprotection et de Sûreté nucléaire (IRSN). Le sujet risquait de devenir explosif dans la mesure où le gouvernement s’était engagé, le 30 mai, à l’Assemblée nationale, par ma voix, à ce que le financement de la sûreté nucléaire ne subisse aucune coupe. J’ai toujours défendu l’idée, que,….

    Depuis quelques semaines circule le bruit d’une privatisation partielle d’EDF. Quelle était votre position à ce sujet ?

    – J’étais contre et j’ai fait savoir depuis le mois de mai que je ne l’accepterais pas. Je voulais que ces rumeurs insistantes soient démenties clairement. D’autant que le président d’EDF ne se prive pas de les alimenter. […]

    http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20130904.OBS5408/delphine-batho-la-vraie-raison-de-mon-depart.html

  14. Rédaction MZC
    4 septembre 2013 at 11 h 52 min

    …. En cause l’absence de «personne compétente en tuyauterie» et l’ignorance «de l’existence de différences de diamètre entre les orifices». Par ailleurs, le Canard Enchaîné indique que «les inspecteurs disposaient d’une « documentation de référence peu lisible ». Et, plus grave, sur celle-ci, « la position du moteur [était] erronée »».

    «Non-déclaration d’accidents du travail» et couacs à répétition….

    http://www.newsring.fr/planete-sciences/23-faut-il-sortir-du-nucleaire/67295-rlc-nucleaire-le-probleme-de-tuyauterie-qui-fait-desordre-a-lepr-de-flamanville

  15. Rédaction MZC
    2 septembre 2013 at 7 h 13 min

    Depuis plusieurs mois, le Parti de Gauche 04 se mobilise pour alerter les décideurs et l’opinion publique sur les risques de dumping social, de traitement indigne des ouvriers et de mal-logement qu’implique le chantier d’ITER à Cadarache : courriers aux députés et sénateur du département, réunions d’information, rencontre avec les syndicats…

    L’un des responsables du Comité de Manosque du PG04, Claude Testanière, a publié plusieurs articles sur le sujet sur son blog de Mediapart. Le 14 juin, avec Jean-Louis Pin, secrétaire départemental du PG04, il interpellait la Préfète des Alpes de Haute Provence. Fin août, au Remue-méninges du Parti de Gauche, il a également informé les responsables nationaux du PG de l’importance de ce combat : des actions nationales sont à venir….

    http://partidegauche04.blogspot.fr/2013/09/chantier-iter-le-pg-04-se-mobilise.html

  16. Jean-Michel
    31 août 2013 at 15 h 36 min

    Centrales nucléaires : une centaine de départs de feu en 2011

    L’Autorité de sûreté nucléaire estime que
    les risques d’incendie sont « un enjeu majeur dans la prévention des accidents pouvant affecter » les centrales.

    http://tempsreel.nouvelobs.com/planete/20130829.OBS4868/centrales-nucleaires-une-centaine-de-departs-de-feu-en-2011.html

  17. Sylver
    31 août 2013 at 15 h 33 min

    Fukushima : des flaques d’eau hautement radioactives découvertes

    A 50 cm des flaques, la radioactivité mesurée est de 100 millisieverts par heure. Un ouvrier qui serait exposé à ces rayonnements recevrait en une heure la dose maximale autorisée pour cinq ans. Une nouvelle fois, la centrale nucléaire de Fukushima très gravement endommagée lors du tsunami qui a frappé le Japon le 11 mars 2011 inquiète.

    http://www.leparisien.fr/tsunami-pacifique/fukushima-des-flaques-d-eau-hautement-radioactives-decouvertes-20-08-2013-3066889.php

  18. Jean louis
    23 août 2013 at 11 h 51 min

    INB : des exigences complémentaires en matière de protection de l’environnement
    http://www.actu-environnement.com/ae/news/INB-nucleaire-decision-ASN-nuisances-sante-environnement-prelevements-rejets-controle-information-19277.php4

    Reglementation | 22 août 2013 | Actu-Environnement.com

    Un arrêté du ministre de l’Ecologie, publié le 21 août, homologue la décision de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) du 16 juillet 2013 relative à la maîtrise des nuisances et de l’impact sur la santé et l’environnement des installations nucléaires de base (INB). Ce texte, qui avait été soumis à la consultation du public en mars dernier, entre en vigueur immédiatement, à l’exception toutefois d’un certain nombre de dispositions applicables au 1er janvier 2015, au 1er janvier 2016, voire après.

    Cette décision vient préciser le titre IV de l’arrêté du 7 février 2012, dit « arrêté INB », qui fixe les règles générales applicables à ces installations et dont les principales dispositions sont entrées en vigueur le 1er juillet dernier. Elle concerne les prélèvements d’eau et les rejets liquides ou gazeux, chimiques ou radioactifs, la surveillance de l’environnement, la prévention des nuisances, ainsi que l’information de l’autorité de contrôle et du public. Elle ne traite en revanche pas des déchets et ne s’applique pas aux situations d’urgence.

    Mettre en œuvre une approche intégrée

    L’arrêté INB combiné avec cette décision visent à mettre en œuvre l’approche intégrée prévue par la loi, selon laquelle « le régime des INB régit l’ensemble des risques, pollutions et nuisances créés par ces installations », explique l’ASN. Ce dispositif réglementaire entend fixer aux INB des exigences au moins équivalentes à celles applicables aux installations classées (ICPE) et aux installations, ouvrages, travaux et activités (IOTA) relevant de la législation sur l’eau.

    Il s’agit également d’homogénéiser les exigences actuellement prescrites aux exploitants par des décisions individuelles relatives aux prélèvements et aux rejets. Ce qui ne prive pas l’Autorité de la possibilité de prendre des prescriptions individuelles complémentaires en fonction des caractéristiques de chaque installation et de son environnement.

    Laurent Radisson © Tous droits réservés Actu-Environnement

  19. BOB
    16 août 2013 at 17 h 43 min

    Cattenom

    58 000 litres d’acide dans la Moselle

    Environ 58 000 litres d’acide chlorhydrique se sont déversés dans la Moselle depuis la centrale de Cattenom (57). Cette fuite serait due à un tuyau manquant.

    D’après l’information révélée par L’Essentiel, environ 58 000 litres d’acide chlorhydrique se sont déversés de la centrale nucléaire de Cattenom (57) dans la Moselle entre le 23 et le 24 juillet 2013. L’agence de sûreté nucléaire (ASN) explique que cet acide est « corrosif mais non toxique ». Cette fuite serait due à un tronçon manquant dans la tuyauterie.

    C’est ainsi qu’une importante quantité de liquide s’est « infiltrée dans le sol » avant de se déverser dans la Moselle.

    L’impact à l’extérieur du site est considéré comme « peu probable ». Une équipe de l’ASN est venu contrôler le site : elle a jugé l’enjeu environnemental « faible » mais a conclu en affirmant que « la non étanchéité de cette tuyauterie constitue un écart notable ».

    http://lorraine.france3.fr/2013/08/16/58-000-litres-d-acide-dans-la-moselle-303065.html

    • 17 août 2013 at 17 h 29 min

      Normal on nous pousse lors des arrêt de tranche,les témoignages le confirme

      • L'artiste.
        2 septembre 2013 at 18 h 45 min

        Et huit mètre cubes de soude au fond du BK 3 sur Dampierre la fameuse tranche qui ne doit pas repartir et qui doit fermer en janvier 2014 suivi des 3 autres dans la foulée.Et c’est écrit dans le journal oui mais c’est un journal écolo-tournesol.

  20. André
    12 août 2013 at 23 h 16 min

    pour ne pas oublier Fukushima

    Fukushima. Tepco débordé par les eaux radioactives

    http://sciencesetavenir.nouvelobs.com/crise-nucleaire-au-japon/20130806.OBS2400/fukushima-en-etat-de-situation-d-urgence.html

    « Situation d’urgence » à Fukushima, alors que l’eau radioactive se déverse dans l’océan

    http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/08/06/situation-d-urgence-a-fukushima-en-raison-de-la-montee-des-eaux-radioactives_3457854_3244.html

    Jérôme Joly « La radioactivité gêne les interventions »
    http://www.humanite.fr/monde/jerome-joly-la-radioactivite-gene-les-intervention-547103

    Le voile se lève sur la contamination de l’océan

    http://www.humanite.fr/monde/le-voile-se-leve-sur-la-contamination-de-l-ocean-547101

    Fuites d’eau contaminée à Fukushima Daiichi : point de la situation au 7 août 2013

    http://www.irsn.fr/FR/Actualites_presse/Actualites/Pages/20130807_Fukushima-fuites-eaux-contaminees.aspx

  21. Pierre F
    12 août 2013 at 0 h 29 min

    Combien d’entre nous « prestataires du nucléaire français » pourraient écrire des histoires semblables à celle-ci? Beaucoup, je pense!

    Le « bruit du crabe » : récit d’un « gitan » du nucléaire japonais

    Avant que la catastrophe de Fukushima ne mette en lumière l’état alarmant des installations nucléaires japonaises, des intérimaires effectuaient des missions de courte durée dans les centrales en ignorant tout des risques liés à leur métier.

    Takeshi Kawakami était l’un ces travailleurs, qu’on appelle familièrement les « gitans ».

    Sur son blog, Kawakami dénonce la corruption et la collusion entre le gouvernement et l’industrie nucléaire.

    Comme bon nombre de ses collègues, Takeshi Kawakami a gagné sa vie pendant près de trente ans en effectuant des missions courtes dans des centrales nucléaires. Pendant des années, il a réparé ou remplacé des pièces défectueuses dans les réacteurs nucléaires et exécuté des tâches dangereuses, avec le risque d’être exposé aux rayonnements radioactifs.

    Sur son blog, Kawakami met l’accent sur la centrale de Hamaoka en particulier. Cette centrale a été récemment fermée pour travaux par le gouvernement japonais qui a estimé dangereux de continuer à la faire tourner alors qu’elle est située sur l’une des plus grandes failles sismiques de l’archipel du Japon.

    Dans son billet, dont une partie est traduite ci-après, il raconte sa première expérience en tant qu’intérimaire dans un générateur de vapeur de la centrale nucléaire de Genkai, au sud du Japon.

    Global Voices
    Comme un « gitan du nucléaire »

    « Deux ans après avoir commencé ma vie nomade de gitan, je suis entré pour la première fois dans le container d’un générateur de vapeur. A l’époque, je travaillais à la centrale de Genkai, dans la préfecture de Saga [L’auteur parle ici d’un bâtiment de confinement à l’intérieur de la centrale. Ce bâtiment abrite le cœur du réacteur et le générateur de vapeur, ndlr].

    Le générateur produit la vapeur qui fait fonctionner les turbines situées ailleurs dans la centrale. Le niveau de radioactivité dans le bâtiment de confinement est très élevé comparé à celui des autres compartiments de la centrale.

    Mon travail consistait à pénétrer dans le générateur et à y installer un robot qui permettait de voir les éventuels dommages causés au générateur.

    Ce qui s’est passé ce jour-là, c’est qu’un collègue m’a remplacé et est entré dans le générateur pour y installer le robot. Mais après l’installation, on s’est rendu compte qu’il y avait un problème : le robot ne répondait pas et ne pouvait pas être manipulé de l’extérieur.

    Il y a de nombreux petits trous sur les parois de la partie centrale du générateur et les six “ pattes ” du robot (je crois qu’il y en a six), manipulées par télécommande, permettent normalement de surveiller le générateur à travers ces trous. Les employés chargés de la supervision de l’installation en ont conclu que les pattes n’avaient pas été bien installées.

    Le robot peut tomber en panne à tout moment lorsque ses “pattes” ne sont pas complètement insérées et que rien n’y est fait. Si cela se produit, alors on perd une machine de haute précision dont le coût est estimé à plusieurs millions de yens.

    Voilà pourquoi j’ai été envoyé à l’intérieur du générateur, sans avoir vraiment eu le temps de me préparer, pour remettre le robot dans sa position de fonctionnement normal. J’ai commencé à m’équiper pour entrer dans le bâtiment, à un endroit près du générateur.

    Deux de mes collègues m’ont aidé à m’habiller. Je portais déjà deux couches de vêtements, j’ai ajouté par-dessus une tenue de protection faite en papier et en vinyle et j’ai mis un masque respiratoire. Puis, j’ai enveloppé mon cou, mes poignets et mes chevilles avec beaucoup de vinyle pour ne pas laisser la moindre ouverture.

    L’air d’un astronaute

    Après avoir mis ma tenue de protection – qui, honnêtement, vous donne l’air d’un astronaute – je me suis dirigé vers le bâtiment. Deux de mes collègues m’attendaient à l’entrée. Ils étaient employés par la Japanese Society for Non-Destructive Inspection (JSNDI) et, à ma grande surprise, ils ne portaient pas de tenue de protection même si l’endroit était hautement radioactif. Ils ne portaient même pas de masques.

    Leur chef m’a appelé, a examiné mes yeux derrière le masque et fait plusieurs fois signe de la tête. Je présume qu’à seul mon regard il a estimé que j’étais apte à intervenir dans le cœur du réacteur..

    Nous sommes entrés dans le générateur ensemble, lui et moi. C’était la première fois que je voyais le générateur de mes propres yeux. Il avait une forme ronde ou ovale, faisait à peu près trois mètres de diamètre (je ne me souviens sans doute pas bien des dimensions) et occupait une position surélevée par rapport à la grille sur laquelle nous nous tenions.

    La base du générateur était à peu près aussi haute que mon épaule, soit à peu près 1,5 m. Tout en dessous, il y avait un regard. Il était ouvert. J’ai tout de suite compris que j’allais devoir y entrer.

    L’employé de la JSNDI a passé son bras autour de moi et ensemble nous nous sommes dirigés vers le regard. Nous nous sommes placés sur le rebord et y avons jeté un coup d’œil. Il y faisait sombre et l’air était lourd et irrespirable. C’était comme si quelque chose de sinistre vivait là-dedans. Je suis devenu pâle.

    Une légère sensation de frayeur m’a saisi. […] Il y régnait une atmosphère terrifiante et j’ai dû résister à l’envie de m’en fuir. Je ne voulais pas y aller, mais je n’étais pas en position de dire “ non ”.

    Le robot avait une forme carrée : 40 cm de côté, 20 cm d’épaisseur. On l’appelait “ le robot-araignée ”. L’employé de la JSNDI a placé sa tête au bord du regard avec un tiers de son visage tourné vers l’intérieur et m’a expliqué ce que je devais faire.

    On était peu conscient à l’époque des dangers de la radioactivité, toujours est-il que je trouvais courageux et inquiétant le comportement de cet employé, qui a examiné le bâtiment avec moi.

    Imperturbable, il n’a pas arrêté de regarder à l’intérieur. Et je me souviens m’être demandé comment il pouvait ne pas avoir peur. J’étais presque entièrement protégé et lui ne portait même pas un masque […].

    Après avoir reçu les explications détaillées du travail que j’avais à effectuer à l’intérieur de générateur, le temps est venu d’y aller. Je me suis approché du regard, près d’une échelle, et l’employé de la JSNDI m’a fait un grand signe de la tête. Je me suis levé, j’ai monté l’échelle et poussé le haut de mon corps à travers le regard.

    “Un son assourdissant dans mes oreilles”

    A cet instant précis, j’ai senti ma tête être saisie par quelque chose qui la tenait serrée. Il y avait dans mes oreilles un son assourdissant. Repoussant la peur, j’ai placé mes mains sur le bord du regard et j’ai poussé mon corps de toutes mes forces dans le regard. Le bruit est devenu plus assourdissant encore.

    Un ex-employé des centrales nucléaires a raconté une fois que la première fois qu’il était entré dans un réacteur, il avait entendu comme un bruit de crabe qui se déplace.

    Il disait qu’il pouvait encore entendre ce bruit même après être sorti du générateur. Même chez lui, après la visite de contrôle, le bruit ne le quittait pas. Il a fini par faire une dépression nerveuse.

    Un auteur a entendu parler de cette histoire, est entré en contact cet homme et en a tiré un roman. Le livre s’appelle “The Crab of the Nuclear Reactor” (“Le Crabe du réacteur nucléaire”). Il a été publié en 1981 et était très connu des employés des centrales nucléaires.

    En ce qui me concerne, je n’ai jamais entendu ce bruit de crabe, mais j’avais la sensation d’entendre des sons très aigus et que ma tête était prise comme dans un étau. Arrivé dans le générateur, je me suis levé brusquement, ce qui a fait tomber mon casque.

    J’ai donc dû me tordre le cou et tenir les deux bras du robot dans cette sombre pièce. Et puis, j’ai crié : “ OK ”. Le robot était débloqué et ses pattes étaient sorties du trou. Il n’était pas aussi lourd que je le pensais. Après avoir correctement positionné ses pattes dans les trous, j’ai fait à nouveau “ OK ”.

    Dans le noir, j’ai vérifié que toutes les pattes du robot étaient mises dans les trous, j’ai encore fait “ Ok ” et je suis sorti du regard […].

    Une fois sorti, j’étais en quasi état de choc. J’ai regardé l’alarme et j’ai vu qu’elle avait enregistré une valeur de 180 sur une échelle allant jusqu’à 200.

    En quinze secondes à peine, j’avais été exposé à un niveau de radiation incroyablement élevé : 180 millirem. A l’époque, l’unité de mesure était le “ millirem ”, mais ce n’est plus le cas. Aujourd’hui, tout le monde utilise le “ sievert ”.

    Ensuite, j’ai travaillé dans une autre centrale nucléaire, et même si c’était la deuxième fois, je n’ai pas pu m’empêcher d’avoir peur. Et à nouveau, j’ai dû faire face ce bruit effrayant. »

    Scilla Alecci
    Traduction : Ange Pambou

    http://www.rue89.com/2011/08/06/le-bruit-du-crabe-recit-dun-gitan-du-nucleaire-japonais-216847

  22. l'abeille sociale
    11 août 2013 at 12 h 51 min

    Revalorisation des salaires de la convention collective Syntec

    A compter du 1er août 2013, une nouvelle grille des salaires minimaux conventionnels des ETAM et des CADRES sera en vigueur.

    http://www.net-iris.fr/veille-juridique/actualite/31837/revalorisation-des-salaires-de-la-convention-collective-syntec.php#utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=freePart_107

  23. Margo
    11 août 2013 at 11 h 12 min

    Dans la famille Henri Proglio (ex PDG de Veolia, ex PDG de Veolia et EDF, actuel PDG d’EDF)

    Blanchiment : virements suspects sur un compte de Madame Proglio

    http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20130724.OBS0828/blanchiment-virements-suspects-sur-un-compte-de-madame-proglio.html

    Proglio rit jaune

    http://www.marianne.net/Proglio-rit-jaune_a230677.html

    EXCLUSIF. Qui sponsorise Madame Proglio ?

    http://www.lepoint.fr/societe/exclusif-qui-sponsorise-madame-proglio-24-07-2013-1707885_23.php

  24. 9 août 2013 at 18 h 44 min

    L’intensification du travail, terreau du chômage, cercueil de la démocratie !

    Et le pire dans ce système c’est que ce sont les victimes qui paient l’addition !

    Les Etats sont attaqués par le système économique devant lequel les gouvernements successifs se couchent, impuissants, certainement redevables des coûts exorbitants de campagnes électorales indécentes et dont on vient de voir récemment quelques sources d’abus en tout genre… des années après !

    La nationalisation des pertes et la privatisation des profits dépassent aujourd’hui le seuil du supportable pour un trop grand nombre de personnes.

    Au plan international, des populations de plus en plus nombreuses commencent à se révolter. Ce n’est qu’un début.

    En France, le conflit n’est pas mort, bien au contraire. S’il prend des formes différentes il rassemble de plus en plus.[4] Sans un changement radical de logique économique, c’est la démocratie qui volera en éclat.

    N’est-il pas plus facile de rester debout pour avancer ?….

    http://blogs.mediapart.fr/blog/denis-garnier/090813/lintensification-du-travail-terreau-du-chomage-cercueil-de-la-democratie

    • L'artiste.
      12 août 2013 at 15 h 41 min

      A EDF, je donne ce conseil: rompre avec les propriétaires d’esclaves sur le champ. Il n’y a pas de loi, ni de précédent respectable qui sanctionne le maintient de cette union. Et à tous les prestataires du nucléaire, je conseil de rompre avec leurs négriers tant qu’ EDF hésitera à faire son devoir.

      • l'abeille sociale
        12 août 2013 at 16 h 44 min

        Salut l’Artiste,

        moi, je n’attend rien du devoir d’EDF, puisque je le connais « c’est celui du grand bénéfice au détriment de l’humain »! maintenant, et comme tu le dis si bien, je n’ai de l’espoir que dans le réveil des consciences de toutes celles et ceux qui subissent ces conditions imposées par les négriers du privé et d’EDF.
        Le tous ensemble « EDF et prestataires du nucléaire » me semble la seule issue possible pour ne plus subir la pression de l’atome du fric!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.