A voir le 28/08/2013 «GRAND CENTRAL»

Il n’est pas sortie en salle, qu’il fait déjà, polémique dans les instances politiques,patronales et syndicales….Devinez pourquoi ?

Sélection officiel

FESTIVAL DE CANNE  2013

Extraits de quelques entretiens :

Rebecca Zlotowski : Pourquoi avoir choisi le milieu du nucléaire ?

….Nous travaillions au film depuis quelques mois quand la catastrophe de Fukushima est arrivée. J’étais sur la Côte Ouest des États-Unis, au-dessus de laquelle le nuage radioactif devait passer, annoncé par des bulletins d’informations alarmistes. Des amis quittaient la ville, c’était surréaliste et inquiétant. Soudain j’étais au cœur du sujet, des dizaines d’articles affluaient dans la presse, documentaient le quotidien de travailleurs du nucléaire sacrifiés, là-bas comme en France, et cette tragique coïncidence nous a donné la certitude que nous avions raison d’écrire le film….

…..Aller dans une centrale, comme tomber amoureux, c’est lutter contre son propre intérêt. La dose étant l’analogie parfaite entre la contamination amoureuse et celle des radiations….

Claude Dubout :  Vous avez travaillé comme décontamineur nucléaire. Vous en avez témoigné dans un livre, Je suis décontaminateur dans le nucléaire (Paulo-Ramand Eds). Quel est votre sentiment, aujourd’hui, sur cette question si délicate et polémique ?….

Ce métier est encore trop improvisé à mon goût. Le métier s’apprend principalement sur le terrain en « copiant les anciens » et surtout en se débrouillant, car il n’existe pas ou trop peu de formation. Le compagnonnage ou le tutorat pourraient être une solution, mais les entreprises prestataires ne veulent pas prendre en charge le surcoût occasionné. C’est pour cela que j’ai écrit ce livre. Je me suis attaché à ce que mon récit permette de mieux connaître le métier de décontamineur. Ce métier si important (pour limiter les risques et maintenir acceptables les interventions de maintenance des centrales nucléaires) et si dangereux (le décontamineur est celui qui intervient le premier et reçoit le plus de « dose ») est malheureusement banalisé au point de n’exister que dans l’enceinte limitée d’une centrale nucléaire….

…..En arrêt de tranche, ils exercent tous les métiers des prestataires du nucléaire (une vingtaine environ) dans le bâtiment réacteur. Ils sont regroupés à plusieurs centaines dans le bâtiment réacteur à peine plus grand qu’un stade de foot, sur une période de quelques semaines, ce qui crée une certaine intimité. En fin de poste, ils se concentrent et se retrouvent dans les mêmes lieux de résidences : camping, foyer. Ils partagent les mêmes soucis de précarité, d’éloignement de leur famille, les mêmes risques, les mêmes doutes, ce qui les rapproche encore plus…

Sortie national le 28/08/2013

L’association MZC vous souhaite une très bonne lecture de la plaquette ci-dessous  et une excellente projection…

La plaquette grand-central-2013-presskit-francais-1

separateur2

Alors, qu’en pensez vous ?

A vos claviers….

Nos amitiés aux uns, nôtres respects aux autres, bises à toutes et tous

 

27 comments for “A voir le 28/08/2013 «GRAND CENTRAL»

  1. Tara Patel (BLOOMBERG/ NEWSROOM)
    13 septembre 2013 at 20 h 58 min

    Guilty Love Is Backdrop in French Film on Nuclear Nomads’ Plight

    When Gary Manda takes a job as an itinerant nuclear worker in southern France, he has no idea what it means to get a “dose.”
    Gary, played by Tahar Rahim in Rebecca Zlotowski’s new film “Grand Central,” finds out soon enough. Also starring Lea Seydoux and set at an atomic reactor with its ticking Geiger counters and vigorous shower scrub-downs, the movie, in addition to being a steamy love triangle featuring two of the biggest young stars in French cinema, is the first feature film about the country’s “nuclear nomads.” That’s the term used for workers hired by contractors of Electricite de France SA for repairs and maintenance at its 19 plants.
    For France, which gets three-quarters of its electricity from nuclear energy — the most in the world — the film provides a rare glimpse into the plight of the 20,000 itinerants who move between sites, often living in campsites and doing the jobs the utility’s employees shun.
    “The reaction has mostly been one of shock,” said Claude Dubout, a nuclear contractor who advised Zlotowski for the film.
    “People seem to think nuclear reactors are run by engineers in suits who sit in control rooms. I tried to ensure that from a technical point of view there were no errors, that it accurately reflected this world that is unknown to the general public.”
    The plot of the film, which opened across France Aug. 28 after being shown at the 2013 Cannes Film Festival, revolves around Gary’s passionate affair with Karole, played by Seydoux, behind the back of her partner Toni, another nuclear worker.

    A Peek

    They work and live in close confines at EDF’s Cruas-Meysse atomic plant in the Rhone River Valley and in mobile homes at a nearby campsite. Gary and Karole’s furtive sexual encounters are mostly shot outside along a grassy river bank against the backdrop of towering 900-megawatt reactors.
    The generators are part of EDF’s network of 58 reactors dotting the French countryside. The scenes inside the reactor were shot at a disaffected plant in Austria.
    Between romps with Karole, Gary’s day job takes filmgoers behind heavy steel doors where workers don white protective gear complete with breathing apparatus to carry out tasks as carefully and quickly as possible so as to avoid too-high doses of radiation.
    “It’s a fight against the dose,” Gary, who was unemployed and without qualifications, is told by a new colleague. “It’s colorless, odorless and all around you.”

    Slow Contamination

    The workers hover over turquoise waters containing highly radioactive spent fuel or handle canisters with dangerous waste. In one scene, a sobbing worker is scrubbed down and getting her head shaved due to radiation. In another, Gary saves Toni, removing a glove in the process and getting contaminated.
    Any more, he is warned, and he will be consigned to non-nuclear zones of the plant, ending his work season. He does get another big dose and his boss is willing to turn a blind eye if he promises to “disappear” when the contract ends.
    “Forbidden love and radiation slowly contaminate Gary,” according to the promotional material for the film distributed at Cannes.
    The movie’s technical adviser Dubout, who published a book in 2010 called “I was a Nuclear Decontaminator” that charted his life as an itinerant atomic worker, still works on dismantling atomic sites. The film was also inspired by Elisabeth Filhol’s 2010 novel La Centrale on the same subject.

    Second Class

    When the Fukushima meltdown occurred in 2011, France’s atomic industry, along with the government, went into overdrive to reassure the population that the country had a robust safety record.
    Nevertheless, the regulator imposed an estimated 10 billion euros ($13.3 billion) of improvements on EDF to bolster defenses including against flooding and earthquakes. The Autorite de Surete Nucleaire, or ASN, also examined the plight of contract workers, questioning in a report whether EDF needed so many and if they are properly supervised.
    EDF hasn’t proven that sub-contracting work is “compatible” with its safety responsibilities, the regulator concluded.
    Asked Sept. 10 about reaction to the film within the ASN, director general Jean-Christophe Niel, who hadn’t seen it, said a screening may be organized for staff.
    French nuclear sub-contractors get on average three times more radiation than EDF workers — although at 1.67 millisieverts a year, the level is still well below the regulated limit of 20 millisieverts a year, according to the ASN.

    ‘More Respect’

    In the wake of the Japanese accident, EDF pledged to limit to three the number of layers of sub-contracting it uses at atomic plants and make the companies more “socially responsible.”
    In “Grand Central” the hierarchy between EDF employees and the so-called nomads is illustrated when Gary learns that Cruas has a separate parking lot for EDF “aristocrats,” who he is told also get free electricity at home among other perks.
    Over the past couple of years “nothing has changed for these workers,” Dubout said. “They are living precarious, invisible lives while working for an industry that is earning enormous amounts of money.”
    Dubout says he has so far spurned overtures from French labor unions and anti-nuclear organizations to publicize his views.
    ”I’m not against nuclear energy,” he said. “I’ve made a living from it my whole life. I just think these workers deserve more respect.”

    Tara Patel

  2. l'abeille sociale
    9 septembre 2013 at 23 h 01 min

    le JDD

    Grand Central, le film des sous-traitants du nucléaire

    Ils se sont reconnus à l’écran, ils ont eu envie et besoin d’en parler. Plusieurs sous-traitants de la centrale nucléaire de Cruas-Meysse se sont réunis vendredi dans ce village d’Ardèche pour débattre du film de Rebecca Zlotowski, Grand Central, actuellement à l’écran, avec Tahar Rahim et Léa Seydoux. Le film raconte l’histoire d’amour entre deux ouvriers embauchés par des prestataires de service d’EDF. Le tournage a eu lieu en grande partie sur leur lieu de travail. Des personnages ont même été inspirés par la vie de certains de leurs collègues, tel Claude Dubout, ancien « décontaminateur ».

    « Le décor, les conditions de vie, l’histoire d’amour, tout est réaliste », rapporte José Andrade, trente et un ans de carrière sur place. « On y voit aussi la différence de traitement entre les agents EDF et les sous-traitants, indique-t-il, touché par le film. Cette différence existe, on en souffre. Mais sur le terrain, on reste tous soudés. »

    http://www.lejdd.fr/Societe/Justice/Actualite/Laure-Cloix-la-veuve-qui-fait-plier-EDF-627963

  3. Rédaction MZC
    8 septembre 2013 at 10 h 03 min

    Claude Dubout, décontamineur et conseiller technique pour le film Grand Central

    La dose. « Incolore, inodore, invisible, elle est partout autour de toi. » Au-delà de la romance que la réalisatrice Rebecca Zlotowski fait naître dans une équipe de sous-traitants du nucléaire, c’est la vie et le travail de ces décontamineurs qui nous sont donnés à voir. Claude Dubout, travailleur du nucléaire, a été le conseiller technique du film…..

    http://www.actuel-hse.fr/securite-travail-environnement/nucleaire/a-264646/claude-dubout-decontamineur-et-conseiller-technique-pour-le-film-grand-central.html

  4. Rédaction MZC
    7 septembre 2013 at 19 h 35 min

    …. La scénariste a été inspirée par le court roman d’Elisabeth Filhol, « La centrale » paru en 2010 qui levait le voile sur ces salariés. Des sous-traitants au statut précaire, installés au camping, et selon les mots de l’un des personnages du film de vrais « galériens », alors que les salariés d’EDF sont présentés comme les « aristocrates » du nucléaire.
    Mais au sein des galériens on a le sens de sa mission et pour être un sous-prolétariat, ils n’en sont pas moins parfaitement conscients des responsabilités, des risques et des enjeux de leur mission.
    D’où de très intéressantes scènes sur la culture des relations de travail dans le nucléaire où chacun dépend de l’autre, de la précision de ses gestes, de la solidarité des actions qui permet d’enchaîner les opérations les plus dangereuses…..

    http://www.usinenouvelle.com/article/amour-atomique.N204310

  5. La muse du nucléaire
    1 septembre 2013 at 20 h 51 min

    Grand Central

    Ca parle de quoi ?

    Gary travaille dans une centrale nucléaire. Karole aussi. Toni aussi. Karole et Toni sont ensemble. Gary et Karole aussi mais c’est un secret.
    Et boum.

    C’est avec qui ?
    Léa Seydoux, princesse du cinéma français.
    Tahar Rahim, prince du cinéma français.
    Denis Ménochet, vous vous souvenez de la première scène d’Inglorious Basterds ? C’est lui dedans.

    C’est de qui ?
    Rebecca Zlotowski, scénariste et réalisatrice. Grand Central est son deuxième film présentée dans la section « Un Certain Regard » du Festival de Cannes 2013.

    Et c’est bien ?
    Et nous voici dans l’univers toujours très tabou des centrales nucléaires !
    Car non, l’électricité n’arrive pas chez vous par hasard, ni toute seule. Elle arrive parfois au détriment de la santé des gens embauchés pour y bosser.
    Et ça c’est un des messages du film. Un message enfin un peu original.
    En tout cas beaucoup plus que le deuxième thème, à savoir : le triangle amoureux, traité, retraité et rereretraité dans les livres, la musique, le cinéma, tous les deux jours.
    Le film est donc à la fois une romance et un ….

    http://perleounavet.tumblr.com/post/59963900155/grandcentral#.UiOL-z95bX9

  6. hubert
    1 septembre 2013 at 18 h 26 min

    Le film “Grand Central”

    Les centrales nucléaires de Cruas et du Tricastin en toile de fond

    Le scénario aborde notamment la différence de statuts entre les salariés d’EDF et les sous-traitants. Dans le film, Gary s’étonne ainsi de l’existence de deux parkings. « Il y a des aristos d’EDF et puis nous, les galériens. Deux niveaux de dose et deux niveaux de salaire », lui explique le personnage joué par Olivier Gourmet.

    La centrale nucléaire de Cruas-Meysse est omniprésente dans le film “Grand Central” de Rebecca Zlotowski avec Tahar Rahim et Léa Seydoux. Les quatre tours aéro-réfrigérantes et les quatre réacteurs en bord du Rhône servent de toile de fond à de nombreuses scènes du film sorti mercredi dernier dans les salles obscures françaises. Le tournage a eu lieu à l’automne 2012 en Drôme-Ardèche et dans le Vaucluse, à Ancône, Le Teil, Cruas, Montélimar, Pierrelatte, Donzère et Mondragon notamment. Les scènes à l’intérieur de la centrale ont été tournées en Autriche, dans une centrale dont la construction a été terminée mais qui n’a jamais été mise en service.
    Gary va travailler sur les arrêts de tranche des centrales EDF de Cruas et du Tricastin

    Le décor est planté dès les premières images du long-métrage qui a été présenté au festival de Cannes au printemps dernier. À la recherche de petits boulots et d’argent facile, Gary (Tahar Rahim) débarque en train pour travailler sur les arrêts de tranche des centrales EDF de Cruas et du Tricastin. « Tu n’as pas trouvé plus con comme boulot ? Tu vas te ruiner la santé » lui lance sa sœur. Gary n’a aucune qualification, à part un premier trimestre de CAP de chaudronnier, mais il se retrouve presque immédiatement en zone contrôlée, au cœur du réacteur, là où les salariés sont exposés aux doses de radioactivité les plus élevées.

    Gary tombe amoureux de Karole (Léa Seydoux), la compagne d’un collègue de travail. L’amour interdit et les radiations le contaminent peu à peu. Pour pouvoir continuer à travailler en dépassant la dose autorisée, il cache son dosimètre à l’entrée du réacteur, avant de se savonner énergiquement sous la douche, comme si le savon était efficace contre la radioactivité. Le pot aux roses sera découvert plus tard. Sur son livret réglementaire, Gary a consigné un cumul de dose 30 fois inférieur à celui révélé par son film dosimétrique.

    Le film de Rebecca Zlotowski s’est inspiré du livre “Je suis décontamineur dans le nucléaire”, écrit par Claude Dubout, un ancien travailleur du nucléaire, qui habite aujourd’hui à Bourg-Saint-Andéol et qui a été conseiller technique sur le tournage.
    « Les aristos d’EDF et les galériens »

    http://www.ledauphine.com/drome/2013/08/31/les-centrales-nucleaires-de-cruas-et-du-tricastin-en-toile-de-fond

  7. hubert
    29 août 2013 at 17 h 53 min

    L’amour peut aussi naître au coeur de la centrale de Cruas

    Mercredi 28 août 2013 à 11h21

    Une histoire d’amour… en pleine centrale nucléaire de Cruas. C’est ce que propose ce mercredi en salles le film Grand Central, de la réalisatrice Rebecca Zlotowski.

    http://www.francebleu.fr/infos/grand-central/l-amour-peut-aussi-naitre-au-coeur-de-la-centrale-de-cruas-795096

  8. mika
    28 août 2013 at 23 h 59 min

    Sous-traitance nucléaire

    Commentaires reçus à propos du film « Grand Central »

    Un film où l’on parle de la sous-traitance dans le nucléaire, c’est à ma connaissance le premier, mais de quel message est-il porteur ?

    Je lis ce message en sortant de la projection du film « Grand Central ».

    Les 2 critiques de Télérama « pour » et » contre » , sont également pertinentes, mais ni l’une ni l’autre ne relève le caractère politiquement toxique de l’œuvre.

    Le danger est partout dit le critique : dans les sentiments amoureux, dans « la dose » de contamination radioactive, mais pas dans le capitalisme exploiteur. Et la lutte n’est nulle part, à peine une dénonciation, et encore sous forme d’une allusion malveillante au sort privilégié des salariés EDF par rapport à celui des intérimaires. On est loin dans ce registre du « Salaire de la peur » Encore plus loin de « Germinal ».

    Je suis peut-être un peu paranoïaque, mais je ne peux m’empêcher de trouver ce film trop beau pour être inoffensif. Il est certainement honnête, mais dangereusement « contaminé » lui aussi par l’idéologie dominante.

    A votre avis?

  9. Sylver
    28 août 2013 at 18 h 07 min

    Trop d’incendies dans les centrales nucléaires

    Le directeur général de l’Autorité française de sûreté nucléaire (ASN) a confié mercredi ses inquiétudes concernant les départs de feu dans les centrales nucléaires françaises.

    http://www.lessentiel.lu/fr/news/grande_region/story/Trop-d-incendies-dans-les-centrales-nucl–aires-15271168

  10. BOB
    28 août 2013 at 17 h 44 min
  11. selrach
    27 août 2013 at 22 h 05 min

    Avant-Première – Grand Central

    Gary est jeune, agile, il apprend vite. De petit boulot en petit boulot, il est embauché dans une centrale nucléaire. Là, au plus près des réacteurs, …

    http://www.dailymotion.com/video/x11n7nt_avant-premiere-grand-central_shortfilms

  12. Serge
    27 août 2013 at 19 h 56 min

    Le Grand central

    Renseignez-vous pour savoir quand est-ce qu’il passe dans votre ville.

    A voir et à faire voir à vos amis absolument.

    Une nouvelle fois, la France va entendre parler des sous-traitants du nucléaire.

    Plus personne ne pourra dire « je ne le savais pas ».

  13. Sylver
    27 août 2013 at 19 h 47 min

    le Grand central

    Cinéma le Palace à Montélimar

    à partir du 28 Aout

    mercredi 28
    jeudi 29
    vendredi 30
    samedi 31
    dimanche 01
    lundi 02
    mardi 03

    En VF, Numérique, Durée: 1h36

    séances à:

    14:15
    16:45
    20:45

  14. Bimbo
    27 août 2013 at 18 h 04 min

    cinéma
    Grand Central sur grand écran le 28 août

    « Grand Central », réalisé par Rebecca Zlotowski, a été présenté au dernier festival de Cannes. Le film était en compétition dans la section « Un Certain Regard ». « Grand Central » a été tourné en Drôme-Ardèche durant l’été 2012 et notamment à la centrale de Cruas.

    http://rhone-alpes.france3.fr/2013/08/26/grand-central-sur-grand-ecran-le-28-aout-307067.html

  15. Débora 43
    26 août 2013 at 23 h 02 min

    Bientôt c’est un film sur les nouveaux précaires (agents EDF) qu’il faudra réaliser. Il suffit de regarder l’acharnement sur le secrétaire du CHSCT de Cruas pour comprendre que les choses sont en phase de changer pour eux aussi.

    Le fait d’exploiter les prestataires ça les encourage à continuer la précarisation du travail dans le nucléaire jusqu’aux statutaires.

    • le rescator
      27 août 2013 at 13 h 37 min

      Vous me faite tous marrez. L’article 4 du statut EDF indique que toute personne qui travail à EDF doit être embauché dans l’entreprise. C’est clair, c’est net; mais alors pourquoi 22000 prestataires en France dans les centrales nucléaires tout simplement parce que j’habite un pays de merde ou les textes législatifs ne sont pas respectés et qu’ils faut beaucoup d’années et de temps pour rendre justice en ce pays et surtout du pognon pour gaver les officines d’avocats. Et sa arrange le septième art vu qu’il va se faire de l’argent sur le dos de vos irradiations prisent depuis tant d’années. Mais que veux-tu
      Débora ont préfère se mobiliser pour un représentant CHSCT EDF CGT sur une pelouse en bouffant des brochettes que de s’occuper des 22000 prestataires qui ne devraient pas exister et c’est comme cela depuis 1946 date de la mise en application du statut EDF.

      • marie
        27 août 2013 at 18 h 23 min

        Bien heureuse de te faire rire, par-contre toi, t’as l’air très rigolo dans ta réflexion, aux moins dans la deuxième partie.

        Si nous défendons notre collègue EDF, c’est parce que lui, il a le courage de se battre contre l’externalisation des activités que tu sembles dénoncer dans tes propos et lui, il ne fait pas de différence entre un agent EDF et un salarié prestataire.

        Quant au repas sur le gazon, je te rappelle qu’il faut bien manger « sur le gazon ou ailleurs » et que la meilleur façon de montrer qu’on s’oppose à cette précarisation du travail est de rester bien visible.

        Je ne reviens pas sur ton attaque du CHSCT de cruas car ça n’en veut pas la peine. Je te rappelle une fois de plus que la CGT du site de cruas n’a pas à rougir de son combat contre l’externalisation des activités nucléaires.

        Si tous les sites nucléaires étaient au même niveau de compréhension sur le dossier, nous n’en serions plus là!

        Au plaisir mon ami et continue ton esprit critique sans te bouger le cul « apparemment ».

      • Pierre F
        27 août 2013 at 22 h 49 min

        on ne touche pas à notre secrétaire du CHSCT. Compris
        j’aimerais bien te voir à sa place pour voir ce que t’es capable de faire pour nous tous.

        • Verne
          27 août 2013 at 23 h 57 min

          même pas pour rire on y touche

  16. jord
    26 août 2013 at 21 h 45 min

    le Grand Central

    1 prix et 8 nominations dans les festivals pour le film Grand Central.

    De petits boulots en petits boulots, Gary est embauché dans une centrale nucléaire. Là, au plus près des réacteurs, où les doses radioactives sont les plus fortes, il tombe amoureux de Karole, la femme de Toni. L’amour interdit et les radiations contaminent lentement Gary. Chaque jour devient une menace.

    http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19535850&cfilm=206128.html

    • Monique B
      26 août 2013 at 21 h 53 min

      MAIS ON VOIT LA CENTRALE DE CRUAS DANS LE FILM.

      ENCORE CRUAS A L’AFFICHE?

      QUESTION D’HABITUDE….

  17. Paul
    26 août 2013 at 21 h 01 min

    Conseiller technique
    Secret de tournage sur Grand Central

    Grand Central évoque le quotidien difficile des travailleurs du nucléaire. Ces sous-traitants sont chargés de décontaminer les centrales afin de permettre à d’autres corps de métier d’intervenir sans danger. Au moment d’écrire le scénario de Grand Central, Rebecca Zlotowski et Gaëlle Macé ont fait appel à Claude Dubout, un ouvrier ayant publié une autobiographie à compte d’auteur. Il est devenu conseiller technique et a suivi toutes les étapes du film. « J’ai particulièrement apprécié la vraisemblance des aspects techniques liés au secteur nucléaire, tant dans les costumes, les décors, que les prises de vues… J’ai retrouvé l’ambiance de ce que je vis depuis tant d’années », a-t-il confié après avoir vu Grand Central.

    http://www.allocine.fr/film/fichefilm-206128/secrets-tournage/

  18. Sylver
    26 août 2013 at 19 h 11 min
  19. webmaster MZC
    14 août 2013 at 8 h 30 min

    Ce film va mettre en avant les conditions de travail des salariés issue de la sous-traitance sur les Centres Nucléaire de Production d’ Electricité .
    Cela va choquer et en surprendre plus d’un c’est une certitude.

    Mais ATTENTION , ce focus sur EDF ne doit pas faire oublier les autres exploitants nucléaires CEA et AREVA qui eux aussi font appel massivement à la sous-traitance .
    L’exploitation d’installation, les opérations de maintenance et les opérations de démantèlement sont elles aussi toutes réaliser par des sous-traitants.

    Conclusion :
    MÊME COMBAT

  20. Déglingos
    12 août 2013 at 17 h 44 min

    Critique du film vue :

    UNE TRIBU D’INTOUCHABLES

    On peut rêver ou réfléchir à l’infini sur la charge politique ou poétique du film. Sur l’ignorance bienheureuse que l’on entretient autour de l’existence de cette petite tribu d’intouchables (certains risquent de le devenir, au sens strict du terme) ou sur les correspondances entre les ravages de la passion sur les âmes et ceux des radiations sur les corps. Mais sur le moment, c’est à la vie de ces personnages que l’on s’attache, filmée dans toute sa force, sa violence et sa banalité.

    La distribution des rôles est exemplaire : autour du couple Léa Seydoux-Tahar Rahim (dissonant et harmonieux), Denis Ménochet (récemment vu dans Dans la maison, de François Ozon) se distingue par une variation assez inédite et tout à fait touchante sur le thème du mari trompé. D’autres personnages passent au premier plan pour une ou deux séquences, une ouvrière forcée de raser ses cheveux irradiés, la responsable du personnel temporaire, impitoyable et compréhensive. Cette petite foule trop humaine et la mise en scène produisent une énergie inédite dans le cinéma français, qu’on espère renouvelable.

    http://www.lemonde.fr/festival-de-cannes-2013/article/2013/05/20/grand-central-fission-amoureuse-a-l-ombre-de-la-centrale_3378246_1832090.html

  21. webmaster MZC
    29 juillet 2013 at 21 h 01 min

    Les sites nucléaires de Tricasin et de Romans-sur-Isère ont été mis en demeure « d’améliorer leurs moyens de gestion des situations d’urgence » par l’Autorité de sûreté nucléaire.

    Les sites Areva du Tricastin et de Romans ont comme activités la conversion, l’enrichissement ou l’entreposage de l’uranium et la fabrication des combustibles qui alimentent les réacteurs nucléaires d’EDF. A la suite de l’accident de la centrale nucléaire japonaise de Fukushima en mars 2011, l’ASN avait prescrit à Areva de disposer avant le 31 décembre 2016, de locaux et de moyens d’urgence « résistant à des situations extrêmes ». L’ASN avait aussi prescrit la mise en oeuvre de dispositions transitoires à compter du 30 juin 2013.

    Des dispositions non respectées….

    http://lexpansion.lexpress.fr/economie/securite-avertissement-pour-les-sites-nucleaires-de-tricastin-et-de-romans_396634.html

  22. bob
    27 juillet 2013 at 20 h 56 min

    Oui encore une occasion d’évoquer les sous-traitants du nucléaire, de les approcher de plus près de les comprendre et réaliser ce qu’est leur vie, leur travail.

    Merci à Rebecca de m’avoir permis de vivre une si belle aventure et d’avoir voulu traiter ce sujet.

    Le film est formidable et si juste de réalité et de sentiments, que je vous invite tous à aller le voir lors de sa sortie, il est pour nous, pour vous…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.