Un projet « d’Intérêt Général »

Merci Antoine pour l’information

Oui, voilà c’est fait ! « pour nous toutes et tous »!

L’Association MZC a l’immense plaisir de vous faire connaitre le très ambitieux et plus que réalisable travail réalisé depuis plus d’un an par nos copains syndicaliste et militant de la CGT .

Nous vous invitons à le lire attentivement, pour constater par vous même l’avancée sociale qui nous tend les bras .

L’Association MZC appelle aujourd’hui, tous ces adhérent(e)s , sympathisant(e)s et bien au-delà, à diffuser très, très largement ce projet d’accord Interentreprises, à tous les salarié(e)s travaillant dans l’industrie nucléaire (production, dèmantélement, enrichissement, recherche, ……).

L’Association MZC appelle à nouveau, les autres organisations syndicales à porter et ce joindre à cette initiative d’avancées sociales « égalité de traitement entre les Hommes ».

syndicat unis

Les élections professionnelles arrivent dans nombreuses entreprises de notre champs professionnel et il serait fort préjudiciable (ce n’est pas un secret de polichinelle ) aux candidat(e)s à ces futures élections de ne pas être porteur de ce projet, puisque ,d’intérêt général ( voilà qui est dit . Un homme averti, en vaut deux, voir bien plus…).

Afin de vous donnez envie de lire ce projet, nous vous proposons ci-dessous quelques exemples d’articles le constituant:

images

Page 10 .

Article 15 – Salaires mensuels minima

Une grille des salaires mensuels minima annexée au présent Accord (Annexe 2 Chapitre 4), détermine les salaires mensuels bruts de base minima en dessous desquels ne peuvent être rémunérés les salariés employés à temps plein en fonction de leur classification professionnelle. Le salaire mensuel brut de base s’entend comme étant le salaire annuel hors : primes, indemnités, majorations, reconnaissances, heures supplémentaires et garantie du 13ème mois, etc divisé par 12.
Lorsque ce salaire minimum s’applique à une période d’une durée inférieure au mois, son montant est calculé prorata temporis. Il en va notamment ainsi lorsque le salarié n’a pas relevé du champ d’application du présent Accord durant un mois complet ou y est entré ou en est sorti en cours de mois, ou encore en cas de modification de classification intervenant au cours du mois. De même, le salaire minimum d’un salarié travaillant à temps partiel se détermine prorata-temporis.
Aucun salarié relevant du champ d’application du présent Accord ne peut percevoir un salaire mensuel inférieur à celui figurant sur cette grille pour sa catégorie professionnelle (positions, niveaux, échelons).
Cette grille a été établie par référence aux classifications figurant dans les accords nationaux de la Métallurgie.

Pour les salariés n’en relevant pas, il est fait application de grilles de translation des classifications.

Les entreprises dont les personnels ne relèvent d’aucune Convention Collective, d’une Convention Collective non visée ou dont la grille est incomplète doivent proposer aux signataires du présent Accord une grille de translation dans un délai de trois mois qui suit la date à laquelle cet Accord leur applicable.
Cette grille de translation sera établie par référence aux critères d’évaluation des postes définis par la Métallurgie.
A défaut de produire cette grille, les entreprises concernées devront appliquer la grille des salaires minimas indiquée.
Pour l’application du présent Accord, le salaire mensuel minima est toujours exprimé en brut de base, c’est-à-dire avant tout accessoire du salaire et tout prélèvement de charges sociales et assimilées.
Les salaires minima de référence du présent Accord définis évolueront selon les résultats des négociations annuelles intervenues entre les signataires du présent Accord, telles que le précise l’Article 7.

compétences

Page 11

Article 16 – Reconnaissance de spécificité du nucléaire

Il est attribué à tous les salariés relevant du champ d’application du présent Accord, une Reconnaissance Nucléaire (RN) mensuellement y compris durant les congés payés.
Cette RN est égale à 25 % du salaire mensuel brut de base, elle est appliquée également sur chacun des éléments suivants :
- Heures supplémentaires et complémentaires,
- Majoration d’ancienneté,
- Paiement des indemnités d’astreinte et service continu,
- Garantie du 13ème mois.

ancienneté

Article 17 – Majoration d’ancienneté nucléaire
Il est institué une majoration d’« ancienneté nucléaire » calculée en pourcentage d’un salaire minimum hiérarchique défini à l’identique de celui du statut du personnel dans les Industries Electriques et Gazières. Ce pourcentage dépend de l’ancienneté cumulée en une ou plusieurs périodes du salarié, dans une ou plusieurs entreprises sur ou pour des sites nucléaires comme indiqué en tel que défini a l’Article 2.
Le calcul de l’ancienneté site se fait à partir de l’ancienneté reconnue à compter de l’entrée en vigueur du présent Accord (c’est-à-dire celle cumulée en une ou plusieurs périodes antérieures).

Les sociétés appliquant déjà un régime de majoration ou prime d’ancienneté dont les montants seraient inferieurs a ceux résultant de l’application du régime défini ci-dessus et précisé ci-dessous, s’alignerons sur celui-ci :

1 an d’ancienneté : +6%
2 ans : +7%
4,5 ans : +9%
7,5 ans : +12%
10,5 ans : +15%
13,5ans : +18%
17ans : +22%
21ans :+26%
25ans :+30%
30ans : +31,5%
34ans : +33%

Le montant de la majoration d’ancienneté entre dans l’assiette de calcul pour le paiement des heures supplémentaires.
L’ancienneté pour le nucléaire sert uniquement au calcul de cette majoration, à l’exclusion de tout autre usage, et ne modifie en rien l’ancienneté acquise par le salarié dans son entreprise.

le juste prix 2

Page 13

Article 22 – Indemnisation du travail en grand déplacement
Tout salarié relevant du champ de l’application de l’Accord, dont l’éloignement ne lui permet pas, compte tenu des moyens de transport en commun utilisables, de regagner dans un temps décent et respectueux de sa vie privée (au maximum 2 heures aller/retour) son lieu de résidence qu’il a déclaré lors de son recrutement et qui figure sur son bulletin initial d’embauche, est réputé en grand déplacement.
Tout salarié travaillant dans ce cadre a plus de 50 km de son domicile, s’il ne dispose pas de transport en commun, bénéficie du régime d’indemnisation de grand déplacement.

Est considéré comme transport en commun un moyen de transport public (train ou car) ou véhicule mis à disposition par l’employeur.
Les salariés travaillant à plus de 50 km de leur domicile et rentrant tous les soirs à leur domicile avec le véhicule de leur entreprise ne bénéficient pas de l’indemnité de grand déplacement, mais sont considérés en heures supplémentaires et rémunérés comme tel.

Les salariés en grand déplacement devant se rendre par leurs propres moyens de leur lieu d’hébergement à celui de leur travail, bénéficient alors d’une indemnité kilométrique pour un aller/retour, selon la même Annexe 2 Chapitre 5 que l’Article 14.
L’indemnité de grand déplacement vise à couvrir les frais liés à l’hébergement, à la restauration, aux moyens de rester en contact avec la famille et au minimum de droit à la détente, son montant est défini à l’Annexe 2 Chapitre 8.

securité emploi

Page 15

Article 28 – Sécurité de l’emploi

Au-delà des connaissances générales propres à chaque métier du nucléaire, la spécificité des contraintes liées à la sûreté impérative des installations et/ou la sécurité des salariés y intervenant pour l’assurer nécessite un fort investissement personnel et collectif en termes de formation (culture sûreté/qualité, radioprotection, sécurité classique, connaissance en profondeur des installations, etc.) avec une mise en œuvre en situation réelle qui se doit d’être continue et pérenne dans le temps pour l’atteinte de ces objectifs.
Par ailleurs, l’exposition d’un grand nombre de ces salariés aux risques spécifiques et potentiellement pathogènes (exposition au CMR notamment les rayonnements ionisants ; aux bruits/chaleur/hauteur/poussières/vapeurs/asphyxie/incendie en milieu nucléaire/travaux en lieu confiné ; travail en 3x8h ou de nuit d’astreinte ; charge psychique et physique) nécessite un suivi médical « à vie » et des possibilités de reclassement dans des emplois moins contraignants ou sédentaires jusqu’à l’âge de départ à la retraite à taux plein.
Pour ce faire, les salariés rentrant dans le champ de l’application de cet Accord bénéficieront d’une « sécurité professionnelle et d’emploi de travailleur du nucléaire ».

facture edf 2

Article 34 – Facture énergétique

Cet article 34 de l’accord ne concerne pas les agents au statut des Industries Électriques et Gazières qui disposent de dispositions spécifiques en la matière de tarif énergie.
L’activité industrielle du nucléaire en France ayant principalement pour but de produire de l’électricité, il est normal que les salariés travaillant à ce processus bénéficient d’un juste retour de cette électricité qu’ils participent a produire.
En conséquence, les employeurs rembourseront les factures d’électricité des salariés concernés par l’application de cet Accord pour leur résidence principale.
Lorsqu’ils seront à la retraite, s’ils ont travaillé au moins 15 ans dans le nucléaire, les salariés (ou leur conjoint/concubin en cas de décès) continueront à bénéficier du remboursement de leurs factures d’électricité par les employeurs donneurs d’ordre pour leurs salariés et ceux qu’ils emploieront comme sous-traitants.
Ces remboursements devront être effectués sous les 15 jours après présentation de la facture à l’employeur (ou le donneur d’ordre) pour le salarié (ou le retraité).

ob_2841ff2529db8bc248c6e575ab8a3ead_citation-john-connor

Voilà chers ami(e)s « visiteurs » un aperçu rapide de quelques’uns des articles. Nous espérons vivement vous donnez envie de nous rejoindre dans cette action sociale, afin de mettre un terme définitif à cette injustice sociale dont nous sommes les principales victimes.

bus-bleu MZC

Bonne lecture à toutes et tous. MAZONECONTROLEE vous tiendra informés des conclusions de la réunion des délégués CGT à Montreuil du 03/12/2013.

Pour lire le contenu du projet social de la sous-traitance nucléaire clic sur le lien ci-dessous ↓

http://www.calameo.com/read/002131143cf58075d181e

separateur2

( Ici nous respectons la loi sur les droits d’auteur, le travail de la presse et des journalistes professionnels )

Nos amitiés aux uns, notre respects aux autres, bises à toutes et tous

Et vous…qu’en pensez vous ?

A vos claviers .

51 comments for “Un projet « d’Intérêt Général »

  1. vie
    7 décembre 2013 at 0 h 34 min

    Les centrales nucléaires sont les seuls endroits où il y a de la fumée sans feux.
    A chaque fois c’est la même com.
    Ils nous prennent pour des cons ou quoi ?

  2. Camélito
    6 décembre 2013 at 20 h 15 min

    Les brèves du CCE D’EDF SA

    NUCLÉAIRE

    La société nucléaire polonaise (PTN) et la société française d’énergie nucléaire (SFEN) viennent de signer un accord de coopération dans le domaine nucléaire. Il prévoit notamment des échanges d’informations sur les colloques et séminaires organisés par chaque société ainsi que des contacts entre différents groupes d’experts et des groupes de jeunes professionnels et d’étudiants.

    Le 29 novembre, les députés belges ont voté en faveur du projet de loi prévoyant le prolongement de dix ans de la centrale Tihange 1 et encadrent la convention qui sera signée entre l’Etat belge et GDF Suez ainsi qu’EDF pour mettre en oeuvre cette prolongation.

    Le 3 décembre, un départ de feu rapidement maîtrisé s’est déclaré sous la toiture d’un bâtiment de la partie non nucléaire de la centrale de Gravelines (Nord). EDF a indiqué que l’incident était sans conséquence sur les installations et sur l’environnement.

    Selon le directeur du site de Brennilis (Finistère) la centrale, à l’arrêt depuis 1985, pourrait être complètement démantelée d’ici 2025. Mise en service en 1967, la centrale de Brennilis est l’unique exemple industriel français de la filière nucléaire à eau lourde, ensuite abandonnée au profit des centrales à eau pressurisée.

    A. Lauvergeon a estimé que l’objectif du gouvernement de réduire à 50 % la part du nucléaire dans la production électrique française d’ici à 2025 n’était « pas réaliste ». En réponse, l’entourage du président de la République a déclaré que ces engagements « seront bien évidemment respectés »

    ÉNERGIE

    Le 3 décembre, Marianne Laigneau, DRH d’EDF, a déclaré lors d’une rencontre organisée par l’Association des Journalistes de l’Information sociale (Ajis) qu’en 2014 l’Entreprise allait négocier sur l’augmentation du temps de travail avec notamment le passage au forfait jour pour les cadres et une révision du régime des 32 heures qui concerne 17 % des salariés d’EDF.

  3. Rédaction MZC
    5 décembre 2013 at 18 h 04 min

    Qu’est ce que c’est beau une intersyndicale qui résiste pour l’intérêt général des salariés, oui qu’est ce que c’est beau .
    L’association MZC adresse ses plus chaleureuses félicitations à tous les participants.
    A ce titre, l’association MZC encourage les autres organisations syndicales, à ce joindre dans les actions futures au sujet de la sous-traitance dans cette industrie.
    Il sera vraiment (c’est une certitude) fort préjudiciable aux absents le jour J .

  4. cabot
    5 décembre 2013 at 5 h 47 min

    On va enfin pouvoir se lâcher. Ça va donner.
    Le projet CGT nous donne des ailes.
    Merci aux représentants CGT de donner un réel espoir aux sous-traitants.
    Debout pour gagner.

    • jean michel
      5 décembre 2013 at 10 h 00 min

      Quand vous voulez, on attend le départ pour lâcher les chiens.
      Nous sommes prêts pour aller chercher notre statut.

  5. Gilles PNS
    4 décembre 2013 at 13 h 29 min

    Bravo à tous .

    Sincère félicitation à tous les participants à cette réunion et la validation à l’unanimité de ce projet tend attendu par l’ensemble des salariés issu de la sous-traitance .

    Grâce à votre engagement hier, vous allez permettre à un grand nombres de salariés de passer de bonne fête de fin d’année en famille, avec leurs proches.

    L’année 2014 sera celle des salariés de l’industrie nucléaire .
    Mobilisons nous pour notre avenir et celui des générations futures.

    Merci encore à tous, je vous souhaite de passer de très très bonne fête de fin d’année .

    « La meilleure façon de prédire l’avenir, c’est de le créer. »

    Peter Drucker

  6. Sellig
    4 décembre 2013 at 9 h 55 min

    Ce planning donne une visibilité des AT en cours et pour les années 2014/2015.
    Les travaux de Grand Carénage, risque fortement d’être perturber, à moins que…

  7. webmaster MZC
    3 décembre 2013 at 12 h 12 min

    Salarié(e) devient enfin acteur de ton avenir .
    Il est temps pour tous de dire trop c’est trop,
    il est temps de défendre nos droits sinon
    ou s’arrêteront ils ?
    Allons nous continuer à souffrir,
    tomber malade,
    voir tenter de ce suicider et
    continuer à laissez notre vie familiale ce dégrader ?

    Il est utile et nécessaire que ceux qui souffrent, qui sont lésés, protestent et s’agitent, afin d’attirer l’attention sur eux .
    Nous obtiendrons une réforme sérieuse pour le bien commun de l’ensemble des salariés, que si nous l’IMPOSONS !

  8. Gilles PNS
    3 décembre 2013 at 9 h 35 min

    Je souhaite à tout les participants aujourd’hui à Montreuil une excellente journée .
    Sincères félicitations à tous les représentants syndicaux CGT des entreprises de la sous-traitance pour leur engagement dans ce formidable projet de garanties sociales de haut niveau pour tous les salariés du nucléaire .

    La non implication, absence, des autres organisations syndicales sur ce sujet majeur aujourd’hui des conditions de la sous-traitance dans l’industrie nucléaire, aura de très très lourde conséquence pour ces grandes fédérations .

    Salarié depuis + de 25 ans dans cette industrie et toujours sous contrat ( ETT-CDD-CDC ), je suis très fier d’avoir parmi mes ami(e)s des hommes et des femmes qui résistent fermement contre le dumping social .

    J’attends impatiemment les décisions et actions futures à venir, j’en serais, tenez nous au jus .
    Bravo et encore merci à tous . ;)

  9. Sylver
    1 décembre 2013 at 2 h 19 min

    Il me semble que nous parlons souvent sur ce blog de la politique industrielle EDF en ce qui concerne la sous-traitance mais pas encore (par manque de temps) des salariés de la sous-traitance du nucléaire.

    Étant salarié sous-traitant moi-même depuis plus de 30 ans, je vais tenter vous expliquer la vie d’un salarié du privé sur les sites nucléaires français. C’est un peu long, mais certains auront surement le courage de le lire jusqu’au bout car l’analyse est réelle et bien entendu encore incomplète.

    Salarié de la sous-traitance

    Ce sont qui les salariés de la sous-traitance dans le nucléaire?

    1. Ils parcourent environ 45 000 Kms par an avec leurs véhicules personnels, souvent et afin de réduire les coûts, ils sont 3, 4 ou 5 à l’intérieur.

    La question que je vous pose, est :

    Comment sommes-nous assurés, puisque nous sommes bien dans le cadre d’un déplacement professionnel avec des véhicules privés.

    En cas d’accident avec blessés, qui va être responsable et quelle assurance « jouera » ? Le conducteur, l’entreprise sous-traitante ou le réel employeur qui est EDF?

    2. Ils prennent 80% des doses ionisantes, ils sont victimes de la majorité des accidents du travail et ils réalisent 80% des activités de maintenance et de logistique.

    2éme question est:

    Comment faire l’historique des expositions et des responsabilités des accidents, puisque certains salariés ont à leur actif des dizaines d’entreprises privées, et que certaines sociétés n’existent plus actuellement ?

    En grand déplacement, ils perçoivent en moyenne 65 € par jour.

    Avec ce montant, et je vous demande de bien le retenir, il doivent effectuer deux repas à 15 €, payer la chambre d’hôtel à 60 €, prendre le petit déjeuner à 5 €, effectuer le petit déplacement entre la chambre et le lieu de travail (parfois distant de 50 Kms X 2 = 100 Kms), téléphoner à la famille, entretenir un deuxième véhicule (assurance, entretien, carburant, décote ,usure …) puisque le conjoint doit garder une voiture pour emmener les enfants à l’école, faire les courses, survivre tout simplement. Parce que je vous rappelle « les prestataires du nucléaire ont aussi une famille ».

    Alors, comment font-ils, comment faisons-nous ?

    Je vous le dis. Ils dorment dans les foyers SONACOTRA, dans les voitures sur les parkings des sites du nucléaire, dans des gîtes à plusieurs et ils ne rentrent chez eux que toutes les 5, 6, ou 7 semaines.

    Ma 3éme question est la suivante.

    Comment assurer la sûreté de nos installations, avec des salariés mal traités, qui dorment dans les voitures, dans les foyers SONACOTRA, qui ne mangent que des boites de conserves, des sandwichs, qui ne voient leurs conjoints, leurs enfants et leurs amis que toutes les 6 semaines, qui effectuent des milliers de Kms avec des véhicules en mauvais état, qui n’ont pas le même suivi médical que les agents statutaires, ils ont des CDI que ce transforment en CDD au grès des marchés et ils sont victimes de taux assez élevés de divorces dus à des conditions de travail et de vie dignes d’un autre temps,.

    Je vous rappelle, que ces salariés travaillent le plus souvent dans le cœur de cette machine qui est le REACTEUR NUCLEAIRE.

    N’avez-vous pas l’impression que nous sommes en train de construire des bombes à retardement avec de telles situations.

    Prestataires du nucléaire – Pas esclaves

    Pourquoi les prestataires du nucléaire s’identifient de plus en plus comme cela ?

    Y a-t-il vraiment une similitude entre sous-traitance et esclavage ou/et alors une confusion des mots « esclavage–apartheid » ou tout simplement un panachage des trois situations ?

    Tout le monde sait ce qu’est l’esclavage.

    Je vous invite à ce titre, à taper sur Internet (prestataires du nucléaire, esclaves) et là, vous pourrez trouver « prestataires du nucléaire, esclaves du nucléaire » et cela, ce n’est pas que les salariés qui l’écrivent, mais ce sont aussi les journalistes, les chercheurs, les médecins, les politiques, …

    Esclavage

    Je ne dis pas que c’est le cas des salariés du nucléaire, à vous de le juger !!!

    L’esclavage désigne les conditions sociales des esclaves, des travailleurs non libres et généralement pas ou peu rémunérés qui sont juridiquement la propriété d’une autre personne et donc négociables, au même titre qu’un objet. Au sens large, l’esclavage est le système socio-économique reposant sur le maintien et l’exploitation de personnes dans cette condition.

    Les esclaves n’ont pas le droit de vote. Cela ne vous rappelle t-il pas quelque chose ??? après l’avoir obtenu lors des dernières élections, nous venons d’apprendre que le droit de vote pour les prestataires est remis en cause. Et oui « un pas en avant, deux pas en arrière »

    En tant que, l’esclave peut faire l’objet des transferts inhérents à la notion de propriété : on peut donc l’acheter, le vendre ou le louer.

    Transferts : dans le cadre de perte de marchés, y a-t-il vente, achat, négociation. Cela me rappelle drôlement les marchands de tapis, pour ne pas dire autre chose (marchands d’esclaves……) lors du conflit de CRUAS.

    « Je prends 10, tu prends 70, il gardera 25, je ne veux pas de femmes, pas de représentants du personnel, quelles sont leurs origines » au fait, il ne manquait plus que leur ouvrir la bouche pour regarder la dentition.

    Ils sont aussi à louer, puisque des conventions de prêt de personnel existent entre les entreprises. Cela permet aux entreprises de faire intervenir sur les prestations prévues à coup élevé des agents sous-payés, afin de faire baisser le prix du travail, cela existe à l’intérieur du groupe ou je suis salarié.

    APARTHEID

    Là aussi, je ne dis pas que c’est le cas des salariés du nucléaire, à vous de juger !!!

    Littéralement, cela signifie «séparation ». Dans les faits, il s’agit d’un concept apparu officiellement en 1948 dans les textes de loi de l’Afrique du sud et par lequel les dirigeants blancs imposent une ségrégation raciale à toute la population. Cette ségrégation se traduit principalement par une limitation des lieux de séjour des Noirs, de leurs lieux de travail, du droit de vote, … Plus généralement par une séparation systématique des populations, cette ségrégation eut bien sûr des effets désastreux sur la démocratie et l’égalité en Afrique du sud

    Alors, nous nous posons quelques questions.

    Les salariés sous-traitants du nucléaire ont-ils:

    1. Les mêmes salaires que nos collègues d’EDF
    2. Accès à la fête du site ?
    3. Accès aux mêmes emplois?
    4. Accès aux mêmes transports puisque les directions jouent avec les décalages horaires des salariés de la sous-traitance, parfois de dix minutes pour le rendre impossible ou contraignant?

    Je vous rappelle, que les bus ne sont pas pleins lorsqu’ils passent devant les prestataires, c’est vrai qu’avoir la possibilité de les prendre limiterait les risques d’accident de trajet pour les salariés qui travaillent sur le même site que les agents statutaires et puis, l’environnement sortirait gagnant de cette histoire !!!

    Les salariés sous-traitants du nucléaire ont-ils:

    5. Accès aux mêmes locaux (restauration)?
    6. Avons-nous les mêmes acquis sociaux?
    7. Accès aux mêmes habitations?

    Tout de même, quelques-uns sont vides et ces logements sont proches des lieux de travail (centrales nucléaires), alors pourquoi ne pas donner l’accès aux prestataires, cela aussi permettra de réduire les accidents de trajet ?

    Les salariés sous-traitants du nucléaire ont-ils:

    8. Accès au même prix du KW? (puisque nous produisons tous la même électricité)
    9. Accès à la même sécurité d’emploi que nos collègues d’EDF?
    10. Accès au même suivi médical?
    11. Les mêmes conditions de Travail ?
    12. Accès à la journée du Maire (journée chômée sur les sites nucléaires)?
    13. Accès aux mêmes formations?
    14. Avons-nous les mêmes conditions de déplacement ?

    Bien entendu, je pense que la réponse à la quasi-totalité de ces questions est « NON ».

    15. Sommes-nous soumis à une surveillance permanente ?
    Puisque EDF a réinventé le mot et la fonction de « surveillant » sur les sites nucléaires. Drôle de nom dans une telle situation « périmètre de Travail délimité par des barbelés ».

    Alors, je vous pose la dernière question :

    Les salariés prestataires du nucléaire ont-ils raison de s’identifier à des esclaves, soumis à un régime d’apartheid ?

    Sans vouloir froisser personne, alors que pour les patrons ripous du nucléaire qui nous mettent dans ces situations, je m’en-fous,

    A vous de juger

    • sylvain
      1 décembre 2013 at 18 h 28 min

      Triste réalité que je partage à 100%. Nous avons affaire à des voyous.

      • daniel
        1 décembre 2013 at 21 h 59 min

        Et MAFIEUX

  10. webmaster MZC
    30 novembre 2013 at 16 h 27 min

  11. Sylver
    30 novembre 2013 at 14 h 16 min

  12. Sylver
    30 novembre 2013 at 14 h 14 min

  13. Sylver
    30 novembre 2013 at 14 h 13 min

    • l'espoir
      30 novembre 2013 at 14 h 50 min

      Il est dommage que certaines tendances « sortir du nucléaire » aient gâché cette chanson magnifique avec des images qui n’ont pas lieu d’y être.

      Le but de nos collègues prestataires du nucléaire qui l’ont créé était de dénoncer leurs conditions de travail de salariés sur-exploités.

      Il faut sortir des schémas du « pour ou contre le nucléaire » et nous laisser vivre notre combat pour obtenir des meilleurs conditions de travail.

  14. Rédaction MZC
    29 novembre 2013 at 18 h 40 min

    Pourquoi José Andrade n’est pas salarié ESSOR/VINCI ????
    Parce que ESSOR/VINCI ont plongé 9 salariés en gréve de la faim et ont joué de la discrimination syndicale en refusant d’embaucher le délégué syndicale CGT (José ANDRADE)!
    Lisez et vous comprendrez (tout). http://www.elunet.org/spip.php?article3319
    D’autres informations sur le nucléaire ,
    Association Ma Zone Contrôlée , condition de travail et de vie des sous-traitants de cette industrie . http://www.ma-zone-controlee.com/ , d’avance merci de votre soutien
    ERRATUM :
    L’article mis en ligne sur le site internet de Terraéco a été corriger .
    Dans la prochaine version papier un ERRATUM pour cette article sera diffuser , aucun salarié de l’entreprise ESSOR n’a participer à cet article.

  15. Sylver
    29 novembre 2013 at 18 h 27 min

  16. webmaster MZC
    29 novembre 2013 at 6 h 41 min

  17. Sellig
    29 novembre 2013 at 4 h 38 min

  18. Joe
    28 novembre 2013 at 23 h 14 min

    Bonsoir,

    Je veux tout simplement dire un grand OUI à cette accord. Il faut arrêtez d’être des serviteurs. la monarchie n’est plus d’actualité que je sache dans ce pays? Je discute avec des prestataires et il revient souvent dans les discussions  » j’aimerai être Areva ou EDF  » et bien je me dit pourquoi un prestataire ne serait pas loger a la même enseigne et tuer ces stéréotypes incessants. Pour ça, Une seule solution mes amis, c’est le combat. Faites du bruit, adhérez à cette accord, parlez-en autour de vous. Laissez des traces sur MZC. L’union fait la force et on y croit dur comme fer à cette accord.
    Ne lâchez rien !!!!!!

    • daniel
      30 novembre 2013 at 20 h 26 min

      adherer a l’association MZC

  19. Rédaction MZC
    28 novembre 2013 at 19 h 28 min

    Oui , c’est vraiment beau une intersyndicale, uni pour la défense de l’intérêt des salariés !

    Mais sur la situation commune de l’ensemble des salariés de la sous-traitance chez EDF ou/et AREVA ou/et au CEA …là, il y a encore du chemin à parcourir :(
    Exploitation – Maintenance -Démantèlement
    Disons stop à cette mise en concurrence permanente avant qu’il ne soit trop tard !

  20. Rivasi Michèle
    28 novembre 2013 at 6 h 31 min

  21. webmaster MZC
    27 novembre 2013 at 21 h 38 min

  22. Déglingos
    27 novembre 2013 at 6 h 39 min

    Tu ne sent rien venir salarié(e) du nucléaire , non ?
    Tu a le nez bouché ?
    Ce n’est pas des compétences spécifiques à nos diverses activités que l’ont recherche aujourd’hui , mais bien faire réaliser un travail avec un coût horaire le plus bas possible … soit disant , pour sortir de la crise économique et nous y plonger tous individuellement !
    Alors , tu va continuer à être un mougeon , gober ces histoires et te faire tondre sans rien dire ?

  23. webmaster MZC
    26 novembre 2013 at 19 h 01 min

  24. kazo
    25 novembre 2013 at 23 h 59 min

    Je regarde la télé et je vois que les syndicats son capables de travailler ensemble sur tout type de dossier, sauf pour les dossiers des sous-traitants du nucléaire.
    Ou EDF les paye bien ou alors ils nous considèrent vraiment comme de la merde. Je ne comprends pas pourquoi, seule la CGT ose travailler sur ce dossier ?
    Sur mon site tout le monde se pose la question de l’absence de FO et de la CFDT. C’est écœurant de voir l’intérêt qu’ils portent pour les sous-traitants du nucléaire.
    C’est pas normal, un point c’est tout.

  25. Barbec
    25 novembre 2013 at 23 h 44 min

    oh oui Gilbert, les grands travaux du parc nucléaire vont arriver très vite et je crois que la CGT a choisi le bon moment pour nous lancer dans la reconquête de nos droits.

    Si nous réussissons, notre bataille gagnante va servir de turbo pour tous les autres champs d’activité.

    Pour ça aussi, nous avons le devoir de réussir et de transformer l’essai.

    Certains délégué syndicaux disent déjà que la CGT ne peut pas se permettre de perdre cette dynamique sociale qu’elle a décidé de construire dans un délais très court avec toutes les fédérations concernées par la situation des salariés du nucléaire.

    La CGT lance l’idée et nous donne les moyens de gagner mais c’est à nous d’y croire et de tout faire pour y arriver.

    Faisons passer le mot de partout avec tous les moyens dont nous disposons.

  26. Georges
    25 novembre 2013 at 20 h 59 min

    Je fais des heures supplémentaires et je ne suis pas payé (RTT), je prends de la dose et je risque de partir du nucléaire (licencié) et ne plus être considéré comme travailleur du nucléaire, je contribue à la production de l’énergie et je n’arrive plus à me chauffer, les centrales gagnent 1 million d’euros par tranche et par jour et moi je gagne le SMIC et je n’arrive plus à nourrir mes enfants convenablement, je me fais mal au travail et mon patron me harcèle pour que je ne déclare pas l’accident du travail, ETC, ETC, ETC. Alors je dis (ça suffit, ils en on trop abusé de notre passivité sociale). Je soutiens la CGT et son projet et je serais dans le conflit s’il à lieu.

  27. di man
    25 novembre 2013 at 6 h 44 min

  28. Pierre F
    24 novembre 2013 at 21 h 13 min

    Sur notre chantier, notre délégué syndical CGT nous a déjà remis le document de 47 pages que nous avons tous lu.
    Ça commence à faire du bruit et les copains se demandent quand est-ce que ça va commencer.
    Bon travail des représentants CGT.
    Merci.

    • daniel
      24 novembre 2013 at 22 h 22 min

      Patience il faut s’organiser, faite savoir un max de ce qui va arriver.
      Ce marché aux « moins disant » doit finir chez EDF.

    • Gilbert
      24 novembre 2013 at 22 h 39 min

      Nos délégués vont le faire aussi sur tous nos sites.
      Pourquoi ne pas mettre le lien de ma zone contrôlée en bas de la page pour que tous les salariés puissent suivre toutes les actualités de ce dossier ?
      C’est une idée à prendre en compte pour la suite, je pense.

  29. Espoir
    24 novembre 2013 at 20 h 53 min

    On peut tout se permettre, critiquer les syndicats, les partis politiques, les patrons, la politique industrielle d’EDF, d’AREVA, ETC, mais les fautifs cette fois-ci, c’est « NOUS » de vivre avec notre fatalisme en croyant que plus rien ne peut changer.

    Regardons la direction à suivre, elle est toute tracée et la CGT nous montre le chemin avec son magnifique projet réalisé pour nous tous.

    Alors, cette fois-ci, plus d’excuse, allons-y, suivons-la et gagnons ensemble. Je ne suis pas syndiqué parce que justement, je me croyais oublié par les grands syndicats, il apparaît que ce n’est plus le cas, alors j’y serais avec la CGT et tous ceux qui viendront nous rendre justice.

    Faites comme moi, parlez-en au tour de vous et contactez tous vos amis concernés.

    • Déglingos
      25 novembre 2013 at 5 h 36 min

      Alors salarié(e) du nucléaire, tu fais quoi ?
      Tu es de la partie ?
      Tu laisse faire les autres ?
      Ou alors,
      tu fais preuve de courage et d’audace ?

  30. Rédaction MZC
    24 novembre 2013 at 18 h 13 min

    Une inter-syndicale pour porter le projet d’accord collectif interentreprises des salariés du nucléaire ?
    CHICHE :)
    OUI MESSIEURS , NOUS AVONS VRAIMENT TOUS A Y GAGNER .

    • numéro 5
      26 novembre 2013 at 0 h 10 min

      Et pour les sous-traitants du nucléaire, rien, le trou noir et le brouillard complet pour FO et la CFDT. Dégueulasse pour des syndicats qui se disent au service des salariés.

  31. victoria
    24 novembre 2013 at 10 h 19 min

    Les salariés de la sous-traitance fabriquent 80% de la même électricité que les agents EDF !
    Alors pourquoi nous n’aurions pas au tarif préférentiel comme eux.
    J’y serais dans la bataille avec tous les sous-traitants pour l’égalité de traitement entre nous tous.
    Merci pour l’information que je vais partager avec tous mes amis de galère et des réseaux sociaux. Faites comme moi !
    Partagez le plus large possible avec vos réseaux.

    • daniel
      24 novembre 2013 at 14 h 20 min

      FAIS PARTAGER LE SITE

  32. Aurélie
    24 novembre 2013 at 9 h 43 min

    Agréablement surprise de voir que l’ensemble de ma carrière dans l’industrie nucléaire va être prise en compte.
    Actuellement ça fait 15 ans que je travaille et je n’ai que 3 ans d’ancienneté puisque je la perd à chaque fois que je change d’entreprise.
    C’est pas normal puisque ça fait 15 ans que je suis sur le même poste et sur la même centrale.
    De tout cœur avec vous toutes et tous et allons jusqu’au bout.

    • daniel
      24 novembre 2013 at 14 h 36 min

      FAIS PARTAGER LE SITE MZC; OUI jusqu’au bout, faites des provisions de boites de conserves et bloquons tous les sites, l’esclavage doit finir dans ces barbelés.

  33. vallée
    23 novembre 2013 at 15 h 50 min

    Est-ce le cadeau de fin d’année que la CGT fait aux sous-traitants du nucléaire.
    Si c’est le cas merci.
    Pour ce projet je suis capable de rester un mois devant la porte de mon site nucléaire.

    Allez les salariés du nucléaire, il faut se sortir les doigts du c-l pour l’obtenir.

  34. Ponson
    23 novembre 2013 at 14 h 31 min

    Tous ENSEMBLE, afin de mettre un terme définitif à l’ injustice SOCIALE !
    ON LÂCHE RIEN !!

    • daniel
      23 novembre 2013 at 18 h 56 min

      Palettes ,tentes, caravanes, barbecues de sortie

  35. webmaster MZC
    23 novembre 2013 at 12 h 52 min

    oaouhhh oaouhhh

    • webmaster MZC
      23 novembre 2013 at 14 h 03 min

      • grègory
        23 novembre 2013 at 20 h 17 min

        C’est de la bombe. Plus personne ne nous arrêtera. Jusqu’au bout. Très bon travail. Merci. Je fais passer l’info chez moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *