2 sous-traitants d’Orano contaminés interne !

Que s’est-il passé le jeudi 22/10 à 14H45 sur l’installation (Comurhex2 Usine Phillipe COSTE  Bat 64 ) pour que 2 collègues sous-traitants se retrouvent contaminés internes lors d’une opération de maintenance (soigneusement) planifié par l’exploitant (théoriquement) ? 

Ce que nous savons de cet Événement Significatif en Radioprotection :

L’incident a était déclaré le 27/10 à l’ASN ! Ok . Mais à ce jour nous ne connaissons toujours pas la dose engagée de nos collègues ! Les résultats des contrôles des selles et urines + anthropo réalisés à Marcoule tardent…que se passe t’il ? Orano ne communique , informe en rien les riverains , la CLIGEET sur cet évènement,pourquoi ? 

Les 2 intervenants sont rentrés chez eux le jour même (l’un emballé dans du papier alimentaire pour le faire transpirer). N’y a t’il pas un risque de disséminer de la contamination chez lui, ailleurs ?

Ces incidents lors d’intervention sur des tuyauteries se répètent sur le parc : plan pas à jour, mauvaise consignation / condamnation de l’exploitant , mauvais repérage matériel , tuyauterie mal rincé , sous pression , analyse (générique) de risque non partagé avec les intervenants et au moment de l’intervention c’est forcement l’incident/accident !

Que disent les élu-es du CSE CSSCT d’Orano Cycle ?

Celui de ENDEL ?

Ont-ils réalisés leur propre enquête ?

L’organisation et la préparation de ce type d’intervention est très perfectible qu’est-ce qu’il a était mis en place pour y remédier ? Côté exploitant ,côté entreprises extérieures pour que cela ne se reproduise plus ?

Combien de personnel « sous-traitants » ont été mobilisé pour l’assainissement du local ? Combien de temps cela à pris ? Qui es intervenu ? Quelle catégorie de travailleur ? 

En septembre c’était 2 salariés de INEO (filiale ENGIE) qui lors d’une intervention à SHF3 (remplacement d’un manomètre) recevaient de l’HF dans les yeux d’une tuyauterie qui ne devait pas en avoir  ! Y-a t’il eu une déclaration à l’ASN d’un évènement , d’un Accident du travail ?

L’usine Comurhex 2 essuie depuis le début des dérives « coûts et délais explosés » : un bardage extérieur s’arrache lors d’un épisode venteux (mistral) , le changement des cristallisoirs en début d’année (fuite récurrente) , un broyeur venant de chez « NESTLÉ » nécessite l’intervention quotidienne de personnel « sous-traitant » pour assainir le local.

Nous nous rapprochons de + en + du sommet de la pyramide de Bird… 

La publication de cet article sur notre page Facebook à fait beaucoup réagir des salarié-es en activités qui attestent d’un niveau de médiocrité atteint mais aussi de comportement pour certain-es, tout aussi dangereux qu’un exploitant qui ne sait plus exploiter son installation en sécurité…affaire à suivre 🙂

Par E.B.

Le 22 octobre, lors d’une opération de maintenance sur le site de Tricastin, deux salariés de l’entreprise Endel/Engie, sous-traitante d’Orano, ont eu un accident. Alors qu’ils découpaient un circuit de distribution d’air comprimé, une perte d’étanchéité entre le circuit d’air comprimé et le transfert de matière uranifère a eu lieu, avec une sortie de matière. L’un des deux intervenants s’est éraflé la main avec son outillage de meulage. Les deux intervenants ont été transférés à l’hôpital.

Orano précise que les intervenants avaient bien leur équipement de protection (masque de protection des voies respiratoires, surtenue étanche) et qu’ils ont repris leur activité en dehors de la zone contrôlée. L’accident a été déclaré à l’autorité de sûreté nucléaire avec proposition de classer cet événement au niveau 0 de l’échelle INES (sur 7).

Une association monte au créneau

De son côté, Gilles Renault, président de l’association Ma Zone contrôlée, estime que la gravité de l’accident est minorée. « Les intervenants ont reçu de l’UF6 (hexafluorure d‘uranium, NDLR) sur eux, une partie s’est glissée au travers de leur équipement de protection. Ils ont été touchés au visage et sur le corps. L’un des deux est rentré chez lui filmé dans du papier alimentaire pour transpirer. L’autre a dû se faire curer sa plaie. »

Des analyses sont en cours pour connaître les doses de radioactivité que les intervenants auraient pu recevoir. L’hexafluorure d’uranium est une matière radioactive. Elle provoque des brûlures de la peau, des lésions oculaires graves et des risques avérés d’effets graves pour le tractus respiratoire selon la classification de l’ONU.

Source : Pierrelatte . Nucléaire : deux sous-traitants d’Orano ont été contaminés lors d’un accident

Notre association vit principalement grâce aux forces vives que représentent ses adhérents et ses membres.La cotisation est un acte majeur de la vie associative,car elle est pour nous un moyen capital de mettre concrètement nos idées en pratique Don / Adhésion « helloasso »

😉BANZAÏ 😉

♡☺ Grâce à votre adhésion/don nous pouvons avoir de l’ambition

4 comments for “2 sous-traitants d’Orano contaminés interne !

  1. atoconf
    12 novembre 2020 at 19 h 44 min

    maintenant que tout le monde sait ce que veut dire confinement, peut-être vont ils penser que moyennant des attestations/dérogations, il est possible de « déconfiner » ! Peut-être qu’il en est de même dans l’industrie atomique ?

  2. dvico
    11 novembre 2020 at 19 h 38 min

    par hasard, ça protège pas du covid ce truc ?
    ça se trouve ils vont se faire expliquer qu’ils ont une chance terrible ! Peut-être qu’ils vont devoir payer pour s’être fait immuniser contre le covid si ça s’avère éfficace ?

  3. brabra
    9 novembre 2020 at 8 h 54 min

    c’est pas ça la normalité ?

  4. circuler
    8 novembre 2020 at 16 h 32 min

    est il possible de minimiser les faits techniquement de telle sorte que les conséquences sanitaires sur les individus et au delà puissent sembler mineurs ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.